Principal > Sclérose

Un test sanguin pour une tumeur au cerveau

Un test sanguin pour une tumeur au cerveau est beaucoup moins informatif que pour les tumeurs d'une autre localisation. Dans quelle mesure les modifications du test sanguin sont-elles objectives et quels types de ceux-ci peuvent aider au diagnostic des néoplasmes malins situés dans la cavité crânienne?

Un diagnostic précis de tout néoplasme situé dans le cerveau est une tâche assez difficile. Dans la clinique des maladies internes, avec des néoplasmes malins de l'estomac, de l'utérus, des intestins, de la peau, pour un diagnostic précis, il suffit de faire une biopsie ciblée avec une étude ultérieure de la structure histologique du tissu pathologique et de sa composition cellulaire. Le cerveau est enfermé dans la cavité crânienne et la réalisation d'une biopsie du tissu tumoral est en soi une tâche assez difficile, bien qu'elle reste le seul moyen précis de diagnostiquer une tumeur..

À propos de la barrière hémato-encéphalique

Le tissu cérébral est séparé du flux sanguin général par la soi-disant barrière hémato-encéphalique. Une telle barrière existe afin d'éviter la pénétration incontrôlée de diverses substances absorbées dans l'intestin et passées à travers le système porte du foie, et se trouvent dans la circulation sanguine générale sans la «propre permission» du cerveau..

Dans certaines parties du cerveau, il n'y a pas de telle barrière, ce qui permet aux hormones hypophysaires d'être librement absorbées dans le sang, et les substances nocives qui pénètrent dans la circulation sanguine lors d'un empoisonnement stimulent les centres de vomissement, également situés dans le cerveau. Et d'autres parties du cerveau sont protégées de manière fiable contre la libre communication avec les capillaires sanguins, contrairement aux autres organes et tissus.

La barrière hémato-encéphalique est un problème important car elle empêche de nombreux médicaments hautement efficaces de pénétrer dans les structures cérébrales et, dans certaines maladies, comme la méningite purulente, des antibiotiques doivent être injectés directement dans le liquide céphalo-rachidien ou le LCR. Mais la barrière hémato-encéphalique ne complique pas seulement l'administration de médicaments dans le tissu nerveux, elle empêche également la libération de diverses substances du tissu nerveux dans la circulation sanguine générale. Ce «revers de la médaille» réduit considérablement la probabilité de diagnostiquer des néoplasmes malins et volumétriques par des tests sanguins..

Nous pouvons dire qu'il est impossible de poser un diagnostic précis d'une telle pathologie du cerveau uniquement à l'aide de méthodes de diagnostic de laboratoire. Mais il existe des études qui peuvent aider un médecin à être alerte. Il s'agit du don de sang pour les marqueurs tumoraux. Et, avant d'énumérer les types de recherche, il est nécessaire de dire quand et pourquoi elle doit être effectuée..

Quels marqueurs tumoraux peuvent être utilisés?

Une terminologie correcte est la clé d'une compréhension correcte des processus qui se déroulent dans le corps, y compris les processus pathologiques. Ainsi, sur Internet, vous pouvez facilement lire des noms illettrés tels que «marqueurs tumoraux pour le cancer du cerveau» ou simplement le nom de la maladie comme «cancer du cerveau». Ce nom n'a pas de sens et dans ce cas, le mot «cancer» est une dénomination commune pour toute tumeur maligne.

Mais votre médecin vous dira que le cancer est une tumeur maligne qui provient de tissus épithéliaux qui ne se trouvent pas dans la cavité crânienne. Par conséquent, il peut y avoir un cancer de la langue, un cancer du pancréas ou de l'estomac, un cancer des intestins ou d'autres organes, mais en principe il n'y a pas de cancer du cerveau. Mais comme une telle tradition fausse a surgi, suivons son exemple et déterminons quand les marqueurs tumoraux aideront à déterminer la croissance maligne du «cancer du cerveau».

Cependant, il faut se rappeler qu'il n'y a pas de "marqueurs de tumeur cérébrale" spécifiques qui montreront sans ambiguïté la présence d'une tumeur dans la cavité crânienne. Les marqueurs tumoraux sont conçus pour détecter d'autres maladies avec un degré de probabilité plus élevé. Ainsi, l'alpha-foetoprotéine est le plus souvent utilisée pour détecter le cancer du foie. Un marqueur tumoral tel que l'antigène prostatique (PSA) aide à détecter le cancer de la prostate. Un autre composé - CA 15-3 ou antigène glucidique, est indiqué pour la surveillance du cancer du sein, il montre sa différence avec la mastopathie. Le marqueur tumoral Ca-125 est le principal indicateur qui permet d'établir le diagnostic du cancer de l'ovaire et surtout d'identifier la présence de métastases.

Que reste-t-il au cerveau, si bien protégé non seulement par les os du crâne, mais aussi par la barrière hémato-encéphalique? Pour diagnostiquer, ou plus précisément pour soulever des inquiétudes quant à la présence d'une croissance maligne, le médecin peut utiliser les marqueurs tumoraux suivants:

Antigène cancer-embryonnaire ou CEA.

Ce composé est produit par un embryon et un fœtus humains normaux, mais après la naissance du bébé, sa production s'arrête. Chez un adulte, cette substance n'est pratiquement pas détectée dans le sang (jusqu'à 10 ng / ml). Lorsqu'un processus tumoral malin se produit, ce métabolite réapparaît dans le sang, dans l'urine et dans d'autres liquides. Étant donné que cet antigène n'a aucune spécificité, mais indique seulement que la croissance tumorale peut avoir commencé quelque part, il est utilisé dans le dépistage de grandes populations pour un diagnostic précoce des tumeurs..

Des informations complètes sur ce marqueur tumoral sont disponibles dans l'article Marqueur tumoral CEA: indicateurs, norme, analyse décodage.

Dans le cas où ce chiffre dépasse 20 nanogrammes par millilitre, la survenue d'un processus malin peut être suspectée. Mais le plus souvent, il est utilisé pour rechercher des néoplasmes véritablement épithéliaux ou un cancer. Il s'agit du cancer du poumon et de la localisation colorectale, du carcinome pancréatique et du cancer du sein, des tumeurs de l'ovaire et de la prostate. On peut dire que le but de cette étude est plus l'exception que la règle en pathologie cancéreuse du système nerveux central (système nerveux central).

Enolase spécifique aux neurones ou NSE.

Ce marqueur tumoral est déjà plus caractéristique des lésions du tissu nerveux et est utilisé dans les diagnostics de laboratoire pour identifier les tumeurs malignes qui proviennent de cellules du système nerveux. Il s'agit de néoplasmes malins tels que le neuroblastome et le rétinoblastome, le phéochromocytome, le cancer du poumon à petites cellules, le carcinome de la thyroïde et d'autres tumeurs. Si la source de la tumeur est le tissu nerveux, il n'est pas nécessaire de la localiser dans le cerveau, comme le montrent les localisations ci-dessus. Dans la majorité des cas, ce marqueur tumoral est prescrit pour le diagnostic précoce du cancer du poumon à petites cellules, mais les néoplasmes cérébraux ne sont pas son "point fort", bien que son augmentation dans le sang avec cette localisation de l'oncologie soit également possible.

Normalement, chez un adulte, la concentration de ce marqueur tumoral dans le plasma sanguin est inférieure à 17 nanogrammes par millilitre. Dans le cas d'une augmentation légère ou supérieure de la valeur de référence, on peut parler de l'apparition de diverses tumeurs neuroendocrines, mais leur localisation peut se faire dans tout le corps, par exemple, dans les tissus des glandes endocrines. De plus, la concentration d'un tel marqueur tumoral comme la chromogranine A est en cours d'étude, ce qui est également indiqué pour le diagnostic des tumeurs neuroendocrines;

Protéine S 100

En neurologie, un marqueur tumoral tel que la protéine S 100 est parfois utilisé; il est associé à diverses maladies causées par la prolifération des cellules gliales, ou astrocytes dans le cerveau. La relation entre la croissance de ce marqueur tumoral dans le plasma sanguin et divers dommages aux structures du SNC est d'un grand intérêt. Ce ne sont pas nécessairement des néoplasmes malins: il peut s'agir d'un TBI sévère ou d'un traumatisme crânien, de processus dégénératifs, de divers accidents vasculaires cérébraux et d'hémorragies sous-arachnoïdiennes. Ce marqueur tumoral est très utile pour diagnostiquer une tumeur cutanée - le mélanome..

La valeur de ce marqueur ne dépasse pas une petite quantité de 0,105 μg / L. Une augmentation de la concentration se produit avec de nombreuses blessures, et même avec une exacerbation d'une maladie mentale comme le trouble bipolaire, qui était auparavant appelé psychose maniaco-dépressive (MDP). Aucun critère spécial de détection d'une tumeur du SNC n'a été développé pour ce marqueur tumoral..

La valeur des marqueurs tumoraux dans le diagnostic des tumeurs cérébrales

En parlant de marqueurs tumoraux, il convient de noter qu'une augmentation de leurs valeurs peut également se produire dans des conditions éloignées de la pathologie oncologique. Ainsi, la même énolase spécifique aux neurones peut augmenter de manière significative avec divers accidents vasculaires cérébraux, avec des lésions des nerfs périphériques, avec une pneumonie, y compris lente et chronique, et dans d'autres conditions. La protéine S-100 peut augmenter après une activité physique intense.

Pourquoi prescrire une étude des marqueurs tumoraux si une tumeur cérébrale maligne est suspectée, si leur augmentation des valeurs n'est en aucun cas spécifique directement aux néoplasmes malins de cette localisation, si une masse de faux positifs est possible et que cette méthode, en général, est soit un dépistage, soit un moyen de diagnostic supplémentaire ? Le fait est qu'il n'y a pratiquement pas besoin.

Pour un neurologue, la question de la croissance maligne passe parfois au second plan. Même si une tumeur bénigne apparaît à l'intérieur du cerveau, ou sur la surface interne des méninges, qui n'a pas de croissance invasive et ne se développe pas à travers les structures cérébrales, les détruisant (méningiome, craniopharyngiome), il existe toujours une menace différente. Des symptômes neurologiques focaux se développent. Ensuite, des symptômes menaçants d'augmentation de la pression intracrânienne se joignent au blocage du liquide céphalo-rachidien, puis, avec une croissance continue, il y a des signes de compression des structures vitales du tronc cérébral. Les symptômes de luxation du cerveau se développent rapidement avec l'apparition de son œdème - gonflement pouvant entraîner la mort.

Par conséquent, les symptômes d'une tumeur cérébrale peuvent être presque impossibles à distinguer des symptômes d'un kyste parasitaire à croissance rapide. Une image similaire peut être avec la croissance d'une cavité purulente fermée (abcès cérébral), en particulier dans le contexte d'une immunité réduite, ou en présence d'un néoplasme bénin.

C'est pourquoi, dans le diagnostic des tumeurs et des masses cérébrales, ce ne sont pas les tests sanguins qui viennent en premier, mais les méthodes modernes de diagnostic visuel. Imagerie par résonance calculée et magnétique avec contraste, tomographie par émission de positons, qui vous permet de déterminer la localisation de diverses métastases qui ne se sont pas encore manifestées cliniquement, méthodes de balayage isotopique et biopsie ciblée des tumeurs à l'aide d'un équipement stéréotaxique. Seules ces méthodes de diagnostic peuvent établir de manière fiable le type de tumeur cérébrale, prescrire un traitement et déterminer le pronostic. Sur la base d'un test sanguin, tout cela ne peut pas être fait..

Un test sanguin pour une tumeur au cerveau

Selon le type d'éducation et la gravité de la maladie, un test sanguin a une valeur diagnostique différente..

Pour confirmer la nature maligne de la tumeur, un test sanguin est souvent effectué pour la présence de marqueurs tumoraux. Leur présence permet de juger du cancer du cerveau - un néoplasme dangereux qui détruit les tissus organiques sains. Ce type de tumeur se compose de nombreuses cellules cérébrales pathologiquement modifiées, formées à la suite d'une division incontrôlée. Le diagnostic précoce de la maladie vous permet d'obtenir des résultats efficaces dans le processus de traitement et d'obtenir une rémission.

Types de tumeurs

Le cerveau est l'organe principal du système nerveux central humain. Il a une structure complexe, basée sur un grand nombre de cellules nerveuses interconnectées et leurs processus. Les néoplasmes sont les maladies cérébrales les plus graves..

Il existe deux groupes de tumeurs:

La différence entre les tumeurs malignes et bénignes est le risque de développer des métastases, qui augmente dans les derniers stades de la maladie. Les métastases sont des amas de cellules tumorales, qui sont transportées à travers les vaisseaux sanguins avec le sang vers d'autres organes, les affectant et formant des foyers malins dans les tissus sains. Un test sanguin pour les marqueurs tumoraux est l'un des moyens de déterminer la nature d'une tumeur cérébrale. La localisation et les taux de croissance du néoplasme ont également une valeur diagnostique..

Facteurs de développement du cancer du cerveau

La tumeur est localisée dans les tissus de l'organe ou de ses membranes. À la suite de changements pathologiques dans les cellules cérébrales, le mécanisme de division chaotique des cellules endommagées est déclenché, ce qui conduit à l'émergence d'une tumeur maligne à croissance rapide..

Les facteurs de risque qui contribuent au développement de la maladie comprennent:

  • l'âge de la personne (selon les statistiques, les maladies cancéreuses se développent le plus souvent chez les personnes de plus de 45 ans);
  • rayonnement de rayonnement (exposition fréquente à un équipement à rayons X, rester dans la zone d'une catastrophe d'origine humaine);
  • conditions de travail nocives (contact régulier avec des substances agressives lors du travail dans l'industrie du raffinage du pétrole, l'industrie chimique);
  • prédisposition héréditaire (cas de cancer du cerveau chez des parents directs);
  • mauvaises habitudes (tabagisme, abus d'alcool);
  • situation écologique défavorable;
  • maladies infectieuses antérieures ou lésions cérébrales traumatiques.

Les causes du cancer du cerveau ne sont pas entièrement comprises. Les facteurs identifiés qui ont un effet néfaste sur la santé de l'organe sont considérés comme contribuant uniquement à l'apparition de la maladie. Aucune relation directe n'a été trouvée entre eux et le cancer du cerveau. S'il y a l'un des facteurs de risque, il est recommandé de faire un test sanguin utilisé pour une tumeur au cerveau, lequel - le médecin dira.

Symptômes du cancer du cerveau

Les premières manifestations de formation oncologique apparaissent à mesure qu'elle augmente en taille et dépend en grande partie de la localisation. La tumeur en croissance comprime les terminaisons nerveuses, ce qui provoque le développement de symptômes focaux primaires. Au fur et à mesure que le néoplasme se développe, des signes de nature générale apparaissent associés à une altération de l'apport sanguin et à une augmentation de la pression intracrânienne. Les symptômes focaux comprennent:

  • trouble de la sensibilité;
  • troubles du mouvement (parésie, paralysie);
  • problèmes d'élocution, d'audition ou de vision;
  • fatigue accrue;
  • troubles de la coordination des mouvements;
  • troubles de la mémoire, diminution de l'attention, distraction, instabilité émotionnelle;
  • hallucinations.

Parmi les symptômes généraux, il y a des maux de tête de haute intensité qui sont permanents. Le syndrome de la douleur dans ce cas est mal soulagé par la prise d'analgésiques. D'autres signes - nausées et vomissements - ne sont pas associés à la prise alimentaire. Lorsque le cervelet est comprimé et que l'apport sanguin au tissu cérébral se détériore, des étourdissements surviennent souvent. Si une ou plusieurs manifestations sont détectées, il est important de consulter immédiatement un médecin. Il ordonnera des tests et autres tests pour exclure un cancer du cerveau. Les premiers signes d'un test sanguin sont une modification de la VS, une diminution des taux d'hémoglobine et d'autres.

Diagnostic et traitement du cancer du cerveau

Le diagnostic des maladies oncologiques du cerveau est compliqué par les spécificités de la localisation de ce type de tumeur. Le diagnostic final ne peut être posé qu'après un examen histologique des tissus de la formation. Les principales méthodes de diagnostic sont:

  • Imagerie par résonance magnétique;
  • CT scan;
  • biopsie - prise d'une partie de la tumeur pour analyse histologique.

Dans les derniers stades de la maladie, des tests de cancer du cerveau sont effectués pour déterminer les changements dans la composition du sang, la présence de marqueurs tumoraux spécifiques et d'autres indicateurs.

Dès que le diagnostic est confirmé, l'oncologue choisit la tactique de traitement du néoplasme. Il consiste à prendre des médicaments visant à éliminer les symptômes, ainsi que des moyens de traiter la tumeur elle-même. Ceux-ci inclus:

  • chimiothérapie;
  • radiothérapie;
  • ablation chirurgicale de la masse.

Ces méthodes de traitement sont caractérisées par une action systémique et peuvent non seulement arrêter avec succès la croissance tumorale, mais également empêcher la propagation des métastases et contribuer également à la destruction des foyers de métastases dans d'autres organes. Les possibilités modernes de chimiothérapie et de radiothérapie donnent une chance de se débarrasser d'un néoplasme sans utiliser de méthodes de traitement radicales.

Test sanguin pour les marqueurs tumoraux

Si un cancer du cerveau est suspecté, un test sanguin est parfois effectué pour rechercher des marqueurs tumoraux. Ce sont des substances qui permettent de juger du développement d'une tumeur maligne. Avec une tumeur au cerveau, le niveau de substances bioactives, d'hormones et d'enzymes dans le sang augmente. En étudiant les marqueurs tumoraux, l'emplacement de la tumeur et le stade de son développement peuvent être déterminés.

Ceux-ci incluent des substances produites par les cellules affectées:

  • Alpha fetoprotéine;
  • l'antigène prostatique spécifique;
  • CA 15-3;
  • CYFRA 21-1.

Un test sanguin pour le cancer du cerveau est la méthode de diagnostic la plus préférée en raison de la complexité de la biopsie. Malgré l'absence de substances connues spécifiques du cancer du cerveau, il ne faut pas négliger la réalisation de tests de marqueurs tumoraux. L'augmentation de la teneur en certains d'entre eux dans le sang permet de diagnostiquer avec une grande précision le cancer secondaire du cerveau résultant d'une stase localisée. Ces tests doivent être effectués dès la première suspicion de cancer du cerveau. Ils aident à identifier l'emplacement de la tumeur. Ils sont effectués pour déterminer le degré d'efficacité du traitement ou pour prédire l'évolution de la maladie..

La condition principale de tout diagnostic est sa rapidité. Si vous développez des symptômes pouvant indiquer un cancer du cerveau, en particulier s'ils sont persistants, vous devez consulter votre médecin dès que possible. Il prescrira les examens nécessaires pour découvrir la cause de la maladie.

Cancer du cerveau

Cancer du cerveau - une tumeur maligne dans la région du cerveau (à l'origine, et non métastasée à partir d'un autre organe).

Le cerveau est l'organe principal du système nerveux central, composé de nombreux neurones interconnectés (cellules nerveuses) et de leurs processus.

Les maladies cérébrales malignes sont très rares. Leurs symptômes, en règle générale, sont assez prononcés, le traitement est dans la plupart des cas impossible, ce qui entraîne une mort rapide..

Cancer du cerveau, glioblastome polymorphe, tumeur cérébrale maligne.

Synonymes anglais

Cancer du cerveau, tumeur du cerveau, glioblastome.

Les symptômes du cancer du cerveau dépendent de la taille de la tumeur, de l'implication des parties affectées du cerveau. Au début, ils sont exprimés au minimum, puis ils augmentent progressivement. Les manifestations du cancer du cerveau sont similaires à celles d'un accident vasculaire cérébral.

Les symptômes les plus courants du cancer du cerveau sont:

  • maux de tête qui deviennent plus sévères et fréquents avec le temps,
  • nausées, vomissements, particulièrement tôt le matin, associés à une augmentation de la pression intracrânienne,
  • violation de l'attention, de la mémoire,
  • manque de coordination des mouvements, maladresse,
  • faiblesse, fatigue,
  • troubles de la parole,
  • déficience visuelle - vision double, perte de la vision périphérique (latérale),
  • problèmes d'audition,
  • perte graduelle de sensibilité dans un bras ou une jambe,
  • convulsions,
  • changements de comportement.

Informations générales sur la maladie

Le cancer du cerveau est une tumeur maligne des cellules du cerveau (implique l'apparition primaire d'une tumeur dans le cerveau et non de métastases au cerveau de cancers d'autres organes).

Le cerveau est un organe du système nerveux central, composé de nombreux neurones interconnectés (cellules nerveuses) et de leurs processus.

Les maladies cérébrales malignes sont rares, généralement chez les personnes de plus de 50 ans.

Avec le cancer du cerveau, les cellules cérébrales normales dégénèrent en cellules cancéreuses. Dans un corps sain, les cellules, apparaissant en quantité suffisante, meurent à un certain moment, laissant la place à de nouvelles. Les cellules cancéreuses commencent à se développer de manière incontrôlable, sans mourir en temps voulu. Leurs grappes et forment une tumeur.

Les causes du cancer du cerveau n'ont pas encore été établies; il peut être associé à une prédisposition héréditaire, à l'influence de certains facteurs industriels, aux rayonnements ionisants.

Les types les plus courants de cancer du cerveau sont:

  • Les gliomes (glioblastome polymorphe, gliomes anaplasiques) sont le type le plus courant. Ils proviennent des cellules gliales - le cadre structurel du cerveau. La tumeur se développe assez rapidement, entraînant la mort du patient dans les 12 mois environ.
    • Médulloblastome. Il survient dans le cervelet, survient le plus souvent chez les enfants et peut métastaser. Les symptômes comprennent une démarche instable et des mouvements des membres tremblants. La violation de l'écoulement du liquide céphalo-rachidien entraîne le développement d'une hydrocéphalie (accumulation excessive de liquide céphalo-rachidien dans la cavité crânienne). Le pronostic est défavorable.
    • Lymphome primitif. Ce type de tumeur est de plus en plus courant. Il affecte les personnes ayant une immunité réduite, les patients atteints du SIDA.

Qui est à risque?

  • Personnes de plus de 50 ans.
  • Ceux avec des mutations génétiques et une prédisposition héréditaire.
  • Exposé régulièrement à des toxines - substances utilisées dans les raffineries de pétrole, dans l'industrie chimique et du caoutchouc.
  • Infecté par le VIH.
  • Les fumeurs.
  • Exposé aux rayonnements ionisants pendant la radiothérapie ou après une explosion de bombe atomique.

Si un cancer du cerveau est suspecté, un examen neurologique approfondi, une imagerie par résonance magnétique et une tomodensitométrie du cerveau sont effectués. La biopsie peut confirmer le diagnostic et déterminer le type de cancer.

En outre, une liste standard de tests de laboratoire est effectuée afin d'évaluer l'état général du patient et les fonctions des organes les plus importants:

Méthodes de recherche instrumentale:

  • la tomodensitométrie (TDM) et l'imagerie par résonance magnétique (IRM) peuvent détecter une tumeur cérébrale, déterminer sa taille et son emplacement; L'IRM a une sensibilité plus élevée pour les tissus tumoraux;
  • biopsie - prélever des cellules cérébrales pour un examen ultérieur au microscope; seule la biopsie peut déterminer le type de cancer.

Les caractéristiques du traitement du cancer du cerveau dépendent du type, de la taille et de l'emplacement de la tumeur, ainsi que de la santé du patient. Cela comprend généralement la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie. S'il est impossible de se débarrasser de la tumeur, une thérapie palliative est effectuée - visant à soulager les symptômes.

  • Chirurgie. Si possible, la tumeur est enlevée, mais le plus souvent le cancer est inopérable.
  • La radiothérapie consiste à utiliser des radiations pour tuer les cellules cancéreuses. Il est utilisé lorsqu'il est impossible d'effectuer une opération ou en combinaison avec une opération. En outre, la radiothérapie peut être effectuée en conjonction avec une chimiothérapie.
  • Chimiothérapie - utiliser des médicaments pour tuer les cellules cancéreuses.
  • La thérapie palliative vise à améliorer la qualité de vie du patient et à soulager les symptômes lorsque le traitement n'est plus possible.

Il n'y a aucun moyen de prévenir le cancer du cerveau, mais le risque de le développer peut être quelque peu réduit:

  • il est nécessaire d'éviter le contact avec les radiations (en particulier dirigées vers la zone de la tête), d'éviter l'exposition aux produits chimiques toxiques utilisés dans les raffineries de pétrole, dans la chimie, dans l'industrie du caoutchouc;
  • Ne pas fumer.

Analyses recommandées

  • Hémogramme complet (sans numération leucocytaire et VS)
  • Coagulogramme numéro 1 (prothrombine (selon Quick, INR)
  • Alanine aminotransférase (ALT)
  • Aspartate aminotransférase (AST)
  • Potassium, sodium, chlore dans le sérum
  • Créatinine sérique
  • Urée de lactosérum

Numération globulaire complète pour le cancer du cerveau

Les maladies oncologiques du système nerveux ont leurs propres symptômes et signes diagnostiques spécifiques et non spécifiques. Parmi les tests non spécifiques, il existe un test sanguin biochimique général pour une tumeur du cerveau et d'autres structures. Par conséquent, les indicateurs de ces tests de laboratoire ne seront pas en mesure de répondre à la question de savoir s'il existe une tumeur au cerveau ou non..

Est-il possible de suspecter une oncologie sur un test sanguin général

Les formations de nature maligne sont capables de produire un certain nombre de substances qui ne sont normalement pas produites par les cellules de cette localisation et sont appelées marqueurs tumoraux. Mais même les marqueurs tumoraux ne peuvent pas toujours indiquer un lieu spécifique de formation de la tumeur, car ils sont inhérents à différents processus cancéreux - ils disent simplement qu'une tumeur maligne se développe dans les endroits présumés..

La situation est tout à fait différente avec des méthodes de diagnostic non spécifiques telles que les analyses sanguines générales et biochimiques. Ils fournissent des informations sur l'état du corps humain, parlent du processus pathologique, mais ils peuvent également indiquer le développement du cancer du système nerveux avant même l'apparition des premiers signes..

Les méthodes suivantes peuvent fournir des informations précises sur la localisation et la spécificité du processus oncologique:

  • CT scan;
  • Imagerie par résonance magnétique;
  • angiographie;
  • électroencéphalographie;
  • Radiographie du crâne;
  • biopsie pour le diagnostic de l'oncologie.

Quels changements dans l'UAC dans le cancer du cerveau

Il est impossible de parler de la présence d'une tumeur cancéreuse et de sa localisation en se basant uniquement sur des tests sanguins. Seul un tableau clinique et des tests de laboratoire permettront de suspecter des maladies cérébrales. Les indicateurs d'un test sanguin général indiquent des changements dans le corps humain de nature inflammatoire systémique, des pathologies chroniques, des processus auto-immuns, des invasions helminthiques.

La valeur ESR normale pour les hommes est de 1 à 10 mm / h et pour les femmes de 2 à 15 mm / h. Une modification de la composition protéique du sang entraîne une variation de cet indicateur. Avec une tumeur maligne de n'importe quelle localisation, une augmentation de l'ESR de la vitesse de sédimentation des érythrocytes se produit déjà aux premiers stades de la maladie et est souvent détectée par hasard lors d'un test de routine. Vous pouvez suspecter une oncologie avant l'apparition des symptômes lorsque vous obtenez les résultats suivants:

  • augmentation significative de l'ESR jusqu'à 70 mm / h et plus;
  • il n'y a pas de réponse ESR au traitement antibiotique;
  • en parallèle, la quantité d'hémoglobine, l'indice de couleur, diminue considérablement.

Il est impossible de juger du développement de l'oncologie par ESR; dans ce cas, d'autres résultats diagnostiques doivent être analysés.

Les données ESR aident les spécialistes à suivre la dynamique de la maladie. Une diminution de la vitesse de sédimentation des érythrocytes indique l'efficacité du traitement.

Hémoglobine

L'hémoglobine est un indicateur clé du «sang rouge», indiquant la capacité de participer à l'échange d'oxygène. Normalement, chez les femmes, il est de 115 à 145 g / l et chez les hommes de 130 à 160 g / l. Dans certains types de formations malignes et bénignes, l'hémoglobine est considérablement réduite, provoquant une anémie sévère à la suite d'un saignement et de la lumière des organes creux: tractus gastro-intestinal, plèvre, localisation utérine.

Dans le cancer du cerveau, l'hémoglobine n'est pas tellement consommée, sauf dans les cas où des hémorragies dans la cavité crânienne sont observées, mais ensuite des symptômes neurologiques apparaissent et l'hémoglobine n'est pas un critère de diagnostic du cancer.

Index de couleur

L'indicateur de couleur est une valeur directement liée à l'hémoglobine, car il montre sa quantité dans un érythrocyte. Normalement, il est de 0,86 à 1,1 et n'est important qu'en présence d'anémie. Une diminution de l'indice de couleur se produit avec le développement de l'anémie ferriprive, qui se trouve souvent dans les tumeurs malignes. La CP dans un test sanguin pour une tumeur cérébrale reste souvent dans les limites normales.

Leucocytes et formule

Le contenu normal des leucocytes varie de 4 à 9 * 10 9 / l. Avec le cancer du cerveau, une leucocytose modérée peut être observée - plus de 10 * 10 9 / l. Une leucopénie sévère indique un processus avancé et des métastases à la moelle osseuse. Un changement dans les leucocytes et la formule leucocytaire vous permet d'identifier une infection qui rejoint et aggrave l'évolution de la maladie sous-jacente.

Plaquettes

Dans l'analyse générale du sang, l'état d'hémostase est reflété par les plaquettes. Normalement, leur nombre est de 180-320 * 10 9 / l. Les plaquettes diminuent le plus souvent lorsque la tumeur présente déjà des symptômes cliniques et est confirmée par les résultats du diagnostic. La thrombocytopénie est dangereuse par le développement de saignements.

Diagnostic différentiel

Des changements similaires dans le test sanguin général dans le cancer du cerveau se produisent avec les pathologies suivantes:

  • processus inflammatoire aigu - pneumonie, pleurésie, méningite, péritonite, hépatite, bronchite, tuberculose, infection fongique et autres;
  • pathologie auto-immune - polyarthrite rhumatoïde, lésions psoriasiques;
  • les dommages causés par les pesticides et les radiations;
  • invasion de vers;
  • infarctus du myocarde;
  • l'effet de certains médicaments.

Quels tests sanguins pour le cancer du cerveau seront spécifiques

Il n'existe pas de tests sanguins absolument spécifiques pour déterminer le cancer du cerveau. Mais il est tout à fait possible de le soupçonner s'il existe une symptomatologie neurologique, confirmée par la présence de marqueurs tumoraux. Ce sont certaines substances dont la production n'existe pas dans un corps sain ou se produit en quantités insignifiantes..

Les marqueurs tumoraux suivants aideront à suspecter un cancer du cerveau:

  1. NSE - une enzyme spécifique du tissu nerveux, augmentée dans les conditions cancéreuses.
  2. Le PSA est un antigène spécifique de la prostate, qui est plus typique des néoplasmes malins de la prostate. Sa norme jusqu'à 40 ans est de 2,7 ng / ml, et après 40 - jusqu'à 4 ng / l. La valeur accrue du marqueur indique non seulement la pathologie de la prostate, mais également le cancer dans d'autres organes, y compris le cerveau.
  3. L'alpha-foetoprotéine est normalement synthétisée à l'état de traces, mais dans le cancer, son activité augmente fortement.
  4. Le CA-15-3 est un marqueur non spécifique du cancer du canal mammaire, mais il survient également dans une tumeur cérébrale, surtout s'il s'agit d'une métastase. Normalement - 20 U / ml. Un dépassement de la valeur de plus de 50 U / L peut indiquer la localisation de la tumeur dans le cerveau.
  5. CYFRA 21-1 - un marqueur utilisé dans le diagnostic des tumeurs du poumon et du cerveau. Normal - 3,5 ng / ml.

Indications pour la recherche

S'il y a des symptômes neurologiques et un soupçon de processus volumétrique dans le crâne, une étude est indiquée pour le cancer du cerveau.

  1. La présence de symptômes neurologiques: troubles de la coordination des mouvements, parésie et paralysie, asymétrie faciale, distorsion de la parole, ptose, tétanie, crises d'épilepsie, changements de comportement, agressivité, activité motrice involontaire, etc..
  2. Identification de la localisation tumorale.
  3. Prédire l'évolution du cancer.
  4. Choix de la méthode de traitement.
  5. Suivi des traitements chirurgicaux et thérapeutiques.
  6. Pronostic de vie et de mortalité.

Production

Sur la base de ce qui précède, nous pouvons résumer: un test sanguin général ne montrera pas de cancer du cerveau ou d'oncologie d'une autre localisation, mais permettra seulement de suspecter une pathologie systémique du corps au stade préclinique, ce qui nécessite un diagnostic plus approfondi et des études spécifiques. Il est nécessaire de réaliser un diagnostic différentiel d'un certain nombre de maladies.

Test sanguin pour le cancer du cerveau

Il est assez problématique de diagnostiquer la nature et le type d'éducation dans les structures cérébrales en utilisant des méthodes de laboratoire. En cas de maladies oncologiques du foie, du col de l'utérus, de l'estomac, des reins, des poumons, il suffit de faire une biopsie, après avoir étudié la composition cellulaire du tissu pathologique de l'organe. Les cellules cérébrales sont protégées de manière fiable par le crâne et il est très difficile de prendre du biomatériau pour leur évaluation. Un test sanguin, souvent prescrit pour une tumeur au cerveau, ne peut pas indiquer directement le processus pathologique se produisant dans la tête, mais selon des indicateurs indirects, le spécialiste pourra envoyer le patient pour des examens supplémentaires et décider des tactiques de traitement ultérieures..

p, citation de bloc 2,0,0,0,0 ->

Test des indicateurs généraux

p, citation de bloc 3,0,1,0,0 ->

Il convient de noter qu'un test sanguin ne permet pas de diagnostiquer avec précision une tumeur au cerveau. En fonction du stade de développement du processus oncologique, de la taille et de l'emplacement de la tumeur, une telle étude ne fournit que des informations sur les changements dans la composition du sang:

p, blockquote 4,0,0,0,0 ->

  • Y a-t-il eu une augmentation du nombre de globules rouges - des globules rouges qui saturent d'oxygène dans les poumons et l'apportent aux tissus et cellules du cerveau.
  • La concentration de leucocytes, les globules blancs qui font partie du système immunitaire, a-t-elle augmenté? Ils protègent le corps des microorganismes pathogènes externes et internes en les absorbant.
  • A diminué le contenu des plaquettes, reflétant l'état d'hémostase? Souvent, des changements dans cet indicateur se produisent lorsque le cancer est passé à un stade avancé et a déjà été diagnostiqué.
  • L'hémoglobine, qui participe au processus d'échange gazeux et qui est un pigment contenant du fer, a-t-elle diminué?.
  • Le contenu des autres cellules a-t-il changé et dans quelle mesure.

Toujours dans le corps, le taux de sédimentation érythrocytaire augmente. Les changements se produisent même au stade où les premiers signes de la maladie n'apparaissent pas ou passent inaperçus. Cet indicateur augmente également dans d'autres maladies, ce qui est la raison de l'utilisation d'un traitement antibactérien et anti-inflammatoire. Mais si un tel traitement ne donne pas de résultats positifs, des recherches doivent être effectuées pour détecter la présence d'un processus malin. Plus tôt la maladie est diagnostiquée, mieux c'est..

p, blockquote 5,0,0,0,0 ->

Une formule sanguine complète, effectuée en cas de suspicion de cancer du cerveau, évalue les numérations globulaires. Le non-respect des normes indique le développement de toute pathologie (inflammation, maladies du sang), y compris l'oncologie.

p, blockquote 6,0,0,0,0 ->

Mais le plus fiable est le diagnostic, qui comprend non seulement des tests sanguins (tests de laboratoire), mais aussi des tests instrumentaux: ordinateur, imagerie par résonance magnétique, angiographie et rayons X. Toutes ces études sont très précises et informatives. Ils vous permettent de déterminer dans quelle partie de la tête le foyer est localisé, de connaître sa taille et son type.

p, blockquote 7,1,0,0,0 ->

Test des marqueurs tumoraux

p, blockquote 8,0,0,0,0 ->

La surveillance moderne permet de détecter le cancer par plusieurs méthodes. L'un d'eux teste le sang à la recherche de marqueurs tumoraux - des substances qui indiquent le développement d'une tumeur maligne dans le corps. Ce sont des particules de l'activité vitale de cellules anormales, des produits de leur métabolisme, des anticorps, des enzymes. En cas de suspicion de cette maladie, ou s'il est nécessaire d'identifier la zone dans laquelle la tumeur s'est formée, ainsi que pour surveiller l'efficacité du traitement, le médecin prescrit les études suivantes sur les marqueurs tumoraux:

p, citation de bloc 9,0,0,0,0 ->

  • Protein S100. Associé à des pathologies provoquées par une prolifération anormale des cellules gliales.
  • Enolase spécifique des neurones (NSE). Caractéristique des dommages au tissu nerveux et peut révéler des néoplasmes malins provenant de cellules nerveuses.
  • Le CEA est un antigène du cancer embryonnaire produit par le fœtus dans l'utérus. Sa synthèse s'arrête après la naissance d'une personne. En présence d'une croissance maligne des tissus tumoraux, ce métabolite se trouve dans les fluides biologiques. Son niveau de concentration peut également être augmenté avec l'alcoolisme et la cirrhose du foie..
  • CA 15-3. Elle est détectée dans la catégorie féminine des patients et est plus fréquente avec des lésions des glandes mammaires. Bien qu'il soit impossible d'exclure les métastases qui ont atteint le cerveau avec une concentration accrue de cette protéine.
  • Alpha fetoprotéine. C'est l'un des premiers à apparaître lorsque les cellules cancéreuses se multiplient à un rythme élevé. Ce marqueur n'est détecté que dans la catégorie masculine des patients, car il est synthétisé par la prostate..
  • CA 19-9. Il se manifeste par le développement de la formation de tumeurs dans le tube digestif.

Selon les analyses ci-dessus, un spécialiste ne peut qu'indirectement supposer qu'une maladie tumorale du cerveau se développe dans le corps, car il n'y a pas de marqueurs tumoraux spécifiques de cette pathologie.

p, blockquote 10,0,0,0,0 ->

Important! Il est impossible de reconnaître une tumeur à la tête par des méthodes de laboratoire, mais elles révèlent des signes cliniques auxiliaires suggérant le développement d'une maladie.

La nécessité d'un examen de routine

p, blockquote 12,0,0,0,0 ->

La formation d'une tumeur cancéreuse dans le cerveau est considérée comme la forme la plus dangereuse d'une maladie qui affecte le système nerveux central, dont dépend l'activité de tous les organes vitaux. Selon les statistiques, de tous les néoplasmes, 1,5% des cas sont enregistrés lorsqu'ils sont malins. L'analyse du sang et de l'urine est une méthode préventive obligatoire qui aide à identifier en temps opportun la pathologie et à utiliser toutes sortes de méthodes de traitement qui améliorent l'état du patient et le rapprochent le plus possible de la guérison..

p, blockquote 13,0,0,0,0 ->

On peut dire qu'une formule sanguine complète est la prévention du cancer du cerveau. Après tout, le processus malin commence par un kyste bénin, une inflammation ou d'autres pathologies qui affectent le cerveau. La méthode de détection du processus oncologique lui-même est basée sur un test sanguin pour les marqueurs tumoraux. À l'avenir, un pronostic stable est donné par une biopsie et un examen du liquide céphalo-rachidien - liquide céphalo-rachidien.

p, blockquote 14,0,0,0,0 -> p, blockquote 15,0,0,0,1 ->

Il est difficile de soupçonner la maladie aux stades les plus précoces, bien que le patient puisse éprouver des crises de vertige, une altération de la coordination des mouvements, des changements de la pression artérielle et du pouls. Les crises convulsives et les troubles du mouvement ne peuvent être ignorés. Passez régulièrement un examen médical et passez ces tests aux personnes dont les proches souffrent d'oncologie. En outre, un test sanguin pour les néoplasmes doit être effectué pour ceux qui ont déjà identifié des métastases de la croissance tumorale primaire.

Date de publication: 05.12.2018

Neurologue, réflexologue, diagnosticien fonctionnel

33 ans d'expérience, la catégorie la plus élevée

Compétences professionnelles: Diagnostic et traitement du système nerveux périphérique, maladies vasculaires et dégénératives du système nerveux central, traitement des maux de tête, soulagement des syndromes douloureux.

Tests sanguins de tumeur cérébrale

Un test sanguin pour une tumeur au cerveau

Avec la formation d'une tumeur maligne, un test sanguin ne peut pas être sans ambiguïté, cependant, c'est lui qui permet en pratique de déterminer la présence d'une terrible maladie.

Des changements spéciaux dans la composition du sang lors de maladies oncologiques, dans différents organes, commencent à se manifester dès les derniers stades de la maladie et dépendent souvent de la localisation du foyer du cancer.

Un test sanguin pour une tumeur au cerveau est rarement fait pour la prophylaxie. À l'aide d'un test sanguin, une tumeur n'est pas difficile à détecter, mais pas dans les premiers stades de développement, alors que la maladie n'a pas encore lancé ses racines dans le corps humain: le plus souvent, elle se trouve au stade intermédiaire ou final de la maladie..

Le premier signe évident d'une tumeur est l'anémie, le plus souvent une carence en fer. Le nombre d'érythrocytes, l'hémoglobine, l'indice de couleur diminue considérablement.

Il existe une microsphérocytose dans l'environnement érythrocytaire. L'anémie survient à la suite de l'absorption de grands volumes de fer par le tissu tumoral, et les érythrocytes en souffrent principalement..

Une anémie avec carence en fer se développe.

Il y a une augmentation moyenne du nombre de leucocytes dans le sang - leucocytose, sans rotation notable de la formule leucocytaire vers la gauche. La thrombocytose et la monocytose ne sont détectées qu'aux derniers stades de l'oncologie. Tous les néoplasmes se caractérisent par une augmentation significative de la VS (vitesse de sédimentation des érythrocytes).

Une tumeur cérébrale appelée gliome.

Les tumeurs du système nerveux (système central, périphérique et cerveau) sont beaucoup moins fréquentes que les néoplasmes d'autres organes humains. La part des maladies oncologiques du système nerveux représente à peine quatre pour cent du nombre total de maladies du corps.

Les tumeurs sont classées par:

  • leur degré de maturité;
  • formule histologique;
  • localisation.

Le plus grand nombre de cas de détection de tumeurs appartient aux neuroectodermiques (près de 60% des cas) et aux membranes vasculaires (20%).

En oncologie, l'analyse du liquide céphalo-rachidien est assez souvent utilisée - une méthode de diagnostic de laboratoire pour détecter les maladies néoplasiques du cerveau. Habituellement, avec cette méthode de diagnostic, une teneur en protéines trop élevée est trouvée (presque trois fois) et il y a une cytose modérée formée par les lymphocytes.

La ponction de la moelle épinière nécessite une utilisation extrêmement prudente, car de graves conséquences de l'hypertension intracrânienne (un changement brusque de pression, provoquant une luxation de la moelle épinière) sont possibles. Dans ce cas, une petite utilisation de l'éditeur de liens est recommandée..

La biopsie est extrêmement importante pour des prédictions stables et pour calculer la faisabilité de la chirurgie..

Afin de diagnostiquer l'oncologie cérébrale, diverses méthodes de biologie moléculaire sont utilisées.

Base de connaissances: cancer du cerveau

Cancer du cerveau - une tumeur maligne dans la région du cerveau (à l'origine, et non métastasée à partir d'un autre organe).

Le cerveau est l'organe principal du système nerveux central, composé de nombreux neurones interconnectés (cellules nerveuses) et de leurs processus.

Les maladies cérébrales malignes sont très rares. Leurs symptômes, en règle générale, sont assez prononcés, le traitement est dans la plupart des cas impossible, ce qui entraîne une mort rapide..

Cancer du cerveau, glioblastome polymorphe, tumeur cérébrale maligne.

Cancer du cerveau, tumeur du cerveau, glioblastome.

Les symptômes du cancer du cerveau dépendent de la taille de la tumeur, de l'implication des parties affectées du cerveau. Au début, ils sont exprimés au minimum, puis ils augmentent progressivement. Les manifestations du cancer du cerveau sont similaires à celles d'un accident vasculaire cérébral.

Les symptômes les plus courants du cancer du cerveau sont:

  • maux de tête qui deviennent plus sévères et fréquents avec le temps,
  • nausées, vomissements, particulièrement tôt le matin, associés à une augmentation de la pression intracrânienne,
  • violation de l'attention, de la mémoire,
  • manque de coordination des mouvements, maladresse,
  • faiblesse, fatigue,
  • troubles de la parole,
  • déficience visuelle - vision double, perte de la vision périphérique (latérale),
  • problèmes d'audition,
  • perte graduelle de sensibilité dans un bras ou une jambe,
  • convulsions,
  • changements de comportement.

Informations générales sur la maladie

Le cancer du cerveau est une tumeur maligne des cellules du cerveau (implique l'apparition primaire d'une tumeur dans le cerveau et non de métastases au cerveau de cancers d'autres organes).

Le cerveau est un organe du système nerveux central, composé de nombreux neurones interconnectés (cellules nerveuses) et de leurs processus.

Les maladies cérébrales malignes sont rares, généralement chez les personnes de plus de 50 ans.

Avec le cancer du cerveau, les cellules cérébrales normales dégénèrent en cellules cancéreuses. Dans un corps sain, les cellules, apparaissant en quantité suffisante, meurent à un certain moment, laissant la place à de nouvelles. Les cellules cancéreuses commencent à se développer de manière incontrôlable, sans mourir en temps voulu. Leurs grappes et forment une tumeur.

Les causes du cancer du cerveau n'ont pas encore été établies; il peut être associé à une prédisposition héréditaire, à l'influence de certains facteurs industriels, aux rayonnements ionisants.

Les types les plus courants de cancer du cerveau sont:

  • Les gliomes (glioblastome polymorphe, gliomes anaplasiques) sont le type le plus courant. Ils proviennent des cellules gliales - le cadre structurel du cerveau. La tumeur se développe assez rapidement, entraînant la mort du patient dans les 12 mois environ.
  • Médulloblastome. Il survient dans le cervelet, survient le plus souvent chez les enfants et peut métastaser. Les symptômes comprennent une démarche instable et des mouvements des membres tremblants. La violation de l'écoulement du liquide céphalo-rachidien entraîne le développement d'une hydrocéphalie (accumulation excessive de liquide céphalo-rachidien dans la cavité crânienne). Le pronostic est défavorable.
  • Lymphome primitif. Ce type de tumeur est de plus en plus courant. Il affecte les personnes ayant une immunité réduite, les patients atteints du SIDA.
  • Personnes de plus de 50 ans.
  • Ceux avec des mutations génétiques et une prédisposition héréditaire.
  • Exposé régulièrement à des toxines - substances utilisées dans les raffineries de pétrole, dans l'industrie chimique et du caoutchouc.
  • Infecté par le VIH.
  • Les fumeurs.
  • Exposé aux rayonnements ionisants pendant la radiothérapie ou après une explosion de bombe atomique.

Si un cancer du cerveau est suspecté, un examen neurologique approfondi, une imagerie par résonance magnétique et une tomodensitométrie du cerveau sont effectués. La biopsie peut confirmer le diagnostic et déterminer le type de cancer.

En outre, une liste standard de tests de laboratoire est effectuée afin d'évaluer l'état général du patient et les fonctions des organes les plus importants:

Méthodes de recherche instrumentale:

  • la tomodensitométrie (TDM) et l'imagerie par résonance magnétique (IRM) peuvent détecter une tumeur cérébrale, déterminer sa taille et son emplacement; L'IRM a une sensibilité plus élevée pour les tissus tumoraux;
  • biopsie - prélever des cellules cérébrales pour un examen ultérieur au microscope; seule la biopsie peut déterminer le type de cancer.

Les caractéristiques du traitement du cancer du cerveau dépendent du type, de la taille et de l'emplacement de la tumeur, ainsi que de la santé du patient. Cela comprend généralement la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie. S'il est impossible de se débarrasser de la tumeur, une thérapie palliative est effectuée - visant à soulager les symptômes.

  • Chirurgie. Si possible, la tumeur est enlevée, mais le plus souvent le cancer est inopérable.
  • La radiothérapie consiste à utiliser des radiations pour tuer les cellules cancéreuses. Il est utilisé lorsqu'il est impossible d'effectuer une opération ou en combinaison avec une opération. En outre, la radiothérapie peut être effectuée en conjonction avec une chimiothérapie.
  • Chimiothérapie - utiliser des médicaments pour tuer les cellules cancéreuses.
  • La thérapie palliative vise à améliorer la qualité de vie du patient et à soulager les symptômes lorsque le traitement n'est plus possible.

Il n'y a aucun moyen de prévenir le cancer du cerveau, mais le risque de le développer peut être quelque peu réduit:

  • il est nécessaire d'éviter le contact avec les radiations (en particulier dirigées vers la zone de la tête), d'éviter l'exposition aux produits chimiques toxiques utilisés dans les raffineries de pétrole, dans la chimie, dans l'industrie du caoutchouc;
  • Ne pas fumer.

Tests sanguins pour une tumeur cérébrale: quels marqueurs tumoraux utiliser?

Un test sanguin pour une tumeur au cerveau est beaucoup moins informatif que pour les tumeurs d'une autre localisation. Dans quelle mesure les modifications du test sanguin sont-elles objectives et quels types de ceux-ci peuvent aider au diagnostic des néoplasmes malins situés dans la cavité crânienne?

Un diagnostic précis de tout néoplasme situé dans le cerveau est une tâche assez difficile..

Dans la clinique des maladies internes, avec des néoplasmes malins de l'estomac, de l'utérus, des intestins, de la peau, pour un diagnostic précis, il suffit de faire une biopsie ciblée avec une étude ultérieure de la structure histologique du tissu pathologique et de sa composition cellulaire.

Le cerveau est enfermé dans la cavité crânienne et la réalisation d'une biopsie du tissu tumoral est en soi une tâche assez difficile, bien qu'elle reste le seul moyen précis de diagnostiquer une tumeur..

À propos de la barrière hémato-encéphalique

Le tissu cérébral est séparé du flux sanguin général par la soi-disant barrière hémato-encéphalique. Une telle barrière existe afin d'éviter la pénétration incontrôlée de diverses substances absorbées dans l'intestin et passées à travers le système porte du foie, et se trouvent dans la circulation sanguine générale sans la «propre permission» du cerveau..

Dans certaines parties du cerveau, il n'y a pas de telle barrière, ce qui permet aux hormones hypophysaires d'être librement absorbées dans le sang, et les substances nocives qui pénètrent dans la circulation sanguine lors d'un empoisonnement stimulent les centres de vomissement, également situés dans le cerveau. Et d'autres parties du cerveau sont protégées de manière fiable contre la libre communication avec les capillaires sanguins, contrairement aux autres organes et tissus.

La barrière hémato-encéphalique est un problème important car elle empêche de nombreux médicaments hautement efficaces de pénétrer dans les structures cérébrales, et dans certaines maladies, par exemple, avec la méningite purulente, les antibiotiques doivent être injectés directement dans le liquide céphalo-rachidien ou le LCR..

Mais la barrière hémato-encéphalique rend non seulement difficile l'administration de médicaments dans le tissu nerveux, mais elle empêche également la libération de diverses substances du tissu nerveux dans la circulation sanguine générale..

Ce «revers de la médaille» réduit considérablement la probabilité de diagnostiquer des néoplasmes malins et volumétriques par des tests sanguins..

Nous pouvons dire qu'il est impossible de poser un diagnostic précis d'une telle pathologie du cerveau uniquement à l'aide de méthodes de diagnostic de laboratoire. Mais il existe des études qui peuvent aider un médecin à être alerte. Il s'agit du don de sang pour les marqueurs tumoraux. Et, avant d'énumérer les types de recherche, il est nécessaire de dire quand et pourquoi elle doit être effectuée..

Quels marqueurs tumoraux peuvent être utilisés?

Une terminologie correcte est la clé d'une compréhension correcte des processus qui ont lieu dans le corps, y compris pathologiques..

Ainsi, sur Internet, vous pouvez souvent lire des noms illettrés tels que "marqueurs tumoraux pour le cancer du cerveau" ou simplement le nom de la maladie comme "cancer du cerveau".

Ce nom n'a pas de sens et dans ce cas, le mot «cancer» est une dénomination commune pour toute tumeur maligne.

Mais le médecin vous dira que le cancer s'appelle des formations malignes qui proviennent de tissus épithéliaux qui ne se trouvent pas dans la cavité crânienne..

Par conséquent, il peut y avoir un cancer de la langue, un cancer du pancréas ou de l'estomac, un cancer de l'intestin ou d'autres organes, mais le cancer du cerveau, en principe, ne se produit pas.

Mais comme une telle tradition fausse a surgi, suivons son exemple et déterminons quand les marqueurs tumoraux aideront à déterminer la croissance maligne du «cancer du cerveau».

Cependant, il faut se rappeler qu'il n'y a pas de "marqueurs de tumeur cérébrale" spécifiques qui montreront sans ambiguïté la présence d'une tumeur dans la cavité crânienne. Les marqueurs tumoraux sont conçus pour détecter d'autres maladies avec un degré de probabilité plus élevé. Par exemple, l'alpha-foetoprotéine est le plus souvent utilisée pour détecter le cancer du foie..

Un marqueur tumoral tel que l'antigène prostatique (PSA) aide à détecter le cancer de la prostate. Un autre composé, CA 15-3 ou antigène glucidique, est indiqué pour la surveillance du cancer du sein, il montre sa différence avec la mastopathie.

Le marqueur tumoral Ca-125 est le principal indicateur qui permet d'établir le diagnostic du cancer de l'ovaire et surtout d'identifier la présence de métastases.

Que reste-t-il au cerveau, si bien protégé non seulement par les os du crâne, mais aussi par la barrière hémato-encéphalique? Pour diagnostiquer, ou plus précisément pour soulever des inquiétudes quant à la présence d'une croissance maligne, le médecin peut utiliser les marqueurs tumoraux suivants:

Antigène cancer-embryonnaire ou CEA

Ce composé est produit par un embryon et un fœtus humains normaux, mais après la naissance du bébé, sa production s'arrête. Chez un adulte, cette substance n'est pratiquement pas détectée dans le sang (jusqu'à 10 ng / ml).

Lorsqu'un processus tumoral malin se produit, ce métabolite réapparaît dans le sang, l'urine et d'autres liquides.

Étant donné que cet antigène n'a aucune spécificité, mais indique seulement que la croissance tumorale peut avoir commencé quelque part, il est utilisé dans le dépistage de grandes populations pour un diagnostic précoce des tumeurs..

Des informations complètes sur ce marqueur tumoral sont disponibles dans l'article Marqueur tumoral CEA: indicateurs, norme, analyse décodage.

Dans le cas où ce chiffre dépasse 20 nanogrammes par millilitre, la survenue d'un processus malin peut être suspectée. Mais le plus souvent, il est utilisé pour rechercher des néoplasmes véritablement épithéliaux ou un cancer..

Il s'agit du cancer du poumon et de la localisation colorectale, du carcinome pancréatique et du cancer du sein, des tumeurs de l'ovaire et de la prostate.

On peut dire que le but de cette étude est plus l'exception que la règle en pathologie cancéreuse du système nerveux central (système nerveux central).

Enolase spécifique aux neurones ou NSE

Ce marqueur tumoral est déjà plus caractéristique des lésions du tissu nerveux et est utilisé dans les diagnostics de laboratoire pour identifier les tumeurs malignes qui proviennent de cellules du système nerveux. Il s'agit de néoplasmes malins tels que le neuroblastome et le rétinoblastome, le phéochromocytome, le cancer du poumon à petites cellules, le carcinome de la thyroïde et d'autres tumeurs..

Si la source de la tumeur est le tissu nerveux, il n'est pas nécessaire de la localiser dans le cerveau, comme le montrent les localisations ci-dessus..

Dans la majorité des cas, ce marqueur tumoral est prescrit pour le diagnostic précoce du cancer du poumon à petites cellules, mais les néoplasmes cérébraux ne sont pas son "point fort", bien que son augmentation dans le sang avec cette localisation de l'oncologie soit également possible.

Normalement, chez un adulte, la concentration de ce marqueur tumoral dans le plasma sanguin est inférieure à 17 nanogrammes par millilitre..

Dans le cas d'une augmentation légère ou supérieure de la valeur de référence, on peut parler de l'apparition de diverses tumeurs neuroendocrines, mais leur localisation peut se faire dans tout le corps, par exemple, dans les tissus des glandes endocrines..

De plus, la concentration d'un tel marqueur tumoral comme la chromogranine A est en cours d'étude, ce qui est également indiqué pour le diagnostic des tumeurs neuroendocrines;

Protéine S 100

En neurologie, un marqueur tumoral tel que la protéine S 100 est parfois utilisé, il est associé à diverses maladies qui sont causées par la prolifération de cellules gliales, ou astrocytes dans le cerveau..

La relation entre la croissance de ce marqueur tumoral dans le plasma sanguin et divers dommages aux structures du SNC est d'un grand intérêt..

Ce ne sont pas nécessairement des néoplasmes malins: il peut s'agir d'un TBI sévère ou d'un traumatisme crânien, de processus dégénératifs, de divers accidents vasculaires cérébraux et d'hémorragies sous-arachnoïdiennes. Ce marqueur tumoral est très utile pour diagnostiquer une tumeur cutanée - le mélanome..

La valeur de ce marqueur ne dépasse pas une petite quantité de 0,105 μg / L. Une augmentation de la concentration se produit avec de nombreuses blessures, et même avec une exacerbation d'une maladie mentale comme le trouble bipolaire, qui était auparavant appelé psychose maniaco-dépressive (MDP). Aucun critère spécial de détection d'une tumeur du SNC n'a été développé pour ce marqueur tumoral..

La valeur des marqueurs tumoraux dans le diagnostic des tumeurs cérébrales

En parlant de marqueurs tumoraux, il convient de noter qu'une augmentation de leurs valeurs peut également se produire dans des conditions éloignées de la pathologie oncologique..

Ainsi, la même énolase spécifique des neurones peut augmenter considérablement avec divers accidents vasculaires cérébraux, avec des lésions des nerfs périphériques, avec une pneumonie, y compris lente et chronique, et dans d'autres conditions.

La protéine S-100 peut augmenter après une activité physique intense.

Pourquoi prescrire une étude des marqueurs tumoraux si une tumeur cérébrale maligne est suspectée, si leur augmentation des valeurs n'est en aucun cas spécifique directement aux néoplasmes malins de cette localisation, si une masse de faux positifs est possible et que cette méthode, en général, est soit un dépistage, soit un moyen de diagnostic supplémentaire ? Le fait est qu'il n'y a pratiquement pas besoin.

Pour un neurologue, la question de la croissance maligne passe parfois au second plan. Même si une tumeur bénigne apparaît à l'intérieur du cerveau, ou sur la surface interne des méninges, qui ne possède pas de croissance invasive et ne se développe pas à travers les structures cérébrales, les détruisant (méningiome, craniopharyngiome), il y a encore une autre menace.

Des symptômes neurologiques focaux se développent. Ensuite, des symptômes menaçants d'augmentation de la pression intracrânienne se joignent au blocage du liquide céphalo-rachidien, puis, avec une croissance continue, il y a des signes de compression des structures vitales du tronc cérébral.

Les symptômes de luxation du cerveau se développent rapidement avec l'apparition de son œdème - gonflement pouvant entraîner la mort.

Par conséquent, les symptômes d'une tumeur cérébrale peuvent être presque impossibles à distinguer des symptômes d'un kyste parasitaire à croissance rapide. Une image similaire peut être avec la croissance d'une cavité purulente fermée (abcès cérébral), en particulier dans le contexte d'une immunité réduite, ou en présence d'un néoplasme bénin.

C'est pourquoi, dans le diagnostic des tumeurs et des masses cérébrales, ce ne sont pas les tests sanguins qui viennent en premier, mais les méthodes modernes de diagnostic visuel..

Imagerie par résonance calculée et magnétique avec contraste, tomographie par émission de positons, qui permet de déterminer la localisation de diverses métastases qui ne se sont pas encore manifestées cliniquement, méthodes de balayage isotopique et biopsie ciblée des tumeurs à l'aide d'un équipement stéréotaxique.

Seules ces méthodes de diagnostic peuvent établir de manière fiable le type de tumeur cérébrale, prescrire un traitement et déterminer le pronostic. Sur la base d'un test sanguin, tout cela ne peut pas être fait..

Marqueurs tumoraux du cerveau: comment sont-ils appelés, préparation, précision de la détermination du cancer, décodage du résultat

Un marqueur tumoral du cancer du cerveau est constitué de composés biologiques qui commencent à apparaître dans le liquide sanguin pendant la formation d'un néoplasme malin bien avant l'apparition des premiers signes cliniques. Grâce à cette analyse, les spécialistes peuvent identifier le cancer à un stade précoce de son développement..

Quand une analyse est nécessaire

Dans le cas où les structures cellulaires du cerveau subissent un processus de mutation, on peut parler de l'apparition de l'apparition d'une tumeur cancéreuse. Dans le corps humain, une augmentation de la concentration de substances biologiquement actives se produit, car elles commencent à être produites en grandes quantités.

Pour déterminer leur présence dans le fluide biologique, diverses techniques de diagnostic non invasives sont utilisées..

Les marqueurs de tumeur cérébrale sont une protéine non spécifique produite par des structures cellulaires atypiques. Dans la plupart des cas, selon les résultats de l'étude, en fonction de leur concentration, il est possible non seulement d'identifier une lésion oncologique, mais également l'emplacement présumé de la formation de la tumeur..

Une étude en laboratoire pour identifier les composés protéiques est prescrite, tout d'abord, dans les situations où il y a suspicion de lésions cérébrales oncologiques. De plus, cette analyse est nécessaire dans le cas de la détermination de la prévalence d'une tumeur maligne.

En outre, les indications pour l'étude du liquide sanguin pour les marqueurs tumoraux sont l'exécution de tâches telles que la prédiction de l'évolution du cancer, le suivi de l'efficacité des mesures thérapeutiques.

L'analyse est également utilisée dans le cas où il est nécessaire de déterminer si les cellules cancéreuses ont été complètement éliminées pendant la chirurgie ou non..

Types de marqueurs tumoraux

Pour identifier une lésion cérébrale maligne, dans le domaine de l'oncologie, les spécialistes utilisent les types de marqueurs suivants.

La production d'antigène embryonnaire cancéreux se produit par l'embryon et le fœtus en l'absence de toute anomalie du développement. Après la naissance du bébé, ce marqueur cesse de produire. Chez un adulte, il n'est pratiquement pas détecté dans le liquide sanguin et ne dépasse pas 10 ng / ml.

Dans le cas où la formation d'une tumeur maligne se produit, ce métabolite réapparaît dans le sang, l'urine ou d'autres liquides biologiques.

Cet antigène n'étant pas spécifique et ne pouvant indiquer la présence d'un processus oncologique dans aucun organe, il est prescrit lors du dépistage de la population afin de détecter la maladie aux premiers stades de développement..

Ce marqueur tumoral est appelé énolase spécifique des neurones. Il indique déjà dans une plus large mesure la présence de lésions cancéreuses des structures du tissu nerveux. Une analyse pour sa détermination est prescrite dans les situations où il est nécessaire de diagnostiquer une formation de tumeur maligne, dans la formation de laquelle les cellules du système nerveux sont directement impliquées.

Ces tumeurs comprennent le rétinoblastome, le neuroblastome, le cancer de type à petites cellules, le phéochromocytome et d'autres néoplasmes.

Il est à noter que lorsqu'une tumeur se forme à partir de tissu nerveux, elle ne doit pas nécessairement être située dans la région du cerveau. Le plus souvent, le marqueur tumoral montre un cancer du poumon non à petites cellules aux premiers stades de développement. Cependant, dans certains cas, il y a une augmentation de sa concentration dans la composition du liquide sanguin et avec des dommages oncologiques au cerveau..

Il s'agit d'un marqueur du cancer dont la production est notée dans le cancer de la prostate chez l'homme de plus de quarante ans. C'est pourquoi il n'est jamais présent dans le sang de la moitié féminine de la population. A l'état normal, la concentration de cet élément ne dépasse pas 4 ng / ml. À un plus jeune âge, ce chiffre doit être inférieur à 2,7 ng / ml.

Dans le cas où le niveau de cet antigène spécifique de la prostate augmente, cela peut indiquer non seulement une tumeur de la prostate, mais également une lésion cancéreuse du cerveau..

Pour déterminer le PSA, le liquide sanguin est prélevé dans la veine cubitale. Les recherches en laboratoire doivent être effectuées le matin à jeun.

CA 15-3

C'est un marqueur tumoral spécifique des lésions mammaires. Il peut également être utilisé en cas de détection de lésions oncologiques du cerveau, notamment en cas de suspicion de propagation de métastases dans le cancer du sein au niveau de cette structure anatomique..

Pour effectuer un test de laboratoire, du liquide sanguin veineux est prélevé. Chez la femme, la concentration de ce marqueur ne dépasse pas 20 U / ml..

CYFRA 21-1

Il appartient également aux antigènes du cancer et fait partie de la cytokératine 19 (partie du squelette des cellules épithéliales). Ces substances appartiennent à la catégorie des composés protéiques intracellulaires solubles. C'est à leurs dépens que se produit la formation du cytosquelette. Plusieurs types de cytokératines peuvent être produits dans le tissu épithélial du système respiratoire..

Leur entrée dans la circulation sanguine est notée à la suite du processus destructeur des cellules, ainsi que de changements nécrotiques dans la formation de tumeurs.

Il existe une sensibilité accrue du marqueur tumoral CYFRA 21-1 à des types de cancer tels que les cancers squameux et non à petites cellules. Une augmentation de sa concentration se produit dans la plupart des cas avec des métastases du cancer du poumon au cerveau. Dans un état normal, la valeur de cet antigène doit être inférieure à 3,5 ng / ml.

Formation

Pour que les résultats de la recherche en laboratoire soient aussi fiables que possible, il est nécessaire de respecter certaines des recommandations données par un spécialiste. Si les mesures préparatoires ne sont pas correctement effectuées, la probabilité de recevoir des données incorrectes augmente plusieurs fois. De plus, leur concentration ne correspondra pas aux vraies valeurs..

En préparation du prélèvement d'un échantillon de liquide biologique pour la détermination des marqueurs tumoraux du cancer du cerveau, vous devez effectuer un certain nombre d'étapes.

Tout d'abord, le soir la veille de la date fixée, il est impératif d'exclure l'utilisation de boissons alcoolisées et de tout aliment.

Il est nécessaire de ne prendre l'analyse que le matin à jeun.

Si vous connaissez l'heure à laquelle l'examen diagnostique sera effectué, c'est-à-dire que la dernière fois est autorisée au plus tard huit heures avant la procédure.

De plus, avant la manipulation, il est important de ne pas exposer le corps à des efforts physiques et à des situations stressantes..

Un test sanguin pour les marqueurs du cancer peut être effectué en utilisant un certain nombre de techniques. C'est pour cette raison que les valeurs de référence doivent être indiquées sur le formulaire de conclusion..

Dans le cas où une analyse répétée est prescrite pour le contenu des marqueurs tumoraux afin de surveiller la dynamique du développement du processus oncologique et l'état général du patient, elle doit être effectuée dans le même établissement médical où le prélèvement sanguin initial a eu lieu..

Il est également important d'arrêter de prendre certains médicaments 2-3 jours avant l'étude. S'il est impossible de le faire, informez-en l'assistant de laboratoire.

Qu'est-ce qui peut fausser le résultat

Dans certains cas, un tel moment n'est pas exclu que les résultats de l'analyse se révèlent peu fiables. Cela peut arriver si le patient n'a pas suivi les règles de préparation à l'examen, a pris certains médicaments qui auraient dû être exclus, a fait du sport la veille ou était dans un état de stress sévère..

De plus, les données finales peuvent être affectées par le non-respect des règles de l'étude en raison de la faute de l'assistant de laboratoire..

Précision de la recherche

Jusqu'à présent, il n'a pas été possible de déterminer un marqueur tumoral spécifique du cancer du cerveau. Pour cette raison, une étude en laboratoire de ces antigènes est toujours en cours, dont une augmentation de la concentration dans le sang ne peut qu'indiquer le développement d'une formation de tumeur maligne..

La détermination simultanée des symptômes neurologiques augmente les chances de diagnostic primaire du processus oncologique dans le cerveau.

Par conséquent, lorsqu'un groupe de marqueurs tumoraux est trouvé, le diagnostic de la maladie ne s'arrête pas là. Au contraire, les médecins mettent en œuvre un certain nombre de mesures, sur la base des résultats desquels les hypothèses initiales sont confirmées ou réfutées..

Décoder les résultats

L'interprétation des données reçues est exclusivement un spécialiste..

Lorsque la valeur CEA est supérieure à vingt nanogrammes par millilitre de fluide biologique, dans ce cas, il y a tout lieu de croire qu'un processus oncologique est présent dans l'organisme..

Il est à noter que dans la plupart des cas, cette analyse est utilisée pour détecter des tumeurs constituées de cellules épithéliales. Ici, on peut parler de cancer du sein, du poumon, des ovaires ou de la prostate.

Dans le cas de la formation d'une formation tumorale dans la région du cerveau, cette étude est une exception..

Si nous parlons du niveau d'énolase spécifique des neurones, alors à l'état normal, sa valeur ne doit pas être supérieure à 17 ng / ml. S'il y a une augmentation légère ou prononcée, cela peut indiquer la présence de tumeurs de type neuroendocrinien. Cependant, il faut garder à l'esprit que ces néoplasmes peuvent affecter n'importe quelle structure anatomique interne..

En complément, une étude de la chromogranine A est utilisée. L'établissement de sa concentration est également important dans la détection des tumeurs malignes..

La valeur normale de la protéine S 100 est d'environ 0,105 μg / l. Une augmentation du niveau de cet élément peut être observée dans diverses lésions malignes, y compris le cancer du cerveau..

Le niveau d'antigène prostatique spécifique (PSA) augmente également avec la propagation des métastases dans la région cérébrale en cas de cancer de la prostate.

En ce qui concerne le marqueur tumoral CA 15-3, alors quand il est dépassé de 30 unités ou plus, on parle de sa concentration élevée, supérieure à 50 unités / ml - à peu près surestimée. Une telle augmentation du marqueur est possible dans le contexte de la présence d'un processus métastatique dans le cerveau..

Avec la propagation de métastases au cerveau avec des lésions pulmonaires, une augmentation du niveau de l'antigène CYFRA 21-1 est également détectée. De plus, cet indicateur peut augmenter avec les métastases du cerveau aux poumons..

L'analyse des marqueurs tumoraux d'une tumeur maligne dans le cerveau est la plus informative par rapport à l'examen général de laboratoire du liquide sanguin. Cependant, il faut se rappeler que de tels antigènes ne sont pas spécifiques et ne peuvent pas être une preuve à cent pour cent de la présence d'un cancer dans cet organe..

Si, lors de l'examen, une concentration surestimée de ces marqueurs est établie, le spécialiste procède à un diagnostic plus approfondi, grâce auquel il est possible de confirmer ou de nier la maladie.

Tumeur cérébrale (cancer)

Le cancer du cerveau est une maladie rare. Cela se produit dans 1 à 2 cas d'oncologie sur 100. Mais vous devez le savoir, car les symptômes de cette maladie, à première vue, coïncident avec les symptômes d'autres maladies moins dangereuses. Et les ignorer et retarder une visite chez le médecin peut entraîner une complication grave du traitement ultérieur..

Classification des tumeurs cérébrales

  1. Les néoplasmes neuroépithéliaux sont le cas le plus courant. Ils surgissent directement dans les tissus cérébraux et sont incurables.
  2. Méningiome - le cancer affectant la muqueuse du cerveau représente jusqu'à un quart de tous les cas d'oncologie dans la région de la tête.
  3. Les tumeurs qui se forment dans la glande pituitaire sont assez fréquentes. Les raisons de leur apparition sont une commotion cérébrale ou une contusion cérébrale, des maladies infectieuses, ainsi que le contact du patient avec un environnement toxique..
  4. Le cancer peut également affecter les nerfs à l'intérieur du crâne..

Ces néoplasmes sont toujours bénins, peuvent être trouvés chez une personne à tout âge et sont efficacement traités par chirurgie. Une tumeur cérébrale peut se développer dans un embryon au cours de sa croissance intra-utérine. Cette situation est assez dangereuse, mais très rare..

La maladie évolue avec le temps, passant par plusieurs stades. Les stades du cancer du cerveau se produisent séquentiellement, du premier, le plus sûr, au quatrième, dans lequel la thérapie est considérablement difficile.

En règle générale, un patient souffrant d'une tumeur cérébrale se voit attribuer un degré (groupe) d'incapacité: le troisième - à caractère bénin, le second - à caractère malin et le premier - à métastases étendues.

Symptômes

  • Maux de tête. Ils ont un caractère terne et éclatant, ils atteignent la force principale le matin. Sont les signes les plus courants de cancer du cerveau. Pire lorsque vous toussez, éternuez ou faites de l'exercice.
  • Vomissement. Le deuxième symptôme le plus courant, presque jamais accompagné de nausées.
  • Vertiges.

Apparition soudaine en inclinant ou en tournant la tête, accompagnée d'une perte d'équilibre.

  • Faiblesse générale, fatigue accrue due aux activités les plus ordinaires.
  • Détérioration de la vision. Une tumeur cérébrale conduit à l'apparition de brouillard, "vole" devant les yeux, des problèmes de reconnaissance d'objets commencent.

    Si elle n'est pas traitée, la vision peut être complètement perdue..

  • Déficience auditive. Il peut y avoir à la fois une perte auditive directe et des problèmes de reconnaissance des sons.
  • Diminution de la sensibilité cutanée.
  • Troubles de la parole.
  • Diminution du contrôle de votre corps avec les yeux fermés.

  • Le cancer du cerveau à un stade précoce entraîne souvent des convulsions. Avec le développement des maladies, les intervalles entre elles diminuent..
  • Problèmes de mémoire. Oublier des choses et des faits qui se trouvent dans la mémoire à long terme (par exemple, les lettres peuvent commencer à être oubliées). Également perturbé par l'alignement des chaînes de cause à effet.
  • Les troubles mentaux. Une personne montre de l'agressivité, de l'irritation, de l'irascibilité.
  • Une tumeur cérébrale peut provoquer une paralysie partielle ou complète. En raison de dommages à certaines zones du cortex cérébral, la connexion dite «cerveau-muscle» est perturbée, ce qui fait que les impulsions des centres moteurs n'atteignent pas les muscles..
  • Changements dans les niveaux d'hormones.
  • Hallucinations auditives et visuelles.
  • Les symptômes d'une tumeur cérébrale peuvent apparaître individuellement ou en groupes. Tout dépend des fonctions du corps responsables des parties du cerveau touchées par un néoplasme oncologique.

    Selon la durée de votre vie avec, le cancer du cerveau entraîne un mal de tête très spécifique qui commence dans la seconde moitié du sommeil ou le matin et disparaît après le réveil.

    Cela se produit parce que lors de la prise d'une position couchée dans le corps, une redistribution du liquide se produit, qui se précipite vers la région de la tête. En conséquence, le tissu cérébral, y compris une tumeur, retient une partie du liquide, tout en augmentant en taille.

    Le néoplasme commence à appuyer sur les méninges, ce qui entraîne de la douleur. Mais dès qu'une personne prend une position verticale (par exemple, pour se lever après avoir dormi), du liquide commence à s'écouler de la tête et la douleur disparaît.

    Par le type de symptômes, le lieu de localisation de l'oncologie est établi avec une précision suffisante, et par leur développement, on peut juger de la vitesse à laquelle une tumeur cérébrale se développe. Avec son augmentation, la croissance cancéreuse commence à faire pression sur divers domaines. Plus la pression est élevée, plus la violation des fonctions corporelles dont cette zone est responsable est importante.

    Diagnostic et traitement

    Lorsque 2-3 symptômes apparaissent, vous devez vous présenter à un rendez-vous avec un médecin généraliste ou un neurologue. Cela devrait être fait le plus tôt possible, car le traitement du cancer dans les premiers stades de développement est beaucoup plus facile que dans les derniers. Le spécialiste vous donnera un diagnostic préliminaire, puis vous enverra pour un examen supplémentaire, après quoi la conclusion finale sera connue.

    La suspicion d'une tumeur cérébrale peut nécessiter les mesures suivantes pour clarifier le diagnostic:

    • Visite avec un optométriste et contrôle du fond d'œil
    • Analyse sanguine générale
    • Chimie sanguine
    • Électroencéphalographie du cerveau
    • Imagerie par résonance magnétique du cerveau (en règle générale, l'IRM avec amélioration du contraste est utilisée pour le diagnostic)
    • Détermination de l'activité des réflexes tendineux.
    • Tests tactiles et de sensibilité à la douleur
    • Tests de coordination: les yeux fermés, touchez votre nez avec votre doigt, et tenez-vous également en position Rombert (position bras tendus vers l'avant, pieds connectés et yeux fermés).

    Après avoir confirmé que le patient a vraiment une tumeur au cerveau, il est admis dans un hôpital oncologique. Ensuite, des décisions sont prises sur le traitement à prescrire, si l'opération doit être effectuée et comment elle affectera la santé..

    Avant la chirurgie, un échantillon de biopsie de la tumeur est prélevé sur la tête et soigneusement examiné. À la suite de toutes les études, le patient se voit prescrire un traitement complexe, long et pas cher.

    Traitement symptomatique

    Le traitement symptomatique comprend des moyens et des méthodes qui réduisent les effets négatifs survenus à la suite de l'oncologie. Ils n'affectent pas la cause elle-même, mais ne font que rendre la vie du patient plus confortable..

    Pour le traitement symptomatique, les éléments suivants sont utilisés:

    • Analgésiques (Ketanov)
    • Analgésiques narcotiques (morphine)
    • Décongestionnants (prednisolone)
    • Sédatifs pour réduire les troubles nerveux et mentaux
    • Médicaments antiémétiques. Ces derniers sont utilisés non seulement pour lutter contre les vomissements causés par une tumeur cérébrale, mais aussi en chimiothérapie et radiothérapie..

    Chirurgie

    L'intervention chirurgicale est la méthode de traitement la plus efficace, mais, pour des raisons évidentes, la plus difficile. De plus, il n'est pas toujours possible de l'appliquer, car.

    la tumeur est retirée avec du tissu sain pour éviter une nouvelle récidive.

    Si le néoplasme est volumineux (si les derniers stades du cancer du cerveau sont diagnostiqués) ou s'il est localisé dans des zones vitales, l'opération est impossible.

    Radiothérapie

    La radiothérapie est l'une des principales méthodes de lutte contre les tumeurs. Il peut être combiné avec un traitement chirurgical et une chimiothérapie, ou être un remède indépendant. Lors de l'utilisation de la radiothérapie, il est nécessaire de déterminer la dose exacte de rayonnement nécessaire pour affecter efficacement les cellules malades.

    Cela peut être aidé par les résultats de la tomodensitométrie et de l'IRM, ainsi que les données obtenues lors de l'opération précédente, si elle a été réalisée. Une partie distincte du cerveau et le cerveau entier peuvent être irradiés si plusieurs tumeurs ou métastases sont observées.

    Ce type de traitement est très difficile à tolérer pour le patient, par conséquent, des médicaments sont utilisés avec lui qui réduisent les effets négatifs de la thérapie elle-même..

    Chimiothérapie

    La chimiothérapie est également un traitement largement utilisé pour le cancer. Une biopsie de la tumeur est prélevée sur le patient, à partir de laquelle la dose requise du médicament et la durée du cours sont établies.

    En règle générale, le cancer du cerveau nécessite l'utilisation de plusieurs médicaments d'origine naturelle, synthétique ou semi-synthétique. Les médicaments sont administrés en cours, entre lesquels le patient est testé pour déterminer le degré de dépression du corps à partir de ce type de thérapie.

    Ainsi, avec de mauvaises performances, le traitement peut être modifié ou complètement annulé..

    Radiochirurgie

    C'est un type de radiothérapie dans lequel les cellules tumorales sont stérilisées. Cela se produit à la suite d'une irradiation unique (parfois multiple) du néoplasme avec une forte dose de rayonnement ionisant.

    La méthode est une alternative à la chirurgie, mais elle présente un inconvénient: lorsqu'elle est appliquée, des améliorations sont observées après une longue période, de plusieurs mois à un an ou plus. Le nom même de «radiochirurgie» n’est pas tout à fait exact, car.

    aucune opération n'a lieu, et le terme coincé en relation avec des raisons historiques.

    Cryochirurgie

    Cette méthode de traitement permet de détruire les cellules douloureuses du corps en les exposant à de basses températures. Le cancer du cerveau est bien traité en introduisant des cryosondes spéciales qui affectent les cellules profondément dans le corps..

    Contrairement à la radiochirurgie, la cryochirurgie n'est pas un substitut, mais plutôt un complément à une intervention chirurgicale traditionnelle, bien qu'elle puisse être utilisée séparément.
    Avec un accès rapide aux médecins et une thérapie appropriée, les patients atteints d'une tumeur au cerveau vivent pendant des années, voire des décennies.

    Au contraire, si la visite chez un spécialiste est retardée lorsque des symptômes d'oncologie apparaissent, le risque de décès est de 60 à 70%.

    Par conséquent, prenez soin de votre santé, évitez le stress, passez moins de temps devant l'ordinateur et le téléphone portable, consultez régulièrement un neurologue et suivez une thérapie par résonance magnétique (le principal moyen de détecter le cancer du cerveau à un stade précoce).

    Vous avez trouvé la réponse dans l'article? Partage avec tes amis: