Principal > Sclérose

Conséquences d'un kyste arachnoïdien dans le cerveau

Le kyste arachnoïdien du cerveau est une formation contenant du liquide céphalo-rachidien, dont la capsule est constituée par les cellules de la membrane arachnoïdienne ou du tissu conjonctif. Le kyste du liquide céphalo-rachidien arachnoïdien est localisé entre la membrane arachnoïdienne et la surface externe du cerveau. La dynamique du néoplasme est principalement latente, cependant, avec une augmentation du contenu de liquide céphalo-rachidien dans le kyste, le tableau clinique est caractérisé par des symptômes de carence focale et un syndrome d'augmentation de la pression intracrânienne.

Le processus volumétrique se produit dans diverses parties du cerveau. Les sites les plus courants sont la fosse crânienne postérieure, la zone du sillon sylvien et au-dessus de l'hypophyse. Plus de 4% de la population mondiale sont porteurs du kyste. Les femmes tombent malades 4 fois moins souvent que les hommes.

Général

Le kyste arachnoïdien du cerveau chez le fœtus est souvent associé à d'autres pathologies. Il s'agit principalement du syndrome de Marfan et de la dysgénésie ou agénésie du corps calleux.

De par sa structure, un kyste arachnoïdien du cerveau chez l'adulte et l'enfant est:

  1. Facile.
  2. Compliqué.

Une formation simple à l'intérieur est tapissée de cellules des méninges arachnoïdiennes. Un tel processus volumétrique est sujet à la production de liquide céphalo-rachidien. Une maladie complexe consiste en une variété de tissus, le plus souvent des cellules gliales du cerveau sont incluses dans la structure. Cette classification ne s'applique pas à la neurologie pratique. Cependant, les données sur la structure histologique sont prises en compte lors du diagnostic selon la classification internationale des maladies..

Selon la dynamique de développement, il y a:

  • Progresser.
  • Congelé.

Les symptômes d'un kyste arachnoïdien augmentent rapidement dans la première variante. La dynamique négative s'explique par une augmentation du diamètre du néoplasme, en raison de laquelle la formation comprime les tissus adjacents et provoque le tableau clinique des troubles neurologiques. Les kystes congelés ont une dynamique positive: ils n'augmentent pas en taille et procèdent secrètement. Cette classification est utilisée en neurologie pratique: le choix du traitement dépend du type de dynamique..

L'espérance de vie dépend de la dynamique. Ainsi, avec un kyste gelé, une personne peut vivre toute sa vie et mourir de mort naturelle, car l'éducation n'a pas atteint des dimensions critiques. En raison de l'absence de tableau clinique, ces personnes ne savent généralement pas qu'elles ont un processus volumineux dans la tête..

Les kystes progressifs réduisent la qualité de vie d'une personne. Un kyste est dangereux avec des complications, par exemple, une hydrocéphalie occlusive aiguë, à cause de laquelle les parties du tronc cérébral du cerveau sont déplacées et une personne meurt d'une violation des fonctions vitales de la moelle allongée (respiration et travail du système cardiovasculaire).

La conscription dans l'armée dépend de la gravité du tableau clinique. Ainsi, un jeune homme est complètement libéré du service dans le cas où un syndrome hypertensif et des troubles neurologiques graves sont présents dans le tableau clinique. Un délai de 6 mois ou d'un an est accordé à un jeune homme si son tableau clinique révèle des troubles neurologiques modérés et qu'il n'y a pas de syndrome d'augmentation de la pression intracrânienne.

Les raisons

Par origine, le néoplasme est de deux types:

  1. Kyste arachnoïdien congénital. Le deuxième nom est le vrai kyste. La forme congénitale est le résultat d'anomalies dans le développement du système nerveux central du fœtus lors de la maturation intra-utérine. De tels défauts se développent à la suite d'infections intra-utérines (herpès, toxoplasmose, rubéole), d'intoxication maternelle (alcool, drogues), de radiations.
  2. Kyste acquis. Il se développe en raison des effets de raisons intravitales: traumatisme cranio-cérébral, neuroinfections, hémorragie cérébrale et hématomes, opérations antérieures sur le cerveau.

Image clinique

Tout kyste du cerveau est caractérisé par un syndrome d'augmentation de la pression intracrânienne. Ses signes:

  • des maux de tête éclatants, des étourdissements;
  • envie de vomir;
  • bruit d'oreille, précision de vision diminuée;
  • une sensation de pulsation dans les tempes;
  • marche imprécise;
  • somnolence;
  • labilité émotionnelle, larmoiement, irascibilité, troubles du sommeil.

Au fur et à mesure que la maladie progresse et augmente de diamètre, les symptômes deviennent plus prononcés. Ainsi, le mal de tête devient chronique, augmente avec un changement de position de la tête. L'audition diminue, une diplopie se produit (vision double dans les yeux), des mouches apparaissent devant les yeux avec un changement brusque de la position du corps et s'assombrissent dans les yeux eux-mêmes.

Des symptômes neurologiques insuffisants se développent. La parole est bouleversée: les patients parlent indistinctement, les mots et les sons sont inarticulés, il est difficile pour les autres de comprendre leur conversation. La sphère de coordination est bouleversée, la démarche est perturbée. La force musculaire est affaiblie, souvent de type hémiparésie (diminution de la force des muscles squelettiques du bras et de la jambe d'un côté du corps). La perte d'une zone sensible par hémitype est possible. La conscience est souvent bouleversée: une syncope (perte de conscience à court terme) est observée. Le tableau clinique est également complété par des crises et des troubles mentaux du type d'hallucinations élémentaires visuelles ou auditives.

Si le kyste est congénital, le bébé se développe plus lentement. Il montre des signes de développement psychomoteur retardé. Il commence plus tard à s'asseoir, fait ensuite les premiers pas et prononce les premières lettres. Les performances scolaires sont réduites par rapport à la moyenne des autres enfants.

Les symptômes dépendent également de la localisation du processus volumétrique:

  1. Kyste arachnoïdien du lobe temporal gauche. Elle s'accompagne de troubles de l'audition et de la perception de la parole. Souvent, les patients ne comprennent pas la langue parlée, mais il est toujours possible de former leurs propres phrases.
  2. Kyste arachnoïdien du PCF. Situé dans la fosse postérieure, le kyste peut comprimer et endommager le cervelet. Le kyste arachnoïdien du cervelet entraînera une altération de la coordination et de la marche.
  3. Les signes de kyste du liquide céphalo-rachidien arachnoïde de la fissure latérale gauche du cerveau sont généralement rares. Une manifestation typique est le syndrome d'augmentation de la pression intracrânienne. Cependant, le kyste arachnoïdien de la fissure latérale du cerveau à gauche peut se manifester par des convulsions ou des problèmes de déglutition.
  4. Le kyste arachnoïdien de la cisterna magna se manifeste par un syndrome hypertensif typique.

Diagnostique

Deux méthodes de neuroimagerie ont la plus grande valeur diagnostique:

  • CT scan. Sur la tomodensitométrie, les kystes ont des contours clairs. La tumeur elle-même déplace les structures adjacentes.
  • Imagerie par résonance magnétique. Le kyste à l'IRM a des paramètres similaires. La tomographie magnétique aide au diagnostic différentiel des kystes, par exemple, en utilisant une IRM, vous pouvez distinguer un kyste arachnoïdien d'un kyste épidermoïde. À l'aide de la cisternographie par résonance magnétique, il est possible d'identifier les parois des tissus adjacents adjacents au kyste.

Des méthodes de dépistage sont utilisées pour les nouveau-nés, en particulier la neurosonographie et la tomodensitométrie en spirale. En cas de doute, une imagerie par résonance magnétique en mode angiographie améliorée par contraste est prescrite.

Dans le diagnostic, des méthodes de routine sont également prescrites: formule sanguine complète, test sanguin biochimique, analyse du liquide céphalo-rachidien. Un examen par un neurologue, un psychologue et un psychiatre est indiqué. Ces spécialistes évaluent l'état mental et neurologique: l'intégrité de la conscience, la sensibilité, le mouvement, la présence de convulsions, d'hallucinations ou de troubles émotionnels.

Traitement

Si l'éducation est de taille normale, le traitement n'est pas appliqué. Le traitement médicamenteux dépend du tableau clinique. Le plus souvent, le syndrome d'augmentation de la pression intracrânienne prédomine et des signes d'hydrocéphalie sont présents. Dans ce cas, les diurétiques sont montrés au patient. Ils réduisent le niveau de liquide dans le corps, éliminant ainsi les symptômes de l'hydropisie.

La chirurgie est le principal moyen d'éliminer la cause des symptômes. Dans quels cas une intervention chirurgicale est-elle indiquée:

  1. syndrome d'augmentation de la pression intracrânienne et de l'hydrocéphalie provoquée par celui-ci;
  2. symptômes neurologiques de déficit croissant;
  3. kystes affectant ou déplaçant les structures cérébrales adjacentes;
  4. violation de la dynamique du LCR.

Dans quels cas l'opération ne peut pas être effectuée:

  • conditions décompensées sévères, accompagnées d'une altération des fonctions vitales (respiration et rythme cardiaque);
  • méningite aiguë ou encéphalite.

Le déroulement de l'opération est surveillé par un diagnostic échographique peropératoire et une neuronavigation.

  1. Endoscopie. Pendant l'opération, les parois du kyste sont disséquées et des messages sont créés avec le système ventriculaire, en particulier, avec les citernes du cerveau.
  2. Méthode microchirurgicale. Tout d'abord, la dure-mère est disséquée, puis les parois du néoplasme sont disséquées. Une partie du matériel retiré est envoyée pour une recherche en laboratoire.
  3. Méthode de shunt liquide. Le but de l'opération est de drainer le liquide de kyste dans la cavité communiquée la plus proche.

Complications postopératoires possibles:

  • liquorrhée (fuite possible de liquide céphalo-rachidien de la plaie);
  • nécrose chirurgicale des plaies;
  • divergence des coutures.

Après la chirurgie, un adulte ou un enfant doit être suivi par un neurologue, un ophtalmologiste, un neuropsychologue, un pédiatre et un neurophysiologiste. L'imagerie par résonance magnétique et la tomodensitométrie doivent être effectuées chaque année.

Le traitement avec des remèdes populaires n'est pas recommandé. Pas une seule recette de médecine traditionnelle n'a une base de preuves. Faire un traitement à domicile, le patient perd de l'argent et du temps.

La maladie de la chèvre est-elle dangereuse? Les complications et la gravité du tableau clinique dépendent du type: formation congelée ou progressive. La première option n'est pas dangereuse. Le processus volumétrique progressif peut être fatal.

Symptômes et traitements du kyste arachnoïdien dans le cerveau

Le kyste arachnoïdien du cerveau est un néoplasme bénin sous la forme d'une vessie située entre les membranes du cerveau et remplie de liquide céphalo-rachidien. Dans la plupart des cas, la pathologie est asymptomatique, elle est détectée par hasard lors d'une IRM. Cependant, une formation importante exercera une pression sur le tissu cérébral, entraînant la progression de symptômes désagréables. Il convient d'examiner plus en détail ce qu'est un kyste arachnoïdien, ses causes, ses symptômes et ses tactiques de traitement.

Types de kystes cérébraux

Les types de néoplasmes suivants sont distingués, en fonction de la localisation:

  1. Kyste arachnoïdien. L'éducation est située entre les membranes du cerveau. Il est plus souvent diagnostiqué chez les patients de sexe masculin. En l'absence de croissance néoplasique, le traitement n'est pas nécessaire. Dans l'enfance, il peut provoquer l'apparition d'hydrocéphalie, une augmentation de la taille du crâne.
  2. Kyste arachnoïdien rétrocérébelleux du cerveau. Le développement de l'éducation pathologique dans l'épaisseur de l'organe est caractéristique. Les principales raisons: accident vasculaire cérébral, encéphalite, insuffisance sanguine. Le kyste rétrocérébelleux peut détruire les neurones du cerveau.
  3. Kyste sous-arachnoïdien du cerveau. Il s'agit d'une formation pathologique congénitale découverte par hasard. La maladie peut provoquer des convulsions, une instabilité de la démarche, des battements à l'intérieur de la tête.
  4. Kyste du liquide céphalo-rachidien arachnoïdien. L'éducation se développe chez les patients présentant des changements athéroscléreux et liés à l'âge.

Selon les causes du développement, la pathologie est:

  • primaire (congénitale). Formé lors du développement intra-utérin du fœtus ou à la suite de la suffocation chez un enfant lors de l'accouchement. Un exemple d'une telle formation est un kyste de poche de Blake;
  • secondaire. L'éducation pathologique se développe dans le contexte de maladies passées ou d'exposition à des facteurs environnementaux.

Selon le tableau clinique de la maladie, il y a:

  • formations progressives. Une augmentation des symptômes cliniques est caractéristique, associée à une augmentation de la taille de la formation arachnoïdienne;
  • néoplasmes congelés. Avoir un cours latent, ne pas augmenter de volume.

Déterminer le type de kyste cérébral selon cette classification est d'une importance capitale pour le choix de tactiques thérapeutiques efficaces..

Causes du kyste arachnoïdien

Congénitale (kyste cérébral chez les nouveau-nés) se forme dans le contexte de perturbations dans les processus de développement intra-utérin du cerveau. Facteurs provoquants:

  • infection intra-utérine du fœtus (herpès, toxoplasmose, cytomégalovirus, rubéole);
  • intoxication (consommation d'alcool, tabagisme, consommation de drogues à effet tératogène, toxicomanie);
  • irradiation;
  • surchauffe (exposition fréquente au soleil, bains, saunas).

Un kyste arachnoïdien du sinus principal peut se développer dans le contexte du syndrome de Marfan (mutations dans le tissu conjonctif), hypogenèse du corps calleux (absence de septa dans cette structure).

Des formations secondaires se développent en raison de ces conditions:

  • lésion cérébrale traumatique;
  • chirurgie cérébrale;
  • troubles de la circulation cérébrale: accident vasculaire cérébral, maladie ischémique, sclérose en plaques;
  • processus dégénératifs dans le cerveau;
  • maladies infectieuses (méningite, méningo-encéphalite, arachnoïdite).

Un kyste arachnoïdien dans la région temporale se développe souvent en raison du développement d'un hématome.

Manifestations cliniques

Dans 80% des cas, un kyste arachnoïdien du cerveau n'entraîne pas le développement de symptômes désagréables. La pathologie est caractérisée par la présence de symptômes non spécifiques, ce qui complique le diagnostic. Les manifestations de la maladie sont déterminées par la localisation de la formation pathologique, sa taille.

Les signes communs suivants d'un kyste cérébral sont distingués:

  1. Vertiges. C'est le symptôme le plus courant et ne dépend pas de l'heure de la journée ou des facteurs d'exposition..
  2. Nausée et vomissements.
  3. Convulsions (contraction et secousses musculaires involontaires).
  4. Mal de crâne. Caractérisé par le développement d'un syndrome douloureux aigu et intense.
  5. Peut-être une mauvaise coordination (démarche chancelante, perte d'équilibre).
  6. Pulsation à l'intérieur de la tête, sensation de lourdeur ou de compression.
  7. Hallucinations.
  8. Confusion de conscience.
  9. Évanouissement.
  10. Diminution de l'acuité visuelle et de l'audition.
  11. Engourdissement des membres ou des parties du corps.
  12. Déficience de mémoire.
  13. Bruit dans les oreilles.
  14. Tremblements de la main et de la tête.
  15. Trouble du sommeil.
  16. Troubles de la parole.
  17. Développement de la paralysie et de la parésie.

Avec la progression de la maladie, des symptômes cérébraux se développent, associés à une hydrocéphalie secondaire (violation de l'écoulement du liquide céphalo-rachidien).

Avec un kyste du lobe frontal, les symptômes suivants peuvent se développer:

  • diminution du niveau intellectuel;
  • loquacité;
  • violation de la démarche;
  • la parole devient trouble;
  • les lèvres sont tirées sous la forme d'un tube.

Avec un kyste arachnoïdien du cervelet, les symptômes suivants sont notés:

  • hypotension des muscles;
  • violations de l'appareil vestibulaire;
  • instabilité de la démarche;
  • mouvements oculaires involontaires;
  • développement de la paralysie.

Il convient de noter qu'un kyste cérébelleux peut être un néoplasme assez dangereux..

Un néoplasme arachnoïdien à la base du cerveau peut provoquer le développement de tels signes:

  • violation du fonctionnement des organes de la vision;
  • strabisme;
  • incapacité à bouger les yeux.

La masse arachnoïdienne congénitale chez les enfants peut provoquer les symptômes suivants:

  • fontanelle pulsante;
  • diminution du tonus des membres;
  • regard désorienté;
  • régurgitation abondante après la tétée.

Le kyste arachnoïdien de la fosse crânienne postérieure provoque le développement de tels signes:

  • maux de tête persistants;
  • paralysie de la moitié du corps;
  • les troubles mentaux;
  • crampes fréquentes et sévères.

Le kyste du lobe temporal est caractérisé par le développement de symptômes de la «psyché frontale»: les patients ne sont pas critiques de leur propre bien-être, des larmes se développent, des hallucinations auditives et visuelles apparaissent.

Mesures diagnostiques

Lors d'un examen de routine par un médecin, il est impossible d'identifier une tumeur arachnoïdienne. Les symptômes ne peuvent qu'indiquer le développement de formations pathologiques, par conséquent, cela deviendra une raison de procéder à un examen matériel:

  1. IRM ou TDM. Permet de déterminer la présence d'un kyste, d'évaluer sa taille, sa localisation.
  2. Angiographie de contraste. Aide à éliminer la présence de tumeurs malignes - le cancer est capable d'accumuler des agents de contraste.
  3. Test sanguin pour les infections.
  4. Détermination du taux de cholestérol dans le sang.
  5. Échographie Doppler, qui vous permet d'évaluer la perméabilité des vaisseaux sanguins.
  6. ECG et échographie du cœur. Le développement d'une insuffisance cardiaque peut provoquer une détérioration de la circulation cérébrale.

Caractéristiques du traitement des kystes arachnoïdes

Formation gelée: le kyste arachnoïdien du lobe temporal gauche, le kyste de l'hippocampe, la fosse crânienne postérieure, la base du cerveau, le cervelet ne nécessitent pas de traitement, ne provoquent pas de sensations douloureuses. Cependant, les patients doivent identifier les causes profondes afin d'éviter le développement de nouvelles formations..

Le traitement conservateur d'un kyste arachnoïdien de la tête n'est nécessaire qu'avec un type de formation progressive. Des médicaments sont prescrits pour soulager l'inflammation, normaliser la circulation cérébrale et restaurer les neurones endommagés. La durée du cours est déterminée individuellement. Les médicaments suivants sont utilisés:

  • Longidaz, Caripatin pour la résorption des adhérences;
  • Actovegin, Gliatilin pour restaurer les processus métaboliques dans les tissus;
  • Viferon, Thymogen pour normaliser l'immunité;
  • Pirogenal, Amiksin - médicaments antiviraux.

Le traitement chirurgical d'une formation arachnoïdienne ne commence que si les techniques conservatrices sont inefficaces. Il existe de telles indications pour une intervention chirurgicale:

  • risque de rupture scolaire;
  • violation de l'état mental;
  • crises fréquentes et crises d'épilepsie;
  • augmentation de la pression intracrânienne;
  • augmentation des symptômes focaux.

Les méthodes de thérapie chirurgicale suivantes sont utilisées pour les formations kystiques arachnoïdiennes:

  1. Drainage. La méthode d'aspiration à l'aiguille élimine efficacement le liquide de la tumeur du LCR des lobes gauche et droit.
  2. Chirurgie de pontage. La technique implique le drainage de la formation pour assurer l'écoulement du fluide.
  3. Fenestration. Implique l'excision d'une formation pathologique à l'aide d'un laser.
  4. Craniotomie. C'est une procédure radicale et efficace. La méthode est très traumatisante, elle peut donc entraîner le développement de conséquences dangereuses.
  5. Endoscopie. Il s'agit d'une technique peu traumatique qui vous permet d'éliminer le contenu de la cavité kystique par des ponctions.

Actions préventives

La prévention de la formation d'arachnoïdes primaires consiste à maintenir un mode de vie sain chez une femme pendant la grossesse. Pour éviter le développement de formations secondaires, vous avez besoin de:

  • maintenir un taux de cholestérol normal;
  • surveiller le niveau de pression artérielle;
  • avec le développement de maladies infectieuses ou auto-immunes, un traitement rapide est nécessaire;
  • surveiller le bien-être après des lésions cérébrales.

Le kyste arachnoïdien est une maladie dangereuse qui a des conséquences graves en l'absence de traitement. Si un patient consulte un médecin immédiatement après avoir déterminé un néoplasme, adhère à toutes les recommandations, le pronostic est optimiste. Sinon, le kyste du liquide céphalo-rachidien du lobe temporal droit, le kyste arachnoïdien de la glande pinéale ou d'une autre partie du cerveau entraînera éventuellement des symptômes désagréables, des complications (convulsions, épilepsie, perte de sensibilité), la mort.

Kyste arachnoïdien

Un kyste cérébral est une formation pathologique creuse remplie d'un liquide de composition similaire au liquide céphalo-rachidien, qui a une localisation différente dans le cerveau. Il existe deux principaux types de kystes cérébraux: les kystes arachnoïdiens et rétrocérébelleux.

Le kyste arachnoïdien du cerveau est une formation bénigne et creuse remplie de liquide qui se forme à la surface du cerveau dans la région de ses membranes arachnoïdiennes (arachnoïdes).

Les méninges arachnoïdiennes sont l'une des trois méninges situées entre la dure-mère superficielle et la pie-mère profonde.

Les parois d'un kyste arachnoïdien sont formées soit par des cellules de la membrane arachnoïdienne du cerveau (kyste primaire), soit par du collagène cicatriciel (kyste secondaire). Un kyste arachnoïdien peut être de deux types:

  • Le kyste arachnoïdien primaire ou congénital est une conséquence d'anomalies dans le développement des membranes du cerveau chez le fœtus résultant d'une exposition à des facteurs physiques et chimiques (médicaments, exposition aux rayonnements, agents toxiques);
  • Le kyste arachnoïdien secondaire ou acquis est une conséquence de diverses maladies (méningite, agénésie du corps calleux) ou d'une complication après des blessures, une intervention chirurgicale (ecchymoses, commotions cérébrales, lésions mécaniques des couches externes du cerveau).

Dans la plupart des cas, le développement d'un kyste arachnoïdien est asymptomatique. Des symptômes neurologiques prononcés ne sont présents que dans 20% des cas.

Parmi les facteurs affectant l'apparition et la croissance d'un kyste arachnoïdien figurent:

  • Processus inflammatoire des méninges (virus, infection, arachnoïdite);
  • Une augmentation de la pression du fluide à l'intérieur de la formation kystique;
  • Commotion cérébrale ou tout autre traumatisme cérébral chez un patient avec un kyste arachnoïdien préexistant.

Symptômes du kyste rétrocérébelleux arachnoïdien

Dans la plupart des cas, les kystes cérébraux (kystes arachnoïdiens, rétrocérébelleux) sont asymptomatiques. Ces néoplasmes sont détectés lors du prochain examen du patient ou lors du diagnostic de maladies neurologiques avec des symptômes similaires. Les symptômes d'un kyste arachnoïdien ne sont pas spécifiques. La gravité des symptômes d'un kyste arachnoïdien rétrocérébelleux dépend de l'emplacement et de la taille de la formation. Chez la plupart des patients, des symptômes cérébraux sont observés, associés à une compression de certaines parties du cerveau. Il est extrêmement rare que des symptômes focaux soient observés en raison de la formation d'un hygroma, rupture du kyste arachnoïdien.

Les principaux symptômes d'un kyste arachnoïdien rétrocérébelleux:

  • Étourdissements non dus à d'autres facteurs (fatigue, anémie, médicaments, grossesse chez la femme);
  • Nausées, vomissements, non causés par d'autres facteurs (prise de médicaments, empoisonnement, autres maladies);
  • Hallucinations, troubles mentaux;
  • Convulsions;
  • Perte de conscience;
  • Sensations d'engourdissement dans les membres, hémiparésie;
  • Maux de tête, manque de coordination;
  • Sensation de battement, de plénitude dans la tête;
  • Déficience auditive et visuelle;
  • Reconnaissance claire des acouphènes tout en préservant l'audition;
  • Sensation de lourdeur dans la tête;
  • Augmentation des sensations douloureuses lors du déplacement de la tête.

Il convient de noter qu'avec le type secondaire de kyste arachnoïdien, le tableau clinique peut être complété par des symptômes de la maladie sous-jacente ou du traumatisme, qui est à l'origine de la formation de la cavité kystique..

Diagnostic du kyste du liquide céphalo-rachidien arachnoïdien

Diverses méthodes sont utilisées pour diagnostiquer les kystes arachnoïdiens du LCR (kystes remplis de LCR). Les principaux d'entre eux sont l'imagerie par résonance magnétique et la tomodensitométrie pour détecter la formation kystique, déterminer sa localisation, sa taille. L'administration intraveineuse de produit de contraste permet de différencier le kyste arachnoïdien du LCR de la tumeur (la tumeur accumule le contraste, le kyste ne l'est pas).

Il ne faut pas oublier qu'un kyste arachnoïdien est le plus souvent le résultat d'une autre maladie neurologique ou d'un dysfonctionnement de tout système organique. Pour identifier les causes profondes d'un kyste arachnoïdien, les méthodes de diagnostic suivantes sont utilisées:

  • Tests sanguins pour détecter les virus, les infections, les maladies auto-immunes;
  • Tests sanguins pour la coagulation et les taux de cholestérol;
  • L'étude Doppler vous permet de détecter une violation de la perméabilité des vaisseaux sanguins, à la suite de laquelle un manque d'approvisionnement en sang cérébral se développe;
  • Surveillance de la pression artérielle, enregistrement des fluctuations de pression par jour;
  • Recherche cardiaque.

Une identification précise des causes du développement d'un kyste arachnoïdien vous permet de choisir le traitement optimal pour la formation kystique et de minimiser le risque de récidive.

Traitement du kyste arachnoïdien

Selon la dynamique de développement des kystes arachnoïdes, on distingue les formations kystiques congelées et les kystes progressifs. En règle générale, les formations gelées ne provoquent pas de sensations douloureuses pour le patient, ne présentent pas de risque pour l'activité cérébrale normale. Dans ce cas, le traitement du kyste arachnoïdien n'est pas nécessaire. Avec les formes congelées de kystes, le diagnostic et le traitement visent à identifier les causes profondes de la formation de kystes, ainsi qu'à éliminer et à prévenir les facteurs qui contribuent à la formation de nouveaux kystes.

Avec un type progressif de formations kystiques, le traitement d'un kyste arachnoïdien implique un ensemble de mesures visant à identifier et à éliminer les causes du kyste, ainsi que l'élimination directe du kyste lui-même.

Le traitement médicamenteux d'un kyste arachnoïdien vise à éliminer les processus inflammatoires, à normaliser l'apport sanguin cérébral, à restaurer les cellules cérébrales endommagées.

En cas d'inefficacité ou de faible efficacité des méthodes conservatrices de traitement des kystes arachnoïdiens, des méthodes radicales sont utilisées. Les indications de la chirurgie sont:

  • Risque de rupture du kyste arachnoïdien;
  • Troubles de l'état mental du patient avec une fréquence croissante de crises convulsives et épileptiques;
  • Augmentation de la pression intracrânienne;
  • Renforcer les symptômes focaux.

Les principales méthodes de traitement chirurgical d'un kyste arachnoïdien sont:

  • Drainage - élimination du fluide de la cavité par aspiration à l'aiguille;
  • Shunting - création d'un drainage pour la sortie de fluide;
  • Fenestration - excision du kyste.

Kyste arachnoïdien: conséquences, pronostic, complications

Avec un diagnostic et un traitement rapides du kyste arachnoïdien, le pronostic est très favorable. Les principaux risques associés au développement d'un kyste arachnoïdien sont une augmentation de l'effet compressif du corps du kyste sur les centres cérébraux, entraînant une altération des fonctions corporelles, ainsi que la rupture du kyste. Après l'ablation du kyste arachnoïdien, les conséquences peuvent être une altération de l'audition et de la vision, la fonction de la parole. Avec un diagnostic intempestif de kyste arachnoïdien, les conséquences peuvent être extrêmement dangereuses (hydrocéphalie, hernie cérébrale, décès).

Vidéo YouTube liée à l'article:

Les informations sont généralisées et fournies à titre informatif uniquement. Au premier signe de maladie, consultez votre médecin. L'automédication est dangereuse pour la santé!

Arachnoïdite (kyste arachnoïdien)

informations générales

L'arachnoïdite fait référence à des maladies infectieuses du système nerveux central et est une inflammation séreuse des structures de la membrane arachnoïdienne du cerveau ou de la moelle épinière. Les membranes arachnoïdiennes n'ont pas leur propre système vasculaire.Par conséquent, les lésions ne sont pas isolées en même temps et les processus infectieux se propagent à partir des méninges dures ou molles, de sorte que les symptômes de l'arachnoïdite sont définitivement attribués au type séreux de la méningite. La pathologie a été décrite avec le plus de détails par le médecin allemand Benninghaus, et pour la première fois, le terme a été utilisé dans la thèse de A.T. Tarasenkov, qui a étudié les signes d'inflammation de la tête et d'arachnoïdite en particulier.

Certains scientifiques appellent cette maladie méningite séreuse, mais selon la CIM-10, on lui attribue le code G00 et le nom d'arachnoïdite bactérienne, G03 - qui comprend la méningite due à d'autres causes ou non subtiles, y compris l'arachnoïdite, la méningite, la leptoméningite, la pachyméningite et G03.9 - pour la méningite, sans précision - arachnoïdite rachidienne SAI (non spécifiée ailleurs).

Le cerveau a trois membranes: dure, arachnoïde et molle. Grâce aux sinus durs se forment pour la sortie du sang veineux, le mou fournit le trophisme et l'arachnoïde est nécessaire à la circulation du liquide céphalo-rachidien. Il est situé au-dessus des circonvolutions, mais ne pénètre pas dans les sillons du cerveau et sépare les espaces sous-arachnoïdiens et sous-duraux. Dans sa structure, il y a des cellules endothéliales arachnoïdes, ainsi que des faisceaux de fibrilles de collagène de différentes épaisseurs et quantités..

Histologie des méninges

Pathogénèse

L'arachnoïdite provoque des changements morphologiques sous forme d'opacification et d'épaississement de la membrane arachnoïdienne, qui peuvent être compliqués par des superpositions fibrinoïdes. Le plus souvent, ils sont renversés, mais dans certains cas, ils peuvent être limités, c'est-à-dire que nous parlons de perturbations locales plus grossières initiées par un processus étendu d'arachnoïdite. Les changements macroscopiques dans ce cas sont:

  • opacité et épaississement (hyperplasie de l'arachnoïde de l'endothélium) de la membrane arachnoïdienne, sa fusion avec la choroïde et les membranes dures du cerveau;
  • infiltration diffuse;
  • expansion des formations de fentes sous-arachnoïdiennes et des citernes à la base du cerveau, le développement de leurs hydrops (surpeuplement de liquide céphalo-rachidien).

L'évolution ultérieure de la pathologie conduit à une fibrose et à la formation d'adhérences entre les membranes choroïde et arachnoïdienne, à une circulation altérée du liquide céphalo-rachidien (liquide céphalo-rachidien) et à la formation d'un ou plusieurs kystes arachnoïdiens. Dans ce cas, une violation de la circulation normale du liquide céphalo-rachidien se produit et, en conséquence, une hydrocéphalie se produit, dont le mécanisme est basé sur deux voies de développement:

  • occlusif - résultant d'une violation de l'écoulement de fluide du système ventriculaire, par exemple, la fermeture des ouvertures de Lyushka, Magendie avec des adhérences formées ou des kystes;
  • résorptif - dans lequel les processus d'absorption de fluide à travers les structures de la dure-mère sont perturbés, à la suite d'un processus "collant" renversé.

Classification

Il existe plusieurs classifications de l'arachnoïdite. Sur la base de la cause établie, l'arachnoïdite est post-traumatique, infectieuse (rhumatismale, post-grippale, amygdalogène) et toxique, du type de modification - kystique, adhérente-kystique, limitée et diffuse, unipolaire et multifocale.

En fonction du tableau clinique et de son évolution, on distingue l'arachnoïdite aiguë, subaiguë et chronique, mais pour le diagnostic, il est très important de déterminer la localisation de l'arachnoïdite et de prédire le modèle d'exposition et les conséquences des lésions méningées..

En fonction du site de localisation préféré et des structures impliquées dans la pathologie, l'arachnoïdite peut être de différents types: cérébrale, basale, optico-chiasmique, cérébellopontine, précérébelleuse, rachidienne, etc..

Arachnoïdite cérébrale

Le type d'arachnoïdite cérébrale recouvre généralement la muqueuse du cerveau des hémisphères cérébraux antérieurs et des zones du gyri central, affectant non seulement l'endothélium archnoïde, mais également les structures de la pie-mère avec la formation d'adhérences entre eux. À la suite du processus d'adhésion, des kystes avec des contenus de type liqueur se forment. L'épaississement et l'épaississement des kystes peuvent conduire à des formations ressemblant à des tumeurs xanthochromes à haute teneur en protéines, qui peuvent se manifester par le développement d'un état de mal épileptique.

Kyste arachnoïdien du cerveau

Arachnoïdite optique-chiasmique

Elle est le plus souvent localisée dans la région chiasmique et affecte la base du cerveau, impliquant les nerfs optiques et leur intersection en pathologie. Ceci est facilité par un traumatisme cranio-cérébral (commotion cérébrale ou contusion cérébrale), des processus infectieux dans les sinus paranasaux, ainsi que des maladies telles que l'amygdalite, la syphilis ou le paludisme. Cela peut entraîner une perte irréversible de la vision, qui commence par une douleur derrière les globes oculaires et une déficience visuelle, ce qui peut entraîner une hémianopsie temporale unilatérale et bilatérale, un scotome central, un rétrécissement concentrique des champs visuels.

Le développement de la pathologie est lent et pas strictement local, il peut se propager à des zones éloignées du chiasme, généralement accompagné de la formation d'adhérences multiples, de kystes et même de la formation d'une membrane cicatricielle dans la zone du chiasme. Un effet négatif sur les nerfs optiques provoque leur atrophie - complète ou partielle, qui est assurée par une compression mécanique par adhérences, la formation de mamelons congestifs et un trouble de la circulation sanguine (ischémie). Dans le même temps, au début, l'un des yeux souffre davantage, et après quelques mois, le second est également impliqué..

Arachnoïdite vertébrale

En plus de ces causes bien connues, l'arachnoïdite vertébrale, la colonne vertébrale peut être causée par une furonculose et des abcès purulents de localisation variée. Dans le même temps, les formations kystiques limitées provoquent des symptômes similaires à une tumeur extramédullaire, des symptômes de compression des structures de la moelle épinière, ainsi qu'un syndrome radiculaire et des troubles de la conduction, à la fois moteurs et sensoriels..

Les processus inflammatoires chroniques provoquent une dissociation protéine-cellule du liquide céphalo-rachidien et affectent plus souvent la surface postérieure de la moelle épinière du thorax, du lombaire ou de la queue de cheval. Ils peuvent se propager à plusieurs racines ou, avec des lésions diffuses, à un grand nombre, en modifiant la limite inférieure du trouble de sensibilité.

L'archnoïdite spinale peut être exprimée:

  • sous forme de picotements, d'engourdissements, de faiblesse dans les jambes, de sensations inhabituelles dans les membres;
  • l'apparition de crampes dans les jambes, de spasmes musculaires, de contractions spontanées;
  • sous la forme d'un trouble (augmentation, perte) de réflexes tels que genou, talon;
  • des accès de douleur lancinante sévère comme des chocs électriques ou, au contraire, des maux de dos douloureux;
  • perturbation des organes pelviens, y compris une diminution de la puissance.

L'irritation et la compression du cortex et des parties voisines du cerveau atteintes d'arachnoïdite peuvent être compliquées par la formation d'un kyste de différents types - rétrocérébelleux, liquide céphalo-rachidien, région temporale gauche ou droite.

Kyste arachnoïdien rétrocérébelleux

Le kyste rétrocérébelleux se forme lorsque le plexus choroïde du quatrième ventricule est déplacé vers le haut et vers l'arrière de la partie vermiforme intacte du cervelet. Pour identifier ce type de kyste, la tomodensitométrie et l'IRM sont à peu près également informatives..

Kyste arachnoïdien du LCR

Il est courant de faire la distinction entre les kystes de liqueur intracérébraux et sous-arachnoïdiens, les premiers sont plus fréquents chez les adultes et les seconds sont plus typiques des patients pédiatriques, ce qui est très dangereux et provoque un retard mental..

Les kystes du LCR sont formés par l'endothélium arachnoïdien ou le collagène cicatriciel, rempli de liquide céphalo-rachidien. Ils peuvent être congénitaux ou formés lors de la résorption d'hémorragies intracérébrales, de foyers d'ecchymoses et de freinage du cerveau, dans la zone de ramollissement ischémique après des blessures. Ils sont caractérisés par une évolution rémittente prolongée, déclenchant des crises épileptiques de structure, durée et fréquence différentes..

Le kyste du LCR peut également résulter d'une hémorragie sous-arachnoïdienne ou d'une leptoméningite adhésive réactive.

Kyste arachnoïdien de la région temporale droite

Un kyste dans la région temporale droite peut provoquer des maux de tête, une sensation de pulsation, une compression de la tête, des bruits dans l'oreille, des accès de nausée, des convulsions, des mouvements non coordonnés.

Les kystes arachnoïdiens sont gelés, ont une stabilité et le plus souvent ne provoquent pas d'inconfort ou de troubles cérébraux. Une évolution asymptomatique peut conduire au fait que la formation n'est détectée que lors de la tomographie cérébrale si une arachnoïdite est suspectée.

Kyste arachnoïdien du lobe temporal gauche

Si le kyste du lobe temporal gauche est progressif, il peut augmenter progressivement les symptômes focaux en raison de la pression sur le cerveau. Habituellement, il est situé dans la région du lobe temporal gauche et ressemble à une expansion de l'espace externe du liquide céphalo-rachidien.

Lorsqu'un patient apprend des informations sur un kyste dans la région temporale gauche, il s'avère souvent que cela n'est pas fatal et peut ne pas provoquer de symptômes négatifs. Cependant, dans certains cas, il existe un risque de développer des troubles de la parole (aphasie sensorielle), une perte des champs visuels, des convulsions soudaines des membres ou de tout le corps.

Les raisons

Il existe plusieurs voies pour le développement de l'inflammation des membranes arachnoïdiennes et il a été établi que l'arachnoïdite est polyétiologique et peut résulter de facteurs tels que:

  • processus infectieux aigus et chroniques reportés (y compris la grippe, les rhumatismes, la rougeole, la scarlatine, la septicémie, la pneumonie, la syphilis, la tuberculose, la brucellose, la toxoplasmose, l'ostéomyélite des os du crâne);
  • maladies inflammatoires des sinus nasaux;
  • otite moyenne purulente aiguë ou plus souvent chronique, notamment causée par des microorganismes ou des toxines faiblement virulents;
  • complication de l'otite moyenne purulente, par exemple, labyrinthite, pétrosite, thrombose sinusale;
  • complication de la méningite purulente guérie ou des abcès cérébraux;
  • intoxication chronique à l'alcool, au plomb, à l'arsenic;
  • blessures diverses - blessures cranio-cérébrales et de la moelle épinière (principalement comme effets résiduels);
  • inflammation réactive causée par des tumeurs à croissance lente ou une encéphalite, le plus souvent par des otogènes non suppuratifs.

Les symptômes de l'arachnoïdite du cerveau

Les symptômes de l'arachnoïdite sont généralement causés par une hypertension intracrânienne, dans des cas plus rares - hypotension du liquide céphalo-rachidien, ainsi que des manifestations qui reflètent une localisation affectant les processus méningés. De plus, des symptômes généraux ou locaux peuvent prévaloir, en fonction de cela, les premiers symptômes et les changements du tableau clinique.

L'évolution subaiguë initiale de la maladie au fil du temps peut se transformer en une forme chronique et se manifester sous la forme de troubles cérébraux généraux:

  • maux de tête locaux, aggravés par la tension, les plus intenses - le matin, ils peuvent provoquer des nausées et des vomissements;
  • le développement d'un symptôme de saut, lorsque la douleur survient localement lors d'un rebond ou d'un mouvement maladroit non amorti avec atterrissage sur les talons;
  • étourdissements de nature non systémique;
  • les troubles du sommeil;
  • déficience de mémoire;
  • les troubles mentaux;
  • la survenue d'une irritabilité déraisonnable, d'une faiblesse générale et d'une fatigue accrue.

Les troubles focaux dépendent principalement de l'emplacement du développement de la pathologie et peuvent se manifester par des symptômes de lésions des nerfs trijumeau, abducens, auditifs et faciaux. Outre:

  • Avec l'arachnoïdite convexitale (convexe), les processus inflammatoires affectent les zones du gyri central et les sections antérieures des hémisphères cérébraux, tandis que les phénomènes d'irritation des structures du cerveau prévalent sur les manifestations de perte de fonctions, qui s'expriment sous forme d'anisoréflexie, de parésie centrale, de troubles épileptiques généralisés et jacksoniens, de crises d'épilepsie troubles de la sensibilité et du mouvement (mono ou hémiparésie).
  • Avec l'inflammation des régions basales (optico-chiasmique, cérébellopontine et dans la région de la fosse postéro-crânienne), les symptômes cérébraux se produisent le plus souvent et les fonctions des nerfs de la base du crâne sont altérées.
  • L'arachnoïdite optico-chiasmique se manifeste par une diminution de l'acuité visuelle et des changements de champs, ressemblant à une névrite optique et associée à un dysfonctionnement autonome - dermographisme aigu, augmentation du réflexe pilomoteur, transpiration abondante, acrocyanose, parfois soif, augmentation des mictions, hyperglycémie.
  • La pathologie affectant la région des jambes du cerveau provoque des symptômes pyramidaux, ainsi que des signes de lésions des nerfs oculomoteurs et des signes méningés.
  • L'arachnoïdite de l'angle cérébellopontin provoque des maux de tête dans la région occipitale, des acouphènes, des névralgies, des étourdissements paroxystiques, parfois avec des vomissements, des troubles cérébelleux unilatéraux - lorsque le patient chancelle ou maintient le poids sur une jambe - la chute tombe du côté des lésions; avec un examen approfondi, il est possible de révéler une démarche atactique, un nistagmus horizontal, des symptômes pyramidaux, une hypertrophie des veines du fond, provoquée par des troubles de l'écoulement veineux.
  • Si la plus grande citerne (occipitale) est affectée, la maladie se développe de manière aiguë avec de la fièvre, des vomissements obsessionnels, des douleurs à l'arrière de la tête et de la colonne cervicale, qui sont aggravées par la toux, la tentative de tourner la tête ou un mouvement brusque.
  • La localisation des processus inflammatoires dans la zone des paires de nerfs crâniens IX, X, XII entraîne un nystagmus, une augmentation des réflexes tendineux, des symptômes pyramidaux et méningés.
  • L'arachnoïdite de la fosse crânienne postérieure peut affecter la paire de nerfs crâniens V, VI, VII, VIII et provoquer une hypertension intracrânienne avec symptômes méningés, troubles cérébelleux et pyramidaux, par exemple, ataxie, asynergie, nystagmus, adiadochokinèse, les maux de tête deviennent un symptôme permanent, l'un des premiers.
  • Les lésions diffuses provoquent des phénomènes cérébraux et une expansion inégale des ventricules, qui se traduit par la survenue d'un syndrome frontal, hypothalamique, temporal, mésencéphale et cortical, la pathologie initie une violation de l'échange normal de liquide céphalo-rachidien, des symptômes pyramidaux flous, peuvent affecter les nerfs crâniens individuels.

Analyses et diagnostics

Lors du diagnostic, il est impératif de réaliser un diagnostic différentiel avec abcès et néoplasmes de la fosse crânienne postérieure ou d'autres parties du cerveau. Pour déterminer l'arachnoïdite, il est important de procéder à un examen complet et détaillé du patient.

L'électroencéphalographie, l'angiographie, le pneumoencéphalogramme, la scintigraphie, les craniogrammes simples, la radiographie du crâne, la myélographie, la tomodensitométrie, l'IRM sont indicatifs. Ces études révèlent une hypertension intracrânienne, des modifications locales des biopotentiels, une expansion de l'espace sous-arachnoïdien, des citernes et des ventricules du cerveau, des formations kystiques et des modifications focales de la substance cérébrale. Seulement s'il n'y a pas de congestion dans le fond, une ponction lombaire peut être prélevée chez le patient pour détecter une pléocytose lymphocytaire modérée et une légère dissociation protéine-cellule. De plus, un test index et nez-nez peut être nécessaire..

Traitement

La clé du succès du traitement de l'arachnoïdite est l'élimination de la source de l'infection, le plus souvent l'otite moyenne, la sinusite, etc. en utilisant des doses thérapeutiques standard d'antibiotiques. Il est préférable d'utiliser une approche individuelle globale pour éliminer les conséquences indésirables et les complications, notamment:

  • Prescription de désensibilisants et d'antihistaminiques, par exemple, Diphenhydramine, Diazolin, Suprastin, Tavegil, Pipolfen, Chlorure de calcium, Histaglobuline et autres.
  • Soulagement des syndromes convulsifs avec des médicaments antiépileptiques.
  • Des diurétiques et des décongestionnants peuvent être prescrits pour réduire la pression intracrânienne.
  • L'utilisation de médicaments à action résorbable (par exemple, la lidase), normalisant la pression intracrânienne, ainsi que des médicaments qui améliorent la circulation cérébrale et le métabolisme.
  • Si nécessaire, l'utilisation de psychotropes (antidépresseurs, tranquillisants, sédatifs).
  • Pour stimuler les propriétés compensatoires et adaptatives du corps, on administre du glucose intraveineux avec de l'acide ascorbique, de la cocarboxylase, des vitamines du groupe B, de l'extrait d'aloès.

Kyste arachnoïdien

Un kyste arachnoïdien est un néoplasme bénin situé dans les membranes arachnoïdiennes (arachnoïdes) du cerveau, qui est rempli d'un liquide qui ressemble au liquide céphalo-rachidien dans sa composition. Par conséquent, il est également appelé kyste du liquide céphalo-rachidien arachnoïdien..

Le kyste arachnoïdien doit être distingué du kyste rétrocérébelleux. Le premier est situé à la surface du cerveau, le second est à l'intérieur (dans les lieux de mort de la matière grise)

Les kystes arachnoïdiens peuvent être congénitaux ou acquis. Les acquis surviennent à la suite d'une inflammation des méninges du cerveau, d'hémorragies, de traumatismes, de la maladie de Marfan, après des interventions chirurgicales.

En règle générale, les kystes arachnoïdes sont asymptomatiques. Mais parfois, ils peuvent être accompagnés de maux de tête, de nausées, d'hallucinations, de troubles mentaux.

Le traitement d'un kyste arachnoïdien est nécessaire si le kyste augmente de taille, provoque certains symptômes ou s'il existe un risque de développer de nouvelles formations kystiques. La principale méthode de traitement est chirurgicale.

Causes du kyste arachnoïdien

Un kyste de ce type peut être présent chez une personne dès la naissance ou se développer tout au long de la vie.

Un kyste congénital est le résultat d'un développement anormal des méninges dû à une exposition à des facteurs chimiques et physiques (agents toxiques, exposition aux radiations, médicaments).

Un kyste acquis se produit en conséquence:

  • Maladies inflammatoires antérieures (arachnoïdite, méningite, encéphalite à tiques, lésions cérébrales virales);
  • Lésion cérébrale traumatique;
  • Chirurgie cérébrale reportée;
  • Agénésie du corps calleux;
  • Troubles circulatoires dans le cerveau;
  • Maladie de Marfan - maladie héréditaire du tissu conjonctif.

Les principales raisons de la croissance de ce type de néoplasmes sont:

  • Inflammation des méninges;
  • Augmentation de la pression du fluide intracavitaire;
  • Traumatisme.

Symptômes du kyste arachnoïdien

Dans la plupart des cas, un kyste arachnoïdien, comme un kyste rétrocérébelleux, se déroule sans symptômes. Des signes prononcés de la maladie ne sont observés que dans 20% des cas..

Les symptômes et leur gravité sont déterminés par l'emplacement et la taille du kyste.

Chez la plupart des patients, des symptômes cérébraux se manifestent, ce qui est causé par la compression de certaines parties du cerveau par la tumeur. Les symptômes focaux sont rares et sont causés par la rupture d'un kyste ou la formation d'un hygroma.

Les principaux symptômes d'un kyste comprennent:

  • Maux de tête et étourdissements non associés au surmenage, aux médicaments, à l'anémie, à la grossesse et à d'autres facteurs;
  • Nausées et vomissements (sans raison apparente);
  • Troubles mentaux et hallucinations;
  • Perte de conscience;
  • Saisies;
  • Engourdissement dans diverses parties du corps;
  • Coordination altérée;
  • Sensation de pression et de battements dans la tête;
  • Déficience visuelle et auditive;
  • Acouphènes non accompagnés d'une déficience auditive;
  • Augmentation de la douleur lors du déplacement de la tête.

Avec un kyste arachnoïdien acquis, le tableau clinique de la maladie peut être complété par des symptômes de traumatisme ou de la maladie sous-jacente, qui est la cause du néoplasme..

Conséquences d'un kyste arachnoïdien

Si le néoplasme progresse rapidement, le liquide continue de s'accumuler à l'intérieur, ce qui exerce une pression sur les zones adjacentes du cerveau. Le résultat en est une augmentation des symptômes de la maladie, le développement de déficiences visuelles, d'audition, de processus mentaux.

Avec une rupture d'une tumeur et avec des formes particulièrement sévères de la maladie en l'absence du traitement nécessaire, les conséquences d'un kyste arachnoïdien peuvent être assez graves (hernie cérébrale, hydrocéphalie, décès du patient).

Diagnostic du kyste arachnoïdien

Le kyste arachnoïdien du LCR ne présentant aucun signe spécifique, le diagnostic repose sur l'utilisation de méthodes de recherche instrumentale et de laboratoire.

Ainsi, en utilisant l'imagerie par résonance magnétique ou la tomodensitométrie, il est possible de déterminer avec précision l'emplacement et la taille du néoplasme.

En outre, pour établir les raisons qui ont conduit au développement du kyste, effectuez:

  • Examen Doppler des vaisseaux de la tête et du cou pour détecter les endroits de vasoconstriction qui alimentent le cerveau en sang artériel, car la cause de la formation de kystes peut être la mort focale de la moelle épinière due à un apport sanguin insuffisant;
  • étude du système cardiovasculaire, car une insuffisance cardiaque ou une perturbation du rythme de l'apport sanguin cérébral peut entraîner des troubles entraînant le développement de kystes arachnoïdes;
  • un test sanguin pour la coagulabilité et les taux de cholestérol, car une coagulation sanguine accrue et des concentrations élevées de cholestérol provoquent un blocage des vaisseaux cérébraux, ce qui peut entraîner la formation de kystes;
  • surveillance de la pression artérielle, car les pics de pression entraînent des accidents vasculaires cérébraux et le développement de kystes post-AVC;
  • test sanguin pour détecter les neuroinfections et les maladies auto-immunes du système nerveux.

Le kyste arachnoïdien doit être différencié de l'hygrome sous-dural, du kyste épidermoïde, du saignement sous-dural chronique, de l'hémangioblastome, de l'astrocytome pilocytique, des tumeurs kystiques du tube embryonnaire préservé, des kystes non néoplasiques, de la neurocysticercose, des kystes neurogliaux.

Traitement du kyste arachnoïdien

Le choix d'une méthode de traitement d'un kyste arachnoïdien dépend des résultats du diagnostic.

Si le kyste est petit, qu'il ne se développe pas et ne présente aucun symptôme, un traitement spécial n'est pas nécessaire - il suffit de procéder à des examens réguliers planifiés pour contrôler le développement de la maladie.

Si le kyste est de taille importante, la symptomatologie focale s'intensifie, les crises convulsives augmentent, la maladie se complique d'une hémorragie, c'est la raison d'une opération pour enlever le kyste. Actuellement, les méthodes endoscopiques d'intervention chirurgicale sont largement utilisées dans le traitement des kystes arachnoïdiens du LCR. L'ablation endoscopique du kyste consiste à percer la formation kystique et à en extraire le liquide intracavitaire.

Si, pour certaines raisons, ce type d'opération ne peut pas être appliqué, alors un pontage ou une opération micro-neurochirurgicale est effectué.

Le traitement auxiliaire de cette maladie implique la nomination d'antioxydants qui augmentent la résistance des cellules cérébrales à une pression intracrânienne accrue; nootropiques - pour augmenter la quantité de glucose et d'oxygène dans les cellules cérébrales.

Ainsi, un kyste arachnoïdien est une maladie grave qui, si elle est détectée en temps opportun et traitée correctement, a un pronostic favorable pour le patient. Sinon, des complications graves associées à une altération des fonctions mentales, au développement de l'hydrocéphalie et au décès du patient peuvent se développer.