Principal > Traumatisme

Kystes arachnoïdes

Les kystes arachnoïdiens (AK) sont des formations congénitales, principalement extracérébrales, dont les parois sont la membrane arachnoïdienne et le contenu est du liquide céphalo-rachidien (LCR).
Chez les enfants, les kystes arachnoïdiens, selon diverses sources, représentent environ 10% de toutes les formations volumétriques du cerveau et dans 7,4% des cas se retrouvent chez les enfants atteints d'hydrocéphalie.
La division des kystes arachnoïdes en deux grands groupes est corroborée sur le plan pathogène:
1. Kystes des hémisphères cérébraux:
- fente latérale (sylvienne);
- surface convexitale du cerveau;
- fissure interhémisphérique parasagittale).

2. Kystes médio-basaux:
- suprasellaire;
- intrasellaire;
- filet de tentorale;
- fosse crânienne postérieure (kystes rétrocérébelleux supérieur et inférieur de l'angle cérébellopontin).

Les kystes médians de localisation péri-tronc (rétrocérébelleux) peuvent également être inclus dans le groupe des kystes mi-basaux, car ils sont identiques dans leurs mécanismes pathogéniques.

La localisation la plus courante des kystes arachnoïdiens est la sylvienne (fissure latérale), la fissure interhémisphérique et la citerne suprasellaire. Cependant, ils peuvent survenir partout où se trouve la membrane arachnoïdienne. Morphologiquement, les parois interne et externe du kyste sont constituées de fines couches de cellules arachnoïdiennes et sont souvent reliées à la membrane arachnoïdienne inchangée.
Les kystes peuvent être congénitaux (primaires) ou acquis (secondaires). S'il n'y a pas d'antécédents de traumatisme ou d'inflammation, les kystes sont considérés comme congénitaux.
Actuellement, il existe plusieurs théories sur l'apparition de kystes arachnoïdiens. La première est la "théorie du kyste intra-arachnoïdien" dans laquelle la formation d'un kyste est le résultat du clivage et de la duplication de la membrane arachnoïdienne. La seconde est la «théorie du kyste sous-arachnoïdien», qui explique l'apparition de kystes dans la fosse crânienne moyenne à la suite d'une agénésie du lobe temporal. La formation de kystes arachnoïdes se produit aux stades de l'embryogenèse lors de la formation des membranes du cerveau. Dans des conditions pathologiques, principalement avec une hémorragie sous-arachnoïdienne causée par une hypoxie, une infection, une intoxication, etc., il devient possible de former des microcavités dans la membrane arachnoïdienne, qui augmentent par la suite en taille, se transformant en kystes arachnoïdes.

La plupart des kystes arachnoïdes restent non diagnostiqués au cours de la vie. L'état du patient peut rester compensé pendant très longtemps et l'évolution de la maladie est asymptomatique. Les premières manifestations peuvent être vues à l'âge adulte.
Le moment choisi pour renvoyer les enfants atteints de kystes arachnoïdiens congénitaux aux services de neurochirurgie dépend en règle générale de l'emplacement et de la taille des kystes. On sait que les kystes de l'entaille tentorale provoquent des symptômes neurologiques plus graves..
Les symptômes courants, qui, cependant, se manifestent à des degrés divers avec des kystes de différentes localisations, comprennent:
- effet volumétrique sur les structures environnantes du cerveau;
- la présence d'une période asymptomatique;
- aucun signe d'inflammation dans les membranes du cerveau.

Les symptômes méningés positifs ne sont généralement observés que lorsque la maladie est compliquée par une hémorragie sous-arachnoïdienne ou intracystique. L'hyperthermie, les changements inflammatoires dans le sang ne sont pas typiques des kystes arachnoïdes.
- la gravité des mécanismes compensatoires et l'absence de manifestations neurologiques macroscopiques en présence de changements morphologiques importants, ce qui est particulièrement caractéristique des kystes hémisphériques.
Le tableau clinique des kystes arachnoïdiens est déterminé dans la plupart des cas par trois complexes de symptômes: hypertendus-hydrocéphaliques, symptômes neurologiques focaux et lésions du tronc cérébral. Les signes de dommages au tronc uniquement avec des kystes des hémisphères cérébraux doivent être considérés comme une luxation, avec des kystes de localisation mi-basale, ils peuvent également être causés par l'impact direct du kyste sur le tronc cérébral. La particularité du tableau clinique des kystes de localisations individuelles est déterminée par la durée de la période asymptomatique, la gravité et la coloration caractéristique des trois principaux syndromes neurologiques.
On pense que les enfants atteints de kystes arachnoïdiens intracrâniens à effet de masse devraient être opérés car l'effet volumétrique du kyste peut entraîner un retard dans le développement et la formation du cerveau, et la rupture du kyste s'accompagne généralement de saignements intracystiques et sous-duraux. Ces complications justifient le risque de chirurgie. Une indication directe du traitement chirurgical est l'hydrocéphalie progressive, qui survient lorsqu'un kyste bloque les voies de circulation du LCR..

Actuellement, les méthodes efficaces de traitement chirurgical des kystes arachnoïdiens, y compris dans le département de neurochirurgie de l'hôpital clinique pour enfants russe, sont: la perforation des parois du kyste avec excision de ses parois à l'aide d'une méthode microchirurgicale (à travers une petite fenêtre de tréphination), ainsi qu'une méthode neuroendoscopique..

kyste arachnoïdien de l'encoche tentorale

Commentaires des utilisateurs

Bon après-midi, Julia! Veuillez nous dire comment va votre enfant et qu'en est-il du kyste? Le nôtre augmente également, très effrayant! Merci d'avance!

Jusqu'à présent, il s'est stabilisé. Il ne semble pas grandir. Nous regardons. Vous regardez l'essentiel chez le même uzist. Et puis le témoignage de différents médecins est très différent

La fille de la masseuse, qui a fait des massages à la Vovka, a découpé ce kyste dans l'enfance profonde, maintenant une grande fille de 13 ans, a l'air plus mature que moi en apparence!)) Quoi qu'il en soit, vous et votre fils survivrez et tout ira bien!

Kyste arachnoïdien de l'encoche tentorale

Le terme «kyste» au sens large est appliqué à un grand nombre de cavités intracrâniennes avec différentes pathomorphologies et différentes causes, telles que la nécrose anoxique, les foyers posthémorragiques, les accidents vasculaires, les tumeurs, les infections et les invasions parasitaires, ainsi que les maladies neurodégénératives. Les kystes peuvent être de n'importe quelle taille, des grandes lésions aux très petites masses, souvent temporaires et généralement insignifiantes, telles que les kystes sous-épendymaires ou de la corne antérieure chez les nouveau-nés (Chang et al., 2006).

Certaines lésions kystiques rares peuvent entraîner des difficultés de diagnostic, par exemple, de rares cas de dilatation massive des espaces de Virchow-Robin, dont la signification n'est pas entièrement comprise (Rohlfs et al., 2005). Cette section ne couvre que les gros kystes primaires..

a) Kystes arachnoïdiens. La plupart des gros kystes intracrâniens sont des kystes arachnoïdes. Cette définition fait référence aux cavités remplies de liquide qui se développent soit dans la duplication arachnoïdienne, soit entre l'arachnoïde et la membrane molle (Gosalakkal, 2002). Les kystes arachnoïdiens représentent 1% des masses (Hanieh et al., 1988) et 60 à 90% des lésions symptomatiques retrouvées chez les enfants et les adolescents. Les kystes peuvent être une découverte fortuite dans jusqu'à 5% des autopsies (Naidich et al., 1985-86).

Les kystes arachnoïdiens sont pour la plupart des malformations, survenant rarement après une arachnoïdite. Les cas familiaux sont rares et leurs causes ne sont généralement pas claires (Arriola et al., 2005). Les kystes arachnoïdiens peuvent ou non communiquer avec l'espace sous-arachnoïdien, quel que soit l'emplacement supra ou infratentorial.

Grand kyste arachnoïdien de Sylvian.
Vue axiale (à gauche) montrant une grande cavité remplie de liquide similaire au LCR.
Scanner frontal (à droite) montrant le déplacement des structures médianes et une diminution du lobe temporal, plus vraisemblablement dû au déplacement et à la déformation qu'à l'atrophie.

1. Kystes arachnoïdiens supratentoriels. Ce type est le plus courant parmi les kystes intracrâniens. Les kystes arachnoïdiens de la fosse moyenne (sylvien) ont la fréquence la plus élevée dans la plupart des études, suivis des kystes suprasellaires et convexitaux (Hanieh et al., 1988). Cependant, Pascual-Castroviejo et al. (1991) dans une étude de 67 kystes arachnoïdiens ont constaté que les kystes interhémisphériques avaient presque la même fréquence que les kystes de la fosse crânienne moyenne, et les kystes de la fosse crânienne postérieure représentaient 42% des cas. Les kystes de la fosse moyenne sont souvent asymptomatiques et parfois détectés en TDM réalisée pour d'autres indications (Robertson et al., 1989).

Ils peuvent être très gros, déplaçant le lobe temporal vers l'arrière, qui est comprimé plutôt qu'atrophié. Si ces kystes sont de taille moyenne et surviennent à la fin de l'enfance ou à l'adolescence, un traitement n'est pas nécessaire. La présentation clinique la plus courante est l'élargissement de la tête et la protrusion dans la région temporale. Cependant, certaines publications remettent en question la bénignité de ces kystes. De Voider et coll. (1994) ont décrit un kyste aphasique qui a disparu après le drainage, et Millichap (1997) a conclu que le trouble déficitaire de l'attention qui a disparu après le drainage était dû à un kyste. Selon Raeder et al. (2005), les kystes arachnoïdes peuvent entraîner des troubles cognitifs chez les adultes qui disparaissent après le traitement.

Jusqu'à ce que d'autres preuves soient obtenues, les indications de la chirurgie ne sont absolues qu'en présence de symptômes de pression (maux de tête) et de gros kystes. Les kystes sylviens symptomatiques peuvent être accompagnés de signes d'augmentation de la pression intracrânienne, en particulier de maux de tête et d'œdème discal, ainsi que de convulsions, généralement focales (Van der Meche et Braakman, 1983) ou de complications hémorragiques. Ceux-ci incluent l'hémorragie kystique, qui peut rendre la cavité invisible au scanner, et l'hématome sous-dural avec ou sans saignement de kyste concomitant. Il est fort probable qu'un «hématome sous-dural récurrent juvénile» caractérisé radiologiquement par des modifications osseuses similaires à celles observées dans les kystes sylviens soit un hématome compliquant le kyste de la fosse crânienne moyenne.

Dans de rares cas, un hématome sous-dural peut survenir du côté opposé au kyste. Dans de tels cas, le traitement n'est pas indiqué..

Le diagnostic d'un kyste arachnoïdien temporal est généralement simple. Les gros kystes porencéphaliques du pôle du lobe temporal peuvent imiter les kystes arachnoïdiens. Des kystes bilatéraux de la fosse temporale ont été décrits chez des enfants atteints d'acidurie glutarique de type I (Martinez-Lage et al, 1994). De telles lésions sont également décrites comme une atrophie du lobe temporal et ne sont pas une indication chirurgicale..

Le traitement du kyste sylvien est mieux réalisé par un pontage cystopéritonéal. Cependant, le drainage des gros kystes chez les enfants à fontanelles fermées doit être prudent, car une décompression rapide peut provoquer un déplacement des structures cérébrales. Il n'est pas indiqué pour les petits kystes asymptomatiques courants.

Les kystes suprasellaires se manifestent par une hydrocéphalie dans 90% des cas. Dans un quart des cas, une déficience visuelle et une ataxie sont observées. Chez certains patients, ils sont responsables de mouvements oscillatoires lents de la tête dans une direction antéropostérieure, avec un rythme de 2-3 Hz, ce que l'on appelle le «syndrome de la poupée qui secoue la tête». Un hypopituitarisme partiel, avec une altération particulière de la sécrétion de corticotropine, est observé chez 10% des patients (Brauner et al., 1987). Le spectre complet des troubles endocrinologiques peut également inclure la puberté prématurée et un déficit en hormone de croissance (Mohn et al., 1999).

La tomodensitométrie révèle généralement une masse volumineuse, ronde et suprasellaire à densité de fluide, provoquant une obstruction des trous de Monroe et, par conséquent, une hydrocéphalie. L'IRM peut montrer que le kyste et le troisième ventricule sont des cavités séparées séparées par une fine membrane. Le traitement peut inclure un pontage. La perforation de la membrane du kyste avec endoscopie ou accès libre est également possible (Decq et al., 1996).

Les kystes arachnoïdiens peuvent provoquer des symptômes focaux et une augmentation de l'ICP. Les kystes interhémisphériques peuvent être difficiles à distinguer des kystes dorsaux associés à l'agénésie du corps calleux. Les kystes de cette localisation sont souvent dysembryoplasiques, avec un épithélium cuboïde ou cylindrique, plutôt que des cellules arachnoïdes.

Kyste arachnoïdien suprasellaire.
L'IRM frontale T1 démontre une hydrocéphalie ventriculaire latérale massive.
Le troisième ventricule est complètement rempli d'un kyste qui est séparé du ventricule latéral par une membrane mince et a une densité de liquide légèrement plus élevée que le LCR (à gauche).
Dans la projection sagittale (à droite), le kyste s'étend vers le haut presque jusqu'au corps calleux.

2. Kystes arachnoïdiens infratentoriels. Les kystes infratentoriels sont les deuxièmes kystes intracrâniens les plus courants après les kystes de la fosse crânienne moyenne. Leur structure histologique est différente et seule une petite partie est véritablement arachnoïdienne (Friede, 1989). En fait, on ne sait pas tout à fait ce qui devrait être considéré comme un kyste arachnoïde de la fosse postérieure, car des accumulations de liquide se trouvent souvent dans cette zone. Il s'agit notamment du syndrome de Dandy-Walker, de la megacisterna magna et même de certains cas de cisterna magna élargie, mais non pathologique (voir aussi Barkovich et al., 1989; Altman et al., 1992).

Les kystes de la fosse postérieure sont des cavités fermées qui ne communiquent pas avec le quatrième ventricule et ne sont pas accompagnées d'hypoplasie cérébelleuse. Les signes cliniques les plus courants chez les jeunes enfants sont la macrocéphalie et l'hydrocéphalie, tandis que le syndrome de la fosse postérieure typique se manifeste chez les patients plus âgés (Galassi et al. 1985; Harsh et al. 1986). La localisation des kystes dans la fosse postérieure varie. La plupart sont situés derrière le cervelet, mais certains kystes peuvent être supracérébelleux, latérocérébelleux ou situés dans l'angle cérébellopontin (Galassi et al.1985; Pierre-Kahn et Sonigo, 2003).

Les kystes de l'échancrure tentorale sont souvent à la fois infra et supratentorielle, et sont localisés en avant du vermis cérébelleux, en arrière de la région pinéale et au-dessus de la plaque quadrigémale, s'étendant sur le toit du troisième ventricule sous le corps calleux. En plus de l'hydrocéphalie, ils peuvent être accompagnés d'un syndrome de Parino ou d'une ataxie. Certains kystes mésencéphaliques et du troisième ventriculaire peuvent être secondaires après une arachnoïdite causée par une hémorragie dans le thalamus ou après une ventriculite bactérienne (Ramaeckers et al., 1994).

Le traitement des kystes de la fosse postérieure peut être réalisé par voie chirurgicale directe (Hanieh et al., 1988). Le détournement de liquide avec shunt cystopéritonéal semble être le traitement de choix et conduit dans de nombreux cas à la disparition du kyste.

Kyste arachnoïdien du tentorium de l'encoche du cervelet.
Une grande cavité kystique est visible derrière le troisième ventricule, dont la partie postérieure est déplacée vers l'avant et au-dessus du cervelet. *
Le cervelet est sévèrement comprimé. Notez l'aplatissement et le déplacement vers l'avant du tronc cérébral et de l'hydrocéphalie dus à la sténose de l'aqueduc.

b) Autres kystes intracrâniens:

1. Les kystes dermoïdes se trouvent généralement dans le plan sagittal du crâne. Caldarelli et coll. (2004) ont étudié 16 cas de kystes dermoïdes et 3 cas de kystes épidermoïdes. Ces formations peuvent provoquer une compression des structures intracrâniennes. Certains dermoïdes se fixent à la peau par un canal, ce qui peut entraîner des infections. En imagerie (Hakuemez et al., 2005), l'épidermoïde est une masse bien délimitée avec un signal élevé sur les images pondérées en T et l'IRM pondérée en diffusion.

2. Les kystes colloïdaux du troisième ventricule sont rares chez les enfants. Ils se manifestent par un mal de tête paroxystique, souvent extrêmement intense, qui peut être associé à des mouvements ou à des changements de position du patient. La mort subite est possible, rarement signalée chez les enfants (Byard et Moore, 1993). Neuf cas familiaux ont été décrits (Partington et Bookalil, 2004).

Les kystes épendymaires sont rares. Sundaram et coll. (2001) n'ont trouvé que cinq cas dans leur étude clinique et pathologique de 145 cas de kystes intracrâniens. La cavité de ces kystes est tapissée d'un épithélium épendymaire. Ces kystes sont situés de manière supratentoriale (intracérébrale ou convexitale), le plus souvent à l'intérieur du lobe frontal. Ils ne communiquent pas avec les ventricules et se développent probablement à partir de segments déplacés de la paroi du tube neural, qui correspondent aux sites de formation du tissu choroïde. Les kystes épendymaires peuvent accompagner des malformations cérébrales complexes (Barth et al., 1984).

De gros kystes ont été décrits qui occupent la région prépontine mais s'étendent jusqu'à la fosse crânienne postérieure et moyenne (Yoshida et al., 1986). Dans certains cas, l'épithélium de la muqueuse était apparemment d'origine respiratoire..

3. Les kystes entérogènes sont également rares et se trouvent généralement dans la colonne vertébrale ou la fosse postérieure. De rares cas de kystes entérogènes supratentoriels ont été décrits (Wagner et al., 1988).

4. Les kystes de la poche de Rathke se développent dans la région suprasellaire et peuvent être accompagnés de troubles endocriniens et visuels ou d'une ICP accrue (Rout et al., 1983).

5. Le syndrome de la sella turcica vide est en fait une erreur d'identification, car la sella turcica n'est pas complètement vide, mais contient des restes de tissu hypophysaire. Bien que ce syndrome ne soit pas une masse kystique, il est décrit ici parce que la sella turcica est "enflée" et peut être confondue avec une tumeur ou un kyste. L'étiologie de cette condition est inconnue, tout comme sa prévalence chez les enfants. Dans certains cas, une selle turque vide s'accompagne de troubles visuels ou endocriniens, allant de l'hypopituitarisme au développement sexuel prématuré (Stanhope et Adlard, 1987). Des défauts dans les champs visuels ont été décrits, et ce syndrome peut survenir avec des microadénomes hypophysaires. Le syndrome peut survenir chez les patients présentant une hypertension intracrânienne idiopathique, une hydrocéphalie et une rhinoliquorrhée..

Le syndrome de la selle turque vide chez les enfants peut être moins bénin que chez les adultes, les enfants ont donc besoin de contrôles réguliers.

Editeur: Iskander Milevski. Date de publication: 31.12.2018

Arachnoïdite (kyste arachnoïdien)

informations générales

L'arachnoïdite fait référence à des maladies infectieuses du système nerveux central et est une inflammation séreuse des structures de la membrane arachnoïdienne du cerveau ou de la moelle épinière. Les membranes arachnoïdiennes n'ont pas leur propre système vasculaire.Par conséquent, les lésions ne sont pas isolées en même temps et les processus infectieux se propagent à partir des méninges dures ou molles, de sorte que les symptômes de l'arachnoïdite sont définitivement attribués au type séreux de la méningite. La pathologie a été décrite avec le plus de détails par le médecin allemand Benninghaus, et pour la première fois, le terme a été utilisé dans la thèse de A.T. Tarasenkov, qui a étudié les signes d'inflammation de la tête et d'arachnoïdite en particulier.

Certains scientifiques appellent cette maladie méningite séreuse, mais selon la CIM-10, on lui attribue le code G00 et le nom d'arachnoïdite bactérienne, G03 - qui comprend la méningite due à d'autres causes ou non subtiles, y compris l'arachnoïdite, la méningite, la leptoméningite, la pachyméningite et G03.9 - pour la méningite, sans précision - arachnoïdite rachidienne SAI (non spécifiée ailleurs).

Le cerveau a trois membranes: dure, arachnoïde et molle. Grâce aux sinus durs se forment pour la sortie du sang veineux, le mou fournit le trophisme et l'arachnoïde est nécessaire à la circulation du liquide céphalo-rachidien. Il est situé au-dessus des circonvolutions, mais ne pénètre pas dans les sillons du cerveau et sépare les espaces sous-arachnoïdiens et sous-duraux. Dans sa structure, il y a des cellules endothéliales arachnoïdes, ainsi que des faisceaux de fibrilles de collagène de différentes épaisseurs et quantités..

Histologie des méninges

Pathogénèse

L'arachnoïdite provoque des changements morphologiques sous forme d'opacification et d'épaississement de la membrane arachnoïdienne, qui peuvent être compliqués par des superpositions fibrinoïdes. Le plus souvent, ils sont renversés, mais dans certains cas, ils peuvent être limités, c'est-à-dire que nous parlons de perturbations locales plus grossières initiées par un processus étendu d'arachnoïdite. Les changements macroscopiques dans ce cas sont:

  • opacité et épaississement (hyperplasie de l'arachnoïde de l'endothélium) de la membrane arachnoïdienne, sa fusion avec la choroïde et les membranes dures du cerveau;
  • infiltration diffuse;
  • expansion des formations de fentes sous-arachnoïdiennes et des citernes à la base du cerveau, le développement de leurs hydrops (surpeuplement de liquide céphalo-rachidien).

L'évolution ultérieure de la pathologie conduit à une fibrose et à la formation d'adhérences entre les membranes choroïde et arachnoïdienne, à une circulation altérée du liquide céphalo-rachidien (liquide céphalo-rachidien) et à la formation d'un ou plusieurs kystes arachnoïdiens. Dans ce cas, une violation de la circulation normale du liquide céphalo-rachidien se produit et, en conséquence, une hydrocéphalie se produit, dont le mécanisme est basé sur deux voies de développement:

  • occlusif - résultant d'une violation de l'écoulement de fluide du système ventriculaire, par exemple, la fermeture des ouvertures de Lyushka, Magendie avec des adhérences formées ou des kystes;
  • résorptif - dans lequel les processus d'absorption de fluide à travers les structures de la dure-mère sont perturbés, à la suite d'un processus "collant" renversé.

Classification

Il existe plusieurs classifications de l'arachnoïdite. Sur la base de la cause établie, l'arachnoïdite est post-traumatique, infectieuse (rhumatismale, post-grippale, amygdalogène) et toxique, du type de modification - kystique, adhérente-kystique, limitée et diffuse, unipolaire et multifocale.

En fonction du tableau clinique et de son évolution, on distingue l'arachnoïdite aiguë, subaiguë et chronique, mais pour le diagnostic, il est très important de déterminer la localisation de l'arachnoïdite et de prédire le modèle d'exposition et les conséquences des lésions méningées..

En fonction du site de localisation préféré et des structures impliquées dans la pathologie, l'arachnoïdite peut être de différents types: cérébrale, basale, optico-chiasmique, cérébellopontine, précérébelleuse, rachidienne, etc..

Arachnoïdite cérébrale

Le type d'arachnoïdite cérébrale recouvre généralement la muqueuse du cerveau des hémisphères cérébraux antérieurs et des zones du gyri central, affectant non seulement l'endothélium archnoïde, mais également les structures de la pie-mère avec la formation d'adhérences entre eux. À la suite du processus d'adhésion, des kystes avec des contenus de type liqueur se forment. L'épaississement et l'épaississement des kystes peuvent conduire à des formations ressemblant à des tumeurs xanthochromes à haute teneur en protéines, qui peuvent se manifester par le développement d'un état de mal épileptique.

Kyste arachnoïdien du cerveau

Arachnoïdite optique-chiasmique

Elle est le plus souvent localisée dans la région chiasmique et affecte la base du cerveau, impliquant les nerfs optiques et leur intersection en pathologie. Ceci est facilité par un traumatisme cranio-cérébral (commotion cérébrale ou contusion cérébrale), des processus infectieux dans les sinus paranasaux, ainsi que des maladies telles que l'amygdalite, la syphilis ou le paludisme. Cela peut entraîner une perte irréversible de la vision, qui commence par une douleur derrière les globes oculaires et une déficience visuelle, ce qui peut entraîner une hémianopsie temporale unilatérale et bilatérale, un scotome central, un rétrécissement concentrique des champs visuels.

Le développement de la pathologie est lent et pas strictement local, il peut se propager à des zones éloignées du chiasme, généralement accompagné de la formation d'adhérences multiples, de kystes et même de la formation d'une membrane cicatricielle dans la zone du chiasme. Un effet négatif sur les nerfs optiques provoque leur atrophie - complète ou partielle, qui est assurée par une compression mécanique par adhérences, la formation de mamelons congestifs et un trouble de la circulation sanguine (ischémie). Dans le même temps, au début, l'un des yeux souffre davantage, et après quelques mois, le second est également impliqué..

Arachnoïdite vertébrale

En plus de ces causes bien connues, l'arachnoïdite vertébrale, la colonne vertébrale peut être causée par une furonculose et des abcès purulents de localisation variée. Dans le même temps, les formations kystiques limitées provoquent des symptômes similaires à une tumeur extramédullaire, des symptômes de compression des structures de la moelle épinière, ainsi qu'un syndrome radiculaire et des troubles de la conduction, à la fois moteurs et sensoriels..

Les processus inflammatoires chroniques provoquent une dissociation protéine-cellule du liquide céphalo-rachidien et affectent plus souvent la surface postérieure de la moelle épinière du thorax, du lombaire ou de la queue de cheval. Ils peuvent se propager à plusieurs racines ou, avec des lésions diffuses, à un grand nombre, en modifiant la limite inférieure du trouble de sensibilité.

L'archnoïdite spinale peut être exprimée:

  • sous forme de picotements, d'engourdissements, de faiblesse dans les jambes, de sensations inhabituelles dans les membres;
  • l'apparition de crampes dans les jambes, de spasmes musculaires, de contractions spontanées;
  • sous la forme d'un trouble (augmentation, perte) de réflexes tels que genou, talon;
  • des accès de douleur lancinante sévère comme des chocs électriques ou, au contraire, des maux de dos douloureux;
  • perturbation des organes pelviens, y compris une diminution de la puissance.

L'irritation et la compression du cortex et des parties voisines du cerveau atteintes d'arachnoïdite peuvent être compliquées par la formation d'un kyste de différents types - rétrocérébelleux, liquide céphalo-rachidien, région temporale gauche ou droite.

Kyste arachnoïdien rétrocérébelleux

Le kyste rétrocérébelleux se forme lorsque le plexus choroïde du quatrième ventricule est déplacé vers le haut et vers l'arrière de la partie vermiforme intacte du cervelet. Pour identifier ce type de kyste, la tomodensitométrie et l'IRM sont à peu près également informatives..

Kyste arachnoïdien du LCR

Il est courant de faire la distinction entre les kystes de liqueur intracérébraux et sous-arachnoïdiens, les premiers sont plus fréquents chez les adultes et les seconds sont plus typiques des patients pédiatriques, ce qui est très dangereux et provoque un retard mental..

Les kystes du LCR sont formés par l'endothélium arachnoïdien ou le collagène cicatriciel, rempli de liquide céphalo-rachidien. Ils peuvent être congénitaux ou formés lors de la résorption d'hémorragies intracérébrales, de foyers d'ecchymoses et de freinage du cerveau, dans la zone de ramollissement ischémique après des blessures. Ils sont caractérisés par une évolution rémittente prolongée, déclenchant des crises épileptiques de structure, durée et fréquence différentes..

Le kyste du LCR peut également résulter d'une hémorragie sous-arachnoïdienne ou d'une leptoméningite adhésive réactive.

Kyste arachnoïdien de la région temporale droite

Un kyste dans la région temporale droite peut provoquer des maux de tête, une sensation de pulsation, une compression de la tête, des bruits dans l'oreille, des accès de nausée, des convulsions, des mouvements non coordonnés.

Les kystes arachnoïdiens sont gelés, ont une stabilité et le plus souvent ne provoquent pas d'inconfort ou de troubles cérébraux. Une évolution asymptomatique peut conduire au fait que la formation n'est détectée que lors de la tomographie cérébrale si une arachnoïdite est suspectée.

Kyste arachnoïdien du lobe temporal gauche

Si le kyste du lobe temporal gauche est progressif, il peut augmenter progressivement les symptômes focaux en raison de la pression sur le cerveau. Habituellement, il est situé dans la région du lobe temporal gauche et ressemble à une expansion de l'espace externe du liquide céphalo-rachidien.

Lorsqu'un patient apprend des informations sur un kyste dans la région temporale gauche, il s'avère souvent que cela n'est pas fatal et peut ne pas provoquer de symptômes négatifs. Cependant, dans certains cas, il existe un risque de développer des troubles de la parole (aphasie sensorielle), une perte des champs visuels, des convulsions soudaines des membres ou de tout le corps.

Les raisons

Il existe plusieurs voies pour le développement de l'inflammation des membranes arachnoïdiennes et il a été établi que l'arachnoïdite est polyétiologique et peut résulter de facteurs tels que:

  • processus infectieux aigus et chroniques reportés (y compris la grippe, les rhumatismes, la rougeole, la scarlatine, la septicémie, la pneumonie, la syphilis, la tuberculose, la brucellose, la toxoplasmose, l'ostéomyélite des os du crâne);
  • maladies inflammatoires des sinus nasaux;
  • otite moyenne purulente aiguë ou plus souvent chronique, notamment causée par des microorganismes ou des toxines faiblement virulents;
  • complication de l'otite moyenne purulente, par exemple, labyrinthite, pétrosite, thrombose sinusale;
  • complication de la méningite purulente guérie ou des abcès cérébraux;
  • intoxication chronique à l'alcool, au plomb, à l'arsenic;
  • blessures diverses - blessures cranio-cérébrales et de la moelle épinière (principalement comme effets résiduels);
  • inflammation réactive causée par des tumeurs à croissance lente ou une encéphalite, le plus souvent par des otogènes non suppuratifs.

Les symptômes de l'arachnoïdite du cerveau

Les symptômes de l'arachnoïdite sont généralement causés par une hypertension intracrânienne, dans des cas plus rares - hypotension du liquide céphalo-rachidien, ainsi que des manifestations qui reflètent une localisation affectant les processus méningés. De plus, des symptômes généraux ou locaux peuvent prévaloir, en fonction de cela, les premiers symptômes et les changements du tableau clinique.

L'évolution subaiguë initiale de la maladie au fil du temps peut se transformer en une forme chronique et se manifester sous la forme de troubles cérébraux généraux:

  • maux de tête locaux, aggravés par la tension, les plus intenses - le matin, ils peuvent provoquer des nausées et des vomissements;
  • le développement d'un symptôme de saut, lorsque la douleur survient localement lors d'un rebond ou d'un mouvement maladroit non amorti avec atterrissage sur les talons;
  • étourdissements de nature non systémique;
  • les troubles du sommeil;
  • déficience de mémoire;
  • les troubles mentaux;
  • la survenue d'une irritabilité déraisonnable, d'une faiblesse générale et d'une fatigue accrue.

Les troubles focaux dépendent principalement de l'emplacement du développement de la pathologie et peuvent se manifester par des symptômes de lésions des nerfs trijumeau, abducens, auditifs et faciaux. Outre:

  • Avec l'arachnoïdite convexitale (convexe), les processus inflammatoires affectent les zones du gyri central et les sections antérieures des hémisphères cérébraux, tandis que les phénomènes d'irritation des structures du cerveau prévalent sur les manifestations de perte de fonctions, qui s'expriment sous forme d'anisoréflexie, de parésie centrale, de troubles épileptiques généralisés et jacksoniens, de crises d'épilepsie troubles de la sensibilité et du mouvement (mono ou hémiparésie).
  • Avec l'inflammation des régions basales (optico-chiasmique, cérébellopontine et dans la région de la fosse postéro-crânienne), les symptômes cérébraux se produisent le plus souvent et les fonctions des nerfs de la base du crâne sont altérées.
  • L'arachnoïdite optico-chiasmique se manifeste par une diminution de l'acuité visuelle et des changements de champs, ressemblant à une névrite optique et associée à un dysfonctionnement autonome - dermographisme aigu, augmentation du réflexe pilomoteur, transpiration abondante, acrocyanose, parfois soif, augmentation des mictions, hyperglycémie.
  • La pathologie affectant la région des jambes du cerveau provoque des symptômes pyramidaux, ainsi que des signes de lésions des nerfs oculomoteurs et des signes méningés.
  • L'arachnoïdite de l'angle cérébellopontin provoque des maux de tête dans la région occipitale, des acouphènes, des névralgies, des étourdissements paroxystiques, parfois avec des vomissements, des troubles cérébelleux unilatéraux - lorsque le patient chancelle ou maintient le poids sur une jambe - la chute tombe du côté des lésions; avec un examen approfondi, il est possible de révéler une démarche atactique, un nistagmus horizontal, des symptômes pyramidaux, une hypertrophie des veines du fond, provoquée par des troubles de l'écoulement veineux.
  • Si la plus grande citerne (occipitale) est affectée, la maladie se développe de manière aiguë avec de la fièvre, des vomissements obsessionnels, des douleurs à l'arrière de la tête et de la colonne cervicale, qui sont aggravées par la toux, la tentative de tourner la tête ou un mouvement brusque.
  • La localisation des processus inflammatoires dans la zone des paires de nerfs crâniens IX, X, XII entraîne un nystagmus, une augmentation des réflexes tendineux, des symptômes pyramidaux et méningés.
  • L'arachnoïdite de la fosse crânienne postérieure peut affecter la paire de nerfs crâniens V, VI, VII, VIII et provoquer une hypertension intracrânienne avec symptômes méningés, troubles cérébelleux et pyramidaux, par exemple, ataxie, asynergie, nystagmus, adiadochokinèse, les maux de tête deviennent un symptôme permanent, l'un des premiers.
  • Les lésions diffuses provoquent des phénomènes cérébraux et une expansion inégale des ventricules, qui se traduit par la survenue d'un syndrome frontal, hypothalamique, temporal, mésencéphale et cortical, la pathologie initie une violation de l'échange normal de liquide céphalo-rachidien, des symptômes pyramidaux flous, peuvent affecter les nerfs crâniens individuels.

Analyses et diagnostics

Lors du diagnostic, il est impératif de réaliser un diagnostic différentiel avec abcès et néoplasmes de la fosse crânienne postérieure ou d'autres parties du cerveau. Pour déterminer l'arachnoïdite, il est important de procéder à un examen complet et détaillé du patient.

L'électroencéphalographie, l'angiographie, le pneumoencéphalogramme, la scintigraphie, les craniogrammes simples, la radiographie du crâne, la myélographie, la tomodensitométrie, l'IRM sont indicatifs. Ces études révèlent une hypertension intracrânienne, des modifications locales des biopotentiels, une expansion de l'espace sous-arachnoïdien, des citernes et des ventricules du cerveau, des formations kystiques et des modifications focales de la substance cérébrale. Seulement s'il n'y a pas de congestion dans le fond, une ponction lombaire peut être prélevée chez le patient pour détecter une pléocytose lymphocytaire modérée et une légère dissociation protéine-cellule. De plus, un test index et nez-nez peut être nécessaire..

Traitement

La clé du succès du traitement de l'arachnoïdite est l'élimination de la source de l'infection, le plus souvent l'otite moyenne, la sinusite, etc. en utilisant des doses thérapeutiques standard d'antibiotiques. Il est préférable d'utiliser une approche individuelle globale pour éliminer les conséquences indésirables et les complications, notamment:

  • Prescription de désensibilisants et d'antihistaminiques, par exemple, Diphenhydramine, Diazolin, Suprastin, Tavegil, Pipolfen, Chlorure de calcium, Histaglobuline et autres.
  • Soulagement des syndromes convulsifs avec des médicaments antiépileptiques.
  • Des diurétiques et des décongestionnants peuvent être prescrits pour réduire la pression intracrânienne.
  • L'utilisation de médicaments à action résorbable (par exemple, la lidase), normalisant la pression intracrânienne, ainsi que des médicaments qui améliorent la circulation cérébrale et le métabolisme.
  • Si nécessaire, l'utilisation de psychotropes (antidépresseurs, tranquillisants, sédatifs).
  • Pour stimuler les propriétés compensatoires et adaptatives du corps, on administre du glucose intraveineux avec de l'acide ascorbique, de la cocarboxylase, des vitamines du groupe B, de l'extrait d'aloès.

Kyste cérébral chez un nouveau-né - types, causes et caractéristiques du traitement. Kyste de l'entaille tentorale chez un bébé

Kyste cérébral chez les nouveau-nés

Pour les femmes, la maternité est le plus grand bonheur, et c'est bien quand rien ne l'assombrit. Mais parfois, il arrive que les rêves sans nuages ​​soient assombri par l'inquiétude et l'anxiété..

Assez souvent, des lèvres des jeunes mères, on peut entendre le diagnostic: «kyste cérébral chez un nouveau-né». Nom effrayant, n'est-ce pas? Il y a dix ans, presque personne n'entendait cette phrase, et maintenant environ 40% des enfants naissent avec un kyste. Essayons de découvrir ce qu'est cette éducation et comment la traiter.

Causes d'un kyste cérébral

Un kyste est une cavité, une bulle remplie de liquide. Un kyste peut survenir n'importe où dans le cerveau, il se présente sous la forme de formations multiples ou uniques sur un ou immédiatement des deux côtés du cerveau.

Les kystes du plexus choroïde sont parfois diagnostiqués au cours du développement fœtal dans l'utérus. Dans de tels cas, il n'y a pas lieu de s'inquiéter prématurément: lorsqu'ils sont apparus, ils disparaissent complètement d'eux-mêmes. Ce phénomène est considéré comme normal, car il apparaît à un certain stade de la grossesse..

Leur formation à un stade ultérieur, après la naissance du bébé, est associée à des dommages au fœtus par infection ou à un déroulement compliqué de la grossesse et de l'accouchement lui-même. Très souvent, la cause est le virus de l'herpès.

Un kyste sous-épendymaire est considéré comme une affection plus grave. Un kyste similaire chez un nouveau-né nécessite une surveillance particulière de son développement. La raison est considérée comme une circulation sanguine insuffisante dans les ventricules du cerveau de l'enfant. En raison d'un manque d'oxygène, les tissus meurent et une cavité peut se former à leur place.

Une autre pathologie associée au cerveau, et en particulier à sa membrane arachnoïdienne, est le kyste arachnoïdien, qui peut avoir différentes formes et tailles et se forme n'importe où. Quelle est la raison de son apparition? La raison exacte n'a pas encore été établie.

Chez les enfants, un kyste peut survenir à la suite d'une méningite ou d'un autre processus inflammatoire, avec traumatisme ou hémorragie. En règle générale, il ne pénètre pas dans les ventricules du cerveau. Il ne faut pas oublier que le développement ultérieur est caractéristique du kyste et qu'au fil du temps, il devient volumineux, commençant à presser les parties les plus proches du cerveau.

Diagnostic de la maladie

Chez les nouveau-nés jusqu'à un an, le kyste est facilement diagnostiqué par échographie. C'est le moment le plus favorable pour cette procédure, car la fontanelle n'est pas encore complètement fermée..

Kyste dermoïde chez un enfant | Avec compétence sur la santé sur iLive

Kyste dermoïde chez un nouveau-né

Les dermoïdes chez les nouveau-nés sont la conséquence d'une embryogenèse altérée, lorsque les trois couches germinales séparent leurs cellules en une zone atypique inhabituelle pour eux (fusion de cavités embryonnaires «sacrées»).

Un kyste dermoïde chez un nouveau-né (teratoma neonatus, cysta dermoidea) est détecté dans 22 à 24,5% de tous les cas de tumeurs diagnostiquées et est le plus souvent localisé dans le pourcentage suivant:

  • Tératome sacrococcygien - 37-38%
  • Filles nouveau-nées, ovaires - 30-31%
  • Tête - 10-12%
  • Zone médiastinale - 4-5%
  • Localisation rétropéritonéale - 9-10%
  • Autres zones - 3-4%

La plupart des dermoïdes se forment chez les filles, 4 fois plus souvent que chez les garçons.

Étant donné qu'un kyste dermoïde chez un nouveau-né se forme le plus souvent dans la région du sacrum, entre l'anus et le coccyx, un hémangiome traumatique peut se développer sur le site du néoplasme lors de l'accouchement. En outre, l'une des complications est que le dermoïde coccygien est principalement détecté chez les filles, tandis que la tumeur peut remplir la zone pelvienne, mais sans dommage ni perturbation du tissu osseux. Il convient de noter que 90% de ces tératomes sont déterminés même in utero, lorsqu'une femme enceinte subit une échographie entre 22-1 et 34-1 semaines. Une échographie ou une IRM montre un utérus trop élargi et une masse homogène est visible dans la région du sacrum. Pour les gros kystes fœtaux, l'obstétrique est indiquée en utilisant une césarienne pour écarter d'éventuelles complications telles que la rupture du kyste.

Caractéristiques d'un kyste dermoïde chez un nouveau-né, selon la localisation:

  1. Le dermoïde des testicules chez les garçons nouveau-nés est presque 100% bénin, contrairement aux tératomes ovariens matures chez les filles. Il convient également de noter qu'une telle formation est très rare et est très probablement associée à un facteur héréditaire. Le kyste contient des composants sébacés, graisseux et épidermiques, cartilagineux, des éléments osseux en pratique chirurgicale jusqu'à présent. Un kyste dermoïde est détecté pratiquement dès la première semaine après la naissance, moins souvent il est détecté à l'âge d'un an et demi. Habituellement, le dermoïde se développe et se développe très lentement, il est observé et opéré le plus tôt possible, lorsqu'il atteint l'âge de 2-3 ans. Une chirurgie de préservation des organes est effectuée, le résultat et le pronostic sont sûrs à 100%.
  2. Les formations dermoïdes de l'espace rétropéritonéal sont également déterminées à l'âge d'un an maximum. Le plus souvent, de tels tératomes se forment chez les filles, la tumeur peut être assez grande - jusqu'à 4-5 centimètres, elle serre les organes voisins, l'enfant réagit en conséquence - pleure constamment, son estomac est tendu. Le dermoïde est bien défini par palpation, puis par échographie. L'opération n'est indiquée que dans le cas de grosses tumeurs, les petits kystes sont soumis à observation.
  3. Le tératome dermoïde de la cavité buccale ou de la gorge (polype) est une formation bénigne qui est visible immédiatement dès la première semaine de naissance. Un tel dermoïde est localisé dans le dôme supérieur du pharynx, il se compose d'une capsule au contenu varié (particules rudimentaires, éléments de tissus embryonnaires). Le kyste peut être situé dans la mâchoire, dans la zone de l'épignat - le pharynx. Les petits dermoïdes de la bouche sont opérés lorsque l'enfant atteint l'âge de trois ans, les gros kystes peuvent être enlevés plus tôt, car le risque de complications est beaucoup plus élevé que les risques associés à la chirurgie.
  4. Les dermoïdes du cerveau chez les nouveau-nés sont très rares, en règle générale, ils sont diagnostiqués à un âge plus avancé. Cela est dû au fait que les kystes dermoïdes se développent généralement lentement et que leur développement est asymptomatique. Les indications d'examen de la formation kystique peuvent être des pathologies congénitales du nouveau-né, des troubles endocriniens et d'autres anomalies identifiées pendant la période prénatale.
  5. Un kyste ovarien dermoïde chez les filles est également diagnostiqué à un âge plus avancé. Chez les nouveau-nés, une maladie similaire survient sans manifestations cliniques. Les signes possibles incluent une hypertrophie abdominale anormale et des pleurs du bébé. Dans de tels cas, l'enfant est examiné pour des maladies du système digestif et des organes pelviens..
  6. Le dermoïde sacrococcygien est déterminé au stade prénatal et est clairement visible immédiatement après la naissance. Les symptômes cliniques dépendent directement de l'emplacement du kyste - externe ou interne. Le kyste externe est généralement plus gros et peut même interférer avec le processus de naissance. La tumeur, située au milieu entre les fesses, est le plus souvent fusionnée au coccyx, avec un kyste externe-interne, une pression apparaît sur le rectum et la défécation est perturbée, la miction - l'incontinence urinaire et fécale. Le dermoïde coccygien est traité uniquement chirurgicalement, et le plus tôt possible en raison du risque assez élevé d'inflammation, de suppuration et de malignité (évoluant en tumeur maligne). S'il n'y a pas de contre-indications strictes, l'opération est réalisée à partir de 2 mois.

Il convient de noter qu'un kyste dermoïde chez un nouveau-né est un phénomène très rare, car les tumeurs bénignes du sacrum ne se trouvent que dans un rapport de 1 à 26-27 000 naissances. Les formations dermoïdes sont considérées comme des tumeurs bénignes et ont un pronostic plutôt favorable avec leur élimination rapide.

Les symptômes d'un kyste dermoïde chez un enfant

Comme les autres tumeurs bénignes, les formations dermoïdes ne présentent le plus souvent pas de signes cliniques pendant longtemps. Les symptômes d'un kyste dermoïde chez un enfant sont soit détectés dans la période néonatale, lorsqu'ils sont visuellement perceptibles, soit déterminés par une augmentation, une inflammation, une suppuration, une pression sur les organes voisins. Le tableau clinique des dermoïdes est associé à l'emplacement, à la taille du kyste et à l'âge de l'enfant. Le plus souvent, les néoplasmes dermoïdes sont situés dans la région de la tête (yeux, pont du nez, oreilles, front, cavité buccale, cou, arrière de la tête), clavicule, coccyx, moins souvent dans le médiastin, espace rétropéritonéal. En outre, le dermoïde peut être localisé dans les ovaires ou les testicules.

Les symptômes d'un kyste dermoïde chez un enfant peuvent être les suivants:

  • Chez les enfants de la première année de vie, les espèces sont des formations denses et élastiques dans l'un des endroits ci-dessus.
  • La tumeur est arrondie.
  • Kyste dermoïde au toucher dense, élastique.
  • Le kyste n'a pas de lien étroit avec la peau, n'y est pas soudé.
  • À la palpation, le dermoïde ne provoque pas de sensations douloureuses.
  • La peau sur le kyste n'est pas hyperémique, de couleur normale, sans ulcération, éruption cutanée, etc..
  • Si le dermoïde est situé sur la tête (crâne), il peut sembler légèrement enfoncé vers l'intérieur.
  • La formation dermoïde peut ne pas augmenter pendant une longue période, s'arrêter de taille.
  • Le dermoïde du coccyx, en plus d'être visible, peut provoquer une violation de la miction et de la défécation (les selles prennent la forme d'un ruban).
  • Le dermoïde de l'œil (globe oculaire, paupière) peut altérer la clarté de la vision.

Un kyste ovarien dermoïde chez une fille peut se manifester par des douleurs abdominales si la tumeur atteint une grande taille. De plus, l'image de «l'abdomen aigu» est causée par la torsion de la jambe du kyste

Les symptômes cliniques d'une tumeur dermoïde chez un enfant n'apparaissent généralement que dans le cas d'une hypertrophie du kyste, de son inflammation et de sa suppuration. Les petits dermoïdes bénins ne modifient pas la santé des enfants et ne provoquent pas de troubles fonctionnels des organes internes. Les dermoïdes simples sont plutôt un défaut esthétique et visible qui interfère à la fois avec l'enfant et ses parents. Toute formation dermoïde identifiée doit être supprimée, malgré la bénignité presque complète de la tumeur, il existe un risque de 1 à 2% de malignité, c'est-à-dire que le dermoïde se transforme en une tumeur maligne.

Kyste chez un nouveau-né | Avec compétence sur la santé sur iLive

Symptômes

Les symptômes d'un kyste chez les nouveau-nés dépendent du type de tumeur, de sa localisation, de sa taille et des complications (malignité, inflammation, suppuration). En règle générale, si la tumeur est petite, elle ne se manifeste pas. Examinons quelques symptômes qui peuvent indiquer qu'un nouveau-né a un kyste à un stade précoce de son développement..

  • Coordination altérée des mouvements et réactions retardées.
  • Perte de sensibilité des membres (enlève temporairement une poignée ou une jambe).
  • Déficience visuelle.
  • Maux de tête aigus.
  • Trouble du sommeil.

Kyste dans la tête d'un nouveau-né

Un kyste dans la tête d'un nouveau-né est une sorte de capsule remplie de liquide. Avec un traitement chirurgical, il y a une forte probabilité qu'il ne se développe pas en une formation maligne et une tumeur cancéreuse. La tumeur peut survenir dans n'importe quelle partie de la tête du bébé. Les types de tumeurs les plus courants sont:

  • Arachnoïde - situé entre les espaces cérébraux.
  • Intracérébral - se produit dans les zones de tissu cérébral mort.
  • Congénitale - se forme en raison d'une violation du développement intra-utérin et de la mort d'une partie du cerveau avec asphyxie et autres pathologies.
  • Acquis - peut apparaître en raison d'une ecchymose ou d'un choc pendant l'accouchement, ou au site de saignement ou d'inflammation.

Les principaux symptômes d'un kyste dans la tête d'un nouveau-né:

  • Symptômes neurologiques (maux de tête, troubles du sommeil, troubles de la coordination des mouvements, tremblements des membres).
  • Hypertonicité ou hypotension d'un groupe musculaire ou d'un muscle.
  • Problèmes de vision et d'audition.
  • Gonflement de la fontanelle.
  • Vomissements et régurgitations sévères.

Le traitement d'un kyste dans la tête d'un nouveau-né dépend des symptômes de la maladie. Ainsi, avec des symptômes minimes, un traitement médicamenteux est utilisé. Avec des symptômes vifs, le traitement chirurgical est effectué à l'aide d'une opération qui vous permet d'enlever la tumeur et sa coquille. En règle générale, tous les nouveau-nés ont un pronostic positif pour le traitement des kystes de la tête..

Kyste cérébral chez les nouveau-nés

Un kyste néonatal est une vessie remplie de liquide. Dans le cerveau d'un nouveau-né, un ou plusieurs néoplasmes peuvent apparaître. En règle générale, un kyste cérébral est diagnostiqué avant la naissance d'un enfant. Dans près de 90% des cas de tumeur, elle disparaît d'elle-même avant même la naissance ou au cours de la première année de vie d'un bébé. Bien pire si le gonflement survient après la naissance. Puisque cela indique que pendant la grossesse ou l'accouchement, le bébé a été infecté.

Le néoplasme doit nécessairement être traité, car la probabilité qu'il disparaisse d'elle-même ne fonctionne pas toujours. Mais les risques que prennent les parents en refusant de traiter un kyste chez un nouveau-né peuvent avoir des conséquences désastreuses. Les grosses tumeurs sont particulièrement dangereuses. Puisqu'ils peuvent changer de position, tout en serrant les tissus environnants, c'est-à-dire en exerçant un effet mécanique sur le cerveau. Pour cette raison, le bébé développe des convulsions, qui progressent progressivement et ralentissent le développement. Dans certains cas, un néoplasme du cerveau entraîne un accident vasculaire cérébral hémorragique. La recherche d'une aide médicale, d'un diagnostic et d'un traitement en temps opportun est la clé d'une issue positive de la maladie..

Kyste du plexus choroïde

Un kyste du plexus choroïde chez un nouveau-né est une formation pathologique qui apparaît même pendant la gestation d'un enfant. Le plexus choroïde est la première structure du cerveau visible au cours de la sixième semaine de développement du bébé. Il n'y a pas de terminaisons nerveuses dans le plexus choroïde, mais, malgré cela, il joue l'un des rôles les plus importants dans le développement d'un enfant.

Parfois, un kyste du plexus choroïde peut être détecté par échographie dès 17-20 semaines de grossesse. Mais ne vous inquiétez pas, car ces formations n'affectent pas le développement du bébé. La plupart des néoplasmes disparaissent entre 25 et 38 semaines de gestation. Ceci est associé au développement actif du cerveau de l'enfant. Si un kyste du plexus choroïde chez un nouveau-né apparaît après la naissance, cela indique que le fœtus a été infecté (en raison de complications pendant la grossesse ou l'accouchement). Le virus de l'herpès est souvent la cause de l'apparition d'une tumeur.

Kyste sous-épendymaire

Un kyste sous-épendymaire chez un nouveau-né est une pathologie grave. Il se forme en raison d'un manque d'oxygène ou d'une hémorragie dans la région des ventricules du cerveau. Dans la plupart des cas, les kystes sous-épendymaires se résolvent d'eux-mêmes, mais malgré cela, un traitement spécial et une échographie de contrôle du cerveau doivent être effectués pour l'enfant..

Ce type de tumeur peut ne pas grossir et ne pas affecter la vie et le développement du bébé. Mais il y a des cas où, en raison d'un kyste sous-épendymaire, le tissu cérébral est déplacé, ce qui entraîne une exacerbation des symptômes neurologiques. Dans ce cas, un traitement chirurgical immédiat est nécessaire..

Kyste choroïdien

Le kyste choroïdien chez un nouveau-né est une maladie du plexus choroïdien du cerveau. Elle peut apparaître en raison d'une infection du corps ou d'une blessure subie pendant la grossesse ou l'accouchement. Ce type de tumeur doit être enlevé, car la probabilité qu'elle se résorbe d'elle-même est de 45%.

Le kyste choroïdien chez un nouveau-né présente certains symptômes. Le bébé a des réactions convulsives et des contractions, l'enfant est constamment endormi ou agité. Le développement et la formation du bébé sont lents et la coordination des mouvements est altérée. Il est possible de diagnostiquer une tumeur par échographie, car la fontanelle du bébé n'est pas encore fermée. Les traitements sont effectués à la fois par chirurgie et pharmacothérapie..

Kyste arachnoïdien

Un kyste arachnoïdien chez un nouveau-né est une anomalie cérébrale rare qui survient chez seulement 3% des nouveau-nés. Il est situé entre la surface du cerveau et la membrane arachnoïdienne. Autrement dit, la membrane du néoplasme est en contact avec la coquille dure du cerveau et avec la coquille molle - la membrane interne.

Il existe deux types de kystes arachnoïdiens. Les primaires sont des formations congénitales et les secondaires apparaissent en raison d'un processus inflammatoire ou d'une intervention chirurgicale (lorsqu'un autre type de tumeur est enlevé). Un kyste arachnoïdien primaire peut être diagnostiqué à la fin de la grossesse ou dans les premières heures de la vie d'un bébé. Le plus souvent, ces tumeurs apparaissent chez les garçons nouveau-nés et non chez les filles. Un kyste arachnoïdien chez un nouveau-né s'accompagne de symptômes tels que: maux de tête, nausées et vomissements, convulsions, troubles mentaux, hallucinations. Elle a un pronostic positif et, avec un traitement approprié, n'affectera pas le développement du bébé..

Kyste périventriculaire

Un kyste périventriculaire chez un nouveau-né est une lésion de la substance blanche du cerveau. C'est elle qui est à l'origine de la paralysie chez les nourrissons. Le kyste périventriculaire se manifeste par la formation de foyers nécrotiques dans les zones périventriculaires de la substance blanche. La tumeur est un type d'encéphalopathie hypoxique-ischémique.

Le traitement est très complexe et implique à la fois une pharmacothérapie et une intervention chirurgicale. Ces tumeurs disparaissent rarement d'elles-mêmes. La cause de l'apparition peut être des anomalies dans le développement du fœtus, des maladies infectieuses, des processus pathologiques et des complications pendant la grossesse.

Kyste sous-épendymaire

Un kyste sous-épendymaire chez un nouveau-né est une formation dans le cerveau d'un bébé dont le développement est de nature pathologique. Il y a plusieurs raisons à l'apparition d'une tumeur. Tout d'abord, il s'agit de problèmes de circulation sanguine et de son manque dans les ventricules du cerveau. Cela provoque la mort du tissu cérébral à l'endroit duquel se forme une cavité. Après un certain temps, un néoplasme remplit la cavité, qui est un néoplasme.

Quant aux symptômes, ils peuvent ne pas se manifester et ne pas affecter le développement et la formation du bébé. Mais si la tumeur empêche l'enfant de se développer et provoque un certain nombre de pathologies neurologiques, un traitement est nécessaire. Le traitement comprend une intervention chirurgicale, une pharmacothérapie et une supervision par un neurologue et un neurologue.

Kyste de l'ovaire

Un kyste ovarien chez un nouveau-né est assez courant. Il s'agit d'une tumeur fonctionnelle qui n'appartient pas aux maladies malignes de type tumeur et qui est capable de se dissoudre d'elle-même sans chirurgie. Souvent, lors de la réalisation d'une échographie, il est associé à des maladies intestinales. Mais il est très difficile de déterminer avec précision le kyste ovarien à l'échographie.

Chez les nouveau-nés, les tumeurs ovariennes malignes sont extrêmement rares. Mais si la tumeur se transforme en une tumeur maligne, elle se développe très rapidement et a une croissance agressive. Le traitement d'un kyste est effectué avec un médicament.

Kyste du cordon spermatique

Le kyste du cordon spermatique chez les nouveau-nés est l'accumulation de liquide dans le processus vaginal ouvert dans le péritoine, c'est-à-dire dans les membranes du cordon spermatique. Dans sa fonctionnalité, il est similaire à l'hydropisie de la membrane testiculaire. Le traitement est similaire à celui de l'hydropisie.

Même pendant la grossesse, le testicule descend par le canal inguinal dans le scrotum. Avec le testicule, l'excroissance péritonéale descend dans le scrotum, qui forme la coquille interne du testicule. Ce processus est absorbé avant même la naissance du bébé. S'il ne s'est pas résolu, lors du diagnostic, il peut être confondu avec une hernie inguinale. Depuis une hernie et une tumeur ont des symptômes similaires. Tout d'abord, il s'agit d'un léger gonflement de la région de l'aine et d'une augmentation du scrotum. Lorsque ces symptômes apparaissent, les parents doivent contacter un urologue-andrologue pédiatrique ou un chirurgien. Le traitement comprend une intervention chirurgicale et un suivi par un urologue-andrologue.

Kyste testiculaire

Un kyste testiculaire chez un nouveau-né est une tumeur bénigne qui ressemble à une masse avec du liquide autour de l'épididyme. La tumeur a une structure molle lisse et bien définie. Un kyste testiculaire peut être différencié de maladies telles que: hydropisie du testicule, hernie, varicocèle.

Afin d'obtenir un diagnostic précis, il est nécessaire de diagnostiquer par échographie, examen général et anamnèse. Quant à la taille, elle ne dépasse pas 1-2 centimètres et donne un inconfort au bébé. Le traitement est effectué par chirurgie. Mais chez les nouveau-nés, l'opération est effectuée après un an d'observation, car il est possible que le néoplasme disparaisse de lui-même.

Kyste rénal

Un kyste rénal chez un nouveau-né n'affecte pas la fonction rénale et peut ne pas se manifester pendant une longue période. Il peut être déterminé à l'aide d'un examen échographique des reins. L'échographie diagnostiquera avec précision la structure de la tumeur et les caractéristiques de l'apport sanguin à la tumeur.

Plusieurs types de kystes rénaux se retrouvent chez les nouveau-nés. Il existe des néoplasmes unilatéraux dus à une maladie rénale concomitante. Et la présence d'un kyste cortical d'un rein peut indiquer qu'il y a une tumeur sur l'autre rein. En plus de l'échographie, les nouveau-nés subissent un balayage duplex, ce qui permet de diagnostiquer les tumeurs malignes. Le traitement est effectué par des méthodes de traitement médicamenteux, mais il existe des cas où les néoplasmes disparaissent d'eux-mêmes au cours de la première année de vie d'un bébé.

Kyste de la rate

Un kyste de la rate chez un nouveau-né est une cavité remplie de liquide. Il n'est pas recommandé de le retirer, car il y a une forte probabilité de perdre un organe. La rate joue l'un des rôles clés dans le système immunitaire, par conséquent, le traitement est effectué avec des médicaments, c'est-à-dire en prenant des médicaments spéciaux.

Les causes de l'apparition d'un kyste de la rate chez un nouveau-né peuvent être congénitales, généralement dues à une embryogenèse altérée. Dans certains cas, de fausses tumeurs se développent qui se dissolvent avec le temps et ne nécessitent pas de traitement.

Kyste sur la langue

Un kyste dans la langue d'un nouveau-né est associé à des anomalies dans le développement du canal thyroïdien. Un kyste sur la langue est très fréquent. Le tableau clinique dépend entièrement de la taille de la tumeur. Donc, si le néoplasme est volumineux et situé à l'avant, ce qui interfère avec la prise alimentaire, il doit être retiré.

En règle générale, un kyste sur la langue d'un nouveau-né se résout dans les premiers mois de la vie du bébé. Mais si cela ne s'est pas produit, la méthode de traitement est choisie en fonction des caractéristiques de la localisation de la tumeur. Pour le traitement des kystes chez les nouveau-nés, un traitement médicamenteux est utilisé et dans le traitement des enfants en âge de fréquenter l'école primaire - des méthodes d'intervention chirurgicale, c'est-à-dire sa dissection.

Kyste dans la bouche d'un nouveau-né

Un kyste dans la bouche d'un nouveau-né est une pathologie génétique qui peut être associée à diverses infections dans le corps. Il existe plusieurs types de néoplasmes muqueux qui se produisent dans la cavité buccale. Ceux-ci comprennent des néoplasmes de la langue, des kystes gingivaux et palatins. Chacun d'eux a sa propre histogenèse..

Pour déterminer la cause et décider de son traitement, vous devez vous rendre chez le dentiste. Le dentiste utilise diverses méthodes de diagnostic, par exemple un examen échographique de la cavité buccale et une radiographie, qui peuvent déterminer la localisation de la maladie. En ce qui concerne le traitement, chez 90% des nouveau-nés, les kystes disparaissent dès la première année de vie. Des médicaments sont utilisés lorsqu'ils sont absolument nécessaires. Mais retrait par une méthode chirurgicale seulement six mois plus tard - un an après la naissance du bébé.

Kyste palatin

Un kyste palatin d'un nouveau-né ou une perle d'Epstein est un phénomène normal qui accompagne tous les bébés dans les premières semaines de vie. Ils disparaissent d'eux-mêmes dans le premier mois de la vie d'un bébé..

Les kystes palatins sont formés à partir d'inclusions épithéliales situées le long des lignes de fusion des plaques palatines. Ils ressemblent à des bosses blanches ou jaunâtres le long de la suture palatine. Si vous effectuez un examen histologique, vous pouvez déterminer que les tumeurs contiennent de la kératine. Le kyste palatin d'un nouveau-né ne nécessite pas de traitement.

Kystes gingivaux

Les kystes gingivaux des nouveau-nés sont formés à partir de la plaque dentaire (ligament ectodermique). La plaque dentaire est la base de la formation de dents caduques et permanentes. Les restes de la plaque provoquent l'apparition de petites tumeurs gingivales. Si un néoplasme apparaît sur les gencives, il s'appelle le nœud de Bon, si un néoplasme se développe sur le processus de la crête alvéolaire, il s'appelle le gingival.

Le kyste ressemble à une petite boule blanche ou jaunâtre. Le néoplasme est absolument indolore et ne cause ni inconfort ni inconvénient pour le bébé. Il n'est pas nécessaire de traiter une telle tumeur, car elle se dissout d'elle-même dans les premières semaines de la vie et le bébé ou disparaît lorsque les dents de lait apparaissent.

Kyste chez les nourrissons: symptômes et traitement

Un kyste est une formation bénigne dans les tissus qui ressemble à une cavité avec une paroi et un contenu. Il peut se former dans n'importe quel organe de l'enfant - dans le rein, la rate, les gencives, la tête, à la surface de l'amygdale, etc. Dans la plupart des cas, le kyste n'affecte pas le bien-être du bébé et ne présente pas de danger pour sa santé. Mais le tableau clinique dépend en grande partie de l'emplacement, de la taille et de la structure de l'éducation.

Considérez les principaux types de kystes que l'on trouve chez les nourrissons: cérébral, cordon spermatique, plexus choroïde, ovaire et autres.

Cavité sous-épendymaire

Les kystes cérébraux se forment pendant la période périnatale et disparaissent avant la naissance dans 90% des cas. S'ils sont présents après la naissance, le bébé est surveillé. Le traitement est déterminé par l'emplacement et le type de formation.

Un kyste sous-épendymaire (cérébral) dans la tête apparaît en raison de la mort des tissus à la suite d'une carence en oxygène ou d'une hémorragie dans les ventricules cérébraux. Le plus souvent, le néoplasme est petit et disparaît de lui-même avec le temps. L'enfant chez qui il se trouve doit être observé par un neurologue. L'évaluation de la dynamique est réalisée à l'aide d'ultrasons du cerveau.

Dans de rares cas, la cavité sous-épendymaire commence à s'agrandir et à appuyer sur le tissu environnant. Symptômes de sa croissance:

  • maux de tête
  • ICP augmenté
  • déficience auditive et / ou visuelle
  • pulsation de la fontanelle
  • convulsions
  • développement physique retardé

Un kyste sous-épendymaire en croissance doit être enlevé chirurgicalement.

Néoplasme arachnoïdien

Un kyste arachnoïdien est une formation remplie de liquide entre le cerveau et la membrane arachnoïdienne. Elle est diagnostiquée par échographie chez 3% des nouveau-nés (principalement des garçons). Raisons de l'apparition:

  1. hypoxie pendant la période périnatale
  2. inflammation avant ou après la naissance
  3. traumatisme et chirurgie du cerveau

La cavité arachnoïdienne du cerveau a tendance à augmenter rapidement en taille et à perturber le travail du cerveau. Ses signes:

  • migraine
  • vomissement
  • saisies
  • les troubles mentaux

Le traitement des néoplasmes chez les nourrissons consiste en une élimination rapide.

Cavité du plexus vasculaire

Les plexus vasculaires gauche et droit sont des formations dans les ventricules du cerveau, constituées de nombreux vaisseaux et terminaisons nerveuses. Ils peuvent être vus par échographie à 6 semaines de développement fœtal. La fonction principale du plexus choroïde est la production de liquide céphalo-rachidien.

Un kyste du plexus choroïde gauche ou droit se forme à la suite d'une infection d'un enfant atteint de pathologies intra-utérines - toxoplasmose ou herpès. En règle générale, à la 38e semaine de grossesse, le néoplasme disparaît sous l'influence du développement actif des cellules cérébrales. Après la naissance, il reste chez un petit nombre d'enfants..

Le kyste du plexus choroïde ne présente aucun symptôme. Il est découvert par hasard lors d'une échographie programmée du cerveau. Le traitement de la pathologie n'est pas effectué, car il se résout généralement jusqu'à un an.

On pense qu'un kyste du plexus choroïde est un facteur qui augmente le risque de développer des maladies neurologiques. L'enfant doit être supervisé par un neurologue, tous les 3 mois une échographie de la tête est réalisée.

Autres pathologies kystiques du cerveau

Le kyste périventriculaire est une cavité dans les fibres nerveuses de la substance blanche du cerveau. Les raisons de son apparition sont des foyers de nécrose dans les zones périventriculaires et des anomalies du développement. Une complication courante d'un tel kyste est la paralysie. Le traitement combine médicaments et chirurgie.

Le kyste choroïdien est un néoplasme dans la structure du plexus choroïdien du cerveau. Cela se produit en raison d'infections intra-utérines et de traumatismes à la naissance. Sa caractéristique est une faible capacité d'auto-absorption (seulement dans 45% des cas). Symptômes:

  • secousses
  • comportement agité ou, au contraire, somnolence
  • problèmes de coordination

Le kyste du plexus choroïdien n'est traité que chirurgicalement.

Caractéristiques du diagnostic et du traitement des formations cérébrales

Pour détecter les néoplasmes du cerveau chez les nourrissons, les éléments suivants sont utilisés:

  1. neurosonographie (avant la fermeture des fontanelles) - une échographie indolore et sûre du cerveau, qui permet de détecter un kyste du plexus vasculaire ou une autre cavité, ainsi que d'établir sa localisation, sa taille et son type
  2. La tomodensitométrie et l'IRM sont des méthodes instrumentales alternatives utilisées après la fermeture des fontanelles
  3. procédures supplémentaires pour évaluer l'état général du corps - cardiographie, mesure de la pression artérielle, échographie Doppler des vaisseaux sanguins du cerveau, tests sanguins

Le traitement chirurgical de la cavité du plexus choroïdien ou de tout autre peut être radical ou palliatif. Une opération radicale n'est effectuée que dans les cas graves, elle implique une craniotomie et l'ablation du néoplasme avec le contenu.

Types d'intervention palliative:

  • shunt - perçage de la membrane et élimination du contenu du kyste
  • endoscopie - élimination du liquide de la cavité par des incisions microscopiques

Kystes dans les organes du système reproducteur des garçons

Le kyste du cordon spermatique est une cavité avec du liquide dans les membranes du tubule séminifère chez les garçons. Il existe deux types de telles cavités - communicantes et isolées.

Comment se forme un kyste du cordon spermatique communicant? À la fin de la période de développement intra-utérin ou dans les premiers mois de la vie, le processus vaginal du péritoine chez un garçon devrait envahir et se transformer en cordon. Sous l'influence de facteurs négatifs, cela ne se produit pas et la communication entre la cavité abdominale et la membrane testiculaire reste. En conséquence, le liquide s'accumule dans le processus vaginalis et un kyste du cordon remplaçable se forme..

  • gonflement de l'aine
  • élargissement de tout ou partie des moitiés du scrotum à la fin de la journée

Un kyste isolé (non communicant) du cordon spermatique ressemble à une formation élastique arrondie dans l'aine. Il ne grossit pas ou grandit très lentement. Cela ne cause pas de douleur. Les raisons de son apparition sont les blessures du scrotum, la chirurgie de la varicocèle, la hernie inguinale.

Complications du kyste du cordon spermatique:

  • malformation testiculaire
  • hernie

L'éducation est diagnostiquée par un chirurgien pédiatrique ou un urologue sur la base d'un examen externe et d'une échographie. Le traitement du kyste du cordon spermatique consiste en son élimination, mais il n'est effectué qu'après 1,5 à 2 ans. Jusqu'à ce moment, la cavité peut disparaître indépendamment et l'enfant est simplement observé. Si un garçon a mal à cause d'un kyste, l'opération est effectuée à tout âge.

Le retrait du kyste du cordon spermatique est effectué à l'aide d'un endoscope. Par une petite incision, les parois de la cavité et son contenu sont enlevés, après quoi les tissus sont suturés. Toutes les manipulations sont effectuées avec des instruments microchirurgicaux. Le kyste du cordon spermatique a un pronostic favorable.

Cavités ovariennes chez les filles

Un kyste ovarien de rétention est une cavité remplie de liquide qui ne s'étend pas au-delà de l'ovaire. On pensait autrefois que cette maladie est typique des filles de plus de 10 ans et des femmes adultes. Aujourd'hui, il est de plus en plus retrouvé lors du développement intra-utérin et immédiatement après la naissance par échographie.

Les principales raisons de la formation d'un kyste de rétention dans l'ovaire chez une petite fille:

  • hérédité - néoplasmes dans la structure de l'ovaire chez la mère
  • gestose
  • infections virales pendant la grossesse
  • prendre des hormones
  • salpingo-oophorite chez maman

Types de kystes ovariens:

  • unilatéral avec des contours clairs
  • avec cloisons
  • avec un contenu dense

Le type le plus courant de kyste ovarien congénital est un kyste à une chambre du côté droit avec des parois minces et un remplissage liquide, son diamètre moyen est de 2 à 5 cm En règle générale, un tel néoplasme dans les limites de l'ovaire est classé comme fonctionnel - il se produit en raison de la forte activité des hormones maternelles et se résout avec le temps.

Les petits kystes ovariens non compliqués n'apparaissent pas. En cas de complications, qui incluent rupture, torsion de la jambe kystique et hémorragie, des symptômes tels que:

  • douleur abdominale
  • ballonnements et asymétrie de l'abdomen

Le traitement des néoplasmes volumineux de l'ovaire, qui ne diminuent pas de taille, est effectué soit par aspiration du contenu (aspiration par ponction), soit par une opération à part entière (indiquée pour les kystes denses).

Néoplasmes rénaux

Un kyste rénal chez un nourrisson peut se former en raison d'une prédisposition génétique, d'une blessure ou d'une pyélonéphrite (inflammation des reins). Types de formations:

  1. multi-cavité - grappes de cavités à chambre unique
  2. pyélogène - formation tapissée d'épithélium et communiquant avec le calice
  3. périrénal - localisé sous la capsule rénale, a tendance à l'infection

Les kystes rénaux peuvent être simples ou multiples (multi- ou polykystiques). Dans ce dernier cas, des symptômes d'insuffisance rénale sont observés:

  • acidose
  • anémie
  • hypertension artérielle

Un enfant atteint d'une maladie rénale multicystique accuse un retard de développement.

Un seul kyste dans le rein est généralement asymptomatique. Des signes de troubles peuvent apparaître lors de la rencontre d'un processus inflammatoire dans les voies urinaires, parmi lesquels:

  • douleur dans le bas du dos
  • modifications de la composition de l'urine (détection des protéines, des érythrocytes)
  • hyperthermie

Les néoplasmes sont diagnostiqués par palpation et échographie. Si une petite cavité (jusqu'à 5 cm de diamètre) est trouvée, l'enfant est observé, car elle peut se dissoudre. Les grandes formations sont éliminées par aspiration ou résection, parfois avec le rein.

Nodules oraux

Les néoplasmes dans la bouche d'un enfant peuvent être localisés sur les gencives, le palais, la langue, à l'intérieur des lèvres, dans la région des amygdales, etc..

Lorsque la glande salivaire est bloquée, un kyste de rétention se forme. Le plus souvent, il est situé sur le palais, la surface interne des joues et des lèvres et les gencives. Il a une fine capsule fibreuse et un liquide jaunâtre à l'intérieur. Diamètre moyen - 1-2 cm.

Le kyste de rétention est indolore, mais lorsqu'il est gros, il peut créer des obstacles mécaniques à la prise alimentaire. Parfois, il est blessé et le contenu est publié. Après cela, une blessure se forme sur la gencive ou le palais, qui dans la plupart des cas guérit sans laisser de trace. Le traitement est chirurgical, dans certaines situations, non seulement la formation est supprimée, mais également la glande salivaire.

Un autre type de kyste dans la bouche est la perle d'Epstein. Ils sont situés dans le ciel et disparaissent dans les premiers mois de la vie sans thérapie..

Les kystes sur les gencives (nodules de Bon) sont formés à partir de particules de la plaque dentaire, qui est à la base de la formation des futures dents. Ils ressemblent à de petites boules blanchâtres sur la gencive. Les nodules sont indolores et disparaissent d'eux-mêmes après la naissance ou avec la dentition.

Si vous trouvez des bosses sur les gencives d'un bébé, vous devriez consulter un dentiste. Il procédera à un examen, et prescrira également une échographie ou un régent. Sur la base de l'examen, le médecin déterminera les tactiques de traitement.

Les amygdales

Les amygdales sont des accumulations de tissu lymphoïde dans le nasopharynx. Leurs fonctions sont protectrices et hématopoïétiques.

Le kyste de l'amygdale palatine peut être situé à la fois sur sa surface et à l'intérieur. Habituellement, la cavité est remplie d'une masse muqueuse. La raison la plus courante de son apparition est les maladies infectieuses de la cavité buccale, mais chez les nourrissons, sa formation peut être l'une des étapes du développement du tissu lymphoïde.

Les néoplasmes dans la région de l'amygdale avec de petites tailles n'apparaissent en aucun cas. Les grosses caries peuvent nuire à la déglutition. Leur trait caractéristique est la mauvaise haleine. Diagnostics et traitements ORL.

Le kyste de l'amygdale se prête à un traitement médicamenteux. Dans l'enfance, il peut être lubrifié avec de la furaciline, une solution de chlorophyllipt, du lugol, de la miramistine. Il est recommandé d'appliquer les mêmes substances sur le mannequin. Les inhalations sans vapeur avec des solutions alcalines sont également illustrées..

Si la formation dans la région des amygdales n'est pas pratique, elle est ouverte et nettoyée sous anesthésie locale. Dans les cas graves, les amygdales sont enlevées.

Les kystes récurrents sur les amygdales sont l'un des signes d'une diminution de l'immunité. En remarquant un tubercule à la surface de l'amygdale d'un bébé, vous devez contacter non seulement un spécialiste ORL, mais également un immunologiste.

Les kystes chez les nourrissons peuvent être localisés dans diverses zones: le cerveau (arachnoïde, plexus vasculaire), les organes reproducteurs (dans le cordon spermatique, l'ovaire), sur les gencives, à la surface de la thyroïde, etc. Dans la plupart des cas, ils disparaissent au cours de la première année de vie. Si les néoplasmes affectent négativement l'état de l'enfant, ils sont supprimés. Les commentaires des parents montrent que les opérations sont réussies, en particulier celles qui sont effectuées de manière mini-invasive (à l'aide d'un endoscope).

Kyste arachnoïdien rétrocérébelleux - Neurologie

Kamilla Ismukhambetova, Femme, 43 ans

salut! Depuis 2 ans, j'ai des maux de tête dans les parties occipitale et temporale. J'ai fait une IRM du cerveau. Et c'est ce que le médecin m'a écrit. Les structures médianes ne sont pas déplacées. Dans les parties sous-corticales de la région frontale gauche, un seul foyer angiopathique jusqu'à 4 mm de diamètre est déterminé. Les ventricules sont de forme et de taille normales, les latéraux sont quelque peu asymétriques (largeur au niveau des corps: d = 13 mm, s = 10 mm, la largeur du troisième ventricule peut atteindre 3 mm). L'aqueduc du cerveau et le quatrième ventricule ne sont pas modifiés. Les zones linéaires de leucoaraïose (jusqu'à 5-6 mm d'épaisseur) sont tracées périventriculairement. Les fissures sous-arachnoïdiennes de la surface convexitale du cerveau (principalement dans la région fronto-pariétale), les rainures des sections supérieures du ver, les citernes de l'encoche tentorale sont modérément élargies. L'espace arachnoïdien rétrocérébelleux est élargi de manière kystique jusqu'à 24 * 44 * 19 mm. Dans la région péri-insulaire, dans la projection des noyaux basaux, dans les régions périventiculaires, les espaces périvasculaires sont modérément élargis. Les nerfs optiques sont symétriques, l'espace rétrobulbaire est libre. L'hypophyse est de forme ovale avec des contours clairs et uniformes, dimensions: sagittale jusqu'à 11 mm, verticale jusqu'à 6 mm, transversale jusqu'à 12 mm. Le tronc est la jonction craniospinale, la moelle épinière (jusqu'à c4) est normale. Les amygdales cérébelleuses sont situées à l'entrée du foramen magnum (sans signes de prolapsus), la citerne magna est quelque peu réduite. Le diamètre d'écoulement de la partie intracrânienne de l'artère vertébrale gauche est un peu plus étroit que celui de droite (cette dernière est pliée vers la gauche). Dans les cellules du labyrinthe ethmoïde, dans les sinus de la mâchoire supérieure, la membrane muqueuse pariétale (jusqu'à 2-3 mm) est épaissie. D'autres attachements paranasaux sont une pnevmatisation normale. Conclusion: un seul foyer angiopathique de la région frontale gauche. Phénomènes d'hydrocéphalie externe ouverte modérément prononcée. Kyste arachnoïdien rétrocérébelleux. Le médecin m'a prescrit: 1) tanakan 1tab. 2 fois par jour; 2) persen forte 1tab. La nuit - à boire pendant 2 mois. Et il a également dit que je n'ai pas besoin d'une opération. Aidez-moi à comprendre à quel point le résultat est dangereux et si des méthodes de traitement supplémentaires sont possibles. Merci d'avance.

Photo jointe à la question

Kyste cérébral chez un nouveau-né - types, causes et caractéristiques du traitement

Un kyste cérébral est une structure sphérique volumétrique remplie de liquide qui remplace le tissu affecté. Chez les nouveau-nés, il s'agit d'un diagnostic très courant qu'il n'y paraît à première vue. Un enfant sur trois, en règle générale, naît avec cette pathologie. Parfois, la taille de l'éducation est si petite que le bébé peut même ne montrer aucune anxiété. Au fil du temps, le kyste peut se dissoudre sans laisser de trace..

Causes d'apparition chez les nouveau-nés

Un kyste cérébral chez un nouveau-né peut survenir pour un certain nombre de raisons. Les facteurs de son apparition, ainsi que les causes de la plupart des maladies du système nerveux, n'ont pas encore été pleinement étudiés à ce jour. Les principales causes de la formation kystique comprennent les facteurs suivants:

  • Se blesser pendant l'accouchement.
  • Se blesser dans le processus.
  • Acquisition d'un traumatisme à la suite d'une infection intrapartum, lorsque le traumatisme est transmis de la mère à l'enfant. Dans ce cas, le virus de l'herpès conduit souvent à la formation d'un kyste..
  • La présence d'anomalies congénitales et de pathologies du système nerveux central.
  • L'apparition de troubles circulatoires du cerveau.
  • La présence d'infections du système nerveux subies par l'enfant, par exemple méningite ou encéphalite.
  • Hémorragie cérébrale.

Types de pathologie

En fonction de l'emplacement, de la structure et, en outre, des raisons de l'apparition d'un kyste cérébral, ils sont classés comme suit:

Directement au moment de son apparition, cette affection peut prendre deux formes:

  • Forme congénitale, qui survient à la suite d'anomalies du développement du système nerveux chez le fœtus.
  • Forme acquise en cas de lésion cérébrale ou d'infection.

Les types et les causes des kystes chez un nouveau-né sont intéressants pour beaucoup.

Par localisation, la classification est la suivante:

  • Type de kyste sous-épendymaire. On parle de ce type lorsque le kyste est cérébral, situé à l'intérieur du cerveau. C'est le kyste cérébral le plus dangereux que l'on puisse trouver chez les bébés au cours de la première année de vie. Il se forme à la suite de la privation d'oxygène des cellules cérébrales ou à la suite de leur mort. Sans traitement rapide, une telle pathologie peut entraîner des dommages irréversibles au système nerveux. Les conséquences dans ce cas sont une violation des fonctions vitales du corps, ainsi qu'un handicap ou la mort du bébé..
  • Le type de kyste arachnoïdien est une formation sur la membrane arachnoïdienne du cerveau. Un tel kyste peut être localisé dans n'importe quelle région du cerveau, tout en perturbant son hématodynamique. Il est moins dangereux que le précédent, mais il nécessite également une attention particulière de la part des chirurgiens. Ses conséquences sont majoritairement plus favorables à la vie, mais l'absence de thérapie peut entraîner un retard chez l'enfant en termes de développement psychomoteur..

Par structure, les kystes sont divisés selon la classification suivante:

  • Type de formation colloïdale. Un tel kyste est posé même pendant la période de développement intra-utérin. Bien que la taille du kyste ne soit pas importante, elle ne provoque aucun symptôme. Avec le diagnostic échographique du fœtus, le kyste peut être facilement vu. Avec la croissance du corps, le kyste augmente également. Son principal symptôme est une hydrocéphalie sévère. Ce type de maladie nécessite une thérapie chirurgicale dans un hôpital neurochirurgical.
  • Le type de kyste dermoïde se forme dans le contexte de l'embryogenèse du fœtus, qui se produit à partir de cellules indifférenciées des feuilles de la peau et des follicules pileux. Ces formations ne se dissolvent pas d'elles-mêmes, nécessitant un traitement chirurgical.
  • Le type épidermoïde est constitué d'épithélium squameux et d'éléments cellulaires kératinisés. Un tel kyste est considéré comme le plus bénin de tout ce qui se produit chez les nourrissons, mais il nécessite également une intervention chirurgicale..
  • Type de kyste pinéal. Dans le contexte de cette formation, l'hydrocéphalie se développe rapidement. Les enfants, s'ils sont présents, sont exposés à des maladies inflammatoires du système nerveux..
  • Kyste du plexus choroïde. Cette pathologie est généralement petite et ne provoque aucun symptôme de la maladie. Il n'entraîne pas non plus les conséquences d'une menace pour la santé, car il se forme chez le fœtus alors qu'il est encore dans l'utérus et est absorbé immédiatement après la naissance, sans nécessiter d'intervention chirurgicale..

Symptômes de la pathologie

Symptomatiquement, un kyste cérébral chez un nouveau-né peut se manifester de différentes manières, ce qui dépend directement du type de formation, du moment de son apparition, de l'âge du processus lui-même, du volume et de la localisation.

Les symptômes généraux de la présence de grandes formations s'expriment dans le rejet du sein. Ces enfants peuvent mal manger et cracher abondamment après avoir mangé. Dans ce cas, l'enfant sera léthargique et apathique, se développant lentement, hurlant et capricieux sans raison. Les symptômes d'un kyste cérébral peuvent être difficiles à reconnaître.

Chez ces enfants, la coordination est altérée, ils peuvent mal réagir aux jouets, ce qui indique une vision affaiblie. Il peut également n'y avoir aucune réaction aux sons, alors qu'ils n'auront pas de pathologies oto-rhino-laryngologiques. Ces enfants, en règle générale, accusent un retard considérable dans le développement psychomoteur, prenant du poids mal.

Au fil du temps, si un kyste cérébral chez un nouveau-né n'est en aucun cas traité (cela est particulièrement vrai pour les kystes dermoïdes et arachnoïdiens), le crâne peut commencer à se déformer chez les enfants. Dans ce contexte, la taille de la région du cerveau prévaudra considérablement sur le visage.

Quant au kyste vasculaire sous-épendymaire du cerveau, il a ses propres caractéristiques. Un tel kyste affecte souvent la structure motrice du cerveau, provoquant des convulsions accompagnées de contractions involontaires, de parésie et de paralysie. À mesure que le kyste se développe, l'enfant aura une augmentation de la pression intracrânienne, et les crises, à leur tour, deviendront plus fréquentes. Parfois, ces enfants peuvent avoir un accident vasculaire cérébral hémorragique. Très souvent, un kyste vasculaire cérébral chez un enfant exerce une pression sur d'autres structures cérébrales, ce qui entraîne une variabilité du tableau clinique.

Maladie multicystique chez les enfants

L'encéphalomalacie multicystique est une pathologie grave qui affecte le tissu cérébral à un très jeune âge. Cette maladie se traduit par l'apparition de multiples structures de cavités de différentes tailles dans la substance blanche, qui se caractérise par une évolution extrêmement sévère avec un pronostic décevant.

La période la plus vulnérable, où la multicystose du cerveau se développe le plus souvent, est le stade de la vingt-huitième semaine de gestose aux premiers jours après l'accouchement. Les raisons suivantes sont considérées comme les principaux facteurs provoquant le développement d'une multiplicité de foyers de nécrose:

  • L'émergence de l'infection herpétique et du cytomégalovirus.
  • Virus de la rubéole ou du toxoplasme.
  • Influence des entérobactéries ou Staphylococcus aureus.
  • Asphyxie intra-utérine avec traumatisme à la naissance.
  • Développement de la thrombose sinusale.
  • La présence de malformations vasculaires, ainsi que la septicémie.

Dans le cas où un kyste cérébral est diagnostiqué, l'enfant est susceptible d'avoir les complications suivantes:

  • L'apparition d'un sous-développement physique et mental prononcé, dans lequel l'enfant sera incapable de marcher ou de parler.
  • Développement d'une encéphalopathie épileptique, qui se manifestera par de multiples crises d'épilepsie.

La prévision dans ce cas sera extrêmement difficile..

Structures pseudo-kystiques

Les médecins n'ont toujours pas identifié quelle est exactement la différence entre un pseudokyste dans le cerveau d'un nouveau-né et d'autres formations similaires. Souvent, les experts font référence à la présence ou à l'absence de l'épithélium qui tapisse la cavité, mais ce jugement n'a pas encore été confirmé. Mais qu'en est-il d'un pseudokyste, et peut-il être considéré comme une anomalie dangereuse pour un enfant? Les spécialistes distinguent la pseudo-éducation selon un certain nombre de critères:

  • La présence de fausses structures de cavités, localisées dans la région des corps des ventricules latéraux du cerveau.
  • Absence d'hémorragie dans la cavité de la capsule, qui est remplie de liquide clair.
  • La raison de l'apparition d'une fausse formation n'est pas déterminée par des anomalies génétiques, c'est-à-dire qu'elles parlent de pathologie acquise.

Quatre-vingt-quinze nourrissons sur cent qui ont une pseudo-formation ventriculaire ne développent aucun trouble du développement. Un pseudokyste sous-épendymaire localisé dans les tissus est considéré comme dangereux. Elle peut survenir dans le contexte de troubles intra-utérins et comprend des hémorragies ainsi qu'une hypoxie tissulaire, au cours desquelles les ventricules latéraux sont endommagés. Une ischémie peut également survenir, entraînant la mort cellulaire dans certaines zones.

Cela est particulièrement vrai si la fausse structure commence à se développer et que les maladies dans lesquelles elle se forme causent de graves dommages. Dans cette situation, il devra être retiré avec le traitement de l'ischémie et d'autres complications possibles d'un traumatisme à la naissance..

Dans le cas où pendant la première année de la vie d'un enfant la pseudo-éducation ne se dissout pas, un examen échographique régulier sera nécessaire avec une visite chez un neurologue pour surveiller la dynamique de croissance. De plus, vous devrez surveiller les indicateurs de pression intracrânienne et toutes sortes de déviations dans le comportement du bébé. Parmi ces écarts, on peut noter l'incapacité de l'enfant à se concentrer, ses larmes excessives, etc. Un très bon indicateur pour l'échographie sera une diminution de l'anomalie.

Diagnostic de la pathologie

Dans le processus de diagnostic des kystes cérébraux chez un nouveau-né, ils diffèrent par un certain nombre de caractéristiques. Le fait est que chez les nourrissons, la grande fontanelle n'est pas encore fermée. Il ne ferme généralement que l'année. À cet égard, les nouveau-nés subissent tout d'abord un examen échographique du cerveau. Un spécialiste expérimenté dans le cadre d'une telle étude peut déterminer la présence, la taille et la localisation de l'éducation.

Pour un diagnostic plus précis, une tomodensitométrie du cerveau est effectuée. Une caractéristique de cette procédure pour les bébés de moins de cinq ans est qu'elle est réalisée sous anesthésie, ce qui augmente le risque de complications.

L'introduction d'enfants en anesthésie pour l'imagerie par résonance magnétique dans le cadre du diagnostic de formation kystique est obligatoire en raison du fait que les nouveau-nés sont constamment en mouvement, ce qui rend impossible la réalisation de l'étude. Le type d'anesthésie est choisi individuellement, mais le médicament le plus courant pour introduire un enfant dans le sommeil médicamenteux est le Thiopental. De tels diagnostics doivent être réalisés en dynamique une fois tous les quatre mois ou non programmés selon les indications. Cette méthode permet également de différencier les pseudokystes.

Quels enfants devraient être examinés pour un kyste cérébral?

Un tel examen est nécessaire dans un certain nombre des cas suivants:

  • Le groupe à risque comprend tout d'abord les enfants dont la mère a contracté l'herpès pour la première fois pendant la grossesse..
  • Dans le cas où la grossesse d'une femme se déroule avec des complications sous forme de manque d'eau, de gros fœtus et d'autres anomalies fœtales.
  • Enfants avec des blessures à la naissance.

Quel est le traitement d'un kyste cérébral?

Traitement de pathologie

La formation d'un kyste dans le cerveau n'est pas une condamnation à mort pour un enfant. Tout dépend directement de la localisation de l'enseignement et de son type. Le traitement, en règle générale, est divisé en conservateur, c'est-à-dire médical et chirurgical. Si la formation kystique ne grossit pas et que de nouveaux symptômes neurologiques n'apparaissent pas, un traitement conservateur est prescrit.

Les enfants se voient prescrire des médicaments dont l'action vise à améliorer les propriétés rhéologiques du sang et à normaliser l'hémodynamique générale. Des immunomodulateurs sont souvent prescrits, en particulier dans les cas où la maladie est causée par une infection. Nous ne devons pas oublier le traitement du pathogène lui-même; pour cela, des antibiotiques sont utilisés avec des médicaments antiviraux et antifongiques. Les pseudokystes se prêtent également à un traitement conservateur..

Les kystes sous-épendymaires disparaissent généralement avec le temps, après quoi une petite adhérence peut être visible sur l'image IRM. La situation est un peu pire avec le type de formation dermoïde et arachnoïdien. Ils nécessitent une approche particulière du traitement. À mesure que l'enfant grandit, un kyste se développe également, ce qui serre les tissus environnants. Dans ce cas, une opération neurochirurgicale est nécessaire..

L'élimination du kyste cérébral est réalisée à l'aide de techniques palliatives et radicales. Le plus souvent, le premier est préféré. La thérapie palliative consiste à contourner la cavité de la formation ou à la retirer au moyen d'une méthode endoscopique. Avec la chirurgie de pontage, un drain est inséré dans le kyste, à travers lequel il doit être vidé. Dans ce cas, le shunt est dans la cavité pendant un certain temps, ce qui ouvre une porte supplémentaire pour les infections. Un autre inconvénient est que le kyste lui-même est toujours conservé après cela, ce qui signifie qu'il peut se remplir à nouveau..

La technique endoscopique est moins dangereuse en termes de complications. Un neurochirurgien pénètre dans le cerveau de l'enfant à l'aide d'un endoscope. Un trou est fait dans le kyste et désinfecté. Cette procédure doit être effectuée par un spécialiste expérimenté, car il existe un grand risque de dommages aux structures cérébrales voisines..

Une méthode radicale de traitement d'un kyste du plexus choroïde du cerveau est rarement utilisée. Le plus souvent, il est réalisé avec des formations dermoïdes. Cette méthode consiste principalement à ouvrir la boîte du crâne et à retirer le kyste. Mais c'est un risque énorme, et il y a un grand risque de provoquer une anomalie du crâne. De plus, il est très difficile de prévoir comment la fenêtre de trépanation se fermera. À la place de la plaque chirurgicale, les processus de régénération peuvent ensuite être interrompus.

Quelle est la prévision?

Les parents doivent garder à l'esprit que le succès du traitement des formes de croissance congénitales ou acquises nécessite un diagnostic précoce, qui devrait inclure:

  • Neuronographie.
  • Encéphalographie Doppler.
  • Tomographie de positrons et d'émission et, en plus, imagerie par résonance magnétique.
  • Effectuer une scintigraphie cérébrale.

Avec de petits volumes et un traitement rapide, le pronostic pour la vie est favorable. Mais dans les cas où le kyste est volumineux et que le traitement chirurgical pour une raison quelconque est impossible ou a été effectué hors du temps, les conséquences peuvent être irréparables. Ces enfants peuvent être à la traîne en termes de développement physique, psychomoteur et, au fil du temps, sexuel. Contrairement à d'autres, ils ont considérablement affecté la vision et l'audition. Très souvent, ils sont handicapés..

Kyste cérébral chez un adulte

Un kyste dans la tête est une capsule en forme de bulle contenant du liquide dans les tissus du cerveau. Il peut être localisé dans n'importe quelle partie du cerveau, mais le plus souvent, il peut être trouvé dans la couverture en forme d'araignée du cortex cérébral..

Un kyste se développe en raison de blessures, de maladies et d'autres influences qui contribuent à la formation de zones contenant des cellules mortes. Il y a du liquide entre les lobes temporal et pariétal. Lorsque des zones anormales apparaissent, ce liquide remplace le tissu mort. Ensuite, son volume augmente et une cavité se forme, qui se transforme en kyste.

Le kyste pinéal du cerveau est une cavité remplie de contenu liquide situé dans l'épiphyse du mésencéphale. Son taux de détection est très faible et il n'y a aucun symptôme..

Le kyste pinéal du cerveau provoque rarement des perturbations hormonales. Cela n'entraîne pas non plus de compression des structures nerveuses environnantes. Ne se transforme pas en tumeur.

Le kyste rétrocérébelleux du cerveau est appelé tumeur bénigne. C'est aussi une bulle de liquide. Il peut survenir n'importe où dans le cerveau où se développe une nécrose de la matière grise.

  1. Kyste arachnoïdien rétrocérébelleux. Dans ce cas, des néoplasmes surviennent entre les membranes du cerveau. Ils sont remplis de liquide céphalo-rachidien.
  2. Kyste du LCR rétrocérébelleux. Se développe en raison d'un traumatisme crânien, d'une hémorragie, de processus inflammatoires dans le cerveau, après une chirurgie.

Provoque les symptômes suivants:

  • l'acuité visuelle et l'audition diminuent;
  • des maux de tête sévères surviennent;
  • convulsions;
  • il peut y avoir une perte de conscience soudaine;
  • engourdissement des membres;
  • palpitant dans la tête.

Kyste chez les nourrissons: causes et effets

Habituellement, les kystes nécessitent une observation et le respect de certaines règles de nutrition, de comportement, de restriction adéquate de l'activité physique. Mais comment ils se forment, quelles sont leurs causes et dans quels cas un traitement est encore nécessaire.

Tout d'abord, il faut dire que les kystes peuvent apparaître n'importe où, dans n'importe quel organe: foie, reins, glandes, cerveau. Ils sont congénitaux et acquis et diffèrent par la structure des murs et la nature du contenu. La question suivante est: est-il possible d'empêcher leur apparition? Pas dans tous les cas.

Un kyste formé avant la naissance

De nombreuses femmes enceintes découvrent un kyste chez leur bébé lors d'une échographie. Les médecins se calment - cela se produit et est considéré, sinon la norme, alors un événement courant, car il apparaît à un certain stade de la grossesse, lorsque les organes et les systèmes du fœtus sont encore en formation.

Il est possible qu'au prochain examen prévu, le kyste ne soit plus.

Il en va de même pour les kystes trouvés dans les premiers mois de la vie d'un bébé. Il arrive qu'après un mois ou deux chez les bébés jusqu'à un an, les kystes disparaissent.

Les formations congénitales sont généralement des kystes dysontogénétiques. Ils apparaissent en raison d'une violation des processus de formation d'organes et de tissus, par exemple l'expansion des canaux et des poches embryonnaires, ou en raison d'une anomalie dans le développement des organes dits parenchymateux - foie, reins, pancréas, poumons et autres organes non creux et non tubulaires.

Kyste acquis

Un kyste n'est pas une tumeur

Oui, un néoplasme, oui, pathologique, mais bénin. Et cela peut apparaître en raison d'une lésion des tissus mous, en cas de chute, d'ecchymose. Des kystes traumatiques se forment souvent dans les tissus du pancréas et du foie.

En plus du kyste traumatique, son type est connu comme parasite. C'est une capsule qui contient des parasites - échinocoque ou cysticerque. Le premier se transmet par un contact étroit avec des chiens qui marchent librement dans la rue. Le second - avec de la viande de bétail infecté.

Les kystes parasites consistent en une coquille dense à double paroi dans laquelle se développe le parasite. Ils se trouvent le plus souvent dans le foie et les poumons. Le kyste lui-même est détecté lors d'une échographie et qu'il soit parasite ou non - avec un test sanguin spécial.

La rétention, ou kystes des glandes mammaires et salivaires, se forme en raison du blocage des canaux excréteurs de la glande. Peu à peu un secret s'y accumule. Le site de blocage s'étire, acquiert un aspect transparent avec une teinte bleuâtre, comme une bulle. De tels kystes apparaissent à la fois lors de la formation intra-utérine du fœtus et après la naissance. Il arrive que les parents tâtonnent sur l'une des glandes mammaires du bébé un phoque qui ressemble à une balle. Le plus souvent, il s'agit d'un sceau temporaire - une manifestation du fond hormonal élevé de la mère, même pendant la grossesse. Avec le temps, le sceau disparaît. Mais vous devriez toujours consulter un médecin.

Ranula (également appelé kyste des glandes salivaires sublinguales) se trouve également chez les nouveau-nés et les enfants plus âgés. Il peut apparaître et disparaître. Ranula est situé sous la langue. Quand le bébé mange, il la blesse, se sent mal à l'aise, donc il est capricieux et pleure.

Un enfant plus âgé peut déjà se plaindre. Alors ranulu et découvrez.

Les kystes des petites glandes salivaires, sublinguales, sous-maxillaires et parotides sont plus fréquents. Ils se produisent sur la membrane muqueuse des lèvres et des joues. Ils sont souvent blessés, donc des blessures se forment qui guérissent progressivement, mais redeviennent enflammées.

Diagnostic et traitement

En règle générale, les kystes chez les enfants sont découverts par hasard lors d'échographies ou de tomodensitométries. Après tout, les symptômes des kystes sont généralement absents..

Les kystes simples se développent lentement à mesure que l'enfant grandit.

Et la seule chose qu'un bébé peut ressentir est une gêne, une sensation de plénitude dans l'abdomen, dans l'hypochondre (si le néoplasme est dans l'organe abdominal). Mais il est clair qu'un petit, voire un enfant de cinq ans, ne portera probablement pas votre attention sur ce symptôme. Oui, et l'inconfort survient lorsque le kyste atteint une grande taille. La limite de croissance est jusqu'à 3 cm.Si elle continue de croître, serre les tissus, bloque les vaisseaux sanguins ou contient des parasites, elle doit être éliminée.

Heureusement, de tels cas sont rares. Et le kyste est juste surveillé. Le médecin prescrit des échographies planifiées tous les six mois, des examens (analyses sanguines générales et biochimiques, analyse d'urine générale).

Vous n'avez pas à vous inquiéter si le test sanguin ne détecte pas une teneur accrue en leucocytes, la formule sanguine n'est pas modifiée et le test urinaire général contient la norme prescrite de leucocytes.

Un cas particulier

La panique des parents est causée par le diagnostic: kyste cérébral. Cela semble vraiment effrayant.

Mais encore une fois, rappelez-vous qu'un kyste n'est pas une tumeur maligne..

Un kyste du cerveau, comme d'autres organes, est détecté lors de l'examen échographique à travers la fontanelle (neurosonographie). Elle est pratiquée chez les bébés prématurés, les bébés qui, après la naissance, avaient besoin de soins médicaux supplémentaires, avec hypoxie. Le kyste peut être localisé dans le plexus choroïde. Dans de tels cas, il disparaît rapidement..

Mais un apport sanguin insuffisant aux ventricules du cerveau peut entraîner un manque d'oxygène dans les tissus. En conséquence, ils meurent et une cavité se forme à leur place. Cela nécessitera une observation plus détaillée. Ainsi que pour un autre type de kyste - arachnoïde. La raison de son apparition n'est toujours pas connue. Les médecins appellent également les maladies inflammatoires de la mère pendant la grossesse, l'herpès et les traumatismes à la naissance. Le kyste arachnoïdien ne disparaît pas de lui-même et peut se développer, ce qui est dangereux pour la santé de l'enfant. Par conséquent, un diagnostic rapide et les actions compétentes d'un neurologue et d'un neurochirurgien garantissent la santé du bébé et la tranquillité d'esprit à ses parents..

ADRESSES UTILES

Institut de pédiatrie, d'obstétrique et de gynécologie (PAG) AMS d'Ukraine, st. Manuilsky, 8, tél. (044) 483-82-87 Hôpital clinique spécialisé pour enfants "OKHMATDET", st. V. Chernovola, 28/1, tél. (044) 236-69-42 Institut d'urologie, AMS d'Ukraine, st. Y. Kotsyubinsky, 9a, tél. (044) 486-67-31 Centre de neurochirurgie pour enfants, st. P. Mayboroda (Manuilsky), 32, tél. (044) 483-94-19Centre de gastroentérologie pour enfants de la ville de Kiev, st. Kopylovskaya, 1/7, tél. (044) 468-33-06

Brovary

Centre de chirurgie laparoscopique, st. Shevchenko, 14, tél. (04594) 5-91-18

Dnipropetrovsk

Institut de gastroentérologie de l'Académie des sciences médicales d'Ukraine, pr. Nommé d'après le journal "Pravda", 96, tél. (0562) 27-59-16

Odessa

Clinique de l'Université nationale de médecine d'Odessa, st. Shady, 8, tél. (0482) 63-35-57