Principal > Pression

L'astrocytome est un type courant de cancer du cerveau

Les néoplasmes du tissu glial du cerveau font partie des types de tumeurs les plus courants. L'astrocytome est un cancer de différents degrés de malignité qui survient n'importe où dans la substance cérébrale et est la cause du décès prématuré d'une personne: il est extrêmement difficile de vaincre une tumeur au cerveau avec une garantie, il est donc important de commencer le traitement le plus tôt possible à partir du moment où le néoplasme est détecté.

L'astrocytome est l'un des types les plus courants de tumeurs de la tête

Astrocytome - qu'est-ce que c'est

Environ 40% de tous les tissus cérébraux sont appelés névroglie (un tissu auxiliaire qui permet aux cellules nerveuses de fonctionner correctement). L'astrocytome est une tumeur bénigne ou maligne dont la base est constituée d'astrocytes (cellules étoilées remplissant de nombreuses fonctions utiles). Quel que soit le type de structure histologique, le néoplasme croissant exerce une pression sur les structures cérébrales, créant de nombreux problèmes pour les humains.

Raisons de la formation de tumeurs

Le principal facteur de risque est une prédisposition héréditaire (génétique): la présence de cas d'oncologie cérébrale dans une famille nécessite la vigilance des proches parents (il est conseillé de procéder périodiquement à un examen afin de diagnostiquer précocement un cancer du cerveau). Les facteurs provoquants et contributifs comprennent:

  • exposition aux radiations (rayons X fréquents du haut du corps, étant au centre des radiations);
  • neuroinfections virales ou bactériennes (méningite, encéphalite);
  • exposition à des cancérogènes chimiques (production dangereuse);
  • blessures graves à la tête;
  • longue expérience du tabagisme;
  • immunodéficience sévère.

Il est loin d'être toujours possible de déterminer la cause de l'astrocytome: il est important de consulter un médecin le plus tôt possible si des symptômes négatifs associés à l'activité cérébrale apparaissent.

Types d'astrocytomes

Une tumeur dans la tête peut être bénigne, mais cela n'améliore pas du tout le pronostic - la taille et la localisation du néoplasme sont plus importantes pour le choix d'une méthode de traitement. Selon le degré de malignité, l'astrocytome peut être de 4 types:

  1. Pilocytique (environ 10%, un nœud bénin à croissance lente, le plus souvent trouvé chez les enfants);
  2. Fibrillaire (jusqu'à 10%, tumeurs limites à croissance diffuse avec des signes minimes de malignité);
  3. Anaplasique (environ 30%, une variante défavorable avec un processus malin typique);
  4. Glioblastome (jusqu'à 50%, un type de néoplasme extrêmement défavorable).

Jusqu'à 80% de tous les astrocytomes sont des tumeurs malignes qui surviennent chez les personnes en âge actif (30 à 50 ans). Les enfants sont plus susceptibles d'avoir des variantes bénignes, mais selon les statistiques, l'astrocytome est la 2ème raison (après la leucémie) de décès d'enfants par oncologie.

Les symptômes des troubles cérébraux

Une tumeur est un néoplasme étranger dans le cerveau. Tous les symptômes sont dus aux principaux facteurs suivants:

  • pression du nœud sur les structures nerveuses;
  • accumulation de liquide intracérébral;
  • augmentation de la pression intracrânienne;
  • modifications de la conduction nerveuse avec formation de symptômes neurologiques et mentaux spécifiques.

Il existe 2 groupes de panneaux:

  1. Général (maux de tête, nausées, vomissements, convulsions, étourdissements avec évanouissement, faiblesse, somnolence, troubles mentaux);
  2. Focal (hallucinations, déficience visuelle, troubles de l'audition et de l'odorat, parésie et paralysie, troubles de la coordination, problèmes d'élocution, d'attention et de mémoire, troubles hormonaux).

L'astrocytome est une variété de symptômes dus à l'emplacement du foyer de la tumeur: un neurologue ou un neurochirurgien expérimenté, sur la base de signes typiques, sera en mesure de deviner où se trouve le néoplasme dans le cerveau.

Sur le tomogramme, le médecin verra l'emplacement et la taille du néoplasme

Méthodes de diagnostic de base

Le cerveau est recouvert des os du crâne, la tomographie est donc la base d'un diagnostic réussi. En présence de plaintes typiques et de manifestations neurologiques de troubles cérébraux, le médecin se référera aux études suivantes:

  1. CT scan;
  2. Imagerie par résonance magnétique avec contraste;
  3. Angiographie.

Après avoir trouvé un néoplasme, il est nécessaire de choisir l'option de traitement optimale, qui dépend en grande partie de l'histotype de la tumeur, par conséquent, dans tous les cas, une biopsie du néoplasme doit être effectuée.

Tactiques thérapeutiques

La meilleure option de traitement est l'ablation chirurgicale de la tumeur. Un astrocytome détecté de petite taille peut être réséqué par un neurochirurgien sans conséquences pour le patient, mais aucun médecin ne peut donner une garantie à 100% de guérison. Il est optimal d'effectuer l'opération en utilisant la méthode des ondes radio, dans laquelle il est possible d'éliminer le néoplasme avec un traumatisme minimal pour le tissu cérébral sain. En plus de la chirurgie, l'exposition aux rayonnements et la chimiothérapie sont utilisées. Le cours de traitement du cancer du cerveau est sélectionné individuellement pour chaque personne.

Prévisions pour la vie

L'astrocytome est un type de tumeur dangereux. Facteurs favorables au pronostic:

  • jeune âge;
  • Stade 1 (pilocytique);
  • petite taille du néoplasme;
  • l'emplacement du foyer tumoral loin des centres cérébraux vitaux.

Avec la confluence de facteurs favorables, l'enfant après l'opération peut vivre une vie longue et heureuse. Mais dans la plupart des cas, le pronostic de l'astrocytome est défavorable - les adultes atteints d'un cancer du cerveau diagnostiqué ne vivent pas plus de 2 à 5 ans. Au stade 1, le taux de survie à 5 ans est d'environ 85%, à 2 - pas plus de 65%, à 3 - aucun des patients ne vit plus de 3 ans, à 4 - 1 an.

Traitement de l'astrocytome cérébral à Moscou

  • Traitement microchirurgical
  • Traitement endoscopique
  • Traitement laparoscopique
  • Implant de disque vertébral
  • Traitement au laser
  • Maladies dégénératives de la colonne vertébrale
  • Méningiome
  • Névrome
  • Épendymome
  • Glioblastome
  • Astrocytome
  • Métastases
  • Tumeurs hypophysaires
  • Les lymphomes
  • Fractures du crâne
  • Hématomes méningés
  • Hématomes et ecchymoses intracérébrales
  • Hématome sous-dural chronique
  • Abcès cérébral
  • Défauts osseux du crâne
  • Anomalie d'Arnold-Chiari
  • Syringomyélie

L'une des pathologies du groupe des gliomes est l'astrocytome cérébral. Les personnes de tout groupe d'âge sont sensibles à la maladie - des enfants aux personnes âgées. Une tumeur constituée d'astrocytes (cellules de tissu nerveux sous forme d'étoiles) peut être localisée dans différentes parties du cerveau. Selon les statistiques, le néoplasme dans différentes parties du cervelet et du nerf optique est plus fréquent chez les patients pédiatriques et représente environ 25% des cas. L'astrocytome des hémisphères cérébraux est diagnostiqué principalement chez l'adulte. Dans la pratique médicale, il existe des cas d'apparition de tumeurs dans des zones du tronc et à la jonction du cerveau avec la moelle épinière..

La densité de l'éducation est identique à la substance du cerveau, mais la tumeur n'est pas délimitée des zones saines. De plus, d'énormes kystes peuvent se former à l'intérieur de l'astrocytome. La pathologie entraîne des perturbations du fonctionnement du système nerveux central, entraînant un complexe de symptômes négatifs. Le degré de malignité de la tumeur est différent, mais dans plus de la moitié des cas, l'astrocytome est de nature inférieure..

Types de lésions pathologiques

Comme d'autres types de formations dans le cerveau, les astrocytomes sont subdivisés en subtentoriel et supratentoriel. Les premiers sont situés dans la partie inférieure du cerveau, les seconds sont situés au-dessus du cervelet..

Selon le degré de malignité, on distingue quatre étapes principales de l'astrocytome cérébral:

  1. Le premier, non malin (10% des cas, le risque de transformation en un cas de mauvaise qualité est de 70%):
    • pilocytaire (piloïde), bénin, mais nécessitant une intervention immédiate;
    • subépindimal.

Le second, relativement bénin, mais le risque de transformation en cancérigène est assez élevé. Elle est diagnostiquée dans 10% des cas. En règle générale, l'astrocytome diffus est localisé dans de telles zones du cerveau que son excision est presque impossible. Types de lésions de la deuxième étape:

  • fibrillaire (diffuse): la nature de la croissance est diffuse, survient chez des personnes d'âges différents, est traitable;
  • hémistocytaire;
  • protoplasmique;
  • pléomorphe;
  • pilomyxoïde (type mixte).

Les deux dernières sous-espèces ne sont pas diagnostiquées plus souvent que dans 1% de tous les astrocytomes.

  • La troisième étape, cancérigène - anaplasique. Le néoplasme se développe très rapidement et déclenche des métastases.
  • Le plus dangereux est la quatrième étape. Une tumeur maligne, le glioblastome, ne peut pas être traitée. Seul le soulagement des symptômes est possible.
  • L'astrocytome pilocytique a le pronostic le plus favorable de tout ce qui précède et se prête à un traitement chirurgical.

    Facteurs de risque d'astrocytome

    Les causes exactes de la formation de l'astrocytome cérébral n'ont pas été identifiées.

    On sait que le risque de développer une tumeur augmente avec:

    • prédisposition héréditaire;
    • vivant dans des régions écologiquement défavorables;
    • les maladies virales;
    • un système immunitaire faible;
    • travail dans la production dangereuse;
    • subir une radiothérapie pour traiter d'autres types d'oncologie;
    • une histoire de lésion cérébrale traumatique;
    • abus de boissons alcoolisées;
    • fumeur.

    Symptômes de l'astrocytome cérébral

    L'astrocytome, de taille croissante, comprime le tissu nerveux et augmente la pression intracrânienne. De plus, il libère des toxines qui empoisonnent les cellules cérébrales..

    Le développement de la tumeur s'accompagne de:

    • maux de tête qui persistent après la prise d'analgésiques;
    • vertiges;
    • nausée et vomissements;
    • perte d'appétit;
    • forte perte de poids;
    • vision double;
    • hallucinations;
    • faiblesse musculaire;
    • convulsions;
    • affaiblissement de la sensibilité;
    • difficultés à parler et à écrire;
    • altération de la mémoire, de la pensée et de l'attention;
    • sautes d'humeur soudaines;
    • irritabilité ou indifférence excessive;
    • violation de la coordination du mouvement;
    • faiblesse générale;
    • fatigue chronique.

    Les symptômes peuvent varier en fonction de l'emplacement du néoplasme. Assez souvent, l'astrocytome ne se révèle que lorsqu'il atteint une taille significative.

    Diagnostic de l'astrocytome

    Le neurologue effectue des tests pour évaluer le fonctionnement des nerfs intracrâniens, déterminer la sensibilité des membres et la force musculaire, et vérifier la coordination motrice.

    Si le médecin soupçonne la présence d'un néoplasme, il orientera le patient vers des diagnostics instrumentaux: angiographie, imagerie par résonance calculée ou magnétique. Pour confirmer le diagnostic préliminaire et déterminer le degré de malignité de la tumeur, une biopsie est réalisée, suivie d'une analyse histologique.

    Traitement de l'astrocytome

    Pour le traitement de l'astrocytome du cerveau sont utilisés:

    • chirurgie, au cours de laquelle la tumeur est retirée; pour détruire les cellules cancéreuses restantes et prévenir les rechutes, une chimiothérapie et une radiothérapie sont effectuées;
    • traitement radiochirurgical - une tumeur maligne est irradiée sous le contrôle d'un tomographe.

    La radiothérapie détruit les structures impliquées dans le maintien de la viabilité de la tumeur, ce qui entraîne sa mort. Dans le même temps, le tissu cérébral sain n'est pas endommagé.

    Pendant la chimiothérapie, le patient prend des médicaments qui se dispersent dans le sang dans tout le corps et détruisent les cellules cancéreuses. Mais ce traitement a un effet secondaire prononcé, car les médicaments tuent également les cellules saines..

    Le succès du traitement dépend de la taille de la tumeur, de son stade et de sa localisation, ainsi que de l'âge et des caractéristiques neurologiques du patient..

    Caractéristiques de l'opération

    L'intervention chirurgicale est effectuée après avoir étudié toutes sortes de risques et d'effets secondaires, par exemple si le néoplasme est volumineux et se développe davantage. Mais l'excision de la tumeur n'est possible que si elle est localisée dans la zone accessible à l'instrument et que l'état de santé et l'âge du patient permettent la procédure.

    Un ordinateur ou un tomographe à résonance magnétique permet de minimiser les risques lors de l'intervention. Pour éviter les rechutes, les tissus sains sont également excisés. La manipulation est réalisée principalement sous anesthésie générale, à l'exception de la localisation du néoplasme à proximité des centres vocaux ou visuels. Techniques chirurgicales de base:

    • ablation de la tumeur avec un endoscope;
    • opération ouverte.

    En règle générale, la chimiothérapie et la radiothérapie sont effectuées après une chirurgie traditionnelle..

    La méthode radiochirurgicale peut être utilisée dans le cas même d'une tumeur inopérable.

    Prédictions de vie

    Si l'astrocytome peut être retiré complètement, un taux de survie de 15 ans est atteint dans 90% des cas.

    L'opération au premier stade permet de récupérer dans 90% des cas et donne un pronostic à vie de 10 ans, au deuxième stade 40% des patients vivent de 6 à 8 ans, un résultat positif au troisième stade est de 27%, au quatrième - 1-1,5 ans et seulement dans 5% des cas, il est possible de prolonger la vie jusqu'à trois ans. En général, tout dépend de l'âge du patient, de la localisation de l'astrocytome, du stade de la maladie, du taux de croissance et de la présence d'antécédents de rechutes. Malheureusement, selon les statistiques, dans la plupart des cas, ils demandent une aide médicale aux derniers stades, alors qu'il n'y a déjà pas grand-chose à faire. Soyez conscient de votre santé.

    Astrocytome du cerveau: conséquences, complications, pronostic

    Articles d'experts médicaux

    L'astrocytome cérébral est l'une des tumeurs les plus courantes de la tête ou de la colonne vertébrale. Puisque ce néoplasme apparaît dans le cerveau (à partir de ses propres cellules) - le principal organe de contrôle, il ne peut qu'affecter la qualité de vie du patient. Maux de tête constants, nausées, vomissements épuisent le patient, réduisant ses performances. Au fur et à mesure que la tumeur se développe, les symptômes s'intensifient et se multiplient avec de nouveaux: altération de la sensibilité, parésie et paralysie, déficiences visuelles et auditives, diminution des capacités de réflexion, etc..

    Même un astrocytome bénin, s'il n'est pas supprimé, peut rendre une personne handicapée. Ainsi, un astrocytome piloïde de grade 1 est une tumeur nodulaire avec plusieurs kystes à l'intérieur, qui ont tendance à se développer (mais pas rapidement) et à atteindre de grandes tailles. Le risque de dégénérescence d'une telle tumeur est extrêmement faible même après un laps de temps, mais cela ne signifie pas du tout que la personne n'a pas besoin d'être traitée. [1]

    Il est effrayant d'imaginer les conséquences qu'une telle tumeur peut entraîner si elle est retrouvée chez un enfant. L'astrocytome piloïde peut se développer sur plusieurs années, et les parents remarqueront progressivement comment leur enfant devient tout simplement stupide devant leurs yeux, est en retard de développement par rapport à ses pairs, devient un paria, sans parler des symptômes douloureux qui hantent le bébé..

    L'espoir qu'après l'ablation de la tumeur, les fonctions mentales altérées se rétablissent, disparaît à mesure que l'enfant grandit, car la plupart d'entre elles ne se forment facilement qu'à l'âge préscolaire. N'apprenez pas à parler à un enfant avant l'âge de 6 à 7 ans, et à l'avenir, il sera presque impossible de le faire. Il en va de même pour d'autres fonctions mentales supérieures, qui à un jeune âge devraient se développer et ne pas se dégrader. Une mauvaise mémoire et une mauvaise concentration entraîneront de mauvais résultats scolaires, des retards de développement qui seront difficiles à rattraper.

    Si la tumeur atteint une taille énorme, ce qui est facile à remarquer, même extérieurement, elle tue en fait le cerveau sans même «dévorer» ses cellules. En comprimant les vaisseaux, il prive le cerveau d'une nutrition normale et il meurt d'hypoxie. Il s'avère que vous pouvez même mourir d'un néoplasme bénin..

    Plus la tumeur est petite, plus il est facile de la retirer et d'éviter ainsi les conséquences dangereuses et les complications pendant l'opération. Oui, de telles complications sont également possibles. Le plus souvent, des complications postopératoires sont observées avec des tumeurs malignes négligées ou l'ablation de néoplasmes assez grands profondément localisés. Il est clair que la compétence et l'expérience du neurochirurgien jouent un rôle important.

    En acceptant une opération, une personne a le droit de savoir quelles peuvent être les conséquences positives et négatives. Les conséquences positives comprennent à la fois la guérison complète et l'arrêt de la croissance tumorale (même si ce n'est que temporairement). Les conséquences négatives possibles comprennent: la parésie et la paralysie des membres, la perte de la vision ou de l'audition, le développement de l'épilepsie, les troubles mentaux, l'ataxie, l'aphasie, la dyslexie, etc. Le risque de saignement pendant ou après la chirurgie ne doit pas être exclu..

    Si l'opération échoue, il y a un risque qu'une personne ne puisse pas se servir seule et devienne un «légume», incapable d'accomplir des actions élémentaires. Mais encore une fois, le risque de conséquences négatives est plus élevé, plus la tumeur est avancée, plus elle pénètre profondément dans les structures cérébrales..

    Il est clair que la plupart des complications surviennent dans le traitement des néoplasmes malins, qui peuvent prendre racine (métastases) non seulement dans le cerveau, mais également dans d'autres organes vitaux. Il est presque impossible d'éliminer complètement une telle tumeur, car il est extrêmement difficile de retracer les voies de mouvement de ses cellules. Les tumeurs diffuses sujettes à la dégénérescence pénètrent dans différentes parties du cerveau, se propageant rapidement dans l'espace voisin, détruisant ses cellules. L'élimination d'une telle tumeur n'aide pas toujours à restaurer les fonctions perdues. [2], [3]

    La récidive d'astrocytome après une intervention chirurgicale ne fait pas exception, même dans le cas d'une tumeur bénigne. Si toutes les cellules du néoplasme n'ont pas été éliminées, mais que la tumeur est perturbée, cela peut augmenter le risque de dégénérescence en une tumeur maligne. Et tous les astrocytomes du cerveau présentent un tel risque à un degré ou à un autre. [4], [5]

    S'il faut accepter l'opération, chacun décide pour lui-même (ou pour les parents de l'enfant), mais vous devez comprendre que toutes les complications décrites surviennent en l'absence de traitement. Seulement dans ce cas, leur probabilité approche les 100%.

    Pronostic de vie pour l'astrocytome

    L'astrocytome cérébral chez différentes personnes se manifeste de différentes manières, il est donc tout simplement impossible de dire exactement combien de temps les patients vivent. Pour les tumeurs de bas grade, la chirurgie donne l'espoir d'une longue vie. Si la tumeur n'est pas traitée, avec le temps, elle peut non seulement augmenter de taille, serrer le cerveau et provoquer de nombreux symptômes désagréables, mais dans certaines conditions, elle peut se développer en une forme maligne, dont le traitement a un pire pronostic de la vie..

    Par exemple, si l'astrocytome anaplasique n'est pas traité, le patient peut vivre au mieux pendant quelques années. Mais le traitement chirurgical d'une tumeur maligne de grade 3, même avec une réponse adéquate à la chimiothérapie ou à la radiothérapie, se termine souvent par une rechute de la maladie et le décès du patient. En moyenne, l'espérance de vie de ces patients est de 3 à 4 ans, bien que certains d'entre eux franchissent la limite de survie de contrôle à 5 ans. Le taux de survie à 5 ans pour l'astrocytome diffus entre 20 et 44 ans est de 68% et pour l'astrocytome anaplasique - 54% [6] Avec un astrocytome hautement différencié, les patients de moins de 43 ans et ceux qui ont reçu une chimiothérapie avaient une meilleure survie globale [7]... Dans l'astrocytome de grade II, la durée médiane de survie est de 5 à 8 ans et ils ont également un taux de récidive élevé. [8]

    Dans le glioblastome polymorphe, le pronostic est encore pire - de plusieurs mois à 1 an, bien qu'avec la bonne approche de traitement et l'utilisation d'un régime cétonique, ils peuvent réduire le taux de leur progression [9]. Avec un traitement optimal, les patients atteints de glioblastome ont un taux de survie moyen de moins d'un an. Environ 2% des patients survivent pendant trois ans. [10] Le gliome de bas grade (LGG) est une maladie mortelle en phase terminale chez les jeunes (âge moyen 41 ans) avec un taux de survie moyen d'environ 7 ans. [Onze]

    Les médecins répondent clairement à la question de savoir si un rétablissement complet est possible avec un astrocytome de la moelle épinière ou du cerveau?

    • Plus de 90 personnes sur 100 (plus de 90%) atteintes d'astrocytome de grade 1 survivent pendant 5 ans ou plus après le diagnostic.
    • Environ 50 personnes sur 100 (environ 50%) atteintes d'astrocytome de grade 2 survivent 5 ans ou plus après le diagnostic.
    • Plus de 20 personnes sur 100 (20%) atteintes d'un astrocytome de grade 3 survivent pendant 5 ans ou plus après le diagnostic.
    • Environ 5 personnes sur 100 (environ 5%) atteintes d'astrocytome de grade 4 survivent 5 ans ou plus après avoir été diagnostiquées. [12]

    Dans les principales cliniques israéliennes, les médecins réalisent avec succès de telles opérations et revendiquent non seulement un taux de survie élevé, mais aussi un rétablissement complet de la plupart des patients..

    Mais avec les tumeurs diffuses, dont la localisation est difficile à visualiser, même en cas de néoplasme bénin, il est difficile de promettre une guérison. Sans définir les limites exactes de la tumeur, il est impossible de dire avec une certitude totale que toutes ses cellules seront éliminées. La radiothérapie, bien sûr, peut améliorer le pronostic du traitement, mais son effet sur le corps à l'avenir est difficile à prévoir. Certes, les technologies modernes (accélérateurs linéaires) aident à minimiser les effets nocifs des rayonnements ionisants sur les cellules saines, mais la radiothérapie reste un coup dur pour l'immunité.

    En ce qui concerne les astrocytomes malins, ici les médecins estiment qu'il est impossible de s'en remettre complètement. Parfois, il est possible d'obtenir une rémission assez longue (3 à 5 ans), mais tôt ou tard, la tumeur commence à récidiver, le traitement répété est plus fortement perçu par le corps que le premier, nécessite une diminution de la posologie des agents chimiothérapeutiques et des radiations, par conséquent, son efficacité est moindre.

    L'invalidité dans l'astrocytome bénin (opéré, non opéré, avec un diagnostic douteux) ne survient pas lorsqu'une tumeur est détectée, mais lorsque les manifestations de la maladie deviennent un obstacle à l'exercice des fonctions professionnelles. Le patient se voit attribuer le 3ème groupe d'incapacité et il est recommandé de travailler sans rapport avec le stress physique et neuropsychique, à l'exclusion du contact avec des facteurs environnementaux nocifs. À l'avenir, lorsque l'état du patient s'aggravera, la conclusion du MSEC pourra être révisée.

    Dans le cas où les symptômes de la maladie deviennent la cause d'une limitation prononcée de la vie, c'est-à-dire une personne ne peut plus travailler même à des travaux légers, le patient se voit attribuer un 2e groupe d'incapacité.

    Avec des tumeurs malignes, la présence de symptômes neurologiques graves, des troubles irréversibles du fonctionnement des organes vitaux, ainsi que dans le cas du dernier stade du cancer, lorsqu'une personne ne peut pas se servir elle-même, elle reçoit 1 groupe d'incapacité.

    Lors de la détermination du groupe d'incapacité, de nombreux facteurs sont pris en compte: l'âge du patient, le degré de malignité, s'il y a eu une opération, quelles en sont les conséquences, etc., par conséquent, la commission prend une décision pour chaque patient individuellement, en se fondant non seulement sur le diagnostic, mais aussi sur l'état du patient.

    La prévention

    La prévention du cancer se réduit généralement à un mode de vie sain, évitant tout contact avec les cancérogènes et les radiations, renonçant aux mauvaises habitudes, à une alimentation saine et à la prévention des blessures et des infections [13]. Hélas, si tout était aussi simple, le problème des tumeurs cérébrales ne serait pas aussi aigu. Peut-être qu'à l'avenir, nous connaîtrons les raisons du développement de l'astrocytome cérébral, et les généticiens apprendront à «réparer» les gènes pathologiques, mais jusqu'à présent, nous devons nous limiter aux mesures ci-dessus afin de minimiser le risque éventuel. Trois études prospectives de cohorte ont montré un lien entre la consommation de caféine (café, thé) et le risque de développer des gliomes chez l'adulte [14]. La possibilité d'utiliser des cellules souches pour prévenir la récidive du glioblastome est à l'étude [15]

    L'astrocytome du cerveau est une maladie qui laisse sa marque sombre sur la vie humaine. Mais alors que la maladie est à un stade précoce, vous ne devriez pas la prendre comme une phrase. C'est un test de force, de foi, de patience, une opportunité d'évaluer votre vie différemment et de tout faire pour retrouver la santé ou au moins sauver plusieurs années d'une vie plus ou moins épanouissante. Plus tôt la maladie est détectée, plus vous avez de chances de la vaincre, sortant victorieux d'une bataille difficile mais extrêmement importante. Après tout, chaque instant de la vie d'une personne a de la valeur, et surtout celui dont dépend l'avenir.

    Astrocytome

    L'astrocytome est l'une des tumeurs cérébrales les plus courantes. La partie interne de la tumeur contient souvent des kystes, qui peuvent atteindre une grande taille, provoquer une compression de la moelle épinière.

    Les astrocytomes bénins situés dans un endroit accessible donnent un meilleur pronostic d'espérance de vie que les astrocytomes de forte malignité ou les astrocytomes bénins situés dans un endroit inaccessible au chirurgien et ayant une grosse tumeur. Plus une tumeur est détectée tôt, plus le pronostic pour son traitement est favorable..

    À l'hôpital Yusupov, ils sont engagés dans le diagnostic et le traitement et les astrocytes. L'hôpital est équipé d'un équipement de diagnostic innovant qui vous permet de recevoir tous les services de diagnostic.

    Astrocytome du cerveau: qu'est-ce que c'est

    L'astrocytome est une tumeur cérébrale gliale qui se développe à partir d'astrocytes, des cellules neurogliales qui ressemblent à des étoiles ou des araignées. Les astrocytes soutiennent le composant structurel du système nerveux du cerveau - les neurones. Les astrocytes affectent le mouvement des substances de la paroi d'un vaisseau sanguin à la membrane plasmique d'un neurone, participent à la croissance des cellules nerveuses, régulent la composition du liquide intercellulaire, et bien plus encore. Les astrocytes de la substance blanche du cerveau sont appelés fibreux ou fibreux. Les astrocytes protoplasmiques prédominent dans la matière grise du cerveau. Les astrocytes remplissent la fonction de protéger les neurones du cerveau contre les produits chimiques, les blessures, fournissent la nutrition aux neurones et participent à la régulation du flux sanguin cérébral.

    Les tumeurs cérébrales ne peuvent pas être appelées cancer, car elles ne se développent pas à partir de cellules épithéliales, mais à partir de cellules de structures plus complexes. Une tumeur cérébrale maligne ne métastase pratiquement pas à l'extérieur du cerveau, mais le cerveau peut être affecté par des métastases de tumeurs situées dans d'autres organes et tissus du corps. Une tumeur cérébrale maligne peut ne pas être différente d'une tumeur bénigne. Une tumeur cérébrale n'a pas de frontière claire - par conséquent, son élimination complète est presque impossible. La difficulté de traiter de telles tumeurs est que le cerveau a une barrière hémato-encéphalique, à travers laquelle de nombreux médicaments anticancéreux ne passent pas, le cerveau a sa propre immunité. Une tumeur cérébrale peut affecter l'ensemble du cerveau - la tumeur elle-même peut se développer dans une partie du cerveau et ses cellules peuvent être situées dans différentes parties du cerveau.

    Les tumeurs cérébrales polyclonales sont une tumeur dans une tumeur. Ceux-ci incluent les tumeurs cérébrales primaires. La difficulté réside dans le fait qu'une telle combinaison de tumeurs doit être traitée avec différents groupes de médicaments - l'une des tumeurs est insensible aux médicaments pour traiter un autre type de tumeur. Un rôle important dans l'efficacité du traitement d'une tumeur cérébrale n'est pas joué par la détermination du type histologique du néoplasme, mais par l'emplacement et la taille de la tumeur..

    Causes d'occurrence

    Il n'y a actuellement aucune donnée sur les raisons du développement d'une tumeur à partir de cellules astrocytaires. Il existe une opinion selon laquelle certains facteurs négatifs peuvent servir de déclencheur au développement de la tumeur:

    • exposition aux radiations. L'irradiation provoque souvent le développement d'une tumeur cérébrale maligne chez les patients. Le risque de développer un astrocytome chez les patients subissant une radiothérapie augmente;
    • exposition à long terme à des produits chimiques toxiques. Le travail dans les industries dangereuses peut provoquer le développement de néoplasmes cérébraux.
    • virus oncogènes;
    • prédisposition héréditaire;
    • traumatisme;
    • l'âge du patient. Certains types de tumeurs touchent principalement les enfants, d'autres sont plus fréquents chez les jeunes entre 20 et 30 ans, le troisième type de tumeur touche davantage les personnes âgées..

    Lors de l'étude des causes des astrocytomes, deux types de gènes endommagés ont été identifiés.

    Symptômes du développement de l'astrocytome

    Les symptômes du développement de la tumeur dépendent de son emplacement et de sa taille. Selon l'emplacement, il peut perturber la coordination des mouvements (tumeur dans le cervelet), entraîner des troubles de la parole, de la vision, de la mémoire. La croissance tumorale dans l'hémisphère gauche peut provoquer une paralysie du côté droit du corps. Un patient atteint d'une tumeur au cerveau est tourmenté par un mal de tête, la sensibilité est altérée, une faiblesse, des sauts de tension artérielle, une tachycardie apparaissent. Lorsque l'hypothalamus ou la glande pituitaire est endommagé, des troubles endocriniens se développent. Les symptômes de la maladie dépendent de la localisation de la tumeur dans une partie spécifique du cerveau responsable de certaines fonctions..

    Primaire

    Lorsque l'astrocytome est localisé dans le lobe frontal du cerveau, les patients présentent l'apparition de symptômes psychopathologiques: une sensation d'euphorie, une diminution de la critique de leur maladie, de l'agressivité, une indifférence émotionnelle, la psyché peut complètement s'effondrer. Si le corps calleux ou la surface médiale des lobes frontaux est endommagé chez le patient, la mémoire et la pensée sont altérées. Avec la défaite de la zone de Broca dans le lobe frontal de l'hémisphère dominant, le développement de troubles moteurs de la parole est noté. Les patients atteints de tumeurs dans les régions postérieures développent une parésie et une paralysie des membres supérieurs et inférieurs.

    En cas d'atteinte du lobe temporal, les patients peuvent ressentir l'apparition d'hallucinations: auditives, gustatives, visuelles, qui au fil du temps sont remplacées par des crises d'épilepsie généralisées. Souvent, le développement de l'agnosie auditive - une personne ne reconnaît pas les sons, les voix, les mélodies précédemment connus. L'astrocytome, situé dans la région temporale, menace de luxation et de coincement dans le foramen occipital, à la suite de quoi la mort est presque inévitable. Lorsque la tumeur est localisée dans les lobes temporal et frontal, les patients ont souvent des crises d'épilepsie.

    Lorsqu'une tumeur du lobe pariétal du cerveau est touchée, des troubles sensoriels, une astérognose, une apraxie du membre opposé se produisent (avec l'apraxie, les actions intentionnelles sont perturbées chez l'homme). Les patients développent des crises d'épilepsie focales. Si les parties inférieures du lobe pariétal gauche sont endommagées chez les droitiers, il y a violation de la parole, du comptage, de l'écriture.

    Les astrocytomes sont le moins souvent diagnostiqués dans le lobe occipital du cerveau. Les patients atteints de ces tumeurs développent des hallucinations visuelles, des photopsies, une hémianopsie (perte de la moitié du champ visuel de chaque œil).

    Secondaire

    L'un des principaux signes de l'astrocytome cérébral est la présence d'une douleur diffuse paroxystique ou douloureuse dans la tête. Le mal de tête n'a pas de localisation claire, il est causé par une hypertension intracrânienne. Aux premiers stades de la maladie, la douleur a un caractère paroxystique et douloureux, au fil du temps elle devient constante, ce qui est associé à la progression de la tumeur.

    Chez les patients atteints d'astrocytome du cerveau, à la suite de la compression des voies du liquide céphalo-rachidien, des vaisseaux veineux, la pression intracrânienne augmente. Des maux de tête, des vomissements, un hoquet persistant apparaissent, les fonctions cognitives et l'acuité visuelle diminuent. Les cas graves sont accompagnés d'une personne tombant dans le coma.

    Diagnostics: types de tumeurs

    La structure des cellules malignes divise les astrocytomes en deux groupes:

    • fibrillaire, hémistocytaire, protoplasmique.
    • pilocytique (pilocytique), sous-épidémique (glomérulaire), microcystique cérébelleux.

    L'astrocytome a plusieurs degrés de malignité:

    • le premier degré de malignité - ce type de tumeur bénigne se développe lentement, a une petite taille, est limité des parties saines du cerveau par une sorte de capsule, affecte rarement le développement d'un déficit neurologique. La tumeur est représentée par des cellules normales d'astrocytes, qui se développent sous la forme d'un nodule. Un représentant d'une telle tumeur est l'astrocytome pilocytique, pilocytique. Elle affecte plus souvent les enfants et les adolescents;
    • le deuxième degré de malignité - le néoplasme se développe lentement, les cellules commencent à différer des cellules cérébrales normales, il est plus fréquent chez les jeunes âgés de 20 à 30 ans. L'astrocytome fibrillaire (diffus) est un représentant de ce degré de malignité;
    • le troisième degré de malignité est l'astrocytome anaplasique. En croissance rapide, les cellules tumorales sont très différentes des cellules cérébrales normales, la tumeur a un niveau élevé de malignité;
    • quatrième degré - glioblastome malin, les cellules ne ressemblent pas à des cellules cérébrales normales. Il affecte des centres importants du cerveau, se développe rapidement, il est souvent impossible d'éliminer une telle tumeur. Affecte le cervelet, les hémisphères cérébraux, la région du cerveau responsable de la redistribution des informations des organes sensoriels - le thalamus.

    Au fil du temps, les cellules tumorales des premier et deuxième degrés renaissent et se transforment en cellules des troisième et quatrième degrés de malignité. La dégénérescence d'une tumeur d'une tumeur bénigne à une tumeur maligne survient plus souvent chez l'adulte. Les tumeurs cérébrales bénignes peuvent être aussi mortelles que les néoplasmes malins. Tout dépend de la taille de la formation et de l'emplacement de la tumeur..

    Astrocytome pilocytique

    Astrocytome bénin - astrocytome pilocytique, ou astrocytome piloïde, une tumeur du premier degré de malignité, se développe très lentement. Dans la plupart des cas, l'astrocytome pilocytique se trouve chez les enfants. L'astrocytome pilocytique du cerveau se développe le plus souvent dans le tronc cérébral, le cervelet et le nerf optique. L'astrocytome piloïde du cerveau ne présente aucun signe d'atypie cellulaire à l'examen histologique.

    Astrocytome fibrillaire

    Astrocytome fibrillaire du cerveau, ou astrocytome diffus du cerveau - le deuxième degré de malignité. L'astrocytome diffus n'a pas de frontières claires entre les tissus cérébraux affectés et sains, le plus souvent localisés dans les hémisphères cérébraux.

    Astrocytome anaplasique du cerveau

    Haut degré de malignité. Astrocytome anaplasique du cerveau - troisième degré. Le néoplasme n'a pas de frontières claires, se développe très rapidement et se développe dans le tissu cérébral. Affecte le plus souvent les hommes âgés de 40 à 70 ans.

    Traitement de l'astrocytome

    Les tactiques de traitement des tumeurs cérébrales dépendent de l'emplacement de la tumeur, de sa taille et du type de tumeur. Un pronostic favorable dans le traitement de l'astrocytome diffus existe pour les jeunes patients, à condition que la tumeur cérébrale soit complètement éliminée. L'astrocytome anaplasique est traité en utilisant une approche combinée - chirurgie, radiothérapie, polychimiothérapie. L'espérance de vie moyenne est d'environ trois ans après la chirurgie. Pronostic favorable pour les jeunes en bonne santé avant la chirurgie, à condition que la tumeur soit complètement enlevée.

    L'astrocytome pilocytique (piloïde) se développe chez les enfants, a une croissance limitée, une localisation caractéristique et des caractéristiques morphologiques. Le traitement des tumeurs a un pronostic favorable en raison d'une croissance lente et d'une faible malignité. Le traitement est effectué par chirurgie et élimination complète du néoplasme, ce qui dans certains cas est impossible en raison de la localisation de la tumeur dans l'hypothalamus ou le tronc cérébral. Certains types d'astracytomes piloïdes (hypothalamiques) ont la capacité de métastaser.

    Astrocytome du cerveau: conséquences après la chirurgie

    Les conséquences après la chirurgie de l'astrocytome dépendent de la taille de la tumeur et de son emplacement. Les astrocytomes bénins situés dans un endroit accessible donnent un meilleur pronostic d'espérance de vie que les astrocytomes de forte malignité ou les astrocytomes bénins situés dans un endroit inaccessible au chirurgien et ayant une grosse tumeur. Après l'ablation d'un astrocytome, il y a souvent une récidive de la tumeur, qui survient dans les deux ans après la chirurgie. Plus une tumeur est détectée tôt, plus le pronostic pour son traitement est favorable..

    Traitement de l'astrocytome à l'hôpital Yusupov

    À l'hôpital Yusupov, les patients peuvent subir un diagnostic et un traitement d'astrocytome.

    L'hôpital est équipé d'équipements de diagnostic innovants pour fournir tous les services de diagnostic. Vous pouvez vous inscrire à une consultation avec un oncologue par téléphone ou via le formulaire d'inscription sur le site. Le médecin coordinateur répondra à toutes vos questions.

    Prévoir

    Après l'ablation chirurgicale des formes nodulaires d'astrocytome, une rémission à long terme (plus de dix ans) peut survenir. Les astrocytomes diffus sont caractérisés par des rechutes fréquentes, même après un traitement combiné.

    Avec le glioblastome, l'espérance de vie moyenne d'un patient est d'un an, avec un astrocytome anaplasique du cerveau - environ cinq ans.

    Dans d'autres types d'astrocytomes, l'espérance de vie moyenne est beaucoup plus longue; après un traitement adéquat, ils reprennent une vie complète et des activités de travail normales.

    Qu'est-ce qu'un astrocytome du cerveau et combien de temps les gens vivent-ils avec?

    À partir de l'article, vous en apprendrez davantage sur les causes d'une tumeur au cerveau - l'astrocytome, ses symptômes, son diagnostic, son traitement et son pronostic.

    informations générales

    L'astrocytome cérébral est le type le plus courant de tumeur gliale. Environ la moitié de tous les gliomes cérébraux sont des astrocytomes. L'astrocytome cérébral peut survenir à tout âge. L'astrocytome cérébral est plus fréquent chez les hommes âgés de 20 à 50 ans.

    Chez l'adulte, la localisation la plus caractéristique de l'astrocytome cérébral est la substance blanche des hémisphères (une tumeur des hémisphères cérébraux); chez l'enfant, les lésions du cervelet et du tronc cérébral sont plus fréquentes. Parfois, les enfants ont des lésions du nerf optique (gliome chiasmatique et gliome du nerf optique).

    Causes d'occurrence

    Les causes exactes du développement des astrocytomes sont actuellement inconnues. Les facteurs contributifs peuvent être:

    • virus à haut degré d'oncogénicité;
    • maladies oncologiques et apparentées;
    • méthodes agressives de traitement du cancer (chimiothérapie);
    • situation écologique défavorable dans la région, contribuant à une intoxication toxique du corps;
    • prédisposition héréditaire aux maladies tumorales;
    • certaines maladies génétiques (sclérose grumeleuse, maladie de Recklinghausen);
    • certains risques professionnels (production de caoutchouc, raffinage du pétrole, rayonnement, sels de métaux lourds).

    De plus, les astrocytomes bénins peuvent réapparaître et se transformer en.

    Types de tumeurs

    Il existe plusieurs types de malignité:

    1. degré (astrocytome pilocytique du cerveau).
    2. degré (astrocytome fibrillaire du cerveau).
    3. degré (astrocytome anaplasique du cerveau).
    4. degré (glioblastome).

    Astrocytome pilocytique

    L'astrocytome pilocytique ou piloïde du cerveau est généralement une tumeur bénigne (grade I), survenant souvent dans l'enfance. Elle affecte principalement le cervelet et les zones adjacentes du cerveau, localisées dans le nerf optique, le tronc cérébral, le cervelet. Il se caractérise par une croissance lente et des limites claires. Ce gliome répond bien au traitement chirurgical et, avec une intervention rapide, passe sans conséquences..

    Astrocytome fibrillaire

    Également trouvé avec le nom protoplasmique diffus, n'a pas de frontières claires de localisation, mais ne diffère pas par un taux de croissance élevé. Le groupe à risque comprend les jeunes de 20 à 30 ans. Selon la structure histologique, il appartient aux tumeurs bénignes, mais a tendance à récidiver (II degré de malignité). Ne pousse pas dans les méninges, ne donne pas de métastases.

    Astrocytome anaplasique

    Tumeur maligne (degré III de malignité), caractérisée par l'absence de limites claires et une croissance infiltrante rapide. Affecte le plus souvent les hommes de plus de 30 ans. La principale différence est la localisation et la croissance peu claires de la tumeur dans le tissu nerveux..

    Glioblastome

    Type d'astrocytome malin et le plus dangereux (degré IV de malignité). Il n'a pas de frontières, se développe rapidement dans les tissus environnants et donne des métastases. Habituellement vu chez les hommes entre 40 et 70 ans. Il a une croissance rapide comme l'éclair, la capacité de se développer dans toutes les parties du cerveau et, en règle générale, une telle évolution de la maladie conduit à la mort cérébrale. Pratiquement résistant à une intervention chirurgicale.

    Les astrocytomes hautement différenciés (bénins) représentent 10% du nombre total de tumeurs cérébrales, 60% sont des astrocytomes anaplasiques et des gliomes. Avec les astrocytomes du cerveau de degrés III et IV de malignité, la vie moyenne du patient est d'un an.

    Que signifie le concept de «degré» dans une maladie maligne?

    Le grade fait référence au degré de malignité d'une tumeur, tel que déterminé par un examen microscopique, ainsi qu'à l'agressivité de la croissance des cellules tumorales. Les tumeurs cérébrales primaires sont divisées en groupes IV en fonction du degré de malignité (IV est la plus maligne).

    Dans les tumeurs de grade I, les cellules tumorales diffèrent peu de la normale, ne présentant qu'une légère atypicité. A ce stade, les cellules sont caractérisées par une croissance lente et relativement bénigne. Les cellules tumorales de grade IV n'ont pratiquement aucune ressemblance avec les cellules normales, sont caractérisées par une croissance rapide et un degré élevé de malignité. Les diplômes II et III sont intermédiaires.

    Symptômes et manifestations cliniques

    Avec l'astrocytome, des signes de type général apparaissent, ainsi que des signes locaux, correspondant à la partie du cerveau où se trouve la tumeur. La plupart des symptômes sont causés par une augmentation de la pression crânienne ou une intoxication du corps par les cellules affectées. Aux premiers stades, le développement de l'astrocytome peut passer inaperçu, ce qui complique sa détection rapide.

    • maux de tête douloureux;
    • perte d'appétit;
    • nausées Vomissements;
    • lenteur d'élocution;
    • troubles de l'attention et de la mémoire;
    • vision double ou brouillard dans les yeux;
    • étourdissements;
    • fatigue, malaise général;
    • problèmes de coordination;
    • convulsions, crises d'épilepsie;
    • sautes d'humeur.

    Les symptômes focaux peuvent varier considérablement. Souvent, ils n'apparaissent pas dans leur intégralité ou sont combinés à d'autres manifestations, ce qui est associé à la transition de l'astrocytome vers le tissu cérébral voisin. Le taux de progression des symptômes de l'astrocytome dépend du degré de malignité de la tumeur. Mais avec le temps, les symptômes focaux rejoignent les symptômes généraux. Leur apparition est associée à la compression ou à la destruction des structures cérébrales adjacentes par une tumeur en croissance. Les symptômes focaux sont déterminés par le site de localisation du processus tumoral.

    Où et comment la tumeur se manifeste:

    1. Lobe frontal. La principale différence entre l'astrocytome localisé dans cette zone réside dans les symptômes psychopathologiques. Le patient peut éprouver de l'euphorie, être indifférent à la maladie, montrer de l'agressivité envers les autres. Peu à peu, la psyché est complètement détruite. Des troubles de la mémoire et de la pensée ou des troubles moteurs de la parole peuvent également survenir. La paralysie des membres est possible.

    Les astrocytomes du lobe frontal du cerveau sont caractérisés par:

    • diminution de l'intelligence;
    • déficience de mémoire;
    • attaques d'agression et agitation mentale sévère; diminution de la motivation, apathie, inertie;
    • faiblesse générale sévère.
    1. Lobes temporaux. Le patient a souvent des hallucinations de nature auditive, visuelle ou gustative. Avec le développement de l'astrocytome, de telles manifestations deviennent un effet qui annonce une crise épileptique imminente avec perte de conscience. Des troubles de la parole de type sensoriel et une agnosie auditive apparaissent également souvent, ce qui fait qu'une personne cesse de comprendre même les mots écrits et de reconnaître les sons. Le glioblastome ou astrocytome anaplasique du cerveau à cet endroit conduit souvent à une mort rapide.
    2. Lobe pariétal. Les patients présentant une telle disposition d'astrocytomes éprouvent des problèmes de reconnaissance des objets au toucher, l'incapacité de contrôler les membres lors de l'exécution d'actions ciblées et des crises d'épilepsie. Parfois, il y a des problèmes d'élocution, d'écriture ou de comptage.
    3. Lobe occipital. Le signe principal du développement de l'astrocytome dans cette zone est considéré comme des hallucinations visuelles. Une personne peut voir ce qui n'est pas, ou des objets réels peuvent changer d'apparence et de taille à ses yeux. Perte partielle possible du champ de vision des deux yeux.
    4. Si le cervelet est affecté, il peut y avoir des problèmes de démarche et de coordination des mouvements. Le ventricule endommagé entraîne une tension réflexe du cou avec un changement de position de la tête. La moelle épinière et la moelle épinière touchées peuvent causer des problèmes avec les membres et la marche.

    Diagnostique

    Si un astrocytome cérébral est suspecté, le patient est examiné cliniquement par un neurochirurgien, un ophtalmologiste, un neurologue, un oto-rhino-laryngologiste, un psychiatre. Il devrait inclure:

    • examen neurologique;
    • recherche sur l'état mental;
    • ophtalmoscopie;
    • détermination des champs visuels;
    • détermination de l'acuité visuelle;
    • examen de l'appareil vestibulaire;
    • audiométrie à seuil.

    Pour diagnostiquer l'astrocytome et ses caractéristiques, une angiographie est réalisée.L'examen instrumental principal en cas de suspicion d'astrocytome du cerveau consiste à effectuer une électroencéphalographie (EEG) et une échoencéphalographie (EchoEG).

    Les changements identifiés sont une indication pour le renvoi à l'imagerie par résonance magnétique ou à la tomodensitométrie du cerveau. Pour clarifier les caractéristiques de l'apport sanguin à l'astrocytome, une angiographie est effectuée. Chez l'adulte, les astrocytomes sont généralement localisés dans la substance blanche des hémisphères cérébraux. Chez les enfants, ils sont plus susceptibles d'affecter le tronc cérébral, le cervelet ou le nerf optique..

    Un diagnostic précis avec la détermination du degré de malignité de la tumeur ne peut être posé que par les résultats de l'analyse histologique. Il est possible d'obtenir du matériel biologique pour cette étude par biopsie stéréotaxique ou lors d'une intervention chirurgicale..

    Après les examens, le médecin pourra déterminer quel type de tumeur le patient a développé. Avec la forme nodulaire de l'astrocytome, le taux de survie est élevé. La durée de la rémission peut être supérieure à dix ans. Les tumeurs diffuses rechutent presque toujours même après un traitement approprié. Avec l'astrocytome anaplasique du cerveau, le pronostic de la vie est décevant - les patients parviennent à vivre environ 5 ans. Avec le glioblastome, la survie est encore plus difficile. L'espérance de vie atteint à peine un an. Des complications pendant l'opération sont possibles. Par exemple, saignement, gonflement de la substance cérébrale, infection. La conséquence peut être la détérioration et la mort..

    Les patients avec une forme fibrillaire ou piloïde d'une tumeur parviennent à vivre le plus longtemps avec un traitement approprié. Habituellement, ils parviennent à reprendre leur vie normale et à retrouver la possibilité de travailler. Mais avant cela, ils devront subir une rééducation difficile, y compris une reconversion des compétences de base, une psychothérapie et un long séjour à l'hôpital..

    La plupart des patients se voient attribuer un handicap. Si la tumeur est bénigne ou s'il y a une chance de guérison, alors ils donnent le troisième degré. Dans des conditions plus sévères - le second. Il peut être illimité si la restauration de la capacité de travail est impossible..

    Caractéristiques du traitement

    En fonction du degré de différenciation de l'astrocytome cérébral, son traitement est effectué par une ou plusieurs des méthodes indiquées: chirurgicale, chimiothérapie, radiochirurgie, radiothérapie.

    Le traitement de l'astrocytome pilocytique est un processus complexe. Le traitement initial implique souvent l'utilisation de stéroïdes pour soulager l'enflure et l'inflammation du tissu cérébral, et des anticonvulsivants pour prévenir ou contrôler les crises si le patient les a déjà ressenties. Récemment, un développement actif est en cours pour créer de nouveaux médicaments chimiothérapeutiques qui peuvent affecter sélectivement les cellules tumorales sans causer d'effet néfaste sur les cellules saines..

    Lorsque le liquide s'accumule dans le cerveau, un shunt peut être installé dans sa cavité - un long tube mince à travers lequel l'excès de liquide s'écoule. La chirurgie est généralement effectuée pour réduire la taille d'un astrocytome pilocytique. Il est rarement complété par une chimiothérapie ou une radiothérapie.

    La tâche de l'intervention chirurgicale est l'ablation complète maximale de l'astrocytome pilocytique avec un minimum de dommages aux tissus sains environnants. Dans certains cas, la tumeur peut être complètement retirée, tandis que dans d'autres, elle ne peut être retirée que partiellement. Conditions possibles dans lesquelles l'ablation de la tumeur est impossible.

    Le montant de l'intervention chirurgicale réalisée par craniotomie dépend de la nature de la croissance de l'astrocytome. Souvent, en raison de la croissance diffuse de la tumeur dans le tissu cérébral environnant, son traitement chirurgical radical est impossible. Dans de tels cas, une chirurgie palliative peut être effectuée pour réduire la taille de la tumeur ou une chirurgie de pontage pour réduire l'hydrocéphalie..

    Pour permettre l'accès à la tumeur, il peut être nécessaire de réaliser une craniotomie (ablation d'un fragment de l'os du crâne et son retour à la fin de l'opération). Certains chirurgiens pratiquent une approche microchirurgicale à l'aide d'un microscope puissant ou de programmes informatiques conçus pour cartographier la localisation des tumeurs en trois dimensions. L'utilisation de ces technologies aide à éliminer la tumeur tout en maximisant la préservation des tissus sains, réduit la douleur et raccourcit la période de récupération..

    Dans certains cas, une aspiration ultrasonique est utilisée, dont le but est de détruire la tumeur à l'aide d'ondes ultrasonores avec une aspiration sous vide supplémentaire de ses fragments..

    La radiothérapie - une exposition ciblée à des rayonnements à haute énergie, aide à réduire la taille de la tumeur ou la destruction des cellules malignes laissées après la chirurgie. En outre, la radiothérapie peut être utilisée si la chirurgie n'est pas possible. Parfois, les radiothérapeutes utilisent également la méthode de cartographie tridimensionnelle afin de déterminer avec précision la taille et la forme de la zone irradiée..

    En chirurgie stéréotaxique, la radiothérapie est utilisée pour endommager les cellules malignes, après quoi elles perdent leur capacité à se diviser. Étant donné que la dose de rayonnement utilisée dans cette procédure est inoffensive pour les tissus sains, elle est utilisée dans le traitement des tumeurs qui pénètrent dans les zones difficiles à atteindre du cerveau. L'ablation radiochirurgicale stéréotaxique n'est possible qu'avec une tumeur de petite taille (jusqu'à 3 cm) et est réalisée sous contrôle tomographique à l'aide d'un cadre stéréotaxique porté sur la tête du patient. Avec l'astrocytome du cerveau, cette méthode ne peut être utilisée que dans de rares cas d'évolution bénigne et de croissance tumorale limitée..

    La radiothérapie de l'astrocytome cérébral est réalisée par irradiation externe répétée (de 10 à 30 séances) de la zone touchée. La chimiothérapie est réalisée avec des cytostatiques en utilisant des médicaments oraux et des injections intraveineuses. Elle est préférée dans les cas où un astrocytome cérébral est observé chez les enfants.

    Effets

    Après une opération pour éliminer une formation tumorale, le patient doit surveiller son état, passer des tests, être examiné et consulter un médecin dès les premiers signes avant-coureurs. L'intervention dans le cerveau est l'une des méthodes de traitement les plus dangereuses, qui en tout cas laisse sa marque sur le système nerveux. Comme il est devenu clair, le gliome est une maladie grave qui ne connaît aucune pitié, par conséquent, les conséquences ne sont pas joyeuses:

    • troubles des fonctions motrices: parésie et paralysie des membres, détérioration de la coordination des mouvements;
    • affaiblissement de la vision;
    • le développement du syndrome convulsif;
    • déviations psychiques;
    • perte de fonctions gustatives, olfactives et autres;
    • la nécessité d'utiliser un fauteuil roulant;
    • imprécision de la parole, certains patients perdent la capacité de lire, de communiquer, d'écrire, éprouvent des difficultés à effectuer des actions élémentaires.

    Toutes ces conséquences peuvent se développer chez une personne qui a eu un astrocytome, à la fois en tant que complexe et séparément. Il y a eu des cas d'absence totale de telles manifestations. La gravité des complications dépend directement du lobe du cerveau opéré et de la quantité de tissu prélevée. Un rôle important est joué par les qualifications du neurochirurgien qui a effectué l'opération.

    La principale recommandation pour détecter un astrocytome cérébral est de consulter immédiatement un médecin, ce qui dans un proche avenir peut prolonger votre vie..

    Prévention et pronostic

    Malheureusement, l'astrocytome cérébral entraîne souvent des conséquences très défavorables. En règle générale, le taux de survie après la chirurgie (à condition que la tumeur soit maligne) ne dépasse pas 2-3 ans.

    La prédiction de la maladie est faite par le médecin sur la base des points suivants:

    • l'âge du patient;
    • le degré de malignité;
    • emplacement du néoplasme;
    • à quelle vitesse est la transition d'un stade de la maladie à un autre et si elle a eu lieu; nombre de rechutes.

    Sur la base du tableau général, le spécialiste établit un pronostic approximatif de l'astrocytome cérébral. Au premier stade de la maladie, la durée de vie du patient ne dépassera pas 10 ans. Avec la transition ultérieure d'une tumeur bénigne à une tumeur maligne, la durée de vie diminuera. Au deuxième stade, il peut être réduit à 7-5 ans, au troisième - jusqu'à 3-4 ans, et chez le dernier patient, il peut vivre plus d'un an si le tableau clinique est positif.

    Compte tenu du nombre de raisons à l'origine de l'apparition de l'astrocytome, ainsi que du nombre de personnes qui ont demandé une aide médicale au cours des dernières années, il est nécessaire de prêter attention aux mesures visant à prévenir cette maladie. Ces méthodes préventives comprennent:

    • Renforcer la défense immunitaire.
    • Élimination des situations stressantes.
    • Vivre dans des zones écologiquement sûres.
    • Nutrition adéquat.
    • Il est important d'exclure les aliments fumés et frits, les aliments gras, les aliments en conserve.
    • Ajoutez plus de plats cuits à la vapeur, de fruits et de légumes au régime.
    • Rejet des mauvaises habitudes.
    • Prévenir les blessures à la tête.
    • Examens médicaux réguliers.

    Si un astrocytome cérébral est détecté, ne désespérez pas et abandonnez. Il est important de rester optimiste, de croire en un bon résultat et d'avoir une attitude positive. Ce n'est qu'avec une attitude et une foi aussi positives que vous pourrez vaincre l'oncologie.