Principal > Hématome

Ataxie cérébelleuse: symptômes et traitement

L'ataxie cérébelleuse est un syndrome qui survient lorsqu'une structure spéciale du cerveau appelée cervelet ou ses connexions avec d'autres parties du système nerveux est endommagée. L'ataxie cérébelleuse est très courante et peut résulter d'une grande variété de conditions. Ses principales manifestations sont des troubles de la coordination des mouvements, de leur douceur et de leur proportionnalité, du déséquilibre et du maintien de la posture du corps. Certains signes d'ataxie cérébelleuse sont visibles à l'œil nu même par une personne sans formation médicale, tandis que d'autres sont détectés à l'aide de tests spéciaux. Le traitement de l'ataxie cérébelleuse dépend en grande partie de la cause de son apparition, de la maladie dont elle est la conséquence. Vous apprendrez ce qui peut causer l'ataxie cérébelleuse, quels symptômes elle se manifeste et comment y faire face en lisant cet article..

Le cervelet est la partie du cerveau située dans la fosse postérieure en dessous et derrière la partie principale du cerveau. Le cervelet se compose de deux hémisphères et d'un ver, la partie médiane, qui unit les hémisphères ensemble. Le poids moyen du cervelet est de 135 g et sa taille est de 9-10 cm × 3-4 cm × 5-6 cm, mais, malgré ces petits paramètres, ses fonctions sont très importantes. Aucun de nous ne pense à quels muscles doivent être sollicités pour, par exemple, simplement s'asseoir ou se lever, prendre une cuillère dans notre main. Cela semble arriver automatiquement, il suffit de vouloir. Cependant, en fait, pour effectuer de tels actes moteurs simples, le travail coordonné et simultané de nombreux muscles est nécessaire, ce qui n'est possible qu'avec un fonctionnement actif du cervelet..

Les principales fonctions du cervelet sont:

  • maintenir et redistribuer le tonus musculaire pour maintenir l'équilibre du corps;
  • coordination des mouvements sous la forme de leur précision, douceur et proportionnalité;
  • maintien et redistribution du tonus musculaire dans les muscles synergiques (effectuant le même mouvement) et les muscles antagonistes (effectuant des mouvements multidirectionnels). Par exemple, pour plier une jambe, vous devez simultanément resserrer les fléchisseurs et détendre les extenseurs;
  • dépense d'énergie économique sous forme de contractions musculaires minimales requises pour effectuer un type de travail spécifique;
  • participation aux processus d'apprentissage moteur (par exemple, la formation de compétences professionnelles associées à la contraction de certains muscles).

Si le cervelet est sain, toutes ces fonctions sont effectuées de manière imperceptible pour nous, sans nécessiter de processus de pensée. Si une partie du cervelet ou ses connexions avec d'autres structures sont affectées, l'exécution de ces fonctions devient difficile, et parfois tout simplement impossible. C'est alors que se produit la soi-disant ataxie cérébelleuse..

Le spectre de la pathologie neurologique avec des signes d'ataxie cérébelleuse est très varié. L'ataxie cérébelleuse peut être causée par:

  • troubles de la circulation cérébrale dans le bassin vertébrobasilaire (accident vasculaire cérébral ischémique et hémorragique, accidents ischémiques transitoires, encéphalopathie discirculatoire);
  • sclérose en plaques;
  • tumeurs du cervelet et de l'angle cérébelleux;
  • lésion cérébrale traumatique avec lésion du cervelet et de ses connexions;
  • méningite, méningo-encéphalite;
  • les maladies dégénératives et les anomalies du système nerveux avec des lésions du cervelet et de ses connexions (ataxie de Friedreich, anomalie d'Arnold-Chiari, et autres);
  • l'intoxication et les dommages métaboliques (par exemple, consommation d'alcool et de drogues, intoxication au plomb, diabète sucré, etc.);
  • surdosage d'anticonvulsivants;
  • carence en vitamine B12;
  • hydrocéphalie obstructive.

Symptômes d'ataxie cérébelleuse

Il est courant de distinguer deux types d'ataxie cérébelleuse: statique (statique-locomotrice) et dynamique. L'ataxie cérébelleuse statique se développe avec des lésions du vermis cérébelleux et dynamique - avec une pathologie des hémisphères cérébelleux et de ses connexions. Chaque type d'ataxie a ses propres caractéristiques. L'ataxie cérébelleuse de toute nature est caractérisée par une diminution du tonus musculaire..

Ataxie locomotrice statique

Ce type d'ataxie cérébelleuse se caractérise par une altération de la fonction antigravité du cervelet. En conséquence, la position debout et la marche deviennent trop de stress pour le corps. Les symptômes de l'ataxie locomotrice statique peuvent inclure:

  • l'incapacité de se tenir droit dans la position «talons et orteils ensemble»;
  • tomber en avant, en arrière ou se tortiller sur les côtés;
  • le patient ne peut résister que si ses jambes sont largement écartées et en équilibre avec ses mains;
  • démarche bancale (comme un ivre);
  • en tournant le patient "dérape" sur le côté, et il peut tomber.

Plusieurs tests simples sont utilisés pour détecter l'ataxie locomotrice statique. En voici quelques uns:

  • debout dans la pose de Romberg. La pose est la suivante: les orteils et les talons sont déplacés ensemble, les bras sont étendus vers l'avant à un niveau horizontal, les paumes regardent vers le bas avec les doigts écartés. Tout d'abord, on propose au patient de se tenir debout les yeux ouverts, puis les yeux fermés. Avec l'ataxie locomotrice statique, le patient est instable à la fois les yeux ouverts et les yeux fermés. S'il n'y a pas de déviation dans la position de Romberg, le patient se voit proposer de se tenir dans une position de Romberg compliquée, lorsqu'une jambe doit être placée devant l'autre de sorte que le talon touche l'orteil (le maintien d'une position aussi stable n'est possible qu'en l'absence de pathologie du cervelet);
  • on propose au patient de marcher le long d'une ligne droite conditionnelle. Avec l'ataxie statique-locomotrice, cela est impossible, le patient va inévitablement dévier dans un sens ou dans l'autre, écarter largement les jambes et même tomber. On leur demande également de s'arrêter brusquement et de tourner de 90 ° vers la gauche ou la droite (en cas d'ataxie, la personne tombera);
  • on propose au patient d'être comme un pas de côté. Une telle démarche avec ataxie statique-locomotrice devient pour ainsi dire dansante, le corps est en retard sur les membres;
  • test des "étoiles" ou Panov. Ce test vous permet d'identifier les violations avec une ataxie locomotrice statique légère. La technique est la suivante: le patient doit successivement faire trois pas en avant en ligne droite, puis trois pas en arrière, également en ligne droite. Tout d'abord, le test est effectué avec des galz ouverts, puis avec des galz fermés. Si les yeux ouverts, le patient est plus ou moins capable d'effectuer ce test, alors les yeux fermés, il se retourne inévitablement (aucune ligne droite ne sort).

En plus des troubles de la position debout et de la marche, l'ataxie locomotrice statique se manifeste par une violation de la contraction musculaire coordonnée lors de l'exécution de divers mouvements. En médecine, on appelle cela une asynergie cérébelleuse. Plusieurs échantillons sont également utilisés pour les identifier:

  • on demande au patient de s'asseoir brusquement d'une position couchée avec les bras croisés sur sa poitrine. Normalement, en même temps, les muscles du tronc et le groupe postérieur des muscles de la cuisse se contractent de manière synchrone, une personne réussit à s'asseoir. Avec l'ataxie locomotrice électrostatique, la contraction synchrone des deux groupes musculaires devient impossible, de sorte qu'il est impossible de s'asseoir sans l'aide des mains, le patient retombe et en même temps une jambe se lève. C'est la soi-disant asynergie de Babinsky en position couchée;
  • La synergie de Babinsky en position debout est la suivante: en position debout, le patient est invité à se pencher en arrière en rejetant la tête en arrière. Normalement, pour cela, une personne devra involontairement plier un peu les genoux et se redresser au niveau des articulations de la hanche. Avec l'ataxie statique-locomotrice, ni flexion ni extension dans les articulations correspondantes ne se produisent, et la tentative de flexion se termine par une chute;
  • test d'Ozhekhovsky. Le médecin étend ses mains, paumes vers le haut, et invite un patient debout ou assis à s'appuyer dessus avec ses paumes. Puis le médecin baisse soudainement ses mains. Normalement, une contraction musculaire involontaire ultra-rapide chez un patient contribue au fait qu'il dévie en arrière ou reste immobile. Un patient atteint d'ataxie locomotrice statique n'y réussira pas - il tombera en avant;
  • le phénomène de l'absence de choc inverse (test positif de Stuart-Holmes). Le patient se voit proposer de plier avec force le bras au niveau du coude, et le médecin résiste à cela, puis arrête soudainement l'opposition. Avec l'ataxie locomotrice statique, la main du patient est rejetée en arrière avec force et frappe la poitrine du patient.

Ataxie cérébelleuse dynamique

En général, son essence réside dans la violation de la douceur et de la proportionnalité, de la précision et de la dextérité des mouvements. Elle peut être bilatérale (avec des dommages aux deux hémisphères cérébelleux) et unilatérale (avec pathologie d'un hémisphère cérébelleux). L'ataxie dynamique unilatérale est beaucoup plus fréquente.

Certains des symptômes de l'ataxie cérébelleuse dynamique chevauchent ceux de l'ataxie locomotrice statique. Ainsi, par exemple, cela concerne la présence d'asynergies cérébelleuses (asynergie Babinsky couché et debout, tests d'Ozhekhovsky et de Stuart-Holmes). Il n'y a qu'une légère différence: comme l'ataxie cérébelleuse dynamique est associée à des lésions des hémisphères cérébelleux, ces tests prédominent du côté de la lésion (par exemple, si l'hémisphère cérébelleux gauche est endommagé, les «problèmes» seront avec les membres gauches et vice versa).

En outre, l'ataxie cérébelleuse dynamique se manifeste:

  • tremblements intentionnels (tremblements) dans les membres. C'est le nom de la gigue qui se produit ou augmente vers la fin du mouvement en cours d'exécution. Au repos, aucune secousse n'est observée. Par exemple, si vous demandez au patient de prendre un stylo à bille sur la table, au début, le mouvement sera normal et au moment où vous prenez le stylo directement, vos doigts trembleront;
  • manques et manques. Ces phénomènes sont le résultat d'une contraction musculaire disproportionnée: par exemple, les fléchisseurs se contractent plus que nécessaire pour effectuer un mouvement particulier, et les extenseurs ne se relâchent pas correctement. En conséquence, il devient difficile d'effectuer les actions les plus courantes: porter la cuillère à votre bouche, boutonner, lacer vos chaussures, vous raser, etc.
  • violation de l'écriture manuscrite. L'ataxie dynamique est caractérisée par de grandes lettres inégales, une direction en zigzag de l'écrit;
  • discours chanté. Ce terme signifie discours intermittent et saccadé, la division des phrases en fragments séparés. Le discours du patient a l'air de parler depuis la tribune avec quelques slogans;
  • nystagmus. Le nystagmus est un tremblement involontaire des globes oculaires. En fait, c'est le résultat d'une discoordination de la contraction des muscles oculaires. Les yeux semblent se contracter, ceci est particulièrement prononcé lorsque l'on regarde de côté;
  • adiadochokinèse. L'adiadochokinèse est un trouble du mouvement pathologique qui survient lors de la répétition rapide de mouvements multidirectionnels. Par exemple, si vous demandez au patient de tourner rapidement ses paumes contre son axe (comme s'il tordait une ampoule), alors avec l'ataxie dynamique, la main affectée le fera plus lentement et maladroitement que la main saine;
  • la nature pendulaire des réflexes du genou. Normalement, un coup avec un marteau neurologique sous la rotule provoque un seul mouvement de la jambe d'un degré ou d'un autre. Avec l'ataxie cérébelleuse dynamique, la jambe se balance plusieurs fois après un coup (c'est-à-dire que la jambe se balance comme un pendule).

Pour identifier l'ataxie dynamique, il est habituel d'utiliser un certain nombre de tests, car le degré de sa gravité n'atteint pas toujours des limites significatives et est immédiatement perceptible. Avec des lésions minimes du cervelet, il ne peut être détecté qu'avec des tests:

  • test du doigt. Avec le bras tendu et relevé à un niveau horizontal avec une légère abduction sur le côté avec les yeux ouverts, puis les yeux fermés, demandez au patient de frapper le nez avec le bout de l'index. Si une personne est en bonne santé, elle peut le faire sans trop de difficultés. Avec l'ataxie cérébelleuse dynamique, l'index manque; à l'approche du nez, un tremblement intentionnel apparaît;
  • test de doigt de doigt. Les yeux fermés, on propose au patient de frapper le bout des index des mains légèrement espacées les uns dans les autres. Comme pour le test précédent, en présence d'ataxie dynamique, aucun coup ne se produit, une gigue peut être observée;
  • test de marteau au doigt. Le médecin déplace le marteau neurologique devant les yeux du patient et il doit frapper son index exactement dans la gencive du marteau;
  • tester avec un marteau A.G. Panova. Le patient reçoit un marteau neurologique dans une main et est offert avec les doigts de l'autre main en alternance et presser rapidement le marteau soit par la partie étroite (poignée), puis par la large (bande élastique);
  • test du genou calcanéen. Elle est réalisée en décubitus dorsal. Il est nécessaire de relever la jambe tendue d'environ 50-60 °, de frapper le genou avec le talon de l'autre jambe et, pour ainsi dire, de «pousser» le talon le long de la surface avant de la jambe inférieure jusqu'au pied. Le test est effectué les yeux ouverts, puis les yeux fermés;
  • test de redondance et de disproportion des mouvements. Le patient est invité à étirer ses bras vers l'avant à un niveau horizontal avec les paumes vers le haut, puis, sur ordre du médecin, les tourner avec les paumes vers le bas, c'est-à-dire faire un virage clairement de 180 °. En présence d'ataxie cérébelleuse dynamique, l'un des bras tourne excessivement, c'est-à-dire de plus de 180 °;
  • test de diadochokinèse. Le patient doit plier les bras au niveau des coudes et, pour ainsi dire, prendre une pomme dans ses mains, puis il doit rapidement faire des mouvements de torsion avec ses mains;
  • Phénomène du doigt de Doinikov. En position assise, les mains détendues du patient sont placées sur les genoux, paumes vers le haut. Du côté affecté, la flexion des doigts et la rotation de la main sont possibles en raison d'un déséquilibre dans le tonus des muscles fléchisseurs et extenseurs.

Un si grand nombre de tests d'ataxie dynamique est dû au fait qu'elle n'est pas toujours détectée avec un seul test. Tout dépend de l'ampleur des dommages au tissu cérébelleux. Par conséquent, pour une analyse plus approfondie, plusieurs échantillons sont généralement réalisés simultanément..

Traitement de l'ataxie cérébelleuse

Il n'existe pas de stratégie unique pour traiter l'ataxie cérébelleuse. Cela est dû au grand nombre de causes possibles de son apparition. Par conséquent, tout d'abord, il est nécessaire d'établir l'état pathologique (par exemple, un accident vasculaire cérébral ou une sclérose en plaques), qui a conduit à l'ataxie cérébelleuse, puis une stratégie de traitement est en cours d'élaboration..

Les remèdes symptomatiques les plus couramment utilisés pour l'ataxie cérébelleuse comprennent:

  • Préparations du groupe Betahistin (Betaserk, Vestibo, Westinorm et autres);
  • nootropiques et antioxydants (Piracetam, Phenotropil, Picamilon, Phenibut, Cytoflavin, Cerebrolysin, Actovegin, Mexidol et autres);
  • médicaments qui améliorent la circulation sanguine (Cavinton, Pentoxifylline, Sermion et autres);
  • Vitamines B et leurs complexes (Milgamma, Neurobeks et autres);
  • fonds affectant le tonus musculaire (Midocalm, Baclofen, Sirdalud);
  • anticonvulsivants (carbamazépine, prégabaline).

La physiothérapie et le massage sont utiles dans la lutte contre l'ataxie cérébelleuse. La réalisation de certains exercices vous permet de normaliser le tonus musculaire, de coordonner la contraction et la relaxation des fléchisseurs et des extenseurs, et aide également le patient à s'adapter à de nouvelles conditions de mouvement.

Dans le traitement de l'ataxie cérébelleuse, des méthodes physiothérapeutiques peuvent être utilisées, en particulier la stimulation électrique, l'hydrothérapie (bains) et la magnétothérapie. Les cours avec un orthophoniste aideront à normaliser les troubles de la parole.

Afin de faciliter le processus de mouvement, il est recommandé à un patient présentant des manifestations prononcées d'ataxie cérébelleuse d'utiliser des moyens supplémentaires: cannes, marcheurs et même fauteuils roulants.

Dans une large mesure, le pronostic de récupération est déterminé par la cause de l'ataxie cérébelleuse. Ainsi, en présence d'une tumeur cérébelleuse bénigne après son ablation chirurgicale, une guérison complète est possible. Les ataxies cérébelleuses associées à des troubles circulatoires légers et à un traumatisme cranio-cérébral, à la méningite, à la méningo-encéphalite sont traitées avec succès. Les maladies dégénératives, la sclérose en plaques sont moins sensibles au traitement.

Ainsi, l'ataxie cérébelleuse est toujours la conséquence d'une maladie, et pas toujours neurologique. Ses symptômes ne sont pas si nombreux et sa présence peut être détectée à l'aide de tests simples. Il est très important d'établir la véritable cause de l'ataxie cérébelleuse afin de gérer les symptômes le plus rapidement et efficacement possible. Les tactiques de gestion des patients sont déterminées au cas par cas.

Le neurologue M.M.Sperling parle de l'ataxie:

Ataxie cérébelleuse: symptômes et traitement d'une altération de la coordination des mouvements

1. Comment fonctionne un cervelet «normal»? 2. Qu'est-ce que l'ataxie cérébelleuse? 3. Symptômes de troubles cérébelleux 4. Démarche atactique 5. Tremblements intentionnels 6. Nystagmus 7. Adiadochokinèse 8. Absence ou hypermétrie 9. Chants vocaux 10. Hypotension musculaire diffuse 11. Causes de la maladie 12. Formes héréditaires 13. À propos du traitement

La coordination des mouvements est une qualité naturelle et nécessaire de toute créature vivante qui a une mobilité, ou la capacité de changer arbitrairement sa position dans l'espace. Cette fonction doit être remplie par des cellules nerveuses spéciales..

Dans le cas de vers qui se déplacent dans un avion, il n'est pas nécessaire d'allouer un organe spécial pour cela. Mais déjà chez les amphibiens et les poissons primitifs, une structure distincte apparaît, appelée cervelet. Chez les mammifères, cet organe, en raison de la variété des mouvements, est en cours d'amélioration, mais il a reçu le plus grand développement chez les oiseaux, car l'oiseau maîtrise parfaitement tous les degrés de liberté.

Une personne a une spécificité des mouvements, qui est associée à l'utilisation des mains comme outils de travail. En conséquence, la coordination des mouvements s'est avérée impensable sans la maîtrise de la motricité fine des mains et des doigts. De plus, la seule façon de déplacer une personne est de marcher debout. Par conséquent, la coordination de la position du corps humain dans l'espace est impensable sans préservation constante de l'équilibre.

Ce sont ces fonctions qui distinguent le cervelet humain d'un organe apparemment similaire chez d'autres primates supérieurs, et chez un enfant, il doit encore mûrir et apprendre la régulation correcte. Mais, comme tout organe ou structure individuel, le cervelet peut être affecté par diverses maladies. En conséquence, les fonctions ci-dessus sont perturbées et une condition appelée ataxie cérébelleuse se développe..

Comment fonctionne le cervelet "normal"?

Avant d'aborder la description des maladies cérébelleuses, il est nécessaire de parler brièvement de la disposition du cervelet et de son fonctionnement..

Le cervelet est situé au bas du cerveau, sous les lobes occipitaux des hémisphères cérébraux.

Il se compose d'une petite section centrale, d'un ver et d'hémisphères. Le ver est un département ancien, et sa fonction est d'assurer l'équilibre et la statique, et les hémisphères se sont développés avec le cortex cérébral et fournissent des actes moteurs complexes, par exemple, le processus de saisie de cet article sur un clavier d'ordinateur.

Le cervelet est étroitement associé à tous les tendons et muscles du corps. Ils contiennent des récepteurs spéciaux qui «disent» au cervelet dans quel état se trouvent les muscles. Ce sentiment s'appelle la proprioception. Par exemple, chacun de nous sait, sans regarder, dans quelle position et où se trouve sa jambe ou sa main, même dans l'obscurité et au repos. Cette sensation atteint le cervelet via les voies spinocérébelleuses ascendantes dans la moelle épinière..

De plus, le cervelet est associé au système de canal semi-circulaire, ou appareil vestibulaire, ainsi qu'aux conducteurs du sens articulaire-musculaire.

C'est ce chemin qui fonctionne à merveille quand, après avoir glissé, une personne «danse» sur la glace. N'ayant pas le temps de comprendre ce qui se passe, et n'ayant pas le temps d'avoir peur, la personne rétablit l'équilibre. Cela a déclenché un «relais» qui a fait basculer les informations de l'appareil vestibulaire sur un changement de position du corps immédiatement, via le ver cérébelleux vers les noyaux gris centraux, puis vers les muscles. Puisque cela s'est produit «automatiquement», sans la participation du cortex cérébral, le processus de restauration de l'équilibre se produit inconsciemment.

Le cervelet est étroitement lié au cortex cérébral, régulant les mouvements conscients des membres. Cette régulation se produit dans les hémisphères cérébelleux.

Qu'est-ce que l'ataxie cérébelleuse?

Traduit du grec, les taxis sont le mouvement, les taxis. Et le préfixe "a" signifie négation. D'une manière générale, l'ataxie est un trouble du mouvement volontaire. Mais cette violation peut se produire, par exemple, avec un accident vasculaire cérébral. Par conséquent, un adjectif est ajouté à la définition. En conséquence, le terme «ataxie cérébelleuse» fait référence à un complexe de symptômes indiquant une altération de la coordination des mouvements causée par une altération de la fonction cérébelleuse.

Il est important de savoir qu'en plus de l'ataxie, le syndrome cérébelleux s'accompagne d'une asynergie, c'est-à-dire d'une violation de la cohérence des mouvements effectués les uns par rapport aux autres.

Certains pensent que l'ataxie cérébelleuse est une maladie qui affecte les adultes et les enfants. En fait, ce n'est pas une maladie, mais un syndrome qui peut avoir diverses causes et se manifester dans des tumeurs, des blessures, la sclérose en plaques et d'autres maladies. Comment se manifeste cette lésion cérébelleuse? Ce trouble se manifeste par une ataxie statique et une ataxie dynamique. Ce que c'est?

L'ataxie statique est une violation de la coordination des mouvements au repos et l'ataxie dynamique en est une violation en mouvement. Mais les médecins, lorsqu'ils examinent un patient qui souffre d'ataxie cérébelleuse, ne distinguent pas de telles formes. Les symptômes qui indiquent la localisation de la lésion sont beaucoup plus importants.

Les symptômes des troubles cérébelleux

La fonction de ce corps est la suivante:

  • maintenir le tonus musculaire avec des réflexes;
  • maintenir l'équilibre;
  • coordination des mouvements;
  • leur cohérence, c'est-à-dire synergie.

Par conséquent, tous les symptômes de lésions cérébelleuses à un degré ou à un autre sont un trouble des fonctions ci-dessus. Nous énumérons et expliquons les plus importants d'entre eux..

Démarche atactique

Tremblement intentionnel

Ce symptôme apparaît lors du mouvement et se produit à peine au repos. Sa signification consiste en l'apparition et l'amplification de l'amplitude des vibrations des extrémités distales lorsque l'objectif est atteint. Si vous demandez à une personne malade de toucher son propre nez avec l'index, plus le doigt est proche du nez, plus il commencera à trembler et à décrire divers cercles. L'intention est possible non seulement dans les mains, mais aussi dans les jambes. Ceci est révélé lors du test du genou calcanéen, lorsque le patient se voit proposer le talon d'une jambe pour frapper le genou de l'autre jambe étendue.

Nystagmus

Le nystagmus est un tremblement intentionnel qui se produit dans les muscles des globes oculaires. Si le patient est invité à tourner les yeux sur le côté, il se produit une contraction uniforme et rythmique des globes oculaires. Le nystagmus est horizontal, moins souvent vertical ou rotatif (rotationnel).

Adiadochokinèse

Ce phénomène peut être vérifié comme suit. Demandez au patient assis de placer ses mains sur ses genoux, paumes vers le haut. Ensuite, vous devez les retourner rapidement, les paumes vers le bas et à nouveau. Le résultat devrait être une série de mouvements de «secousse», synchrones des deux mains. Avec un échantillon positif, le patient est confus et la synchronicité est perturbée.

Mimocarding ou hypermétrie

Ce symptôme se manifeste si vous demandez au patient de frapper rapidement avec l'index dans n'importe quel objet (par exemple, dans le marteau d'un neurologue), dont la position change constamment. La deuxième option consiste à toucher une cible statique et stationnaire, mais d'abord avec les yeux ouverts, puis avec les yeux fermés.

Discours chanté

Les symptômes des troubles de la parole ne sont rien de plus qu'un tremblement intentionnel de l'appareil vocal. En conséquence, la parole devient explosive, explosive, perd sa douceur et sa douceur..

Hypotension musculaire diffuse

Étant donné que le cervelet régule le tonus musculaire, des signes d'ataxie peuvent être à l'origine de sa diminution diffuse. Dans ce cas, les muscles deviennent flasques, léthargiques. Les articulations deviennent «bancales», puisque les muscles ne limitent pas l'amplitude des mouvements, une subluxation habituelle et chronique est possible..

En plus de ces symptômes, faciles à vérifier, les troubles cérébelleux peuvent se manifester par des modifications de l'écriture manuscrite et d'autres signes.

Causes de la maladie

Il faut dire que le cervelet n'est pas toujours responsable du développement de l'ataxie et que la tâche du médecin est de déterminer à quel niveau la défaite s'est produite. Voici les raisons les plus typiques du développement de la forme cérébelleuse et de l'ataxie en dehors du cervelet:

  • La défaite des cordons postérieurs de la moelle épinière. Cela provoque une ataxie sensible. L'ataxie sensible est ainsi nommée parce que le patient a une sensation musculo-squelettique altérée dans les jambes et est incapable de marcher normalement dans l'obscurité jusqu'à ce qu'il voit ses propres jambes. Cette condition est caractéristique de la myélose funiculaire, qui se développe dans une maladie associée à un manque de vitamine B12.
  • L'ataxie extracérébelleuse peut se développer avec des maladies du labyrinthe. Ainsi, les troubles vestibulaires et la maladie de Ménière peuvent provoquer des vertiges, des chutes, bien que le cervelet ne soit pas impliqué dans le processus pathologique;
  • L'apparition d'un névrome du nerf cochléaire vestibulaire. Cette tumeur bénigne peut présenter des symptômes cérébelleux unilatéraux..

En fait, des causes cérébelleuses d'ataxie chez les adultes et les enfants peuvent survenir avec des lésions cérébrales, des maladies vasculaires et également en raison de tumeurs cérébelleuses. Mais ces lésions isolées sont rares. Le plus souvent, l'ataxie s'accompagne d'autres symptômes, par exemple l'hémiparésie, un trouble de la fonction des organes pelviens. C'est le cas de la sclérose en plaques. Si le processus de démyélinisation est traité avec succès, les symptômes de lésions cérébelleuses régresseront..

Formes héréditaires

Cependant, il existe tout un groupe de maladies héréditaires dans lesquelles le système de coordination motrice est principalement affecté. Ces maladies comprennent:

  • ataxie spinale de Friedreich;
  • Ataxie cérébelleuse héréditaire de Pierre Marie.

L'ataxie cérébelleuse de Pierre Marie était auparavant considérée comme une maladie unique, mais maintenant plusieurs variantes du cours y sont distinguées. Quels sont les signes de cette maladie? Cette ataxie débute tardivement, à 3 ou 4 ans, et pas du tout chez un enfant, comme beaucoup le pensent. Malgré l'apparition tardive, les symptômes de l'ataxie cérébelleuse s'accompagnent d'une altération de la parole de type dysarthrie, d'une augmentation des réflexes tendineux. Les symptômes sont accompagnés d'une spasticité des muscles squelettiques.

Habituellement, la maladie commence par une violation de la démarche, puis le nystagmus commence, la coordination dans les mains est altérée, les réflexes profonds sont rétablis et une augmentation du tonus musculaire se développe. Un mauvais pronostic se produit avec une atrophie du nerf optique.

Cette maladie se caractérise par une diminution de la mémoire, de l'intelligence, ainsi que par un contrôle altéré des émotions et de la sphère volitive. Le cours progresse régulièrement, le pronostic est mauvais.

À propos du traitement

Le traitement de l'ataxie cérébelleuse en tant que syndrome secondaire dépend presque toujours du succès du traitement du trouble sous-jacent. Dans le cas où la maladie évolue, par exemple sous forme d'ataxies héréditaires, le pronostic est décevant aux derniers stades du développement de la maladie..

Si, par exemple, en raison d'une lésion cérébrale dans la région occipitale, une altération prononcée de la coordination des mouvements s'est produite, le traitement de l'ataxie cérébelleuse peut être efficace s'il n'y a pas d'hémorragie dans le cervelet et qu'il n'y a pas de nécrose cellulaire..

Un élément très important du traitement est la gymnastique vestibulaire, qui doit être pratiquée régulièrement. Le cervelet, comme les autres tissus, est capable «d'apprendre» et de restaurer de nouvelles connexions associatives. Cela signifie qu'il est nécessaire d'entraîner la coordination des mouvements non seulement avec des lésions du cervelet, mais également avec des accidents vasculaires cérébraux, des maladies de l'oreille interne et d'autres lésions..

Il n'y a pas de remèdes populaires pour l'ataxie cérébelleuse, car la médecine traditionnelle n'avait aucune idée du cervelet. Le maximum que l'on puisse trouver ici est des remèdes contre les étourdissements, les nausées et les vomissements, c'est-à-dire des remèdes purement symptomatiques.

Par conséquent, si vous avez des problèmes de marche, des tremblements, de la motricité fine, vous ne devez pas reporter une visite chez un neurologue: la maladie est plus facile à prévenir qu'à guérir.

Ataxie cérébelleuse chez l'homme: comment traiter

L'ataxie cérébelleuse se développe à la suite de lésions du cervelet ou de connexions neurales entre cette partie du cerveau et le système nerveux périphérique. La pathologie s'accompagne d'une détérioration de la coordination motrice, d'un dysfonctionnement visuel, d'une altération de la parole. Le cervelet étant impliqué dans le contrôle de l'activité musculaire et des fonctions cognitives, les dommages à ses tissus affectent négativement l'activité mentale et motrice, en particulier la marche et la motricité fine..

Caractéristiques de la pathologie

L'ataxie cérébelleuse est une pathologie qui se manifeste principalement par une altération de la coordination motrice et de la marche. La capacité de marcher est construite sur l'interaction des fonctions:

  1. Locomotion - un mouvement visant à déplacer votre propre corps dans l'espace.
  2. Maintenir l'équilibre.
  3. Réponses adaptatives. Réponse en temps opportun à la présence d'obstacles, régulation des mouvements, prise en compte de l'évolution des conditions extérieures.

Il existe une forme généralisée, lorsque l'activité motrice est perturbée dans toutes les parties du corps. Dans la forme locale, les troubles moteurs affectent des parties individuelles du corps ou des fonctions - jambes, bras, fonction de la parole, organes de la vision. La pathologie peut se manifester dans la moitié du corps (avec des lésions des tissus cérébelleux d'un côté) ou dans les deux.

L'ataxie associée à une lésion du cervelet est une pathologie qui reflète des dysfonctionnements des mécanismes responsables de la régulation anti-inertielle, ce qui rend impossible la caractérisation du mouvement normal (douceur, dimensionnalité, précision, uniformité). Tout mouvement normal est le résultat de l'activité coordonnée de plusieurs groupes musculaires (extenseurs, fléchisseurs).

La coordination de l'activité musculaire est assurée par le cervelet grâce à son interaction bidirectionnelle avec d'autres parties du cerveau impliquées dans l'exécution des fonctions motrices et des parties du système nerveux de la localisation périphérique. Le cervelet est étroitement lié aux noyaux gris centraux, aux structures corticales, aux noyaux du tronc.

La transmission d'informations est assurée par des motoneurones situés dans la zone de la moelle épinière et des neurones proprioceptifs (associés à des éléments périphériques des organes sensoriels) situés dans les muscles et les ligaments. Le cervelet est le principal coordinateur de l'activité motrice, reçoit des informations sur le mouvement prévu, le moindre changement du tonus musculaire et la position des parties du corps. Le travail correct de cette partie du cerveau assure la clarté et la précision des mouvements petits et complexes.

Les maladies affectant cette partie du cerveau provoquent une désynchronisation des contractions musculaires, ce qui affecte négativement la performance de tout mouvement. Même de petits foyers de crises cardiaques et d'hémorragies dans la région cérébelleuse sont des conditions potentiellement mortelles qui provoquent souvent une hydrocéphalie obstructive (associée à un drainage altéré du liquide céphalo-rachidien).

Causes d'occurrence

Il existe des formes aiguës et chroniques de la maladie. Une pathologie aiguë se développe généralement dans le contexte d'un infarctus lacunaire, cardioembolique, athérothrombotique, d'un accident vasculaire cérébral ischémique et hémorragique avec un foyer dans le cervelet.

L'ataxie cérébelleuse est une maladie qui accompagne souvent d'autres conditions pathologiques (sclérose en plaques, traumatisme crânien, cérébellite d'étiologie infectieuse, abcès cérébral, invasions parasitaires), ce qui indique une étiologie polymorphe. Autres causes possibles d'occurrence:

  • Intoxication, aiguë et chronique.
  • Prise incontrôlée de médicaments (antipsychotiques, anticonvulsivants).
  • Anomalie d'Arnold-Chiari.
  • Syndrome MELAS (maladie neurodégénérative progressive déclenchée par des mutations génétiques).

En cas de corrélation avec les pathologies ci-dessus, l'ataxie, en plus des principaux symptômes, se manifeste par des douleurs dans la région de la tête, des épisodes de vomissements répétés, des étourdissements, des signes de lésion des nerfs crâniens (paroxystiques locaux, des douleurs intenses au niveau des yeux, du front, des pommettes, de la mâchoire, un dysfonctionnement visuel, des troubles sensoriels, survenant sous forme d'hyperesthésie ou de diminution de la sensibilité sensorielle).

La forme chronique de la maladie est associée à des facteurs génétiques et non génétiques.

Les lésions ataxiques à un jeune âge sont caractéristiques des patients atteints de sclérose en plaques. La pathologie peut se développer dans le contexte de la formation de formations intracrâniennes volumétriques (tumeurs, kystes, hémorragies). La dégénérescence du tissu cérébelleux survient à la suite d'une hypothyroïdie (production insuffisante des hormones thyroxine et triiodothyronine), alcoolisme chronique, carence prolongée en vitamine B12, hyperthermie (coup de chaleur).

L'ataxie progressive, survenant sous une forme chronique, accompagne toujours les syndromes atactiques dégénératifs héréditaires et sporadiques (survenant spontanément), se manifestant par une dysontogénie motrice - un écart par rapport à la norme. L'ataxie cérébelleuse est détectée chez les enfants diagnostiqués avec une paralysie cérébrale et chez les adultes présentant des troubles apraxiques associés à des lésions des structures corticales.

L'ataxie cérébelleuse héréditaire est un groupe de maladies d'étiologie polymorphe avec un tableau clinique différent. Il est diagnostiqué dans l'enfance et à l'âge adulte. Le plus souvent, il se produit en raison de mutations autosomiques récessives ou autosomiques dominantes. L'ataxie cérébelleuse tardive se développe dans un contexte de pathologies chroniques survenant avec des symptômes caractéristiques de lésions cérébelleuses.

Les symptômes de la maladie

Les principaux symptômes de l'ataxie cérébelleuse (cérébelleuse) comprennent une démarche instable, instable et bancale avec une expansion marquée de la base de soutien, une coordination altérée, une angularité et une maladresse de mouvement. Autres signes:

  1. Dysarthrie. Discours chanté, ralenti, staccato.
  2. Dysmétrie (amplitude de mouvement excessive ou insuffisante).
  3. Troubles oculomoteurs. Nystagmus (généralement horizontal) - fluctuations rapides et fréquentes des globes oculaires, dysmétrie saccadique (mouvements oculaires rapides et coordonnés).

Les patients se tiennent généralement les pieds écartés. Une tentative de rapprochement des pieds se termine par une perte d'équilibre, des balancements, parfois des chutes. En raison du déséquilibre dans la régulation de l'équilibre, il est nécessaire de s'appuyer sur les objets environnants ou de soutenir une autre personne. Le mouvement mécanique en ligne droite permet d'identifier les moindres perturbations de la marche.

Les symptômes de l'ataxie cérébelleuse (cérébelleuse) sont souvent complétés par des signes tels que l'hypotension musculaire (faiblesse), la lenteur du mouvement, le tremblement intentionnel (trouble de la motricité fine des membres, qui se manifeste par des tremblements et survient après l'achèvement du mouvement volontaire), qui est pris en compte lors de la détermination des tactiques de traitement. Des signes sont souvent observés:

  1. Asynergie. Détérioration de la capacité à effectuer des mouvements volontaires de nature combinée (cohérente).
  2. Renforcement des réflexes posturaux (ensemble de réactions qui se produisent pour maintenir une position donnée dans l'espace d'une partie du corps ou de tout le corps).
  3. Détérioration des capacités cognitives, troubles affectifs provoqués par une atteinte à l'étiologie ischémique des parties postérieures du cervelet.

Les troubles de l'activité motrice dans l'ataxie cérébelleuse ne sont souvent pas corrélés avec la faiblesse musculaire, l'hyperkinésie (mouvements brusques pathologiques, provoqués par une commande cérébrale erronée), la spasticité. Cependant, de telles manifestations de pathologie compliquent le tableau clinique. Si la lésion du ver cérébelleux est partielle, un changement pathologique de la fonction de se tenir debout et de marcher est observé.

Les lésions rostrales (les sections initiales du ver) entraînent une déviation du corps et une chute vers l'avant. Les lésions caudales (sections de la queue du ver) provoquent des déviations du tronc et tombent en arrière. Dans la forme unilatérale, les patients changent, leur épaule ipsilatérale (située du côté du cervelet affecté) est légèrement abaissée. Les patients, lorsqu'ils se déplacent, s'écartent vers la zone touchée.

Avec des dommages aux voies neuronales conductrices, un tremblement brutal des membres supérieurs est plus souvent observé en position debout avec les bras tendus vers l'avant. Souvent, ces processus destructeurs sont interconnectés avec la sclérose en plaques, ce qui entraîne des lésions des terminaisons nerveuses et une altération de la transmission de l'influx nerveux..

Diagnostique

L'ataxie aiguë nécessite un examen diagnostique immédiat, principalement sous forme d'IRM et de tomodensitométrie. Lors de l'imagerie, la localisation des foyers est révélée, la nature de la lésion des tissus cérébelleux est déterminée. Autres méthodes de recherche:

  • Électroencéphalographie. Montre l'activité bioélectrique des structures cérébrales.
  • Électroneuromyographie. Montre l'état fonctionnel des muscles et des nerfs périphériques.
  • Criblage biochimique. Permet d'identifier les maladies associées à des troubles métaboliques et accompagnées de symptômes caractéristiques des lésions du cervelet et des parties motrices des structures corticales.
  • Échographie Doppler. Etude de l'état des vaisseaux cérébraux.

Le diagnostic en cas de suspicion d'une forme héréditaire de la maladie est effectué en fonction des résultats de l'analyse ADN. Chez les patients présentant une forme chronique de type sporadique, lors du diagnostic, des maladies somatiques (néoplasmes, dysfonctionnements du système endocrinien) sont détectées, pouvant provoquer un syndrome d'ataxie cérébelleuse.

Méthodes de traitement

Le traitement de l'ataxie de la genèse cérébelleuse est effectué en tenant compte des causes du développement de la maladie. Le traitement direct de l'ataxie cérébelleuse n'est généralement pas effectué, car cette condition est toujours une conséquence d'autres processus destructeurs et pathologies.

L'ataxie cérébelleuse d'étiologie dégénérative chez l'homme est traitée avec des médicaments tels que l'amantadine (agent antiparkinsonien), la buspirone (tranquillisant), le L-5-hydroxytryptophane (précurseur du neurotransmetteur sérotonine), la prégabaline (agent antiépileptique), un agent libérant de la thyrotropine hypothalaming.

Cependant, l'effet thérapeutique après l'utilisation de ces médicaments n'a pas été confirmé par des essais cliniques randomisés. Le tremblement qui se produit avec cette condition est éliminé à l'aide d'anticonvulsivants (carbamazépine, clonazépam) et du médicament Isoniazid (médicament antituberculeux).

Dans certains cas, le médecin recommande une procédure de radiochirurgie stéréotaxique dans la zone des noyaux thalamiques. Les procédures de physiothérapie sont une partie essentielle du programme de traitement. La physiothérapie vise à prévenir les complications (atrophie musculaire, contractures - restriction des mouvements passifs dans la zone articulaire), à ​​améliorer la coordination motrice et la fonction de marche.

Prévision et prévention

Si un traitement radial (clairement dirigé) est effectué, comme la correction des carences en vitamine B6 et B12, ablation chirurgicale des tumeurs situées dans le cervelet, thérapie antibactérienne pour les lésions infectieuses, thérapie de désintoxication pour empoisonnement à l'éthanol, au bismuth, au mercure, il existe une forte probabilité d'inhiber la progression de la maladie et de restaurer les fonctions.

S'il est impossible d'éliminer complètement les causes des processus pathologiques, par exemple avec des diagnostics de sclérose en plaques ou d'encéphalomyopathie mitochondriale d'étiologie génétique, le pronostic est mauvais. L'espérance de vie dépend de la nature de l'évolution de la maladie et du taux de progression des syndromes pathologiques.

Pour la prévention, il est recommandé de limiter la consommation de boissons alcoolisées, de traiter en temps opportun les maladies systémiques pouvant provoquer un dysfonctionnement cérébelleux.

L'ataxie cérébelleuse est un processus destructeur qui se manifeste par un dysfonctionnement moteur, des troubles oculomoteurs, des troubles de la parole. Les méthodes de diagnostic modernes permettent d'identifier les causes de la pathologie et de conduire un traitement thérapeutique ou symptomatique correct.

Ataxie cérébelleuse

L'ataxie est un terme qui fait référence à divers troubles du mouvement, l'ataxie cérébelleuse est un trouble du mouvement qui survient en raison de dommages au cervelet, car c'est le cervelet qui est la partie du cerveau qui est responsable de l'équilibre, de la coordination des mouvements et du tonus musculaire..

En plus du cérébelleux, il existe également une ataxie sensible et vestibulaire, elles sont causées par des lésions d'autres parties du cerveau..

Les raisons

Normalement, les mouvements volontaires sont assurés par une coordination précise entre les muscles des synergistes et des antagonistes. L'interaction entre eux est contrôlée par le cervelet, qui a des connexions avec toutes les structures du système nerveux central impliquées dans la fonction motrice. Le cervelet peut être appelé le principal centre de coordination du mouvement; il reçoit des informations des structures du cerveau et assure la synchronisation et la précision des contractions musculaires, traitant également les informations sur le mouvement du corps dans l'espace. Cela garantit la précision et la douceur des mouvements volontaires. Lorsque le cervelet est endommagé, les contractions musculaires de différents groupes se désynchronisent, ce qui se manifeste par une ataxie.

Les causes des dommages au cervelet peuvent être les suivantes:

  • violation aiguë de la circulation cérébrale (accident vasculaire cérébral), affectant le cervelet;
  • lésion cérébrale traumatique;
  • cervelet infectieux, y compris d'origine parasitaire;
  • abcès cérébelleux;
  • intoxication aiguë et chronique, y compris médicamenteuse (anticonvulsivant, hypnotiques, anxiolytiques, antipsychotiques, bismuth, chimiothérapeutiques, etc.);
  • alcoolisme;
  • carence en vitamines B1, B12, E;
  • coup de chaleur;
  • hypoglycémie;
  • hypothyroïdie;
  • sclérose en plaques;
  • Anomalies d'Arnold-Chiari;
  • canalopathies (maladies causées par des défauts génétiquement déterminés dans les canaux ioniques);
  • maladies génétiques (ataxie de Friedreich);
  • les maladies à prions;
  • tumeurs (affectant en particulier souvent le médulloblastome du cervelet, le schwannome du cervelet et l'hémangioblastome);
  • dégénérescence paranéoplasique du cervelet (lésion tumorale secondaire du cervelet);
  • Syndrome de Hakimi-Adams (hydrocéphalie normotensive);
  • les encéphalomyopathies mitochondriales (maladie de Leigh, syndrome MELAS, etc.);
  • ataxie dégénérative idiopathique due à des maladies neurodégénératives (atrophie cérébelleuse corticale parenchymateuse, atrophie systémique multiple, ataxie cérébelleuse héréditaire Pierre-Marie);
  • troubles métaboliques héréditaires et génétiques (acidurie, maladie de Hartnup, maladie de Gaucher de type 3, maladie de Tay-Sachs, maladie de Refsum, etc.).

Formes d'ataxie cérébelleuse

Différentes parties du cervelet (ver et hémisphères) sont responsables de différents types de mouvement; en fonction de la lésion primaire d'une structure anatomique particulière de l'organe, on distingue deux formes de pathologie:

  • dynamique - causée par des dommages aux hémisphères, caractérisée par une discoordination des mouvements dans les membres;
  • statique-locomoteur - causé par des dommages au ver, en conséquence, la démarche est perturbée et la stabilité en souffre.

De plus, l'ataxie cérébelleuse peut être:

  • aiguë - causée par des causes aiguës, par exemple, un accident vasculaire cérébral ou une lésion cérébrale traumatique;
  • chronique - causée par des lésions à long terme du cervelet, par exemple, dans l'alcoolisme chronique.

Par la nature de la distribution:

  • généralisé - tous les mouvements volontaires sont violés;
  • isolé - certains types de mouvements sont altérés, par exemple la marche, la parole, les mouvements de la main.

De plus, l'ataxie est unilatérale et bilatérale..

Symptômes d'ataxie cérébelleuse

Les manifestations de l'ataxie cérébelleuse dépendent de la structure du cervelet qui a été endommagée..

Lorsque le ver est endommagé, la capacité à maintenir une position corporelle stable est perturbée, le patient se balance en position debout, pour la stabilité, il doit s'équilibrer avec ses bras, écarter largement les jambes, sinon il risque de retomber. La démarche ressemble à la démarche d'une personne ivre, elle est incertaine, le patient est particulièrement instable dans les virages, il chancelle, le corps est fortement redressé, les jambes se lèvent trop en marchant.

Si les hémisphères sont touchés, des troubles de la marche, une position instable du corps peuvent également être observés, tandis que le patient «tombe» du côté de la lésion. La manifestation principale est des mouvements maladroits et incohérents des membres, qui empêchent la mise en œuvre d'actions précises..

Une ataxie légère est vérifiée à l'aide de tests fonctionnels et elle est parfois significativement prononcée ne permettant pas du tout à une personne de marcher et, dans certains cas, elle ne peut pas se tenir debout ni même s'asseoir.

Avec la progression de la maladie, la dysphagie (troubles de la déglutition) et la dysarthrie (troubles de l'élocution) rejoignent les troubles décrits.

Les signes d'ataxie sont accompagnés de symptômes typiques de la maladie sous-jacente.

Diagnostique

Lorsque des symptômes d'ataxie apparaissent, le patient subit un examen neurologique. Cela nécessite non seulement la confirmation de la nature cérébelleuse de la pathologie, mais également l'identification de la condition qui a conduit à son développement.

En cas de symptômes non exprimés, des tests de coordination (fonctionnels) sont effectués, par exemple:

Contrôle des réactions de soutien

Le patient est invité à se tenir debout avec les pieds déplacés. Il est difficile de maintenir cette position pendant l'ataxie, le patient titubera, perdra sa stabilité.

Vérification de la stabilité dans la pose de Romberg

Le patient est invité à se tenir debout avec les pieds serrés ensemble, la tête élevée et les bras étendus vers l'avant. L'ataxie se manifeste par une instabilité de la position du corps, le patient commence à se balancer et peut tomber.

Test de stabilité dans une position de Romberg sensibilisée (compliquée)

Le patient est invité à se tenir debout de telle sorte que l'orteil d'une jambe repose sur le talon de l'autre jambe, tout en levant légèrement la tête et en étendant les bras. Avec l'ataxie, il ne pourra pas maintenir la stabilité même pendant une courte période..

Test de réaction de saut

Normalement, si une personne debout avec les jambes décalées est menacée de tomber sur le côté, la jambe de ce côté se déplace dans le sens de la chute et l'autre jambe se détache du sol. Dans l'ataxie, le médecin se tient derrière le patient et, le tenant pour assurance, le repousse. Dans l'ataxie, même une petite poussée provoquera une chute, c'est le soi-disant symptôme de poussée positive.

Avec une ataxie confirmée, nommer:

  • études de neuroimagerie: TDM (tomodensitométrie du cerveau), IRM (imagerie par résonance magnétique du cerveau);
  • études neurophysiologiques: électroneuromyographie, méthode du potentiel évoqué.

À l'aide de ces méthodes, les changements fonctionnels et structurels du système nerveux central et périphérique sont déterminés.

Si des maladies atactiques héréditaires sont suspectées, une analyse ADN des patients est effectuée. Si nécessaire, le patient ou ses proches sont référés pour un conseil génétique médical. S'il y a des raisons de suspecter une pathologie héréditaire chez le fœtus, une analyse d'ADN prénatale est effectuée.

Une recherche approfondie des causes de l'ataxie peut inclure un large éventail d'études, notamment des techniques d'imagerie (recherche de tumeurs), des tests sanguins d'hormones (recherche de troubles endocriniens), des études biochimiques (recherche de troubles métaboliques), des analyses toxicologiques (recherche d'éventuelles intoxications), etc. peut être référé pour consultation à des spécialistes concernés - cardiologue, endocrinologue, neurochirurgien et autres.

Traitement de l'ataxie cérébelleuse

Les tactiques thérapeutiques dépendent de la cause qui a causé l'ataxie, les efforts visent à traiter la maladie sous-jacente. Par exemple, si la cause de la pathologie est une tumeur résécable, le traitement sera chirurgical, et si non résécable, une chimiothérapie ou une radiothérapie, si la cause est une hypovitaminose, une thérapie vitaminique est prescrite, le traitement des lésions cérébrales traumatiques est effectué selon le schéma adopté pour ce type de lésion, et la thérapie de la sclérose en plaques consiste en prenant des médicaments immunomodulateurs. Dans de tels cas, le traitement de la maladie sous-jacente est généralement suffisant pour que les symptômes de l'ataxie cérébelleuse disparaissent complètement ou au moins cessent de progresser et diminuent..

Il existe des informations dans la littérature sur l'utilisation réussie de certains médicaments (prégabaline, amantadine, facteur de libération de la thyrotropine, buspirone, L-5-hydroxytryptophane) dans l'ataxie d'étiologie dégénérative, cependant, aucune étude clinique n'a été réalisée qui pourrait confirmer cette information. Il existe également des preuves de l'efficacité de l'inosiazide et d'un certain nombre d'anticonvulsivants (carbamazépine, clonazépam, topiramate) dans l'ataxie cérébelleuse, mais ces données doivent être vérifiées et confirmées..

Actuellement, des recherches scientifiques sont en cours sur le traitement des ataxies héréditaires par des méthodes de thérapie cellulaire et génique, ces domaines sont considérés comme les plus prometteurs pour résoudre ce problème..

Physiothérapie

C'est l'une des principales méthodes de traitement et de rééducation des patients atteints d'ataxie cérébelleuse. La physiothérapie peut améliorer la coordination, soutenir les fonctions motrices et prévenir le développement de l'atrophie musculaire et des contractures. Des programmes complexes ont été développés, comprenant des exercices visant à restaurer le feedback, des exercices spéciaux pour l'entraînement des fonctions cérébelleuses (méthode de Frenkel), un soulagement musculaire proprioceptif (PMF, facilitation musculaire proprioceptive).

Le plus grand effet peut être obtenu avec l'utilisation combinée de médicaments et de physiothérapie.

La prévention

La prévention de l'ataxie cérébelleuse consiste à prévenir, dans la mesure du possible, les conditions qui y conduisent. Par exemple, refus d'abus d'alcool, utilisation d'un casque lors d'exercices entraînant des blessures crâniennes, traitement rapide des maladies somatiques. Le conseil génétique médical est une mesure de prévention des maladies atactiques héréditaires.

Conséquences et complications

Avec une ataxie cérébelleuse progressive, une atrophie musculaire, des contractures et, finalement, un handicap peuvent se développer. De plus, cette condition conduit à une inadaptation sociale du patient. Avec un traitement réussi, le pronostic est modérément favorable - il n'est généralement pas possible d'éliminer complètement les symptômes atactiques, mais il est possible de les réduire considérablement et de maintenir la qualité de vie à un niveau acceptable.

Vidéo

Nous proposons de visionner une vidéo sur le thème de l'article.