Principal > Traumatisme

Changements atrophiques dans le cervelet

L'atrophie cérébelleuse s'exprime par des processus destructeurs et neurodégénératifs, ce qui entraîne une diminution du volume du tissu nerveux et un dysfonctionnement du cerveau. Les formes sporadiques (spontanées) d'atrophie cérébelleuse se manifestent par des troubles de la marche avec tendance à ralentir la progression, une ataxie des extrémités (mouvements mal coordonnés des bras et des jambes), un nystagmus, une dysarthrie (altération de la prononciation).

Fonctions et structure du cervelet

Le cervelet est la partie du cerveau qui contrôle la coordination motrice et la mémoire musculaire, et régule l'équilibre et le tonus musculaire. Comme un gros cerveau, cette section se compose de deux lobules, entre lesquels se trouve le ver cérébelleux. La structure cérébrale est située sous la partie occipitale des hémisphères cérébraux, équipée de trois paires de pattes. À travers les jambes, la communication avec les régions corticales, le système extrapyramidal, les noyaux gris centraux, le tronc est réalisée.

Les informations afférentes (impulsions nerveuses continues provenant des organes sensoriels et des organes internes), transmises de la moelle épinière aux hémisphères corticaux et vice versa, sont simultanément dupliquées et pénètrent dans le cervelet. Nous parlons d'informations qui reflètent la position des parties du corps dans l'espace, sur le tonus musculaire actuel et les mouvements prévus.

En parallèle, le processus de comparaison du mouvement souhaité et du mouvement actuel a lieu. Le cervelet détecte les erreurs, corrige le tonus musculaire, la séquence de contraction des groupes musculaires, qui détermine la trajectoire de mouvement souhaitée. Le cervelet ajuste en permanence les mouvements automatiques et volontaires. La part du cervelet dans le volume total du cerveau est de 10%. Dans ce cas, le cervelet contient plus de 50% de tous les neurones du système nerveux central..

Types d'atrophie cérébelleuse

Les modifications atrophiques des tissus du cervelet entraînent une altération des fonctions motrices, une altération de la coordination motrice et une hypotonie musculaire. La subatrophie cérébelleuse est une condition qui précède les processus atrophiques, ce qui indique sa nature limite. Les maladies neurodégénératives du «petit cerveau» ne sont pas bien comprises, ce qui conduit à l'absence de classification claire et de recommandations cliniques sans ambiguïté pour le traitement.

L'atrophie cérébelleuse est caractérisée par la mort de zones de tissu cérébelleux, ce qui entraîne une modification de sa structure morphologique. En fonction de la localisation du tissu affecté, une distinction est faite entre les formes corticale (atteinte des régions corticales) et olive-ponto-cérébelleuse. La forme olive-ponto-cérébelleuse est plus souvent considérée dans le groupe des atrophies multisystémiques. Des difficultés de diagnostic différentiel surviennent en raison de l'absence d'une classification claire selon les caractéristiques cliniques et pathomorphologiques et de l'abondance des formes transitoires (limites). Souvent, avec des formes sporadiques, des défauts génétiques typiques sont diagnostiqués.

Selon la localisation du processus pathologique, on distingue une forme diffuse (sans localisation claire), une atrophie du ver et des hémisphères cérébelleux. La forme diffuse est souvent associée à des changements atrophiques dans d'autres parties du cerveau, qui sont généralement associés aux processus de vieillissement naturel du corps. La forme diffuse d'atrophie cérébelleuse accompagne généralement l'évolution des maladies d'Alzheimer et de Parkinson.

L'espérance de vie dans l'atrophie cérébelleuse dépend du degré de lésion des structures cérébrales, du tableau clinique, du taux de progression et des caractéristiques de l'évolution de la maladie. Les conséquences de l'atrophie cérébelleuse sont associées à une perturbation de l'activité de cette partie du cerveau. Les patients sont plus susceptibles de développer une démence d'étiologie non vasculaire, une altération sévère des fonctions motrices, une chorée, une insuffisance pyramidale de type bilatéral.

Causes de la pathologie

L'atrophie cérébelleuse est souvent associée à d'autres processus destructeurs dans le cerveau, en particulier dans la région de la fosse postérieure du crâne. Attribuer des facteurs congénitaux, auto-inflammatoires (associés à un fonctionnement incorrect du système immunitaire), toxiques-métaboliques, infectieux et inflammatoires qui provoquent le développement d'une pathologie. Les principales causes des changements atrophiques:

  1. Maladies infectieuses reportées du système nerveux central (méningite, encéphalite).
  2. Cervellite aiguë, provoquée par la varicelle.
  3. Kystes, tumeurs, foyers d'hémorragie localisés dans la fosse postérieure du crâne.
  4. Hyperthermie (surchauffe du corps) à long terme.
  5. Athérosclérose et autres pathologies du système circulatoire du cerveau.
  6. Antécédents d'accident vasculaire cérébral - avec la pathologie, la circulation cérébrale est fortement perturbée, ce qui entraîne une atrophie et une nécrose des tissus privés d'approvisionnement en sang.
  7. Maladies endocriniennes, troubles métaboliques.
  8. Défauts et anomalies de la formation de parties du cerveau au cours du développement intra-utérin.
  9. Intoxication (chronique, aiguë), y compris alcoolique.

L'influence des facteurs héréditaires sur le développement de la pathologie est tracée en cas d'implication des noyaux cérébelleux et des structures de la moelle épinière dans le processus pathologique. La prédisposition héréditaire est la cause de la maladie dans 19% des cas, dans les 81% restants, on parle de formes sporadiques (survenant spontanément).

Symptômes

La pathologie est caractérisée par un polymorphisme prononcé des signes cliniques et par l'absence de symptômes pathognomoniques (spécifiques, sans ambiguïté). Souvent, les manifestations de la maladie sont similaires aux signes de formes symptomatiques (se développant à la suite de pathologies primaires) d'atrophie cérébelleuse. Dans 29% des cas, les symptômes sont identiques aux manifestations de l'atrophie multisystémique. Symptômes de l'atrophie cérébelleuse:

  • Maux de tête, étourdissements.
  • Nausées accompagnées d'épisodes de vomissements.
  • Ataxie (perte de consistance lors de la contraction d'un groupe musculaire), instabilité de la démarche, instabilité en position verticale du corps.
  • Trouble de la motricité fine.
  • Discours chanté et lent.
  • Dysfonctionnement visuel, souvent nystagmus.
  • Détérioration des capacités cognitives.

Des signes sont souvent observés: syndrome pyramidal (combinaison de parésie centrale et de paralysie avec augmentation du tonus musculaire et augmentation des réflexes tendineux), troubles bulbaires, altération de la sensibilité. La progression de la pathologie entraîne une perturbation des organes pelviens (incontinence urinaire), le développement de la démence et de la chorée (hyperkinésie choréique), qui se manifeste par des mouvements erratiques, irréguliers et brusques.

Le stade initial de la maladie se manifeste souvent par une instabilité et une démarche instable. Les symptômes primaires sont légers. La pathologie progresse généralement lentement. Plusieurs années peuvent s'écouler avant le moment d'un trouble important de la coordination motrice. Plus tard, des troubles du mouvement surviennent avec des troubles de la parole et des tremblements posturaux (tremblement des membres lors de l'exécution de mouvements volontaires). Chez les patients en position de Romberg (debout, les pieds sont rapprochés, les bras tendus vers l'avant), une instabilité est observée.

Elargissement typique de la base d'appui (jambes écartées) lors de la marche, difficulté à prendre les virages, affaiblissement des réflexes du genou. La maladie se caractérise par une apparition tardive (40-70 ans). Dans le diagnostic différentiel de l'atrophie corticale cérébelleuse et de la forme olivoponto-cérébelleuse, la présence d'un symptôme spécifique - un trouble de la sensibilité qui n'est pas caractéristique de l'OPCA est d'une grande importance.

Un nourrisson est plus susceptible de recevoir un diagnostic d'hypoplasie congénitale (sous-développement) du cervelet, qui est associée à des mutations géniques. La pathologie se manifeste par un nystagmus et des troubles oculomoteurs, une dysarthrie, un retard mental, un syndrome hydrocéphalique et pyramidal. Développement parallèle possible de l'atrophie du nerf optique et de la surdité.

L'étude au format CT et IRM est considérée comme la plus informative. Au cours de la neuroimagerie, un changement de la structure structurelle du tissu est révélé - un approfondissement et un élargissement des sillons, une augmentation du volume de l'espace sous-arachnoïdien, la taille de la citerne magna située dans l'occiput.

Méthodes de traitement

Un protocole spécifique pour le traitement de l'atrophie cérébelleuse n'a pas été développé. La thérapie vise à corriger les troubles apparus dans le contexte de la maladie. Si les processus atrophiques dans le cerveau sont associés à une tumeur, un kyste, une hémorragie, une détérioration de l'apport sanguin tissulaire, la pathologie primaire est traitée. Le programme thérapeutique comprend:

  1. Gymnastique réparatrice et physiothérapie.
  2. Cours sur simulateurs spéciaux.
  3. Prendre des produits pharmaceutiques.

Certaines études confirment l'amélioration de l'état du patient après un traitement avec des médicaments: Amantadine, Buspirone, Prégabaline, L-5-hydroxytryptophane. Pour éliminer les tremblements cérébelleux, le médicament Isoniazide et des anticonvulsivants (carbamazépine, clonazépam, topiramate) sont prescrits.

Pour l'incontinence urinaire, le chlorure d'oxybutynine, la tamsulosine, le mirabegron sont prescrits. En parallèle, le médecin peut prescrire des médicaments nootropes et des angioprotecteurs. Pour éliminer les névroses, la dépression, les peurs, l'anxiété accrue, des médicaments sont prescrits: Teralen, Alimemazin, Levomepromazin.

La physiothérapie prévient le développement de complications sous forme d'atrophie musculaire et de contracture (restriction des mouvements passifs dans la zone articulaire), aide à maintenir la forme physique et améliore la coordination motrice et la marche. Dans le cadre de la thérapie de rééducation, les procédures sont effectuées sur la base du principe du biofeedback.

L'atrophie cérébelleuse est une pathologie caractérisée par un début tardif et une progression lente. Le processus neurodégénératif s'accompagne d'une altération de la coordination motrice et de la parole. Un traitement correct et des soins complets améliorent considérablement la qualité de vie du patient.

Quelles sont les conséquences de l'atrophie cérébelleuse

Ce que c'est

L'atrophie cérébelleuse du cerveau est une pathologie non spécifique caractéristique de nombreuses maladies du système nerveux central et accompagnée d'une diminution du volume des organes.

L'atrophie cérébelleuse est une maladie distincte. Cela, comme un syndrome, fait partie de la structure des principales affections du système nerveux. Maladies:

  1. Ataxie de Friedreich. C'est une maladie héréditaire caractérisée par la destruction progressive des systèmes conducteurs de la moelle épinière et des nerfs périphériques..
  2. Dégénérescence spinocérébelleuse du premier type. C'est un trouble neurodégénératif héréditaire progressif qui se manifeste comme un trouble de la coordination.
  3. Syndrome de Marinescu-Sjogren. Maladie héréditaire, caractérisée par une ataxie cérébelleuse, une diminution du tonus musculaire, un retard mental et une croissance, des anomalies du système musculo-squelettique.
  4. Atrophie cérébelleuse alcoolique. Le cervelet s'effondre en raison de la consommation chronique d'alcool.

Les raisons

La maladie cérébelleuse peut être congénitale et acquise. L'atrophie congénitale est un groupe de maladies héréditaires qui sont principalement sporadiques (surviennent soudainement sans facteurs précédents).

L'atrophie acquise se développe en raison des facteurs suivants:

  • Neuroinfection.
  • Maladies neurodégénératives chroniques.
  • Alcoolisme.
  • AVC ischémique reporté.
  • Manque de vitamines.

Symptômes

Le tableau clinique de la maladie est varié et dépend de la structure de la maladie dans laquelle elle entre..

Atrophie cérébelleuse alcoolique

La principale zone touchée est l'atrophie du ver cérébelleux. L'atrophie de l'alcoolisme se développe en raison d'un manque d'apport en nutriments (carence nutritionnelle). Le cortex cérébelleux est sensible aux complexes de thiamine (vitamine B1). C'est sa carence qui est causée par l'alcoolisme chronique.

L'atrophie cérébelleuse alcoolique fait partie de la structure de l'encéphalopathie alcoolique chronique et s'accompagne de symptômes d'un tableau neurologique diffus, de troubles du sommeil, d'anxiété, de cauchemars, de dysfonction érectile, de démence et de lésions du ver cérébelleux.

Avec l'atrophie alcoolique du cervelet, la démarche du patient est perturbée, la précision des mouvements plus élevés diminue. Les patients ont de la difficulté à marcher en ligne droite. De plus, en décubitus dorsal, ils ont un tremblement des membres inférieurs.

Syndrome de Marinescu-Sjogren

La structure du syndrome comprend les sous-syndromes suivants:

  • cataracte;
  • retard mental;
  • anomalies squelettiques.

Symptômes de l'atrophie cérébelleuse dans le syndrome de Marcus-Sjogren:

  1. ataxie - une pathologie dans laquelle la coordination de différents muscles squelettiques est perturbée;
  2. manque de coordination des mouvements.

Ataxie de Friedreich

La maladie se manifeste dans le tableau clinique suivant: ataxie, écriture manuscrite illisible, dysarthrie, diminution du tonus musculaire des membres inférieurs, perte auditive. L'atrophie des muscles squelettiques des jambes augmente progressivement. À la fin du développement, la démence apparaît. Les premiers symptômes apparaissent au cours de la première année de vie et se développent progressivement au cours des décennies suivantes.

Ataxie spinocérébelleuse

Cette maladie s'accompagne d'une atrophie progressive du cortex cérébelleux et du ver, la destruction et la démyélinisation de la substance blanche du cervelet. Le plus souvent, l'atrophie se prête aux voies spinocérébelleuses qui relient la moelle épinière et le cervelet.

L'ataxie spinocérébelleuse se manifeste par des mouvements maladroits, une marche instable et une course erratique. Après 2-3 ans, le patient a gravement perturbé la coordination des mouvements supérieurs et des tremblements des membres supérieurs apparaissent. Cette maladie avec ataxie spinocérébelleuse se manifeste également par une adiadochokinèse, une condition dans laquelle la coordination est altérée lorsque l'on tente d'effectuer des mouvements opposés. Par exemple, les patients ne peuvent pas tourner parallèlement la paume vers le haut avec la main droite et tourner la paume vers le bas avec la gauche.

Atrophie multisystémique

Pour la première fois, cette maladie se manifeste par un ralentissement des mouvements et l'apparition de tremblements, qui peuvent ressembler à la maladie de Parkinson. L'ataxie cérébelleuse et les troubles urinaires se rejoignent plus tard. Chez 25% des patients se plaignent d'une perte soudaine de contrôle et d'une chute.

Avec un multisystème d'atrophie cérébelleuse, un syndrome extrapyramidal est observé. La plupart d'entre eux se manifestent par une violation des indicateurs quantitatifs ou qualitatifs des mouvements des muscles squelettiques..

Atrophie cérébelleuse héréditaire de Pierre-Marie

Le principal syndrome est l'ataxie cérébelleuse. Il se manifeste par une instabilité de la démarche, une déviation du corps sur les côtés, une adiadochokinèse, une diminution de la précision des mouvements, une diminution de l'articulation de la parole et des tremblements interactionnels..

Le tableau clinique de Pierre-Marie commence à se manifester par une instabilité de la démarche et des douleurs dans le bas du dos et les membres inférieurs. Souvent, ces douleurs «poussent». Plus tard, l'ataxie recouvre les membres supérieurs, des tremblements se produisent. Avec la progression du tableau clinique, la force musculaire diminue et la parésie se développe.

Diagnostic et traitement

En pratique neurologique, des tests sont utilisés pour détecter les lésions du cervelet.

  • Test de Romberg. Le patient est invité à bouger les pieds, à étendre les bras vers l'avant et à fermer les yeux. S'il y a ataxie, le patient titubera ou tombera.
  • Debout et marchant en ligne droite. Avec une atrophie cérébelleuse et une ataxie, le patient ne pourra pas se tenir debout et marcher en ligne droite sans déviations.
  1. Test au doigt. Le patient est invité à se tenir debout, à fermer les yeux et à toucher le bout du nez avec un doigt.
  2. Test du genou calcanéen. Le patient est allongé sur le dos. On lui demande de lever la jambe droite et le talon jusqu'au genou de la jambe gauche, puis de déplacer le talon du genou au pied. Avec l'ataxie et l'atrophie, les patients ne toucheront pas la rotule avec le talon.

L'imagerie par résonance magnétique (IRM) est utilisée comme neuroimagerie.

Le traitement de l'atrophie cérébelleuse n'est que symptomatique. Les tâches de la thérapie conservatrice sont d'éliminer le tableau clinique et d'arrêter la progression de la maladie.

Conséquences: la maladie n'est pas complètement guérie. Les conséquences spécifiques dépendent de la maladie. Dans l'ataxie, par exemple, une personne peut tomber soudainement, provoquant la rupture des dents et des ecchymoses. L'espérance de vie ne diffère souvent pas de celle de ceux qui n'ont pas d'atrophie cérébelleuse.

Atrophie cérébelleuse: caractéristiques de l'occurrence et de l'évolution

L'atrophie cérébelleuse est une maladie dégénérative progressive qui s'accompagne de maladies du petit cerveau. Avec la maladie, de graves complications sont diagnostiquées qui affectent négativement la qualité de la vie humaine..

Causes de la pathologie

L'atrophie cérébelleuse se produit avec une variété de facteurs provoquants. La maladie est diagnostiquée au cours d'autres pathologies du corps:

Méningite. Il s'agit d'une maladie inflammatoire dans laquelle le cortex de diverses parties du cerveau est affecté. C'est une maladie infectieuse qui se développe lorsqu'elle est exposée à des virus et des bactéries. Avec leur effet à long terme sur les vaisseaux, le développement de l'atrophie cérébelleuse est diagnostiqué.

Accident vasculaire cérébral. Avec la pathologie, la circulation sanguine dans le cerveau est fortement perturbée dans le contexte d'hémorragies et d'hématomes crâniens. Avec un manque de sang dans les zones touchées, les tissus meurent. La conséquence de la pathologie est l'atrophie.

Maladies vasculaires. La cause de l'apparition de la maladie est l'athérosclérose des vaisseaux du cerveau. Avec la pathologie, la perméabilité des vaisseaux sanguins diminue, leurs parois s'amincissent, le ton diminue, le flux de substances actives s'aggrave, ce qui conduit à des changements atrophiques.

Processus tumoraux. S'il y a des néoplasmes dans la partie postérieure de la fosse crânienne, cela devient la cause de la maladie. La tumeur augmente constamment de taille et exerce une pression sur le cervelet, ce qui entraîne une altération de la circulation sanguine et des changements atrophiques.

L'atrophie cérébelleuse est diagnostiquée avec une hyperthermie. La maladie survient avec un coup de chaleur. Il est diagnostiqué dans des maladies qui s'accompagnent d'une augmentation prolongée de la température corporelle. La maladie se développe avec l'utilisation prolongée de certains médicaments.

Au cours de l'évolution de la maladie, le cerveau et le cervelet ne peuvent pas fonctionner pleinement. Ce processus conduit à des modifications irréversibles de l'organe..

Symptômes de la pathologie

Avec l'atrophie cérébelleuse, le patient est diagnostiqué avec certains symptômes. Le processus pathologique s'accompagne de nausées, qui se transforment en vomissements. La maladie s'accompagne de maux de tête aigus et de vertiges. Les patients se plaignent de somnolence. Avec la pathologie, les patients ont une déficience auditive.

Lors de l'examen du patient, une augmentation de la pression intracrânienne est observée. Un traitement intempestif de la maladie entraîne des perturbations légères ou importantes du processus de marche. La pathologie s'accompagne d'une hyporéflexie.

Les patients reçoivent un diagnostic d'ataxie, dans laquelle la coordination des mouvements volontaires est perturbée. Ce symptôme peut être temporaire ou permanent..

La maladie s'accompagne d'une ophtalmoplégie. Avec une pathologie des nerfs crâniens qui innervent les muscles des yeux, une paralysie est observée. Une manifestation temporaire du symptôme est diagnostiquée. Avec l'atrophie cérébelleuse, une énurésie apparaît, qui s'accompagne d'une incontinence urinaire. Les patients parlent de la survenue de tremblements. Il s'accompagne de mouvements rythmiques des membres ou de tout le corps.

La forme atrophique de la maladie se manifeste par un nystagmus, dans lequel une personne fait vibrer involontairement ses yeux. En pathologie, une dysarthrie est observée, dans laquelle la parole articulée est altérée. Le patient a du mal à prononcer les mots ou les déforme. Avec la maladie, une aréflexie se produit, dans laquelle un ou plusieurs réflexes sont perturbés.

Pendant la période d'atrophie cérébelleuse, les patients sont diagnostiqués avec des symptômes prononcés qui nécessitent une visite urgente chez le médecin. Après un ensemble de mesures diagnostiques, un spécialiste prescrira une thérapie efficace au patient.

Diagnostic de la maladie

Lorsque des signes d'atrophie cérébelleuse apparaissent, le patient doit demander l'aide d'un neurologue. Le spécialiste examinera le patient et recueillera l'anamnèse. Lors de l'examen, le spécialiste vérifie les réactions nerveuses du patient et détermine la présence de troubles de la parole et du mouvement. Le spécialiste examine l'anamnèse, ce qui lui permet de déterminer la cause de la maladie.

S'il y a un changement dans le fonctionnement du cervelet, il est recommandé de procéder à une imagerie par résonance magnétique. Il s'agit d'une méthode de diagnostic fiable par laquelle la performance altérée d'un organe est déterminée..

Cette méthode permet de déterminer la localisation exacte et la zone des dommages aux organes. Il est également possible de déterminer des lésions concomitantes d'autres parties du cerveau.

Avec l'atrophie cérébelleuse, les experts conseillent la tomodensitométrie. Il s'agit d'une méthode de diagnostic fiable, à l'aide de laquelle il est possible de confirmer le diagnostic et d'obtenir des informations supplémentaires sur les caractéristiques de l'évolution de la maladie. La nomination d'une procédure diagnostique est recommandée s'il existe des contre-indications à l'imagerie par résonance magnétique.

Pour le diagnostic de la pathologie, une échographie est recommandée. Avec son aide, des lésions d'organes étendues sont déterminées, qui surviennent lors d'un AVC, de changements liés à l'âge et de blessures. En utilisant cette méthode, les zones d'atrophie et le stade de la maladie sont déterminés.

Thérapie atrophie

Il est totalement impossible de guérir la maladie. C'est pourquoi les experts prescrivent un traitement visant à soulager les symptômes de la pathologie. Pour l'atrophie, il est recommandé d'utiliser:

  • Lévomépromazine. Les conditions mélancoliques chroniques sont guéries avec des médicaments. La posologie du médicament est calculée par le médecin en fonction des caractéristiques individuelles du patient. Les experts recommandent de prendre initialement 0,025 gramme de médicament trois fois par jour.

Progressivement, la posologie du médicament est augmentée à 0,1 gramme. Après avoir obtenu l'effet thérapeutique requis, la posologie est progressivement réduite. Dans la forme aiguë de la maladie, l'administration intramusculaire d'une solution à 25% du médicament est recommandée.

  • Alimemazina. L'administration intramusculaire ou intraveineuse du médicament est recommandée. Il est conseillé aux patients adultes de prendre 10 à 40 milligrammes de médicament. Dans l'enfance, la posologie est de 7,5 à 25 milligrammes. L'introduction d'injections est recommandée 3 à 4 fois par jour.

C'est un sédatif qui a un effet doux. Dans les maladies du foie, des reins et de la prostate, l'utilisation du médicament n'est pas recommandée.

  • Teralena. Si la nervosité du patient augmente, il doit prendre des médicaments. La posologie quotidienne du médicament est de 2 à 8 comprimés et est calculée en fonction de la gravité des symptômes. Si le patient souffre d'insuffisance rénale et hépatique ou de parkinsonisme, l'utilisation du médicament est interdite..
  • Thioridazine. Un médicament est utilisé si le patient présente une légère fatigue. Il est conseillé aux patients de prendre des médicaments oraux à 30-75 mg.
  • Sonapaxa. Si une personne reçoit un diagnostic de trouble mental léger, elle doit prendre entre 30 et 75 milligrammes de médicament. Si les troubles mentaux et émotionnels sont modérés, la dose maximale est de 200 milligrammes. N'utilisez pas de médicaments pour la dépression aiguë.

Prévention et pronostic

La subatrophie a un mauvais pronostic. Il est impossible de guérir complètement la maladie. La vie du patient peut être normalisée grâce au soutien des proches et à la nomination d'un traitement efficace.

Une conséquence grave de la pathologie est l'impossibilité de prendre en charge le patient. Le patient développe le syndrome de la démarche ivre, il se sent donc incertain de mouvement. Après un certain temps, le patient se dégrade dans la société. Il est difficile pour le patient d'effectuer des mouvements élémentaires.

Il n'y a pas de prévention spécifique de la maladie. Il est impossible d'empêcher l'apparition de la maladie, car ses causes en médecine moderne ne sont pas entièrement établies. Avec l'aide de médicaments modernes, vous pouvez arrêter la progression de la maladie.

Un mode de vie actif et une alimentation appropriée réduiront le risque de développer une pathologie. Il est également conseillé aux patients d'abandonner leurs dépendances..

Changements atrophiques dans le cerveau quel est le traitement

Changements atrophiques dans le cerveau quel est le traitement

Principales manifestations

L'atrophie cérébrale se manifeste en fonction de la partie des changements pathologiques du cerveau qui ont commencé. Peu à peu, le processus pathologique se termine par la démence.

Au début du développement, l'atrophie affecte le cortex cérébral. Cela conduit à des écarts de comportement, à des actions inappropriées et non motivées et à une diminution de l'autocritique. Le patient devient bâclé, instable émotionnellement et des états dépressifs peuvent se développer. La capacité de se souvenir et l'intelligence sont altérées, ce qui se manifeste déjà dans les premiers stades.

Les symptômes augmentent progressivement. Le patient non seulement ne peut pas travailler, mais aussi en libre-service. Il y a des difficultés importantes à manger et à utiliser les toilettes. Une personne ne peut pas accomplir ces tâches sans l'aide d'autres personnes..

Le patient cesse de se plaindre que son intellect s'est détérioré parce qu'il est incapable de l'évaluer. S'il n'y a aucune plainte à propos de ce problème, les lésions cérébrales sont passées à la dernière étape. Il y a une perte d'orientation dans l'espace, une amnésie apparaît, une personne ne peut pas dire son nom et son lieu de résidence.

Si la maladie est héréditaire, le travail du cerveau se détériore assez rapidement. Cela prend plusieurs années. Les dommages dus à des troubles vasculaires peuvent évoluer sur plusieurs décennies..

Le processus pathologique se développe comme suit:

  1. Au stade initial, les changements dans le cerveau sont faibles, de sorte que le patient mène une vie normale. Dans le même temps, l'intellect est légèrement perturbé et la personne ne peut pas résoudre des problèmes complexes. La démarche peut légèrement changer, les maux de tête et les vertiges sont dérangeants. Le patient souffre d'une tendance aux états dépressifs, à l'instabilité émotionnelle, aux larmes, à l'irritabilité. Ces manifestations sont généralement attribuées à l'âge, à la fatigue, au stress. Si vous commencez le traitement à ce stade, vous pouvez ralentir le développement de la pathologie..
  2. La deuxième étape s'accompagne d'une aggravation des symptômes. Des changements dans la psyché et le comportement sont observés, la coordination des mouvements est altérée. Le patient ne peut pas contrôler ses actions, ses actions manquent de motivation et de logique. Le développement modéré de l'atrophie réduit la capacité de travail et perturbe l'adaptation sociale.
  3. Un degré sévère de la maladie entraîne des dommages à l'ensemble du système nerveux, qui se manifestent par une altération de la motricité et de la démarche, une perte de la capacité d'écrire et de lire, pour effectuer des actions simples. La détérioration de l'état mental s'accompagne d'une augmentation de l'excitabilité ou de l'absence totale de tout désir. Le réflexe de déglutition est altéré et l'incontinence urinaire est fréquente.

Au dernier stade, la capacité de travailler est complètement perdue, la communication avec le monde extérieur. La personne développe une démence persistante et ne peut pas effectuer les actions les plus simples. Par conséquent, ses proches doivent le surveiller en permanence..

Les raisons

Il n'a pas encore été possible d'établir une image complète du développement de l'atrophie cérébrale. Mais de nombreuses études d'experts indiquent que les principales causes de la maladie résident dans les pathologies génétiques. Beaucoup moins souvent, les symptômes de transformations se développent dans le contexte de déformations secondaires du tissu nerveux, provoquées par des stimuli externes.

Les causes congénitales comprennent:

  • Hérédité.
  • Virus et infections qui infectent l'enfant alors qu'il est encore dans l'utérus.
  • Mutations chromosomiques.

L'une des maladies génétiques affectant le cortex cérébral est la maladie de Pick, qui se développe chez les adultes. Il s'agit d'une maladie rare et progressive qui affecte les lobes frontaux et temporaux. L'espérance de vie moyenne après le début de la maladie est de 5 à 6 ans. L'atrophie partielle des tissus survient dans les maladies suivantes:

  • La maladie d'Alzheimer.
  • Le syndrome de Parkinson.
  • La maladie de Huntington.

Les raisons acquises comprennent:

  • L'abus d'alcool et la toxicomanie provoquant une intoxication chronique du corps.
  • Neuroinfections chroniques et aiguës.
  • Blessure, commotion cérébrale, chirurgie cérébrale.
  • Hydrocéphalie.
  • Insuffisance rénale.
  • Ischémie.
  • L'athérosclérose.
  • Rayonnement ionisant.

Les causes acquises de l'atrophie cérébrale sont considérées comme conditionnelles. Chez les patients, ils ne sont observés que dans 1 cas sur 20. Et avec des anomalies congénitales, elles provoquent rarement des maladies..

Vidéo

Le cerveau régule le travail de tous les systèmes organiques, de sorte que tout dommage à celui-ci compromet le fonctionnement normal de tout l'organisme, principalement des processus tels que la pensée, la parole et la mémoire. L'atrophie du cerveau à un jeune âge et à l'âge adulte est une condition pathologique dans laquelle la mort neuronale et la perte de connexions entre eux progressent

Il en résulte une diminution du cerveau, un lissage du relief des hémisphères cérébraux et une diminution des fonctions, ce qui est d'une grande importance clinique.

L'atrophie du cortex cérébral affecte souvent les personnes âgées, en particulier les femmes, mais elle se produit également chez les nouveau-nés. Dans de rares cas, des malformations congénitales ou un traumatisme à la naissance en deviennent la cause, puis la maladie commence à se manifester dans la petite enfance et entraîne la mort.

Quelles que soient les causes de la maladie, les symptômes courants d'atrophie cérébrale peuvent être identifiés..

Tissu cérébral sain et atrophie

Les principaux symptômes de l'atrophie cérébrale comprennent:

  • Les troubles mentaux.
  • Troubles du comportement.
  • Diminution de la fonction cognitive.
  • Déficience de mémoire.
  • Modifications de l'activité motrice.

Stades de la maladie:

Le patient mène le mode de vie habituel et effectue le travail précédent sans difficulté, s'il ne nécessite pas un QI élevé. La plupart des symptômes non spécifiques sont observés: étourdissements, maux de tête, oubli, dépression et labilité du système nerveux. Les diagnostics à ce stade aideront à ralentir la progression de la maladie.

La fonction cognitive continue de décliner, la maîtrise de soi est affaiblie, inexplicable et des actions éruptives apparaissent dans le comportement du patient. Violations possibles de la coordination des mouvements et de la motricité fine, désorientation spatiale. La capacité à travailler et l'adaptation à l'environnement social diminuent.

À mesure que la maladie progresse, les symptômes de l'atrophie cérébrale progressent: la signification de la parole diminue, le patient a besoin de l'aide et des soins d'un étranger. En changeant la perception et l'évaluation des événements, il y a moins de plaintes.

Au dernier stade, les changements les plus graves dans le cerveau se produisent: l'atrophie conduit à la démence ou à la démence. Le patient n'est plus en mesure d'effectuer des tâches simples, de construire un discours, de lire et d'écrire et d'utiliser des articles ménagers. Les gens autour de vous remarquent des signes de maladie mentale, un changement de démarche et une violation des réflexes. Le patient perd complètement le contact avec le monde et la capacité de prendre soin de lui-même.

L'implication dans le processus pathologique du cervelet conduit à une altération significative de la parole, de la coordination des mouvements et de la démarche, et parfois à l'audition et à la vision. Des changements de caractère et de fortes déviations de la psyché indiquent un processus pathologique dans la région des lobes frontaux.

Les signes d'une lésion prédominante d'un hémisphère du cortex cérébral indiquent une nature diffuse de l'atrophie.

Les troubles de la mémoire sont l'un des symptômes de l'atrophie cérébrale.

Les conditions préalables au développement de la maladie peuvent être différentes, mais les raisons suivantes de l'atrophie cérébrale sont le plus souvent distinguées:

  • Mutations héréditaires et mutagenèse spontanée.
  • Effets radiobiologiques.
  • Maladies infectieuses du système nerveux central.
  • Dropsie du cerveau.
  • Modifications pathologiques des vaisseaux cérébraux.
  • Lésion cérébrale traumatique.

Les anomalies génétiques qui peuvent causer la maladie comprennent la maladie de Pick, qui survient dans la vieillesse. La maladie progresse sur 5 à 6 ans et se termine par la mort.

Des effets radiobiologiques peuvent être causés par une exposition aux rayonnements ionisants, bien que l'étendue de ses effets négatifs soit difficile à évaluer.

Les neuroinfections entraînent une inflammation aiguë, après quoi une hydrocéphalie se développe. Le liquide qui s'accumule dans ce cas exerce un effet compressif sur le cortex cérébral, qui est le mécanisme de l'endommagement. La dropsie du cerveau peut également être une maladie congénitale indépendante..

Les pathologies cérébrovasculaires surviennent le plus souvent à la suite de l'athérosclérose et de l'hypertension artérielle et entraînent une ischémie cérébrale. La violation de la circulation sanguine devient la cause de changements dystrophiques, puis atrophiques.

Antipsychotiques

Troubles de la coordination des mouvements, tremblements, membres «agités»... Ce sont des effets secondaires qui peuvent accompagner la première étape du traitement de la schizophrénie. Ils sont également apparus chez des volontaires adultes en bonne santé qui ont participé à une étude sur les effets secondaires du médicament Halopéridol, habituellement prescrit aux schizophrènes. Dans les 2 heures suivant l'introduction de cette substance, les volontaires ont développé des problèmes moteurs. L'IRM cérébrale a montré qu'elles sont associées à une diminution du volume de matière grise dans une région appelée le striatum, qui est responsable du contrôle des mouvements..

Mais l'effet du médicament était temporaire - quelques jours après l'expérience, le volume cérébral des volontaires est revenu à son niveau d'origine. Selon les scientifiques, ce résultat peut calmer les personnes qui craignent que les médicaments détruiront leurs cellules cérébrales..

Les neurones morts du cerveau ne sont pas restaurés, par conséquent, lorsque le médicament est détruit, un retour au volume d'origine est impossible. Par conséquent, les scientifiques pensent que la raison de la réduction de volume est une diminution temporaire du nombre de synapses (connexions fonctionnelles entre les neurones). La protéine BDNF, qui est impliquée dans les synapses et disparaît après l'utilisation d'agents antipsychotiques, en est probablement responsable..

Qu'est-ce que l'atrophie corticale

La maladie dure longtemps et peut se développer sur plusieurs années. Les symptômes deviennent progressivement plus sévères et conduisent souvent à la démence.

L'atrophie corticale est plus sensible chez les personnes de plus de 50 ans, mais les troubles peuvent également être congénitaux en raison de la présence d'une prédisposition génétique.

La maladie d'Alzheimer et la démence sénile sont des exemples de processus dans lesquels les deux hémisphères du cerveau sont affectés. Dans ce cas, une démence complète est observée avec une forme prononcée d'atrophie. Les petits foyers de destruction n'affectent souvent pas les capacités mentales d'une personne.

Raisons de développement

Les causes de l'atrophie corticale sont complexes. Les facteurs suivants influencent la formation de la démence sénile:

- modifications de l'apport sanguin aux tissus cérébraux en raison d'une diminution de la capacité vasculaire, caractéristique de l'athérosclérose;

- une mauvaise saturation en oxygène du sang, entraînant des événements ischémiques chroniques dans les tissus nerveux;

- prédisposition génétique aux phénomènes atrophiques;

- détérioration des capacités régénératrices du corps;

- diminution du stress mental.

Parfois, des phénomènes atrophiques se développent à un âge plus avancé. Les raisons de ces changements peuvent être un traumatisme accompagné d'un œdème cérébral, une exposition systématique à des substances toxiques (alcoolisme), des tumeurs ou des kystes, une chirurgie neurochirurgicale..

Les symptômes manifestés de la maladie dépendent du stade de lésion du cortex cérébral et de la prévalence du processus pathologique. Il y a plusieurs étapes dans le développement de l'atrophie cérébrale:

- stade asymptomatique, au cours duquel la neurologie existante est associée à d'autres maladies (stade 1);

- l'apparition de maux de tête et d'étourdissements périodiques (stade 2);

- violation de la capacité de réflexion et d'analyse, changements dans le discours, les habitudes et parfois l'écriture manuscrite (étape 3);

- au stade 4, il y a violation de la motricité fine des mains et de la coordination des mouvements - une personne malade peut oublier les compétences de base (utilisation d'une brosse à dents, le but de la télécommande de la télévision);

- inadéquation des comportements et incapacité à s'adapter à la vie sociale (étape finale).

Le traitement médical de la pathologie cérébrale associée à l'atrophie consiste en l'utilisation de médicaments, qui comprennent:

- des médicaments qui améliorent la circulation sanguine et le métabolisme cérébral (par exemple, «Piracetam», «Cerepro», «Cerakson», «Cerebrolysin»). La prise de drogues de ce groupe conduit à une amélioration significative des capacités de réflexion d'une personne;

- des antioxydants qui ont un effet stimulant sur les processus de régénération, qui ralentissent l'atrophie cérébrale et stimulent le métabolisme, neutralisant les radicaux libres d'oxygène;

- médicaments qui améliorent la microcirculation sanguine. Souvent, le médicament "Trental" est prescrit, ce qui a un effet vasodilatateur et augmente la lumière des capillaires.

Parfois, la maladie nécessite un traitement symptomatique. Par exemple, si le patient a des maux de tête, des anti-inflammatoires non stéroïdiens sont prescrits.

En outre, pendant le traitement, vous devez surveiller l'état neuropsychique du patient. Une activité physique modérée, des promenades systématiques au grand air sont nécessaires. Si l'état du patient peut être classé comme neurasthénique, le médecin recommande de prendre des sédatifs légers..

Remèdes populaires pour l'atrophie cérébrale

La destruction des cellules nerveuses est lourde de conséquences telles que la démence et la mort. Avec une assistance appropriée et opportune, les gens peuvent généralement vivre encore 5 à 10 ans. Mais la qualité de vie compte aussi. Cela s'aggrave non seulement chez le patient, mais également chez les membres de sa famille..

Il est très difficile de coexister avec une personne ayant une conscience altérée. Il est encore plus difficile d'écouter constamment des discours et des grognements de colère. Par conséquent, pour calmer et détendre le patient, il lui est proposé de boire des thés et des teintures à base de plantes, préparés à la maison..

Les plantes médicinales sont utilisées telles que:

  • seigle;
  • Origan;
  • starworm;
  • agripaume;
  • menthe;
  • Mélisse;
  • ortie;
  • queue de cheval.

Les ingrédients peuvent être brassés individuellement ou combinés au goût. Ce thé peut être bu dans une tasse 3 fois par jour. Il pourra détendre le patient, réduire le stress et normaliser l'humeur, mettre de l'ordre dans les émotions.

Atrophie des lobes frontaux du cerveau

Se développe dans le contexte de la maladie d'Alzheimer et de Pick. Avec la maladie de Pick, les patients commencent à penser plus mal, leurs capacités intellectuelles diminuent. Les patients deviennent secrets, mènent une vie isolée.

Lorsque vous parlez avec des patients, il est à noter que leur discours devient un mot, le vocabulaire diminue.

Lésion cérébelleuse

Avec le développement de l'atrophie de cette zone du cerveau, il y a une violation de la coordination, une diminution du tonus de l'appareil musculaire. Les patients ne peuvent pas se servir.

Remarque! Les membres d'une personne bougent de manière chaotique, perdent leur douceur de mouvement dans l'espace, des tremblements de doigts apparaissent. L'écriture, la conversation et les mouvements du patient deviennent beaucoup plus lents

Les patients se plaignent de nausées et de vomissements, de somnolence, d'une forte diminution du niveau d'audition, d'incontinence urinaire. À l'examen, un spécialiste détermine la présence de fluctuations involontaires dans les yeux, l'absence de certains réflexes physiologiques.

Atrophie de la matière grise du cerveau

Un processus similaire d'atrophie peut avoir des causes physiologiques ou pathologiques de développement. Facteur physiologique - la vieillesse et les changements qui se produisent dans le contexte du vieillissement.

Les causes pathologiques de la mort des globules blancs dans le cerveau sont des maladies qui provoquent les symptômes suivants:

  • paralysie de la moitié du corps;
  • perte ou forte diminution de la sensibilité dans une certaine partie du corps ou dans la moitié de celui-ci;
  • le patient ne reconnaît pas les objets, les personnes;
  • violation du processus de déglutition;
  • l'apparition de réflexes pathologiques.

Atrophie diffuse

Cela se produit dans le contexte des facteurs suivants:

  • prédisposition héréditaire;
  • maladies infectieuses;
  • dommages mécaniques;
  • empoisonnement, effet de substances toxiques;
  • mauvaise situation écologique.

Important! L'activité cérébrale diminue fortement, le patient n'est pas capable de penser et d'évaluer raisonnablement ses actions. La progression de l'état entraîne une diminution de l'activité des processus de pensée

Atrophie de type mixte

Il se développe plus souvent chez les femelles après 60 ans. Le résultat est le développement de la démence, qui réduit la qualité de vie du patient. Le volume du cerveau, la taille et le nombre de cellules saines diminuent considérablement au fil des ans. L'atrophie de type mixte est représentée par tous les symptômes possibles de lésions cérébrales (en fonction de l'étendue de la pathologie).

Lésions cérébrales alcooliques

Le cerveau est le plus sensible aux effets toxiques de l'éthanol et de ses dérivés. Les boissons alcoolisées perturbent les connexions entre les neurones, entraînent une diminution des cellules et des tissus sains. L'atrophie alcoolique commence par le delirium tremens et l'encéphalopathie et peut être mortelle. Le développement des pathologies suivantes est possible:

  • la sclérose vasculaire;
  • kystes dans le plexus des vaisseaux sanguins;
  • hémorragie;
  • violation de l'approvisionnement en sang.

Comment se manifeste l'atrophie cérébrale?

Le dysfonctionnement du cerveau dépend de la maladie qui a provoqué le développement de la pathologie. Les principaux syndromes et symptômes sont:

  1. Syndrome du lobe frontal:
    • violation de la capacité de contrôler ses propres actions;
    • fatigue chronique, apathie;
    • instabilité psycho-émotionnelle;
    • impolitesse, impulsivité;
    • l'émergence de l'humour primitif.
  2. Syndrome psycho-organique:
    • réduction de la taille de la mémoire;
    • diminution de la capacité mentale;
    • violations de la sphère émotionnelle;
    • manque de capacité à apprendre de nouvelles choses;
    • diminution du vocabulaire pour la communication.
  3. Démence:
    • déficience de mémoire;
    • pathologie de la pensée abstraite;
    • changement des qualités personnelles;
    • violation de la parole, divers types de perception (visuelle, tactile, auditive), coordination des mouvements

Pourquoi le cerveau s'atrophie

  1. Lésions athéroscléreuses des vaisseaux cérébraux. La mort des cellules cérébrales commence lorsque les dépôts athéroscléreux, provoquant un rétrécissement de la lumière des vaisseaux sanguins, provoquent une diminution du trophisme des neurones, puis, au fur et à mesure que la maladie progresse, et leur mort. Le processus est diffusé. L'atrophie cérébrale causée par des lésions vasculaires athéroscléreuses est l'un des cas particuliers d'atrophie ischémique.
  2. Effets d'intoxication chronique. La mort des cellules nerveuses dans le cerveau sous cette forme de maladie est causée par l'effet destructeur des substances toxiques sur elles. L'alcool, les drogues, certains produits pharmaceutiques, la nicotine peuvent avoir une influence similaire. Les exemples les plus clairs de ce groupe de maladies peuvent être considérés comme une encéphalopathie alcoolique et narcotique, lorsque des changements atrophiques dans le cerveau sont représentés par un lissage du relief des circonvolutions et une diminution de l'épaisseur du cortex cérébral, ainsi que des formations sous-corticales.
  3. Phénomènes résiduels de traumatisme cranio-cérébral. L'hypotrophie et l'atrophie du cerveau en tant que conséquence à long terme d'un traumatisme crânien sont généralement de nature locale. La mort des cellules nerveuses se produit dans la zone endommagée du cerveau; à leur place, des formations kystiques, des foyers de gliose ou des cicatrices se forment par la suite. Une telle atrophie est appelée post-traumatique.
  4. Insuffisance cérébrovasculaire chronique. Les causes les plus courantes de cette condition sont le processus athéroscléreux, qui réduit la perméabilité des vaisseaux cérébraux; hypertension artérielle et diminution liée à l'âge de l'élasticité des vaisseaux du lit capillaire cérébral.
  5. Maladies dégénératives du tissu nerveux. Ceux-ci incluent la maladie de Parkinson, la maladie d'Alzheimer, la maladie de Pick, la dégénérescence cérébrale à corps de Lewy et d'autres. À ce jour, il n'y a pas de réponse définitive sur les raisons du développement de ce groupe de maladies. Ces maladies ont une caractéristique commune sous la forme d'une atrophie se développant progressivement de diverses parties du cerveau, sont diagnostiquées chez des patients âgés et représentent au total environ 70 pour cent des cas de démence sénile..
  6. Hypertension intracrânienne. La compression de la moelle avec une augmentation à long terme de la pression intracrânienne peut entraîner des modifications atrophiques de la substance cérébrale. Un exemple illustratif est les cas d'hypotrophie cérébrale secondaire et d'atrophie chez les enfants atteints d'hydrocéphalie congénitale..
  7. Prédisposition génétique. Aujourd'hui, les cliniciens connaissent plusieurs dizaines de maladies génétiquement déterminées, dont l'une des caractéristiques est des modifications atrophiques de la substance cérébrale. Un exemple est la chorée de Huntington.

Causes et degrés d'atrophie

La mort des cellules cérébrales se développe à la suite de:

  • prédisposition génétique. Des modifications atrophiques de la moelle épinière se produisent dans de nombreuses pathologies héréditaires, telles que la chorée de Huntington;
  • intoxication chronique. Dans ce cas, les circonvolutions sont lissées, l'épaisseur du cortex et de la boule sous-corticale diminue. La mort des neurones survient à la suite d'une utilisation prolongée de drogues, de médicaments, de tabagisme et d'autres choses;
  • lésion cérébrale traumatique. Dans ce cas, l'atrophie sera localisée. Les zones touchées sont remplies de cavités en forme de kyste, de cicatrices, de cavités gliales;
  • troubles circulatoires chroniques dans le cerveau. Dans ce cas, la mort des tissus se produit en raison du manque d'oxygène et des substances nécessaires dans les cellules. Même une violation à court terme du flux sanguin peut avoir des conséquences irréversibles;
  • maladies neurodégénératives. La démence chez les personnes âgées pour cette raison survient dans 70% des cas. Le processus pathologique se développe dans les maladies de Parkinson, Pick, Levy. La démence et la maladie d'Alzheimer sont particulièrement fréquentes;
  • augmentation de la pression intracrânienne, si pendant une longue période la moelle est comprimée par le liquide céphalo-rachidien. La dégradation du cerveau survient chez les nouveau-nés diagnostiqués avec une hydropisie cérébrale.

Il existe de nombreux facteurs provoquant le développement du processus pathologique.

Il existe de tels types de processus pathologiques dans le cerveau:

  1. Atrophie du cortex cérébral. Cette condition est caractérisée par le processus de mort des cellules qui composent le cortex cérébral. Il s'agit d'une atrophie corticale du cerveau. C'est assez courant. C'est ce qu'on appelle l'atrophie cérébrale de grade 1. Ce processus pathologique est également appelé atrophie des lobes frontaux du cerveau, car il affecte précisément ces zones. Le problème se pose principalement sous l'influence de maladies vasculaires et de substances toxiques.
  2. Atrophie cérébrale multisystémique. Ce problème est précédé d'une maladie génétique ou neurodégénérative. Dans ce cas, plusieurs zones importantes du cerveau sont affectées à la fois, ce qui s'accompagne d'une altération de la coordination des mouvements, de l'équilibre et du développement de symptômes de la maladie de Parkinson. Une démence sévère survient avec elle.
  3. Atrophie locale. Dans ce cas, des zones séparées avec des tissus détruits se forment dans le cerveau. L'atrophie cérébrale du cerveau se développe à la suite d'un accident vasculaire cérébral, d'un traumatisme, de maladies infectieuses et de dommages parasitaires.
  4. Atrophie cérébrale diffuse. Cette condition est caractérisée par une propagation uniforme du processus pathologique dans tout l'organe..
  5. Des changements subatrophes dans le cerveau sous l'influence de certains facteurs peuvent se produire dans le cervelet, la région occipitale et d'autres parties individuelles de l'organe. La subatrophie cérébrale aux stades précoces peut être arrêtée avec un traitement. La mort des neurones est un processus irréversible, mais une thérapie appropriée prolongera la vie de plusieurs décennies.

Les plus courants sont:

  1. Atrophie corticale. Cette pathologie se caractérise par le développement de la mort tissulaire avec l'âge. Les changements physiologiques dans le corps humain se reflètent dans la structure du tissu nerveux. Mais d'autres troubles du fonctionnement du corps peuvent également poser problème. Habituellement, les lobes frontaux du cerveau sont touchés, mais la pathologie peut se propager à d'autres parties de l'organe..
  2. Atrophie cérébelleuse. Dans ce cas, les processus dégénératifs affectent le petit cerveau. Cela se produit avec les maladies infectieuses, les néoplasmes, les troubles métaboliques. La pathologie entraîne des troubles de la parole et une paralysie.
  3. La sousatrophie cérébelleuse est une pathologie congénitale. Dans ce cas, le ver cérébelleux souffre le plus, ce qui entraîne une violation des connexions physiologiques et neurologiques. Il est difficile pour le patient de maintenir l'équilibre en marchant et dans un état calme, le contrôle des muscles du tronc et du cou est affaibli, ce qui perturbe le mouvement, des tremblements sont inquiets et d'autres symptômes désagréables apparaissent.
  4. Atrophie multisystémique. Ce type de changements atrophiques affecte le cortex, le cervelet, les ganglions, le tronc, la substance blanche, les systèmes pyramidaux et expiramidaux. Cette condition est caractérisée par le développement de troubles autonomes, de démence, de maladie de Parkinson.