Principal > Sclérose

Manifestations et traitement de la microangiopathie cérébrale

La microangiopathie est une pathologie caractérisée par des lésions des petites artères qui alimentent le cerveau, ce qui provoque une perturbation de l'apport sanguin aux zones du tissu cérébral et divers dysfonctionnements de tout le corps. La maladie est associée à une modification de la structure de la paroi vasculaire et à un trouble de la régulation nerveuse du tonus des muscles lisses vasculaires.

Dans le contexte de l'angiopathie des vaisseaux qui circulent dans le cerveau, une encéphalopathie discirculatoire et une gliose se développent - le processus de mort neuronale suivi du remplacement du tissu nerveux par des éléments gliaux. La microangiopathie avec des foyers de gliose dans le cerveau peut entraîner une paralysie, une perte d'élocution, une démence et une altération de l'activité intellectuelle et mentale..

Définition de la pathologie

La microangiopathie est une maladie qui survient en raison de dommages permanents et irréversibles aux petits vaisseaux situés dans le cerveau, ce qui indique souvent une relation directe avec la présence d'une hypertension artérielle. Selon les statistiques, plus de 60% des patients de plus de 55 ans, et plus de 80% des patients de plus de 85 ans, souffrent d'hypertension artérielle et des conséquences de cette pathologie..

Tout d'abord, les valeurs de pression artérielle régulièrement élevées affectent négativement les vaisseaux de petit diamètre. En conséquence, la moelle blanche est endommagée, l'espace périvasculaire se dilate, des infarctus lacunaires se développent - un trouble circulatoire aigu dans une zone limitée alimentée par une petite artère pénétrante.

La microangiopathie provoque des changements dégénératifs dans les tissus cérébraux, conduit au développement d'une démence vasculaire, à une détérioration des fonctions cognitives et à un accident vasculaire cérébral. Il existe une relation étroite prouvée entre l'angiopathie et les comorbidités - diabète sucré et troubles métaboliques survenant dans le contexte de dommages cumulatifs au système vasculaire cérébral.

L'hypertension artérielle est en corrélation avec des pathologies telles que l'obésité, l'hyperuricémie (augmentation de la concentration d'acide urique dans le plasma sanguin), la résistance à l'insuline, l'intolérance au glucose et une altération du métabolisme des lipides. Hyalinose (un type de dystrophie protéique avec formation de phoques dans les parois des vaisseaux sanguins), qui se produit dans le contexte de l'athérosclérose, du diabète sucré, de l'hypertension artérielle, altère la structure de la paroi vasculaire.

Le tissu des parois devient dense, perd son élasticité et sa flexibilité, la lumière se rétrécit considérablement. Le dysfonctionnement endothélial joue un rôle important dans la pathogenèse des troubles dyscirculatoires et des accidents vasculaires cérébraux. L'endothélium contrôle le tonus vasculaire, affectant le fonctionnement du système d'approvisionnement en sang. Les cellules endothéliales, qui constituent le tissu des parois des vaisseaux sanguins et des capillaires, sont normalement capables de produire des substances anti-athéroscléreuses, y compris l'oxyde nitrique.

L'effet angioprotecteur de l'oxyde nitrique consiste en une vasodilatation (relaxation des muscles lisses de la paroi vasculaire), une inhibition de l'adhésion (adhésion, adhésion) des leucocytes, une suppression de l'adhésion et de l'agrégation (fixation) des plaquettes, la prolifération des cellules du tissu musculaire des parois. Le syndrome de microangiopathie est une pathologie du cerveau qui affecte les propriétés rhéologiques du sang et de l'hémostase, qui se traduit par une augmentation de l'activité d'agrégation des plaquettes.

Le processus pathologique provoque le développement de la thrombose, de l'athérogenèse et des processus inflammatoires. Les plaquettes jouent un rôle clé dans les événements cliniques de l'athérothrombose. La maladie athéroscléreuse sous forme chronique peut ne pas se manifester avec des symptômes sévères, mais en cas de complication par thrombose, elle entraîne des accidents ischémiques transitoires, un accident vasculaire cérébral, un infarctus aigu du myocarde, une angine de poitrine.

Types de microangiopathie

La microangiopathie périphérique peut affecter les petites artères, veines et capillaires situés dans le cerveau. Si de gros vaisseaux sont touchés, il s'agit d'une forme de maladie telle que la macroangiopathie. En fonction des causes, de la nature des changements et des caractéristiques de l'évolution de la maladie, les types sont distingués: microangiopathie cérébrale, hypertensive, lenticulostriatale, diabétique.

Cérébral

La microangiopathie cérébrale du tissu cérébral est une forme de la maladie caractérisée par un dysfonctionnement endothélial, qui affecte négativement la structure et le tonus de la paroi vasculaire. L'angiopathie cérébrale s'accompagne d'une diminution de la biodisponibilité de l'oxyde nitrique, ce qui entraîne une diminution des fonctions de protection et des dommages aux petits vaisseaux et capillaires du cerveau. La situation s'aggrave dans le contexte du stress oxydatif (l'action des radicaux libres) - l'accumulation d'oxygène libre, qui inactive l'oxyde nitrique.

Hypertensive

La pathologie est due à une hypertension artérielle. Lors d'un examen ophtalmologique, des foyers de micro-saignement, un lit alambiqué d'artères et de veines en forme de tire-bouchon sont révélés (symptôme Gvist).

Lenticulostriatale

Cette forme de pathologie est diagnostiquée chez un nouveau-né sur 6 lors d'un examen de routine par neurosonographie. Il est considéré comme une variante de la norme. L'enfant est sous la surveillance d'un neurologue. Souvent, après un traitement avec des médicaments stimulant le trophisme du tissu cérébral et le métabolisme cellulaire, on observe une régression des changements destructeurs et une restauration de l'apport sanguin normal..

Diabétique

Des modifications destructrices de la paroi vasculaire avec une altération ultérieure du flux sanguin se produisent dans le contexte de la progression du diabète sucré. Caractérisé par un épaississement des membranes basales, une prolifération du tissu conjonctif, suivie d'un rétrécissement de la lumière.

Symptômes

La détection précoce des symptômes de la microangiopathie cérébrale et un traitement correct ultérieur peuvent empêcher le développement ou ralentir la progression de la démence. Souvent, la pathologie est asymptomatique, en particulier aux premiers stades du cours. Tout d'abord, le médecin prête attention à la détérioration de l'activité mentale et aux symptômes cérébraux non spécifiques..

Un marqueur clinique précoce est l'anxiété et les troubles dépressifs. Dans le même temps, les patients ne se plaignent pratiquement pas de tristesse, d'un sentiment de mélancolie, d'une humeur triste. Ils sont plus préoccupés par les symptômes somatiques - asthénie (faiblesse musculaire, impuissance), perte d'appétit, fatigue accrue, troubles du sommeil. Les signes de microangiopathie sont complétés par des troubles psycho-émotionnels.

Souvent, l'irritabilité et la grognon sont attribuées à des changements de personnalité liés à l'âge. Dans les premiers stades, de légères perturbations de l'activité motrice peuvent être observées - ralentissement du pas, changement de démarche, instabilité de la position du corps, souvent associée à des étourdissements. La progression de la pathologie conduit à une augmentation des déficits cognitifs. Manifestations de microangiopathie sévère et progressive du tissu cérébral:

  • Détérioration des capacités cognitives - mémoire, activité de réflexion, attention.
  • Démence.
  • Troubles mentaux caractérisés par un état émotionnel altéré.
  • Dysfonctionnement moteur (insuffisance pyramidale - spasticité, parésie, paralysie).
  • Troubles extrapyramidaux (hypokinésie - restriction de l'activité physique avec diminution du rythme et de l'amplitude des mouvements, parkinsonisme).
  • Troubles cérébelleux (troubles de la coordination motrice, stabilité, équilibre, motricité fine).
  • Dysfonctionnements du système autonome (nausées, transpiration accrue, tachycardie, troubles du rythme cardiaque, modifications de la pression artérielle).

La progression de la maladie provoque un dysfonctionnement du sphincter - des épisodes d'incontinence urinaire à l'incontinence urinaire complète et aux épisodes d'incontinence fécale. Des troubles pseudobulbaires apparaissent - dysphagie (difficulté à avaler), dysarthrie (prononciation floue des mots).

Causes d'occurrence

Les causes de la maladie sont souvent associées à des processus destructeurs liés à l'âge dans les tissus de la paroi vasculaire. Facteurs affectant le développement de la pathologie:

  1. Athérosclérose vasculaire.
  2. Hypertension artérielle.
  3. Diabète.
  4. Dysfonctionnements du système cardiovasculaire.
  5. Blessures à la tête.
  6. Maladies du sang avec troubles de la coagulation.
  7. Prédisposition génétique.
  8. Plus de 50 ans.

La nécrose fibrinoïde, accompagnée d'une atrophie des cellules du tissu conjonctif lâche, est l'une des causes de la pathologie vasculaire. Le tissu conjonctif perd sa structure normale avec un relief fibrillaire caractéristique. Il devient homogénéisé, homogène. Le processus pathologique se produit en raison de dépôts de fibrinogène (protéine du plasma sanguin), qui se transforme en fibrine.

Diagnostique

Le diagnostic de microangiopathie vasculaire du cerveau est posé sur la base de l'anamnèse. Le médecin détermine les facteurs de risque associés à la pathologie - surpoids, index glycémique anormal, hypertension artérielle à long terme, maladies du système cardiovasculaire. Un test sanguin biochimique montre le niveau de glucose et de lipides, caractéristiques de la fonction rénale. Pour confirmer le diagnostic, un examen instrumental est effectué avec visualisation des éléments du système de circulation sanguine.

Une IRM montre des changements destructeurs dans les tissus de la paroi vasculaire des petites artères. Les violations se manifestent par une leucoencéphalopathie (lésion diffuse de la moelle blanche), un infarctus lacunaire, la présence de foyers de micro-saignements, des modifications des tissus atrophiques. Méthodes instrumentales supplémentaires: dopplerographie, électrocardiogramme, électroencéphalogramme.

Traitement de la maladie

Le traitement de la microangiopathie cérébrale comprend des mesures visant à ralentir la progression de la maladie, à restaurer la circulation sanguine et les fonctions cérébrales et à prévenir le développement d'affections aiguës. Programme de thérapie:

  1. Normalisation des indicateurs de pression artérielle.
  2. Régulation du métabolisme des lipides et des glucides en cas de violation.
  3. Correction de l'excès de poids.
  4. Lutter contre la sédentarité et les mauvaises habitudes (tabagisme, abus d'alcool).
  5. Une alimentation pauvre en graisses animales et en sel.

Des médicaments hypertensifs sont présentés - principalement des antagonistes des récepteurs de l'angiotensine et des inhibiteurs (substances qui suppriment, inhibent le processus) de l'enzyme de conversion de l'angiotensine, qui ont des effets anti-inflammatoires et antioxydants, augmentent la réactivité des petits vaisseaux sanguins dans le cerveau.

La metformine est généralement utilisée pour réguler l'hyperglycémie et les médicaments du groupe des statines sont utilisés pour abaisser le taux de cholestérol. Pour la prévention de la thrombose, un traitement antiplaquettaire est effectué, le plus souvent avec le dipyridamole seul et en association avec l'acide acétylsalicylique. Simultanément à la prise de produits pharmaceutiques, des procédures de physiothérapie, des exercices thérapeutiques, des massages sont prescrits.

La prévention

Pour la prévention de la pathologie, les médecins conseillent de mener une vie active et mobile, de faire du sport, de manger des aliments sains riches en fibres végétales, en acides gras polyinsaturés, en vitamines et en antioxydants.

La microangiopathie est une perturbation diffuse de l'apport sanguin aux zones du cerveau causée par des modifications pathologiques des parois vasculaires des petites artères et des artérioles. La progression de la pathologie conduit à la démence, aux accidents vasculaires cérébraux, à la paralysie. Un traitement opportun et correct ralentira le développement de la maladie.

Microangiopathie cérébrale Symptômes, causes, traitement

microangiopathie cérébrale Il s'agit d'un trouble héréditaire qui provoque de multiples infarctus cérébraux car il affecte la circulation sanguine. Il est également appelé CADASIL pour l'abréviation anglaise «Cerebral Autosomal Dominant Arteriopathy with Subcortical Infarction,

En particulier, il endommage les petits vaisseaux sanguins (on peut donc l'appeler une maladie microvasculaire) du cerveau, de sorte que les cellules musculaires entourant ces vaisseaux changent et meurent progressivement..

Cela entraînera une diminution du flux sanguin, conduisant à divers problèmes tels que des migraines sévères, l'épilepsie, la paralysie d'une partie du corps, des troubles de l'humeur, une perte de mémoire et même la démence...

Définition et autres noms

Cette maladie a été décrite pour la première fois par Sourander & Wålinder en 1977; suite à trois générations d'une famille suédoise dans laquelle plusieurs de ses membres ont souffert de multiples accidents vasculaires cérébraux qui se sont soldés par une démence. Cependant, les initiales CADASIL n'ont été fixées qu'à partir de 90.

Actuellement considérée comme la forme la plus courante d'angiopathie cérébrale héréditaire.

Il est également désigné dans les termes suivants:

  • CADASIL ou artériopathie cérébrale autosomique dominante avec infarctus sous-cortical.
  • Artériopathie cérébrale avec infarctus sous-cortical et leucoencéphalopathie.
  • Leucoencéphalopathie vasculaire familiale.
  • Démence héréditaire de type multi-infarctus

origine

Apparemment, la microangiopathie cérébrale résulte de mutations dans le gène NOTCH3 du chromosome 19q12. Ce gène est chargé d'envoyer les instructions nécessaires à la production d'une protéine qui est ajoutée au récepteur NOTCH3.

Ce récepteur se trouve généralement à la surface des cellules musculaires lisses dans les vaisseaux sanguins et est nécessaire au bon fonctionnement de ces cellules...

Cette maladie survient en raison de la production d'une protéine anormale qui se lie aux récepteurs NOTCH3, modifiant la fonction et la survie des cellules musculaires lisses. Autrement dit, ces cellules peuvent éventuellement se détruire par un processus appelé apoptose..

De plus, l'augmentation d'épaisseur et la fibrose des parois des artères se produisent progressivement, ce qui contribue à la survenue d'infarctus cérébraux...

Ce trouble est généralement héréditaire, avec un modèle autosomique dominant. Cela signifie qu'une copie du gène mutant de l'un des parents peut provoquer la maladie..

Cependant, il existe de très rares cas dans lesquels de nouvelles mutations surviennent dans ce gène sans antécédent familial de microangiopathie...

symptômes

Les principaux symptômes de cette maladie sont: la migraine, les lésions cérébrovasculaires répétées, les troubles mentaux et la démence. Cependant, tous n'ont pas besoin d'être présents pour un diagnostic; Il est important de noter que la gravité et le mode d'apparition des symptômes peuvent varier considérablement..

L'âge auquel les premiers symptômes de cette maladie apparaissent varie généralement, bien que généralement les premiers signes puissent apparaître après 20 ans. Dans tous les cas, les symptômes les plus visibles et les plus graves apparaissent après plusieurs années..

La microangiopathie cérébrale commence généralement tôt à l'âge adulte en raison de maux de tête sévères appelés migraines..

Ces migraines sont parfois associées à des problèmes neurologiques focaux et sont souvent des migraines avec une aura, ce qui signifie que certains signes sensoriels, visuels ou langagiers apparaissent avant l'apparition de la douleur...

Ces douleurs peuvent provoquer une récidive d'épisodes ischémiques cérébro-vasculaires, qui est la caractéristique la plus distinctive de cette maladie...

Il est probable que ceux qui ont été touchés tout au long de leur vie souffrent d'un accident vasculaire cérébral ou plus et peuvent survenir à tout moment de l'enfance à la fin de l'âge adulte. Cependant, cela se produit généralement au milieu de l'âge adulte..

Selon une étude sur le genre Gunda et al. (2012), la migraine avec aura est principalement présente chez les femmes autour de 50 ans ou moins, tandis que les accidents vasculaires cérébraux sont plus fréquents chez les hommes du même âge. De plus, il semble qu'à cet âge, les hommes souffrent d'un déclin cognitif plus important que les femmes...

En raison de ces dommages au cerveau, il y a un déclin cognitif lent et progressif qui est identifié à la démence. On trouve généralement un profil caractérisé par un dysfonctionnement des régions frontales et une récupération altérée de la mémoire stockée dans le cerveau. mémoire tant que la langue reste inchangée.

Si des accidents vasculaires cérébraux surviennent dans la partie sous-corticale du cerveau (la partie la plus profonde), une perte progressive des fonctions cognitives peut survenir, affectant la mémoire, l'état émotionnel et la régulation, ainsi que le mouvement..

La microangiopathie cérébrale peut également être associée à l'hypertension et à l'angiopathie amyloïde cérébrale. D'autre part, la leucoencéphalopathie se développe souvent..

Ensuite, nous énumérons un certain nombre de symptômes connexes:

  • Accidents ischémiques transitoires (AIT)
  • Hémorragie intracérébrale
  • convulsions.
  • Paralysie pseudobulbaire.
  • Apraxia Marsha, notant que plus de la moitié des personnes de plus de 60 ans ne pouvaient pas marcher sans assistance.
  • Troubles du mouvement ou maladie de Parkinson.
  • Retard psychomoteur.
  • Troubles de l'humeur, qui vont de 10 à 20% du nombre de victimes: apathie, dépression.
  • psychose.
  • vertiges.
  • Incontinence urinaire.
  • Faiblesse à des degrés divers.
  • Déficits sensoriels (dépend également du patient).

prévalence

La microangiopathie cérébrale est une maladie très rare, mais la prévalence exacte est inconnue, ainsi que sa mortalité.

En Europe, la prévalence estimée de la maladie varie de 1 sur 50 000 à 1 sur 25 000. Dans tous les cas, il faut en savoir plus sur la prévalence telle qu'elle est apparue dans le monde et dans tous les groupes ethniques...

L'âge au début de l'AVC semble être de 45 ou 50 ans, tandis que les décès sont plus susceptibles de survenir dès 61 ans (en supposant qu'il faut plus de 23 ans pour que les symptômes apparaissent).

Cette maladie semble toucher à la fois les hommes et les femmes, bien que le sexe semble être important en termes de gravité de la maladie, raison pour laquelle les hommes meurent généralement avant les femmes...

les raisons

L'étude de Schmieder (2011) suggère des facteurs prédisposants:

Cependant, selon Okroglic et al. (2013), les facteurs de risque de cette affection restent flous, alors que le nombre de diagnostics augmente. Pour cette raison, ils ont mené une étude axée sur l'identification des facteurs qui augmentent les lésions cérébrales et ont constaté qu'ils influençaient:

- Souffrir d'hypertension artérielle, dont il a été démontré qu'elle modulait à la fois l'apparition et la progression.

- Macroangiopathie cérébrale actuelle.

Dans tous les cas, il est souligné que ces facteurs ne sont pas une condition obligatoire pour une épidémie de microangiopathie cérébrale...

Comment pouvez-vous détecter?

Selon le Groupe des neurosciences d'Antioquia (Colombie), si une paralysie survient dans une zone du corps, ou une démence ou une thrombose, ou s'il existe plusieurs antécédents familiaux qui ont ou ont eu l'un des symptômes, vous devriez consulter votre médecin. En particulier, un spécialiste en neurologie.

Si des antécédents familiaux de la maladie existent mais que les symptômes n'apparaissent pas; Il peut être pratique d'effectuer une résonance magnétique nucléaire pour observer s'il y a des effets dans la substance blanche..

Cependant, le diagnostic final est génétique. Étant donné que plus de 90% des personnes atteintes de cette maladie ont des mutations dans le gène NOTCH3, les tests génétiques peuvent être utiles et peuvent être effectués avec un petit échantillon de sang. Ces tests sont très fiables car ils ont une sensibilité proche de 100%..

Ce type de test est également recommandé lorsque certains symptômes sont observés qui soulèvent la suspicion de l'existence d'une microangiopathie cérébrale, mais il n'y a pas de certitude absolue.

De plus, Pescini et al. Développer un outil de détection. (2012); échelle CADASIL, qui est conçue pour sélectionner les patients avec une forte probabilité de la maladie, qu'il est nécessaire de faire des tests génétiques.

Comme nous l'avons dit, il est également important d'avoir une imagerie par résonance magnétique (IRM). Les patients de plus de 21 ans présentent généralement une hyperintensité de la substance blanche (ce qui dans ce cas signifie des modifications cérébrales) dans les régions temporales. Cela distinguera la présence de microangiopathie cérébrale de l'ischémie microvasculaire chronique causée par l'hypertension..

Il est évident que plus le volume de la lésion observée sur les images de résonance est important, plus le degré d'incapacité que la maladie provoquera chez une personne sera grand..

D'autre part, une biopsie cutanée peut être utilisée pour le diagnostic. L'immunocoloration des échantillons de peau prélevés sur ces patients peut être un test fiable pour la détection de la protéine NOTCH3, qui est étroitement liée à la maladie.

Cette technique peut également montrer des modifications ultrastructurales des vaisseaux sanguins cutanés, similaires à celles trouvées dans les artères cérébrales..

prévoir

La microangiopathie cérébrale progresse progressivement tout au long de la vie, et le niveau d'implication qu'elle provoque peut être très hétérogène même au sein d'une même famille.

L'âge moyen au début des symptômes est de 46 ans. Cependant, il existe des cas très isolés qui ont commencé à apparaître à l'âge de 8 ans.

En général, le pronostic est mauvais et les personnes les plus touchées développent une démence et se retrouvent au lit et ont besoin de soins constants..

En fait, environ 80% des personnes touchées sont complètement dépendantes avant la mort. L'espérance de vie de ces patients n'est généralement pas très longue, l'âge moyen du décès est de 68 ans...

traitement

Il n'y a toujours pas de remède définitif contre la microangiopathie cérébrale, mais vous pouvez appliquer des thérapies pour combattre les symptômes et les forcer à changer certaines habitudes pour améliorer la qualité de vie d'une personne tout en empêchant la progression de la maladie...

Comme le souligne le groupe Neurosciences d'Antioquia, il est important que ces patients soient correctement diagnostiqués car il existe certains traitements inefficaces tels que les triptans ou les médicaments pour les migraines, l'angiographie cérébrale ou les traitements anticoagulants...

En bref, l'utilisation de médicaments chez ce type de patient n'est pas recommandée car ils peuvent augmenter le risque d'hémorragie intracérébrale ou peuvent même n'apporter aucun bénéfice...

Cependant, il existe des cas documentés des avantages de l'acétazolamide (ACZ) pour améliorer la microangiopathie cérébrale native des migraines, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Une approche interdisciplinaire est idéale, combinant:

  • Observation neurologique.
  • Thérapie physique.
  • Ergothérapie.
  • Évaluation périodique et rééducation neuropsychologique pour compenser, restaurer ou améliorer les troubles cognitifs..
  • Soins de santé mentale pour les patients atteints de ce type de trouble.
  • Changer les habitudes et les coutumes, comme arrêter de fumer, perdre du poids ou éliminer l'excès de graisses malsaines de l'alimentation.
  • En tant que prévention primaire, les patients et leurs familles devraient recevoir toutes les informations nécessaires pour comprendre la maladie, ses causes et la probabilité existante de transmission ou de développement...

Microangiopathie cérébrale - qu'est-ce que?

La microangiopathie du cerveau est un processus pathologique dans les parois des capillaires, à la suite duquel il y a une violation de leur perméabilité, conduisant à une détérioration ou à l'arrêt complet de l'apport sanguin des neurones dans le cerveau.

Cela peut conduire au fait que les neurones sains seront remplacés par des foyers de gliose. La maladie peut affecter les petits vaisseaux, provoquant ainsi des complications, y compris la mort.

La microangiopathie cérébrale du cerveau, qui s'accompagne de lésions des petits vaisseaux sanguins et de leurs branches dans le cerveau, est divisée en 2 types:

  • L'un d'eux est caractérisé par un épaississement des parois des artères de nature hyaline..
  • L'autre se caractérise par un épaississement des parois capillaires.

Les perturbations du travail du cerveau peuvent provoquer l'apparition de:

  • Infarctus lacunaire. Une condition qui apparaît dans le contexte de l'occlusion de l'une des branches pénétrantes des vaisseaux cérébraux;
  • Maladies non inflammatoires du cerveau, caractérisées par des lésions cérébrales diffuses.

Causes d'occurrence

La microangiopathie cérébrale ne peut pas survenir spontanément. Cette maladie est toujours provoquée par certaines raisons..

Les troubles fonctionnels des parois des vaisseaux sanguins se produisent généralement pour l'une des quatre raisons suivantes:

  • Thrombose. Obstruction de la lumière avec un thrombus. Les récipients de microcirculation sont plutôt petits. Dans certains d'entre eux, les cellules sanguines ne vont que sur 1 rangée, changeant de forme. Tous les symptômes à l'intérieur du corps qui conduisent à la formation de thrombus, à l'adhésion des globules rouges, entraînent le blocage de ces petites artérioles et capillaires.
  • Nécrose. La mort des cellules vasculaires lors d'une violation de l'approvisionnement en sang ou de l'influence de toxines.
  • Hyalinose - dépôt de protéines sur les parois vasculaires - hyaline. Il apparaît à la suite d'un dysfonctionnement du métabolisme du tissu conjonctif. Au fil du temps, les parois internes des vaisseaux sanguins sont détruites et dissociées, qui commencent à être imprégnées de fibrine et d'autres composants du plasma sanguin. Des changements similaires sont caractéristiques de l'hypertension, de l'athérosclérose, du diabète sucré, des pathologies auto-immunes..
  • Fibrose. La structure est remplacée par du tissu fibreux. Se produit pendant l'inflammation.

Panneaux

Au stade préliminaire, il n'y a pas de formation d'angiopathie et aucune manifestation, à cet égard, il reste difficile à remarquer à l'œil nu. Les petits sites uniques avec des vaisseaux modifiés sont alimentés en sang par des vaisseaux collatéraux (à proximité). À cet égard, il n'y a pas de symptômes évidents de microangiopathie cérébrale au début..

De plus, lorsqu'une certaine partie de la microvascularisation est affectée, l'apport sanguin collatéral est incapable de remplacer les vaisseaux qui ont quitté la circulation sanguine, un grand nombre de neurones meurent, les signes suivants de microangiopathie cérébrale apparaissent:

  • Sensations douloureuses. Ils sont caractérisés par une intensité élevée, douloureuse. Il est assez mal possible de réduire à l'aide de médicaments.
  • Échecs de l'appareil vestibulaire. Des étourdissements, des yeux troubles, une désorientation dans l'espace apparaissent. Incoordination potentielle.
  • Syndrome asthéno-névrotique. Une caractéristique des patients est une diminution du fond émotionnel. Une irritabilité et une nervosité accrues sont caractéristiques. Souvent, l'apparition de conditions dépressives. Trouble du sommeil.
  • L'insomnie survient la nuit et la somnolence peut survenir pendant la journée. Il y a une sensation de léthargie incessante.
  • Les foyers de microangiopathie cérébrale apparaissent avec des symptômes différents en fonction de l'emplacement. Violations possibles de la douleur et de la sensibilité à la température.
  • Encéphalopathie. Exprimé à des degrés divers.

La progression ultérieure de la maladie conduit à:

  • À la distraction d'une personne;
  • L'apparition de trous de mémoire;
  • La démarche devient instable;
  • Les élèves commencent à différer en taille;
  • La vision s'affaiblit;
  • Saignements de nez persistants;
  • Saignement à l'intérieur de l'estomac;
  • Pieds qui pèlent;
  • Des caillots sanguins apparaissent dans l'urine.

Facteurs prédisposants

Les facteurs provoquant la microangiopathie cérébrale sont:

  • Anomalies dues à une prédisposition génétique associée à la structure des parois des vaisseaux sanguins;
  • Fumer, boire des boissons alcoolisées;
  • Pathologie avec coagulation sanguine;
  • Blessures antérieures;
  • Infections virales qui affectent les vaisseaux sanguins;
  • Les maladies du système endocrinien, y compris le diabète sucré;
  • Hypertension et autres maladies cardiovasculaires;
  • L'effet des toxines sur le corps;
  • Âge avancé.

Formes de la maladie

La microangiopathie cérébrale présente des échecs caractéristiques dans le fonctionnement des plus petits vaisseaux. Ce sera invisible au début, car il est assez difficile pour les médecins d'identifier la maladie au stade préliminaire..

En fonction d'un certain nombre de symptômes, la microangiopathie du cerveau est divisée en quatre types:

  • L'angiopathie amyloïde cérébrale est fréquente chez les personnes âgées. La maladie est particulièrement dangereuse pour les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer. Au cours d'une telle maladie, l'amyloïde (une substance spéciale à haute densité, qui se compose de protéines et de polysaccharides) s'accumule sur les parois veineuses. La maladie est difficile à diagnostiquer et pratiquement impossible à guérir.
  • La microangiopathie lenticulostriatale survient dans l'enfance et n'est pas considérée comme une maladie, mais comme une caractéristique de la circulation sanguine. Nécessite une surveillance constante pour des performances dynamiques. Lorsqu'il n'y a pas de troubles du développement et de la formation, un traitement spécial n'est pas nécessaire..
  • L'angiopathie diabétique se forme à la suite de perturbations de l'apport sanguin au cerveau causées par le diabète.
  • La microangiopathie hypertensive se forme à la suite de défaillances du fonctionnement du système circulatoire causées par l'hypertension. Il est nécessaire de surveiller les indicateurs de pression artérielle et d'éviter l'apparition de sauts brusques.

Image clinique

L'état du patient présente des syndromes principaux caractéristiques:

  • Les patients se plaignent souvent de maux de tête sévères difficiles à éliminer avec des médicaments et accompagnés de symptômes vestibulaires.
  • Le syndrome asthénique-névrosé est prononcé: une personne est déprimée, très irritée, sujette à un état dépressif et en même temps se fatigue rapidement, dort mal, se sent tout le temps dépassée, fatiguée.
  • Diminution significative de la capacité de travail.
  • En fonction de l'emplacement des foyers de gliose et de leur taille, le patient présente un syndrome de polynévrite autonome: un échec de la douleur et de la sensibilité à la température de la peau à divers endroits.
  • Un autre syndrome caractéristique et dangereux est hémorragique. Il se manifeste par des ecchymoses et des ecchymoses et par des saignements de nez. Il semble dangereux qu'une hémorragie interne puisse se produire dans l'espace entre les membranes du cerveau ou dans la substance même du cerveau.

Diagnostique

S'il n'y a pas de caractéristique pathologique prononcée uniquement pour l'angiopathie cérébrale vasculaire, l'utilisation de matériel et de méthodes de recherche clinique joue un rôle important. Il est extrêmement important de recueillir des antécédents médicaux détaillés.

Ces méthodes comprennent:

  • Analyses sanguines biochimiques et de laboratoire.
  • Encéphalographie. Une méthode de diagnostic précise qui reflète les plus petits changements dans le fonctionnement du cortex cérébral et des structures cérébrales profondes. Fournit la probabilité d'analyses qualitatives et quantitatives de l'état fonctionnel du cerveau et de ses réactions sous l'influence de stimuli.
  • Angiographie avec introduction d'un agent de contraste. Il permet de tirer une conclusion sur l'état général des vaisseaux, leur emplacement, la vitesse du flux sanguin. Le diagnostic vous permet de déterminer les sites des lésions, des anomalies génétiques, des voies circulatoires, du réseau vasculaire dans les néoplasmes oncologiques.
  • Tomodensitométrie, imagerie par résonance magnétique. Ces méthodes sont les plus informatives. Ils permettent d'identifier les lieux de gliose, leurs dimensions, leur distribution, les lieux d'ischémie, d'hémorragie, permettent de distinguer ce diagnostic des accidents vasculaires cérébraux oncologiques, ischémiques, hémorragiques.
  • Recommandations d'un ophtalmologiste avec diagnostic du fond d'œil. Il permet d'apprécier la couleur du fond, l'état des vaisseaux du système circulatoire, la tache aveugle (l'endroit où le nerf optique quitte la rétine) et la macula (le lieu de l'acuité visuelle la plus élevée). Le principal avantage de ce diagnostic, par ophtalmoscopie, est l'absence de risques de complications indésirables..

Traitement

Il est nécessaire de choisir une méthode de traitement de la microangiopathie cérébrale en fonction:

  • De la forme de la maladie;
  • Son emplacement;
  • Le ton général du patient.

Le spécialiste nomme:

  • Antispasmodiques;
  • Médicaments pour normaliser la coagulation sanguine et améliorer la microcirculation dans les vaisseaux du cerveau.
  • La dose et la durée du traitement de l'angiopathie sont prescrites individuellement pour chaque patient..

Méthodes auxiliaires de thérapie:

  • Électrophorèse;
  • Thérapie par la boue;
  • Plasmaphorèse.

Dans les cas graves, une intervention chirurgicale est effectuée. Fondamentalement, il devrait:

  • Promouvoir la reconstruction des parois vasculaires;
  • Restaurer les lacunes en eux, ce qui conduit à une amélioration de la circulation sanguine, donc à la nutrition des organes et des tissus mous.

Chirurgie

L'opération chirurgicale pour l'angiopathie cérébrale est rarement effectuée, uniquement dans les situations où les collatéraux ne sont pas en mesure de compenser complètement le manque de circulation sanguine et il est impossible de restaurer la perméabilité du vaisseau avec des médicaments.

Thérapie conservatrice

Avec le traitement, la pharmacothérapie est généralement préférée. Il vise à contrer la maladie principale.

  1. La posologie du médicament est choisie individuellement pour tous les patients, en partant de la forme de la maladie, du tonus général et en tenant compte des traitements précédents.
  2. Lorsque l'angiopathie cérébrale est provoquée par le diabète sucré, le patient doit sélectionner la dose d'insuline requise, ajuster son régime alimentaire, travailler et se reposer..
  3. Les patients souffrant d'hypertension artérielle reçoivent d'abord des statines, des antihypertenseurs et des médicaments qui abaissent la concentration de lipides dans la circulation sanguine..
  4. Prescrit une alimentation pauvre en lipoprotéines, enrichie en fibres.
  5. Dans la mesure du possible, un ensemble d'exercices de gymnastique de guérison est sélectionné.
  6. Lorsqu'un patient souffre d'encéphalopathie amyloïde cérébrale, des médicaments à base d'acide nicotinique, des nootropiques, des complexes vitaminiques et des oligo-éléments sont prescrits. Ces médicaments ont un effet bénéfique lors des microangiopathies d'une autre étiologie..
  7. La physiothérapie, le massage, la piscine, ainsi qu'un traitement médicamenteux correctement sélectionné, améliorent considérablement l'état général du patient, malgré le fait que des foyers de gliose persistent, leur conductivité peut augmenter.

Prévoir

Les navires sont le système de transport dans le corps humain. L'état général de tous les organes et systèmes en dépend. Les moindres défaillances (notamment au niveau du cerveau) conduisent à des pathologies assez dangereuses, certaines d'entre elles seront impossibles à guérir.

L'une des plus grandes difficultés sera l'encéphalopathie disculatoire, qui se caractérise par tout un complexe de changements morphologiques dans les vaisseaux du cerveau. À cet égard, il est très important de mettre en œuvre en temps opportun des mesures préventives contre la microangiopathie..

Ceux-ci inclus:

  • Mode de vie actif;
  • Exclusion du sel de l'alimentation;
  • Réduction des situations de stress et de fortes sollicitations physiques;
  • Se débarrasser des addictions.

De telles méthodes permettront d'éviter de nombreuses difficultés avec les navires. La maladie ne peut pas être complètement guérie. Dans les organismes des patients jeunes et forts, il peut être considérablement ralenti; à un âge avancé, sa progression est effectuée assez rapidement.

Microangiopathie du cerveau: qu'est-ce que c'est, types de maladie, symptômes et traitement

Il n'y a pas un seul organe dans le corps humain qui fonctionne sans oxygène ni nutriments transportés par le sang. Cela est particulièrement vrai pour le cœur et le cerveau humains, car les processus métaboliques qui s'y produisent sont assez rapides. Mais il arrive que l'apport d'oxygène soit perturbé, car les petits vaisseaux leur fournissent mal les organes et les tissus du corps. Cette anomalie peut apparaître dans n'importe quel organe, mais la plus dangereuse est la microangiopathie du cerveau, qu'est-ce que c'est, nous considérerons ci-dessous.

La description

La microangiopathie du cerveau est une maladie dans laquelle les petits vaisseaux et capillaires sont endommagés, responsables du déroulement des processus métaboliques. Dans ce cas, une altération de la circulation sanguine dans le cerveau est observée. Dans la plupart des cas, cette pathologie se développe dans le contexte d'autres affections, par exemple, le diabète sucré, les tumeurs et les infections. Une circulation sanguine insuffisante dans le cerveau, qui est chronique, se caractérise par un manque de glucose et d'oxygène pendant une longue période, ce qui conduit à la pathologie de la structure et de l'activité des petits vaisseaux cérébraux, à la suite de laquelle la substance blanche est affectée. Les médecins se réfèrent à la microangiopathie comme une condition caractérisée par une expansion et un épaississement des parois des capillaires. La maladie est considérée comme grave et peut être mortelle.

Les raisons

La microangiopathie est généralement observée en présence d'autres pathologies, telles que le cancer, le diabète, l'hémolyse ou les infections. Dans ce cas, les vaisseaux du cerveau souffrent. Il se développe pour les quatre raisons suivantes:

  1. La présence de thrombose, à la suite de laquelle le flux sanguin normal est perturbé en raison de l'apparition de caillots sanguins dans les vaisseaux.
  2. Formation de nécrose cellulaire et tissulaire.
  3. L'apparition de la hyalinose, qui est l'accumulation d'hyaline dans le corps.
  4. Développement d'un gonflement fibrinoïde, qui conduit à la destruction du tissu conjonctif.

Très souvent, la microangiopathie du cerveau (ce que c'est, nous le savons) est une complication du diabète sucré, dont une personne a une très longue période de temps. Ici, les capillaires des reins, des nerfs et des yeux sont endommagés. Dans ce cas, un épaississement des membranes capillaires est observé dans les vaisseaux, des caillots sanguins se forment dans le lit microcirculatoire et des veinules, une hyalinose, des anévrismes capillaires.

Facteurs de risque

La circulation sanguine dans le cerveau, qui conduit à une microangiopathie, n'est pas rapidement altérée. Ceci est précédé d'un long processus, qui est associé à de tels facteurs:

  • pathologies génétiques qui provoquent une violation du tonus vasculaire;
  • maladies associées à la coagulation du sang;
  • infections et blessures;
  • fumer et boire de l'alcool;
  • avoir plus de cinquante ans;
  • maladies endocriniennes et maladies du cœur et des vaisseaux sanguins, hypertension;
  • conditions de travail néfastes et travail acharné.

Formes

En fonction de nombreux signes, la microangiopathie du cerveau se divise en quatre formes:

  1. Microangiopathie cérébrale du cerveau - se développe chez les personnes âgées et est associée à une violation du dépôt de protéines. Cette maladie n'est pas diagnostiquée et ne répond pratiquement pas au traitement médicamenteux..
  2. La microangiopathie lenticulostriatale est observée chez les enfants, de sorte que l'enfant doit être constamment observé en dynamique. Il y a une opinion que cette forme de la maladie est un type spécial d'approvisionnement en sang, par conséquent, elle ne nécessite pas de traitement, si des anomalies mentales et physiques ne sont pas observées.
  3. L'angiopathie diabétique est courante chez les personnes atteintes de diabète. Cette maladie nécessite un traitement de la maladie sous-jacente, car elle progresse constamment.
  4. Microangiopathie vasculaire hypertensive du cerveau - observée chez les personnes souffrant d'hypertension artérielle, il est donc recommandé d'éviter les chutes de pression artérielle.

Selon la forme de la maladie, la pathologie peut entraîner diverses conséquences négatives, il est donc important de demander de l'aide lorsque les premiers symptômes apparaissent..

Symptômes

La microangiopathie du cerveau (ce qu'elle est, décrite ci-dessus) présente de nombreux signes de manifestation. Le patient a un trouble de la mémoire, une faiblesse et des maux de tête sans raison, une opacification de la conscience se produit. Cela est dû à une circulation sanguine altérée dans les capillaires et les vaisseaux sanguins du cerveau. Dans les vaisseaux, les processus oxydatifs des lipides sont activés, des radicaux libres se forment, ce qui contribue à la destruction des cellules cérébrales.

Les symptômes se développent très lentement, par conséquent, presque toujours une personne réagit à la maladie avec un retard. Tout d'abord, une altération du flux sanguin cérébral entraîne une faiblesse et une fatigue rapide. Ensuite, des maux de tête apparaissent qui ne disparaissent pas après la prise de médicaments. Ensuite, des troubles du sommeil se produisent, une distraction et une inattention apparaissent, la pensée devient rigide. Les patients ont un syndrome asthéno-névrotique caractérisé par une irritabilité et une tendance à la dépression. Ensuite, des symptômes focaux apparaissent: une personne a une démarche bancale, un trouble de la coordination des mouvements et de la convergence, une taille d'élèves différente, etc..

Les signes de microangiopathie comprennent une vision trouble, des saignements du nez et de l'estomac, des douleurs lors de la marche, une gêne dans les jambes, une peau sèche et qui pèle des pieds et du sang dans les urines. Une hémorragie interne entre les méninges ou dans la substance blanche est d'un grand danger.

Diagnostique

La microangiopathie du cerveau, ce qu'elle est, on le sait déjà, est diagnostiquée par résonance magnétique-nucléaire, ce qui permet d'étudier le tissu cérébral et le réseau vasculaire. Avec une maladie, une hypoplasie des artères, des foyers de crises cardiaques silencieuses, des hémorragies microscopiques, une hypoperfusion du cerveau sera visible. Les médecins modernes appellent l'encéphalopathie disculatoire par microangiopathie. Souvent, l'IRM et l'échographie Doppler sont utilisées pour le diagnostic, ce qui vous permet de déterminer les anomalies dans les vaisseaux. Une méthode de recherche supplémentaire est un test sanguin, une radiographie et un scanner.

Traitement

La microangiopathie du cerveau est traitée de manière globale. Tout d'abord, des médicaments sont prescrits pour normaliser la pression artérielle et éliminer les signes d'un manque d'oxygène dans les tissus cérébraux. Une correction des taux de lipides est effectuée, tandis que des statines, des fibrates, des acides biliaires, etc. sont prescrits. Pour aider le cerveau à mieux se nourrir en oxygène, les médecins prescrivent des médicaments nootropes, ainsi que de la niacine. Une intervention chirurgicale pour cette maladie est réalisée dans de rares cas, uniquement lorsqu'il n'est pas possible de restaurer les vaisseaux sanguins par une méthode médicamenteuse et que le déficit circulatoire ne peut être compensé par les voies latérales du flux sanguin. Avec un traitement médicamenteux, les patients se voient prescrire un massage, une piscine, cela contribue à améliorer leur état. Mais les foyers de gliose ne disparaissent pas; avec le temps, leur nombre augmente..

Prévoir

Le pronostic s'aggrave si le patient souffre d'hypertension. Dans ce cas, les symptômes apparaissent très rapidement à mesure que la maladie progresse. Chez les personnes âgées, les vaisseaux du cerveau ont un ton faible, de sorte que la maladie progresse encore plus rapidement. Chez l'enfant, le pronostic peut être positif s'il n'y a pas d'anomalie du développement mental ou physique..

Souvent, la microangiopathie du cerveau conduit à une encéphalopathie de gravité variable ou à un accident vasculaire cérébral. Si vous ne commencez pas à traiter la maladie à un stade précoce, l'état du patient s'aggravera, ce qui entraînera une invalidité, puis la mort. La maladie ne peut pas être complètement guérie. Les foyers de gliose dans le cerveau ne peuvent pas être complètement éliminés, mais leur formation peut être ralentie.

La prévention

À des fins de prévention, il est nécessaire de surveiller la pression artérielle, pour éviter ses gouttes. Le risque de développer une pathologie vasculaire peut être réduit en prévenant les maladies vasculaires. Les médecins recommandent de pratiquer une activité physique avec modération, pour éviter le surmenage. Vous devez mener une vie saine, choisir le bon régime alimentaire, éviter les situations stressantes.

Comment traiter la microangiopathie cérébrale du cerveau et les symptômes du syndrome

La microangiopathie cérébrale est une maladie caractérisée par une altération de la circulation cérébrale. Un processus pathologique se développe dans la paroi vasculaire des capillaires, qui fournissent aux neurones de l'oxygène et des nutriments. En conséquence, la lumière du flux sanguin se rétrécit, les cellules cérébrales cessent de recevoir du glucose et la privation d'oxygène se développe. Les neurones commencent à mourir, ils sont remplacés par des cellules gliales. Les foyers de gliose développent des adhérences ou des cicatrices au fil du temps, ce qui est mortel s'il n'est pas traité.

Les raisons

Le syndrome de microangiopathie peut survenir pour 4 raisons principales:

  • Fibrose. Une pathologie irréversible caractérisée par la destruction des cellules endothéliales vasculaires. Les processus inflammatoires provoquent le remplacement des capillaires par du tissu fibreux.
  • Thrombose. L'ischémie se développe en raison du blocage de la lumière vasculaire par un caillot sanguin.
  • Nécrose. Mort cellulaire irréversible.
  • Hyalinose. La pathologie est caractérisée par le dépôt de protéines hyalines sur les parois des capillaires du cerveau. Selon un schéma similaire, en raison de l'accumulation d'amyloïde sur l'endothélium, une microangiopathie cérébrale se développe. Les dépôts de protéines sont fréquents chez les personnes souffrant d'hypertension et d'athérosclérose.

Les conditions suivantes peuvent provoquer le développement d'un processus pathologique ou aggraver une maladie existante:

  • infections sévères;
  • violation de la coagulation du sang;
  • mauvaises habitudes;
  • âge après 50 ans;
  • pathologie cardiovasculaire;
  • maladies génétiques dans lesquelles il y a une violation du tonus vasculaire;
  • un traumatisme crânien;
  • stress, contrainte physique constante;
  • dommages au système endocrinien.

L'ischémie progresse lentement sur plusieurs années. Par conséquent, lorsqu'une image symptomatique de la maladie apparaît, vous devez consulter votre médecin. Le spécialiste expliquera ce qu'est la microangiopathie du cerveau et prescrira un traitement en fonction du type de pathologie.

Formes de microangiopathie

Il existe 4 principaux types de pathologie:

  • Macroangiopathie hypertensive. L'hypertension artérielle peut provoquer des changements athérosclérotiques dans les artères cérébrales.
  • Forme lenticulostriatale. Applicable uniquement aux nouveau-nés et aux nourrissons.
  • Microangiopathie cérébrale du cerveau. Dans la plupart des cas, il survient chez les personnes âgées. Les changements de dégradation dans le contexte du vieillissement naturel du corps provoquent le dépôt de protéines à l'intérieur des capillaires.
  • Forme diabétique de la maladie.

Chaque type de pathologie affecte négativement l'apport sanguin aux neurones. Les parois des capillaires deviennent moins élastiques et minces.

Cérébral

Le groupe à risque comprend les personnes de plus de 55 à 60 ans atteintes de la maladie d'Alzheimer, d'hypertension artérielle et de taux de cholestérol sérique élevés. Les changements athérosclérotiques liés à l'âge provoquent un dépôt sur les parois minces des capillaires cérébraux de la structure protéinique et polysaccharidique - amyloïde. La protéine, associée aux plaques de cholestérol, ferme progressivement la lumière du vaisseau, provoquant une ischémie suivie d'une nécrose tissulaire.

La microangiopathie cérébrale est difficile à diagnostiquer et à traiter.

Hypertensive

Les foyers d'ischémie peuvent apparaître à la suite de l'hypertension. Dans ce cas, l'état du corps doit être surveillé et les antihypertenseurs doivent être pris à temps. Dans une telle situation, le corps commence à produire du collagène et des glycoprotéines, qui épaississent les parois capillaires. En conséquence, le taux métabolique diminue, les neurones cessent de recevoir la quantité requise de nutriments.

Lenticulostriatale

En comparaison avec d'autres microangiopathies du cerveau, la forme lenticulostriate n'appartient pas aux processus pathologiques. Les médecins classent l'anomalie comme un nouveau type d'approvisionnement en sang tissulaire. L'enfant est constamment sous surveillance. S'il n'est pas à la traîne dans le développement physique et mental, le traitement n'est pas nécessaire.

Diabétique

Le diabète sucré provoque souvent des lésions des parois capillaires, un épaississement des artères et la destruction des vaisseaux veineux. L'augmentation de la concentration plasmatique de glucose provoque des changements négatifs non seulement dans les vaisseaux du cerveau, mais également dans les organes internes..

Symptômes

Au stade initial, le processus progressif des troubles de la circulation cérébrale est asymptomatique. Il n'y a aucun signe de microangiopathie, donc le patient ne demande pas d'aide médicale.

À ce stade, le corps essaie d'éliminer lui-même les zones ischémiques - les vaisseaux collatéraux voisins prennent en charge la fonction des capillaires affectés et commencent à nourrir les neurones avec une carence en oxygène. Mais avec le temps, la quantité de tissus morts augmente, les artères cérébrales ne peuvent pas faire face à la tâche, qui se caractérise par l'apparition des premiers symptômes:

  • syndrome de douleur aiguë - une personne ressent une douleur intense dans la tête, qui ne peut pas être arrêtée par des médicaments anesthésiques;
  • des violations de l'appareil vestibulaire se manifestent: des vertiges, une démarche instable, un trouble de la coordination des mouvements se produit;
  • encéphalopathie;
  • troubles du sommeil: insomnie la nuit, somnolence et fatigue chronique pendant la journée, diminution des performances, faiblesse musculaire;
  • état dépressif, perte de contrôle psycho-émotionnel en tant que signes du syndrome asthéno-névrotique;
  • violation de la coagulation du sang: les saignements entraînent l'apparition d'ecchymoses dans tout le corps, le risque de développer un accident vasculaire cérébral hémorragique augmente;
  • l'apparition des symptômes dépend strictement de la zone de localisation du processus pathologique;
  • signes de changements nécrotiques: perte de conscience soudaine, troubles de la mémoire, engourdissement de la moitié du corps, paralysie.

En fonction de l'emplacement des foyers de cellules de gliose, la polynévrite végétative se développe:

  • violation de la température et de la sensibilité tactile dans diverses parties du corps;
  • paresthésie;
  • la personne cesse de ressentir de la douleur;
  • contractions incontrôlées des membres.

Diagnostique

Le tableau symptomatique est similaire à d'autres maladies du système circulatoire. Par conséquent, en plus de collecter l'anamnèse et les plaintes des patients, le médecin doit prescrire des études de laboratoire et instrumentales supplémentaires:

  • analyses sanguines biochimiques et générales, tests de coagulation;
  • IRM ou scanner pour détecter la gliose, déterminer la taille de la lésion et leur localisation;
  • encéphalogramme;
  • si nécessaire, angiographie avec un agent de contraste;
  • examen par un ophtalmologiste pour examiner le fond d'œil.

Les études instrumentales permettent d'évaluer l'état des vaisseaux sanguins, de détecter les cellules de gliose et la présence d'hémorragies.

Traitement

Dans la plupart des cas, un traitement médicamenteux est effectué. La chirurgie n'est indiquée que pour les lésions cérébrales étendues.

Chirurgie

Le traitement chirurgical n'est nécessaire que si les vaisseaux collatéraux sont incapables de compenser le manque de circulation sanguine. L'opération est possible si les médicaments sont inefficaces.

Thérapie conservatrice

Le traitement médicamenteux est axé sur la lutte contre la maladie sous-jacente:

  • Diabète;
  • infection;
  • hypertension artérielle;
  • traumatisme.

La posologie et le déroulement du traitement médicamenteux sont fixés par le médecin traitant individuellement pour chaque patient, en fonction de la forme de la pathologie et du degré de sa gravité.

  • Avec le diabète sucré, le type d'insuline et un certain nombre d'agents hypoglycémiants sont sélectionnés.
  • En cas d'hypertension, il est recommandé de traiter la microangiopathie avec des statines, des antihypertenseurs et des médicaments qui abaissent le taux de cholestérol sérique. Les patients souffrant d'hypertension ont besoin d'une alimentation riche en fibres végétales et d'exercices légers.
  • La forme cérébrale nécessite une thérapie avec des médicaments nootropes, des complexes multivitaminiques et de l'acide nicotinique.

Pour améliorer l'efficacité du traitement conservateur, la physiothérapie, le massage de la tête et le sport sont prescrits.

Danger de maladie

Les foyers de gliose les plus dangereux sont les zones touchées, dont les neurones cérébraux sont remplacés par des cellules gliales. Les vaisseaux capillaires avec de telles zones sont plus susceptibles de se rompre.

Un capillaire éclatant peut entraîner une hémorragie dans la substance du cerveau ou une compression des tissus mous lorsque le sang s'écoule dans l'espace entre le crâne et l'organe du système nerveux central. Avec le développement du saignement, un accident vasculaire cérébral commence à progresser. Le risque de décès augmente.

La pathologie à ce stade est appelée microangiopathie discirculatoire, caractérisée par les manifestations cliniques suivantes:

  • Diminution de la fonction cognitive. Le patient commence à détériorer la mémoire, la concentration est altérée et des problèmes de processus de pensée apparaissent. Le patient a des difficultés à effectuer les calculs arithmétiques initiaux. La démence peut se développer.
  • Troubles affectifs. Des troubles du contrôle émotionnel apparaissent. Le patient réagit violemment aux changements mineurs du monde qui l'entoure, son humeur s'améliore et tombe soudainement.
  • Troubles pseudobulbaires. Peu à peu, il devient difficile de manger, la voix devient grossière, la parole ralentit. Le patient a un fort désir de rire ou de pleurer, quel que soit son état psychologique.
  • Troubles du mouvement. Il y a des tremblements des membres, des troubles de la motricité fine.
  • La défaite du cervelet, responsable de la coordination des mouvements. Dans une telle situation, une personne est privée de la capacité de se déplacer normalement. Les mouvements deviennent inégaux, inhibés. Le patient parle rapidement, brusquement et bégaiement. Parallèlement aux troubles cérébelleux, des troubles de l'appareil vestibulaire apparaissent, ce qui entraîne une augmentation de la pression artérielle et des réflexes de vomissements.

Dans les derniers stades, la maladie progressive entraîne une altération des réflexes de base. Le patient cesse de contrôler la miction, une incontinence fécale apparaît. La détérioration de la condition physique augmente la probabilité de blessure. Le patient a besoin d'une surveillance constante.