Principal > Pression

Atrophie cérébrale du cerveau de la tête, espérance de vie possible

La destruction des cellules et de leurs connexions avec un dysfonctionnement complet est appelée atrophie cérébrale. La subatrophie du cerveau est une perte locale partielle de la fonction cérébrale. Avec une maladie telle que l'atrophie cérébrale du cerveau, l'espérance de vie ne change pas, car les neurones meurent progressivement et, selon les statistiques, dans la plupart des cas, la mort est due à d'autres maladies. Cependant, cette maladie est caractérisée par une progression, conduisant le patient à la démence (démence acquise).

Causes et signes de la maladie

En règle générale, l'atrophie cérébrale du cerveau se manifeste après le seuil d'âge de 45 ans, mais des études ont établi des cas de manifestation antérieure. L'atrophie cérébrale du cerveau de la tête survient à la suite d'une exposition à une grande variété de causes, dont l'une est le vieillissement naturel des organes. La raison principale est la prédisposition génétique..

Dans le même temps, il existe de nombreux autres facteurs possibles contribuant à la poursuite de la mort cellulaire:

  • intoxication, consommation fréquente et excessive d'alcool, endommageant progressivement le cortex cérébral;
  • drogues et exposition à des conditions environnementales défavorables (pour le travail et sur le lieu de résidence);
  • traumatisme cérébral avec hématomes, œdèmes, troubles hémodynamiques, néoplasmes;
  • maladies neurologiques (mauvaise circulation sanguine et apport d'oxygène aux tissus, ischémie, etc.);
  • manque persistant de désir de développement mental et de travail tout au long de la vie, augmentant le risque de développer la maladie.

Une issue défavorable est une altération grave des fonctions cérébrales, accompagnée de la maladie de Parkinson, d'Alzheimer, de Pick et d'autres, le marasme.

La destruction de la partie frontale du cortex cérébral entraîne les premiers signes d'atrophie cérébrale associés à des changements de comportement, une complication du contrôle des manipulations de routine et d'autres symptômes.

Les changements atrophiques peuvent également être accompagnés de:

  • immunodéficience (manque de vitamines B1, B3 et d'acide folique, VIH);
  • détérioration du métabolisme;
  • les troubles mentaux;
  • insuffisance rénale sévère;
  • maladies infectieuses (méningite, encéphalite);
  • la sclérose amyotrophique et en plaques;
  • neurosyphilis;
  • leucoencéphalopathie;
  • processus dégénératifs spinocérébelleux;
  • hydrocéphalie;
  • anoxie et traumatisme cranio-cérébral;
  • abcès cérébraux, hématomes sous-duraux, intracérébraux et épiduraux et tumeurs intracrâniennes;
  • troubles vasculaires;
  • alcoolisme chronique.

La gravité de la lésion est déterminée par les types de pathologie:

  1. Cortical - la mort du frontal, puis d'autres zones du cortex, dont les conséquences sont la démence sénile et la maladie d'Alzheimer.
  2. Multisystème - neurodégénérescence avec capture de nombreuses parties (cervelet, tronc, noyaux gris centraux, régions vertébrales).
  3. Postérieur - lésions du lobe occipital causées par des plaques neurodégénératives (une variante de l'évolution de la maladie d'Alzheimer).

Symptômes

Les lésions cérébrales atrophiques se manifestent d'abord par des changements subtils: une personne se livre à l'apathie et à l'indifférence, ses aspirations disparaissent et la léthargie apparaît, la mémoire se détériore. Les anciennes compétences sont perdues et les nouvelles sont à peine acquises. Il y a souvent un fort écart par rapport aux normes morales, l'irritabilité et l'augmentation des conflits, il y a de fortes sautes d'humeur, la dépression.

Les symptômes suivants sont également observés:

  • épuisement du lexique - une sélection prolongée des bons mots pour exprimer les réalités ordinaires;
  • diminution de l'activité cérébrale;
  • la disparition de l'autocritique, la capacité de comprendre;
  • troubles de la sensibilité, dysfonction érectile;
  • détérioration de la motricité;
  • parkinsonisme.

Les fonctions cognitives continuent de se détériorer avec le bien-être. La capacité de distinguer les objets et de les utiliser diminue. On trouve un syndrome du miroir, dans lequel le patient répète involontairement les habitudes comportementales des autres. Peu à peu, l'activité mentale s'arrête presque et une incapacité complète se produit (stade de folie), la personnalité se désintègre.

Les symptômes spécifiques de l'atrophie cérébrale du cerveau de la tête dépendent de l'implication de divers sites. Par exemple, les dysfonctionnements des lobes frontaux affectent négativement le comportement et l'intelligence, tandis que les dommages au cervelet affectent la motricité, la démarche, la parole et l'écriture. Si les voies de connexion nerveuses sont endommagées, des troubles végétatifs peuvent survenir.

Processus atrophiques chez les nouveau-nés

Une atrophie du cerveau est également observée chez les enfants. Dans ce cas, des changements négatifs dans les tissus sont associés à une hypoxie prolongée. Étant donné que les structures cérébrales des enfants ont besoin de plus de sang que les adultes pour se développer, de petites anomalies entraînent de graves conséquences.

Les causes de l'atrophie cérébrale peuvent être un conditionnement génétique, des facteurs Rh contradictoires de la mère et du fœtus, des anomalies du développement intra-utérin et une neuroinfection. Les conséquences sont généralement révélées après la première année de vie..

La mort neuronale entraîne des formations kystiques et une hydrocéphalie. Une telle complication dans l'atrophie cérébrale en tant que développement inhibé est également courante. Le nombre de personnes atteintes d'atrophie cérébrale et corticale du cerveau dépend de la gravité de la pathologie - c'est une question ambiguë.

Diagnostic et traitement

La présence d'une pathologie cérébrale est déterminée par une seule procédure de diagnostic instrumentale. En cas de résultat inexact et de nécessité de clarifier le degré de dommage, plusieurs méthodes sont prescrites. Les méthodes sont les suivantes:

  1. CT (tomodensitométrie), qui aide à identifier les anomalies vasculaires, les néoplasmes qui obstruent la circulation sanguine. L'un des plus informatifs est la tomodensitométrie multispirale, qui détecte même les premiers signes d'atrophie cérébrale du cerveau..
  2. L'IRM (imagerie par résonance magnétique) détecte non seulement les premiers stades des troubles cérébraux, mais surveille également la progression de la maladie, y compris l'atrophie cérébrale.

Le traitement de l'atrophie cérébrale vise à éliminer les symptômes et à contrôler la propagation de la nécrose. Les premiers symptômes n'impliquent pas de médicaments (élimination des mauvaises habitudes et des facteurs négatifs, une bonne nutrition fonctionne bien).

Il n'y a pas de méthodes thérapeutiques qui inversent le processus de nécrose, donc tous les efforts visent à améliorer l'état du patient, à ralentir la mort des cellules cérébrales et à atténuer les manifestations de la maladie..

Pour une utilisation thérapeutique:

  1. Médicaments psychotropes qui aident à faire face aux troubles psycho-émotionnels (antidépresseurs, sédatifs et tranquillisants légers).
  2. Médicaments pour stimuler les fonctions hématopoïétiques et améliorer la circulation sanguine, ce qui contribue à la saturation des tissus en oxygène et, par conséquent, ralentit la mort (Trental).
  3. Médicaments nootropes qui améliorent également la circulation sanguine et le métabolisme, mais ont également un bon effet sur l'activité mentale (Piracetam, Cerebrolysin).
  4. Médicaments antihypertenseurs. Parmi les facteurs provoquant la nécrose figure l'hypertension. La normalisation de la pression ne permet pas une progression rapide des changements.
  5. Diurétiques pour l'hydrocéphalie.
  6. Agents antiplaquettaires pour une formation accrue de thrombus.
  7. Statines (pour normaliser le métabolisme des graisses) dans l'athérosclérose.
  8. Les antioxydants qui stimulent la régénération et le métabolisme neutralisent dans une certaine mesure les processus atrophiques.
  9. Anti-inflammatoires non stéroïdiens souvent utilisés pour soulager les maux de tête Il existe un besoin évident de compréhension et de participation active des proches à la réadaptation d'un patient atteint d'atrophie cérébrale.
  • air frais et promenades;
  • activité physique méthodique et massage en l'absence de contre-indications;
  • communication, évitement de laisser le patient seul;
  • auto-formation, même si les symptômes progressent.

Une bonne ambiance, une attitude positive, l'élimination du stress ont un effet bénéfique sur le bien-être d'un patient atteint d'atrophie cérébrale et stoppent le développement de la maladie.

L'atrophie cérébrale n'est pas caractérisée par un pronostic positif, car il s'agit d'une maladie incurable qui se termine toujours par la mort et il n'y a qu'une différence dans sa durée. La mort des cellules nerveuses ne s'arrête pas lorsqu'elle est déclenchée.

Les facteurs les plus dangereux sont les causes héréditaires de pathologie cérébrale, entraînant la mort en quelques années. Avec la pathologie vasculaire, l'évolution de la maladie peut atteindre 10 à 20 ans.

Atrophie cérébrale du cerveau: diagnostic, traitement, prévention

Un patient est venu chez le médecin: «J'ai 49 ans», écrit-elle. - Depuis plusieurs années maintenant la lourdeur de la tête tourmente, la mémoire et l'attention se sont affaiblies. Fait une IRM, la conclusion - pas une atrophie cérébrale corticale prononcée. Le médecin a prescrit des injections de Cerebrolysin et Actovegin, des comprimés de picamilon, mais il n'y avait presque aucune amélioration. Parlez-nous de cette maladie, indiquez comment être traité ".

  1. Qu'est-ce que l'atrophie cérébrale?
  2. Les cellules nerveuses peuvent-elles récupérer??
  3. Comment se manifeste l'atrophie cérébrale corticale??
  4. Traitement adéquat de l'atrophie corticale
  5. Diagnostic de la maladie
  6. Prévention de l'atrophie cérébrale

Qu'est-ce que l'atrophie cérébrale?

Je suppose que les lecteurs connaissent le terme «atrophie» par rapport à d'autres maladies, mais que signifie l'atrophie cérébrale? L'atrophie cérébrale est la mort des cellules nerveuses, des neurones.

Permettez-moi de vous rappeler qu'il y en a 85 à 100 milliards dans le cerveau humain.Formant le système nerveux, les neurones reçoivent et traitent les informations entrantes, répondent aux influences externes et internes et déterminent ainsi l'activité du corps. Comme tout autre organe, le cerveau vieillit également, et quelque part après 50 à 55 ans, une atrophie progressive des cellules nerveuses commence..

Les cellules nerveuses peuvent-elles récupérer??

En effet, jusqu'à récemment, cela était considéré comme impossible. Cependant, les neuroscientifiques ont prouvé que le processus inverse est également possible - la formation de nouveaux neurones, cela s'appelle la neurogenèse. Ainsi, le système nerveux humain dans certaines conditions peut s'auto-réparer, ce qui est particulièrement important dans les maladies neurologiques graves, après des blessures.

Mais, malheureusement, avec l'âge du cerveau, au sens figuré, il se déverse encore plus qu'il ne se déverse. Le nombre de patients atteints d'atrophie cérébrale ne diminue pas, bien que cela s'explique, en général, par une bonne tendance - une augmentation de l'espérance de vie.

Si en 2000 il y avait 600 millions de personnes qui avaient plus de soixante ans, alors en 2009 ce nombre a doublé et il atteindra 2 milliards d'ici 2050. Cela signifie qu'il y a de plus en plus de patients atteints de maladies «liées à l'âge». En outre, au cours des deux dernières décennies, en relation avec le développement de l'imagerie par résonance informatique et magnétique, une atrophie cérébrale a commencé à être diagnostiquée à des stades précoces de la maladie, lorsque des troubles cognitifs modérés n'apparaissent que, ce dont parle en particulier l'auteur de la visite chez le médecin. Mais, il faut bien l'avouer, une patiente de 49 ans ne peut pas être qualifiée de «patiente à l'âge», surtout si l'on considère qu'elle est malade depuis plusieurs années déjà..

L'atrophie cérébrale se développe parfois chez des personnes assez jeunes dans le contexte d'une prédisposition héréditaire. Et puis tous les facteurs externes ou internes deviennent une sorte de déclencheur de la progression de la maladie.

Il peut s'agir d'accidents vasculaires cérébraux graves, de maladies vasculaires chroniques du système nerveux central, en particulier d'encéphalopathie discirculatoire, ainsi que d'hypertension mal traitée, qui provoque un certain nombre de conditions qui détruisent le cerveau. À propos, une pression artérielle constamment basse, ainsi qu'une pathologie thyroïdienne, peuvent également entraîner une atrophie cérébrale..

Moins fréquemment, la maladie est causée par des processus infectieux, par exemple, l'encéphalomyélite, la méningo-encéphalite, l'encéphalite herpétique... Parmi les autres facteurs qui contribuent à la mort des neurones, il y a les traumatismes crâniens, en particulier ceux à répétition, l'abus d'alcool, les drogues, le tabagisme.

Comment se manifeste l'atrophie cérébrale corticale??

L'atrophie cérébrale a plusieurs types. Avec la forme corticale de la maladie, la mort des neurones est largement associée à des changements liés à l'âge et touche principalement les lobes frontaux et temporaux. La mort des neurones dans les lobes occipital et pariétal du cerveau se produit un peu moins fréquemment. Un autre type d'atrophie cérébrale est sous-corticale, ce qui entraîne la mort de formations sous-corticales importantes pour le fonctionnement du cerveau..

Le type de maladie le plus défavorable est l'atrophie diffuse, lorsque les structures corticales et sous-corticales du cerveau sont affectées. Avec l'atrophie corticale, il se produit principalement des troubles cognitifs, c'est-à-dire ceux qui affectent la mémoire, l'attention, la perception, l'intelligence, la parole et l'audition. Et puis, comme on dit, la tête commence à mal fonctionner.

Cette pathologie est le syndrome neurologique le plus courant, ce qui indique que le fonctionnement normal du cerveau est altéré. Néanmoins, avec des troubles cognitifs modérés, une personne conserve pleinement son intérêt pour la vie, les compétences quotidiennes.

Malheureusement, sans traitement adéquat, la maladie progresse et avec le temps peut conduire à la démence (démence) Les statistiques ici sont les suivantes chez l'un des neuf patients de plus de 60 ans, l'atrophie cérébrale se termine par la maladie d'Alzheimer, et après 85 ans - déjà dans un tiers.

Traitement adéquat de l'atrophie corticale

Bien que la maladie soit considérée comme incurable, il existe de nombreux médicaments qui ralentissent considérablement sa progression. Je nommerai les principaux. Tout d'abord, il s'agit du médicament mémantine (akatinol mémantine, noogeron), qui, agissant sur certains mécanismes, améliore la propagation de l'influx nerveux et augmente les fonctions cognitives du cerveau. Le patient a une mémoire améliorée, une activité quotidienne accrue.

Un autre groupe de médicaments est constitué des inhibiteurs de la cholinestérase. Ces médicaments ralentissent la dégradation du neurotransmetteur acétylcholine, qui est impliqué dans la transmission des impulsions dans différentes parties du cerveau et, en particulier, affecte la rétention de la mémoire. Ces médicaments sont prescrits par le médecin, en tenant compte de l'état du patient. Indiqué dans le traitement de l'atrophie cérébrale et du médicament bien connu Cerebrolysin, également recommandé à l'auteur de la lettre.

Selon la patiente, on lui a prescrit de la cérébrolysine à une dose de 1 ml pendant 10 jours. Mais ce n'est pas bon! Cette dose est indiquée pour les nourrissons si une atrophie cérébrale est diagnostiquée à la naissance. Et prescrire un cube de cérébrolysine à un adulte non seulement pour cette pathologie, mais aussi pour toute autre maladie neurologique, c'est comme tirer sur un éléphant avec une pastille. Ce médicament vraiment utile n'est efficace qu'à de fortes doses: au moins 5 ml, voire mieux 10 ml par voie intraveineuse en 10-20 injections 2 à 4 fois par an.

Le patient nécessite généralement une dose de 10 à 30 ml par voie intraveineuse, goutte à goutte, et de préférence en combinaison avec des inhibiteurs de mémantine et de cholinestérase. Je lui conseille également d'être correctement examinée et traitée professionnellement..

Diagnostic de la maladie

Pour commencer, je vous recommande de subir des tests psychologiques spéciaux avec un neurologue, qui montrera l'état de la mémoire et de l'attention. Ensuite, il est nécessaire de procéder à une imagerie par résonance magnétique ou calculée afin d'identifier en temps opportun les processus atrophiques. Faites également une échographie ou une angiographie des vaisseaux de la tête et du cou.

À partir d'examens supplémentaires, il est nécessaire de vérifier les hormones thyroïdiennes et la glycémie. Il n'y a pas si longtemps, un patient de 50 ans a été admis dans notre centre avec des plaintes de mauvaise mémoire. Après examen, aucun changement important dans le cerveau n'a été trouvé, les vaisseaux étaient également en ordre. Lorsqu'ils ont fait une échographie de la glande thyroïde et examiné les hormones, ils ont découvert une hypothyroïdie, un manque d'hormones, qui est devenue la cause de la pathologie. Des médicaments appropriés ont été prescrits et la mémoire de la femme a été restaurée.

Un autre exemple. Pendant un an et demi à deux ans, nous avons observé des patients aux premiers stades de l'hypertension, qui prenaient des médicaments pour normaliser la tension artérielle. Et il s'est avéré qu'avec la stabilisation de la pression artérielle, les fonctions cognitives du cerveau se sont également améliorées, bien que les médicaments prescrits ne les affectent pas directement. Mais le cerveau a fait face et a restauré ces fonctions.

Qu'est-ce que ça veut dire? Cette mémoire et cette attention ne s'affaibliront pas si une personne traite correctement l'hypertension. Un taux de cholestérol élevé, ainsi qu'un manque de vitamine B12 et de vitamine D, peuvent également aggraver la santé du cerveau. Par conséquent, il est important de contrôler régulièrement le cholestérol sanguin et, avec un taux élevé, de prendre des statines, de suivre un régime anti-cholestérol.

Prévention de l'atrophie cérébrale

Il est très important d'assurer un entraînement constant de la mémoire, car ce n'est qu'avec une fonction active du cerveau que de nouvelles connexions apparaissent, les cellules nerveuses inactives sont connectées au processus. De plus, le cerveau d'une personne âgée doit être chargé de nouvelles informations qu'il est souhaitable, j'attire votre attention, de recevoir non pas des programmes télévisés, mais des livres, des magazines, car seule la lecture implique une pensée figurative et active. La télévision accorde au spectateur une perception passive, ne stimule pas l'activité cérébrale, de plus, les anciennes connexions sont perdues.

Permettez-moi de vous rappeler ce fait dans le livre d'un psychologue, le docteur-chercheur Dayana Biver. Dans un monastère en Espagne, avec l'arrivée d'un nouvel abbé, des religieuses ont souvent commencé à mourir. Par la suite, ils ont commencé à comprendre ce qui se passait, et il s'est avéré: un nouveau guide pour faciliter la vie monastique, a interdit les heures quotidiennes de lecture des psaumes, en fait - un entraînement cérébral régulier. Et cette annulation a conduit à des conséquences tragiques.

Par conséquent, ne perdez pas votre intérêt pour la vie sociale, visitez des clubs pour personnes âgées et d'autres événements sociaux. Faites des mots croisés, lisez à haute voix et mémorisez vos vers préférés. Arrêter de fumer. Réduisez votre consommation de sel. S'il n'y a pas de problèmes d'estomac, ajoutez une cuillerée de racine de raifort hachée dans une râpe aux plats. Préparez une salade de carottes avec des raisins secs et de la crème sure tous les jours. Dans la même rangée - pommes de terre au four, fromage cottage faible en gras, algues, noix, fruits secs, pommes, bananes. Améliore la mémoire et quelques tranches de chocolat noir.

Limitez l'alcool fort. Si vous avez un foie sain, un verre de vin rouge sec n'est pas interdit, il contient de nombreux antioxydants. Soit dit en passant, nos voisins dans le climat rigoureux, les habitants des pays scandinaves, sous l'influence de la promotion d'un mode de vie sain, préfèrent désormais de plus en plus le vin aux boissons fortes..

Enfin, faites plus de promenades - le cerveau a besoin d'air frais. Par conséquent, allez au lit avec une fenêtre ouverte. Et essayez d'oublier les somnifères - ils détruisent la mémoire. Suivez ces règles pour que l'atrophie cérébrale soit à la traîne pendant longtemps..

Mort du cortex cérébral

L'atrophie cérébrale, ou atrophie cérébrale (lat. «Atrophie» - famine), est une malnutrition du tissu cérébral et une diminution de sa taille in vivo. Le trouble trophique affecte les cellules nerveuses et les processus du système nerveux. Au fur et à mesure de sa progression, la fonction cérébrale est altérée.

L'atrophie du cortex est observée principalement chez les personnes âgées, ce qui est associé à une altération de la circulation sanguine dans le cerveau. La maladie se termine par un dommage profond aux fonctions mentales: la mémoire se détériore, le rythme de la pensée diminue, l'attention est perdue, la motivation et disparaîtra.

Les raisons

Les raisons suivantes peuvent provoquer la mort du cortex cérébral:

  1. Prédisposition génétique à la maladie.
  2. Blessures: contusion et commotion cérébrale.
  3. Mode de vie antisocial chez les jeunes: alcoolisme, toxicomanie - phénomènes suivis de dégradation sociale.
  4. Neuroinfections: VIH, myélite, poliomyélite, leptospirose, méningite, encéphalite, neurotuberculose, syphilis du cerveau; maladies purulentes, accompagnées de la formation d'abcès dans le tissu cérébral.
  5. Troubles vasculaires: athérosclérose due à une longue histoire de tabagisme.
  6. Maladies du système cardiaque: cardiopathie ischémique, insuffisance cardiaque.
  7. Empoisonnement du corps avec des barbituriques, du monoxyde de carbone.
  8. Décortication pathologique (désactivation des fonctions et atrophie corticale ultérieure) à la suite d'un coma.
  9. Pression intracrânienne persistante (plus souvent la cause de l'atrophie chez les nouveau-nés).
  10. Tumeurs. De gros néoplasmes peuvent presser les vaisseaux alimentant les sections du GM..

Ce sont des causes immédiates qui peuvent perturber la nutrition des cellules nerveuses du cerveau. Il existe également des facteurs indirects qui, bien qu'ils ne provoquent pas d'atrophie, provoquent le développement des principales causes:

  • fumeur;
  • hypertension artérielle;
  • manque de charge intellectuelle sur les capacités cognitives du cerveau.

Types et symptômes d'atrophie

Les types de pathologie sont déterminés par la localisation et le degré de mort des cellules cérébrales.

Changements atrophiques dans le cervelet

La zone de destruction des cellules est située dans le cervelet - le centre de coordination. La maladie s'accompagne d'un changement du tonus musculaire, de l'incapacité de garder la tête droite et d'une altération de la coordination de la position du corps.

Les personnes atteintes d'atrophie cérébelleuse perdent la capacité de prendre soin d'elles-mêmes: les mouvements sont souvent incontrôlables et les membres tremblent lors de l'exécution d'actions.

La parole est perturbée: elle ralentit et se chante. En plus des symptômes spécifiques, la destruction crustale provoque des maux de tête, des étourdissements, de la somnolence et de l'apathie..

Au fur et à mesure que l'atrophie progresse, la pression à l'intérieur du crâne augmente. Souvent, les nerfs crâniens sont paralysés, ce qui peut immobiliser les muscles des yeux. Les réflexes basaux disparaissent également.

Atrophie du cortex cérébral

La pathologie se manifeste par une dégradation de la personnalité. Une personne malade perd la capacité de contrôler son comportement, les critiques liées à son état diminuent. Les capacités cognitives diminuent: réflexion, mémoire, attention - les propriétés quantitatives de ces processus mentaux (vitesse, rythme, concentration, volume) sont perturbées. La mémoire régresse selon la loi de Ribot: d'abord, les événements récents sont oubliés, puis les événements d'il y a plusieurs années, après quoi les souvenirs d'il y a dix ans et la petite jeunesse sont oubliés.

L'atrophie du cortex entraîne le développement de l'infantilisme. La psyché du patient se dégrade au stade de développement précédent: «l'âge adulte» disparaît, les décisions sont difficiles à prendre, les qualités des enfants apparaissent dans le dessin de la personnalité. L'intérêt pour les problèmes sociaux est perdu, le divertissement est inclus dans le cercle des loisirs. Les émotions se dégradent également: l'égocentrisme, les sautes d'humeur, l'agitation se développent. Les personnes atteintes de cortex atrophié ne veulent pas prendre en compte les intérêts et les opinions de la famille, de la communauté ou des amis..

La déficience intellectuelle augmente. Avec la dynamique de l'atrophie, la capacité de réflexion logique abstraite diminue. Difficultés à comprendre la terminologie professionnelle, la capacité à résoudre les tâches standard et quotidiennes est entravée.

La violation du trophisme engage la sphère des compétences supérieures. Les patients ne savent pas comment attacher les lacets, cuire les aliments. Les musiciens oublient les accords, les artistes - comment brosser correctement, les écrivains - dans quel ordre les mots d'une phrase doivent-ils apparaître.

Au fur et à mesure que la pathologie s'approfondit, les patients perdent la capacité d'effectuer des actions élémentaires: se brosser les dents, tenir une cuillère, regarder autour de soi en traversant la route.

Le résultat de la maladie est une dégradation sociale, un infantilisme profond et une démence. Ces personnes sont hospitalisées dans un hôpital psychiatrique, puis envoyées dans des internats.

Subatrophie corticale

La subatrophie corticale est comprise comme une malnutrition partielle de la moelle épinière, dans laquelle les capacités cognitives du système nerveux ne sont que partiellement perdues. On peut dire qu'il s'agit d'une légère atrophie cérébrale entière..

Atrophie diffuse

La pathologie commence par une lésion de la substance cérébelleuse: la coordination et la précision des mouvements sont altérées. Les changements organiques apparaissent à mesure que les progrès progressent. Cela comprend une violation de la circulation cérébrale. Les symptômes n'ont le plus souvent pas de spécificité, principalement la sphère cognitive de la psyché s'aggrave.

Modifications atrophiques kystiques

La maladie apparaît principalement après une lésion cérébrale traumatique et une hémorragie dans la substance cérébrale. Signes d'atrophie sur les méthodes de recherche visuelle: le cortex est lissé, sa surface est réduite. La maladie a un pronostic relativement favorable avec une surveillance constante par un neurologue. Aux premiers stades des changements atrophiques, le cerveau active les capacités de compensation, de sorte que les fonctions supérieures ne changent pas.

Atrophie cérébrale généralisée

Il s'agit d'une atrophie systémique progressive de toutes les parties du cerveau final d'une personne. Cette forme de pathologie comprend l'atrophie du cortex et du cervelet. Le cerveau diminue de taille avec le temps. La plupart des capacités intellectuelles sont perdues à mesure qu'elles progressent.

La gravité de l'atrophie est déterminée par son degré:

Malnutrition cérébrale de 1 degré.

Il se caractérise par des manifestations minimes de la maladie. Les gens deviennent oublieux, pensent plus lentement, leur attention est distraite, leur vocabulaire diminue. Les propositions sont difficiles à rédiger. Difficulté à trouver des mots.

Le premier degré est le plus souvent asymptomatique. Les premiers signes sont considérés comme la fatigue, le manque de sommeil, le stress. Les patients hypocondriaques commencent à rechercher des maladies en eux-mêmes qui peuvent provoquer une mauvaise condition.

Lorsque vous contactez un médecin, vous pouvez ralentir la dynamique de la maladie, empêcher une augmentation du tableau clinique et restaurer partiellement les fonctions perturbées.

Le tableau clinique est caractérisé par une augmentation des défauts intellectuels. La capacité de mémoriser de nouvelles informations se détériore, les nouvelles compétences sont plus difficiles à maîtriser. Signes du 2e degré: diminution de la résistance à l'attention, détérioration de la mémoire à court terme, incapacité à prendre des décisions par eux-mêmes.

Maladie mentale accompagnée d'une atrophie cérébrale

La malnutrition du tissu nerveux provoque des affections neurodégénératives:

  1. La maladie d'Alzheimer. La pathologie est diagnostiquée après 65 ans. Cela commence par diminuer la quantité de RAM. Les gens ne peuvent pas se souvenir des événements d'hier ni de leur petit-déjeuner. Au fur et à mesure que vous progressez, la parole devient désordonnée, la mémoire à long terme se détériore. Les gens perdent la capacité de prendre soin d'eux-mêmes et oublient la région: les personnes âgées se perdent facilement dans un environnement auparavant familier.
  2. La maladie de Pick, diagnostiquée dans 50 à 60 ans. Elle se caractérise par des lésions des lobes frontaux et temporaux. Les patients avec ce diagnostic ne vivent pas plus de 10 ans à partir du moment où il a été posé. La maladie s'accompagne d'une démence totale. La parole se désintègre, la séquence de la pensée est perturbée. La mémoire et l'attention sont gravement altérées.

Une caractéristique distinctive des patients est l'anosognosie: les patients n'ont pas une évaluation critique de leur maladie et se considèrent en bonne santé. Leur comportement est passif et prévisible. Dans le discours, ils utilisent souvent des malédictions obscènes. La maladie de Pick ressemble à la maladie d'Alzheimer, mais la première progresse beaucoup plus vite et plus maligne.

Diagnostic et traitement

La maladie est diagnostiquée de manière globale: un examen objectif, une conversation avec un médecin, une recherche instrumentale et un psychodiagnostic.

  • Un examen objectif implique l'étude de l'activité nerveuse élémentaire: l'activité des réflexes tendineux, la coordination des mouvements des yeux et des membres, l'exécution d'actions simples (nouer les lacets).
  • Au cours de la conversation, le médecin découvre le vocabulaire du patient, sa critique de sa maladie. L'état général est évalué: la présence de conscience, la satisfaction sanitaire en général.
  • La tâche des méthodes instrumentales est de visualiser les troubles atrophiques dans le cerveau par IRM, CT ou vasographie. Les chiffres obtenus étudient les changements organiques du télencéphale..
  • Avec l'aide de psychodiagnostics, un psychologue médical étudie le degré de perte des fonctions intellectuelles. Le médecin évalue la capacité à mémoriser, la séquence de pensée, la persistance de l'attention, le QI du patient et son état émotionnel.

Le traitement de l'atrophie génétiquement modifiée est symptomatique. Pour corriger les troubles émotionnels, des normotimiques sont prescrits - des médicaments qui stabilisent l'humeur. Les fonctions intellectuelles perdues ne sont pas restaurées, par conséquent, le patient a besoin de soins constants: hygiène, alimentation, assurer le confort et le confort.

Le traitement médicamenteux agit uniquement comme une méthode auxiliaire. Le mieux que les proches peuvent donner est de prendre soin des malades. Le patient doit bénéficier du maximum de confort de vie, faciliter ses tâches ménagères, soutenir, stimuler et féliciter. Pour éviter la progression de la pathologie, il faut se livrer à une activité physique légère, marcher au grand air, lire et, si possible, résoudre des problèmes simples et des puzzles tels que Sudoku ou des mots croisés.

La prévention

Les facteurs de provocation doivent être évités: mener une vie saine, boire de l'alcool à des doses minimales et pas plus d'une fois par semaine. Il est nécessaire de formuler un régime contenant la plupart des oligo-éléments et des vitamines. La meilleure façon de prévenir l'atrophie et la démence est de s'engager dans le travail intellectuel et la créativité. Une étude réalisée en 2013 au Medical Science Center en Inde a révélé que l'apprentissage de nouvelles langues, ou simplement la connaissance de deux langues, retarde la dynamique de la maladie..

Atrophie cérébrale du cerveau - qu'est-ce que c'est

Le terme médical «atrophie cérébrale du cerveau» doit être compris comme la lente destruction des cellules (neurones) et des connexions nerveuses. Cette maladie est de nature progressive, conduisant une personne à une démence complète (démence). Chez une personne qui a cette maladie, il y a un processus graduel de mort cellulaire dans le cerveau.

En règle générale, une atrophie cérébrale du cerveau est observée chez les personnes de plus de 45 ans. Leurs organes vieillissent - ce qui est essentiellement un processus physiologique naturel. Cependant, les chercheurs modernes dans le domaine de la médecine ont identifié le fait que cette maladie peut apparaître à un plus jeune âge. Une grande variété de facteurs affectent la destruction du cerveau..

Cette maladie n'affecte en aucun cas l'espérance de vie d'une personne, selon les statistiques, la plupart des patients meurent d'autres maladies..

Malgré la survenue d'une atrophie cérébrale à un jeune âge, il n'est pas toujours possible de parler de la survenue de la démence chez une personne malade, de la maladie d'Alzheimer, de Pick, etc..

Les causes de la maladie

Aujourd'hui, l'une des principales causes de cette maladie est considérée comme une prédisposition génétique..

Mais non seulement la génétique contribue à la destruction des cellules nerveuses dans le cerveau, elle peut aussi être facilitée par les effets de diverses substances toxiques: une consommation assez fréquente de boissons alcoolisées par une personne ou un alcoolisme chronique affecte la destruction progressive de la structure corticale du cerveau.

L'exposition au corps humain à des produits chimiques et à des maladies telles que la toxicomanie, ainsi que des conditions de vie et de travail défavorables peuvent devenir une source d'atrophie cérébrale.

Diverses maladies névralgiques peuvent également provoquer une atrophie cérébrale du cerveau..

Types d'atrophie

  1. La maladie d'Alzheimer.
  2. Maladie de Pick.
  3. Folie - démence sénile.

Symptômes et évolution de l'atrophie cérébrale du cerveau

Cette maladie commence par des changements qui surviennent soudainement dans la personnalité: une personne malade montre soudainement une indifférence totale à tout ce qui l'entoure, devient léthargique et passive. Avec une telle symptomatologie, on peut également remarquer l'arrêt complet des aspects moraux moraux..

Le patient épuise progressivement tout son vocabulaire: la capacité de penser de manière productive, de comprendre, de se soumettre à l'autocritique disparaît. L'atrophie cérébrale du cerveau affecte la diminution de la motricité. L'écriture d'une personne malade change, et en même temps l'expression sémantique.

Tout au long de la période de la maladie, des changements importants se produisent avec une personne: avec le temps, elle commence à oublier le nom des objets qui l'entourent et leur but immédiat. Le patient ne peut pas utiliser ces choses qui lui étaient auparavant familières. Outre les troubles de la mémoire (partiels ou complets), la possibilité d'orientation dans l'espace est également perdue. En règle générale, une personne devient facilement suggestible, elle commence à vivre non pas sa propre vie, mais à copier le comportement des gens qui l'entourent..

La folie est le pic de la maladie - à ce stade, il y a une dégradation morale et en même temps physique de la personnalité.

Aujourd'hui, des spécialistes diagnostiquent une atrophie cérébrale chez leurs patients par IRM.

Avec la démence, accompagnée d'une destruction du cerveau, il peut y avoir:

  • Sclérose en plaques,
  • hydrocéphalie,
  • leucoencéphalopathie,
  • insuffisance rénale sévère,
  • neurosyphilis,
  • anoxie,
  • la maladie de Parkinson,
  • méningite et ainsi de suite.

Atrophie cérébrale du cerveau

À ce jour, dans la pratique médicale moderne, il n'y a pas de panacée pour cette maladie grave. L'accent principal dans son traitement est mis sur des soins de qualité pour une personne malade, ainsi que sur une attention accrue de la part des personnes proches du patient..

Le traitement symptomatique ne peut atténuer que les aspects individuels. Dès que les premiers cas de manifestation de cette maladie sont constatés, le patient doit immédiatement bénéficier de l'atmosphère la plus calme, sans perturber son mode de vie habituel.

Des tranquillisants doux à effet stimulant ou relaxant, des antidépresseurs et divers sédatifs aideront à maintenir un état d'esprit calme. Le patient sera immédiatement recommandé de maintenir un mode de vie sain et d'abandonner complètement les mauvaises habitudes existantes, et une attitude positive sera également très importante dans ce cas..

Traitement des modifications cérébrales atrophiques

Avec la mort lente des neurones (traitement, stockage, transmission d'informations aux cellules électriquement excitables), des changements atrophiques dans le cerveau se développent - une atrophie cérébrale. Dans ce cas, le cortex ou le sous-cortex du cerveau est endommagé. Ce trouble survient généralement chez les personnes âgées, la majorité des patients étant des femmes.

p, citation de bloc 2,0,0,0,0 ->

  • Types de pathologie
  • Symptômes
  • Stades de la maladie
  • Les raisons
  • Diagnostique
  • Chez les enfants
  • Thérapie
  • Prévention et alimentation

L'atrophie peut survenir entre 50 et 55 ans et se terminer par une démence complète. Cela a été attribué au dessèchement de la masse cérébrale en raison du processus de vieillissement. Mais parfois, une pathologie est observée dans l'enfance. Il y a plusieurs raisons à son apparition. Le traitement est généralement symptomatique, car il s'agit d'une maladie évolutive et incurable.

p, blockquote 3,0,0,0,0 ->

Types de pathologie

p, blockquote 4,0,0,0,0 ->

Il existe plusieurs types d'atrophie:

p, blockquote 5,0,0,0,0 ->

  • Multisystème, caractérisé par des changements dans le cervelet, le liquide céphalo-rachidien, le tronc cérébral. Le patient présente des troubles autonomes, un dysfonctionnement érectile, une démarche instable, une forte augmentation de la pression, des tremblements des membres. Souvent, les symptômes de la pathologie sont confondus à tort avec d'autres maladies, par exemple avec la maladie de Parkinson.
  • Corticale, causée par la destruction du tissu du cortex cérébral en raison de changements liés à l'âge survenant dans les neurones. Les lobes frontaux sont souvent touchés. Le trouble est exprimé à un rythme croissant et se transforme à l'avenir en démence sénile.
  • Subatrophie. Elle se caractérise par une perte partielle de l'activité d'une zone distincte ou du lobe entier du cerveau. Si le processus a eu lieu dans la région frontotemporale, le patient a des difficultés à entendre, à communiquer avec les gens et des problèmes cardiaques..
  • Atrophie diffuse. Au début, il présente des symptômes caractéristiques de modifications du cervelet, mais plus tard, il se manifeste par des signes plus spécifiques, selon lesquels la pathologie est diagnostiquée. Le trouble est aggravé par une circulation cérébrale altérée et est considéré comme le type de transformation atrophique le plus défavorable.
  • La transformation corticale ou sous-corticale est causée par la thrombose et la présence de plaques athéroscléreuses, conduisant à une privation d'oxygène et à la destruction des neurones dans les régions pariétales et occipitales du cerveau. L'impulsion pour le développement de la pathologie est souvent une violation des processus métaboliques, l'athérosclérose, des sauts de tension artérielle et d'autres facteurs provoquants.

Symptômes

p, blockquote 6,0,0,0,0 ->

Les manifestations de la maladie dépendent fortement de la partie du cerveau touchée. L'atrophie cérébelleuse des zones sous-corticales présente les symptômes suivants:

p, blockquote 7,0,0,0,0 ->

  • Lors de la transformation de la moelle allongée, la respiration est perturbée, les systèmes cardiovasculaire et digestif en souffrent et les réflexes protecteurs sont inhibés.
  • Les changements destructeurs dans le cervelet sont caractérisés par une altération du tonus musculaire et de la coordination des mouvements.
  • Les réactions aux stimuli disparaissent en raison de la mort des cellules du mésencéphale.
  • Les dommages au diencéphale se manifestent par une thermorégulation altérée et un déséquilibre métabolique métabolique.
  • Il est difficile de ne pas remarquer l'atrophie du cerveau antérieur - tous les types de réactions réflexes aux stimuli sont perdus.

Des dommages compliqués aux cellules sous-corticales du tissu et des structures cérébrales menacent de perdre la capacité de vivre et de mourir à l'avenir. Ce degré de changements atrophiques est rare, principalement après des blessures graves ou des dommages aux gros vaisseaux.

p, blockquote 8,0,0,0,0 ->

p, citation de bloc 9,0,1,0,0 ->

L'atrophie du cortex cérébral est caractérisée par les symptômes suivants:

p, blockquote 10,0,0,0,0 ->

  • Difficulté à trouver les bons mots pour exprimer des pensées, des sentiments.
  • Diminution de la capacité d'autocritique et de compréhension de l'actualité.
  • Difficulté à parler.
  • Troubles de la mémoire marqués.
  • Dépressions émotionnelles, nervosité.
  • Manque de désir de prendre soin des autres.
  • Motilité de la main altérée, changements de l'écriture pour le pire.
  • Désordre mental.

Le patient perd progressivement la capacité de reconnaître les objets et de comprendre quoi en faire. Il ne peut pas s'orienter dans l'espace en raison de troubles de la mémoire. Une manière atypique d'imitation d'autrui apparaît, puisqu'une personne devient facilement suggestible. Dans le futur, la folie se développe, caractérisée par une désintégration complète de la personnalité.

p, citation de bloc 11,0,0,0,0 ->

Stades de la maladie

p, blockquote 12,0,0,0,0 ->

Au début, le patient remplit sans trop de difficulté les anciennes fonctions, si elles ne nécessitent pas d'effort mental. Généralement, les symptômes généraux sont notés:

p, blockquote 13,0,0,0,0 ->

  • Tourner la tête.
  • Attaques de maux de tête.
  • Distraction.
  • Négligence.
  • État dépressif.

Ces signes sont souvent attribués à des troubles vasculaires. Si à ce stade, la maladie est diagnostiquée et qu'un traitement compétent est commencé, cela aidera à ralentir considérablement le processus nécrotique..

p, blockquote 14,0,0,0,0 ->

Peu à peu, la maîtrise de soi du patient est affaiblie, son comportement devient étrange, il agit sans réfléchir, parfois il y a de l'agressivité. Des troubles de la coordination sont notés, la motricité fine en souffre. La capacité d'adaptation sociale diminue. La transformation du cerveau affecte la perception de la parole. Les plaintes concernant leur état cessent, à mesure que la perception et l'analyse des événements présents changent.

p, blockquote 15,0,0,0,0 ->

La dernière étape est caractérisée par la destruction cérébrale la plus sévère. L'atrophie cérébrale conduit à la démence. Le patient ne peut plus se servir lui-même, s'exprimer, lire et écrire. Les troubles mentaux sont remarqués.

p, blockquote 16,0,0,0,0 ->

Les raisons

p, blockquote 17,0,0,0,0 ->

Il n'a pas encore été possible d'établir une image complète du développement de l'atrophie cérébrale. Mais de nombreuses études d'experts indiquent que les principales causes de la maladie résident dans les pathologies génétiques. Beaucoup moins souvent, les symptômes de transformations se développent dans le contexte de déformations secondaires du tissu nerveux, provoquées par des stimuli externes.

p, citation de bloc 18,0,0,0,0 ->

Les causes congénitales comprennent:

p, blockquote 19,1,0,0,0 ->

  • Hérédité.
  • Virus et infections qui infectent l'enfant alors qu'il est encore dans l'utérus.
  • Mutations chromosomiques.

L'une des maladies génétiques affectant le cortex cérébral est la maladie de Pick, qui se développe chez les adultes. Il s'agit d'une maladie rare et progressive qui affecte les lobes frontaux et temporaux. L'espérance de vie moyenne après le début de la maladie est de 5 à 6 ans. L'atrophie partielle des tissus survient dans les maladies suivantes:

p, blockquote 20,0,0,0,0 ->

  • La maladie d'Alzheimer.
  • Le syndrome de Parkinson.
  • La maladie de Huntington.

Les raisons acquises comprennent:

p, blockquote 21,0,0,0,0 ->

  • L'abus d'alcool et la toxicomanie provoquant une intoxication chronique du corps.
  • Neuroinfections chroniques et aiguës.
  • Blessure, commotion cérébrale, chirurgie cérébrale.
  • Hydrocéphalie.
  • Insuffisance rénale.
  • Ischémie.
  • L'athérosclérose.
  • Rayonnement ionisant.

Les causes acquises de l'atrophie cérébrale sont considérées comme conditionnelles. Chez les patients, ils ne sont observés que dans 1 cas sur 20. Et avec des anomalies congénitales, elles provoquent rarement des maladies..

p, blockquote 22,0,0,0,0 ->

Diagnostique

p, blockquote 23,0,0,0,0 ->

La maladie est diagnostiquée par des méthodes instrumentales:

p, citation de bloc 24,0,0,0,0 ->

  • Imagerie par résonance magnétique, qui détecte les dommages aux structures cérébrales. La procédure vous permet de diagnostiquer avec précision la maladie dans les premiers stades et de surveiller son évolution.
  • La tomodensitométrie, qui permet d'identifier les maladies des vaisseaux cérébraux, de déterminer la localisation des néoplasmes existants et d'autres pathologies qui interfèrent avec la circulation sanguine normale. La tomographie multispirale est la plus informative. Au cours de cet examen, même le stade initial de la subatrophie peut être détecté en raison de la transformation couche par couche de l'image de la zone à problème du cerveau..

Chez les enfants

p, citation de bloc 25,0,0,0,0 ->

L'atrophie cérébrale chez les nouveau-nés est souvent causée par l'hydrocéphalie. Le trouble se traduit par une augmentation de la quantité de liquide céphalo-rachidien, qui protège le cerveau de divers dommages. Il existe de nombreuses raisons à cette condition. Souvent, la maladie se développe dans l'utérus en raison de:

p, citation 26,0,0,0,0 ->

  • Les infections.
  • Virus.
  • Grossesse perturbée.

Parfois, un traumatisme à la naissance avec une hémorragie cérébrale ultérieure agissent comme des provocateurs. En outre, l'atrophie accompagnée de modifications cérébrales graves est associée à une hypoxie, un conflit Rh, des troubles génétiques.

p, blockquote 27,0,0,0,0 ->

La pathologie peut être détectée par examen échographique. Une fois le diagnostic posé, l'enfant est hospitalisé car il a besoin d'un traitement sérieux, qui consiste à éliminer les symptômes. Beaucoup d'efforts et de temps seront nécessaires pour la rééducation, mais même dans le meilleur des cas, les conséquences affectent le développement mental et physique du bébé. La destruction compliquée du tissu cérébral entraîne la mort.

p, blockquote 28,0,0,0,0 ->

Thérapie

p, blockquote 29,0,0,1,0 ->

Les patients atteints d'atrophie nécessitent des soins et une attention constants de la part de leurs proches. Le traitement de la maladie consiste à prendre:

p, blockquote 30,0,0,0,0 ->

  • Les antidépresseurs.
  • Sédatifs.
  • Tranquillisants doux.

p, citation de bloc 31,0,0,0,0 ->

  • Les nootropiques sont prescrits pour l'ischémie.
  • Les statines sont utilisées pour l'athérosclérose.
  • Avec augmentation de la formation de thrombus - agents antiplaquettaires.
  • Pour l'hydrocéphalie, traitement avec des diurétiques.
  • Pour améliorer les processus métaboliques, une thérapie vitaminique est prescrite.

Les médicaments sont également utilisés pour améliorer la circulation sanguine. Ils stimulent le processus d'hématopoïèse, normalisent la circulation sanguine, suspendent la nécrose tissulaire, leur fournissant de l'oxygène. En l'absence de contre-indications, un massage est prescrit pour améliorer la circulation sanguine et l'humeur psycho-émotionnelle du patient..

p, blockquote 32,0,0,0,0 ->

Étant donné que l'atrophie se développe souvent chez les personnes âgées en raison de l'athérosclérose et des pics de pression artérielle, la pression et le métabolisme lipidique sont nécessairement normalisés. Parmi les antihypertenseurs, les inhibiteurs de l'ECA et les antagonistes de l'angiotensine sont utilisés.

p, citation 33,0,0,0,0 ->

Lorsque des signes prononcés de la maladie apparaissent, le patient doit être dans les conditions habituelles de la vie, entouré d'une atmosphère calme et favorable. Toute situation stressante peut aggraver la situation. Il est important de donner à une personne l'occasion de faire des choses ordinaires, de se sentir nécessaire dans la famille et de ne pas changer ses habitudes et son mode de vie établi. Il a besoin d'une alimentation saine et équilibrée, d'une activité physique, en alternance avec du repos, du respect de la routine quotidienne.

p, blockquote 34,0,0,0,0 ->

Prévention et alimentation

p, citation de bloc 35,0,0,0,0 ->

Une attitude correcte, une participation active à la vie de famille, les tâches ménagères ont un effet positif sur l'état du patient et inhibent le développement de la maladie. La plupart des spécialistes expérimentés tendent à cela. Aide à prévenir les maladies:

p, blockquote 36,0,0,0,0 ->

  • Un rejet catégorique des mauvaises habitudes.
  • Activités sportives.
  • Nutrition adéquat.
  • Surveillance quotidienne de la pression artérielle (un tonomètre est utilisé pour cela et les indicateurs sont enregistrés dans un cahier).
  • Charges mentales obligatoires (lire, faire des mots croisés).

Le régime alimentaire joue un rôle important pour maintenir le cerveau opérationnel. Aide à améliorer la fonction cérébrale:

p, blockquote 37,0,0,0,0 ->

  • Noix (noix, arachides, amandes).
  • Fruits (de préférence frais).
  • Fruits de mer et poissons.
  • Céréales, son.
  • Les produits laitiers.
  • Verdure.

Il est conseillé d'exclure du menu:

p, blockquote 38,0,0,0,0 ->

  • Rôti.
  • Fumé.
  • Salé.
  • Farine.
p, blockquote 39,0,0,0,1 ->

Une personne qui a trouvé des changements atrophiques dans le cerveau ne doit pas abandonner, sachant qu'il s'agit d'une maladie qui ne peut être traitée avec des médicaments. Cela empirera tôt ou tard. L'essentiel est de ralentir l'évolution de la maladie, de charger l'esprit et le corps, d'essayer de profiter de la vie et d'y participer aussi activement que possible..

Date de publication: 05.04.2019

Neurologue, réflexologue, diagnosticien fonctionnel

33 ans d'expérience, la catégorie la plus élevée

Compétences professionnelles: Diagnostic et traitement du système nerveux périphérique, maladies vasculaires et dégénératives du système nerveux central, traitement des maux de tête, soulagement des syndromes douloureux.

Causes de l'atrophie cérébrale et leurs caractéristiques

L'atrophie cérébrale est le terme pour une diminution du volume cérébral. Mais ce n'est qu'une découverte radiologique, qui en soi ne veut rien dire. Il est évalué exclusivement en association avec des manifestations cliniques. L'atrophie cérébrale (code CIM-10 - G31.1) se manifeste par la contraction du cerveau par rapport au crâne, l'expansion des encoches entre les circonvolutions et souvent aussi une augmentation du volume des ventricules cérébraux. Le plus souvent, cette condition est causée par la vieillesse, un mauvais apport sanguin au cerveau, des troubles métaboliques. Les symptômes peuvent être variés. Parfois, il n'y a aucun signe d'atrophie.

Modifications cérébrales causées par le vieillissement (atrophie sénile)

En moyenne, le poids du cerveau est de 1300 g chez la femme et de 1400 g chez l'homme. Il atteint son maximum entre 30 et 40 ans. Dans la période suivante, sa lente diminution initiale commence. L'accélération des changements atrophiques dans le cerveau commence après 60 ans, chez les femmes, un peu plus tôt. Mais il existe des écarts individuels importants par rapport à la moyenne. Ils sont dus à des influences génétiques, au développement de l'athérosclérose. À 70 ans, le volume cérébral dépasse 90% du volume de la cavité crânienne, puis diminue progressivement à 80%. Une manifestation macroscopique d'atrophie est un léger rétrécissement des circonvolutions et un approfondissement des sillons. La diminution du volume de la substance blanche conduit à l'expansion des ventricules; la coque molle est durcie macroscopiquement par un élargissement modéré des ligaments.

Avec l'atrophie de la vieillesse, une diminution des dendrites, une prolifération de la lipofuscine dans le cytoplasme des neurones et une légère mort générale des neurones sont détectées au microscope. Des dépôts amyloïdes apparaissent dans les parois des petits vaisseaux et périvasculaires. Des changements dégénératifs apparaissent dans la matière grise.

Ces données ne sont pas pathognomoniques pour l'atrophie liée à l'âge. Ils se produisent également dans d'autres conditions appartenant au groupe des maladies dégénératives du système nerveux central..

Démence (démence)

La démence est un syndrome clinique qui fait partie d'au moins 50 maladies différentes. Environ 80% des personnes atteintes de démence sont atteintes de la maladie d'Alzheimer. D'autres raisons incluent une gamme de violations.

Maladies dégénératives primaires du système nerveux central:

  • La maladie de Huntington;
  • La maladie de Parkinson;
  • autres états.

Un groupe de diverses lésions cérébrales:

  • maladies métaboliques;
  • changements dans les vaisseaux sanguins;
  • hyperthermie;
  • hypoxie;
  • tumeurs (cancer);
  • conditions post-traumatiques;
  • hydrocéphalie;
  • encéphalite;
  • lésions cérébrales causées par des toxines, des drogues, de l'alcool, des médicaments.

L'atrophie sénile du cerveau lui-même n'est pas la cause de la démence. Le terme précédemment utilisé «démence sénile» ne correspond à aucun sujet morphologiquement ou cliniquement distinct. La vieillesse et la démence ne sont pas synonymes.

En outre, un lien défini entre la démence et les manifestations d'organes vicariants a déjà été suggéré. Aujourd'hui, il n'y a pas d'association entre ces conditions..

Maladies dégénératives du système nerveux central

C'est un groupe assez large et fragmenté. Au premier plan des changements se trouvent la destruction neuronale d'origine inflammatoire, toxique ou métabolique. De nombreux cas sont d'origine familiale et leur étiologie est inconnue. Ils apparaissent principalement à l'âge adulte, souvent dans la période pré-sénile. Les troubles affectent un ou plusieurs systèmes neuronaux fonctionnels, tandis que les autres systèmes restent intacts.

Maladies dégénératives affectant le cortex cérébral

Le groupe de maladies affectant le cortex cérébral comprend les maladies d'Alzheimer et de Pick.

Maladie d'Alzheimer (démence présénile)

Le principal changement structurel est une diminution du nombre de neurones, des modifications des neurofibrilles, des corps granutocuolaires dans le cytoplasme des neurones (vacuoles 3-5 μm, avec une forme centrale à grains fins).

Le cerveau a tendance à rétrécir. Son poids peut être inférieur à 900 g. Les circonvolutions se rétrécissent, les rainures s'élargissent. Les changements maximaux se produisent dans les lobes occipitaux et frontaux. La substance blanche, l'hippocampe, les noyaux gris centraux sont touchés. Le cervelet et le tronc restent en grande partie inchangés. L'atrophie s'accompagne d'une hypertrophie des ventricules latéraux (hydrocéphalie).

La maladie d'Alzheimer est la cause la plus fréquente de démence. En règle générale, il commence avant l'âge de 50 ans, se caractérise par une progression lente (10 ans ou plus). La mort survient généralement à la suite d'une infection intercurrente, généralement une bronchopneumonie. Les femmes tombent plus souvent malades que les hommes; l'incidence est sporadique. L'hérédité autosomique récessive avec un défaut génétique sur le chromosome 21 a également été documentée.

Dans le syndrome de Down, chez les personnes de plus de 40 ans, la maladie d'Alzheimer est la règle. La raison est inconnue; biochimiquement, des carences en choline acétyltransférase et acétylcholinestérase ont été détectées dans les zones touchées. L'effet de l'intoxication chronique à l'aluminium pris en compte n'a pas été démontré de manière fiable.

Maladie de Pick

Le principal changement structurel est une extinction graduelle biphémisphérique (les deux hémisphères - les hémisphères sont affectés) des neurones, observée lors de la multiplication des astrocytes. Dans la substance blanche adjacente, la démyélinisation, la perte de fibres nerveuses, est démontrée. Dans le cytoplasme des neurones persistants, les corps de Peak sont présents, qui sont des formations argyrophiles arrondies. Ils sont formés par un plexus de neurofibrilles atypiques; leur origine n'est pas claire.

En règle générale, l'atrophie se manifeste dans les lobes frontaux et temporaux. Le gyrus affecté est réduit, tout le lobe a une consistance dure (sclérose lobaire).

L'atrophie du cortex cérébral peut également se manifester de manière irrégulière, rarement de manière diffuse.

Le trouble peut survenir dans les noyaux gris centraux, l'hippocampe et d'autres régions du système nerveux central.

La maladie de Pick est une maladie d'âge moyen et vieux. Elle survient sporadiquement, moins souvent dans les familles. C'est la cause d'environ 5% de tous les cas de démence. Plus affecte les hommes.

Maladies dégénératives affectant le système extrapyramidal

Le système extrapyramidal comprend:

  • ganglions de la base;
  • noyau sous-thalamique;
  • matière noire;
  • noyau rouge;
  • noyau du thalamus;
  • tronc cérébral.

Les dommages au système extrapyramidal entraînent un certain nombre de troubles, notamment:

  • akinésie;
  • violations du réflexe postural;
  • violation du tonus musculaire normal;
  • parésie partielle (paralysie).

Les changements dans le cerveau peuvent être à la fois limités, focaux et diffus..

La maladie de Huntington

Le principal changement structurel est la mort des cellules cérébrales dans le noyau caudé et basal. Les changements commencent par une diminution du nombre de petits neurones plus tardifs, avec une augmentation simultanée du nombre de cellules gliales. Une perte irréversible de neurones à des degrés divers est notée dans d'autres noyaux du système extrapyramidal, dans le cortex, le cervelet. L'atrophie des noyaux gris centraux, en particulier la réduction du noyau caudé en une couche mince, conduit à une expansion significative des ventricules latéraux. L'hydrocéphalie conduit souvent à un kyste du LCR.

Contrairement aux dégénérescences corticales primaires et sous-corticales (sous-corticales), les couches gyrienne et corticale ne sont pas dilatées de manière significative. Le poids du cerveau est réduit jusqu'à 30%. L'atrophie de la matière grise est corrélée à une diminution du volume de matière blanche.

La maladie débute généralement entre 30 et 50 ans, rarement à un plus jeune âge. Un type d'hérédité autosomique dominant avec localisation sur le 4ème chromosome lui est typique. La maladie progresse sur 15-20 ans.

la maladie de Parkinson

Le principal changement structurel de l'atrophie cérébrale corticale accompagnant la maladie de Parkinson est la disparition progressive des neurones dans les noyaux pigmentés de la substance noire et du locus, dans une moindre mesure dans le noyau moteur dorsal du nerf vague. La nécrose neuronale s'accompagne de la prolifération des astrocytes. Les corps de Lewy sont présents dans le cytoplasme des neurones permanents, souvent plusieurs dans une cellule. De nombreux corps de Lewy peuvent également être trouvés dans l'hypothalamus et d'autres zones du système nerveux central et périphérique; une plus grande implication du cortex cérébral fait partie des manifestations cliniques de la démence. La gravité des signes cliniques est en corrélation avec la perte de neurones dopaminergiques. La dopamine est également considérablement réduite dans d'autres parties du système nerveux central, principalement dans le striatum..

La maladie de Parkinson ne survient pas simultanément chez des jumeaux identiques, ce qui met l'accent sur l'influence de facteurs externes.

Maladies dégénératives du cervelet

Avec atrophie du cervelet, de son cortex, des voies cérébrales efférentes et afférentes. Ils comprennent un grand nombre d'unités rares avec une topographie et un degré de changements dégénératifs variables. Les modifications morphologiques peuvent être focales, diffuses, affecter certains systèmes du tractus cérébral (atrophie olivopontocérébelleuse, atrophie dentoalvéolaire, dégénérescence optocholédente). La dégénérescence cérébelleuse fait également partie des dégénérescences rachidiennes (morbus Friedreich) et des changements paranéoplasiques.

Sclérose en plaques

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune inflammatoire, démyélinisante et neurodégénérative causée par une réponse immunitaire anormale dirigée contre le système nerveux, le cerveau et la moelle épinière. La connaissance des processus et mécanismes conduisant à des dommages ou à la disparition du cytosquelette neuroaxonal se développe progressivement..

Le tableau clinique est initialement dominé par l'inflammation et la démyélinisation. Mais il est prouvé que même dans la période précoce, en particulier au stade progressif, des dysfonctionnements persistants se développent qui ne répondent pas au traitement. Cette condition est corrélée à des changements neurodégénératifs progressifs. L'IRM montre une atrophie cérébrale généralisée croissante; la moelle épinière est endommagée.

Les examens histopathologiques montrent des anomalies significatives de la matière grise dans le cerveau ainsi que des lésions de la substance blanche (en particulier dans le cortex, le thalamus et d'autres parties du cerveau, collectivement appelées matière gris foncé). Les mêmes changements se produisent dans ces structures que dans la substance blanche, mais avec la dominance de la microglie activée et la présence de macrophages contenant de la myéline.

Lésion cérébrale traumatique

Les lésions cérébrales causées par un accident vasculaire cérébral, une crise d'épilepsie ou un traumatisme (TBI, commotion cérébrale) conduisent souvent à une obstruction du flux sanguin, donc à une malnutrition du cerveau, à une perte des niveaux vitaux d'oxygène et de nutriments. Cela conduit à la mort cellulaire et à une atrophie ultérieure. En l'absence de traitement rapide de la maladie, la probabilité de déficit cognitif ou même de décès est très élevée..

Carence en vitamines

Carence en vitamine B à long terme12 dans l'alimentation peut entraîner une atrophie cérébrale. Une étude menée par des scientifiques de l'Université d'Oxford a révélé que les personnes ayant des niveaux B inférieurs12 la perte de son volume était plus élevée que chez les volontaires étudiés avec des niveaux plus élevés de cette vitamine.

Déficit B12 dans l'alimentation est dangereux pour les femmes enceintes. Il peut provoquer une insuffisance pondérale chez le nouveau-né, une résistance à l'insuline chez un nourrisson. Ceux. l'enfant présente un risque accru de développer un diabète.

Dépression

Des chercheurs de l'Université de Yale ont conclu qu'une dépression sévère peut détruire les neurones et rétrécir le cerveau humain. Lors d'expériences excessives, un «changement» d'un facteur de transcription contrôlant plusieurs gènes peut se produire.

L'atrophie cérébrale causée par une dépression sévère et un stress chronique peut entraîner des problèmes émotionnels et cognitifs. Les scientifiques de l'Université de Yale ont identifié l'une des raisons de ce phénomène. Ils ont comparé l'expression génique des tissus cérébraux dépressifs et non dépressifs. Les échantillons ont été obtenus à partir d'une banque de cerveaux où les organes de donneurs sont stockés pour la recherche scientifique.

Le cerveau des personnes déprimées a montré des signes de diminution de l'expression des gènes nécessaires pour maintenir la structure et la fonction des synapses qui relient les neurones qui convertissent les impulsions nerveuses. Au moins 5 de ces gènes sont régulés par un seul facteur de transcription GATA1. Son activation "désactive" les gènes nécessaires au maintien des synapses. Leur nombre diminue, les synapses s'affaiblissent, ce qui entraîne à son tour une perte de masse cérébrale, le développement d'un état subatrophique. Son activation chez les rongeurs expérimentaux a provoqué des symptômes de dépression. Cela suggère que GATA1 est impliqué non seulement dans une diminution du volume cérébral, mais aussi dans le développement de symptômes dépressifs. Les scientifiques pensent également que ses variantes génétiques peuvent affecter la sensibilité d'une personne au stress et à la dépression..

Antipsychotiques

Troubles de la coordination des mouvements, tremblements, membres «agités»... Ce sont des effets secondaires qui peuvent accompagner la première étape du traitement de la schizophrénie. Ils sont également apparus chez des volontaires adultes en bonne santé qui ont participé à une étude sur les effets secondaires du médicament Halopéridol, habituellement prescrit aux schizophrènes. Dans les 2 heures suivant l'introduction de cette substance, les volontaires ont développé des problèmes moteurs. L'IRM cérébrale a montré qu'elles sont associées à une diminution du volume de matière grise dans une région appelée le striatum, qui est responsable du contrôle des mouvements..

Mais l'effet du médicament était temporaire - quelques jours après l'expérience, le volume cérébral des volontaires est revenu à son niveau d'origine. Selon les scientifiques, ce résultat peut calmer les personnes qui craignent que les médicaments détruiront leurs cellules cérébrales..

Les neurones morts du cerveau ne sont pas restaurés, par conséquent, lorsque le médicament est détruit, un retour au volume d'origine est impossible. Par conséquent, les scientifiques pensent que la raison de la réduction de volume est une diminution temporaire du nombre de synapses (connexions fonctionnelles entre les neurones). La protéine BDNF, qui est impliquée dans les synapses et disparaît après l'utilisation d'agents antipsychotiques, en est probablement responsable..

De l'alcool

Si boire de l'alcool avec modération peut être bon pour le cœur, boire trop est l'ennemi du cerveau.

Bien que l'atrophie cérébrale légère soit courante chez les personnes âgées, la recherche montre que le processus est beaucoup plus rapide chez l'alcoolique et que les conséquences sont plus dramatiques..

De plus, la mort neuronale induite par l'alcool est plus prononcée chez les femmes. Cela n’a rien d’étonnant. On sait que les femmes réagissent différemment à l'alcool que les hommes. Ils y sont plus sensibles et l'absorbent plus rapidement..

La grande vulnérabilité des femmes à la consommation d'alcool est également confirmée par le fait qu'elles souffrent de cirrhose du foie, que les lésions du muscle cardiaque et des nerfs se développent beaucoup plus rapidement que chez les alcooliques masculins. La même règle s'applique aux lésions cérébrales.

Traitement

Malheureusement, il n'existe aucun traitement ciblé pour l'atrophie cérébrale. En règle générale, le traitement est prescrit par un médecin après un diagnostic de la maladie sous-jacente sur la base des résultats des examens (tomodensitométrie, ponction lombaire, IRM, etc.). Il vise à faciliter la vie du patient, à éliminer les symptômes et potentiellement à guérir la cause sous-jacente..

Les conditions conduisant à la démence manquent également de mesures thérapeutiques efficaces; seuls les médicaments de soulagement des symptômes et le soutien (spécialisé et à domicile) sont disponibles. Aujourd'hui, seule une méthode en développement d'utilisation des cellules souches est capable d'arrêter certaines maladies. Peut-être, grâce aux dernières méthodes, une personne pourra vivre avec un cerveau en bonne santé jusqu'à un âge avancé..