Principal > Sclérose

Lésion cérébrale traumatique: caractéristiques, conséquences, traitement et rééducation

Les lésions cérébrales traumatiques occupent la première place parmi toutes les blessures (40%) et surviennent le plus souvent chez les personnes âgées de 15 à 45 ans. Le taux de mortalité chez les hommes est 3 fois plus élevé que chez les femmes. Dans les grandes villes, sept personnes sur mille subissent chaque année des blessures cranio-cérébrales, tandis que 10% meurent avant d'arriver à l'hôpital. En cas de blessure mineure, 10% des personnes restent handicapées, en cas de blessure modérée - 60%, grave - 100%.

Causes et types de lésions cérébrales traumatiques

Un complexe de dommages au cerveau, à ses membranes, aux os du crâne, aux tissus mous du visage et de la tête - il s'agit d'une lésion cérébrale traumatique (TBI).

Le plus souvent, les accidents de la route souffrent de blessures cranio-cérébrales: conducteurs, passagers des transports en commun, piétons heurtés par des véhicules. En deuxième position en termes de fréquence d'occurrence, les blessures domestiques: chutes accidentelles, coups. Viennent ensuite les accidents du travail et les sports.

Les jeunes sont les plus vulnérables aux blessures pendant l'été - ce sont les soi-disant blessures criminelles. Les personnes âgées sont plus susceptibles d'avoir des TCC en hiver, les chutes de hauteur devenant la principale cause.

L'une des premières à classer les lésions cranio-cérébrales a été proposée par le chirurgien et anatomiste français du XVIIIe siècle, Jean-Louis Petit. Il existe aujourd'hui plusieurs classifications de blessures.

  • par gravité: légère (commotion cérébrale, contusion mineure), modérée (contusion sévère), sévère (contusion cérébrale sévère, compression aiguë du cerveau). L'échelle de Glasgow est utilisée pour déterminer la gravité. L'état de la victime est estimé de 3 à 15 points selon le niveau de confusion, la capacité d'ouvrir les yeux, la parole et les réactions motrices;
  • par type: ouvert (il y a des blessures sur la tête) et fermé (il n'y a pas de violations de la peau de la tête);
  • par type de dommage: isolé (les dommages n'affectent que le crâne), combinés (le crâne et d'autres organes et systèmes sont endommagés), combinés (la blessure a été reçue non seulement mécaniquement, le corps a également été affecté par les radiations, l'énergie chimique, etc.);
  • par la nature des dommages:
    • commotion cérébrale (blessure mineure aux conséquences réversibles, caractérisée par une perte de conscience à court terme - jusqu'à 15 minutes, la plupart des victimes n'ont pas besoin d'hospitalisation, après examen, le médecin peut prescrire un scanner ou une IRM);
    • contusion (il y a une violation du tissu cérébral en raison de l'impact du cerveau sur la paroi du crâne, souvent accompagnée d'une hémorragie);
    • dommages axonaux diffus au cerveau (les axones sont endommagés - les processus des cellules nerveuses qui conduisent les impulsions, le tronc cérébral souffre, des hémorragies microscopiques sont notées dans le corps calleux du cerveau; ces dommages surviennent le plus souvent lors d'un accident - au moment d'un freinage ou d'une accélération soudaine);
    • compression (des hématomes se forment dans la cavité crânienne, l'espace intracrânien est réduit, des foyers d'écrasement sont observés; une intervention chirurgicale d'urgence est nécessaire pour sauver la vie d'une personne).

La classification est basée sur le principe diagnostique, sur la base duquel un diagnostic détaillé est formulé, conformément au traitement prescrit.

Symptômes TBI

Les manifestations de la lésion cérébrale traumatique dépendent de la nature de la lésion.

Le diagnostic de commotion cérébrale est basé sur l'histoire. Habituellement, la victime rapporte qu'il y a eu un coup à la tête, qui s'est accompagné d'une perte de conscience à court terme et d'un seul vomissement. La gravité de la commotion cérébrale est déterminée par la durée de la perte de conscience - de 1 minute à 20 minutes. Au moment de l'examen, le patient est dans un état clair, peut se plaindre d'un mal de tête. Aucune anomalie autre que la pâleur de la peau n'est généralement détectée. Dans de rares cas, la victime est incapable de se souvenir des événements qui ont précédé la blessure. S'il n'y a pas eu de perte de connaissance, le diagnostic est posé comme douteux. Dans les deux semaines suivant une commotion cérébrale, une faiblesse, une fatigue accrue, une transpiration, une irritabilité et des troubles du sommeil peuvent survenir. Si ces symptômes ne disparaissent pas pendant une longue période, il convient de reconsidérer le diagnostic..

Avec une lésion cérébrale mineure, la victime peut perdre connaissance pendant une heure, puis se plaindre de maux de tête, de nausées et de vomissements. Des contractions des yeux en regardant de côté, une asymétrie des réflexes est notée. Les rayons X peuvent montrer une fracture des os de la voûte crânienne, dans le liquide céphalo-rachidien - un mélange de sang.

Une lésion cérébrale modérée s'accompagne d'une perte de conscience pendant plusieurs heures, le patient ne se souvient pas des événements précédant la blessure, de la blessure elle-même et de ce qui s'est passé après, se plaint de maux de tête et de vomissements répétés. Il peut y avoir: des violations de la pression artérielle et du pouls, de la fièvre, des frissons, des douleurs musculaires et articulaires, des convulsions, des troubles visuels, une taille inégale des pupilles, des troubles de la parole. Des études instrumentales montrent des fractures de la voûte crânienne ou de la base du crâne, une hémorragie sous-arachnoïdienne.

Avec une lésion cérébrale grave, la victime peut perdre connaissance pendant 1 à 2 semaines. Dans le même temps, des violations flagrantes des fonctions vitales (pouls, niveau de pression, fréquence et rythme de respiration, température) se révèlent en lui. Les mouvements des globes oculaires ne sont pas coordonnés, le tonus musculaire est modifié, le processus de déglutition est altéré, la faiblesse des bras et des jambes peut atteindre des convulsions ou une paralysie. En règle générale, cette condition est une conséquence de fractures de la voûte et de la base du crâne et d'une hémorragie intracrânienne..

Avec des lésions axonales diffuses au cerveau, un coma prolongé modéré ou profond se produit. Sa durée varie de 3 à 13 jours. La plupart des victimes ont un trouble du rythme respiratoire, une disposition différente des pupilles horizontalement, des mouvements involontaires des pupilles, les bras avec les mains pendantes pliées aux coudes.

Lorsque le cerveau est comprimé, deux tableaux cliniques peuvent être observés. Dans le premier cas, on note une "période de lumière", au cours de laquelle la victime reprend conscience, puis entre lentement dans un état de stupeur, qui est généralement similaire à l'étourdissement et à un engourdissement. Dans un autre cas, le patient tombe immédiatement dans le coma. Chacune des conditions est caractérisée par des mouvements oculaires incontrôlés, un strabisme et une paralysie croisée des membres..

Une compression prolongée de la tête s'accompagne d'un œdème des tissus mous, qui atteint un maximum de 2 à 3 jours après sa libération. La victime est en stress psycho-émotionnel, parfois en état d'hystérie ou d'amnésie. Paupières gonflées, vision diminuée ou cécité, œdème facial asymétrique, engourdissement du cou et de l'arrière de la tête. La tomodensitométrie montre un œdème, des hématomes, des fractures des os du crâne, des foyers de contusion cérébrale et d'écrasement.

Conséquences et complications du TBI

Après avoir subi une lésion cérébrale traumatique, beaucoup deviennent handicapés en raison de troubles mentaux, du mouvement, de la parole, de la mémoire, de l'épilepsie post-traumatique et d'autres raisons.

Même un TBI léger affecte les fonctions cognitives - la victime éprouve de la confusion et une diminution de ses capacités mentales. Dans les blessures plus graves, l'amnésie, les troubles de la vision et de l'audition, la parole et la déglutition peuvent être diagnostiqués. Dans les cas graves, l'élocution devient trouble ou même complètement perdue.

Les troubles de la motilité et des fonctions du système musculo-squelettique se traduisent par une parésie ou une paralysie des membres, une perte de sensibilité corporelle et un manque de coordination. En cas de blessures graves et modérées, la fermeture du larynx est insuffisante, ce qui entraîne une accumulation de nourriture dans le pharynx et pénètre dans les voies respiratoires.

Certains survivants de TBI souffrent du syndrome de la douleur - aiguë ou chronique. Le syndrome de la douleur aiguë persiste pendant un mois après la blessure et s'accompagne de vertiges, de nausées et de vomissements. Des maux de tête chroniques accompagnent une personne tout au long de sa vie après avoir reçu un TBI. La douleur peut être vive ou sourde, lancinante ou pressante, localisée ou irradiante, par exemple vers les yeux. Les crises de douleur peuvent durer de plusieurs heures à plusieurs jours et s'intensifier lors de moments de stress émotionnel ou physique.

Les patients sont sérieusement inquiets de la détérioration et de la perte des fonctions corporelles, de la perte partielle ou totale de la capacité de travail, par conséquent, ils souffrent d'apathie, d'irritabilité, de dépression.

Traitement TBI

Une personne qui a subi un traumatisme crânien a besoin d'une aide médicale. Avant l'arrivée d'une ambulance, le patient doit être couché sur le dos ou sur le côté (s'il est inconscient), un pansement doit être appliqué sur les plaies. Si la plaie est ouverte, couvrez les bords de la plaie avec des bandages, puis appliquez un bandage.

L'équipe d'ambulance emmène la victime au service de traumatologie ou à l'unité de soins intensifs. Là, le patient est examiné, si nécessaire, une radiographie du crâne, du cou, de la colonne thoracique et lombaire, de la poitrine, du bassin et des extrémités est effectuée, une échographie de la poitrine et de la cavité abdominale est effectuée, du sang et de l'urine sont prélevés pour analyse. Un ECG peut également être prescrit. En l'absence de contre-indications (état de choc), une TDM du cerveau est réalisée. Ensuite, le patient est examiné par un traumatologue, un chirurgien et un neurochirurgien et diagnostiqué.

Un neurologue examine le patient toutes les 4 heures et évalue son état sur l'échelle de Glasgow. En cas de troubles de la conscience, l'intubation trachéale est présentée au patient. Un patient en état de stupeur ou de coma se voit prescrire une ventilation artificielle. La pression intracrânienne est régulièrement mesurée chez les patients présentant des hématomes et un œdème cérébral.

Les victimes reçoivent un traitement antiseptique et antibactérien. Si nécessaire, anticonvulsivants, analgésiques, magnésie, glucocorticoïdes, sédatifs.

Les patients atteints d'hématome nécessitent une intervention chirurgicale. Retarder la chirurgie dans les quatre premières heures augmente le risque de décès jusqu'à 90%.

Pronostic de récupération pour un TBI de gravité variable

En cas de commotion cérébrale, le pronostic est favorable, à condition que le blessé suive les recommandations du médecin traitant. Une récupération complète de la capacité de travail est observée chez 90% des patients atteints de TBI léger. Dans 10%, les fonctions cognitives et un brusque changement d'humeur subsistent. Mais même ces symptômes disparaissent généralement dans les 6 à 12 mois..

Le pronostic du TBI modéré à sévère est basé sur le nombre de points sur l'échelle de Glasgow. Une augmentation des points indique une dynamique positive et une issue favorable de la blessure..

Chez les patients atteints de TBI modéré, il est également possible d'obtenir une restauration complète des fonctions corporelles. Mais souvent, des maux de tête, une hydrocéphalie, un dysfonctionnement végétatif-vasculaire, des troubles de la coordination et d'autres troubles neurologiques persistent.

Dans les TBI sévères, le risque de décès augmente de 30 à 40%. Parmi les survivants, il y a presque cent pour cent d'incapacité. Ses causes sont de graves troubles mentaux et de la parole, l'épilepsie, la méningite, l'encéphalite, les abcès cérébraux, etc..

Un ensemble de mesures de rééducation fournies en relation avec lui après l'arrêt de la phase aiguë est d'une grande importance pour le retour du patient à une vie active..

Orientations de la rééducation après un traumatisme crânien

Les statistiques mondiales montrent qu'un dollar investi aujourd'hui dans la réadaptation permettra d'économiser 17 dollars pour assurer la vie de la victime demain. La rééducation après TBI est effectuée par un neurologue, un rééducateur, un physiothérapeute, un ergothérapeute, un massothérapeute, un psychologue, un neuropsychologue, un orthophoniste et d'autres spécialistes. Leur activité, en règle générale, vise à ramener le patient à une vie socialement active. Le travail de restauration du corps du patient est largement déterminé par la gravité de la blessure. Ainsi, en cas de traumatisme grave, les efforts des médecins visent à restaurer les fonctions de respiration et de déglutition, à améliorer le fonctionnement des organes pelviens. En outre, des spécialistes travaillent à la restauration de fonctions mentales supérieures (perception, imagination, mémoire, pensée, parole) qui pourraient être perdues..

Thérapie physique:

  • La thérapie Bobath consiste à stimuler les mouvements du patient en modifiant la position de son corps: les muscles courts sont étirés, les muscles faibles sont renforcés. Les personnes handicapées motrices ont la possibilité de maîtriser de nouveaux mouvements et de perfectionner.
  • La thérapie Vojta aide à relier l'activité cérébrale et les mouvements réflexes. Le physiothérapeute irrite diverses parties du corps du patient, l'incitant ainsi à effectuer certains mouvements.
  • La thérapie Mulligan aide à soulager la tension musculaire et à soulager la douleur.
  • Installation "Exart" - systèmes de suspension avec lesquels vous pouvez soulager la douleur et reprendre le travail des muscles atrophiés.
  • Formations sur simulateurs. Les exercices sont montrés sur des machines cardiovasculaires, des machines de biofeedback, ainsi que sur une plateforme de stabilisation - pour la coordination de l'entraînement des mouvements.

L'ergothérapie est une direction de rééducation qui aide une personne à s'adapter aux conditions de l'environnement. L'ergothérapeute apprend au patient à prendre soin de lui-même au quotidien, améliorant ainsi la qualité de sa vie, lui permettant de retourner non seulement à la vie sociale, mais même au travail.

Kinesio tape est l'application de bandes adhésives spéciales sur les muscles et les articulations endommagés. La kinésithérapie aide à réduire la douleur et l'enflure, sans limiter les mouvements.

La psychothérapie fait partie intégrante d'un rétablissement de qualité après un TBI. Le psychothérapeute effectue une correction neuropsychologique, aide à faire face à l'apathie et à l'irritabilité inhérentes aux patients en période post-traumatique.

Physiothérapie:

  • L'électrophorèse médicinale combine l'introduction de médicaments dans le corps de la victime avec une exposition au courant continu. La méthode vous permet de normaliser l'état du système nerveux, d'améliorer l'apport sanguin aux tissus, de soulager l'inflammation.
  • La thérapie au laser combat efficacement la douleur, l'œdème tissulaire, a des effets anti-inflammatoires et réparateurs.
  • L'acupuncture peut réduire la douleur. Cette méthode est incluse dans le complexe de mesures thérapeutiques dans le traitement de la parésie et a un effet psychostimulant général..

La pharmacothérapie vise à prévenir l'hypoxie cérébrale, à améliorer les processus métaboliques, à restaurer l'activité mentale active et à normaliser le fond émotionnel d'une personne.

Après des traumatismes crâniens modérés et graves, il est difficile pour les victimes de retrouver leur mode de vie habituel ou de faire face aux changements forcés. Afin de réduire le risque de développer des complications graves après un TBI, il est nécessaire de suivre des règles simples: ne pas refuser l'hospitalisation, même s'il semble que l'état de santé est en ordre, et ne pas négliger différents types de rééducation qui, avec une approche intégrée, peuvent donner des résultats significatifs.

Quel centre de rééducation après TBI pouvez-vous contacter??

«Malheureusement, il n'existe pas de programme unique de rééducation après un traumatisme cranio-cérébral qui permettrait au patient de retrouver son état antérieur avec une garantie à 100%», explique un spécialiste du centre de rééducation des Trois Sœurs. - La principale chose à retenir est qu'avec le TBI, beaucoup dépend de la rapidité avec laquelle les mesures de rééducation sont prises. Par exemple, "Three Sisters" accepte les victimes immédiatement après l'hospitalisation, nous fournissons une assistance même aux patients souffrant de stomies, d'escarres, nous travaillons avec les plus petits patients. Nous recevons des patients 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, non seulement de Moscou, mais aussi des régions. Nous consacrons 6 heures par jour à des cours de rééducation et surveillons en permanence la dynamique de récupération. Notre centre emploie des neurologues, des cardiologues, des neuro-urologues, des physiothérapeutes, des ergothérapeutes, des neuropsychologues, des psychologues, des orthophonistes - tous sont des experts en réadaptation. Notre tâche est d'améliorer non seulement la condition physique de la victime, mais aussi la condition psychologique. Nous aidons une personne à avoir confiance que, même après avoir subi un traumatisme grave, elle peut être active et heureuse ».

* Licence du ministère de la Santé de la région de Moscou n ° LO-50-01-011140, délivrée par LLC RC Three Sisters le 02 août 2019.

La rééducation médicale d'un patient ayant subi une lésion cérébrale traumatique peut aider à accélérer le rétablissement et à prévenir d'éventuelles complications.

Les centres de réadaptation peuvent offrir des services de réadaptation médicale pour un patient qui a subi un traumatisme crânien, visant à éliminer:

  • troubles du mouvement;
  • troubles de la parole;
  • troubles cognitifs, etc..
En savoir plus sur les services.

Certains centres de réadaptation offrent un coût fixe de séjour et des services médicaux.

Vous pouvez obtenir une consultation, en savoir plus sur le centre de rééducation et réserver une heure de traitement en utilisant le service en ligne.

Il vaut la peine de se remettre de lésions cérébrales traumatiques dans des centres de rééducation spécialisés possédant une vaste expérience dans le traitement des pathologies neurologiques..

Certains centres de rééducation effectuent une hospitalisation 24h / 24 et 7j / 7 et peuvent accepter des patients alités, des patients en état aigu, ainsi qu'une faible conscience.

En cas de suspicion de TBI, vous ne devez en aucun cas essayer de faire asseoir la victime ou de la soulever. Vous ne pouvez pas le laisser sans surveillance et refuser une assistance médicale.

Pression intracrânienne: symptômes et traitement, pilules et recettes alternatives

La principaleNeurologieHypertension Pression intracrânienne: symptômes et traitement, pilules et recettes alternatives

Le LCR dans le cerveau est renouvelé jusqu'à 7 fois par jour. Son volume constant est normalement d'environ 1 litre. Si, pour une raison quelconque, la circulation du liquide céphalo-rachidien est perturbée, cela commence à exercer une pression, provoquant une déformation et une atrophie du tissu cérébral. La pression intracrânienne peut changer tout au long de la journée, alors qu'une personne ne ressent pas d'inconfort, une condition pathologique est considérée lorsqu'elle devient persistante.

Symptômes d'une augmentation de la pression intracrânienne

La PCI peut survenir chez les adultes et les enfants; selon les données médicales, elle survient plus souvent chez les femmes. La pression crânienne normale chez un adulte peut atteindre 15 mm Hg, dans l'enfance elle est inférieure.

  • maux de tête fréquents, surtout le matin ou la nuit;
  • distraction, léthargie, somnolence;
  • sautes d'humeur;
  • mal au dos;
  • nausée et vomissements;
  • augmentation de la transpiration;
  • tachycardie;
  • détérioration de la vision (vision double, vision floue des objets, accès de cécité, diminution de la réaction à la lumière, apparition de brouillard devant les yeux);
  • ecchymoses et ecchymoses sous les yeux, modification de la forme du globe oculaire;
  • violation de la mobilité articulaire;

Les principaux signes de l'ICP sont une déficience visuelle et des maux de tête qui couvrent toute la zone, par opposition à la migraine, localisée d'un côté. La douleur augmente avec les virages, les mouvements brusques et n'est pas éliminée par la prise d'analgésiques. Chez les enfants, la condition peut se manifester:

  • augmentation visuelle de la taille de la tête;
  • mouvement oculaire involontaire;
  • une augmentation de la fontanelle;
  • convulsions;
  • saillie des vaisseaux sanguins sur la tête;
  • les parents pourront remarquer un retard de développement par rapport à leurs pairs;
  • le bébé régurgite souvent et prend peu de poids;
  • le comportement deviendra agité, léthargique et somnolent;
  • le regard de l'enfant sera dirigé non pas devant lui, mais vers le bas.

Si l'ICP apparaît à la suite de blessures à la tête, la personne sera affaiblie, la somnolence apparaîtra et des évanouissements sont possibles. L'apparition de tels symptômes peut indiquer d'autres maladies, cependant, cela devrait devenir une raison obligatoire pour contacter un médecin. L'hypertension est diagnostiquée par:

  1. Numération globulaire générale.
  2. IRM ou CT.
  3. Ponction lombaire.
  4. Examen de laboratoire du liquide céphalo-rachidien.

ICP est mesurée au moyen d'un cathéter et d'une connexion à des transducteurs ou par ponction lombaire.

Les raisons de l'augmentation de la pression

La cause de l'augmentation de la pression intracrânienne est une diminution de l'absorption, une stagnation ou une circulation accrue du liquide céphalo-rachidien. La condition est secondaire, elle est causée par les raisons suivantes:

  • dommages mécaniques au crâne et au cerveau;
  • inflammation (encéphalite, méningite);
  • obésité;
  • hypertension;
  • hyperthyroïdie;
  • dysfonctionnement des glandes surrénales;
  • pathologies hépatiques;
  • ostéochondrose de la colonne cervicale;
  • tumeurs sur la tête;
  • abcès, kystes, helminthiase, otite moyenne, bronchite, mastoïdite, paludisme, accident vasculaire cérébral;
  • prendre certains médicaments.

Les causes de l'ICP peuvent également inclure une prédisposition génétique. Chez les nourrissons, la maladie peut être provoquée par un traumatisme à la naissance, une hypoxie, une toxicose et une prématurité.

Comprimés pour abaisser la pression intracrânienne chez l'adulte

Le traitement de la pression intracrânienne dépend du degré et de la gravité de la maladie. La thérapie comprend: médicaments, physiothérapie, massage, acupuncture, thérapie par l'exercice, régimes, remèdes populaires, opérations. Vous pouvez ramener la pression à la normale en faisant de l'exercice et en faisant du jogging en respirant correctement..

  1. Diurétiques Les comprimés du groupe des diurétiques pour ICP sont prescrits plus souvent que les autres médicaments. Les médicaments ont un effet diurétique, ce qui aide à abaisser la tension artérielle. Les plus prescrits sont: Furosémide, Lasix, Hypothiazide, Diacarbe, Glycérol, Mannitol, Euphylline.
  2. Médicaments vasodilatateurs. Les médicaments abaissent la tension artérielle en permettant au liquide de s'écouler vers le cerveau. Les injections d'acide nicotinique ont un effet rapide, le traitement peut être effectué: Actovegin, Cinnarizin, Sermion, Phenotropil, Aspirin, Glycine, Bilobil, Pantogam.
  3. Agents vasoactifs. Les comprimés de pression intracrânienne aident à dilater les vaisseaux sanguins, à améliorer la circulation sanguine et à réduire la pression. Bien traiter les symptômes: Magnésie, Cavinton, Sermion, Nicergoline.
  4. Médicaments contre les maux de tête. Le syndrome de la douleur est supprimé: Analgin, Aspirin, Paracetamol, Ibuprofen, Citramon, Ibuclin, Nurofen, Solpadein, Pentalgin. Peut-être la nomination de bêta-bloquants: Coriol, Atenolol, Tenoric, Bisoprolol, Acébutolol ou inhibiteurs calciques: Virapamil, Diltiazem, Nimotop, Nifedipine.
  5. Médicaments pour la pression intracrânienne avec des acides aminés. Les moyens éliminent les conséquences d'une circulation altérée du liquide céphalo-rachidien, ne permettent pas aux cellules de s'effondrer. Les patients se voient prescrire l'utilisation de: Glycine, Citrulline, Cerebrolysin.

Les inhibiteurs de l'ECA peuvent également être utilisés: Kapoten, Captopril, multivitamines: B-50, Neurobion, Neurovitan.

Traitement de la pression intracrânienne chez un enfant

Le traitement de la pression intracrânienne chez un enfant nécessite de la prudence. Il existe des cas de disparition spontanée des symptômes jusqu'à l'âge de six mois. La thérapie, comme chez les adultes, commence par identifier la cause de la maladie. Un diagnostic et un traitement incorrects peuvent avoir de graves conséquences. Parmi les médicaments, les suivants peuvent être prescrits aux enfants:

  1. La circulation sanguine dans le cerveau peut être améliorée avec: Cortexin, Actovegin, Pantogam, Cinnarizin.
  2. Prescrit comme diurétique: Furosémide, Triampur, Diakarb.
  3. La glycine est utilisée à partir de neuroprotecteurs.
  4. De nootropiques, les enfants sont autorisés à prendre: Piracetam, Cavinton.
  5. Médecine homéopathique Traumeel aide à soulager les complications des traumatismes lors de l'accouchement..
  6. Nervohel aidera à vous calmer, vous pouvez restaurer le sommeil avec Dormikind.

L'auto-administration de médicaments pour cette affection est dangereuse, tous les médicaments doivent être strictement prescrits par un médecin après le diagnostic de la présence du HHV et d'autres maladies concomitantes.

Remèdes populaires

L'utilisation de remèdes populaires dans le traitement de la pression intracrânienne doit faire l'objet d'un traitement complexe avec des médicaments. Dans la plupart des cas, les recettes sont sûres, mais il existe des contre-indications.Par conséquent, vous devez d'abord consulter un médecin, en particulier dans le traitement des enfants. Avec ICP, les recettes suivantes sont efficaces.

citron

Sur la base de ce fruit, plus d'un remède pour le traitement de l'ICP peut être fabriqué. Les agrumes sont particulièrement efficaces lorsque la condition est provoquée par le surmenage. Le fruit convient également à la thérapie des écoliers. Il contient de la vitamine C, qui a un effet positif sur le système cardiovasculaire, aide à éliminer l'œdème, abaisse la tension artérielle, réduisant ainsi l'ICP. Pour le médicament, utilisez le jus de 1 citron, 2 grandes cuillères de miel et 100 ml d'eau. Le mélange est bu en une gorgée, de préférence avant le coucher..

Une autre recette suggère d'utiliser 1 citron et une tête d'ail, qui sont hachées et versées avec un litre d'eau non chaude. Le mélange résultant est mélangé et consommé 2 grandes cuillères une fois par jour. Le médicament est conservé au réfrigérateur..

Herbes

En tant que traitement de la pression intracrânienne, des teintures et des décoctions à base de diverses herbes peuvent être utilisées, les recettes suivantes sont considérées comme assez efficaces:

  1. Une cuillère à soupe de lavande est versée dans 500 ml d'eau bouillante et insistée pendant 60 minutes. La composition est prise dans 1 grande cuillère avant les repas. La lavande peut être donnée aux enfants, la durée du traitement est de 1 mois.
  2. La teinture est préparée à partir de 100 ml d'alcool, 1 cuillère à soupe de cônes de houblon et de feuilles de fraise. Le médicament sera prêt dans 14 jours. Le liquide filtré est ajouté 15 gouttes pour 250 ml d'eau et bu une fois par jour.
  3. Le médicament est à base de valériane, d'agripaume et d'aubépine, qui sont pris dans 1 petite cuillère et versez 500 ml d'eau bouillante. Après 60 minutes, l'infusion est prête à l'emploi, elle se boit dans 100 ml avant les repas.
  4. Ortie et ficelle à raison de 1 c. les cuillères sont versées avec un verre d'eau bouillante et conservées 15 minutes dans un bain-marie. La composition résultante est consommée dans 50 ml après les repas..
  5. Pour la teinture, les fleurs de trèfle sont versées dans un récipient égal à 1 litre. Les plantes doivent couvrir la moitié du conteneur. La vodka est versée dans les plats et laissée 2 semaines dans une pièce fraîche, en secouant de temps en temps. Le liquide filtré est consommé dans une petite cuillère deux fois par jour..
  6. Les feuilles de plantain à raison de 3 grandes cuillères sont versées avec 500 ml d'eau chaude, insistées et consommées 50 ml trois fois par jour, avant les repas.
  7. Plusieurs branches de mûrier versent 900 ml d'eau chaude, insistent et buvez 250 ml 3 fois par jour.

Dans le traitement, vous pouvez également utiliser des infusions alcoolisées prêtes à l'emploi. Avec ICP, il est également efficace d'utiliser: agripaume, menthe, aubépine, valériane.

Bains, inhalations, compresses

Un bain aux fleurs de tilleul peut aider à gérer les symptômes. Le calcul est fait à partir de 4 verres d'une plante sèche pour 10 litres d'eau bouillante, après 20 minutes le liquide est filtré et ajouté au bain au volume total d'eau.

Inhalations utiles avec des feuilles de laurier. Pour ce faire, 20 à 30 feuilles sont versées avec une petite quantité d'eau fraîchement bouillie, insistent pendant 3 minutes et commencent à inhaler enveloppées dans une serviette, pendant 15 minutes.

Pour une compresse à pression intracrânienne, qui est appliquée sur la tête la nuit, de l'huile de camphre et de l'alcool sont utilisés. De plus, la tête doit être enveloppée de polyéthylène. La durée du cours est de 10 jours. Fondamentalement, les recettes folkloriques sont utilisées en combinaison avec des médicaments afin d'accélérer la récupération. La possibilité de normaliser la condition sans médicament est discutée avec le médecin..

La prévention

Afin d'éviter la pression intracrânienne, une correction nutritionnelle est nécessaire. Évitez les aliments frits, salés, gras et épicés. Il est utile de manger plus d'aliments riches en potassium: pommes de terre, abricots secs, agrumes et autres légumes et fruits. Les autres mesures préventives comprennent:

  • utiliser un oreiller haut pendant le sommeil;
  • massage bien sûr de la colonne vertébrale, en particulier des sections cervicale et des épaules;
  • apport adéquat en vitamines;
  • natation et autres exercices.

Il convient également de garder à l'esprit que la pression intracrânienne provoque un changement brusque de climat, en restant dans les montagnes et en volant en avion, cela doit donc être évité si possible. La condition est très dangereuse, il est donc important de consulter un médecin dès que possible dès les premiers symptômes et en aucun cas de prescrire un auto-traitement, et de ne pas noyer les manifestations des analgésiques.

Comment traiter la pression intracrânienne: traitement chez l'adulte

Comment la pression intracrânienne est-elle traitée? Vous devez d'abord avoir une idée - qu'est-ce que la pression intracrânienne, quel est son taux et ce qui peut la faire augmenter. La pression intracrânienne est appelée la pression exercée par le liquide céphalo-rachidien contenu dans les ventricules du cerveau, ainsi qu'entre les membranes molles et arachnoïdiennes du cerveau. Le taux de pression intracrânienne est de 7,5 à 15 mm Hg. Art. Avec l'hypertension intracrânienne, elle peut dépasser 30 mm Hg. st.

L'augmentation de la pression intracrânienne (ICP accrue, hypertension intracrânienne) est causée par une altération de la production ou de la sortie de liquide céphalo-rachidien (LCR), il s'agit d'une condition dangereuse pouvant entraîner des conséquences neurologiques indésirables.

La pression intracrânienne peut augmenter chez les personnes en bonne santé, mais dans ce cas, elle revient rapidement à la normale. L'hypertension à long terme n'est généralement pas une maladie indépendante, mais l'un des symptômes d'une autre maladie.

L'amélioration du mode de vie est un élément important de la thérapie. Les patients doivent absolument normaliser le travail et le régime de repos, tout d'abord assurer une nuit de sommeil complète.

Comment traiter la pression intracrânienne

L'hypertension intracrânienne peut-elle être traitée à domicile? Il n'y a pas de réponse définitive à cette question. Dans certains cas, la médecine traditionnelle est suffisante, dans d'autres il est impossible de se passer d'une intervention chirurgicale, tout dépend de la maladie primaire. Mais même dans les cas où le patient est traité à domicile, le médecin doit contrôler le cours du traitement..

Le traitement médicamenteux consiste généralement à utiliser des diurétiques, c'est-à-dire des diurétiques, qui, en éliminant le liquide du corps, aident à réduire la quantité de liquide céphalo-rachidien et, par conséquent, sa pression sur les structures cérébrales. Des vasodilatateurs, des sédatifs sont également prescrits, dans certains cas, des analgésiques sont indiqués..

Comme traitement supplémentaire, la physiothérapie, le massage, les exercices de physiothérapie, la diététique sont utilisés. L'amélioration du mode de vie est un élément important de la thérapie. Les patients doivent s'assurer de normaliser leur travail et leur régime de repos, tout d'abord, pour assurer une nuit de sommeil complète. Il est nécessaire de bouger plus, d'être au grand air tous les jours, et aussi d'arrêter de fumer et de boire de l'alcool. Les patients en surpoids doivent le normaliser, car les troubles métaboliques affectent, entre autres, le liquide céphalo-rachidien.

Le traitement chirurgical de la pression intracrânienne chez l'adulte consiste à supprimer les obstacles à la sortie du liquide céphalo-rachidien. Il s'agit de l'ablation de néoplasmes (tumeurs, hématomes, kystes) ou de pontage - une opération qui consiste à créer un drainage artificiel de l'excès de liquide céphalo-rachidien à l'aide d'un shunt.

Dans certains cas, la médecine traditionnelle suffit, dans d'autres, il est impossible de se passer d'une intervention chirurgicale, tout dépend de la maladie primaire.

Comment traiter la pression intracrânienne avec des remèdes populaires

Quels remèdes populaires sont les plus efficaces pour la pression intracrânienne? Nous parlons principalement de préparations maison à partir de plantes médicinales. Il est généralement admis que, contrairement aux produits pharmaceutiques, les médicaments traditionnels sont totalement inoffensifs et donc préférés. Ce n'est pas vrai. Les remèdes populaires, tout comme les médicaments en pharmacie, peuvent nuire s'ils ne sont pas utilisés aux fins prévues, en outre, ils provoquent des allergies beaucoup plus souvent. Ils sont généralement plus doux, mais pour cette raison, ils ne peuvent pas remplacer la pharmacothérapie lorsque cela est nécessaire, mais sont utilisés comme supplément. Mais même dans ce cas, ils peuvent être incompatibles avec les médicaments. C'est pourquoi le traitement avec des remèdes populaires doit être convenu avec le médecin traitant..

Voici quelques-uns des médicaments utilisés dans le traitement de l'hypertension intracrânienne qui sont faciles à préparer à la maison..

  1. Thé à base de feuilles de menthe poivrée, mélisse, camomille, fleurs de tilleul, mûrier - ce thé est utile pour remplacer le thé noir et le café ordinaires.
  2. Infusion de bourgeons de peuplier noir ou de stigmates de maïs - utilisé comme diurétique.
  3. Teinture alcoolisée de fleurs de trèfle - remplissez un demi-pot de trèfle sec, versez de l'alcool ou de la vodka sur le dessus et laissez reposer pendant deux semaines dans un endroit frais et sombre. Puis égouttez la teinture, filtrez. Prendre ½ cuillère à café 1 à 2 fois par jour.
  4. Mélange citron-ail - 2 citrons et 2 têtes d'ail, broyer en bouillie, verser 2 litres d'eau chaude (pas d'eau bouillante!), Laisser reposer une journée dans un endroit sombre, puis filtrer et prendre 30 ml le soir avant le coucher.
  5. Teinture de menthe poivrée, agripaume, valériane, eucalyptus et aubépine. Tous les ingrédients sont mélangés à parts égales, une cuillère à soupe du mélange sec est versée dans 0,5 litre de vodka, insisté pendant une semaine dans un endroit sombre, puis égouttée et filtrée. Prendre 20 gouttes trois fois par jour.
  6. Une décoction de romarin sauvage, d'agripaume et de guimauve - mélangez les matières premières sèches à parts égales, versez une cuillère à soupe du mélange avec un verre d'eau et faites bouillir pendant 5 minutes, puis le bouillon est infusé pendant 4 heures, puis filtré. Prendre 0,5 tasse avant les repas.

Il est nécessaire de bouger plus, d'être au grand air tous les jours, et aussi d'arrêter de fumer et de boire de l'alcool.

Frotter de l'huile de lavande chauffée dans vos tempes peut aider à soulager les maux de tête..

Thérapie diététique

En cas d'hypertension intracrânienne, un régime alimentaire est indiqué. Il est nécessaire de limiter l'utilisation d'aliments qui peuvent avoir un effet excitant sur le système nerveux et cardiovasculaire, provoquer une rétention d'eau dans le corps, ainsi que ceux qui sont difficiles à digérer et provoquent le développement de flatulences.

La nourriture doit être prise dans les délais prévus, en respectant des intervalles à peu près égaux entre les repas, au moins 5 fois par jour en petites portions. Le dîner doit être au moins trois heures avant le coucher.

Il est conseillé de cuisiner des plats en utilisant des méthodes diététiques - bouillir, cuire au four, cuire à la vapeur. Il est impératif d'inclure des légumes et des fruits frais dans l'alimentation, car l'alimentation doit répondre aux besoins de l'organisme en vitamines et oligo-éléments.

Le régime doit être basé sur les aliments suivants:

  • lait (s'il n'y a pas d'intolérance individuelle) et produits laitiers;
  • légumes crus et cuits, en particulier concombres, tomates, potiron, pommes de terre, carottes, betteraves, courgettes, tous types de choux, pois verts, poivrons, légumes verts à feuilles;
  • fruits et baies frais et cuits;
  • fruits secs;
  • viande - il est recommandé de privilégier le veau, le bœuf, le lapin, la dinde, le poulet;
  • Poisson et fruits de mer;
  • des œufs;
  • des céréales;
  • Pâtes;
  • pain et produits de boulangerie désagréables;
  • beurre et huiles végétales;
  • fruits, jus de légumes, thé vert, thé noir, tisane, café au lait.

Il est recommandé d'exclure les muffins, les confiseries, les bouillons de viande, de poisson et de champignons forts, les viandes grasses, les saucisses fumées, le caviar, les fromages gras et salés, les légumineuses, les radis, les radis, les oignons, l'ail, les champignons, le raifort, la moutarde, la mayonnaise du régime., café noir, cacao, alcool, marinades, cornichons et autres conserves.

Les patients en surpoids doivent le normaliser, car les troubles métaboliques affectent, entre autres, le liquide céphalo-rachidien.

Limitez la consommation de sel de table à 5 grammes par jour.

Si le patient est obèse, il est nécessaire de réduire l'apport calorique quotidien de 200 à 300 kcal tout en maintenant la valeur nutritionnelle. Il est interdit d'adhérer à des régimes hypocaloriques stricts pour les patients souffrant d'hypertension intracrânienne.

Qu'est-ce qui peut provoquer une augmentation de la pression intracrânienne

Le traitement de l'hypertension intracrânienne s'effectue dans deux directions:

  1. Élimination des symptômes, principalement des maux de tête atroces.
  2. Éliminer la cause de l'augmentation du PCI.

Quelle est la cause de l'hypertension intracrânienne? Sa cause immédiate est une augmentation du volume de liquide céphalo-rachidien, soit en raison de son écoulement altéré, soit en raison d'une production accrue. Une quantité excessive de liquide céphalo-rachidien dans l'espace fermé du crâne augmente la pression sur le cerveau, ce qui conduit à son hypoxie, et avec une compression prolongée, elle peut détruire certaines structures. Dans ce dernier cas, les conséquences de l'hypertension intracrânienne deviennent irréversibles - c'est pourquoi cette pathologie nécessite un traitement pathogénique obligatoire, et pas seulement l'élimination des symptômes..

Une pression excessive du liquide céphalo-rachidien peut être causée par: hydrocéphalie, accident vasculaire cérébral, méningite, encéphalite, néoplasmes du cerveau (tumeurs, kystes, hématomes), anomalies congénitales de la structure des vaisseaux cérébraux, troubles métaboliques, intoxication, otite moyenne aiguë, paludisme, traumatisme cranio-cérébral, excès de sodium sang, hypertension artérielle, carence en vitamines, prise de certains médicaments, réactions allergiques, obésité et certaines autres conditions.

Dans de rares cas, un trouble primaire provoquant une augmentation de la pression dans le crâne ne peut être détecté. Ensuite, ils parlent d'hypertension intracrânienne idiopathique..

Il est nécessaire de limiter l'utilisation d'aliments qui peuvent avoir un effet excitant sur le système nerveux et cardiovasculaire, provoquer une rétention d'eau dans le corps, ainsi que ceux qui sont difficiles à digérer et provoquent le développement de flatulences.

Signes d'augmentation de la pression intracrânienne

Les manifestations d'une augmentation de la pression intracrânienne apparaissent le plus souvent et augmentent progressivement, mais dans certains cas, elles peuvent apparaître soudainement - par exemple, lors d'un accident vasculaire cérébral. Le symptôme le plus prononcé de l'augmentation du PCI est un mal de tête, qui est pressant, éclatant dans la nature (les patients disent parfois que la douleur fait littéralement sortir les yeux sur leur front). Il est caractéristique qu'un tel mal de tête ne soit pas éliminé par la prise d'analgésiques conventionnels et s'intensifie si la tête est abaissée.

Le syndrome douloureux s'accompagne de nausées, allant jusqu'à des vomissements. La particularité du vomissement dans ce cas est qu'il n'est pas associé à la prise de nourriture, mais est associé à un mal de tête. Les vomissements peuvent être répétés, en règle générale, la douleur disparaît après.

Le troisième signe caractéristique de l'augmentation de la pression crânienne est la déficience visuelle. Cela peut être une diminution de l'acuité visuelle, une perte de champs visuels, des éclairs lumineux ou, au contraire, des taches noires devant les yeux, etc..

En outre, il existe des arythmies, des palpitations, des variations de la pression artérielle, des étourdissements, un essoufflement, de la nervosité, des troubles du sommeil, une diminution de la capacité de travail, de la fatigue.

Le diagnostic d'hypertension intracrânienne est généralement posé sur la base d'un tableau clinique caractéristique et est confirmé par les résultats de l'ophtalmoscopie (un examen ophtalmologique révèle le fond dit congestif). Pour identifier la maladie primaire, une imagerie par résonance magnétique ou calculée, un examen aux rayons X, un diagnostic par ultrasons, une ponction vertébrale et un certain nombre d'autres études peuvent être nécessaires.

Vidéo

Nous proposons de visionner une vidéo sur le thème de l'article.

Comment réduire la pression intracrânienne à la maison

L'augmentation de la pression intracrânienne est un diagnostic populaire. Cette maladie dangereuse survient à la fois chez l'enfant et chez l'adulte. Diverses causes de la maladie compliquent son traitement, mais grâce aux méthodes de diagnostic modernes, il est vraiment possible de se débarrasser à jamais de l'augmentation du PCI. Découvrez pourquoi cette maladie est dangereuse, comment réduire la pression intracrânienne avec des médicaments à la maison.

Quelle est la pression intracrânienne

L'augmentation de la pression crânienne est causée par une augmentation ou une diminution de la quantité de liquide intracrânien - liquide céphalo-rachidien. Il protège le cerveau, ses membranes des dommages, fournit la nutrition, la respiration des cellules nerveuses. Normalement, environ 1 litre de liquide céphalo-rachidien est produit par jour. Grâce à une microcirculation normale, le fonctionnement du cerveau et des cellules nerveuses est maintenu. Le PCI d'une personne en bonne santé varie de 3 à 15 m Hg. Les écarts par rapport à ces indicateurs sont une condition dangereuse et nécessitent un traitement..

De telles études aideront le médecin à diagnostiquer une augmentation de la pression intracrânienne: TDM, IRM, ponction du liquide céphalo-rachidien, échographie de la tête, examen du fond. Les causes de l'écoulement altéré du liquide céphalo-rachidien sont souvent les traumatismes cranio-cérébraux, les maladies inflammatoires, les sauts de croissance soudains chez les adolescents, la tension nerveuse, les tumeurs, les intoxications à l'alcool et à la vitamine A, la grossesse. La liste des symptômes est très variée, l'essentiel est de les remarquer à temps et d'être correctement examinés. Les principaux signes d'une augmentation du PCI sont:

  • une forte diminution de la vision périphérique, puis de la vision centrale;
  • maux de tête fréquents;
  • une tête disproportionnée chez un enfant;
  • gonflement du visage (paupières, pommettes) et du cou;
  • nausées et vomissements persistants;
  • fatigue fréquente, labilité émotionnelle ou irritabilité;
  • maux de tête aigus en toussant, en éternuant, en se penchant;
  • régurgitations fréquentes (chez les nourrissons).
  • Feutrage de laine étape par étape pour les débutants
  • Paiement forfaitaire aux pensionnés
  • Comment induire des règles avec un retard

Comment abaisser la pression intracrânienne

Si cette maladie est détectée, un médecin expérimenté vous dira quoi faire avec la pression intracrânienne afin d'éviter des conséquences dangereuses pour la santé. Aider un enfant ou un adulte est une approche intégrée. Un traitement correct et efficace vise à identifier et à éliminer les causes de la maladie. Une approche intégrée comprend des procédures physiologiques, des exercices spéciaux, une pharmacothérapie, des remèdes populaires et un régime. Tout cela aide à faire baisser l'hypertension artérielle, à ramener le patient à une vie normale..

Si la cause initiale était une tumeur au cerveau, une intervention chirurgicale sera nécessaire. En fonction de la gravité de la maladie, le médecin choisit les tactiques de traitement, les méthodes de traitement. Cela peut se produire dans une clinique hospitalière ou à domicile. L'essentiel n'est pas de s'automédiquer, mais de suivre attentivement les recommandations du médecin traitant.

Médicaments qui réduisent la pression intracrânienne

En pharmacothérapie, plus d'un médicament est utilisé pour réduire la pression intracrânienne. Chaque médicament a des instructions que vous pouvez lire en ligne ou à la pharmacie. Les groupes de médicaments suivants sont utilisés:

  • bêta-bloquants (bisoprolol, énalapril, aténolol, propranolol);
  • les bloqueurs alpha-one-adrénergiques (Losartan, Irbésartan, Doxazosine, Nicergoline);
  • les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (Captopril, Kapoten);
  • les antagonistes des canaux Ca (Cordaflex, Amlodipine);
  • substituts du plasma (albumine);
  • diurétiques (hypothiazide, spironolactone, furosémide, torasémide, glycérol);
  • sédatifs (glycine, notta, agripaume);
  • vasodilatateurs;
  • médicaments hormonaux (dexaméthasone).

Remèdes populaires pour la pression intracrânienne chez les adultes

Il est possible de traiter la pression intracrânienne chez les adultes avec des remèdes populaires. Vous pouvez découvrir comment réduire rapidement la pression intracrânienne auprès de votre médecin ou chiropraticien. Des méthodes alternatives peuvent être traitées lorsque la maladie est devenue chronique. Le massage du cou et de la tête est utilisé pour soulager le tonus vasculaire: à partir de là, la pression n'augmentera pas pendant longtemps. Il est recommandé de prendre des herbes apaisantes - agripaume, valériane, houblon. De nombreux remèdes populaires incluent l'utilisation de miel et de produits de la ruche. Voici quelques recettes:

  1. Mélangez des quantités égales de fruits secs (abricots secs, raisins secs) et de noix (noix ou amandes). Versez le mélange avec du miel de citron vert, utilisez à jeun 30 g chacun.
  2. Prenez 150 g de jus de citron, 350 g de miel liquide, 2 gousses d'ail écrasées. Mélanger les récipients et insister dans un endroit sombre et froid pendant 10 jours. Boire le matin, le soir après avoir mangé une cuillère à café.
  3. Frottez les mains et les pieds avec de la propolis et de la teinture de menthe, dans un rapport de 10: 1. Utilisez ce médicament tous les 2 jours..

Comment traiter la pression intracrânienne

Le traitement correct de la pression intracrânienne dépend de sa cause. S'il s'agit d'une maladie congénitale, un massage est utilisé, des diurétiques sont utilisés. Le meilleur remède pour les adultes est la paix et la limitation du stress nerveux. Les médicaments contenus dans les comprimés contre l'hypertension se sont révélés efficaces: ils réduisent bien le tonus vasculaire élevé. L'utilisation de substituts du plasma égalise la pression entre le tissu cérébral et le plasma. Il est possible de guérir l'ICP si vous consultez votre médecin plus tôt et suivez ses instructions. Un médicament correctement sélectionné peut normaliser la condition pendant une longue période.

  • Poulet en chinois: recettes
  • Comment boire correctement le martini
  • Albumine - de quoi s'agit-il dans les analyses de sang et d'urine: mode d'emploi

Médicaments vasodilatateurs pour le cerveau

Les médicaments vasodilatateurs à pression aident à combattre le vasospasme et à réduire la pression intracrânienne. Ils suppriment le blocage de la sortie du liquide céphalo-rachidien dans le réseau veineux. Dans le traitement de cette maladie, les éléments suivants ont été efficaces:

  • No-shpa;
  • Euphyllin;
  • Chlorhydrate de papavérine;
  • Sulfate de magnésium;
  • préparations d'acide nicotinique;
  • médicaments antihypertenseurs.

Antispasmodiques

De nombreux médicaments antispasmodiques sont largement utilisés pour traiter l'augmentation de la pression intracrânienne. Ils soulagent bien la douleur et les spasmes. Ce sont Tempalgin, Spazmalgon, No-shpalgin. Dans sa composition, chaque comprimé contient un composant vasodilatateur, un anesthésique. Lisez attentivement les instructions avant de prendre le médicament, respectez la posologie prescrite par le médecin.

Diurétiques pour la pression intracrânienne

Les diurétiques pour la pression intracrânienne aident à éliminer l'excès de liquide céphalo-rachidien du crâne. Ils soulagent bien le gonflement du visage et des membres. Les diurétiques sont disponibles pour le traitement d'urgence, lorsque l'excès de liquide doit être rapidement éliminé du corps (furosémide, Lasix) et pour les complexes (Veroshpiron, Diakarb). Pendant le traitement, il est nécessaire de reconstituer les ions perdus de potassium et de magnésium. Ils sont très importants pour le fonctionnement du muscle cardiaque et du cerveau. Avec les diurétiques, vous devez boire les pilules suivantes: Asparkam, Panangin. L'abaissement de l'ICP avec des diurétiques est utilisé pour toutes les causes de la maladie.

Traitement avec des corticostéroïdes

Si la cause de l'hypertension intracrânienne est une intoxication (alcool, produits chimiques), une inflammation des méninges, une tumeur cérébrale - des corticostéroïdes hormonaux (hypothiazide, prednisolone, dexaméthasone) sont utilisés. Ils restaurent efficacement l'écoulement normal du liquide céphalo-rachidien, soulagent l'inflammation. Ils sont prescrits pour un adulte et un enfant, la dose est calculée en fonction du poids.

Augmentation de la pression intracrânienne

informations générales

L'augmentation de la pression intracrânienne est une condition dans laquelle les indicateurs de la pression intracrânienne sont augmentés à 20-25 mm Hg. Art. et plus encore dans la cavité sinusale de la structure de la dure-mère du cerveau, des ventricules, de l'espace épidural, sous-arachnoïdien et en général - du crâne. D'une autre manière, on l'appelle aussi hypertension intracrânienne..

La pathologie provoque un syndrome intracrânien avec un certain nombre de manifestations cliniques - maux de tête croissants, nausées, vomissements, opacification de la conscience, etc..

Pathogénèse

Normalement, les indicateurs de pression intracrânienne ne doivent pas dépasser 7-15 mm Hg. Art. allongé. Ils sont fournis:

  • un squelette rigide du crâne et de la dure-mère, qui donne la constance du volume dans son ensemble et la somme des volumes d'éléments et de structures pris séparément;
  • processus complexes de régulation physiologique - pression de perfusion cérébrale, tonus vasculaire cérébral, circulation sanguine volumétrique dans le cerveau, production et résorption du liquide céphalo-rachidien, perméabilité de la barrière hémato-encéphalique et stase colloïdale osmotique du liquide cérébral.

Lorsque l'un des facteurs énumérés, la luxation du cerveau, change ou est perturbé, une activation automatique d'une réaction compensatoire doit avoir lieu, qui vise à déplacer l'artère veineuse et le sang des sinus et, en conséquence, les artères, en réduisant le volume de liquide céphalo-rachidien en le déplaçant des ventricules et en réduisant le volume du cerveau en réduisant la quantité fluide intercellulaire.

Par exemple, en raison d'une augmentation de la pression artérielle, les vaisseaux du cerveau se rétrécissent rapidement, ce qui entraîne des changements importants dans le flux sanguin dans le cerveau et la pression intracrânienne..

Le mécanisme de l'hypertension intracrânienne est le plus souvent basé sur une augmentation du volume du contenu intracrânien (en raison d'une altération de l'écoulement ou d'une hyperproduction), y compris le liquide céphalo-rachidien (LCR), le liquide tissulaire (avec œdème cérébral), le sang (peut être causé par une congestion veineuse), ainsi que l'apparition de tissus étrangers, par exemple, avec des processus oncologiques de développement de tumeurs. Ces derniers ont non seulement un effet direct de la masse, mais également un blocage direct de l'écoulement du CSF. De plus, les changements pathologiques dans le cerveau qui augmentent la pression sont le résultat de processus tels que:

  • transsudation causée par les cytokines (œdème vasogénique);
  • dommages cytotoxiques, entraînant la mort cellulaire et la nécrose (augmentation de la pression interstitielle);
  • processus réparateurs et inflammatoires initiés par les cellules de l'infiltrat inflammatoire dans le liquide céphalo-rachidien dans la méningite, la ventriculite, etc.
  • obturation associée à des malformations congénitales, une croissance excessive du tissu dural, une altération de l'écoulement veineux, la formation d'une masse parenchymateuse ou intraventriculaire de kystes ou de néoplasmes;
  • une augmentation du volume intravasculaire;
  • hypoxémie;
  • changements de la pression partielle de dioxyde de carbone (hypercapnie ou hypocapnie);
  • l'action des toxines métaboliques intermédiaires métaboliques, y compris les excitotoxines neurales;
  • épuisement des substrats énergétiques, par exemple avec blocage des gros vaisseaux, contusion ou lésion axonale diffuse, anoxie causée par un arrêt cardiaque, encéphalopathie hypertensive, infection à encéphalite, empoisonnement métabolique.

Classification

En fonction de la cause, du mécanisme de développement de l'hypertension intracrânienne et des conséquences, il existe des signes bénins (aucun signe de lésion organique du système nerveux central et de l'hydrocéphalie), une augmentation de la pression idiopathique à l'intérieur du crâne et une pseudotumeur du cerveau.

Les raisons

Un certain nombre de raisons et de facteurs différents peuvent provoquer une augmentation de la pression intracrânienne, notamment:

  • tout type de lésion cérébrale traumatique;
  • oncologie;
  • hémorragie intracrânienne et abcès;
  • hydrocéphalie;
  • processus cytotoxiques qui provoquent un gonflement du cerveau en cas de saturnisme, une insuffisance hépatique dans le contexte du syndrome de Reye, une acidocétose diabétique;
  • encéphaloméningite autres encéphalopathies.

Symptômes d'une pression intracrânienne élevée

Le syndrome hypertensif clinique peut différer selon la localisation et la prévalence des processus pathologiques et dépend également de la vitesse de leur développement. Les symptômes classiques de l'augmentation de la pression intracrânienne comprennent:

  • maux de tête fréquents avec une gravité croissante, peuvent être compliqués par la toux, une envie douloureuse d'uriner et de déféquer, ressemblant à l'action de la manœuvre de Valsalva;
  • interruptions de sommeil dues à des maux de tête, positionnement forcé de la tête;
  • la nausée;
  • vomissements répétés;
  • troubles de la conscience;
  • brouillard devant les yeux, probablement dû à une congestion veineuse ou à un gonflement du disque optique;
  • assourdissant;
  • diminution des performances mentales;
  • violation de la fonction respiratoire;
  • bradycardie et augmentation de la pression artérielle;
  • crises convulsives.

Une hypertension intracrânienne prolongée peut provoquer une déficience visuelle, ainsi que d'autres signes:

  • perte d'appétit;
  • somnolence constante;
  • difficulté à se réveiller le matin;
  • violation de la concentration;
  • réaction positive au réflexe pathologique de Babinsky.

Symptômes d'augmentation de la pression intracrânienne chez les nourrissons

Les premiers signes chez un bébé sont une grande circonférence de la tête, une saillie de la fontanelle, des réflexes et une tonicité accrus, l'enfant ne peut pas lever les yeux. Dans l'hydrocéphalie chronique, des manifestations de membres inférieurs spastiques peuvent être observées et, à l'avenir, des problèmes d'incontinence et d'apprentissage se développent.

Contrairement aux adultes chez les enfants, à l'avenir, la pathologie provoque une triade de manifestations cliniques: maux de tête paroxystiques (débuts à 5-7 ans), troubles oculomoteurs et déficience visuelle (le plus souvent, il s'agit d'un strabisme paralytique convergent, nystagmus).

Analyses et diagnostics

Il existe plusieurs façons de mesurer la pression intracrânienne. La méthode la plus courante est indirecte - en établissant une pression dans la cavité de l'espace sous-arachnoïdien rachidien dans la région de la ceinture à la suite d'une ponction vertébrale. Cependant, cette technique n'est pas fiable dans les cas, par exemple, de néoplasmes dans le cerveau - lorsque la connexion entre les espaces intracrânien et rachidien est rompue. Les cliniques spécialisées peuvent effectuer des mesures de pression invasives dans les structures cérébrales à l'aide de capteurs spécialisés.

La méthode la plus sûre est l'échographie, l'imagerie par résonance magnétique ou la tomodensitométrie. Examens neurologiques et physiques, CT, EEG, angiographie, détection d'une infection méningée, ainsi que des signes objectifs tels que:

  • œdème du disque optique;
  • écarts par rapport à la norme des tests d'électrolytes, des tests toxicologiques, des tests de liquide céphalo-rachidien, des tests de la fonction hépatique, des tests du fonctionnement du système excréteur;
  • augmentation de la pression osmotique des extrémités et dans le liquide céphalo-rachidien;
  • changements typiques détectables par radiographie dans les os du crâne.

Si un cancer est suspecté, une biopsie peut être recommandée.

Traitement

La tactique de traitement de l'hypertension intracrânienne est choisie individuellement et avec prudence. Le facteur sous-jacent est la cause du développement de la pathologie.

Les premières mesures sont l'utilisation de diurétiques osmotiques, une solution hypertonique de NaCl. Les adjuvants de première ligne sont le pentobarbital et le midazol. L'utilisation de diurétiques risque d'augmenter la tache aveugle et de développer la cécité en raison de la pression exercée sur les structures de la tête du nerf optique. Par conséquent, les médecins surveillent en permanence les champs visuels et, si le traitement échoue, effectuent immédiatement une intervention chirurgicale pour placer un shunt lombaire ou péritonéal, et utilisent également l'utilisation intraveineuse de solutions hypotoniques..

Si d'autres causes d'hypertension intracrânienne sont identifiées, les tactiques de traitement suivantes sont utilisées:

  • avec oncologie et œdème vasogénétique, il est conseillé d'utiliser des minéralocorticoïdes;
  • si une infection, des lésions focales, des abcès, une encéphalite sont suspectés, des médicaments antiviraux et antibiotiques peuvent être prescrits.