Principal > Complications

Traitement éprouvé des céphalées de tension (HDN)

La céphalée de tension (céphalalgie) est l'une des plaintes les plus courantes des patients qui consultent un neurologue. Une catégorie spéciale de maux de tête primaires est la céphalée de tension (HDN). Dans la CIM 10, il est classé G44.2. Les céphalées de tension sont fréquentes dans environ 78% des céphalées totales. Le plus souvent, les femmes en souffrent. Bien qu'il soit courant chez les hommes en quantité suffisante. Parfois, des céphalées de tension surviennent chez les enfants et les adolescents, le plus souvent en raison du surmenage. Dans ce cas, l'enfant, très probablement, n'a pas assez dormi ou s'inquiète pour quelque chose. Pour se débarrasser de l'hypertension, des analgésiques sont généralement pris. En même temps, la tête peut être très douloureuse..

Qu'est-ce que la céphalée de tension et sa classification

Les céphalées de tension peuvent être dérangeantes pendant les règles, les symptômes sont épisodiques et le traitement n'est pas toujours nécessaire. Ou peut-être chronique. La douleur elle-même est différente en intensité et en durée..

Symptômes caractéristiques du HDN:

  • Douleur douloureuse, sourde et compressive de nature diffuse.
  • Localisation de la pression sur le front, les tempes, l'occiput (séparément ou ensemble).
  • Sensation de douleur à la palpation du cuir chevelu, du cou, des épaules.
  • L'intensité de la douleur varie de légère à sévère.
  • Sentiment de faiblesse, de léthargie, d'apathie.
  • Non accompagné de nausées et de vomissements, mais l'appétit peut diminuer.
  • Une sensibilité modérée à la lumière et au son est parfois observée.

Traditionnellement, la céphalalgie de tension est divisée en deux types: épisodique ou EHDN (observée 15 jours par mois) et chronique ou CHDI (observée plus de 15 jours par mois). Épisodique se produit soudainement. Peut être léger, modérément intense ou très fort. Mais ça passe relativement vite. Les symptômes désagréables sont soulagés par des analgésiques. Cela peut survenir en réaction à une situation stressante. Une visite chez le médecin n'est généralement pas nécessaire. Épisodique, à son tour, est divisé en fréquent et peu fréquent. Répétitions fréquentes périodiquement, plusieurs fois par an, mais pas plus de 180 jours par an. Peu fréquent est beaucoup moins fréquent. Et s'il est répété, rarement, uniquement en réaction au stress.

Avec les céphalées de tension chroniques, vous ne pouvez pas vous passer d'une visite chez le médecin. Lui seul pourra diagnostiquer le HDN et ensuite aider. Puisque la prise d'analgésiques et d'analgésiques ne provoque pas l'effet souhaité. La douleur ne disparaît pas et elle empire parfois avec le temps. Il peut «s'atténuer» pendant plusieurs jours, mais ensuite il revient. Par conséquent, la céphalée de tension chronique est presque quotidienne, incessante. L'intensité change. Mais le personnage reste le même - la sensation de pression.

Habituellement, avec HDN, les patients peuvent travailler, l'activité physique n'affecte pas l'intensité de la douleur. Seul CHDI vous oblige à suspendre le travail et à changer le rythme de vie lorsque la douleur devient insupportable.

Diagnostic de HDN

Le diagnostic est basé sur les plaintes des patients, la collecte des antécédents (antécédents développementaux) et l'examen physique. Les rayons X, l'IRM du cerveau et d'autres études cliniques ne clarifient pas le tableau de la maladie, car ils ne sont pas informatifs dans ce cas - aucun changement dans le travail du cerveau ou sa structure n'y est visible.

Aussi, les deux formes de tension céphalalgie se subdivisent en douleurs "avec tension des muscles péricrâniens" et "sans tension des muscles péricrâniens".

La tension et la douleur dans ces muscles se manifestent facilement à la palpation. Il est généralement effectué avec de petits mouvements de rotation. La douleur peut survenir en appuyant sur les muscles de la mastication, temporaux, de la nuque. De plus, il est parfois si fort que le patient résiste à la palpation. La tension des muscles péricrâniens sera un signe clair de HDN s'il y a une douleur dans 2 ou plusieurs groupes musculaires en appuyant dessus. Pour chaque patient, le MPS ou le score total de douleur est calculé - le médecin appuie ses doigts sur chaque groupe musculaire, le patient dit combien il évalue la douleur sur une échelle de 1 à 4 points, puis ces points sont résumés, le score total de douleur (TPS) est obtenu.

La recherche psychologique joue également un rôle important. Tout d'abord, l'échelle d'humeur générale est mesurée. Des tests sont effectués pour la dépression, l'anxiété, la peur, la névrose. Parfois, un mal de tête psychogène se révèle dans ses caractéristiques, similaire au HDN dans certains paramètres, mais avec ce type de céphalalgie, il est difficile de localiser la source de la douleur et d'expliquer sa nature. Céphalée de tension, son traitement, dans tous les cas nécessite une surveillance médicale.

Les causes les plus courantes de céphalées de tension

Des études montrent qu'à l'ICDG, il existe une relation directe entre l'ampleur de la MPS à la palpation des muscles péricrâniens et l'intensité et la durée de la douleur. Il existe un soi-disant cercle vicieux - la tension musculaire, en réaction au stress, conduit à un spasme musculaire réflexe involontaire. En raison de la tension tonique constante, l'état somatique général du patient s'aggrave - un spasme musculaire douloureux chronique se forme. Avec lequel il devient de plus en plus difficile de se battre avec le temps, et parfois impossible à supprimer.

Il a également été révélé que les patients atteints de HDN présentent souvent de la dépression et de l'anxiété et peuvent être accompagnés d'un trouble mental. Cela ne fait que contribuer à la formation d'une forme chronique de HDN. L'apport constant d'analgésiques est également un facteur provoquant la formation de CGHD. Chez les personnes atteintes de HDN chronique, le niveau de bêtaendorphines dans le liquide céphalo-rachidien est inférieur à celui des personnes en bonne santé sans HDN. Par conséquent, leur capacité naturelle du corps à résister à la douleur est également plus faible.

L'état psychologique déprimé d'une personne est l'un des facteurs de provocation les plus forts de l'apparition du HDN. Le plus souvent, les personnes qui éprouvent une tension nerveuse constante en souffrent, et leur nature de travail suppose une activité mentale intense et une faible mobilité. Souvent, avec la dépression, les gens préfèrent garder le silence ou cacher plus profondément leurs problèmes psychologiques et souligner l'aggravation de leur état somatique, ils peuvent aussi avoir des maux de tête psychogènes et d'autres signes de la maladie (trouble mental). Cela ne fait qu'aggraver la maladie. Les céphalées de tension nerveuse sont également causées par un manque chronique de sommeil ou la famine, et elles conduisent également à des conditions stressantes. La tendance à l'hypocondrie est un autre facteur de risque d'apparition de la maladie. Si la maladie est sévère, des tranquillisants ou des antidépresseurs peuvent être prescrits.

Comment traiter les maux de tête de tension et pouvez-vous vous en débarrasser pour toujours?

Tout d'abord, un neurologue doit s'occuper du traitement. Le succès de la thérapie et la probabilité d'une guérison définitive dépendront de sa compétence et du degré d'ouverture du patient. Dans tous les cas, le traitement doit être à long terme. Environ 4 à 6 mois. Et si dans le tableau clinique il y a une dépression ou d'autres troubles mentaux ou des troubles de nature différente, la durée du traitement peut durer jusqu'à un an. Si le traitement est interrompu, la probabilité d'une rechute de la maladie augmente considérablement, la céphalalgie peut résulter même d'une légère tension du système nerveux. Certains patients s'en débarrassent complètement..

Un schéma de traitement court pour HDN:

  • Thérapie de la douleur musculaire.
  • Pharmacothérapie complexe (à la fois pour le soulagement de l'hypertension, et pour la prévention et le traitement des états dépressifs, de l'anxiété, etc.).
  • Thérapie pour la dépression et autres troubles psychologiques.
  • Prévention du HDN (son plan et ses étapes sont également déterminés par le médecin traitant).

La physiothérapie est parfois prescrite, mais seulement comme l'un des moyens de traitement complexe. Avec le traitement médicamenteux, la nature des maux de tête, leur localisation, le mécanisme de survenue, la nature de l'évolution des douleurs musculaires, les éventuels prérequis psychogènes et la tension psychologique doivent être pris en compte. Les comprimés et autres médicaments pour les céphalées de tension ne sont prescrits strictement que par le médecin traitant. Les analgésiques, leur prise indépendante et incontrôlée conduit à un abus de drogues (dépendance aux drogues, leur usage excessif). Analgin pour un mal de tête peut être son début, bien qu'au début, il soulagera le mal de tête.

Avec l'évolution de la maladie, un schéma dangereux apparaît - douleur, médicaments, soulagement temporaire, encore une fois douleur, encore médicament. Alors comment soulager les céphalées de tension et ne pas ajouter de dépendance aux drogues? Il est plus sage de les prendre strictement sous la surveillance d'un médecin et en respectant scrupuleusement la posologie et l'heure d'admission. Le traitement avec des remèdes populaires doit être effectué avec prudence. S'il s'agit de méthodes inoffensives, telles que des boissons aux herbes relaxantes, vous pouvez essayer. Il convient également de rappeler que la dépression ne contribue qu'à l'émergence d'une dépendance psychologique aux médicaments pharmacologiques..

L'abus de drogues avec HDN est un phénomène fréquent et dangereux. Les facteurs suivants le favorisent:

  • Prendre des analgésiques "en réserve" ou à l'avance. Pour éviter une éventuelle attaque de GB.
  • Augmentation de la douleur lorsqu'une personne essaie de ne pas prendre de drogue.
  • Prendre les mêmes médicaments pour des douleurs de nature ou d'endroit différent (par exemple, pour les maux de dos).

Comment se débarrasser d'un mal de tête? Il est préférable de consulter un médecin, du moins de prendre les médicaments avec prudence. Pour prévenir le HDN, vous devez surveiller votre santé, vous protéger du stress et de l'anxiété inutiles. Et si un mal de tête de tension est diagnostiqué et qu'un traitement est prescrit, vous devez suivre strictement toutes les recommandations du médecin. Sinon, il y aura des conséquences dangereuses pour la vie et la santé..

Comment soulager les maux de tête de tension

La céphalée de tension en termes de prévalence occupe l'une des premières places parmi toutes les maladies associées à une perturbation du système nerveux central.

Plus souvent, les femmes et les enfants sont sujets à des douleurs de tension dans la tête que les représentants de la moitié forte de l'humanité.

Les patients se plaignent de douleurs de la nature suivante:

  1. Stupide.
  2. Monotone, pas d'amplification.
  3. Resserrant.
  4. Localisé.
  5. Double face.

Le mal de tête tensoriel dans les manifestations est similaire à la migraine et s'accompagne d'une fatigue excessive, d'une irritabilité, d'une faiblesse, d'une insomnie, d'une peur lumineuse et sonore.

Qui est concerné par HDN

La céphalée de tension est mise en évidence comme une maladie indépendante. Elle peut être légère à modérée, durer plusieurs jours et se répéter tout au long du mois..

Les céphalées de tension surviennent chez les personnes de plus de 30 ans qui sont exposées à un stress mental constant. En passant le temps de travail principal à l'ordinateur, en exposant le cerveau à un surmenage excessif, en menant une vie sédentaire, une personne augmente le risque de développer un HDN. Les enfants, surmenés à l'école et fréquentant des cours supplémentaires, se plaignent d'un mal de tête pressant. Chez les écoliers, il se produit de manière sporadique et est facilement éliminé. Il suffit d'ajuster la routine quotidienne et de déterminer le temps de repos et d'exercice.

Il est dangereux que les patients ne demandent pas d'aide, ce qui aggrave la situation. Après tout, si vous n'agissez pas à temps, une personne développe une céphalée de tension chronique, qui est très difficile à traiter..

Causes de la douleur de type stress

Les raisons pour lesquelles les céphalées de tension surviennent sont associées à une tension mentale et musculaire excessive.

Les muscles se contractent en raison de la position forcée du corps pendant la journée. En service, les céphalées de tension surviennent dans:

  • chauffeurs;
  • couturières;
  • bijoutiers;
  • horlogers;
  • employés de bureau;
  • secrétaires.

Le mal de tête tenseur survient avec une tension prolongée des muscles des yeux, du cou.

La douleur peut survenir chez les personnes qui dorment dans une posture inconfortable qui provoque des spasmes musculaires. Cela se produit généralement si la personne dort sur un oreiller haut ou un matelas trop mou.

La toxicomanie conduit également au développement de céphalées de tension, le traitement ne signifie pas la guérison. Prenant des analgésiques et des tranquillisants pendant une longue période, une personne diminue la production de ses propres analgésiques dans le corps. La dépendance aux pilules et leur retrait brusque entraînent le développement de la douleur.

Les céphalées de tension peuvent être aggravées par des facteurs provoquants:

  • stress psychologique;
  • changement des conditions météorologiques;
  • vent;
  • Tempête De Neige;
  • non-respect du régime alimentaire;
  • fatigue mentale et physique;
  • quarts de travail de nuit;
  • l'utilisation de boissons alcoolisées;
  • courbure de la posture.

La céphalée de tension est directement liée à:

  1. Spasme musculaire tonique. Une ischémie (carence nutritionnelle) se produit, un œdème, ce qui entraîne un vasospasme et une augmentation de la douleur.
  2. Perturbations du mécanisme central de la douleur chronique. Réduit le seuil de douleur et la production de sérotonine.
  3. États dépressifs.

Le corps humain est capable de produire des substances qui soulagent la douleur. En cas d'échec ou d'apparition de pathologies, le processus de production des composants anesthésiques diminue. Si une personne est en dépression prolongée, constamment surchargée de travail, sujette à une irritation et à une psychose, le contrôle de la douleur est altéré. Le signal du corps que les muscles sont surmenés n'est pas perçu par le corps, ce qui entraîne une douleur chronique. Le syndrome dépressif aggrave les troubles au niveau des processus biochimiques, ce qui conduit à la progression de la douleur.

Formulaires HDN

Il existe deux types de céphalées de tension. Le premier est épisodique, le second est chronique.

Les causes des maux de tête épisodiques sont temporaires. À la suite d'un surmenage, de situations stressantes ou d'un effort physique excessif, il y a une sensation de pression à court terme au niveau du front ou de l'arrière de la tête. Parfois, le patient dit que toute la tête fait mal. La durée d'une attaque varie de quelques minutes à plusieurs heures. Dans certaines situations, les céphalées de tension peuvent durer plusieurs jours, généralement lorsque la personne ne prend pas l'analgésique à temps.

Comment soulager les tensions dans la tête avec des douleurs épisodiques? Il suffit de prendre un analgésique et la douleur s'atténuera. Une personne peut ne pas se concentrer sur des épisodes de douleur épisodiques. Il fait ses affaires habituelles, sa tête ne fait pas beaucoup de mal, ce qui n'affecte pas de manière significative la qualité de la vie humaine.

La nature chronique de la douleur se manifeste par une douleur intense au front ou à l'arrière de la tête. Des spasmes musculaires dans le cou ou la tête entraînent cette maladie. Les douleurs chroniques ont des symptômes plus prononcés que les épisodiques; il est très difficile de soulager le HDN avec des analgésiques. La durée d'un mal de tête de tension musculaire chronique peut durer un mois.

Symptômes et premiers signes

Les premiers symptômes du HDN se manifestent par une légère douleur à laquelle une personne s'habitue progressivement. La douleur est modérée, ce qui explique la pratique de l'automédication. Dans cette situation, le médecin traitant peut aider, qui dans les premiers stades établira un diagnostic et prescrira un traitement, mais en raison de symptômes bénins, le patient ne fait pas attention à la douleur et mène une vie normale..

L'attaque peut durer de quelques minutes à plusieurs jours. La durée de la douleur dépend des caractéristiques individuelles du corps et du taux de production des composants anesthésiques.

La douleur peut être de nature compressive, ou elle peut aller du front à la région occipitale. La douleur se produit souvent des deux côtés..

Il est possible de distinguer le HDN des migraines ou d'autres pathologies par la nature de la manifestation: avec HDN, il est constant et monotone, et avec les migraines, il est pulsé.

De telles douleurs ne provoquent jamais de vomissements ni de nausées. Les seules similitudes avec les migraines sont la peur de la lumière et du son, une irritabilité accrue aux facteurs provoquants et une fatigue chronique..

Les enfants souffrent souvent de douleurs de tension. En raison du surmenage et d'un programme scolaire difficile, les enfants se plaignent de la maladie. Les élèves et les diplômés du primaire souffrent de HDN en préparation aux examens.

Le traitement des céphalées de tension est prescrit après une série de mesures diagnostiques. Avant de se débarrasser de la douleur, il est important d'identifier les causes de leur apparition et d'éliminer les facteurs provoquants.

HDN chez les enfants

Les enfants souffrent de cette maladie au moins aussi souvent que les adultes..

Les symptômes du HDN chez les enfants sont similaires à ceux d'un adulte. L'enfant se plaint de:

  • douleur compressive bilatérale;
  • fatigue rapide;
  • douleur au dos et au cou.

À l'examen, le médecin note que:

  • la pression artérielle est élevée ou basse;
  • la fréquence cardiaque est accélérée;
  • pupilles dilatées.

Les parents disent que l'enfant est devenu irritable.

Les raisons menant au HDN chez un enfant sont:

  • bureau mal sélectionné;
  • pièce non ventilée où arrive l'enfant;
  • charge de travail à l'école;
  • changement de temps;
  • faim.

Avant de soulager les céphalées de tension chez un enfant, le médecin effectue un certain nombre de mesures diagnostiques, après quoi il conseille aux parents d'ajuster le régime quotidien, de revoir la nutrition et d'atténuer le stress mental et physique chez l'enfant..

Méthodes de diagnostic HDN

Avant de traiter la céphalée de tension, les causes sont identifiées, diagnostiquées, les symptômes sont comparés et le traitement est prescrit correspondant au diagnostic établi.

Le patient doit être interrogé sur la nature de son activité professionnelle, depuis combien de temps la douleur le tourmente, s'il y a des intensifications et à quelle heure de la journée la douleur augmente. Un patient qui ne peut pas expliquer depuis combien de temps il souffre d'une maladie et ce qui provoque des crises est conseillé de tenir un journal et de noter tous les changements sur une période de temps. Les entrées dans le journal doivent être les suivantes: date, heure: maux de tête après une dure journée, douleur à l'arrière de la tête, augmentée avec des sons forts. Après 2 heures, le mal de tête s'est calmé à la suite de la prise d'un analgésique.

Après l'anamnèse recueillie et l'étude du journal du patient, un certain nombre d'examens sont effectués:

  1. Palpation: évaluer le degré de douleur et de tension dans les muscles de la tête et du cou.
  2. Radiographie de la colonne cervicale.
  3. Radiographie du crâne.
  4. Tomodensitométrie (CT).
  5. Imagerie par résonance magnétique (IRM).
  6. Rhéoencéphalographie (REG).
  7. Duplex de vaisseaux cérébraux.

Après les résultats de l'examen, le médecin tire une conclusion et exclut la probabilité d'autres pathologies pouvant causer de la douleur.

Traitement

Après avoir étudié la nature des céphalées de tension et des symptômes, le médecin prescrit un traitement.

Le patient est inscrit au dispensaire et est traité de manière indépendante, en ambulatoire. L'admission est autorisée:

  • analgésiques;
  • antispasmodiques.

Si la douleur ne s'atténue pas, le médecin ajustera les tactiques de traitement. Il est impossible d'abuser des médicaments, car un syndrome de sevrage peut survenir.

Il est important d'exclure les pathologies graves qui peuvent également être accompagnées de symptômes similaires..

Le patient est expliqué les causes possibles de sa maladie et il est recommandé de minimiser l'effet des irritants. Pour cela, le patient apprend des techniques de relaxation, notamment la capacité à soulager les spasmes musculaires et le stress mental..

Quels médicaments traitent les céphalées de tension?

La thérapie médicamenteuse comprend les médicaments suivants pour soulager les maux de tête. Il est recommandé au patient de recevoir:

  1. Aspirine.
  2. Ibuprofène.
  3. Paracétamol.
  4. Flupirtina.
  5. Diclofénac.

Avant l'apparition des premiers symptômes, pour éviter une attaque, il est recommandé de prendre:

  1. Amitriptyline.
  2. Nortriptyline.
  3. Tizanidine.
  4. Baclofène.

Le traitement du HDN avec des méthodes folkloriques est efficace. Il est important avant de commencer le traitement de consulter votre médecin sur d'éventuelles contre-indications.

Traitement avec des méthodes folkloriques

Les objectifs de la thérapie utilisant la médecine traditionnelle sont:

  • élimination des spasmes musculaires;
  • relaxation;
  • anesthésie;
  • sédation.

Huiles essentielles, bains aux infusions d'herbes, massage anti-stress sont très relaxants..

Vous pouvez préparer un bain relaxant en suivant ces conseils:

  1. Versez le sel de mer, dans une quantité de 100 g, dans un bain chaud, ajoutez 30 à 40 grammes d'extrait de pin. Prenez des traitements d'eau avant de vous coucher pendant 10 jours.
  2. Lavande, à raison de 100 grammes, versez de l'eau bouillante (200 ml). Insister pendant 30 minutes et ajouter à l'eau tiède du bain. Le traitement de l'eau aidera à soulager les tensions et à détendre les muscles.
  3. Une méthode efficace de relaxation est un bain avec des aiguilles de pin. Faites bouillir 200 grammes de matières premières dans de l'eau, mettez le feu pendant 5 à 7 minutes. Versez ensuite l'infusion obtenue dans un bain chaud.

Un massage relaxant est mieux fait avec de l'huile essentielle. Les huiles de menthe, de cèdre, d'eucalyptus, de menthol et de genièvre ont des propriétés thérapeutiques élevées..

Les produits suivants sont utilisés comme préparations à base de plantes pour administration orale:

  • Mélisse;
  • Millepertuis;
  • Moustache dorée.

Vous pouvez préparer des décoctions et des infusions comme ceci:

  1. Combinez une demi-grande feuille de moustache dorée avec 1 orange écrasée avec du zeste, ajoutez du sucre (150 grammes), un demi-litre de vin rouge et du raifort râpé, à raison de 75 grammes. Préparez le mélange au bain-marie pendant 40 à 60 minutes, retirez du feu, filtrez et prenez un tiers de verre, 2 heures après un repas.
  2. Versez une cuillère à soupe de mélisse avec 200 ml d'eau bouillante et insister dans un thermos pendant 1 heure. Boire 1 cuillerée d'infusion finie 5 fois par jour.
  3. Millepertuis, versez 15 grammes d'eau bouillante (200 ml), mettez à feu doux pendant 10 à 15 minutes. Prendre 3 cuillères à soupe trois fois par jour.

Le traitement avec des recettes folkloriques doit être convenu avec le médecin..

Actions préventives

Pour vous protéger du HDN, en particulier de nature chronique, il est nécessaire de contrôler la prise de médicaments. De telles actions n'aident pas, mais aggravent la situation. La dépendance du corps aux pilules réduit la production de ses propres composants analgésiques. Dès que le patient refuse les médicaments, la douleur revient avec une vigueur renouvelée..

En outre, les mesures préventives comprennent:

  • Sommeil nocturne, d'une durée d'au moins 8 heures.
  • Le sommeil doit être au plus tard à 23 heures. C'est à ce moment-là et jusqu'à 1h du matin, le corps retrouve la force dépensée pendant la journée.
  • Faites des pauses pendant les heures de travail. Si le travail est sédentaire, assurez-vous de vous échauffer et de faire de la gymnastique de 5 minutes. Cela aidera à éliminer la congestion sanguine et à réduire le déchargement des muscles du cou.
  • Aérer la pièce avant d'aller au lit vous aidera à vous endormir rapidement et à vous réveiller plein d'énergie et de vigueur.
  • Les promenades en plein air doivent être effectuées par tous les temps.
  • Les boissons contenant de l'alcool et de la caféine doivent être exclues de l'alimentation du patient.
  • Les exercices quotidiens du matin aideront le corps à se réveiller et à augmenter l'endurance à l'exercice.

Quelle que soit la nature du mal de tête, s'il est prolongé et inconfortable, la seule décision correcte serait de consulter un neurologue. En effet, parfois une pathologie dangereuse se cache sous des symptômes inoffensifs..

Céphalées de tension avec dystonie végétative-vasculaire: causes et méthodes d'élimination

Les céphalées de tension surviennent sur fond de stress, aigu ou chronique, ainsi que d'autres problèmes mentaux, tels que la dépression.

Les maux de tête avec dystonie végétative-vasculaire sont également, en règle générale, des douleurs de tension. Étant donné que la dystonie végétative-vasculaire (VVD) elle-même n'est rien de plus qu'une manifestation physique du trouble anxieux.

Les symptômes de céphalées de tension comprennent:

  • une sensation d'oppression dans la région de la tête (il peut sembler qu'un anneau serré recouvre la tête);
  • pression dans la tête;
  • douleurs lancinantes dans la tête, les yeux, le visage;
  • sensations étranges de "gelée" de la tête et de son engourdissement;
  • se sentir gonflé (comme s'il était sur le point d'éclater).

En plus de la douleur dans la tête elle-même, la douleur de tension affecte généralement la nuque et les épaules, jusqu'à la zone située entre les omoplates. Le cou et les épaules deviennent également tendus. Parfois, il semble que le cou prend une position non naturelle, par exemple, la tête semble être poussée vers l'avant ou, au contraire, rejetée en arrière.

De plus, un inconfort du cuir chevelu peut survenir. Parfois, de telles sensations sont perçues comme de la douleur, parfois comme une sensation de brûlure..

La douleur et la tension peuvent affecter toute la tête, le cou et les épaules. Et ils ne peuvent être localisés que dans une zone. De plus, cette localisation peut être à la fois stable et en constante évolution.

Tous ces symptômes peuvent se manifester en même temps, ou ils peuvent apparaître un à la fois..

Une céphalée de tension peut survenir en présence d'un événement stressant et d'une anxiété évidents. Ou cela peut venir "de zéro".

L'intensité de la douleur varie de subtile à extrêmement sévère.

Les douleurs ne peuvent venir qu'occasionnellement. Ou ils peuvent visiter régulièrement et même être pratiquement constants.

Très souvent, la céphalée de tension survient simultanément à une migraine. Dans ce cas, des symptômes supplémentaires apparaissent. À savoir:

  • douleur lancinante dans la tête;
  • douleur dans seulement la moitié de la tête;
  • nausées allant jusqu'à vomissements;
  • hypersensibilité à la lumière et au son;
  • déficience visuelle.

Causes des céphalées de tension

La douleur de ce type survient toujours dans un contexte de tension nerveuse, dont la qualité peut être un stress aigu à court terme, une anxiété chronique (VVD), une dépression, une insomnie.

Les expériences mentales entraînent une hypertonicité des muscles de la tête, du cou, du visage et des épaules.

Un stress aigu peut provoquer des spasmes musculaires soudains; l'anxiété chronique peut provoquer une fatigue musculaire constante. Dans tous les cas, les muscles deviennent excessivement durs et douloureux. Cela conduit au développement d'un mal de tête de tension, et un symptôme aussi célèbre que la sensation d'un cerceau serrant la tête.

Ayant surgi, la céphalée de tension provoque souvent le développement de la migraine, qui est de nature vasculaire. En soi, la migraine a une myriade de causes. Et il est bien connu que le stress et l'hypertonie musculaire qui en résulte avec céphalée de tension sont l'un des déclencheurs de la migraine..

Comment se débarrasser des maux de tête de tension

Les céphalées de tension peuvent survenir rarement, par intermittence ou être chroniques.

Les tactiques d'élimination des sensations de douleur dépendent de la fréquence à laquelle elles surviennent.

Traitement des douleurs récurrentes

Le moyen le plus simple et le plus sûr d'éliminer un mal de tête est de prendre des analgésiques (Citramon, Paracetamol, Aspirin, Ibuprofen, Nurofen, etc.).

Des approches non médicamenteuses peuvent également être utilisées:

  • vous pouvez fermer les yeux et masser vos tempes pendant quelques minutes;
  • prendre une douche chaude;
  • aller à un massage professionnel de la zone du cou et du col.

Parfois, il est utile de simplement s'allonger calmement. Et parfois, au contraire, aller courir ou bouger activement.

Les méthodes non médicamenteuses sont moins efficaces que les médicaments. Mais ils permettent de soulager un léger mal de tête, ainsi que de réduire la dose de médicament en cas de douleur intense..

Traitement de la douleur chronique

Dans les cas de dépression ou d'anxiété persistante, les céphalées de tension deviennent souvent pratiquement constantes. En outre, l'utilisation fréquente d'analgésiques - plus de deux fois par semaine - peut contribuer au développement d'une douleur périodique en douleur chronique. Surtout lorsque des médicaments contenant de la caféine et / ou de la codéine sont utilisés.

Se débarrasser des maux de tête chroniques est beaucoup plus difficile. Et prendre des médicaments ici n'est pas la meilleure option..

Prendre de fortes doses d'analgésiques ou passer à des médicaments plus puissants est dangereux pour la santé, car tous ces médicaments, avec leur utilisation régulière, ont de nombreux effets secondaires graves..

Malheureusement, il est extrêmement difficile de guérir complètement l'anxiété ou la dépression. Certaines personnes ne peuvent tout simplement pas faire cela, car ces troubles mentaux ne peuvent être guéris uniquement avec des médicaments..

Néanmoins, il est encore nécessaire de soulager la douleur au niveau de la tête. Comment?

  1. Tout d'abord, vous devez maîtriser la technique de relaxation musculaire complète..
  2. Vous pouvez essayer de masser l'arrière de votre tête.

Et enfin, la chose la plus importante.

Comme toutes les autres manifestations physiques de problèmes mentaux, qu'il s'agisse d'anxiété, de dépression, de VSD, la céphalée de tension chronique est largement obsessionnelle. Très souvent, cela se produit immédiatement après le réveil, lorsque le névrosé, ouvrant les yeux, est déjà prêt pour le fait qu'il devrait avoir mal à la tête.

Plus une personne souffrant de certains symptômes physiques de troubles névrotiques pense à ces symptômes, plus ils se manifestent de manière vivante..

Arrêtez de vous sentir comme des personnes handicapées qui ont besoin d'une sorte de mode de vie économe. Bougez plus, marchez. Peu importe le mal de tête. Et puis elle te quittera progressivement.

Comment gérer les céphalées de tension

Avec la céphalée de tension (HDN, céphalalgie de tension), presque chaque personne survient tout au long de la vie. La céphalée de tension est le type de céphalalgie le plus courant. L'explication exacte du HDN est complexe. Ainsi, dans la littérature spécialisée pour cette maladie, plusieurs termes sont utilisés: psychogène, stressant, essentiel, idiopathique, psycho-myogénique, etc. L'International Headache Society utilise le terme céphalée de tension de type (TTH): ETTH - épisodique et CTTH - céphalée de tension chronique. Le HDN est une douleur sourde associée à la fatigue qui survient souvent après le stress. Habituellement, il survient sporadiquement, devient parfois chronique, quand il apparaît presque quotidiennement.

Les raisons

Les causes du développement des céphalées de tension ne sont pas entièrement déterminées, très probablement, elles sont associées à plusieurs facteurs. La base du HDN est une augmentation de la contraction des muscles du cou et du crâne, ce qui provoque un mal de tête désagréable. La manifestation de symptômes peut provoquer un manque de sommeil, une faim, un stress, un travail dans une position inconfortable. La tendance au HDN peut être dans une certaine mesure congénitale, ceci est dû à un certain déséquilibre des neurotransmetteurs (ce sont des composés qui assurent la transmission des signaux nerveux entre les neurones du cerveau humain) dans les systèmes cérébraux.

Les mécanismes qui peuvent déclencher une douleur de tension dans la tête sont individuels. Le plus souvent, HDN apparaît en raison de l'influence des facteurs suivants:

  • stress, anxiété;
  • fatigue des yeux;
  • mauvaise posture (maux de tête dus à la tension musculaire, augmentation du stress sur la colonne vertébrale);
  • fatigue;
  • déshydratation;
  • consommation d'alcool;
  • fumeur;
  • excès de caféine;
  • repas irréguliers, saut de repas;
  • mode de vie sédentaire;
  • exposition prolongée à une lumière trop vive et trop vive;
  • exposition à certains sons, odeurs.

Le déclencheur peut être non seulement le stress lui-même, mais aussi son anticipation, les conflits répétés et leur anticipation. Un moment provocateur est le plus souvent de petits soucis quotidiens.

Parfois, le HDN survient dans des maladies accompagnées d'une augmentation de la température corporelle, avec des troubles végétatifs-vasculaires, pendant la grossesse. Toutes ces conditions sont associées à certains changements dans le corps qui le surchargent.

La céphalalgie de tension est un type de céphalée primaire (avec migraine, douleur en grappe). Cela signifie que ce n'est pas le signe d'une autre maladie physique..

Dans le système international de classification des maladies (CIM-10), le HDN a son propre code:

  • G00-G99 - maladies du système nerveux → G40-G47 - troubles neurologiques → G2 - céphalée de tension - (Cephalalgia tensionalis).
  • Groupe de maladies - 125 - migraines et autres syndromes de maux de tête.

Manifestations et signes

Les signes et symptômes cliniques du HDN sont typiques: la douleur est principalement bilatérale, diffuse (se produit dans la partie temporale de la tête, à droite et à gauche), est exclusivement localisée dans la région occipitale, sur le vertex, dans la partie frontale; la douleur est sourde, persistante, d'intensité légèrement fluctuante. L'apparition est progressive, la douleur augmente avec les mouvements de la tête (notamment en se penchant), lors de la toux. Ce phénomène d'évaluation distingue le HDN de la migraine, qui se caractérise par une douleur paroxystique sévère de plusieurs heures à plusieurs jours (30 minutes - 7 jours), apparaissant à la fois la nuit et le jour..

Cette durée n'est pas typique des céphalées de tension, dont les symptômes sont représentés par différentes manifestations, sensations. La plupart des patients indiquent une pression, un "cerceau" serré autour de la tête, une sensation de gonflement, une hyperesthésie du cuir chevelu, des sensations désagréables lors du peignage des cheveux, des muscles du cou raides jusqu'aux muscles trapèzes.

Parfois, il y a une légère phobie de la circulation et une phonophobie, mais ces signes surviennent dans des cas exceptionnels. Les vomissements sont absents, les nausées sont rares. L'anxiété est une caractéristique, en particulier dans les affections chroniques, les troubles du sommeil courants. Une faiblesse, des vertiges peuvent survenir. Les difficultés subjectives ne sont pas exacerbées par l'activité physique ou l'alcool.

Selon la classification internationale, pour déterminer le HDN, il doit répondre à certains critères..

  • épisodes douloureux récurrents d'une durée de quelques minutes à quelques jours, d'intensité légère à modérée;
  • manifestations - diffuses, non aggravées par l'activité physique;
  • absence de nausée, présence de phonophobie ou photophobie (facultatif);
  • nombre de cas -> 180 par an, ou> 15 par mois.

La céphalgie de tension chronique, en revanche, dépasse cette limite.

Diagnostique

Un patient avec HDN suspecté est examiné par un neurologue; le diagnostic est basé sur des informations sur la nature de la douleur et sur les résultats négatifs de recherches ultérieures. Pour les présentations récurrentes, une imagerie cérébrale est réalisée. Mais les études utilisant la tomodensitométrie, l'IRM avec HDN montrent une détection négative. Lors du diagnostic, l'augmentation de la sensibilité des muscles est déterminée lors de l'examen physique (principalement sur le trapèze, les muscles occipitaux, le gros muscle rhomboïde). Prend en compte la tachycardie et la transpiration excessive.

L'objectif d'un examen objectif du HDN est d'exclure d'autres causes possibles. Il est important d'exclure une céphalalgie secondaire et une maladie liée à l'abus de drogues.

Dans la période entre les crises, des anomalies de certains tests électrophysiologiques peuvent survenir - augmentation de l'activité électromyographique, modifications de la période d'amortissement extéroceptif. La capacité du muscle à se détendre est évaluée en enregistrant l'activité des muscles péricrâniens lors de l'apparition de la céphalée de tension. Cependant, les modifications de certains réflexes sont le plus souvent utilisées pour établir le diagnostic..

Méthodes thérapeutiques

Céphalée de tension sporadique et aiguë, dont le traitement repose sur la prise de médicaments du groupe des analgésiques, nécessite calme, soulagement du stress. Avec HDN, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène, naproxène) sont plus efficaces que l'aspirine. Parfois, ils sont administrés en association avec des relaxants musculaires.

Lors d'un traitement par des analgésiques simples (Aspirine, Caféine), la prudence est de mise lors de la répétition de la dose en raison du retour de la douleur après quelques heures, en particulier chez les patients âgés. Ces médicaments ont été décrits comme addictifs à l'effet analgésique. L'amitriptyline convient aux patients déprimés. Dans tous les cas, un traitement à court terme est conseillé.

La céphalée de tension chronique est beaucoup plus difficile à guérir. Il est nécessaire de procéder à une enquête approfondie, de parler avec le patient, d'identifier la cause, d'une explication détaillée de l'état actuel et de déterminer les procédures ultérieures.

Une combinaison de thérapie psychologique, physiologique et pharmacologique est utilisée. Exercices de relaxation et aide au biofeedback.

La relaxation physique et psychologique (avec l'utilisation régulière de ces méthodes) aidera à prévenir les céphalalgies induites par le stress. La physiothérapie comprend l'utilisation d'un cou et d'une épaule chauds pour aider à détendre les muscles. Des exercices pour ces muscles aident à les renforcer et à les étirer. L'entraînement à la visualisation vous aidera à vous concentrer sur différentes parties du corps, favorisant la relaxation, l'élimination des tensions, le stress.

Le biofeedback (biofeedback) est efficace pour les patients motivés et pour les HDN avec contraction musculaire. Cette technique de relaxation nécessite une formation spéciale mais permet d'éviter les céphalées de tension récurrentes. Le thérapeute attache des électrodes à la peau, détectant les signaux électriques des muscles du cou et des épaules. Il détecte ensuite quand les muscles sont tendus, trouve des moyens pratiques de les détendre avant qu'ils ne se resserrent suffisamment pour provoquer une céphalalgie..

La stimulation électrique pure réduit uniquement le seuil du point de déclenchement, mais n'affecte pas le seuil de douleur global.

La thérapie de soutien comprend l'autorelaxation, l'entraînement autogène, l'application de chaleur.

Le traitement pharmacologique doit être effectué en tenant compte des faits suivants:

  • lors de l'utilisation d'analgésiques, la dépendance aux médicaments de ce groupe se développe rapidement; après le soulagement de la douleur, vous devez arrêter de prendre des médicaments;
  • la caféine soutient souvent la dépendance aux analgésiques;
  • les relaxants musculaires ont peu d'effet sur la douleur de tension chronique.

Le schéma thérapeutique suivant peut être utilisé:

  • analgésiques simples - acide acétylosalicylique, paracétamol;
  • analgésiques combinés;
  • AINS - Ibuprofène, souvent en association avec l'acide acétylosalicylique, l'indométacine;
  • relaxants musculaires - Midocalm, Diazepam, Baclofen, Sirdalud;
  • autres traitements possibles - Mg ++, antihistaminiques, sympatholytiques;
  • thérapie symptomatique - dérivés de l'ergot, corticostéroïdes, antipsychotiques, hypnotiques, anxiolytiques (benzodiazépines, méprobamate).

L'utilisation d'antidépresseurs tricycliques et de bêtabloquants est recommandée à titre prophylactique. Vous devez commencer avec la dose minimale d'Amitriptyline (10-25 mg), car cette dose peut être suffisante. Si cette prophylaxie est inefficace, le valproate peut être essayé..

Autres méthodes de soutien - traitement local des points douloureux:

  • anesthésie locale;
  • huile de menthe poivrée; l'utilisation de l'huile de menthe poivrée a un effet relaxant, agit sur les muscles et le psychisme.

Comme thérapie alternative, vous pouvez essayer l'analgésie hypnotique, des exercices de respiration. L'acupuncture (acupuncture) nécessite un traitement à long terme pendant 1 à 12 mois, seulement après cette période, l'intensité, la durée, la fréquence de la douleur diminuent, la nécessité de prendre des analgésiques.

  • traitements anti-stress (yoga, méditation, exercice régulier);
  • médecine psychosomatique;
  • techniques de rééducation;
  • Médecine Chinoise Traditionnelle;
  • homéopathie;
  • Thérapie des fleurs de Bach;
  • phytothérapie - Ginkgo biloba, Tanacetum parthenium, Valeriana officinalis, Matricaria recutita, Rosemarinus officinalis, Scutellaria baicalensis.

Chez les enfants

La céphalalgie dans le groupe d'âge 12-17 ans survient chez 56% des filles et 74% des garçons, en moyenne, une fois par mois. Une étude indique que 15 à 20% des adolescents souffrent de maux de tête..

C'est l'une des raisons les plus courantes de l'absence d'enfants à l'école. Il s'agit d'une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à des lésions tissulaires réelles ou potentielles. La perception de la douleur dépend de la personnalité de l'enfant, d'un certain nombre de facteurs psychosociaux et culturels externes.

Quand voir un médecin?

Des soins spécialisés sont nécessaires si la douleur survient à intervalles réguliers, souvent une fois par mois ou plus, et persiste pendant une longue période.

Consultez un médecin si l'enfant est nerveux, vomit, faible ou a de la fièvre..

Que peut-on faire à la maison?

Si nous ne parlons pas d'un problème de santé chronique, mais d'un mal de tête de type stress à court terme, vous pouvez aider votre enfant à s'en débarrasser à la maison:

  • reposez votre enfant dans un endroit frais, sombre et bien ventilé;
  • appliquez un chiffon frais et humide sur votre front et vos yeux;
  • si la douleur persiste, donnez-lui un comprimé de paracétamol.

Traitement

Médicaments pour le traitement du HDN chez les enfants:

  • analgésiques simples, AINS - aideront à éliminer la douleur aiguë (le paracétamol, l'ibuprofène conviennent aux enfants);
  • analgésiques combinés - plus efficaces, mais moins recommandés pour les enfants en raison du risque de dépendance;
  • antispasmodiques - le médicament Torekan est contre-indiqué chez les enfants (jusqu'à 15 ans), car ce groupe d'âge est vulnérable aux symptômes extrapyramidaux défavorables; pour les bébés de 2 à 6 ans, les métoclopramides procinétiques (Cerucal) ou le médicament Protazin conviennent (leur utilisation est particulièrement adaptée aux nausées en tant que symptôme d'accompagnement);
  • les triptans sont des antagonistes sélectifs des récepteurs 5-HT recommandés pour les enfants de plus de 15 ans, disponibles sous forme de comprimés, injections, sprays nasaux.

Le traitement prophylactique est indiqué pour les céphalées de tension chroniques quotidiennes, dont la fréquence dépasse 2 fois par mois, ou dont la gravité réduit considérablement l'assiduité et la réussite à l'école. La durée du traitement préventif est individuelle - généralement de 6 à 12 mois. Les médicaments suivants sont les plus couramment utilisés chez les enfants:

  • anticonvulsivants: topiramate, valproate, gabapentine;
  • antidépresseurs tricycliques: amitriptyline;
  • antihistaminiques - chlorhydrate de cyproheptadine (Peritol);
  • inhibiteurs calciques: Flunarizine, Verapamil;
  • inhibiteurs de l'anhydrase carbonique - Diluran;
  • préparations contenant du ginkgo biloba: Tanakan, Jinjio.

Les bêtabloquants et les inhibiteurs calciques sont utilisés beaucoup moins fréquemment chez les enfants que chez les adultes.

L'objectif du traitement du HDN chez les enfants est d'éliminer les causes possibles, d'améliorer la qualité de vie de l'enfant et de sa famille.

Quelques conseils

Si les céphalées de tension surviennent fréquemment (plus de 1 à 2 fois par semaine), le problème doit être traité. Avant de recourir à des remèdes synthétiques, vous pouvez essayer les méthodes thérapeutiques traditionnelles. Ils sont également efficaces en tant que mesure préventive.

Approvisionnement en eau

La déshydratation corporelle est la cause d'un certain nombre de problèmes de santé, y compris. mal de crâne. Par conséquent, à des fins préventives et thérapeutiques, il est important d'observer le régime de consommation d'alcool. Il est préférable de boire de l'eau de qualité, de source ou minérale, sous forme pure ou diluée avec des jus.

Compresses froides pour les pieds

Des compresses fraîches sont un bon moyen de réduire la fièvre et de soulager le HDN. Faire tremper un chiffon en coton propre dans de l'eau froide, presser légèrement, appliquer sur les mollets, fixer avec des bandages. Couvrez vos pieds avec une couverture. Retirez les compresses après 15-20 minutes. Si la douleur ne disparaît pas immédiatement, répétez la procédure après une heure..

Compresses de glace

Il peut être traité en utilisant de la glace, en l'appliquant sur le front. Enveloppez les glaçons dans un sac en plastique. Les compresses de glace contractent les vaisseaux sanguins, empêchent la douleur de s'intensifier et de se propager.

Café + jus de citron

Préparez une tasse de café, pressez le jus d'un citron, buvez un verre. Cette méthode fait des merveilles - elle accélère la circulation sanguine, a un effet bénéfique sur les vaisseaux sanguins cérébraux..

Bretelles au dos et au cou

L'extrait naturel de menthol et de pin a un effet positif sur l'état mental général. Appliquez Franzovka sur les tempes et le cou, massez doucement avec une légère pression ou des mouvements circulaires jusqu'à ce que la douleur disparaisse.

Compresses chaudes

Faites tremper une serviette dans de l'eau chaude, essorez-la légèrement, enveloppez-la dans une serviette sèche. Appliquez sur votre front. La serviette peut être remplacée par une bouillotte.

Bains de pieds contrastés

Versez de l'eau chaude et froide dans 2 bassins. Ensuite, un par un, plongez vos pieds dans de l'eau chaude, puis dans de l'eau froide - cela favorisera la circulation sanguine, améliorera l'apport sanguin à toutes les parties du corps, incl. têtes.

Thé à l'origan ou à la marjolaine

Ces herbes contiennent des huiles rares pour soulager les douleurs. Utilisez des feuilles d'origan fraîches ou séchées, de la marjolaine sous forme de thé. Profitez d'une délicieuse boisson qui peut être sucrée avec du miel plusieurs fois par jour.

Zeste de citron sur whisky

Un bon remède contre la céphalalgie induite par le stress est de masser les tempes avec du zeste de citron. Épluchez le citron, séparez le blanc du jaune. Massez les tempes avec une croûte jaune pendant 1 à 2 minutes. Vous pouvez répéter la procédure plusieurs fois de suite..

Acupression

La médecine traditionnelle chinoise est connue pour ses solutions à presque tous les problèmes de santé. Avec une céphalalgie de tension, elle recommande d'appuyer sur les tempes avec vos doigts pendant 15 à 20 secondes. Répétez plusieurs fois de suite.

Dormez suffisamment, ne sautez pas de repas, n'accélérez pas le rythme de vie pour éviter le stress, les tensions, la fatigue.

Conclusion

Un HDN fréquent indique que la santé mentale d'une personne n'est pas en bon état. Si les facteurs de stress ne peuvent pas être abordés, les attitudes doivent être modifiées afin que le stress n'entraîne pas un stress que le corps ne peut pas gérer. Vous devez également apprendre à vous détendre - c'est la principale méthode pour faire face aux facteurs de stress..

Céphalée de tension

La céphalée de tension (céphalalgie) est l'une des plaintes les plus fréquentes des patients qui consultent un neurologue.

Une catégorie spéciale de maux de tête primaires est la céphalée de tension (HDN). Dans la CIM 10, il est classé G44.2. Les céphalées de tension sont fréquentes dans environ 78% des céphalées totales. Le plus souvent, les femmes en souffrent. Bien qu'il soit courant chez les hommes en quantité suffisante. Parfois, des céphalées de tension surviennent chez les enfants et les adolescents, le plus souvent en raison du surmenage.

Dans ce cas, l'enfant, très probablement, n'a pas assez dormi ou s'inquiète pour quelque chose. Pour se débarrasser de l'hypertension, des analgésiques sont généralement pris. En même temps, la tête peut être très douloureuse..

Ce que c'est?

En termes simples, HDN (céphalée de tension musculaire, tension, céphalée tenseur) dans la terminologie médicale est répertorié comme un diagnostic séparé. Il s'agit d'une douleur diffuse bilatérale (unilatérale) d'intensité modérée. La douleur peut se former dans n'importe quelle zone - sur la couronne de la tête, l'arrière de la tête, le front, s'écouler d'une zone à l'autre. Souvent, la tension est donnée aux régions cervicales et de l'épaule.

Le lien, indiquant que le mal de tête tenseur est une conséquence des pathologies du patient, n'a pas été établi, par conséquent, les médecins l'attribuent à des maladies primaires. Pour HDN, la douleur pressante est caractéristique. Les gens se plaignent surtout d'inconfort - le vice semble être autour de la tête et vous voulez vous en débarrasser immédiatement. Les céphalées de tension sont aggravées par tout contact de la tête: chapeaux, peignes, même une légère brise, mais l'activité physique n'augmente pas l'intensité.

Les patients souffrant de HDN éprouvent de la nervosité, des troubles du sommeil et de l'appétit, des sons durs, du bruit et un éclairage intense sont désagréables. La douleur, en règle générale, survient pendant la journée, ne dérange pas la nuit. Nausées, vomissements et autres symptômes, tels que les migraines, ne sont pas observés.

Types de HDN

Tout d'abord, il convient de déterminer les sous-espèces.

  1. La douleur épisodique ne survient pas plus d'environ 18 fois par mois et une seule crise ne dure pas plus d'une demi-heure. La sévérité de la douleur est généralement faible..
  2. Un autre type, la céphalée de tension chronique, est visiblement d'une intensité élevée. Les patients ont des crises plus de 20 fois par mois, soit plus de 180 cas par an. Souvent, ce type de douleur s'accompagne de l'apparition de conditions dépressives..

Caractéristiques de la céphalée de tension

La céphalée de tension ou céphalalgie de tension, comme mentionné ci-dessus, est la plus courante de tous les types de céphalalgie. Ce mal de tête est généralement de nature fonctionnelle et n'a pas un degré élevé d'intensité et de durée..

Le HDN ne doit pas être confondu avec la migraine, malgré les mécanismes pathogéniques de formation similaires, le syndrome de la douleur migraineuse est beaucoup plus prononcé et se manifeste par une douleur localisée principalement dans l'un des hémisphères cérébraux. Contrairement à la migraine, la douleur des céphalées de tension est diffuse..

Causes des céphalées de tension

HDN se développe en cas de tension mentale, à la suite d'un stress chronique et à la suite d'une tension musculaire prolongée. La tension musculaire est plus souvent associée à une posture professionnelle - assis prolongé devant un ordinateur, conduire une voiture, travail associé à une fatigue oculaire prolongée, par exemple avec de petites pièces (couturières, horlogers, bijoutiers, assembleurs de matériel électronique...), surveillance constante des moniteurs vidéo. Une posture inconfortable pendant le sommeil peut également provoquer des céphalées de tension. Dans le mécanisme de développement HDN, la tension des muscles du cou, des muscles oculaires, des muscles de l'aponévrose du cuir chevelu est importante - le soi-disant «stress musculaire».

L'utilisation à long terme d'analgésiques et de tranquillisants contribue au développement de maux de tête chroniques. Dans la vraie vie, tous ces facteurs sont souvent combinés..

Une augmentation des maux de tête peut être déclenchée par un stress émotionnel, des conditions météorologiques changeantes, des vents forts, la famine, le travail dans une pièce étouffante, la fatigue mentale et physique, le travail de nuit, une mauvaise posture assise, la consommation d'alcool.

Dans la pathogenèse du mal de tête, la tension joue un rôle:

  1. Spasme musculaire tonique, comme déclencheur d'ischémie, d'œdème, d'électrolytes et de changements biochimiques, conduisant à un vasospasme et à une douleur croissante,
  2. Perturbations du mécanisme central de la douleur chronique - diminution du seuil de douleur, insuffisance des systèmes sérotoninergiques, insuffisance de la fonction du système antinociceptif,
  3. Dépression.

Le «comportement douloureux» - les réactions comportementales du patient à la douleur chronique - perturbe les processus d'adaptation du corps et aggrave le syndrome douloureux. Des neurones présentant une excitabilité accrue et un mécanisme inhibiteur insuffisant apparaissent dans les structures du cerveau, dans lesquelles le traitement des informations nociceptives (douleur) est effectué (lobes frontaux et temporaux, leur partie médiobasale et le système limbique).

Dans le développement d'une céphalée de tension chronique, d'un dysfonctionnement du système antinociceptif et d'une inadaptation psychosociale à la suite de réactions comportementales, personnelles et émotionnelles du corps au niveau des mécanismes neurotransmetteurs.

Le système antinociceptif est un mécanisme anti-douleur neuroendocrinien. Avec une diminution du seuil de douleur, les stimuli des récepteurs ordinaires sont perçus comme douloureux. Il est possible de percevoir la douleur sans impulsions pathologiques provenant de la perception des récepteurs, et en raison de l'apparition de foyers de neurones excités - "générateurs d'excitation pathologique accrue" dans le cerveau. Le dysfonctionnement du système antinociceptif se traduit par une diminution de l'effet inhibiteur descendant sur les neurones qui perçoivent et conduisent les flux sensoriels nociceptifs. Ainsi, à la fois la perception de la douleur et sa conduite, son traitement et sa réponse - son inhibition sont perturbés..

Les principaux médiateurs du système analgésique:

  • neuropeptides de type opiacé - les enképhalines et les endorphines sont chimiquement similaires aux analgésiques narcotiques,
  • les amines biogènes produites par les neurones sérotoninergiques et noradrénergiques - affectent la perception de la douleur de la même manière que les antidépresseurs tricycliques.

Il s'avère que le corps lui-même produit des analgésiques. En pathologie, ce mécanisme est perturbé ou ne fonctionne pas assez. Avec le stress émotionnel, le surmenage, les conditions psychopathologiques, le contrôle de la douleur diminue à tous les niveaux de traitement des impulsions de douleur. Les signaux faibles des muscles tendus sont perçus comme insuffisamment douloureux. L'émergence de neurones hyperactifs entraîne des douleurs chroniques. La dépression aggrave ces troubles au niveau des processus biochimiques des neurotransmetteurs et entretient le syndrome douloureux..

Qui est à risque

Selon les observations des médecins, le HDN peut toucher des personnes de tous âges, même chez les jeunes enfants, mais le plus souvent, il se développe chez les femmes âgées de 30 à 40 ans. En même temps, nous pouvons affirmer avec certitude que les travailleurs du savoir sont à risque. La journée de travail de ces employés est associée à une forte concentration d'attention, un stress émotionnel, une concentration dans des conditions de travail sédentaire et une faible activité physique. L'augmentation des sensations de douleur ne permet pas à une personne de travailler pleinement, respectivement, la productivité du travail diminue.

Il est à noter que la céphalée de tension est la cause du handicap d'un grand nombre de personnes dans le monde. Rien qu'en Europe, la perte annuelle du budget de l'Etat associée au handicap des salariés est de plus de 15 milliards de dollars.

L'écrasante majorité de la population n'est pas pressée de demander une aide médicale professionnelle, préférant traiter seule la tension dans la tête avec des analgésiques, sans considérer que les médicaments doivent être prescrits par un spécialiste. Cette négligence de sa propre santé entraîne une détérioration de l'état, le passage du HDN épisodique au stade chronique.

Symptômes HDN

Les patients décrivent différemment comment se manifeste la céphalée de tension. Ses symptômes peuvent être différents:

  • par nature, il peut être terne, renversé, pressant et contraignant, NON pulsant;
  • accompagnée d'une augmentation de la fatigue, de la fatigue, de l'irritabilité, de la diminution de l'appétit, de l'insomnie;
  • apparaît dans les deux parties de la tête, parfois asymétriques;
  • son intensité est le plus souvent légère et moyenne, mais elle peut aussi être sévère.

En règle générale, la douleur ne s'accompagne pas de vomissements, mais une légère nausée et une intolérance aux sons, une lumière vive peut être présente. L'activité physique n'aggrave généralement pas la condition, mais il est difficile pour une personne de «se rassembler» et d'effectuer toute action qui nécessite un effort. Lors d'un mal de tête, vous pouvez sentir des phoques en sentant les muscles du cou et de la tête. Les symptômes neurologiques sont généralement absents dans ce diagnostic (perte de conscience, altération du goût, sensibilité tactile, troubles du mouvement et oculomoteurs, etc.).

Les sensations douloureuses sont généralement localisées au niveau du front, des tempes et de la partie supérieure de la tête. Parfois, avec cela, il peut y avoir une tension dans la tête, le cou et l'arrière de la tête..

Cette condition n'entraîne pas de conséquences graves pour le patient, mais l'expérience régulière d'inconfort et de douleur réduit la qualité de sa vie. En outre, un auto-traitement constant à l'aide d'analgésiques, qui vous permet de vous débarrasser rapidement d'une attaque, affecte négativement le travail des organes internes et, dans certains cas, entraîne une dépendance mentale ou physique..

Il existe deux types de HDN:

  • épisodique;
  • chronique.

L'expérience épisodique de sensations douloureuses pas plus de 15 jours par mois avec une faible intensité et une céphalée de tension chronique implique plus de 20 jours avec une intensité plus élevée. Ce type de HDN est souvent accompagné de dépression clinique, de trouble anxieux généralisé, de névroses.

Tableau - Différence entre HDN et migraine

Caractéristiques de la douleurCéphalée de tensionMigraine
LocalisationDes deux côtés, la tête semble être dans un étauDemi-tête
Sensations de douleurSensation de forage, terne, serrantPalpitant
Phénomènes connexesNon, sensibilité modérée à la lumière et au bruit, une diminution de l'appétit est possibleTroubles visuels, nausées, vomissements, intolérance à la lumière vive et aux sons
Renforcer avec l'activité physiquene pasIl s'intensifie même après un peu d'activité physique

Combinaison de migraine et de céphalée de tension

Certains patients présentent une combinaison de migraine épisodique et de céphalée de tension épisodique. En règle générale, ce sont des patients ayant des antécédents typiques de migraine qui développent des céphalées de tension épisodiques au fil du temps. En raison des différences claires entre les deux formes de céphalalgie, les patients ont tendance à distinguer les crises de migraine des céphalées de tension épisodiques..

La situation est plus compliquée s'il devient nécessaire de faire la différence entre la céphalée de tension chronique et la migraine chronique, lorsque les crises de migraine perdent leur typicité. S'il n'est pas possible d'établir en se demandant combien d'épisodes de céphalalgie répondent aux critères de migraine chronique, et combien - céphalée de tension chronique, le patient doit se voir proposer de tenir un journal de diagnostic de la céphalgie pendant un certain temps (1-2 mois), en y notant les manifestations cliniques qui provoquent et soulagent facteurs de chaque épisode douloureux.

Dans ce cas, en plus des critères diagnostiques, il faut se fier aux informations anamnestiques: antécédents de céphalées de tension épisodiques pour céphalalgie de tension chronique et crises de migraine épisodiques typiques pour la migraine chronique.

Diagnostique

En règle générale, il n'est pas difficile de diagnostiquer les céphalées de tension, mais la confirmation du diagnostic est un processus qui prend du temps. Pour confirmer le diagnostic, le patient doit subir une série de tests diagnostiques, qui permettent non seulement de confirmer la maladie, mais également de connaître le degré de sa gravité, ainsi que la raison principale, ce qui améliore qualitativement le traitement ultérieur du patient..

Sur la base de la clinique, les éléments suivants sont utilisés pour vérifier les céphalées de tension:

  • Échographie Doppler des vaisseaux de la tête et du cou pour exclure ou confirmer les modifications athéroscléreuses de la paroi vasculaire.

Pour une étude plus détaillée et approfondie des lésions cérébrales, un examen aux rayons X peut être réalisé - angiographie.

  1. L'angiographie des artères cérébrales avec amélioration ultérieure du contraste vous permet de trouver avec précision la localisation de la pathologie vasculaire.
  2. Méthodes de recherche tomographique: imagerie par résonance magnétique et calculée, permettent une visualisation détaillée des tissus et des structures du cerveau, qui a un poids informationnel important dans le diagnostic des maux de tête.
  3. L'électroencéphalographie est la méthode classique et l'étalon-or pour les études diagnostiques du cerveau. L'EEG vous permet de déterminer l'activité fonctionnelle du cerveau et les troubles associés aux maux de tête.

Comment traiter le HDN et soulager la douleur à la maison?

Les approches de traitement des céphalées de tension épisodiques et chroniques diffèrent.

Le traitement des symptômes de céphalées de tension doit être traité principalement par un neurologue. Le succès de la thérapie et la probabilité d'une guérison définitive dépendront de sa compétence et du degré d'ouverture du patient. Dans tous les cas, le traitement doit être à long terme. Environ 4 à 6 mois. Et s'il y a une dépression ou d'autres troubles mentaux ou des troubles de nature différente dans le tableau clinique, la durée du traitement peut durer jusqu'à un an.

Si le traitement est interrompu, la probabilité d'une rechute de la maladie augmente considérablement, la céphalalgie peut résulter même d'une légère tension du système nerveux. Certains patients s'en débarrassent complètement..

Un schéma de traitement court pour HDN:

  1. Thérapie de la douleur musculaire.
  2. Pharmacothérapie complexe (à la fois pour le soulagement de l'hypertension, et pour la prévention et le traitement des états dépressifs, de l'anxiété, etc.).
  3. Thérapie pour la dépression et autres troubles psychologiques.
  4. Prévention du HDN (son plan et ses étapes sont également déterminés par le médecin traitant).

Médicaments pour le traitement du HDN épisodique

Les médicaments comprennent une liste de certains médicaments qui peuvent aider à soulager les céphalées de tension à la maison. TOP 5 des meilleurs outils:

  1. Citramon est une préparation combinée, qui contient 3 ingrédients actifs - l'aspirine, le paracétamol, la caféine. Il est indiqué pour les personnes qui ont des maux de tête associés à une somnolence accrue. Il a un bon effet, un bon prix (environ 25 roubles). Non recommandé pour une utilisation le soir, pour les personnes souffrant d'hypertension artérielle et d'ulcère gastrique ou d'ulcère duodénal.
  2. Paracétamol. L'analgésique le plus sûr avec des effets secondaires minimes et une bonne tolérance du patient. C'est le médicament qui doit être utilisé lors de l'apparition du HDN. Ce n'est que s'il est inefficace qu'il est possible de passer à d'autres médicaments. Chez les adultes, une dose unique efficace commence à 1000 mg. Un avantage important est le faible coût (environ 20 roubles) du médicament et sa disponibilité générale. Contre-indiqué chez les personnes atteintes d'insuffisance hépatique..
  3. Naproxen (Nalgezin et autres). Le médicament de choix pour les maux de tête dans un certain nombre d'États américains et de pays européens. Un médicament très efficace qui fait également face aux maux de dents, aux maux de tête avec otite moyenne, sinusite, etc. Le prix est d'environ 80 roubles. Contre-indiqué chez les personnes atteintes d'ulcère gastroduodénal. Après la prise, des réactions allergiques sont possibles, rarement un bronchospasme.
  4. Ketanov (Ketorolac). Un médicament avec un effet analgésique très prononcé, il aide même en cas de maux de tête sévères. Le coût est d'environ 50 à 100 roubles. Une utilisation à long terme n'est pas souhaitable en raison de la cardio-, gastro- et néphrotoxicité (affecte négativement le cœur, l'estomac, les reins). Contre-indiqué chez les personnes atteintes de maladies de l'estomac, du cœur et des reins..
  5. L'ibuprofène (Ibuprone, Ibufen, Mig, Nurofen, etc.) est un médicament à action rapide du groupe des anti-inflammatoires non stéroïdiens. Le prix commence à partir de 15 roubles. et plus selon le fabricant. L'effet après administration orale en 20 à 30 minutes. Contre-indiqué chez les personnes atteintes d'ulcère gastroduodénal.

Dosage moyen de médicaments pour le traitement des céphalées de tension épisodiques:

Une drogueDosage, mg
Paracétamol500-1000
Ibuprofène200 à 800
Diclofénac25-50
Kétoprofène25, 50, 75
Naproxène250
L'acide acétylsalicylique500-1000

Sachez que certains des médicaments ci-dessus peuvent provoquer des effets indésirables tels que des fluidifiants sanguins ou des malaises gastriques. De plus, leur utilisation à long terme provoque un mal de tête abusif (analgésique). Par conséquent, les agents pharmacologiques sont utilisés aussi rarement que possible et à la dose efficace la plus faible. Ils ne peuvent être pris que trois jours de suite et pas plus de dix jours par mois..

La prise de médicaments contenant de l'analgine (Analgin, Tempalgin, Sedalgin, etc.) est contre-indiquée, surtout pendant une longue période, en relation avec les dernières preuves de son effet négatif sur la circulation sanguine blanche. Après l'administration, une agranulocytose se développe souvent - une diminution du nombre de leucocytes, c'est-à-dire conduit à une diminution des forces immunitaires protectrices du corps. De plus, il n'est pas recommandé de prendre des médicaments combinés contenant des substances telles que la codéine, le phénobarbital (Pentalgin, Faskonal, etc.), en raison du développement d'une pharmacodépendance à ces substances (abus de drogues).

Traitement du HDN chronique

Le diagnostic «céphalée de tension chronique» est une contre-indication à la prise d'analgésiques! Dans ce cas, ils sont inefficaces et compliquent la tâche déjà difficile de soulager la douleur..

Partout dans le monde, les antidépresseurs sont utilisés pour traiter les HDN chroniques:

  • les antidépresseurs tricycliques (Amitriptyline) sont prescrits pendant une longue période pendant 2 à 6 mois. Commencez avec с-1/2 comprimés, en doublant la dose tous les 3 jours, et portez-la à 75 mg. Alors, prenez plusieurs mois, puis réduisez systématiquement la dose jusqu'à l'annulation complète;
  • inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, de la norépinéphrine - Fluoxetine (Prozac), Paroxetine (Paxil), Sertraline (Surlift, Zoloft). Ils sont très efficaces pour combattre les céphalées de tension chroniques avec beaucoup moins d'effets secondaires que les antidépresseurs tricycliques..
  • Autres antidépresseurs - Mianserin (Lerivon) 15 mg 2 fois par jour, Tianeptine (Coaxil) 12,5 mg 3 fois par jour.

Un traitement antidépresseur est administré pendant au moins 2 mois. Dans ce cas, non seulement un effet analgésique est obtenu, mais également l'activité psycho-végétative est normalisée, c'est-à-dire que le niveau d'anxiété, de peur, de stress émotionnel est réduit et l'humeur est normalisée. Ainsi, ils affectent non seulement la douleur elle-même, mais également ses causes..

Les méthodes de traitement non médicamenteuses doivent être incluses dans l'ensemble des mesures visant à éliminer la douleur dans le HDN chronique. Utilisez les mêmes méthodes que pour les céphalées de tension épisodiques. Il n'est pas toujours possible d'aider le patient dès le premier traitement. Parfois, seuls des effets pharmacologiques et non pharmacologiques répétés et à long terme aident à se débarrasser de la maladie. Et cela demande de la patience à la fois du médecin et du patient..

La céphalée de tension est un problème courant de l'homme moderne. Le stress chronique ne passe pas par nous tous, et la céphalée de tension est l'une de ses nombreuses conséquences. La maladie n'est pas dangereuse pour l'homme, mais elle peut se faire sentir assez souvent et conduire à une limitation significative de la vie. Le traitement de la maladie nécessite une approche réfléchie et patiente. Pour cela, des méthodes médicamenteuses et non médicamenteuses sont utilisées..

Traitement non médicamenteux

Ce groupe de traitement comprend des moyens de se débarrasser des douleurs de tension sans l'utilisation de médicaments:

  • psychothérapie;
  • Thérapie de biofeedback;
  • thérapie manuelle;
  • acupuncture;
  • relaxation post-isométrique;
  • massage de la tête, du dos et de la nuque;
  • physiothérapie (électrophorèse avec novocaïne, magnétothérapie);
  • traitement de Spa.

A la maison, un bain aux huiles essentielles (orange, menthe, eucalyptus), des promenades au grand air aideront contre les douleurs dans la tête. Le repos, un bon sommeil et une bonne nutrition peuvent soulager l'état d'une personne et même complètement soulager la douleur..

Pour comprendre comment traiter les céphalées de tension dans votre cas, consultez un neurologue. Il déterminera avec précision les causes de la maladie et sélectionnera le médicament le plus approprié et le plus sûr. Pour ceux qui ne souhaitent pas être traités dans une clinique régulière, des centres spécialisés pour les maux de tête conviennent, qui sont créés dans les hôpitaux de nombreuses grandes villes du pays..

Vous devez savoir que la douleur ne doit pas être accompagnée de fièvre, d'éruptions cutanées, de douleurs articulaires. La douleur de tension ne doit pas être trop sévère et ne doit pas s'aggraver avec le temps, ni avec la toux ou l'effort. Maux de tête sévères et intolérables, troubles de la mémoire ou de la vision - une raison pour une attention médicale immédiate.

Massage

Ce type de kinésithérapie est particulièrement indiqué en cas d'ostéochondrose cervicale concomitante. Les mouvements de massage classiques aident à obtenir une relaxation musculaire, à améliorer l'écoulement veineux et à soulager les tensions émotionnelles. L'utilisation simultanée de diverses phyto-huiles, huiles aromatiques est utile. Cela affecte positivement l'humeur d'une personne et soulage le stress..

Avec HDN, ils affectent délibérément la région du col du cou, le cuir chevelu et affectent le front et les tempes. La durée de la procédure ne dépasse pas 20 minutes, le cours nécessitera de 7 à 15 séances.

Remèdes populaires pour soulager les symptômes

Les objectifs de la thérapie utilisant la médecine traditionnelle sont:

  • élimination des spasmes musculaires;
  • relaxation;
  • anesthésie;
  • sédation.

Huiles essentielles, bains aux infusions d'herbes, massage anti-stress sont très relaxants..

Vous pouvez préparer un bain relaxant en suivant ces conseils:

  1. Versez le sel de mer, dans une quantité de 100 g, dans un bain chaud, ajoutez 30 à 40 grammes d'extrait de pin. Prenez des traitements d'eau avant de vous coucher pendant 10 jours.
  2. Lavande, à raison de 100 grammes, versez de l'eau bouillante (200 ml). Insister pendant 30 minutes et ajouter à l'eau tiède du bain. Le traitement de l'eau aidera à soulager les tensions et à détendre les muscles.
  3. Une méthode efficace de relaxation est un bain avec des aiguilles de pin. Faites bouillir 200 grammes de matières premières dans de l'eau, mettez le feu pendant 5 à 7 minutes. Versez ensuite l'infusion obtenue dans un bain chaud.

Un massage relaxant est mieux fait avec de l'huile essentielle. Les huiles de menthe, de cèdre, d'eucalyptus, de menthol et de genièvre ont des propriétés thérapeutiques élevées..

Les produits suivants sont utilisés comme préparations à base de plantes pour administration orale:

  • Mélisse;
  • Millepertuis;
  • Moustache dorée.

Vous pouvez préparer des décoctions et des infusions comme ceci:

  1. Combinez une demi-grande feuille de moustache dorée avec 1 orange écrasée avec du zeste, ajoutez du sucre (150 grammes), un demi-litre de vin rouge et du raifort râpé, à raison de 75 grammes. Préparez le mélange au bain-marie pendant 40 à 60 minutes, retirez du feu, filtrez et prenez un tiers de verre, 2 heures après un repas.
  2. Versez une cuillère à soupe de mélisse avec 200 ml d'eau bouillante et insister dans un thermos pendant 1 heure. Boire 1 cuillerée d'infusion finie 5 fois par jour.
  3. Millepertuis, versez 15 grammes d'eau bouillante (200 ml), mettez à feu doux pendant 10 à 15 minutes. Prendre 3 cuillères à soupe trois fois par jour.

Le traitement avec des recettes folkloriques doit être convenu avec le médecin..

La prévention

En conclusion, je voudrais noter que si vous prenez un certain nombre de mesures préventives simples, vous n'aurez pas du tout à être traité. L'essentiel est d'écouter le corps et de suivre quelques règles simples:

  1. Si possible, ayez un horaire de travail et de repos qui vous convient.
  2. Exercice quotidien.
  3. Visitez un psychologue tous les six mois.
  4. Soyez bien en vacances, au moins dans les stations thermales.
  5. N'oubliez pas les traitements de l'eau.
  6. Suivez strictement les instructions des médecins.

La tâche de la première étape peut être difficile, mais les cinq autres sont entièrement entre vos mains. Santé pour toi.