Principal > Pression

Kyste rétrocérébelleux du cerveau: ce qui est dangereux et ce qui ne peut pas être fait?

Un kyste est une pathologie courante qui peut affecter n'importe quel organe humain, le cerveau n'est pas considéré comme une exception. Un kyste cérébral est une tumeur bénigne qui a la forme d'une vessie remplie de liquide. Situé sur n'importe quelle partie de ce corps.

Cette pathologie est de deux types, chacun ayant ses propres caractéristiques et méthodes de traitement:

  1. Kyste arachnoïdien.
  2. Kyste rétrocérébelleux.

Un kyste rétrocérébelleux est un liquide accumulé dans les zones de matière grise morte du cerveau. Afin d'éviter une nouvelle mort des cellules cérébrales, il est urgent de déterminer le facteur provoquant ce processus et de procéder ensuite seulement à un traitement efficace..

Kyste rétrocérébelleux du cerveau chez les enfants et les adultes - qu'est-ce que c'est?

Cette pathologie du cerveau peut survenir chez des patients de différents groupes d'âge. Un diagnostic et un traitement opportuns aideront le patient à éviter certaines complications. Dans une telle situation, il n'est pas recommandé de s'auto-traiter, car il s'agit d'une méthode inefficace et peut nuire à la santé et provoquer des complications.

Un kyste rétrocérébelleux du cerveau est une bulle d'une certaine taille qui est remplie de liquide. Apparaît sur n'importe quelle partie du cerveau, où, après une certaine situation, la mort de la matière grise est observée - un composant important de cet organe.

En outre, cette pathologie a un autre nom - kyste intracérébral, car sa formation se produit directement dans l'organe lui-même. Son danger est qu'il se produit dans les zones touchées, ce qui n'est pas un phénomène normal.

Par conséquent, lors du diagnostic d'une pathologie, en parallèle, la cause de la mort de la matière grise sera clarifiée afin non seulement de prévenir d'autres décès, mais également de prévenir d'autres complications.

Types de kystes rétrocérébelleux

En médecine moderne, plusieurs types de kystes rétrocérébelleux sont distingués. En fonction du type spécifique de pathologie, l'efficacité du traitement dépendra également. Chacun des kystes a ses propres caractéristiques, qui doivent être prises en compte lors du diagnostic..

Nous vous suggérons également de lire un article sur un sujet similaire sur le kyste de poche de Rathke.

Kyste arachnoïdien rétrocérébelleux

Le kyste arachnoïdien rétrocérébelleux du cerveau est considéré comme un type courant de pathologie. Cette formation est située entre les membranes du cerveau et est remplie de liquide céphalo-rachidien.

Cela se produit pour des raisons provocantes:

  1. Blessure à la tête et au cerveau.
  2. Inflammation de cet organe.
  3. Augmentation de la pression au sein de cette formation.

Kyste du liquide céphalo-rachidien rétrocérébelleux

Le kyste lycovir rétrocérébelleux du cerveau n'est pas une pathologie aussi courante. C'est une formation qui contient une certaine quantité de liquide.

Cela se produit en raison de ces facteurs provoquants:

  1. Blessure à la tête et au cerveau.
  2. Effusion de sang dans cet organe.
  3. Le processus inflammatoire dans ce domaine.
  4. Intervention chirurgicale dans cet organe.

Cette espèce est également subdivisée en sous-espèces telles que:

  • kyste congénital, qui survient chez un enfant alors qu'il est encore dans l'utérus;
  • kyste acquis qui survient chez un patient à la suite d'un traumatisme crânien ou d'une inflammation.

Quelles tailles sont dangereuses?

Le kyste rétrocérébelleux se produit sur les zones touchées du cerveau et directement dans l'épaisseur de cet organe. Pour déterminer correctement la taille de la pathologie, le patient subit une série d'examens. Cela résulte de divers facteurs provoquants, il convient également de considérer que de nouveaux foyers d'infection et même un micro-coup peuvent provoquer la croissance de l'éducation.

Causes d'occurrence

Cette pathologie du cerveau résulte de nombreux facteurs provoquants, dont le plus courant est la mort des cellules de matière grise.

Les causes de la pathologie:

  1. Mauvaise circulation sanguine dans le cerveau.
  2. Intervention chirurgicale dans cet organe.
  3. Perturbation aiguë de la circulation sanguine dans le cerveau, accompagnée d'une perte de conscience soudaine et d'une paralysie.
  4. Processus inflammatoires dans ce domaine et maladies infectieuses.
  5. Blessures à la tête et au cerveau, pouvant entraîner la mort des cellules cérébrales.

Symptômes

La symptomatologie de la pathologie dépend de sa taille. L'emplacement du kyste est également important, ainsi que ses causes. En savoir plus sur les symptômes du kyste dans la tête d'un adulte.

Si ce néoplasme bénin, progressivement, sans s'arrêter, se développe, alors que la pression du liquide interne augmente, il existe un risque d'apparition d'une symptomatologie assez prononcée de la pathologie.

Si le néoplasme ne se développe pas, le patient, en raison de l'absence de signes de pathologie, peut même ne pas être conscient de sa présence.

La provocation du développement d'un kyste peut:

  • neuroinfections qui n'arrêtent pas le processus infectieux dans le cerveau;
  • altération de la circulation sanguine de nature chronique;
  • processus auto-immuns;
  • sclérose en plaques.

Avec une croissance intensive de la pathologie, le patient peut remarquer plusieurs symptômes de la liste répertoriée à la fois:

  1. Mal de tête chronique intense.
  2. Pulsations à l'intérieur du crâne, ce qui provoque un certain inconfort.
  3. Détérioration de la fonction auditive, survenue d'acouphènes.
  4. J'ai l'impression que ta tête est sur le point d'exploser.
  5. Augmentation de la pression à l'intérieur du crâne.
  6. Hypertension artérielle.
  7. Déficience visuelle.
  8. Paralysie des membres inférieurs et supérieurs, en tout ou en partie.
  9. Des convulsions.
  10. Perte de conscience soudaine.
  11. Engourdissement dans une partie spécifique du corps, ou dans les bras et les jambes, qui peut être temporaire ou permanent.

Traitement

Un traitement spécial n'est pas effectué si:

  • un kyste cérébral ne présente aucun symptôme prononcé;
  • il n'y a pas de croissance dans l'éducation;
  • la taille de la pathologie est insignifiante.

Dans une telle situation, il est recommandé au patient d'être sous la surveillance constante d'un neuropathologiste et de subir des examens préventifs au moins une fois tous les six mois - par an..

Si le patient présente les premiers signes de pathologie, la formation bénigne a commencé à augmenter progressivement ou intensément sa taille, il y a une augmentation de la pression du liquide à l'intérieur du kyste, une intervention chirurgicale est alors nécessaire.

Avant d'effectuer une opération:

  1. Le patient est soumis à un examen approfondi.
  2. De plus, en parallèle, l'élimination de la cause qui a provoqué l'apparition et le développement du kyste est effectuée.
  3. Ensuite, les spécialistes évaluent le risque d'intervention et sélectionnent l'option de traitement la plus optimale..

La méthode d'intervention chirurgicale dépend de l'emplacement de la formation bénigne et de sa taille.

En médecine moderne, on distingue les types d'opérations suivants:

  1. Ponction endoscopique. Il est considéré comme une méthode d'intervention moderne, qui est le moins traumatisant. Pendant l'opération, un endoscope est utilisé pour percer le crâne. Après cela, la formation est éliminée et le fluide interne est aspiré. Utilisé uniquement dans certains cas, tout dépend de l'emplacement du kyste.
  2. Chirurgie de pontage. Il est prescrit pour un patient souffrant d'hydrocéphalie et d'un débit constant de liquide.
  3. Opération neurochirurgicale, qui s'accompagne d'une craniotomie.

Ce qu'il ne faut pas faire?

Dans cette situation, il n'est pas recommandé de s'auto-traiter, car cela peut entraîner des conséquences irréversibles et même la mort. Il est recommandé qu'aux premières manifestations de la pathologie, de contacter immédiatement un spécialiste pour une aide qualifiée..

Effets

Quant aux conséquences après un diagnostic et un traitement opportuns, elles sont absentes.

S'il y avait des complications pendant ou après la chirurgie, le patient peut présenter les symptômes suivants de lésions cérébrales:

  1. Le syndrome cérébral est considéré comme un symptôme courant de l'intervention postopératoire. Il se traduit par: augmentation de la pression à l'intérieur du crâne, maux de tête intenses de nature chronique, intolérance aux voyages, manque d'une quantité normale d'oxygène, etc. Une thérapie peut être effectuée pour l'éliminer.
  2. Des convulsions. Parfois, les patients ont même une épilepsie symptomatique..
  3. Syndrome asthéno-névrotique. Il survient rarement, peut être accompagné de troubles tels que faiblesse générale, malaise, dysfonctionnement du système immunitaire.
  4. Hypermobilité ou retard de développement chez les enfants et troubles du comportement chez les adultes.
  5. Syndrome focal. Ce syndrome survient à la suite de lésions d'une certaine zone du cerveau, responsable de certaines fonctions importantes..

En conséquence, le patient peut rencontrer des problèmes tels que:

  • violation de la fonction de la parole;
  • violation de la fonction visuelle;
  • altération de la fonction auditive;
  • violation des fonctions nerveuses;
  • troubles du système musculo-squelettique.

Ce ne sont pas toutes les conséquences que ce kyste peut provoquer. Toutes les complications sont graves et peuvent mettre la vie en danger.

Après la chirurgie, pour éviter des conséquences désagréables, vous devez:

  1. adhérer aux recommandations d'un spécialiste;
  2. prenez des complexes vitaminiques;
  3. mange correctement;
  4. n'ignorez pas la prise de médicaments qui aident à renforcer le système immunitaire, à améliorer la circulation sanguine et à renforcer les parois vasculaires.

Il est également conseillé au patient de:

  • corrigez votre style de vie;
  • faites attention à l'activité physique. mais insignifiant;
  • refuser de mauvaises habitudes.

Un kyste rétrocérébelleux du cerveau, bien qu'une pathologie dangereuse dans certaines situations, est tout à fait curable, en particulier avec un traitement rapide.

Si le patient présentait certains troubles susceptibles de provoquer cette formation, il est nécessaire de subir un examen préventif. Au premier signe d'un kyste, cela vaut la peine d'être examiné.

Que faire avec un kyste rétrocérébelleux du cerveau

Un kyste rétrocérébelleux du cerveau est un néoplasme bénin creux rempli de liquide à l'intérieur et situé dans la fosse postérieure derrière le cervelet (rétro - derrière quelque chose, cervelet - cervelet). Un petit kyste rétrocérébelleux du cerveau ne se manifeste pas cliniquement, mais son augmentation conduit au développement d'un tableau clinique.

  1. Arachnoïde rétrocérébelleux. Formé entre le cervelet et la membrane arachnoïdienne du cerveau. Ils affectent la sortie du liquide céphalo-rachidien.
  2. Enseignement classique du CSF.
  3. Kyste rétrocérébelleux inférieur du cerveau. Situé dans l'espace sous-arachnoïdien. La formation inférieure se connecte généralement au quatrième ventricule du cerveau, qui est déplacé vers le haut. Les structures cérébelleuses ne sont pas endommagées. Accompagné d'une bifurcation du tentorium cérébelleux.

Les raisons

Il existe deux types d'origine:

  • Kyste rétrocérébelleux congénital du cerveau. Il survient pendant la période de développement intra-utérin du fœtus en raison de défauts de maturation du système nerveux central. Cela se produit également dans le contexte d'un accouchement problématique en tant que complication d'un traumatisme à la naissance. Dans ce cas, la substance du cerveau est nécrotique et un néoplasme creux se forme à sa place. Cette option est considérée comme une caractéristique individuelle de la structure du cerveau, c'est-à-dire que c'est la norme.
  • Formation acquise. Elle survient en raison de facteurs vitaux: accident vasculaire cérébral hémorragique, traumatisme cranio-cérébral, hydrocéphalie, encéphalite, méningite ou complication des opérations neurochirurgicales. Ceci est une variante de la pathologie.

Symptômes

Quelles tailles sont dangereuses: un kyste se manifeste cliniquement lorsque sa taille dépasse 3 cm de diamètre. Le kyste rétrocérébelleux du PCF du cerveau est caractérisé par les syndromes suivants:

  1. Syndrome d'augmentation de la pression intracrânienne. Signes: céphalées éclatantes, étourdissements, perte d'appétit, troubles du sommeil, irritabilité, labilité émotionnelle, diminution de la précision de la vision, acouphènes. Le développement psychomoteur peut être retardé chez les enfants.
  2. Symptômes cérébraux généraux: maux de tête lancinants, somnolence, stupeur, perte de mémoire, distraction accrue, convulsions, tremblements des membres. Les patients sont lents à répondre aux questions, désorientés.
  3. Déficits neurologiques: diminution de la sensibilité, affaiblissement de la force musculaire des bras et des jambes.
  4. Symptômes focaux. Elle est causée par une compression mécanique du cervelet par un kyste. Un kyste rétrocérébelleux du cervelet du cerveau se manifeste dans ce cas par une altération de la coordination, une diminution de la précision des mouvements et un trouble de la marche.

Diagnostique

La maladie est diagnostiquée à l'aide de méthodes numériques de recherche sur le cerveau.

L'imagerie par résonance magnétique montre l'expansion du quatrième ventricule, qui communique avec le kyste. Le ver cérébelleux est également déplacé. L'IRM montre également des signes d'augmentation de la pression intracrânienne.

En alternative, une tomodensitométrie est prescrite. La méthode fournit des informations sur la zone d'intensité de signal insuffisante, qui a délimité les contours. La tomodensitométrie donne également des informations sur la densité du kyste. Cependant, avec l'aide de la tomodensitométrie, il est difficile de prévoir le cours. Contrairement à la TDM, l'imagerie par résonance magnétique permet de différencier les néoplasmes malins et bénins. Par conséquent, si un kyste est suspecté, l'IRM a une plus grande valeur diagnostique..

En cas de suspicion d'augmentation de la taille du kyste, le patient se voit prescrire une imagerie par résonance magnétique avec contraste. Habituellement, la dynamique négative (élargissement du néoplasme) est associée à une malformation artério-veineuse ou une malformation d'Arnold-Chiari.

Lors de l'examen du fœtus d'une femme enceinte, la maladie peut être découverte par accident si le diagnostic a été effectué dans la région du cerveau par neurosonographie. La même méthode confirme la présence d'un kyste chez les enfants de un et deux ans..

La relation entre la taille du kyste et le degré de danger

Pour les enfants, la maladie devient dangereuse lorsque son diamètre dépasse 3 cm Dans ce cas, le patient est envoyé en électroencéphalographie et en imagerie par résonance magnétique. Chez l'adulte, ce n'est pas tant la taille qui compte que la dynamique du néoplasme. Ainsi, un symptôme alarmant est une augmentation du kyste.

Traitement

Comment traiter un kyste:

  1. Thérapie conservatrice.
  2. Intervention chirurgicale.

Le traitement conservateur dépend du syndrome dominant. Le plus souvent, il s'agit d'une augmentation de la pression intracrânienne. Dans ce cas, le patient se voit prescrire un diurétique tel que l'hydrochlorothiazide ou le mannitol..

La principale méthode de traitement est la chirurgie. Les indications:

  • hypertension intracrânienne maligne, qui s'est développée à la suite d'un kyste hypertrophié, dont la taille dépassait 20 mm de diamètre;
  • symptômes neurologiques déficients: diminution ou violation de la sphère sensible, diminution de la force musculaire, paralysie, troubles de la coordination et de la démarche;
  • dynamique maligne négative du kyste: sa taille augmente rapidement;
  • le néoplasme affecte négativement les données d'électroencéphalographie, modifiant l'activité bioélectrique des neurones.

Il existe de tels types d'opérations:

  1. Fenestration endoscopique. Le but est de drainer le kyste afin d'en libérer le contenu.
  2. Chirurgie de pontage. Le but est d'éliminer les symptômes de l'augmentation de la pression intracrânienne et de réhabiliter l'apport sanguin au cerveau.
  3. Craniotomie. Le but est d'éliminer partiellement ou complètement le néoplasme ou sa paroi.

L'opération n'est pas prescrite si la tumeur ne se développe pas. Contre-indications: violations flagrantes des fonctions vitales du corps: coma, insuffisance respiratoire ou cardiaque.

Ce qui ne doit pas être fait chez les patients présentant un kyste:

  • Vaccination.
  • Boire de l'alcool, fumer.

Recommandations aux patients:

  1. Mesurez votre tension artérielle tous les jours.
  2. Essayez d'éviter les traumatismes crâniens: changez de travail s'il menace d'être frappé à la tête.

Pourquoi un kyste rétrocérébelleux est-il dangereux dans le cerveau?

Un kyste rétrocérébelleux du cerveau est un type de formations bénignes et se caractérise par la formation d'une vessie creuse remplie d'un liquide transparent sur la zone nécrotique de la matière grise. Malgré le fait que la tumeur soit de nature bénigne, son apparition est due au développement d'un processus dangereux - la nécrose, au cours de laquelle la mort des cellules cérébrales se produit. Afin de prévenir la formation d'un kyste, le patient doit savoir de quoi il s'agit et quels facteurs augmentent le risque de pathologie..

  1. Ce que c'est
  2. Classification
  3. La taille et la croissance du néoplasme
  4. Raisons de la formation
  5. Symptômes et diagnostic
  6. Méthodes de traitement
  7. Conservateur
  8. Opérationnel
  9. Ce qui est dangereux
  10. Ce qu'il ne faut pas faire
  11. La prévention

Ce que c'est

Un kyste rétrocérébral est une capsule creuse de nature bénigne qui, lors de sa formation, est remplie de liquide céphalo-rachidien et affecte les zones du cerveau dans lesquelles se produit une nécrose de la matière grise. Une caractéristique du néoplasme est qu'il affecte directement la membrane arachnoïdienne, ce qui aggrave les manifestations cliniques et complique le processus de traitement..

Un phénomène courant est le développement d'une tumeur rétrocérébelleuse chez un enfant: dans la plupart des cas, la formation kystique survient à la suite d'une mutation génétique et précède un trouble de la circulation cérébrale. Puisqu'un néoplasme bénin n'est pas aggravé par des symptômes sévères, il est impossible de le détecter à un stade précoce de développement et de commencer à l'éliminer en temps opportun, ce qui augmente le risque d'anomalies mentales chez le bébé..

Classification

En fonction de la nature du néoplasme, deux types de tumeurs sont distingués:

  1. Le kyste arachnoïdien rétrocérébelleux du cerveau se forme à la surface des tissus qui unissent la membrane externe et le parenchyme interne, est rempli de substance vertébrale.
  2. Le kyste du liquide céphalo-rachidien rétrocérébelleux du cerveau se développe à la suite d'un processus inflammatoire, d'une hémorragie locale ou d'une blessure mécanique. Souvent, la formation d'un espace rétrocélébellaire est due à une chirurgie de mauvaise qualité des pathologies se développant dans la tête..

Selon l'origine, il existe deux types de kystes du LCR:

  1. Une tumeur congénitale se forme en raison d'un développement embryonnaire altéré.
  2. La tumeur acquise se développe dans le contexte de dommages mécaniques ou d'inflammation de la structure cérébrale.

Chaque type de kyste a ses propres caractéristiques de développement, qui doivent être prises en compte par le médecin lors du choix d'une tactique de traitement..

La taille et la croissance du néoplasme

Une capsule creuse, ne dépassant pas deux millimètres de diamètre, se développe de manière asymptomatique pendant de nombreuses années et est détectée principalement par hasard - lors d'un examen complet. Un petit kyste dans le cerveau est une norme qui n'implique pas de thérapie médicale: pour que le médecin puisse surveiller l'état de la tumeur, le patient se rend régulièrement à l'échographie.

Étant donné qu'un kyste rétrocérébelleux augmente souvent de diamètre, les patients demandent à leur médecin à quel point il est dangereux. Une cavité kystique, atteignant dix millimètres de diamètre, indique une gravité modérée du processus pathologique et est préoccupante si son volume continue d'augmenter, provoquant la destruction des cellules cérébrales.

Si la croissance d'un kyste est réalisée non seulement en largeur, mais également en longueur, ce processus provoque la croissance rapide d'un néoplasme bénin dans les tissus voisins, ce qui augmente le risque de développer leur nécrose. La principale raison de l'augmentation des capsules kystiques est considérée comme un trouble du flux sanguin cérébral: beaucoup moins souvent une lésion infectieuse et un processus inflammatoire agissent comme un facteur provoquant.

Raisons de la formation

Les causes suivantes des tumeurs cérébrales sont distinguées:

  • maladies infectieuses qui contribuent au trouble du système nerveux central - méningite et encéphalite;
  • lésion du cortex cérébral de nature ischémique, due à une défaillance de la circulation sanguine locale;
  • structure organique anormale, caractérisée par l'absence de septa entre les hémisphères cérébraux;
  • avoir des lésions cérébrales à la suite d'une chirurgie de mauvaise qualité;
  • prédisposition héréditaire.

Les principales raisons de l'apparition d'un kyste congénital sont considérées comme la prise de médicaments par une fille enceinte qui perturbent le développement embryonnaire du bébé, ainsi que son séjour prolongé dans une zone de mauvaises conditions environnementales. En outre, la maladie de Marfan est la cause de la formation d'une tumeur primaire chez un nouveau-né..

Symptômes et diagnostic

Un kyste rétrocérébelleux, dont le diamètre ne dépasse pas deux millimètres, se développe de manière asymptomatique, ce qui fait que le patient n'est pas conscient de sa présence. Tomber sous l'influence de facteurs négatifs (trouble du flux sanguin, développement d'un processus auto-immun, infection), la cavité kystique commence à se développer, ce qui précède la manifestation de symptômes désagréables.

Il existe de tels symptômes d'un kyste cérébral:

  1. Maux de tête persistants et aggravés par les crises de migraine.
  2. Trouble du fonctionnement des organes sensibles: altération de l'audition et de la vision.
  3. Un état psychoémotionnel instable provoque des signes tels que l'insomnie, l'apathie et une irritabilité sans cause.
  4. Un trouble vestibulaire qui provoque des étourdissements et une perte d'équilibre chez les adultes.
  5. La paralysie, qui est temporaire au stade initial de la formation tumorale, prend un caractère permanent à mesure que le processus pathologique progresse.
  6. Hydrocéphalie, caractérisée par une augmentation de la pression intracrânienne. Les principaux symptômes de l'hydrocéphalie sont la somnolence, la nervosité excessive et les nausées..
  7. Détérioration de l'activité cérébrale: inhibition des processus de pensée.

Le diagnostic de la pathologie commence par un interrogatoire oral du patient, au cours duquel le médecin détermine les symptômes présents et, en fonction des plaintes du patient, crée une anamnèse individuelle. Étant donné que la présence de symptômes spécifiques ne suffit pas à déterminer le diagnostic, le médecin oriente le patient vers un diagnostic complet.

L'examen commence traditionnellement par le patient faisant une prise de sang, à l'aide de laquelle l'assistant de laboratoire détermine la concentration de cholestérol et évalue le degré de coagulation sanguine. Si les résultats des tests de laboratoire indiquent une augmentation du volume de cholestérol et une diminution du taux de coagulation, il s'agit d'un signe indirect de trouble de l'apport sanguin cérébral..

Afin de déterminer le facteur provoquant, le patient passe également une prise de sang pour identifier les pathologies auto-immunes - sclérose, lésions infectieuses du système nerveux central, arachnoïdite. Parce que l'AVC est considéré comme une cause fréquente de développement de la tumeur, le patient est surveillé pour la tension artérielle.

L'imagerie par résonance magnétique est considérée comme la méthode diagnostique fondamentale. Pendant la procédure, un agent de contraste est injecté dans le cerveau du patient, ce qui aide le médecin à déterminer la taille exacte de la tumeur et sa localisation, ainsi qu'à éliminer le risque de présence de cellules malignes dans la structure d'une capsule creuse.

L'échographie Doppler est un autre événement obligatoire. Cette procédure vise à évaluer la perméabilité des vaisseaux sanguins locaux. Si, grâce au diagnostic, un rétrécissement pathologique des parois vasculaires a été détecté, cela indique une carence en nutriments, à la suite de laquelle une nécrose du tissu cérébral se développe.

Méthodes de traitement

En fonction de la taille du kyste, des caractéristiques de son développement et de l'intensité de la manifestation des symptômes, un patient adulte reçoit un traitement conservateur ou chirurgical. La formation rétrocérébelleuse chez les enfants de moins de 16 ans est traitée de manière conservatrice.

Conservateur

L'objectif principal du traitement médicamenteux est de normaliser l'apport sanguin local et d'accélérer le processus de résorption des capsules creuses. En présence d'une formation bénigne dans le cerveau, le patient se voit prescrire les médicaments suivants:

  • l'antioxydant Synergin réduit la vulnérabilité des tissus cérébraux;
  • L'aspirine antiplaquettaire augmente la coagulation sanguine et dilate les parois des vaisseaux sanguins;
  • nootropic Cerebramine soulage la carence en oxygène;
  • l'anticoagulant Longidase élimine les adhérences formées dans le parenchyme cérébral;
  • antihypertenseur Kapoten stabilise la pression artérielle.

Si le facteur provoquant est un processus infectieux, le patient se voit également prescrire des antibiotiques et des immunomodulateurs.

Opérationnel

L'inefficacité du traitement conservateur implique une opération chirurgicale. Aussi, il est conseillé d'effectuer une intervention chirurgicale en cas de croissance tumorale rapide et de développement de symptômes concomitants qui altèrent la qualité de vie du patient..

Si les résultats du diagnostic indiquent la présence d'une quantité excessive de liquide céphalo-rachidien dans la capsule creuse, le patient subit un pontage cérébral. L'opération se déroule sous anesthésie générale: pendant la procédure, le médecin combine les vaisseaux affectés avec des artères saines, stabilisant ainsi la sortie de liquide céphalo-rachidien et améliorant la circulation sanguine locale.

La localisation superficielle du sac kystique est une indication pour l'endoscopie. Au cours de l'opération, le médecin forme deux petites perforations dans le crâne pour accéder à la tumeur, puis procède à la résection de la capsule creuse et à l'aspiration de son contenu. Il est strictement interdit de retirer un kyste cérébral par la méthode endoscopique si le néoplasme est localisé dans les profondeurs de la matière grise.

Dans les cas avancés, une méthode radicale est utilisée - la craniotomie. Malgré le fait que l'opération a une technique complexe, elle exclut le risque de formation de tumeurs secondaires, car elle implique l'ablation non seulement du sac kystique, mais également des tissus qui l'entourent.

Ce qui est dangereux

Chaque patient avec un diagnostic de kyste rétrocérébelleux doit savoir pourquoi cette pathologie est dangereuse. Une tumeur cérébrale bénigne chez un enfant précède la manifestation de l'hypermobilité et provoque une violation du développement physique et mental.

Chez les patients adultes, un kyste cérébral s'accompagne d'une augmentation de la pression intracrânienne, ce qui conduit au développement d'un syndrome cérébral. Cette complication précède l'apparition de sensations douloureuses chroniques et la formation d'une carence en oxygène..

La défaite des cellules cérébrales lors de la chirurgie provoque la manifestation d'un syndrome focal. Les symptômes les plus courants du processus pathologique sont la perte auditive, la fonction motrice altérée et la parole indistincte..

D'autres conséquences possibles de la maladie sont l'hypertension artérielle et la présence de convulsions. Souvent, un kyste cérébral contribue au développement d'anomalies psychologiques, à la suite desquelles le patient éprouve des difficultés à communiquer avec les gens.

Ce qu'il ne faut pas faire

Pendant la période de rééducation, non seulement les cellules cérébrales affaiblies sont vulnérables, mais également le corps dans son ensemble.Il est donc strictement interdit au patient de refuser de prendre des médicaments stimulant la fonction protectrice. De plus, il n'est pas recommandé au patient de surcharger le corps avec un entraînement physique épuisant, d'abuser de la restauration rapide, de boissons alcoolisées et de fumer..

La prévention

Vous pouvez empêcher le développement d'un type secondaire de kyste rétrocérébelleux en respectant des règles simples:

  1. Réduction du risque de blessure et de commotion cérébrale.
  2. Élimination rapide des maladies infectieuses.
  3. Contrôle du taux de cholestérol: une augmentation de son indicateur quantitatif est une indication pour la prise de médicaments.
  4. Examens préventifs réguliers du cerveau pour évaluer le fonctionnement du flux sanguin local.

Étant donné que les enfants sont également vulnérables au développement d'un kyste cérébral, tout en portant un fœtus, une fille enceinte doit adopter un mode de vie sain, ne pas abuser de médicaments lourds et consulter régulièrement un gynécologue pour un examen préventif..

Kyste rétrocérébelleux du cerveau

Le kyste rétrocérébelleux du cerveau est une cavité qui peut être de différentes tailles, remplie de liquide séreux.

Les formations kystiques du cerveau sont conditionnellement bénignes et rarement malignes. La conventionnalité s'explique par le développement d'un néoplasme dans l'espace limité du crâne. Pour cette raison, même des lésions bénignes peuvent entraîner des complications extrêmement graves..

Classification

Il existe plusieurs types de formations kystiques de localisation intracérébrale:

Il se forme directement dans les tissus cérébraux en raison de la mort d'une section de cellules. Ne quitte pas sa zone anatomique, c'est-à-dire n'a pas tendance à une croissance expansive.

Elle peut survenir n'importe où dans le cerveau et est souvent précédée d'un traumatisme.

LCR arachnoïdien rétrocérébelleux

Les kystes arachnoïdiens sont situés dans la zone correspondante du cerveau (méninges arachnoïdiennes). Peuvent rarement communiquer avec le système de liquide céphalo-rachidien (plus souvent isolé et rempli de liquide céphalo-rachidien).

Une option atypique et congénitale (déterminée in utero). Le néoplasme est formé à partir des rudiments du tissu vasculaire et est ensuite situé entre les vaisseaux normalement formés (diagnostic différentiel avec anévrisme).

L'éducation, qui se forme strictement dans la glande pinéale (le tableau clinique est associé à un dysfonctionnement de cette partie seulement du cerveau, car la formation ne se développe pas dans les zones voisines).

Quel est le danger

Quel est le danger du kyste arachnoïdien rétrocérébelleux du cerveau et d'autres types de formations kystiques intracérébrales? Classiquement, deux moments dangereux peuvent être distingués:

  1. Ischémie de certaines parties du cerveau.
  2. Perte d'un certain nombre de fonctions en fonction de la zone touchée.

La chirurgie pour enlever une tumeur est presque toujours nécessaire, car il y a un risque élevé de dommages aux tissus d'organes sains.

Symptômes

Variantes de violations en fonction de la zone anatomique:

Trouble dû à la formation kystique

Centres de contrôle de la respiration et de la circulation sanguine, ainsi que des centres de régulation de la déglutition, de la salivation et de certains réflexes protecteurs (éternuements, toux, vomissements)

Les centres vitaux souffrent (incompatible avec la vie). La pathologie ne fait pas l'objet d'un traitement chirurgical.

Centres d'équilibre et de coordination

Des troubles vestibulaires surviennent (instabilité de la démarche, désorientation dans l'espace, asthénie, tremblements, ataxie).

Service de conduction (formation réticulaire, noyaux moteurs et sensoriels)

Les troubles sont difficiles à classer en raison de la complexité du système de câblage dans cette zone du cerveau.

Centres visuels et auditifs primaires, régulation de la position dans l'espace et des mouvements corporels

Altération du tonus musculaire squelettique. Troubles de la coordination et de la vitesse des mouvements.

1. Centres d'extrémité de toutes sortes de sensibilité

1. Perte ou perte de tout type de sens (tactile, tactile, température, gustatif).

2. Le centre le plus élevé de régulation nerveuse et humorale (contrôle la glande pituitaire, qui assure le travail de toutes les glandes endocrines du corps)

2. Violation de la thermorégulation. Distorsion de la sensation de satiété / faim. Distorsion de la sensation de soif. Trouble de la pression artérielle, trouble respiratoire.

3. Contrôle de la fonction veille / sommeil (production de mélatonine et de sérotonine)

3. Perturbation des rythmes circadiens normaux (insomnie / somnolence constante, dépression).

Endbrain (cortex cérébral):

2. Lobes pariétaux

3. (asymétrie des côtés droit et gauche)

4. Lobe temporal (asymétrie des côtés droit et gauche)

5. Lobes occipitaux

1. Contrôle des mouvements volontaires, de la parole et de l'activité mentale supérieure. De plus, le centre de Broca (gyrus frontal inférieur) est localisé ici - c'est le centre moteur de la parole.

1. Lorsque ce service est endommagé, des "symptômes frontaux" apparaissent: euphorie, sottise, manque de compréhension de l'humour, impossibilité d'actions intentionnelles.

Le patient conserve tout

expérience et connaissances accumulées, mais il n'est pas en mesure de les utiliser pour résoudre des problèmes spécifiques.

reconnaissance et récupération de la mémoire d'informations sur la forme des objets, leur texture, leur masse. Donne des informations sur la relation visuelle-spatiale du corps par rapport aux objets environnants. Il existe également des centres chargés de la facturation et de la rédaction.

2. Astérognose - difficulté à

reconnaissance d'objets par le toucher. Altération de la compréhension de la position du corps dans l'espace et anosognosie (troubles de la perception de son propre corps). Écriture et informatique altérées (forte dépendance à l'égard de l'hémisphère affecté).

3. Centres supérieurs d'audition, de compréhension de la parole, de mémoire visuelle et de mémoire verbale. Cette zone comprend également le système limbique (émotions).

3. En cas de lésion du côté droit, la perception des stimuli auditifs non verbaux (musique) est altérée. Avec la défaite du lobe gauche, un trouble de la conscience, de la mémoire et de la production de la parole se produit. Les dommages au système limbique provoquent des crises partielles complexes avec perte des fonctions autonomes, cognitives et émotionnelles.

4. Centre visuel supérieur

4. En cas de violation dans cette zone, une cécité centrale se produit et le syndrome d'Anton-Babinsky se développe (en combinaison avec des lésions des lobes pariétaux) - le patient n'est pas conscient de sa propre cécité.

Cette division est extrêmement conditionnelle, car le cerveau n'a pas de frontières strictes et fonctionne comme un seul réseau neuronal indivisible.

De plus, avec une violation du système de liquide céphalo-rachidien (formations kystiques arachnoïdiennes communiquant avec les ventricules du cerveau), des phénomènes d'hydrocéphalie se produisent:

  1. Manifestations cérébrales générales (nausées, vomissements, convulsions).
  2. Symptômes focaux qui dépendent de l'emplacement exact du kyste (altération de la fonction visuelle, altération de la régulation motrice ou sensorielle).
  3. Troubles des systèmes somatiques (cardiovasculaires, respiratoires) dus à une violation des centres de leur régulation.

Manifestations chez les enfants

Chez un enfant, une formation kystique de ce type est congénitale et commence à se manifester à partir de la période néonatale:

  • augmentation pathologique de la circonférence de la tête;
  • divergence des os du crâne;
  • fontanelles bombées;
  • retard mental.

Tous les types de kystes se résolvent d'eux-mêmes dans des cas extrêmement rares et se caractérisent par une croissance lente et progressive.

Traitement

Le traitement de la pathologie n'est pas toujours chirurgical, avec de petits kystes, seules une observation et un suivi périodique sont indiqués (examen par IRM / TDM).

Indications et contre-indications de la chirurgie

Le traitement chirurgical est indiqué dans les situations suivantes:

  • grandes tailles de néoplasmes cérébraux;
  • tableau clinique prononcé, qui n'est pas arrêté par les médicaments;
  • signes de malignité;
  • localisation à proximité immédiate des centres vitaux;
  • valeurs élevées de pression intracrânienne;
  • violation de l'écoulement du liquide céphalo-rachidien et survenue d'une hydrocéphalie.
  • la présence d'une inflammation;
  • états décompensés (instabilité de l'hémodynamique et saturation).

Méthodes chirurgicales

  1. Chirurgie endoscopique. Le plus souvent utilisé pour les kystes arachnoïdes. La méthode est basée sur la dissection du kyste et la création d'une communication avec les citernes cérébrales pour la libre sortie du liquide céphalo-rachidien le long des voies naturelles. En conséquence, les trous sur la tête sont réalisés en tenant compte de la localisation du kyste et des voies du liquide céphalo-rachidien. Contrôle strict par échographie (peropératoire). Avec la localisation des kystes dans les couches profondes du cerveau, cette opération n'est pas effectuée.
  2. Microchirurgie. Une craniotomie est réalisée avec une dissection couche par couche de tous les tissus. Lorsqu'un kyste se gonfle dans une plaie, sa ponction est nécessaire avec l'envoi du contenu pour un examen cytologique et histologique. Les parois du kyste sont soigneusement excisées et également envoyées pour examen. La plaie est solidement suturée.
  3. Opérations de shunt liquide. Il s'agit d'un type de chirurgie moins traumatique associé au drainage du kyste dans la cavité extracérébrale (pontage cystopéritonéal). Dans ce cas, une extrémité du drainage est installée dans la cavité élargie du kyste et l'autre s'étend dans la cavité abdominale (les feuilles du péritoine aspireront l'excès de liquide et la pression intracrânienne est normalisée).
  4. Chirurgie ouverte (craniotomie). Le type d'intervention chirurgicale le plus couramment utilisé, car il donne un large accès même aux tissus profonds.

Avec des symptômes prononcés d'hydrocéphalie, une chirurgie corrective est indiquée:

  • opération de dérivation de l'alcool;
  • drainage ventriculaire externe.

En cas d'urgence, pour soulager rapidement la pression intracrânienne et prévenir le développement d'un œdème cérébral, une trépanation de l'os temporal est montrée (une seule ponction 1,5-2 cm au-dessus de la tempe). De cette façon, l'excès de liquide sera éliminé et les signes d'œdème disparaîtront..

Complications postopératoires possibles

Les complications peuvent se développer immédiatement au moment de la chirurgie ou après celle-ci:

  1. Dommages aux tissus cérébraux avec perte de fonction. Désigne les conséquences les plus graves, car elles ne répondent pas au traitement (les changements persisteront tout au long de la vie ultérieure).
  2. Syndrome convulsif. La cause de son développement peut être à la fois des dommages directs à la fibre nerveuse et l'effet réflexe des instruments chirurgicaux.
  3. Hémorragie. Il existe deux variantes de cette complication: une hémorragie locale avec formation d'hématomes et une hémorragie totale dans le cerveau (accident vasculaire cérébral).
  4. Formation de thrombus. À la fin de l'opération, de l'héparine est administrée au patient pour éviter cette complication, mais si de gros caillots sanguins se produisent, une thrombose, des accidents vasculaires cérébraux, une embolie pulmonaire peuvent survenir, ce qui conduit souvent à la mort..
  5. Gonflement du cerveau. Autre complication redoutable, qui en l'absence d'assistance immédiate est fatale. La compression de la moelle allongée est particulièrement importante, car il existe des centres vitaux (souffle et cœur).

La plupart des opérations ont un résultat final favorable..

Traitement médical

L'inclusion d'un traitement conservateur dépend du tableau clinique (stade préopératoire ou postopératoire):

  1. Normalisation de la pression artérielle (Captopril, Enalapril, Verapamil). Ceci est fait avec deux objectifs: normaliser l'hémodynamique pour l'anesthésie et réduire la pression intracrânienne.
  2. Médicaments qui inhibent le système de coagulation sanguine (anticoagulants). Ceux-ci incluent l'héparine, l'antithrombine. Prescrit pour la prévention de la thrombose.
  3. Les nootropiques sont des médicaments qui restaurent la fonction cérébrale (l'efficacité dans de nombreux cas est discutable). Ceux-ci incluent Nootropil, Cerebramine. Sont prescrits uniquement en période postopératoire.
  4. Des antioxydants et un complexe vitaminique sont prescrits pour restaurer la fonction cérébrale et l'enrichir en substances essentielles.
  5. Médicaments contrôlant le cholestérol (statines). Il est prescrit à deux fins: comme l'un des composants du traitement de l'hypertension artérielle causée par l'athérosclérose et comme prévention de la formation d'emboles graisseuses en période postopératoire.

Vidéo

Nous proposons de visionner une vidéo sur le thème de l'article.

Kyste rétrocérébelleux du cerveau: qu'est-ce que c'est, quelles tailles sont dangereuses? Signes et traitement

Qu'est-ce qu'un kyste rétrocérébelleux?

Un kyste rétrocérébelleux est une cavité anormale dans la fosse postérieure derrière le cervelet. La cause de la formation peut être des facteurs congénitaux et acquis. Les kystes dans la structure du cerveau peuvent ne pas se manifester, mais parfois leur taille augmente, provoquant une compression des parties adjacentes. L'élargissement kystique de l'espace rétrocérébelleux à la fois dans l'enfance et à l'âge adulte peut entraîner des déficits neurologiques.

Classification:

  1. Le kyste arachnoïdien rétrocérébelleux du cerveau est une formation située entre la surface du cerveau du côté du cervelet et la membrane arachnoïdienne. Il se développe à la suite d'une augmentation du nombre de membranes arachnoïdiennes au cours du développement cérébral ou sous l'influence de facteurs externes. Le danger de tels kystes est déterminé par leur taille, leur localisation précise, leur influence sur l'écoulement du liquide céphalo-rachidien.
  2. Kyste du LCR rétrocérébelleux - une cavité avec des parois membranaires remplies de contenu liquide.

Dans les diagnostics des patients, le concept de kyste rétrocérébelleux sans caractéristiques supplémentaires est rencontré - il s'agit d'une tumeur creuse située dans la même zone, mais dans la matière grise du cerveau. Kyste rétrocérébelleux inférieur - une indication de la présence de liquide céphalo-rachidien dans la formation, qui est associée à l'emplacement dans la zone de l'espace arachnoïdien.

Les raisons

Un kyste rétrocérébelleux se produit pendant le développement du fœtus ou en tant que complication d'une blessure à la naissance à la suite de la mort des cellules cérébrales. Au lieu de tissu sain, une cavité se forme, remplie de liquide céphalo-rachidien ou de liquide séreux. Il s'agit souvent d'une caractéristique de développement congénitale..

En outre, un kyste rétrocérébelleux peut se former pour les raisons suivantes:

  • accident vasculaire cérébral;
  • pathologies vasculaires, apport sanguin insuffisant;
  • les opérations effectuées par un chirurgien insuffisamment expérimenté ou sans utilisation du contrôle IRM;
  • lésion cérébrale traumatique grave;
  • infections.

Lorsqu'un kyste rétrocérébelleux est trouvé, parmi d'autres anomalies à l'IRM, les gens se concentrent souvent dessus car c'est une formation qui ne devrait pas l'être physiologiquement. Le syndrome hypertensif, diverses anomalies du développement, les signes de lésions organiques du système nerveux central nécessitent beaucoup plus d'attention..

Le kyste rétrocérébelleux congénital est une variante normale. Malgré le fait que souvent ses côtés mesurent plus de 1 cm, la formation occupe une certaine place dans le cerveau, le kyste n'a aucune activité, sa taille n'augmente presque jamais. L'exception est le traumatisme, les maladies infectieuses.

Panneaux

Les gros kystes rétrocérébelleux (à partir de 3 cm de diamètre) peuvent provoquer:

  • maux de tête lancinants;
  • vertiges;
  • augmentation de la pression intracrânienne;
  • détérioration de la vision ou de l'ouïe;
  • membres tremblants;
  • violations des fonctions motrices (parésie, paralysie);
  • convulsions;
  • altération de la coordination des mouvements, instabilité de la marche (avec compression du cervelet);
  • perte de conscience périodique.

Les symptômes apparaissent sur un ou les deux côtés du corps. En présence de troubles persistants et d'une augmentation de la taille du kyste, la formation est considérée comme dangereuse, elle nécessite son élimination totale ou partielle par chirurgie. Le patient est traité et suivi par un neurochirurgien.

Diagnostique

Si vous suspectez un kyste rétrocérébelleux dans la tête d'un adulte, il est nécessaire de consulter un neurologue et un ophtalmologiste pour un examen. Si des changements sont détectés chez un enfant, il est conseillé de subir des consultations supplémentaires avec un pédiatre, un généticien.

Image IRM sagittale pondérée T2 du cerveau d'un enfant atteint d'un kyste rétrocérébelleux en projections sagittales et axiales

IRM fœtale - 1-3 images. 1 photo montre l'élargissement du 4e ventricule en connexion avec le kyste. Le vermis cérébelleux est visible, mais déplacé. Sur les images 2 et 3, une communication insuffisante du 4e ventricule avec le liquide céphalo-rachidien et une expansion de tous les ventricules sont visibles. Le reste des images (IRM du nouveau-né) confirme les conclusions antérieures et la présence d'hydrocéphalie.

Un kyste rétrocérébelleux du LCR peut être détecté accidentellement lors d'une étude de dépistage (pendant la grossesse), réalisée pour diagnostiquer des anomalies dans la structure du cerveau chez le fœtus. Parfois, un kyste ou plusieurs formations kystiques sont détectés dans les premières années de la vie d'un enfant lors d'un NSG (échographie du cerveau des nouveau-nés). La tomodensitométrie et l'IRM sont les moyens les plus courants de détecter les kystes chez les adultes.

IRM ou TDM: ce qui est mieux pour diagnostiquer un kyste rétrocérébelleux?

Lorsqu'un kyste est détecté au scanner, le décodage indique approximativement les données suivantes: une zone d'hypotension aux contours nets mesurant 15x25x34 mm (vous aurez vos propres tailles), la densité de la formation est également précisée. Cela ne suffit pas pour déterminer le danger de l'éducation.

Sur l'IRM, un kyste cérébral est visualisé pas pire que sur le scanner. Dans le même temps, l'imagerie par résonance magnétique permet de distinguer un kyste d'une tumeur bénigne ou maligne (simplifie la formulation d'un diagnostic différentiel).

Conclusion: en cas de suspicion de kyste rétrocérébelleux (LCR ou arachnoïde), d'autres formations cérébrales, l'IRM est la méthode de diagnostic privilégiée.

Si une dynamique négative est trouvée (le kyste augmente en taille), le patient est référé pour une IRM avec contraste. Habituellement, la véritable cause des symptômes négatifs, dans lesquels il y avait un désir de subir un examen, est associée à d'autres anomalies, par exemple, une malformation d'Arnold-Chiari, l'hydromyélie..

Encéphalopathie dyscirculatoire et kyste rétrocérébelleux

La relation avec ces écarts se manifeste par des troubles caractéristiques:

  • oppression des capacités mentales (intelligence);
  • attaques de surexcitation;
  • délire (folie - illusions, hallucinations, délire);
  • confusion de conscience;
  • somnolence;
  • psychose (comportement étrange);
  • coma.

Les personnes qui se plaignent de maux de tête de type migraine paroxystique, de nausées et de vomissements, de troubles du sommeil, de faiblesse associée à un ou plusieurs des troubles neurologiques ci-dessus sont référées pour une IRM. Souvent, dans le décodage, une image RM de l'encéphalopathie discirculatoire, un kyste rétrocérébelleux est noté. Libellé similaire: hypertrophie kystique de la citerne rétrocérébelleuse.

L'encéphalopathie est une maladie dégénérative chronique des parties du cerveau qui peut provoquer la formation de cavités et de kystes. Habituellement, une modification du tissu cérébral est observée dans l'encéphalopathie discirculatoire - une maladie constamment progressive causée par une altération du flux sanguin dans les vaisseaux du cerveau avec athérosclérose, hypertension.

Dans certaines parties du sang, le sang ne coule pas ou vient en quantité limitée, ce qui entraîne une nécrose cellulaire. L'expansion cystoïde de la citerne rétrocérébelleuse inférieure se forme dans la zone des zones nécrotiques ou atrophiées du cerveau, généralement remplies de liquide céphalo-rachidien.

Ainsi, le kyste rétrocérébelleux du cervelet n'est pas toujours la cause d'anomalies neurologiques, mais une conséquence d'une encéphalopathie ou d'autres maladies du cerveau. Il est nécessaire d'orienter tous les efforts pour traiter les causes de l'hypoxie ou des effets toxiques sur les cellules cérébrales, pour atténuer les conséquences des lésions cérébrales traumatiques.

Tailles des kystes: lesquels sont dangereux?

Chez l'enfant, un kyste peut être dangereux si son diamètre est supérieur à 30 mm. Habituellement, les neurologues envoient un EEG (pour vérifier l'activité bioélectrique du cerveau) lorsqu'un kyste avec des côtés, par exemple, 32x18x14 mm, est détecté. Si un kyste rétrocérébelleux est apparu congénital, et non à la suite d'un traumatisme ou d'une neuroinfection, l'éducation est considérée comme une option de développement et ne nécessite pas d'examens supplémentaires, de traitement spécial.

Un kyste rétrocérébelleux chez l'adulte, s'il n'endommage pas les tissus environnants, n'est pas considéré comme une maladie. Un signe dangereux est l'augmentation constante de la taille du kyste. Tenez compte des paramètres d'éducation définis lors du diagnostic initial. Si un kyste d'une taille de 23x22x36 mm est détecté pour la première fois, et avec une IRM répétée, son augmentation à 23x35x46 mm est révélée, une croissance nette de la formation est perceptible. Ce sont les kystes qui sont dangereux..

Un petit kyste est considéré comme normal (une option de développement) et ne nécessite pas d'attention. Sa présence n'est pas prise en compte lors du diagnostic des maladies..

Un kyste rétrocérébelleux du cerveau peut provoquer une dysgénèse des parties inférieures du vermis cérébelleux, l'hémisphère cérébelleux gauche ou droit, un déplacement local de son contour vers le haut, une légère déformation de la plaque corticale de l'os occipital, une compression modérée des autres structures cérébrales adjacentes. La présence des écarts répertoriés n'affecte pas la vie.

Vous devez faire attention non pas à la taille du kyste rétrocérébelleux, mais aux symptômes neurologiques et à sa dépendance au kyste ou à d'autres pathologies.


Comment réagir si un kyste se développe?

Le changement de taille du kyste rétrocérébelleux se produit pendant la période allant de la petite enfance à l'âge adulte. Normalement, l'éducation augmente en fonction de la taille d'une personne.

Chez les adultes, le kyste ne doit pas se développer, cependant, il peut y avoir des changements mineurs dans sa taille et sa forme. De tels changements sont considérés comme une variante de la norme. Lorsque vous comparez les indicateurs, faites attention non seulement à la taille, mais aussi au volume.

Par exemple, si vous êtes confronté à une situation comme celle-ci:

Heure de l'IRMTaille du kysteVolume du kyste
Premier examen19x26x41 millimètre20,25 cm3 cm
Un an plus tard25x35x21 millimètre18,37 cm3 cm
2 ans après le diagnostic29x18x37 millimètre19,31 cm3 cm

Ne vous inquiétez pas, c'est une variante de la norme. Malgré le changement constant des proportions, le volume du kyste est stable.

Le kyste a augmenté depuis le dernier examen: que faire?

Si une légère croissance de kyste est diagnostiquée (jusqu'à 0,2-0,3 cm), il existe une possibilité d'erreur de mesure. Un réexamen est nécessaire dans 3-6 mois. Il ne sert à rien de faire une IRM plus tôt, car les changements de taille du kyste ne se produiront pas dans un temps plus court.

Traitement

Dans la pratique médicale, il existe des cas de gros kystes qui nécessitent une correction. Dans les revues du traitement, les patients notent qu'ils n'ont réussi à se débarrasser du kyste rétrocérébelleux du cerveau qu'après l'opération. Le traitement médicamenteux symptomatique n'est utilisé que pour éliminer les complications focales, par exemple les troubles circulatoires.

Chirurgie d'élimination des kystes

Indications absolues pour la chirurgie:

  1. Syndrome hypertensif causé par un kyste rétrocérébelleux envahi de 2 cm ou plus de diamètre ou une hydrocéphalie.
  2. Déficit neurologique - mauvais fonctionnement du système moteur, altération de la sensibilité, de la perception auditive et visuelle, hallucinations, syndrome convulsif et autres symptômes neurologiques causés par des lésions de certaines parties du système nerveux central. Avec un kyste rétrocérébelleux non rempli de liquide céphalo-rachidien, de telles complications sont extrêmement rares et se produisent avec une croissance intensive de la formation.
  3. Au cours de la TDM, IRM au fil du temps, une augmentation constante de la taille du kyste a été constatée même en l'absence de symptômes.
  4. Changements négatifs dans l'EEG. Habituellement causé par une tumeur ou un autre trouble, cependant, s'il y a une indication pour une chirurgie du cerveau, les médecins décident souvent d'enlever non seulement la tumeur, mais aussi le kyste..

Contre-indications à la chirurgie:
  1. Manque d'inconfort et croissance tumorale.
  2. État décompensé de l'enfant (épuisement, coma, troubles de la conscience, défaillance des fonctions des organes vitaux).
  3. Inflammation du tissu cérébral due à un processus infectieux ou à l'irritation des structures environnantes pendant la phase intensive de croissance des kystes.

Méthodes d'ablation chirurgicale d'un kyste rétrocérébelleux:

Types d'opérationsObjectifs de la
Fenestration endoscopiqueDrainage des parois des kystes rétrocérébelleux du LCR pour éliminer leur contenu
Shunt ventriculopéritonéalRéduction de l'hydrocéphalie, retrait du liquide céphalo-rachidien dans les cavités naturelles, restauration de l'apport sanguin
Craniotomie sous-occipitaleRésection complète ou partielle des parois du kyste

Complications après la chirurgie:
  • hématome intracrânien;
  • fuite de liquide céphalo-rachidien;
  • les infections;
  • dommages vasculaires;
  • accident vasculaire cérébral;
  • crises d'épilepsie;
  • dommages cérébraux;
  • des dommages aux nerfs cérébraux;
  • troubles du travail de l'hypophyse (manque d'hormones);
  • effets secondaires de l'anesthésie générale.

Conséquences d'un gros kyste rétrocérébelleux (pratique médicale)

Les kystes géants peuvent provoquer des complications dues à la compression ou au déplacement des structures cérébrales.

EffetsRaisons de l'apparitionQue dangereuxRésultats d'opération
Syringomyélie (avec un énorme kyste)Obstruction de l'écoulement du liquide céphalo-rachidien (arachnoïde)Douleur à la tête, au cou et aux épaules d'un personnage tireur, troubles de la démarche, étourdissements, paresthésieAmélioration de la condition. Réduire la taille du kyste rétrocérébelleux, réduire les symptômes de la syringomyélie
Hernie du cerveletPression sur le cerveletTroubles neurologiques, œdème cérébralRéduire l'effet de compression sur le cervelet et le tronc cérébral
Compression de la moelle épinièrePression sur la moelle épinière avec un kyste hypertrophiéDouleur à la tête et au cou, violation de la motricité fine, paresthésies (troubles de la sensibilité), troubles sensoriels dissociés (une personne ne ressent pas de douleur, température), spasticité musculaire (tension musculaire incontrôlée)Décompression de la fosse crânienne postérieure, ablation partielle ou complète du kyste, élimination des adhérences arachnoïdiennes, restauration de l'écoulement normal du liquide céphalo-rachidien

Réponses aux questions courantes

Souvent, les gens ne sont pas informés lorsqu'ils contactent un neurologue ou un neurochirurgien. En conséquence, de nombreuses questions se posent qui provoquent un mécontentement chez les médecins et une gêne émotionnelle pour le patient. Les informations suivantes vous aideront à vous faire une idée de la maladie, à comprendre rapidement toutes les informations que le spécialiste vous donnera lors d'une consultation en face à face, si nécessaire, à poser des questions sur le bien-fondé.

Un kyste rétrocérébelleux peut-il éclater?
Un kyste est un espace vide rempli de LCR. Il n'a pas de cellules cérébrales. Si un kyste se forme à la suite d'une blessure, il peut éclater (éclater). Dans ce cas, le liquide céphalo-rachidien se déversera dans l'espace sous-archnoïde. Les conséquences négatives pour le cerveau sont exclues.

Comment connaître le type de kyste?

Le nom exact de la formation kystique est établi par les résultats de l'IRM, de l'EEG et sur la base de l'anamnèse. Lors du diagnostic différentiel, la localisation du kyste, la présence de lésions cérébrales traumatiques sévères, les symptômes concomitants, ainsi que les résultats des examens effectués il y a plusieurs mois, sont pris en compte.

Où se trouve le kyste rétrocérébelleux??

Derrière le cervelet, dans la région de la fosse crânienne postérieure.

Comment distinguer un kyste rétrocérébelleux des autres troubles cérébraux?

Des crises de maux de tête, des nausées, des vomissements, de la faiblesse, des troubles du sommeil peuvent être associés à encéphalopathie, ostéochondrose cervicale.

Un kyste rétrocérébelleux peut provoquer les symptômes énumérés uniquement lorsqu'il atteint une grande taille en raison de la compression ou du déplacement des structures voisines du cerveau.

Faites une IRM, des tests otoneurologiques, une étude de la pression du liquide céphalo-rachidien pour exclure l'hypertension intracrânienne. Obtenez un bilan complet pour identifier et corriger la source de vos problèmes cérébraux.

Établir les causes des problèmes dans le travail du cerveau aidera:

  1. IRM de la colonne cervicale;
  2. Échographie Doppler des vaisseaux de la tête et du cou;
  3. examen par un médecin ORL;
  4. contrôle de la pression artérielle pour exclure l'hypertension;
  5. un test sanguin pour détecter l'anémie, un processus infectieux dans le cerveau.

Dans la plupart des cas, les kystes rétrocérébelleux n'apparaissent en aucun cas, mais sont détectés par hasard. Par exemple, si vous ou votre enfant souffrez d'hypertension intracrânienne, d'encéphalopathie, d'agénésie congénitale ou de sous-développement du cervelet, du complexe de symptômes Dandy-Walker, d'autres anomalies du développement ou tumeurs sont présentes, le problème n'est pas dans le kyste, mais dans les maladies concomitantes..

Ce qu'il ne faut pas faire pour les personnes atteintes d'un kyste rétrocérébelleux?

Il n'y a pas de restrictions claires, mais dans le meilleur intérêt du patient:

  1. Ne vous faites pas vacciner sans consulter votre médecin. Par exemple, la vaccination DTC implique l'introduction d'une petite dose d'infection dans le corps. Si des complications surviennent, le cerveau en souffrira, ce qui affectera la taille du kyste. En présence d'un épisode, les vaccinations sont interdites, le médecin doit émettre une avance médicale.
  2. Régulièrement, il est conseillé de mesurer la pression artérielle quotidiennement afin de constater une forte détérioration dans le temps.
  3. Refuser la consommation d'alcool, limiter le tabagisme pour éviter le vasospasme, l'intoxication.
  4. Prévention des infections virales, des intoxications, de leur traitement rapide (jusqu'à guérison complète).
  5. Évitez les ecchymoses, les traumatismes cranio-cérébraux, il est conseillé de s'abstenir de pratiquer les arts martiaux.

L'un des facteurs énumérés peut provoquer l'activation de la croissance du kyste, sa rupture.

Que faire si un gros kyste rétrocérébelleux est détecté?
En l'absence de symptômes négatifs, une IRM doit être refaite six mois plus tard. S'il n'y a pas de dynamique négative, répétez l'examen après un an. Consultez un neurologue toutes les quelques années. En l'absence de dynamique de croissance des kystes, aucun problème ne peut être résolu à l'aide de la neurochirurgie. Les femmes atteintes d'un kyste rétrocérébelleux peuvent devenir enceintes et donner naissance à des enfants - cela ne peut pas provoquer de croissance tumorale.

Si un kyste provoque la compression d'un certain lobe du cervelet ou d'autres tissus adjacents, des symptômes neurologiques sont diagnostiqués, la décision d'effectuer l'opération est prise par le médecin en collaboration avec le patient, sur la base des antécédents, de l'IRM et des résultats de l'EEG. La présence d'un kyste rétrocérébelleux ne contre-indique aucun traitement pour d'autres maladies.