Principal > Hématome

À quoi peut conduire la pression intracrânienne??

L'augmentation de la pression intracrânienne est l'une des déviations pathologiques dangereuses de la fonctionnalité du corps. Un tel diagnostic ressemble à un verdict. Mais une telle déviation pathologique ne doit pas faire peur, elle ne "parle" pas dans tous les cas de violations graves. Pour comprendre à quoi peut conduire la pression intracrânienne, un examen diagnostique sérieux est nécessaire..

Causes et symptômes

Il existe un grand nombre de raisons pouvant provoquer une augmentation de la pression dans la cavité crânienne. Fondamentalement, chacun d'eux a sa propre cause profonde, ce qui provoque une condition pathologique. Les circonstances les plus courantes sont les suivantes:

  • accumulation de liquide céphalo-rachidien;
  • gonflement ou inflammation du cerveau;
  • néoplasme intracrânien ou corps étranger;
  • une augmentation du volume sanguin dans les vaisseaux pendant l'intoxication.

La pression crânienne peut s'accumuler en raison du développement de maladies:

  • violation de la circulation sanguine dans le cerveau (accident vasculaire cérébral ischémique) ou hémorragie cérébrale (accident vasculaire cérébral hémorragique);
  • lésion cérébrale (ecchymose ou commotion cérébrale);
  • méningite, encéphalite;
  • hydrocéphalie;
  • pathologies congénitales du développement cérébral.
Retour à la table des matières

Symptômes typiques

Avec le développement de l'hypertension intracrânienne, une variété de symptômes apparaît. La manifestation de signes de pathologie dépend du taux d'augmentation de l'ICP. Avec le développement lent de l'hypertension intracrânienne, le corps s'habitue progressivement aux changements formés, mais avec des signes caractéristiques, il vous informe du développement de la situation pathologique. La symptomatologie d'un adulte et d'un enfant n'est pas la même. Les signes du tableau clinique sont indiqués dans le tableau comparatif..

AdulteEnfant
  • douleur pressante dans la tête, généralement le matin;
  • la nausée;
  • vomissement;
  • violation de la concentration de l'attention;
  • diminution des performances mentales;
  • gonflement du nerf optique (vision trouble);
  • écart par rapport à la norme de pression artérielle.
  • éructations en mangeant;
  • gonflement et pulsation de la fontanelle;
  • les os du crâne divergent;
  • tremblement de la mâchoire inférieure;
  • grosse tête;
  • vomissements dans un ruisseau;
  • lenteur inhabituelle;
  • déficience visuelle.

Hypertension intracrânienne chez les nouveau-nés - 90% due à un traumatisme à la naissance.

Diagnostic et traitement

Souvent, l'hypertension intracrânienne est enregistrée dans des conditions aiguës lorsqu'une hospitalisation urgente est nécessaire. Dans de tels cas, la maladie peut être diagnostiquée par des symptômes secondaires: maux de tête sévères, convulsions, troubles neurologiques. Pour déterminer avec précision la maladie, le patient se voit prescrire une tomodensitométrie ou une imagerie par résonance magnétique.

La réalisation de procédures intracrâniennes directes pendant une intervention chirurgicale ou la prise d'une ponction lombaire peut provoquer une hypertension dans la cavité crânienne. En cas de développement brutal et rapide de la pathologie, il est nécessaire de placer le patient à l'hôpital et de procéder à une opération. Pour contrôler les signes vitaux du corps, le patient est sous surveillance constante.

Les principales méthodes de traitement de l'hypertension dans la cavité crânienne comprennent:

  • éliminer l'accumulation de liquide céphalo-rachidien;
  • réduire la taille des néoplasmes avec des médicaments;
  • ablation d'un néoplasme ou d'une partie de l'os du crâne par chirurgie;
  • traitement de la maladie sous-jacente qui a provoqué une augmentation de la pression dans la cavité crânienne.
Retour à la table des matières

Qu'est-ce qui est dangereux et à quoi peut conduire la pression intracrânienne??

L'hypertension intracrânienne n'est pas une maladie, mais une conséquence du développement d'une sorte de pathologie interne. Le traitement de ce symptôme doit être effectué en même temps que la maladie sous-jacente. Si vous ne choisissez pas une approche particulière du traitement, les procédures habituelles n'apporteront pas le résultat souhaité et la violation peut mettre la vie en danger..

Complications et conséquences chez les adultes

Une pression intracrânienne constante chez les adultes est mauvaise pour le bien-être général. Une personne devient dépendante des changements climatiques, elle souffre d'une panne constante et d'une fatigue accrue. En l'absence prolongée des soins médicaux nécessaires, un adulte peut développer les complications suivantes:

  1. Détérioration rapide de la vision, jusqu'à sa perte complète. L'accumulation de liquide céphalo-rachidien près du nerf optique, en appuyant dessus, à la suite de laquelle il s'atrophie. Le processus inflammatoire se propage à la rétine provoquant la cécité.
  2. Dysfonctionnement du tronc cérébral. Des changements se produisent dans différentes structures du cerveau: sections moyennes ou oblongues, cervelet. La violation d'un service quelconque entraîne une perturbation des réactions du corps.
  3. Crises d'épilepsie. La violation des structures du cerveau conduit à une excitation pathologique. Une personne a des contractions musculaires involontaires (convulsions). Apparemment semblable à l'épilepsie, mais de nature à court terme sans conséquences négatives.
  4. Interruption de l'apport sanguin normal au cerveau. La compression des vaisseaux sanguins et des cellules nerveuses avec du liquide céphalo-rachidien arrête toutes les réactions cérébrales. Un accident vasculaire cérébral vient.

Lorsque les capacités du corps à équilibrer la situation sont épuisées, des dommages aux principaux centres du cerveau sont possibles, ce qui conduit à une issue mortelle.

Symptômes désagréables chez un enfant

Une augmentation de la pression dans la cavité crânienne est souvent notée chez les nouveau-nés, et tous les cas ne sont pas dangereux. Par exemple, une légère augmentation peut entraîner un manque d'oxygène pendant le travail. Une routine organisée, de l'air frais et des massages normalisent la situation. En l'absence de résultat positif, un examen approfondi sera nécessaire..

Pendant ce temps, la pathologie affecte négativement le bien-être de l'enfant. Le bébé peut avoir un retard de développement et la PIC avec le temps prend une forme chronique ou se transforme en dystonie vasculaire végétative. En grandissant, l'enfant ressentira des maux de tête constants et les changements hormonaux dans le corps entraîneront un dysfonctionnement des centres sous-corticaux.

Augmentation de la pression intracrânienne

informations générales

L'augmentation de la pression intracrânienne est une condition dans laquelle les indicateurs de la pression intracrânienne sont augmentés à 20-25 mm Hg. Art. et plus encore dans la cavité sinusale de la structure de la dure-mère du cerveau, des ventricules, de l'espace épidural, sous-arachnoïdien et en général - du crâne. D'une autre manière, on l'appelle aussi hypertension intracrânienne..

La pathologie provoque un syndrome intracrânien avec un certain nombre de manifestations cliniques - maux de tête croissants, nausées, vomissements, opacification de la conscience, etc..

Pathogénèse

Normalement, les indicateurs de pression intracrânienne ne doivent pas dépasser 7-15 mm Hg. Art. allongé. Ils sont fournis:

  • un squelette rigide du crâne et de la dure-mère, qui donne la constance du volume dans son ensemble et la somme des volumes d'éléments et de structures pris séparément;
  • processus complexes de régulation physiologique - pression de perfusion cérébrale, tonus vasculaire cérébral, circulation sanguine volumétrique dans le cerveau, production et résorption du liquide céphalo-rachidien, perméabilité de la barrière hémato-encéphalique et stase colloïdale osmotique du liquide cérébral.

Lorsque l'un des facteurs énumérés, la luxation du cerveau, change ou est perturbé, une activation automatique d'une réaction compensatoire doit avoir lieu, qui vise à déplacer l'artère veineuse et le sang des sinus et, en conséquence, les artères, en réduisant le volume de liquide céphalo-rachidien en le déplaçant des ventricules et en réduisant le volume du cerveau en réduisant la quantité fluide intercellulaire.

Par exemple, en raison d'une augmentation de la pression artérielle, les vaisseaux du cerveau se rétrécissent rapidement, ce qui entraîne des changements importants dans le flux sanguin dans le cerveau et la pression intracrânienne..

Le mécanisme de l'hypertension intracrânienne est le plus souvent basé sur une augmentation du volume du contenu intracrânien (en raison d'une altération de l'écoulement ou d'une hyperproduction), y compris le liquide céphalo-rachidien (LCR), le liquide tissulaire (avec œdème cérébral), le sang (peut être causé par une congestion veineuse), ainsi que l'apparition de tissus étrangers, par exemple, avec des processus oncologiques de développement de tumeurs. Ces derniers ont non seulement un effet direct de la masse, mais également un blocage direct de l'écoulement du CSF. De plus, les changements pathologiques dans le cerveau qui augmentent la pression sont le résultat de processus tels que:

  • transsudation causée par les cytokines (œdème vasogénique);
  • dommages cytotoxiques, entraînant la mort cellulaire et la nécrose (augmentation de la pression interstitielle);
  • processus réparateurs et inflammatoires initiés par les cellules de l'infiltrat inflammatoire dans le liquide céphalo-rachidien dans la méningite, la ventriculite, etc.
  • obturation associée à des malformations congénitales, une croissance excessive du tissu dural, une altération de l'écoulement veineux, la formation d'une masse parenchymateuse ou intraventriculaire de kystes ou de néoplasmes;
  • une augmentation du volume intravasculaire;
  • hypoxémie;
  • changements de la pression partielle de dioxyde de carbone (hypercapnie ou hypocapnie);
  • l'action des toxines métaboliques intermédiaires métaboliques, y compris les excitotoxines neurales;
  • épuisement des substrats énergétiques, par exemple avec blocage des gros vaisseaux, contusion ou lésion axonale diffuse, anoxie causée par un arrêt cardiaque, encéphalopathie hypertensive, infection à encéphalite, empoisonnement métabolique.

Classification

En fonction de la cause, du mécanisme de développement de l'hypertension intracrânienne et des conséquences, il existe des signes bénins (aucun signe de lésion organique du système nerveux central et de l'hydrocéphalie), une augmentation de la pression idiopathique à l'intérieur du crâne et une pseudotumeur du cerveau.

Les raisons

Un certain nombre de raisons et de facteurs différents peuvent provoquer une augmentation de la pression intracrânienne, notamment:

  • tout type de lésion cérébrale traumatique;
  • oncologie;
  • hémorragie intracrânienne et abcès;
  • hydrocéphalie;
  • processus cytotoxiques qui provoquent un gonflement du cerveau en cas de saturnisme, une insuffisance hépatique dans le contexte du syndrome de Reye, une acidocétose diabétique;
  • encéphaloméningite autres encéphalopathies.

Symptômes d'une pression intracrânienne élevée

Le syndrome hypertensif clinique peut différer selon la localisation et la prévalence des processus pathologiques et dépend également de la vitesse de leur développement. Les symptômes classiques de l'augmentation de la pression intracrânienne comprennent:

  • maux de tête fréquents avec une gravité croissante, peuvent être compliqués par la toux, une envie douloureuse d'uriner et de déféquer, ressemblant à l'action de la manœuvre de Valsalva;
  • interruptions de sommeil dues à des maux de tête, positionnement forcé de la tête;
  • la nausée;
  • vomissements répétés;
  • troubles de la conscience;
  • brouillard devant les yeux, probablement dû à une congestion veineuse ou à un gonflement du disque optique;
  • assourdissant;
  • diminution des performances mentales;
  • violation de la fonction respiratoire;
  • bradycardie et augmentation de la pression artérielle;
  • crises convulsives.

Une hypertension intracrânienne prolongée peut provoquer une déficience visuelle, ainsi que d'autres signes:

  • perte d'appétit;
  • somnolence constante;
  • difficulté à se réveiller le matin;
  • violation de la concentration;
  • réaction positive au réflexe pathologique de Babinsky.

Symptômes d'augmentation de la pression intracrânienne chez les nourrissons

Les premiers signes chez un bébé sont une grande circonférence de la tête, une saillie de la fontanelle, des réflexes et une tonicité accrus, l'enfant ne peut pas lever les yeux. Dans l'hydrocéphalie chronique, des manifestations de membres inférieurs spastiques peuvent être observées et, à l'avenir, des problèmes d'incontinence et d'apprentissage se développent.

Contrairement aux adultes chez les enfants, à l'avenir, la pathologie provoque une triade de manifestations cliniques: maux de tête paroxystiques (débuts à 5-7 ans), troubles oculomoteurs et déficience visuelle (le plus souvent, il s'agit d'un strabisme paralytique convergent, nystagmus).

Analyses et diagnostics

Il existe plusieurs façons de mesurer la pression intracrânienne. La méthode la plus courante est indirecte - en établissant une pression dans la cavité de l'espace sous-arachnoïdien rachidien dans la région de la ceinture à la suite d'une ponction vertébrale. Cependant, cette technique n'est pas fiable dans les cas, par exemple, de néoplasmes dans le cerveau - lorsque la connexion entre les espaces intracrânien et rachidien est rompue. Les cliniques spécialisées peuvent effectuer des mesures de pression invasives dans les structures cérébrales à l'aide de capteurs spécialisés.

La méthode la plus sûre est l'échographie, l'imagerie par résonance magnétique ou la tomodensitométrie. Examens neurologiques et physiques, CT, EEG, angiographie, détection d'une infection méningée, ainsi que des signes objectifs tels que:

  • œdème du disque optique;
  • écarts par rapport à la norme des tests d'électrolytes, des tests toxicologiques, des tests de liquide céphalo-rachidien, des tests de la fonction hépatique, des tests du fonctionnement du système excréteur;
  • augmentation de la pression osmotique des extrémités et dans le liquide céphalo-rachidien;
  • changements typiques détectables par radiographie dans les os du crâne.

Si un cancer est suspecté, une biopsie peut être recommandée.

Traitement

La tactique de traitement de l'hypertension intracrânienne est choisie individuellement et avec prudence. Le facteur sous-jacent est la cause du développement de la pathologie.

Les premières mesures sont l'utilisation de diurétiques osmotiques, une solution hypertonique de NaCl. Les adjuvants de première ligne sont le pentobarbital et le midazol. L'utilisation de diurétiques risque d'augmenter la tache aveugle et de développer la cécité en raison de la pression exercée sur les structures de la tête du nerf optique. Par conséquent, les médecins surveillent en permanence les champs visuels et, si le traitement échoue, effectuent immédiatement une intervention chirurgicale pour placer un shunt lombaire ou péritonéal, et utilisent également l'utilisation intraveineuse de solutions hypotoniques..

Si d'autres causes d'hypertension intracrânienne sont identifiées, les tactiques de traitement suivantes sont utilisées:

  • avec oncologie et œdème vasogénétique, il est conseillé d'utiliser des minéralocorticoïdes;
  • si une infection, des lésions focales, des abcès, une encéphalite sont suspectés, des médicaments antiviraux et antibiotiques peuvent être prescrits.

Augmentation de la pression intracrânienne

La pression intracrânienne est un indicateur très important dans le diagnostic de la pathologie du système nerveux, dans la nature de l'évolution des maladies non seulement du cerveau, mais également de la moelle épinière..

Ce type d'hypertension reflète le niveau de pression du liquide situé dans les ventricules du cerveau, circulant dans le canal rachidien. Il est possible de mesurer quantitativement l'indicateur de pression intracrânienne uniquement par ponction du canal ou des ventricules du cerveau. Tous les médecins ne sont pas capables d'effectuer la procédure correctement. Elle n'est pas réalisée en ambulatoire, uniquement dans un hôpital. Il y a des situations où des spécialistes des cliniques ou services de neurochirurgie doivent être appelés pour une consultation et une ponction vertébrale.

Des difficultés surviennent au stade de l'évaluation de l'indicateur. L'interprétation de l'augmentation de la pression intracrânienne est compliquée par les grandes «plages» de l'indicateur: en mm de colonne d'eau - 60-200, en mm Hg - 3-15. Il n'est pas possible de remplacer la mesure par une tomodensitométrie ou une imagerie par résonance magnétique. Ces m

Ce que c'est?

L'augmentation de la pression intracrânienne (syndrome d'augmentation de la pression intracrânienne, hypertension intracrânienne, syndrome hypertenseur du liquide céphalo-rachidien) est un syndrome clinique se manifestant par des maux de tête, des nausées, des vomissements et des troubles visuels récurrents..

Raisons de développement

Une pression intracrânienne élevée peut survenir pour diverses raisons. Par exemple, une augmentation spontanée peut être observée avec les pathologies suivantes:

  • inflammation et gonflement du cerveau;
  • le liquide céphalo-rachidien se forme en grande quantité - ce symptôme est caractéristique de l'hydrocéphalie;
  • présence dans la cavité crânienne d'une tumeur, d'un hématome ou d'un corps étranger;
  • empoisonnement et intoxication du corps, dans lesquels il y a une grande quantité de sang dans les vaisseaux dilatés du cerveau.

De plus, il existe un certain nombre de maladies qui entraînent inévitablement une augmentation de la pression intracrânienne:

  • accidents vasculaires cérébraux hémorragiques ou ischémiques et, en général, tout trouble de la circulation cérébrale;
  • lésion des tissus cérébraux - par exemple, ecchymose ou commotion cérébrale à des degrés divers;
  • méningite, encéphalite, ventriculite - ces pathologies s'accompagnent d'une inflammation des membranes du cerveau;
  • empoisonnement avec des gaz toxiques et des substances toxiques;
  • hématomes sous-duraux et épiduraux;
  • hydrocéphalie;
  • pathologie du développement et de la structure du cerveau de nature congénitale.

Premiers signes

Avec une augmentation de la pression intracrânienne, les symptômes montrent généralement un certain nombre de signes couramment observés:

  • maux de tête,
  • déficience visuelle,
  • vertiges,
  • distraction,
  • déficience de mémoire,
  • somnolence,
  • instabilité de la pression artérielle (hypertension ou hypotension),
  • la nausée,
  • vomissement,
  • léthargie,
  • fatiguabilité rapide,
  • transpiration,
  • frissons,
  • irritabilité,
  • dépression,
  • sautes d'humeur,
  • augmentation de la sensibilité cutanée,
  • douleur dans la colonne vertébrale,
  • troubles respiratoires,
  • dyspnée,
  • parésie musculaire.

Symptômes

Considérez les principaux symptômes de l'augmentation de la pression intracrânienne chez les adultes qui affectent le bien-être d'une personne:

  1. L'un des premiers symptômes de l'augmentation de la pression intracrânienne est un mal de tête persistant qui commence au réveil et s'aggrave la nuit ou le soir. L'inconfort causé par une augmentation de la pression intracrânienne peut augmenter avec la toux ou d'autres mouvements brusques de la tête.
  2. En plus des maux de tête persistants, les nausées (sans vomissements) sont considérées comme un symptôme caractéristique..
  3. Un changement brutal de l'état mental et mental est un autre signal qui peut être causé par l'hypertension intracrânienne (il peut se manifester par une irritabilité excessive, une lenteur de la prise de décision et d'autres troubles du comportement notables). Dans de rares cas (en l'absence de traitement approprié), ces troubles peuvent entraîner un engourdissement pathologique et même un coma..
  4. Des pics de pression périodiques, des évanouissements fréquents sont possibles.
  5. Douleur dans les globes oculaires, vision double, ecchymoses sous les yeux.
  6. Transpiration excessive.

Souvent, ces symptômes sont exacerbés par les changements de pression atmosphérique, lors d'un changement brusque de temps. Le mal de tête peut être pire en position couchée. Cela est dû à une circulation altérée du liquide céphalo-rachidien.

Comment la pression intracrânienne est-elle mesurée?

Il est nécessaire de distinguer la pression artérielle de la pression intracrânienne. Dans le premier cas, il suffit d'utiliser un tonomètre, mécanique ou électronique, et vous pouvez le faire vous-même. Le PCI est mesuré par le personnel hospitalier. Cette procédure est assez traumatisante et peut être effectuée principalement chez des patients gravement malades afin de prévenir en temps opportun une menace pour leur vie..

Il existe plusieurs façons de mesurer la pression intracrânienne dans l'unité de rééducation neurologique:

  1. Méthode sous-durale. Il est rarement utilisé et dans les cas particulièrement graves. Un petit trou est fait dans le tissu osseux du crâne avec un outil spécial. Un capteur sous-dural y est placé, à l'aide duquel des mesures sont prises.
  2. Méthode péridurale. Un capteur épidural est placé dans le trou de la fraise entre le crâne et les méninges.
  3. Par un cathéter intraventriculaire. Il s'agit de la méthode la plus moderne et la plus fiable pour déterminer l'ICP. Un cathéter est inséré dans la cavité crânienne à travers un trou, qui est capable d'atteindre le ventricule latéral du cerveau. Grâce à cela, il est possible non seulement de mesurer la pression intracrânienne, mais également de pomper l'excès de liquide céphalo-rachidien.

L'ICP peut être grossièrement déterminée en utilisant l'IRM ou l'électroencéphalographie, lorsque les indicateurs de l'activité bioélectrique du cerveau sont évalués. Leurs fluctuations peuvent indiquer des violations du PCI. De plus, un ophtalmologiste, avec une analyse approfondie du fond, peut également détecter une hypertension intracrânienne..

À la maison, il n'est pas possible de déterminer le niveau de pression. Par conséquent, vous devez surveiller attentivement votre état et si les signes caractéristiques apparaissent à plusieurs reprises, consultez un médecin..

Complications et conséquences

Les conséquences d'une augmentation du PCI peuvent être caractérisées comme suit:

  1. Compression du tissu cérébral avec une augmentation chronique de l'ICP. Entraîne la mort des cellules nerveuses du cortex et de la substance blanche, ce qui peut provoquer des changements comportementaux et émotionnels. Avec une augmentation de la pression, le cervelet souffre le plus souvent, ce qui se manifeste par une altération de la coordination des mouvements et une diminution de la force des membres.
  2. Arrêt de la circulation cérébrale. Se produit lorsque la pression du liquide céphalo-rachidien atteint 400 mm d'eau. Art. Dans ce cas, le liquide céphalo-rachidien comprime les vaisseaux et le tissu nerveux et arrête les processus métaboliques dans le cerveau. Un AVC ischémique survient. Les neurones du cerveau meurent, ses tissus se ramollissent.
  3. Dommages aux structures du tronc cérébral. Une augmentation de l'ICP provoque le déplacement de diverses structures cérébrales. Dans ce cas, le tronc cérébral souffre, qui comprend la moelle épinière et la moelle allongée, le pons varoli et le cervelet. Les parties supérieures du tronc cérébral sont coincées dans les hémisphères et les parties inférieures sont pincées dans le foramen occipital. Dans le même temps, des symptômes caractéristiques se développent: une diminution de la température, un ralentissement de la fréquence cardiaque, une dilatation symétrique des pupilles sans réaction à la lumière, une diminution du tonus musculaire, une violation des réflexes.
  4. Déficience visuelle. Le liquide céphalo-rachidien s'accumule dans le canal autour du nerf optique et le comprime. La pression entraîne la mort des fibres nerveuses, un œdème du mamelon optique situé dans la rétine. À l'avenir, les phénomènes inflammatoires se propagent à la rétine elle-même, provoquant une déficience visuelle et la cécité..
  5. Syndrome épileptique. Lorsque des parties individuelles du cerveau sont comprimées, des foyers d'activité convulsive apparaissent. Dans ce cas, une personne a des crises qui ressemblent à de l'épilepsie. Ils sont de courte durée et ont une issue favorable..

Comment traiter l'augmentation de la pression intracrânienne?

Chez les adultes, le traitement de l'augmentation de la pression intracrânienne commence après avoir établi la cause qui a conduit au développement de la maladie.

Première étape - élimination de la cause de la maladie.

  • dans le cas où une masse intracérébrale - une tumeur, un hématome, un anévrisme - conduit à une augmentation de la pression intracrânienne, après un examen complémentaire approprié, une intervention chirurgicale d'urgence est réalisée (ablation d'une masse).
  • en cas de sécrétion excessive de liquide céphalo-rachidien dans l'hydrocéphalie, des opérations de dérivation sont effectuées, dont le but est de créer une voie de sortie supplémentaire pour le liquide céphalo-rachidien, ce qui entraîne une diminution de la pression intracrânienne.

Deuxième étape - correction médicale du niveau de pression intracrânienne. À cette fin, les groupes de médicaments suivants sont utilisés:

  • osmodiurétique (mannitol, glycérol), dont l'action vise à réduire la quantité de liquide céphalo-rachidien;
  • diurétiques de l'anse (furosémide);
  • médicaments hormonaux (dexaméthasone);
  • diacarbe;
  • agents neuroprotecteurs (glycine).

Troisième étape - manipulations de drogues:

  • ponction ventriculaire, craniotomie de décompression sont conçues pour réduire le volume de liquide céphalo-rachidien dans la cavité crânienne.

Quatrième étape - Thérapie diététique:

  • limiter la quantité de liquide et de sel entrant dans l'organisme, ce qui correspond au régime n ° 10, 10a.

Cinquième étape - utilisation de techniques de thérapie manuelle, oxygénation hyperbare, hypotension artérielle contrôlée, hyperventilation.

Il est extrêmement rare au cours d'un traitement intensifié qu'une diminution de la pression intracrânienne puisse survenir, dont les symptômes sont:

  • somnolence;
  • la faiblesse;
  • maux de tête, aggravés par les mouvements de la tête;
  • vertiges;
  • nausée et vomissements.

Le traitement de l'augmentation de la pression intracrânienne doit être complet..

Physiothérapie et natation

Une activité physique dosée augmente le tonus des muscles de la région cervico-brachiale, éliminant ainsi les spasmes musculaires. Des muscles contractés peuvent comprimer les vaisseaux qui drainent le sang du cerveau. Tous les exercices sont effectués lentement et en douceur. Chacun est répété pendant 2-3 minutes, augmentant progressivement le nombre de répétitions.

  • extension maximale de la tête vers l'avant et vers le bas;
  • faire glisser le menton le long du sternum et du dos;
  • tout en inspirant, levez le menton et retenez votre souffle pendant 5 secondes. Expiration lente - la tête tombe sur la poitrine;
  • inclinaison de la tête. Essayez de toucher votre oreille droite à votre épaule droite, puis la même chose sur le côté gauche;
  • nous regardons devant nous. Le bout du nez reste stationnaire tandis que le menton se déplace vers le haut et vers la droite. Ensuite, la tête revient à sa position d'origine. Le menton se lève et vers la gauche;
  • gardez la tête droite, tournez-la lentement vers la droite jusqu'à ce qu'elle s'arrête, puis de l'autre côté.

Remèdes populaires

Il est impossible de guérir complètement l'augmentation de la pression intracrânienne uniquement avec des recettes de la catégorie de la médecine traditionnelle - une visite chez un médecin et des ordonnances pour un traitement médicamenteux sont nécessaires. Mais lorsque les premiers signes de la pathologie considérée apparaissent, vous pouvez considérablement soulager votre état par les méthodes suivantes:

  1. Prenez des thés apaisants à la menthe, à la mélisse. Même si vous pensez avoir une pression intracrânienne élevée, l'anxiété, l'anxiété et la nervosité ne feront qu'aggraver la condition..
  2. Ajustez votre alimentation - essayez de limiter la quantité de liquides et d'aliments salés / marinés / fumés.
  3. Utiliser les décoctions d'églantier et d'aubépine au lieu de l'eau banale sont des diurétiques naturels qui réduiront la quantité de liquide dans le corps.
  4. Prenez 20 gouttes de teinture de fleur de trèfle par jour. Pour le préparer, vous devez verser 2 tasses du composant sec dans un bocal d'un litre, remplir le tout d'eau jusqu'à la moitié du bocal et compléter avec de l'alcool pur. Le médicament doit être perfusé pendant au moins 10 jours.
  5. Buvez un mélange de teintures. Achetez des teintures alcoolisées prêtes à l'emploi de valériane, d'agripaume, d'aubépine et d'eucalyptus, mélangez-les et prenez 10 à 15 gouttes deux fois par jour.

Le traitement avec des teintures ne peut être effectué que pour les adultes, la durée de leur prise est d'au moins 2 semaines consécutives. Ensuite, vous devez faire une pause dans le traitement (7 jours) - pendant ce temps, vous pouvez être examiné en toute sécurité et obtenir un verdict des médecins.

Si nécessaire, le traitement peut être poursuivi de la même manière. Si des symptômes de pression intracrânienne élevée apparaissent, vous pouvez également utiliser la recette la plus simple pour une compresse - mélanger des quantités égales d'alcool médical et d'huile de camphre. Ce mélange doit être appliqué sur la tête, en le frottant légèrement sur la peau, fermer / isoler la tête et résister à la procédure pendant 15 minutes.

Ces compresses doivent être effectuées au moins 10, une pour chaque jour. La médecine traditionnelle ne doit pas être considérée comme la seule possible dans le traitement de l'augmentation de la pression intracrânienne. Toutes ces recettes peuvent être utilisées comme mesures supplémentaires d'influence au cours d'une thérapie complexe..

Opération

Pour les blessures à la tête, les fistules et les défauts des méninges, à la suite desquels une fuite de liquide céphalo-rachidien se produit, une intervention chirurgicale est utilisée.

  1. Chirurgie de dérivation - la décompression des cavités intracrâniennes est effectuée et des voies de dérivation sont créées pour le mouvement sans entrave du liquide céphalo-rachidien.
  2. Pénétration sous-durale et péridurale - est réalisée avec de graves dommages au cerveau et au liquide céphalo-rachidien. L'extraction des tissus blessés se fait par trépanation du crâne.
  3. Robinet lombaire - Ceci est fait pour mesurer la pression exacte. S'il n'y a pas assez de liquide pour un fonctionnement normal, une solution saline est versée en quantité insuffisante.

Les opérations sont effectuées dans des situations critiques et ne sont pas recommandées s'il y a une chance de normaliser la condition avec un traitement conservateur.

La prévention

La prévention du développement de l'hypertension intracrânienne comprend:

  • traitement rapide et actif des maladies neuroinfectieuses;
  • prévention des blessures cranio-cérébrales;
  • correction rapide des troubles de la liquorodynamique, de la circulation sanguine;
  • gestion rationnelle de la grossesse et de l'accouchement;
  • évitement de la surcharge mentale et physique;
  • respect de la routine quotidienne;
  • rejet des mauvaises habitudes.

L'augmentation de la pression intracrânienne ne doit pas être sous-estimée. Les analgésiques et les antispasmodiques ne peuvent guérir la maladie. Un diagnostic médical approfondi et un traitement compétent sont nécessaires, qui sont prescrits en fonction des causes de la pathologie. Ne vous fiez pas à la médecine traditionnelle. Seuls des soins médicaux hautement professionnels peuvent rendre votre vie longue et pleine.

Qu'est-ce que la pression intracrânienne, comment se manifeste-t-elle?

La principaleNeurologieHypertension Qu'est-ce que la pression intracrânienne, comment se manifeste-t-elle?

La pression intracrânienne (ICP) a été apprise à mesurer dans la seconde moitié du 20e siècle. Cela a permis de réduire de près de 2 fois le taux de mortalité des lésions cérébrales traumatiques. La mesure de l'ICP nécessite l'utilisation d'équipements coûteux et de méthodes de diagnostic modernes; c'est une direction prometteuse en neurochirurgie et en neuropathologie. Une augmentation de la pression intracrânienne, appelée hypertension intracrânienne, est d'une grande importance clinique..

Qu'est-ce que la pression intracrânienne (ICP)

Normalement, ces fluides circulent à l'intérieur du crâne:

  • LCR - liquide céphalo-rachidien (céphalo-rachidien);
  • du sang;
  • fluide tissulaire (intracellulaire, intercellulaire).

Le LCR remplit les ventricules cérébraux, les voies du liquide céphalo-rachidien et les espaces entre les membranes du cerveau et de la moelle épinière. Il se forme principalement dans les ventricules, en partie à partir du plasma sanguin; il est renouvelé 3 à 4 fois par jour. Un adulte a environ 200 ml de liquide céphalo-rachidien en circulation.

Fonctions du liquide céphalo-rachidien:

  • protège le cerveau des dommages;
  • nourrit, participe aux processus métaboliques;
  • fournit la constance (homéostasie) de l'ICP.

La pression intracrânienne est la pression avec laquelle le liquide intracrânien, c'est-à-dire la combinaison de liquide céphalo-rachidien, de sang et de liquide tissulaire, exerce une pression sur le cerveau. Les niveaux normaux d'ICP chez les adultes varient de 7 à 15 mm Hg. Art. et ne dépend pas de la pression artérielle.

Avec les blessures et les pathologies, un changement significatif de la pression intracrânienne est possible. Augmenter de plus de 25 mm Hg. Art. appelée hypertension intracrânienne. Une valeur ICP de plus de 30 mm Hg est considérée comme critique et potentiellement mortelle. st.

Augmentation de l'ICP, des causes et des symptômes

Parfois, une augmentation pathologique de l'ICP, c'est-à-dire l'hypertension intracrânienne, est simplement appelée pression intracrânienne, ce qui n'est pas tout à fait correct. La pathologie est indiquée par l'écart des valeurs ICP par rapport à la norme, ainsi que par les symptômes neurologiques identifiés. Une augmentation de la pression intracrânienne est diagnostiquée sur la base des résultats d'un examen médical, qui comprend la mesure obligatoire de l'ICP.

Causes de l'augmentation de la pression intracrânienne:

  • neuroinfections (méningite, encéphalite), qui provoquent une inflammation et un gonflement du cerveau;
  • hypoxie;
  • ostéochondrose cervicale;
  • hydrocéphalie, y compris chez les nouveau-nés;
  • accumulation excessive de liquide céphalo-rachidien dans les ventricules du cerveau, altération de l'écoulement et de l'absorption du liquide céphalo-rachidien;
  • anomalies cérébrales;
  • œdème;
  • traumatisme;
  • tumeurs, kystes;
  • abcès;
  • hématomes;
  • AVC hémorragique;
  • spasme vasculaire;
  • intoxication grave, empoisonnement;
  • obésité;
  • un excès de vitamine A;
  • stress émotionnel et mental.

L'une des principales raisons de l'augmentation de la pression intracrânienne est une violation de l'écoulement veineux due à une thrombose, un spasme et un pincement des veines vertébrales dans l'ostéochondrose cervicale. En conséquence, une stagnation et une augmentation pathologique du volume de liquide intracrânien se produisent, ce qui commence à appuyer sur le tissu cérébral, provoquant l'apparition de symptômes neurologiques.

Il est nécessaire de distinguer l'augmentation de la pression intracrânienne des migraines et des accidents vasculaires cérébraux (hémorragie sous-arachnoïdienne). Avec les migraines, la douleur survient souvent d'un côté de la tête, avec l'hypertension, en règle générale, dans la partie pariétale. Avec une hémorragie sous-arachnoïdienne, le patient perd connaissance à cause de maux de tête sévères, qui surviennent brusquement et soudainement, tandis qu'une hémorragie dans la rétine peut être observée et du sang se trouve dans le liquide céphalo-rachidien lors de la ponction.

Signes d'augmentation de la pression intracrânienne:

  1. Maux de tête - pression, éclatement, qui survient la nuit ou le matin, à 4-5 heures. Ce symptôme est un signe diagnostique caractéristique d'une augmentation de la pression intracrânienne. La douleur disparaît pendant la journée, mais elle apparaît et s'intensifie avec les éternuements, la toux, les virages brusques de la tête.
  2. Vertiges.
  3. La nausée.
  4. La faiblesse.
  5. Déficience sensorielle, troubles du mouvement.
  6. Vomissements indomptables qui n'apportent pas de soulagement.
  7. Battement de coeur.
  8. Augmentation de l'irritabilité, de la fatigue, de la nervosité, des larmes.
  9. Vision altérée, audition. Un strabisme en recul peut apparaître. Yeux exorbités (exophtalmie). Dans certains cas, les patients ne peuvent pas fermer complètement leurs paupières..
  10. Déficience cognitive.

Dans les cas graves, avec une pression intracrânienne élevée, une perte de conscience se produit, des convulsions apparaissent.

Diminution de l'ICP, des causes et des symptômes

L'hypotension intracrânienne constitue également une menace pour le fonctionnement normal du cerveau. Une diminution de la pression intracrânienne peut survenir à la suite de:

  • traumatisme, dans lequel il y a une sortie de liquide intracrânien de la cavité crânienne (liquorrhée);
  • déshydratation;
  • complications après une chirurgie neurochirurgicale;
  • production insuffisante de liquide céphalo-rachidien;
  • troubles circulatoires sévères.

L'hypotension intracrânienne se manifeste par:

  • mal de tête modéré;
  • vertiges;
  • faiblesse sévère.

Le danger réside dans le fait qu'une pression intracrânienne basse peut provoquer un traumatisme du tissu cérébral en raison de fonctions de protection insuffisantes du liquide céphalo-rachidien, ainsi que d'une altération de l'apport sanguin et des processus métaboliques. Par conséquent, lorsqu'une faible ICP est détectée, il est nécessaire de mettre en œuvre un ensemble de mesures thérapeutiques pour éliminer la cause de l'hypotension intracrânienne..

Signes d'augmentation de l'ICP chez les enfants

Chez les enfants, une pression intracrânienne élevée se manifeste par des symptômes tels que:

  1. Mal de crâne. Mais ce n'est pas toujours le cas, et il faut garder à l'esprit que les enfants peuvent simuler, c'est-à-dire simplement copier la mauvaise santé des adultes. Par conséquent, il est logique d'observer attentivement avant de tirer des conclusions. S'il y a vraiment un mal de tête, survient principalement le matin et n'est pas associé à des expériences émotionnelles, alors l'enfant doit être emmené chez le pédiatre pour examen.
  2. Hyperactivité. L'enfant devient agité et désobéissant.
  3. Troubles émotionnels: irritabilité, larmoiement, sensibilité excessive.

En cas de changements soudains et déraisonnables dans la psyché et le comportement de l'enfant, il faut identifier la cause de cette condition et aller chez le pédiatre pour exclure ou confirmer l'hypertension intracrânienne.

ICP chez les nourrissons

Une augmentation de la pression intracrânienne chez les nourrissons est moins fréquente, en raison de la douceur et de la souplesse des os du crâne, ainsi que des fontanelles. La fontanelle antérieure (grande) reste ouverte jusqu'à 2 ans, ce qui permet, si nécessaire, d'égaliser la pression intracrânienne. Si l'hypertension intracrânienne est trop sévère, par exemple à la suite d'une blessure à la naissance ou d'un défaut anatomique congénital, les symptômes suivants se produisent:

  • une augmentation de la taille de la tête;
  • protrusion et pulsation sévères de la fontanelle;
  • excitabilité accrue;
  • trouble du sommeil;
  • régurgitation;
  • exophtalmie;
  • vomissement;
  • tremblement (tremblement);
  • convulsions.
  • Si de tels symptômes sont détectés, un diagnostic de clarification est effectué avant de prescrire un traitement.

Comment mesurer la pression intracrânienne

Des mesures indirectes et directes sont utilisées. La pression intracrânienne chez l'adulte peut être mesurée indirectement à l'aide d'une ponction lombaire, mais la pression du liquide céphalo-rachidien dans la colonne vertébrale ne coïncide pas toujours avec la pression à l'intérieur du crâne. Chez les nourrissons, la fontanelle est perforée, ce qui est une mesure plus précise..

La méthode directe implique l'utilisation de capteurs de pression spéciaux qui sont insérés directement dans la cavité des ventricules du cerveau, les tissus adjacents, ainsi que dans l'espace entre les membranes du cerveau.

En plus de la perforation et de l'insertion de capteurs, il existe des méthodes plus sûres pour déterminer l'ICP. Ils ne peuvent pas être considérés comme précis, mais en même temps, ils vous permettent de poser un diagnostic préliminaire. Ces méthodes de diagnostic pour mesurer la pression intracrânienne comprennent:

  1. Analyse sanguine générale. C'est la première chose à faire en cas de suspicion d'hypertension intracrânienne dans une clinique conventionnelle..
  2. Échographie Doppler.
  3. Neuronographie. Réalisé pour les nourrissons à travers la grande fontanelle.
  4. TDM, IRM.
  5. Électroencéphalographie.
  6. Vérification de l'état du fond d'œil.

Le diagnostic comprend également un examen visuel général et l'identification des symptômes neurologiques.

Méthodes et méthodes de traitement de l'hypertension intracrânienne chez l'adulte

Le traitement comprend des méthodes thérapeutiques et chirurgicales, en fonction de la cause qui a provoqué l'augmentation de la pression intracrânienne. Hyperventilation, froid, décompression, des médicaments sont utilisés.

Médicaments

Des médicaments utilisés:

  • diurétiques osmotiques;
  • venotonique;
  • antispasmodiques;
  • médicaments contenant de la caféine;
  • corticostéroïdes;
  • les antibiotiques;
  • sédatifs, barbituriques.
  • Les analgésiques ne sont pas toujours efficaces, ils n'apportent qu'un soulagement temporaire, ce qui est également un signe diagnostique de l'ICP.

Avec ICP augmenté

Parmi les diurétiques, le diacarbe est considéré comme le plus efficace. Le mannitol et le furosémide sont également utilisés en perfusion intraveineuse pour contrôler l'activité rénale.

Asparkam contient du potassium - utilisé pour améliorer l'équilibre électrolytique.

Troxevasin a fait ses preuves en tant qu'agent veinotonique qui régule l'écoulement veineux. La caféine tonifie également les veines - de ce groupe de médicaments, Kofetamin, Citramon, Kofitsil sont utilisés. Des antispasmodiques - Euphyllin.

En cas de gonflement sévère, la dexaméthasone, la prednisolone sont prescrites. Le traitement des neuroinfections implique l'utilisation d'antibiotiques.

Avec un ICP faible

En cas d'hypotension intracrânienne, une solution isotonique est utilisée. Également prescrit des médicaments contenant de la caféine, des analgésiques, des sédatifs.

Dans quels cas la chirurgie est-elle pratiquée?

Des opérations sur le cerveau avec augmentation de la pression intracrânienne sont effectuées dans les cas où le traitement thérapeutique est inefficace. Par exemple, lorsque cela est nécessaire:

  • retirer le néoplasme qui serre le cerveau;
  • pomper l'excès de liquide céphalo-rachidien;
  • enlever l'hématome, l'abcès;
  • éliminer les dommages aux vaisseaux sanguins après un traumatisme ou un accident vasculaire cérébral hémorragique.

Lors du retrait d'un hématome, une craniotomie peut être nécessaire. Avec l'hydrocéphalie, le pontage est pratiqué chez les enfants et les adultes. Dans ce cas, un cathéter en silicone est inséré dans le ventricule du cerveau, d'où l'excès de liquide céphalo-rachidien est pompé à l'aide d'une valve de contrôle qui bloque l'écoulement inverse du liquide..

Physiothérapie avec ICP augmenté

De la physiothérapie, on distingue le massage thérapeutique et l'hirudothérapie. Le massage est assez efficace pour l'ostéochondrose et les spasmes musculaires, améliore la circulation sanguine et la sortie veineuse.

Le traitement avec des sangsues médicinales aide bien avec une viscosité sanguine élevée et une tendance à la thrombose.

Massage

En cas d'ostéochondrose cervicale, l'auto-massage est recommandé comme prévention de l'augmentation de la pression intracrânienne. Pour ce faire, après avoir pris une douche ou un bain chaud, pétrissez les muscles de la nuque et des épaules avec une ou mieux deux mains. Mouvements de haut en bas.

Si vous parvenez à trouver des points douloureux, ils doivent être massés doucement mais soigneusement, comme les vertèbres que vous pouvez ressentir. À la fin de l'auto-massage, vous devez effectuer des virages, des inclinaisons de la tête, ainsi que des mouvements circulaires. S'il y a un resserrement caractéristique, cela indique que la zone cervicale de la colonne vertébrale doit être traitée plus avant.

Comme moyen de massage, il est recommandé d'utiliser une pommade à la térébenthine peu coûteuse mais efficace, qui pénètre profondément dans les tissus, a un effet anti-inflammatoire et analgésique prononcé..

La régularité des procédures est importante. Il est préférable d'étirer un peu votre cou, mais régulièrement, bien que cela n'empêche pas une visite chez un massothérapeute professionnel.

Hirudothérapie

Avec l'hypertension intracrânienne, cette méthode de traitement est l'une des plus efficaces. L'hirudothérapie réduit l'enflure et l'inflammation, fluidifie le sang, améliore l'immunité et normalise la pression artérielle. S'il n'y a pas de formation médicale et de pratique appropriée, la mise en place des sangsues médicales doit être confiée à un hirudothérapeute..

Acupuncture

L'acupuncture est utilisée dans le traitement de la dystonie végétative-vasculaire, pour normaliser la pression artérielle et la pression intracrânienne. Soulage efficacement les spasmes musculaires et vasculaires, ce qui contribue à améliorer la circulation sanguine, a un effet analgésique.

La méthode fonctionne à la fois en combinaison avec d'autres moyens et séparément, à condition que la manipulation soit effectuée correctement. Il n'est pas recommandé d'interrompre le cours d'acupuncture à moins qu'il n'y ait de bonnes raisons pour cela..

Les remèdes populaires sont-ils efficaces contre l'hypertension intracrânienne?

Dans les cas où les signes pathologiques de pression intracrânienne sont insignifiants, et également à titre prophylactique, des méthodes de guérison naturelles peuvent être utilisées. Lorsqu'elle est utilisée judicieusement et après consultation d'un médecin, la thérapie de soutien avec des remèdes populaires ne nuira pas.

Pour améliorer l'état des vaisseaux sanguins dans la médecine traditionnelle, l'ail et le citron sont utilisés. Tous les aliments contenant une grande quantité de vitamine C et PP sont également utiles. Les poivrons contiennent beaucoup de vitamine C. L'utilisation d'une décoction d'églantier pour saturer le corps en acide ascorbique n'a pas de sens, car la vitamine C est thermiquement instable et est détruite par ébullition.

La tige de céleri, associée à un régime sans sel, aidera à normaliser l'équilibre nécessaire entre le sodium et le potassium pour réduire et prévenir l'œdème avec une augmentation de la pression intracrânienne. Il n'est pas recommandé d'utiliser les pastèques comme diurétique s'il n'y a pas de certitude exacte en l'absence de nitrates..

Phytothérapie

Pour l'hypertension intracrânienne, des collections de diurétiques, de plantes sédatives (sédatives), ainsi que des herbes qui réduisent les spasmes vasculaires sont utilisées.

Les éléments suivants sont utilisés comme diurétiques:

  • feuilles, bourgeons de bouleau;
  • soie de maïs;
  • feuilles d'airelles;
  • persil;
  • baies de genièvre;
  • busserole et autres herbes médicinales.

En cas de lithiase urinaire, avant d'utiliser des herbes diurétiques, vous devriez consulter un médecin et faire une échographie des reins.

Les plantes médicinales sédatives comprennent:

  • valériane;
  • agripaume;
  • pivoine.

Vous pouvez préparer vous-même une infusion d'herbes à partir de ces plantes ou acheter des médicaments bon marché à la pharmacie contenant un extrait d'alcool ou un extrait d'herbes séchées..

Pour la préparation d'une infusion aqueuse, des matières végétales sont utilisées, qui peuvent être achetées à la fois dans les pharmacies et auprès d'herboristes de confiance. Ou vous pouvez collecter vous-même les herbes nécessaires, après avoir étudié au préalable les règles de collecte, de séchage et de stockage des plantes médicinales.

La valériane, la menthe et la mélisse fonctionnent bien comme antispasmodiques. Dans la valériane, on utilise des rhizomes - il s'agit d'une matière première plutôt grossière, qu'il est préférable de bien broyer au préalable. Faites infuser dans un thermos, en laissant toute la nuit, ou utilisez un multicuiseur pour la cuisson - réglez la température à 90 ° C et laissez mijoter l'infusion pendant 3 heures. Le dosage est sélectionné individuellement, en moyenne - 2-4 cuillères à soupe. l. matières premières par litre d'eau.

Les feuilles de menthe et de mélisse infusent plus rapidement. Pour cette plante, comme pour la plupart des herbes médicinales, il est préférable de préparer une infusion aqueuse dans un thermos. Insister à une température d'environ 80 ° C pendant plusieurs heures. La menthe poivrée est utilisée lorsqu'il est nécessaire de soulager les maux de tête causés par les spasmes vasculaires..

La sophora japonaise est également utilisée pour améliorer l'état des vaisseaux sanguins..

Comment normaliser la pression intracrânienne à la maison?

L'automédication ne doit pas être pratiquée sans un diagnostic confirmé. Si un traitement ambulatoire est prescrit, dans ce cas, vous devez respecter les recommandations du médecin traitant.

Quel est le danger d'une augmentation de la pression intracrânienne

La compression du cerveau affecte négativement ses fonctions. Selon la partie du cerveau endommagée, les capacités et capacités mentales et physiques sont altérées. Un trouble mental apparaît également.

Dans les cas graves, une luxation du cerveau est possible, c'est-à-dire un déplacement, ainsi qu'une compression de la partie de la tige, où se trouvent les centres vitaux, ce qui peut entraîner des dommages ou l'arrêt de l'activité et de l'activité bioélectrique du cerveau.

La prévention

Chez les nourrissons, il est recommandé de consulter un médecin à 1, 3, 6 et 12 mois. Une augmentation de la pression intracrânienne sans symptômes neurologiques prononcés peut disparaître d'elle-même au bout de 6 mois.

Les écoliers et les étudiants doivent surveiller leur posture et ne pas rester assis longtemps dans une position tordue, enterrés dans un téléphone, une tablette ou un ordinateur portable. Cela peut entraîner des pathologies de la colonne cervicale, une compression des vaisseaux sanguins, une altération de la circulation sanguine, une stagnation et, par conséquent, une augmentation de la pression intracrânienne.

Les adultes doivent éviter les mauvaises habitudes qui provoquent des pathologies vasculaires. Le tabagisme provoque un vasospasme, augmente la viscosité du sang et une tendance à la thrombose, ce qui peut entraîner des lésions vasculaires, une congestion veineuse, provoquer un œdème cérébral et une augmentation de l'ICP.

Il est nécessaire d'être plus souvent à l'air frais pour éviter l'hypoxie. Essayez de bien manger, c'est-à-dire de manger suffisamment de légumes et de fruits frais, de réduire la consommation d'aliments tels que la viande grasse, la confiserie, les conserves, la farine.

Vous devez faire attention à votre état émotionnel: en cas d'augmentation de la pression intracrânienne, une réaction violente au stress peut entraîner de fréquents spasmes vasculaires et l'homéostasie intracrânienne sera altérée..

Il tonifie et renforce le système vasculaire avec une douche de contraste, des procédures d'eau. La randonnée et l'exercice modéré sont utiles.

Un repos raisonnable est important dans la prévention des pathologies cérébrales, c'est-à-dire qu'il est nécessaire de laisser au cerveau suffisamment de temps pour récupérer. Avec la nutrition, toutes les substances nécessaires doivent pénétrer dans le corps. Dans le cas de l'hypertension intracrânienne, comme pour de nombreuses autres pathologies, la prévention peut être assez efficace.

"Pression intracrânienne - la norme et les symptômes dangereux, le traitement et les pilules"

3 commentaires

La pression intracrânienne normale d'une personne est fournie par des structures situées à l'intérieur de la cavité crânienne - le parenchyme du tissu cérébral, enveloppant étroitement le cerveau avec les vaisseaux sanguins et le liquide alcoolique environnant, qui sert simultanément d'amortisseur de chocs qui protège le cerveau humain contre d'éventuels dommages.

Le crâne est un os dur et ne peut pas se dilater en volume. Lorsque l'équilibre est perturbé dans les éléments structurels de l'environnement cérébral, la pression change à l'intérieur du crâne - diminue ou augmente, en fonction de la cause des perturbations.

Quelle est la pression intracrânienne?

Comment déterminer l'écart d'ICP par rapport à la norme?

Ainsi, la pression intracrânienne est un terme qui reflète l'état de l'environnement intracrânien du cerveau, avec les symptômes correspondants et les signes caractéristiques de détérioration de la condition, se manifestant chez les adultes ou les enfants (il existe des différences).

Le développement d'une faible ICP (hypotension intracrânienne) est une conséquence d'une diminution du liquide LCR (céphalo-rachidien) et de la quantité de sang circulant dans les vaisseaux sanguins du cerveau. Une diminution du volume du LCR peut être causée par une fuite à travers les méninges et des défauts dans le crâne, par exemple en raison de blessures.

Une diminution de la quantité de sang entrant dans le cerveau peut être due à une pathologie vasculaire, par exemple au développement d'une sténose, ce qui réduit considérablement leur lumière. Le processus pathologique se développe pendant une longue période, sans montrer de symptômes particuliers. Mais de fortes perturbations de la circulation sanguine du cerveau entraînent une diminution rapide de la pression à l'intérieur du crâne et le développement d'une hypoxie cérébrale - effondrement.

Le développement d'une ICP accrue (hypertension intracrânienne) est dû à deux mécanismes principaux: une altération de l'écoulement du liquide céphalo-rachidien en raison du blocage des vaisseaux sanguins par des caillots sanguins (facteur occlusif-hydrocéphalique), ou une augmentation de la taille du cerveau dans le contexte de processus tumoraux, d'hématomes, d'abcès et d'autres pathologies.

Dans le premier cas, une augmentation de la pression intracrânienne provoque des modifications du flux sanguin dans les vaisseaux cérébraux, en raison d'une augmentation du flux sanguin et d'une détérioration de son écoulement. En conséquence, les vaisseaux débordent de sang, une saturation des tissus plasmatiques se produit, provoquant des processus d'œdème et le développement d'une hydropisie cérébrale - hydrocéphalie, qui s'accompagne naturellement d'une augmentation de l'ICP.

Dans le deuxième cas, la pathologie se développe en raison de la croissance du tissu cérébral causée par les processus de formation tumorale. Quel que soit le mécanisme de développement, la pression à l'intérieur du crâne augmente progressivement, car au stade du développement initial, le processus pathologique s'oppose aux mécanismes adaptatifs compensatoires du corps, qui limitent le niveau de pression dans des limites acceptables.

À ce stade, l'état d'une personne peut être tout à fait normal, sans manifestation des symptômes caractéristiques d'une augmentation du PCI. Ce n'est qu'après un certain temps, avec épuisement des mécanismes compensatoires chez un adulte, qu'une forte augmentation de la pression intracrânienne peut survenir, avec des symptômes de troubles cliniques graves nécessitant une hospitalisation urgente..

Méthode de mesure et taux de PCI chez l'adulte

la norme de pression intracrânienne chez l'adulte est de 10 à 15 mm Hg

En soi, la pression intracrânienne n'est pas une maladie, mais un syndrome pathologique qui se manifeste par le développement de divers processus pathologiques dans le corps. L'intracrânien, comme la pression artérielle, est présent chez chaque personne - il est très difficile de le déterminer, par rapport à la pression artérielle.

Les taux d'augmentation varient considérablement, en fonction des indicateurs individuels du patient et de l'état dans lequel il se trouve. Incliner la tête vers l'avant, éternuer et forcer, effort physique et stress, cris et pleurs - augmente parfois la pression à l'intérieur du crâne.

Les autres techniques, aussi high-tech soient-elles, ne donnent qu'une confirmation indirecte des changements dans l'ICP. Dans les polycliniques, pour vérifier la pression intracrânienne, la méthode d'examen du fond de l'œil est utilisée, en fonction des changements caractéristiques dont un diagnostic préliminaire est posé, bien que les données obtenues par cette méthode ne soient qu'une confirmation indirecte de la présence d'une pathologie.

  1. La norme pour l'ICP chez les personnes en bonne santé est les valeurs de colonne de mercure comprises entre 10 et 15 mm.
  2. Une condition supérieure à 25 mm est considérée comme dangereuse.
  3. Niveau proche de 35 mm. - appelé perte de conscience critique et menaçante et mort des cellules cérébrales.

Reconnaître les signes pathologiques à temps, cela signifie préserver sa santé, et parfois la vie elle-même.

Symptômes des troubles ICP chez les adultes et les enfants

À quels signes il est important de prêter attention?

Aujourd'hui, près de la moitié de la population mondiale est familière avec divers troubles de la pression intracrânienne. Tout traumatisme des membranes du cerveau ou des os du crâne entraîne la perte de liquide céphalo-rachidien et le développement de processus pathologiques. Mais, il y a aussi des facteurs provoquants qui peuvent démarrer le processus.

Les causes les plus courantes de diminution de l'ICP sont dues à:

  • le développement de néoplasmes tumoraux dans le cerveau;
  • fatigue chronique et manque de vitamines;
  • situations stressantes et intoxication par des substances nocives;
  • maladies cardiovasculaires et endocriniennes;
  • perturbations de l'équilibre hormonal;
  • interventions chirurgicales impliquant le cerveau.

Chez les enfants et les adultes, une augmentation de la pression intracrânienne est causée par:

  • conditions dans lesquelles le cerveau souffre de manque d'oxygène (hypoxie);
  • accidents vasculaires cérébraux avec accidents vasculaires cérébraux et micro-coups;
  • excès de liquide dans le corps et perturbations des processus métaboliques;
  • hyponatrémie et excès de vitamine «A» dans le corps;
  • migraines fréquentes, hydrocéphalie et méningite.

Les signes de pression intracrânienne basse et élevée chez les adultes sont différents, en outre, ils diffèrent également des manifestations chez les enfants.

Symptômes d'une ICP accrue

Les principaux symptômes de l'augmentation de la pression intracrânienne chez l'adulte sont:

  • violation des fonctions visuelles - éclairs dans les yeux et vision floue;
  • maux de tête, se manifestant par tout mouvement de la tête et s'intensifiant le soir, irradiant une douleur à la colonne vertébrale;
  • le développement de poches du visage et de la zone des paupières;
  • altération de la fonction auditive - manifestation de signes d'acouphènes (bruit et bourdonnements dans les oreilles);
  • signes de somnolence.

La cause fondamentale de l'hypertension intracrânienne chez les enfants est une accumulation excessive de liquide dans le cerveau (hydrocéphalie). Les symptômes se manifestent par des maux de tête, des vomissements et des nausées, une diminution de la fréquence cardiaque et respiratoire. Des signes de retard mental significatif sont souvent notés. L'agitation, les larmes et les sautes d'humeur sont caractéristiques.

Si les enfants plus âgés peuvent décrire leurs sentiments, alors l'augmentation de la pression intracrânienne chez un nourrisson est un réel problème. Les signes pathologiques peuvent être reconnus par les symptômes caractéristiques - ces enfants sont inhibés, léthargiques et inactifs. Elle gémit et crie non pas parce qu'ils ont faim. Des frissons pendant le sommeil, des tremblements du menton, des jambes et des bras sont notés. Dans les zones temporale et frontale, il y a une forte expansion des veines temporales.

Symptômes d'une diminution de l'ICP

Les symptômes d'hypotension intracrânienne se manifestent par des sensations douloureuses dans la région du cœur. Les patients sont souvent dans un état étourdi, des évanouissements apparaissent quotidiennement. Il y a une lourdeur dans l'estomac et des signes d'intoxication (vomissements, nausées). Maux de tête aggravés le matin et avec une augmentation soudaine d'une position horizontale.

Chez les enfants, une hypotension intracrânienne se manifeste:

  • douleur occipitale;
  • comportement inadéquat;
  • irritabilité et fatigue;
  • convulsions récurrentes.

Quel est le danger de violation de la pression intracrânienne?

Si vous ou votre enfant présentez des symptômes de trouble de la pression intracrânienne, indiquez au médecin le diagnostic et le traitement. L'automédication dans cette situation peut contribuer au développement d'accidents vasculaires cérébraux, de divers troubles mentaux, entraîner une perte de vision, des crises d'épilepsie, des dysfonctionnements respiratoires et des paresthésies (engourdissement) des extrémités.

Avec un déplacement structurel du cerveau à l'intérieur du crâne, avec un PCI élevé, le risque de mortalité est élevé. Un processus hypertensif intracrânien prolongé chez les enfants peut se traduire par un retard du développement neuropsychique, la formation d'un retard mental, la démence et la débilité.

Traitement des anomalies de la pression intracrânienne + comprimés

Pilules de pression intracrânienne

Lorsque des signes de déficience ICP apparaissent, l'essentiel est la rapidité du traitement, qui est sélectionnée en fonction des raisons qui ont provoqué la pathologie.

La base du traitement de l'augmentation de la pression intracrânienne est constituée de comprimés diurétiques, sélectionnés en fonction du niveau ICP.

  1. Dans les cliniques aiguës et sévères, des médicaments du groupe osmodiurétique sont prescrits - "Mannitol", par exemple.
  2. Dans d'autres cas, «Hydrochlorothiazide», «Spironolactone», «Furosémide» ou «Acétazolamide» peuvent être prescrits. Beaucoup d'entre eux (selon les indications) peuvent être prescrits avec l'administration simultanée de "Aspaginate de potassium" ou de "Chlorure de potassium".
  3. Dans le même temps, un traitement de la maladie sous-jacente est effectué. Dans les pathologies des lésions infectieuses et inflammatoires des structures cérébrales, des antibiotiques et un traitement antiviral correspondant à la maladie sont prescrits.
  4. En cas de dommage toxique, un ensemble de mesures de désintoxication est effectué.
  5. Les pathologies vasculaires sont traitées avec une thérapie vasoactive avec la nomination de «Aminophylline», «Vinpocetine», «Nifedipine». En cas de violation de l'écoulement veineux - préparations de venotonict - "Marronnier d'Inde", "Diosmin" avec "Hespéridine" "Dihydroergocristine".
  6. La thérapie complexe comprend des médicaments qui soutiennent l'état fonctionnel des neurones cérébraux - «Piracetam», «Glycine» et d'autres médicaments neurométaboliques.

Dans les périodes aiguës, la thérapie manuelle crânienne est utilisée. A ce moment, le patient est contre-indiqué en cas de surcharge émotionnelle et de tout stress visuel (ordinateur, lecture, etc.).

La thérapie pour un état hypotonique comprend des médicaments contenant de la caféine et des médicaments nootropes, des acides aminés et des complexes vitaminiques. Le traitement comprend des techniques de physiothérapie - séances d'acupression, gravitationnelle et cryothérapie, cours thérapeutiques de magnéto et de réflexologie.

Habituellement, les médecins préfèrent les tactiques de traitement conservateur discret. Pour éliminer la pathologie, il y a parfois suffisamment d'agents contenant de la caféine, en combinaison avec une hydratation et un régime doux. Après un mois, les symptômes sont complètement arrêtés..

Avec la conservation prolongée des signes pathologiques désagréables de faible ICP, il est possible d'utiliser la méthode du «patch sanguin» (le propre sang du patient est transfusé dans les tissus épiduraux du défaut révélé).