Principal > Sclérose

À quoi peut conduire la pression intracrânienne??

L'augmentation de la pression intracrânienne est l'une des déviations pathologiques dangereuses de la fonctionnalité du corps. Un tel diagnostic ressemble à un verdict. Mais une telle déviation pathologique ne doit pas faire peur, elle ne "parle" pas dans tous les cas de violations graves. Pour comprendre à quoi peut conduire la pression intracrânienne, un examen diagnostique sérieux est nécessaire..

Causes et symptômes

Il existe un grand nombre de raisons pouvant provoquer une augmentation de la pression dans la cavité crânienne. Fondamentalement, chacun d'eux a sa propre cause profonde, ce qui provoque une condition pathologique. Les circonstances les plus courantes sont les suivantes:

  • accumulation de liquide céphalo-rachidien;
  • gonflement ou inflammation du cerveau;
  • néoplasme intracrânien ou corps étranger;
  • une augmentation du volume sanguin dans les vaisseaux pendant l'intoxication.

La pression crânienne peut s'accumuler en raison du développement de maladies:

  • violation de la circulation sanguine dans le cerveau (accident vasculaire cérébral ischémique) ou hémorragie cérébrale (accident vasculaire cérébral hémorragique);
  • lésion cérébrale (ecchymose ou commotion cérébrale);
  • méningite, encéphalite;
  • hydrocéphalie;
  • pathologies congénitales du développement cérébral.
Retour à la table des matières

Symptômes typiques

Avec le développement de l'hypertension intracrânienne, une variété de symptômes apparaît. La manifestation de signes de pathologie dépend du taux d'augmentation de l'ICP. Avec le développement lent de l'hypertension intracrânienne, le corps s'habitue progressivement aux changements formés, mais avec des signes caractéristiques, il vous informe du développement de la situation pathologique. La symptomatologie d'un adulte et d'un enfant n'est pas la même. Les signes du tableau clinique sont indiqués dans le tableau comparatif..

AdulteEnfant
  • douleur pressante dans la tête, généralement le matin;
  • la nausée;
  • vomissement;
  • violation de la concentration de l'attention;
  • diminution des performances mentales;
  • gonflement du nerf optique (vision trouble);
  • écart par rapport à la norme de pression artérielle.
  • éructations en mangeant;
  • gonflement et pulsation de la fontanelle;
  • les os du crâne divergent;
  • tremblement de la mâchoire inférieure;
  • grosse tête;
  • vomissements dans un ruisseau;
  • lenteur inhabituelle;
  • déficience visuelle.

Hypertension intracrânienne chez les nouveau-nés - 90% due à un traumatisme à la naissance.

Diagnostic et traitement

Souvent, l'hypertension intracrânienne est enregistrée dans des conditions aiguës lorsqu'une hospitalisation urgente est nécessaire. Dans de tels cas, la maladie peut être diagnostiquée par des symptômes secondaires: maux de tête sévères, convulsions, troubles neurologiques. Pour déterminer avec précision la maladie, le patient se voit prescrire une tomodensitométrie ou une imagerie par résonance magnétique.

La réalisation de procédures intracrâniennes directes pendant une intervention chirurgicale ou la prise d'une ponction lombaire peut provoquer une hypertension dans la cavité crânienne. En cas de développement brutal et rapide de la pathologie, il est nécessaire de placer le patient à l'hôpital et de procéder à une opération. Pour contrôler les signes vitaux du corps, le patient est sous surveillance constante.

Les principales méthodes de traitement de l'hypertension dans la cavité crânienne comprennent:

  • éliminer l'accumulation de liquide céphalo-rachidien;
  • réduire la taille des néoplasmes avec des médicaments;
  • ablation d'un néoplasme ou d'une partie de l'os du crâne par chirurgie;
  • traitement de la maladie sous-jacente qui a provoqué une augmentation de la pression dans la cavité crânienne.
Retour à la table des matières

Qu'est-ce qui est dangereux et à quoi peut conduire la pression intracrânienne??

L'hypertension intracrânienne n'est pas une maladie, mais une conséquence du développement d'une sorte de pathologie interne. Le traitement de ce symptôme doit être effectué en même temps que la maladie sous-jacente. Si vous ne choisissez pas une approche particulière du traitement, les procédures habituelles n'apporteront pas le résultat souhaité et la violation peut mettre la vie en danger..

Complications et conséquences chez les adultes

Une pression intracrânienne constante chez les adultes est mauvaise pour le bien-être général. Une personne devient dépendante des changements climatiques, elle souffre d'une panne constante et d'une fatigue accrue. En l'absence prolongée des soins médicaux nécessaires, un adulte peut développer les complications suivantes:

  1. Détérioration rapide de la vision, jusqu'à sa perte complète. L'accumulation de liquide céphalo-rachidien près du nerf optique, en appuyant dessus, à la suite de laquelle il s'atrophie. Le processus inflammatoire se propage à la rétine provoquant la cécité.
  2. Dysfonctionnement du tronc cérébral. Des changements se produisent dans différentes structures du cerveau: sections moyennes ou oblongues, cervelet. La violation d'un service quelconque entraîne une perturbation des réactions du corps.
  3. Crises d'épilepsie. La violation des structures du cerveau conduit à une excitation pathologique. Une personne a des contractions musculaires involontaires (convulsions). Apparemment semblable à l'épilepsie, mais de nature à court terme sans conséquences négatives.
  4. Interruption de l'apport sanguin normal au cerveau. La compression des vaisseaux sanguins et des cellules nerveuses avec du liquide céphalo-rachidien arrête toutes les réactions cérébrales. Un accident vasculaire cérébral vient.

Lorsque les capacités du corps à équilibrer la situation sont épuisées, des dommages aux principaux centres du cerveau sont possibles, ce qui conduit à une issue mortelle.

Symptômes désagréables chez un enfant

Une augmentation de la pression dans la cavité crânienne est souvent notée chez les nouveau-nés, et tous les cas ne sont pas dangereux. Par exemple, une légère augmentation peut entraîner un manque d'oxygène pendant le travail. Une routine organisée, de l'air frais et des massages normalisent la situation. En l'absence de résultat positif, un examen approfondi sera nécessaire..

Pendant ce temps, la pathologie affecte négativement le bien-être de l'enfant. Le bébé peut avoir un retard de développement et la PIC avec le temps prend une forme chronique ou se transforme en dystonie vasculaire végétative. En grandissant, l'enfant ressentira des maux de tête constants et les changements hormonaux dans le corps entraîneront un dysfonctionnement des centres sous-corticaux.

Pression intracrânienne. Symptômes chez l'adulte, comment déterminer, causes et traitement

Les symptômes de troubles de la pression intracrânienne sont très préoccupants à tout âge. Chez l'adulte, cet état du corps peut entraîner une incapacité persistante et des pathologies chroniques..

Le concept de pression intracrânienne et d'indicateurs standard

Le terme «pression intracrânienne» est utilisé pour désigner la pression sur les formations intracrâniennes du liquide céphalo-rachidien - liquide céphalo-rachidien circulant dans les ventricules du cerveau, le canal rachidien central, entre les méninges, ainsi que dans l'espace entre les hémisphères cérébraux et la voûte crânienne.

Pour un adulte, un indicateur de pression intracrânienne est considéré comme normal, qui est compris entre 2 et 12 mm Hg lorsqu'il est mesuré en position couchée. Cela correspond à environ 100-200 mm de colonne d'eau.

Pourquoi la pression intracrânienne augmente-t-elle ou diminue-t-elle?

La pression intracrânienne (les symptômes chez l'adulte apparaissent dans les cas présentés ci-dessous) est caractérisée par les signes suivants:

  • la présence d'obstacles à la sortie du liquide céphalo-rachidien de la cavité crânienne;
  • traumatisme cranio-cérébral de gravité variable;
  • intoxication;
  • altération aiguë de la circulation cérébrale (accidents vasculaires cérébraux, accidents ischémiques transitoires, crise hypertensive, hémorragie à la suite d'une rupture d'anévrisme);
  • ostéochondrose de la colonne cervicale;
  • la présence de processus volumétriques dans la cavité crânienne (kyste, hématome, tumeurs de nature différente);
  • la présence de maladies inflammatoires dans la cavité crânienne (méningite, encéphalite, abcès);
  • excès de vitamine dans le corps;
  • œdème du cerveau;
  • maladies des organes internes (encéphalopathie hépatique);
  • une augmentation de la quantité de liquide céphalo-rachidien;
  • surchauffe du corps;
  • concentration excessive de dioxyde de carbone dans le sang;
  • violation de l'écoulement veineux du crâne, par exemple, en raison d'une diminution du tonus de la paroi des vaisseaux veineux;
  • processus dysmétaboliques (obésité);
  • la présence de malformations congénitales.

Séparément, on distingue l'hypertension intracrânienne dite bénigne-idiopathique..

Parmi les facteurs de risque de cette affection, on distingue les raisons suivantes:

Maladies endocriniennes
  • grossesse;
  • prendre des contraceptifs oraux;
  • insuffisance de la fonction surrénalienne;
  • hypo- ou hyperfonction de la glande thyroïde;
  • hyperaldostéronisme;
  • cycle menstruel irrégulier.
Pathologie du système sanguin
  • anémie;
  • hypercoagulabilité.
Prendre des médicaments
  • tétracycline;
  • les nitrofuranes;
  • sulfaméthoxazole;
  • pénicilline;
  • les glucocorticostéroïdes, y compris leur retrait brutal;
  • l'amiodarone;
  • la cyclosporine;
  • vitamine A.

Une diminution de la pression intracrânienne et ses symptômes chez l'adulte surviennent dans les cas suivants:

  1. Hypotension résultant de procédures médicales telles qu'une ponction lombaire.
  2. Une diminution de la pression intracrânienne est également causée par une chirurgie de la tête ou de la colonne vertébrale si l'opération entraîne une violation de l'intégrité des méninges.
  3. Blessures entraînant la rupture de la dure-mère. Cela inclut également toutes les situations où même le plus petit effet, à première vue, entraîne des dommages (toux, éternuements, entraînement sportif vigoureux).
  4. Conditions pathologiques de nature systémique, telles que urémie, coma dysmétabolique, déshydratation.
Schéma d'augmentation de la pression intracrânienne.

Séparément, on distingue l'hypotension intracrânienne spontanée (ou idiopathique) - une situation dans laquelle la localisation de la fuite de liquide céphalo-rachidien et la cause de la chute de la pression intracrânienne ne peuvent pas être établies.

Symptômes de pression intracrânienne élevée et basse

La pression intracrânienne (les symptômes chez l'adulte ne sont pas spécifiques et peuvent être confondus avec un malaise courant) se manifeste par les symptômes suivants:

  1. Maux de tête qui ont un caractère terne et éclatant et sont localisés principalement dans les régions frontales et occipitales ou sont diffus. Contrairement à la douleur lors d'une crise de migraine, la sensation n'est pas concentrée d'un côté et dépend de l'heure de la journée - elle est plus active la nuit et le matin. Il y a peu ou pas d'effet de la prise d'analgésiques.
  2. Perception visuelle altérée (vision double, vision trouble des objets, altération ou disparition complète de la vision périphérique). Dans certains cas, il y a des crises de cécité complète ou une sensation subjective de brouillard devant les yeux. Objectivement, une diminution de l'activité de la réaction pupillaire à la lumière est enregistrée..
  3. Avec une augmentation prononcée de la pression intracrânienne, une déformation des globes oculaires est possible, jusqu'à l'impossibilité de fermer complètement les paupières.
  4. Vertiges, instabilité lors de la marche.
  5. Absence d'esprit, troubles de la mémoire, diminution de la capacité de concentration.
  6. Augmentation de la somnolence.
  7. Instabilité de la pression artérielle - fluctuations à la fois à la hausse et à l'hypotension.
  8. Nausées Vomissements.
  9. Léthargie, fatigue, asthénisation.
  10. Frissons.
  11. Troubles de l'humeur: épisodes de dépression, changements soudains du contexte émotionnel.
  12. Hypersensibilité de la peau.
  13. Douleur à l'arrière de la tête et de la colonne vertébrale.
  14. Trouble du rythme respiratoire, essoufflement.
  15. Parésie musculaire.

La présence de l'un de ces symptômes n'indique pas encore la présence d'un syndrome d'hypertension intracrânienne, cependant, une combinaison de plusieurs signes chez un patient est une raison pour un examen plus détaillé. Une diminution de la pression intracrânienne chez l'adulte se manifeste le plus souvent par un mal de tête..

Il peut avoir un caractère à la fois local et diffus et dépend de la position du corps du patient. En position assise et debout, il augmente et s'affaiblit considérablement ou disparaît complètement en position couchée. Mal de tête et a tendance à s'aggraver avec des mouvements de tête rapides et la marche.

Le syndrome douloureux a une intensité assez élevée et peut être accompagné des symptômes suivants:

  • la nausée;
  • vomissement;
  • étourdissements, sensation de malaise;
  • troubles visuels (vision double, diminution de l'acuité visuelle ou perte partielle des régions périphériques du champ visuel, photophobie, troubles oculomoteurs sous forme de nystagmus);
  • paralysie du nerf facial;
  • violation de la sensibilité;
  • crises convulsives;
  • raideur des muscles du cou et du cou;
  • bruit, bourdonnement dans les oreilles;
  • état de conscience déprimé;
  • tendance à un rythme cardiaque rapide - jusqu'à 100 battements par minute;
  • pâleur de la peau;
  • violation du rythme respiratoire (avec une diminution prononcée - moins de 80 ml de colonne d'eau).

Méthodes de diagnostic de la pression intracrânienne

L'imagerie par résonance magnétique est aujourd'hui la principale méthode de diagnostic des anomalies de la pression intracrânienne. En visualisant l'état des structures intracrâniennes, cette méthode facilite également le diagnostic différentiel des conditions avec des symptômes similaires. Les signes d'hypotension intracrânienne à l'IRM sont un épaississement diffus des méninges.

Avec la tomographie utilisant des agents de contraste, ils s'accumulent dans les méninges dures et molles. De plus, une pression intracrânienne basse sera indiquée par le déplacement des structures cérébelleuses en dessous du niveau du foramen magnum, ainsi que d'autres signes de déplacement du cerveau par rapport à sa position normale..

De plus, les méthodes suivantes sont utilisées:

  1. Radiographie des os du crâne. Dans le cas d'une augmentation à long terme de la pression intracrânienne sur la surface interne des os crâniens amincis, des changements caractéristiques sont visibles, rappelant les empreintes numériques.
  2. Ponction lombaire. En effectuant cette manipulation sur le débit du liquide céphalo-rachidien, on peut supposer la nature du changement de la pression du liquide céphalo-rachidien. De plus, cette manipulation est très informative pour le diagnostic différentiel des conditions conduisant à une augmentation de la pression intracrânienne: l'état, la couleur et la composition cellulaire du liquide céphalo-rachidien indiquent des maladies telles que la méningite, la méningo-encéphalite, l'accident cérébrovasculaire aigu..
  3. Examen du fond d'œil. Au cours de l'ophtalmoscopie, un spécialiste tire une conclusion sur la valeur de la pression intracrânienne en fonction de l'état des vaisseaux du fond. L'hypertension intracrânienne sera indiquée par un gonflement de la tête du nerf optique, une tortuosité et une dilatation des veines rétiniennes visibles sur le fond d'œil.
  4. Rhéoencéphalographie. L'affaiblissement de l'onde de pouls enregistrée au cours de l'étude indiquera une augmentation de la pression intracrânienne.
  5. Électroencéphalographie. Cette technique vous permet d'identifier une violation de l'activité bioélectrique de diverses parties du système nerveux central, caractéristique de l'hypertension intracrânienne. De plus, ce type d'étude permet dans les premiers stades d'identifier l'une des complications - la préparation convulsive..
  6. La mesure directe de la pression intracrânienne nécessite un spécialiste hautement qualifié, des conditions stériles et la disponibilité d'un équipement médical approprié. La mesure est réalisée par ponction des ventricules du cerveau suivie de l'introduction de cathéters.

Prévention des écarts par rapport à la norme de pression intracrânienne

Afin d'éviter une augmentation de la pression intracrânienne, il est nécessaire d'éviter soigneusement les facteurs provoquant cette condition:

  • protégez-vous autant que possible des situations stressantes;
  • adhérer au régime et au régime optimaux;
  • faire de l'exercice régulièrement au grand air.

Le maintien d'une perméabilité optimale des voies respiratoires est un moyen efficace de prévenir l'hypertension intracrânienne..

Les personnes qui ont tendance à augmenter la pression intracrânienne ou qui ont des antécédents d'hypertension intracrânienne doivent suivre un ensemble de précautions:

  • limiter la prise ou abandonner complètement l'utilisation de vasodilatateurs;
  • établir un régime de consommation optimal en réduisant le volume de liquide consommé à 1,5 litre par jour.

Une précaution supplémentaire serait de dormir sur un lit avec la tête légèrement surélevée..

Méthodes de traitement de la pression intracrânienne élevée et basse

Dans certains cas, l'hypotension intracrânienne a tendance à régresser d'elle-même. Par conséquent, la stratégie de prise en charge de ces patients est conservatrice. Le traitement de l'hypotension intracrânienne est réduit dans la plupart des cas à une hydratation massive du corps du patient et à la prise de caféine dans le contexte du repos au lit et de la limitation de tout effort.

Cependant, lorsque l'hypotension intracrânienne spontanée résiste au traitement conservateur, ils ont recours à des manipulations telles que la dure-mère en plastique ou l'introduction d'une petite quantité du propre sang du patient dans l'espace épidural (ce que l'on appelle le patch sanguin). Ces procédures médicales sont conçues pour éliminer le défaut de la dure-mère, qui est à l'origine de la fuite de liquide céphalo-rachidien.

Médicament

La pression intracrânienne (les symptômes chez les adultes présentant une forme idiopathique de pathologie régressent sous l'influence d'un traitement conservateur, qui revient à prendre des diurétiques) nécessite un traitement soigné, dans lequel il est nécessaire de prendre en compte l'effet grave des médicaments sur les processus métaboliques.

Des précautions particulières sont nécessaires lors de l'association d'un traitement diurétique à la physiothérapie, car cette association peut augmenter la perte de liquide. Pour éliminer efficacement l'excès de liquide du corps, l'hydrochlorothiazide ou le diacarbe est le plus souvent recommandé..

HydrochlorothiazideDiakarb
Mécanisme d'actionBloque la réabsorption des ions chlorure et sodium dans les tubules rénaux proximaux.Il inhibe l'activité de l'enzyme anhydrase carbonique, ce qui entraîne les effets suivants:

  • augmentation de la libération d'ions potassium, magnésium et eau;
  • diminution de la sécrétion de liquide céphalo-rachidien;
  • activité anticonvulsivante.
Mode d'applicationLa dose initiale varie de 25 à 100 mg par jour tous les jours ou une fois tous les deux jours.

Entretien - 25 à 50 mg par jour tous les jours ou tous les deux jours.

Pour obtenir l'effet diurétique maximal, l'apport est effectué selon l'un des schémas suivants:

  • 1 fois en 2 jours;
  • 2 jours consécutifs suivis d'une pause d'un jour.

La dose quotidienne est de 250 à 375 mg.

Effets secondaires
  • mal de crâne;
  • vertiges;
  • troubles de la sensibilité;
  • violation du rythme cardiaque;
  • changements dans la composition cellulaire du sang;
  • diminution de la résistance corporelle au glucose;
  • réactions allergiques.
  • crampes musculaires;
  • somnolence;
  • violation de la sensibilité;
  • diminution du nombre de globules sanguins;
  • acidification de l'environnement interne du corps;
  • la formation de calculs rénaux (avec une utilisation prolongée);
  • la nausée;
  • réactions allergiques.
Contre-indications
  • altération de la fonction rénale;
  • teneur insuffisante en potassium et magnésium;
  • âge de moins de 3 ans;
  • intolérance individuelle.
  • dysfonctionnement rénal aigu;
  • défaillance du foie;
  • Diabète;
  • grossesse et période d'allaitement;
  • intolérance individuelle.

La pression intracrânienne (les symptômes chez l'adulte peuvent perturber les performances) a un effet très négatif sur l'état du tissu nerveux. Pour éviter les conséquences négatives et éliminer les troubles trophiques déjà survenus, il est recommandé d'utiliser des médicaments à action métabolique, ainsi que des médicaments nootropes.

Afin d'améliorer la microcirculation dans le tissu cérébral, les médicaments suivants sont utilisés:

  • Cavinton (vinpocétine);
  • Trental (pentoxifylline);
  • Curantil.

Lors du choix d'un médicament et d'un schéma thérapeutique, il est nécessaire de prendre en compte la présence ou l'absence de contre-indications chez le patient à l'utilisation de médicaments vasodilatateurs, ainsi que les effets secondaires possibles.

VinpocétinePentoxifyllineCurantil
Effets indésirables
  • hypotension artérielle;
  • rythme cardiaque augmenté;
  • l'apparition d'extrasystoles;
  • ralentissement de la conduction intraventriculaire;
  • maux de tête;
  • vertiges;
  • perturbations de sommeil.
  • vertiges;
  • déficience visuelle;
  • maux de tête;
  • sensation subjective de bouffées de chaleur;
  • violation du rythme cardiaque;
  • réactions allergiques.
  • rougeur de la peau du visage;
  • augmentation de la fréquence cardiaque ou ralentissement de la fréquence cardiaque;
  • abaisser la tension artérielle;
  • nausée, syndrome dyspeptique;
  • diminution de la coagulation sanguine;
  • vertiges;
  • mal de crâne;
  • bruit dans la tête;
  • réactions allergiques;
  • se sentir faible;
  • douleurs articulaires et musculaires.
Contre-indications
  • troubles sévères du rythme cardiaque;
  • cardiopathie ischémique dans des variantes sévères de son évolution;
  • accident vasculaire cérébral hémorragique dans la période aiguë;
  • grossesse;
  • allaitement maternel;
  • tous les cas d'intolérance individuelle ou d'hypersensibilité aux composants du médicament.
  • infarctus aigu du myocarde;
  • saignements intenses;
  • hémorragie cérébrale;
  • grossesse et période d'allaitement;
  • avoir moins de 18 ans;
  • hypersensibilité au médicament.
  • ischémie myocardique aiguë;
  • athérosclérose des artères;
  • Pression artérielle faible;
  • insuffisance cardiaque décompensée;
  • hypertension artérielle sévère;
  • obstruction de l'arbre bronchique;
  • insuffisance rénale et hépatique.
Mode d'applicationDose unique de 5 à 10 mg; fréquence d'admission 2 à 3 fois par jour pendant 1 à 2 mois.400 mg 2 à 3 fois par jour (selon la situation clinique) pendant 1 à 2 mois.75 mg 2-3 fois par jour (l'administration doit être effectuée sous le contrôle des indicateurs de coagulation sanguine)

La pression intracrânienne (les symptômes chez les adultes doivent être différenciés des autres maladies) peut être une manifestation d'autres conditions plus graves. Dans ce cas, la direction principale du traitement est le traitement étiotropique - un ensemble de mesures visant à la cause de la pathologie.

Si un processus bactérien est détecté, une antibiothérapie est prescrite; en cas de lésions virales - thérapie par perfusion massive sous contrôle de la pression intracrânienne et artérielle. Si la cause de la maladie est une violation de la circulation cérébrale, la thérapie vasoactive devient la principale - un moyen visant à prévenir les lésions ischémiques du tissu cérébral.

En cas d'œdème sévère des méninges, les glucocorticostéroïdes sont inclus dans le schéma thérapeutique.

Le traitement médicamenteux de l'hypotension intracrânienne est réduit à l'introduction d'une solution de chlorure de sodium isotonique intraveineuse (de 1000 à 1500 ml) et à l'administration sous-cutanée d'une solution de caféine à 1%. Dans certains cas, il est décidé d'injecter 10 à 120 ml de solution de chlorure de sodium isotonique dans l'espace sous-arachnoïdien..

Régime recommandé

Les schémas thérapeutiques pour l'hypertension intracrânienne sont les plus efficaces dans le contexte d'un régime alimentaire optimal. La quantité de liquide consommée pour un adulte est fixée à moins de 1,5 litre par jour.

Une diminution diagnostiquée de la pression intracrânienne nécessite l'introduction d'une grande quantité de liquide dans l'alimentation - environ 3 litres par jour. Il est recommandé au patient de boire beaucoup de liquides tout au long de la journée..

Physiothérapie

Dans le traitement de l'hypertension intracrânienne, les techniques de physiothérapie suivantes peuvent être efficaces:

  • magnétothérapie pour la zone du col;
  • l'électrophorèse, qui favorise l'introduction de substances médicinales dans le corps;
  • massage léger de la zone du col et de la zone de la colonne cervicale;
  • douche circulaire.

Appliquons la méthode d'acupuncture.

Sports et exercice

La pression intracrânienne est mieux corrigée à l'aide d'une thérapie complexe dans le contexte d'un régime de bien-être. En particulier, la natation et, en l'absence de contre-indications, une simple série d'exercices de gymnastique contribuent au renforcement général du corps et à une augmentation de sa résistance aux facteurs de provocation..

Intervention opératoire

Une intervention chirurgicale pour l'hypertension intracrânienne est nécessaire lorsqu'une augmentation de la pression intracrânienne est le symptôme d'un processus volumétrique localisé dans le crâne:

  • avec des tumeurs du cerveau et de ses membranes;
  • avec un hématome étendu (par exemple, en raison de la rupture d'un anévrisme vasculaire);
  • pour éliminer un corps étranger.

Dans l'hypertension intracrânienne idiopathique, une dérivation ou une décompression des gaines du nerf optique est effectuée. Un tel traitement conduit à une stabilisation des fonctions visuelles, cependant, il présente une fréquence assez élevée de complications postopératoires sous forme d'infection et de lésions cérébrales focales..

Remèdes populaires

Les remèdes recommandés par la médecine traditionnelle sont principalement applicables à l'hypertension intracrânienne idiopathique et ont un caractère auxiliaire..

Un exemple d'un tel remède est la recette suivante:

  1. Mélanger des proportions égales de feuilles de fil et d'ortie.
  2. 3 cuillères à soupe de la matière première médicinale obtenue pendant 10 minutes bouillir dans 1 litre d'eau.
  3. Refroidir le bouillon résultant.

Prendre 50 ml avant les repas.

Il y a des indications sur l'efficacité d'une recette plus simple: versez 3 cuillères à soupe de feuille de plantain hachée sèche avec de l'eau bouillante dans un volume de 500 ml et laissez reposer pendant une demi-heure. Une seule dose de décoction est de 50 ml; fréquence d'admission - 3 fois par jour. Vous pouvez préparer un remède populaire sous la forme d'une teinture.

Pour cela, vous aurez besoin de:

  • racine de valériane;
  • feuilles d'agripaume;
  • aubépine;
  • les verts d'eucalyptus;
  • verts à la menthe poivrée.

Les composants spécifiés doivent être mélangés dans des proportions égales et une cuillère à soupe pleine des matières premières médicinales à base de plantes obtenues doit être versée avec de la vodka ou de l'alcool dans un volume de 500 ml. Le produit doit être infusé à température ambiante dans l'obscurité totale pendant 7 jours. Après cette période, prenez 1 ml 3 fois par jour. Le cours de la prise d'une telle teinture est de 1 mois..

Jus de citron et miel. Pour préparer un remède populaire, vous aurez besoin du jus d'un citron, d'un demi-verre d'eau et de 2 cuillères à soupe de miel. Mélangez tous les composants et buvez. La durée du traitement est de 20 jours.

Complications

Les symptômes de l'hypertension intracrânienne chez les adultes, en raison du manque de mesures en temps opportun, des progrès, le tableau clinique devient plus lumineux:

  • les vomissements deviennent plus fréquents, conduisant à une déshydratation, accompagnée d'un hoquet constant;
  • les troubles de la conscience se développent sous forme d'étourdissement, qui peut évoluer vers le coma;
  • un syndrome convulsif apparaît - commençant par des crises convulsives uniques, se terminant par un état de mal épileptique;
  • avec l'hypertension intracrânienne à long terme, les os de la voûte crânienne s'amincissent progressivement.
  • En l'absence de traitement rapide ou d'un déroulement incomplet des procédures, la pression intracrânienne, en progression, peut entraîner des complications très graves:
  • violation aiguë de la circulation cérébrale;
  • dysfonctionnements progressifs du cervelet, exprimés dans le trouble de la coordination des mouvements;
  • la compression des structures du tronc cérébral est lourde de troubles du rythme cardiaque;
  • parésie;
  • troubles de la parole;
  • les troubles mentaux;
  • troubles de la conscience jusqu'à la perte complète;
  • syndrome convulsif, épilepsie.

Un certain nombre de maladies qui compliquent l'hypertension intracrânienne chez l'adulte peuvent être mortelles. Des cas d'hypertension intracrânienne bénigne sont connus. Ce type de pathologie se caractérise par une régression spontanée, sans aucune mesure thérapeutique..

Cette forme de maladie est la plus courante chez les jeunes femmes en surpoids. Les complications les plus graves de l'hypotension intracrânienne sont la méningite et la méningo-encéphalite - maladies inflammatoires du cerveau et des membranes latérales résultant de la pénétration de l'infection dans la cavité crânienne.

Cela devient possible en présence d'un défaut de la dure-mère.

Le moyen le plus efficace de traiter les symptômes de la pression intracrânienne chez les adultes est un schéma de traitement complexe qui affecte à la fois la cause de la maladie à l'origine de la pathologie et l'élimination des symptômes de la maladie..

Auteur: Mayorova Ekaterina Sergeevna

Vidéos utiles sur la pression intracrânienne élevée ou basse

Dr Myasnikov sur la pression intracrânienne:

Causes, symptômes et traitement de la pression intracrânienne:

Les principaux dangers d'une augmentation de la pression intracrânienne

Chaque personne a une pression intracrânienne. C'est l'état normal du corps. Selon certaines circonstances, il peut monter ou descendre. Cependant, tout le monde ne comprend pas bien à quel point la pression intracrânienne est dangereuse. S'il est trop élevé, il est lourd de conséquences négatives..

Danger de haute pression

Il est nécessaire de comprendre ce qui se passe à l'intérieur du crâne lorsque la pression augmente. Le cerveau est entouré d'un réseau vasculaire et de liquide céphalo-rachidien (liquide céphalo-rachidien). La pression augmente lorsque l'écoulement normal de cette substance est perturbé.

Le processus de montée en pression peut être progressif ou brutal. Avec une augmentation progressive, l'adaptation a lieu à l'intérieur du cerveau. Il est extrêmement important de résoudre le problème le plus rapidement possible, car la maladie peut devenir chronique et les conséquences seront tristes en raison du risque d'accident vasculaire cérébral..

L'augmentation de la pression intracrânienne entraîne une altération de la circulation cérébrale et une activité cérébrale normale.

Une personne remarque à quel point la mémoire et la réaction se détériorent. Les maux de tête constants peuvent être insupportables. Si rien n'est fait, cela peut même développer un trouble mental..

Augmentation de la pression artérielle chez les nouveau-nés

Une augmentation de la pression intracrânienne est souvent observée chez les nouveau-nés. Bien qu'il s'agisse d'un symptôme grave, il ne représente pas nécessairement une menace importante. Si l'écart par rapport à la norme est insignifiant, il est possible que bientôt les indicateurs reviennent à la normale..

Les parents peuvent apporter une aide précieuse à cet égard. Si vous créez des conditions appropriées pour le corps de l'enfant, en l'absence de pathologies graves, sa pression reviendra rapidement à la normale. Il est important d'être avec lui au grand air tous les jours, de surveiller sa nutrition et d'effectuer un massage spécial.

Si des mesures simples ne fonctionnent pas et que la pression intracrânienne reste au-dessus de la normale pendant une longue période, des mesures doivent être prises. Le spécialiste prescrira un ensemble de mesures de diagnostic qui aideront à établir avec précision la cause de l'écart par rapport à la norme.

Des soins d'urgence peuvent être nécessaires pour les adultes et les nourrissons si la pression intracrânienne augmente très rapidement. Avec un saut brutal, le risque de décès augmente considérablement.

Complications de la pression intracrânienne

Si vous ne prêtez pas suffisamment attention au problème existant et ne commencez pas un traitement adéquat, des complications graves peuvent survenir. Une pression intracrânienne élevée entraîne souvent une mort prématurée ou des pathologies graves entraînant un handicap.

Si la pression intracrânienne n'est pas traitée, les conséquences suivantes peuvent apparaître:

  • perte complète de la vision;
  • problèmes mentaux;
  • dysfonctionnement respiratoire;
  • faiblesse des membres;
  • confusion de conscience;
  • cervelet pincé.

Souvent, une pression intracrânienne accrue entraîne le développement de problèmes dans la sphère cardiovasculaire. Certaines personnes souffrant de ce problème ont même des crises d'épilepsie..

Les complications qui peuvent provoquer la mort d'un patient sont les suivantes:

  • coma;
  • AVC ischémique;
  • AVC hémorragique.

La mort survient généralement lorsque l'un des symptômes ci-dessus se produit.

Types de complications

Il existe des complications intracrâniennes otogéniques et rhinogènes. Ils surviennent généralement avec une pression intracrânienne élevée causée par une blessure. De plus, n'oubliez pas les complications orbitales..

Les complications intracrâniennes otogéniques sont beaucoup plus fréquentes que rhinogènes et constituent l'essentiel des anomalies intracrâniennes..

Les complications rhinogènes intracrâniennes sont les suivantes:

  • température corporelle élevée;
  • la faiblesse;
  • décalage de la formule leucocytaire vers la gauche;
  • accélération de la sédimentation érythrocytaire;
  • frissons;
  • pâleur de la peau;
  • mal de crâne;
  • rythme cardiaque lent.

Les complications intracrâniennes otogéniques sont celles qui surviennent en raison de la pénétration de toute infection dans la cavité crânienne. La maladie la plus courante est la méningite purulente. Le patient peut mourir s'il n'est pas traité.

Un traumatisme intracrânien conduit rarement au développement de complications rhinogéniques. De tels problèmes se développent généralement après une intervention chirurgicale sur les sinus paranasaux, en raison d'une sinusite chronique et d'une furonculose antérieure.

Causes de la maladie

Parfois, pour éviter certains problèmes, il vaut la peine de savoir ce qui les cause. Si certaines maladies sont correctement traitées en temps opportun, vous ne pouvez jamais faire face à une augmentation de la pression intracrânienne.

Une augmentation de la pression du liquide céphalo-rachidien peut commencer en raison de ces maladies et pathologies:

  • anévrisme rompu;
  • hémorragie sous-arachnoïdienne;
  • tumeurs dans le cerveau;
  • diverses blessures à la tête;
  • hémorragie dans les ventricules du cerveau;
  • hématome sous-dural;
  • encéphalite;
  • hydrocéphalie;
  • hémorragie intracérébrale hypertensive.

Malheureusement, un traitement souvent compétent commence très tard, car de nombreuses personnes ne prennent pas au sérieux les symptômes d'une pression accrue à l'intérieur du crâne..

Les symptômes de la maladie

Ayant remarqué plusieurs des facteurs suivants, il est important de consulter au plus vite un spécialiste pour obtenir des conseils:

  • maux de tête fréquents, dont l'intensité augmente au cours des heures du matin;
  • fatigue accrue lorsque les charges habituelles deviennent insupportables;
  • incontinence ou difficulté à évacuer les selles et l'urine;
  • nausée et vomissements;
  • transpiration abondante;
  • étourdissements persistants;
  • fortes chutes de pression artérielle;
  • déficience de mémoire;
  • perte de coordination normale des mouvements;
  • vision trouble, perte de clarté, vision double.

Étant donné que les jeunes enfants, en règle générale, ne peuvent pas expliquer clairement ce qui les inquiète, il est important de surveiller attentivement l'état de leur enfant. Si l'enfant est agité, ne dort pas bien la nuit, est capricieux, il est possible que quelque chose lui fasse mal. Il est important d'examiner attentivement les fontanelles. S'ils pulsent ou gonflent sensiblement, le problème est probablement une pression intracrânienne élevée..

Chez les enfants atteints de cette maladie, les symptômes suivants peuvent apparaître:

  • le bébé roule des yeux;
  • se comporte soit trop lentement, soit trop irritable;
  • refuse la nourriture ou vomit;
  • des convulsions apparaissent.

Si plusieurs symptômes sont présents, il est préférable d'appeler la salle d'urgence. Avec une forte augmentation de la pression intracrânienne, un coma et même une mort instantanée peuvent survenir..

Mesures diagnostiques

Avant de prescrire un traitement, le médecin examinera le patient et, si nécessaire, émettra une référence pour certaines procédures. Comme le montre la monographie médicale, la méthode directe de détermination de la pression intracrânienne est rarement utilisée. Elle n'est pertinente que dans les cas où d'autres méthodes plus douces ont échoué..

Un diagnostic par ultrasons du cerveau est effectué. Les adultes peuvent avoir besoin d'une imagerie par résonance magnétique, ainsi que de scans EEG et CT. L'examen du fond de l'œil évaluera l'état des veines de la rétine. S'ils sont dilatés, cela peut indiquer une augmentation de la pression intracrânienne..

La méthode directe pour déterminer la pression intracrânienne est très difficile. Pour le déterminer, le chirurgien effectue une ponction du liquide céphalo-rachidien et des ventricules du cerveau. Comme cela est associé à des coûts matériels et moraux inutiles, cette méthode est utilisée dans des cas exceptionnels..

Méthodes de traitement de base

Il est catégoriquement contre-indiqué de traiter la pression intracrânienne sans l'aide d'un spécialiste hautement qualifié. L'automédication peut avoir les conséquences les plus tragiques. Bien que la maladie puisse être éliminée à n'importe quel stade à l'aide des dernières techniques chirurgicales, il est préférable de ne pas porter l'affaire à une intervention chirurgicale.

Les bons médecins ont une expérience suffisante et leurs propres graphiques et tableaux avec des recommandations pour faire face à une pression intracrânienne élevée. Dans la plupart des cas, les médicaments suivants peuvent être prescrits:

  • les diurétiques;
  • agents neuroprotecteurs;
  • les hormones.

L'alimentation joue un rôle important dans la restauration de l'état du patient. Il est important de réduire la quantité de sel et d'aliments qui bloquent l'écoulement des liquides du corps. La thérapie manuelle est appliquée.

Il est inutile d'essayer d'éliminer les symptômes apparus sans lutter contre la cause profonde de la maladie..

Cela ne peut donner qu'un résultat temporaire, et la vie et la santé humaines continueront d'être menacées. Si le traitement médical n'a donné aucun résultat, une intervention chirurgicale est nécessaire. L'effet de la prise de médicaments ne peut être qu'à un stade précoce de la maladie..

Si des symptômes d'augmentation de la pression intracrânienne apparaissent, il est important de consulter immédiatement un médecin. Seul le stade initial de la maladie est éliminé à l'aide de médicaments. Très souvent, il faut recourir à des méthodes chirurgicales, qui sont associées à des risques élevés et entraînent de graves conséquences. L'utilisation de méthodes de traitement avec des recettes folkloriques est autorisée, mais uniquement en tant que thérapie supplémentaire.

Augmentation de la pression intracrânienne

informations générales

L'augmentation de la pression intracrânienne est une condition dans laquelle les indicateurs de la pression intracrânienne sont augmentés à 20-25 mm Hg. Art. et plus encore dans la cavité sinusale de la structure de la dure-mère du cerveau, des ventricules, de l'espace épidural, sous-arachnoïdien et en général - du crâne. D'une autre manière, on l'appelle aussi hypertension intracrânienne..

La pathologie provoque un syndrome intracrânien avec un certain nombre de manifestations cliniques - maux de tête croissants, nausées, vomissements, opacification de la conscience, etc..

Pathogénèse

Normalement, les indicateurs de pression intracrânienne ne doivent pas dépasser 7-15 mm Hg. Art. allongé. Ils sont fournis:

  • un squelette rigide du crâne et de la dure-mère, qui donne la constance du volume dans son ensemble et la somme des volumes d'éléments et de structures pris séparément;
  • processus complexes de régulation physiologique - pression de perfusion cérébrale, tonus vasculaire cérébral, circulation sanguine volumétrique dans le cerveau, production et résorption du liquide céphalo-rachidien, perméabilité de la barrière hémato-encéphalique et stase colloïdale osmotique du liquide cérébral.

Lorsque l'un des facteurs énumérés, la luxation du cerveau, change ou est perturbé, une activation automatique d'une réaction compensatoire doit avoir lieu, qui vise à déplacer l'artère veineuse et le sang des sinus et, en conséquence, les artères, en réduisant le volume de liquide céphalo-rachidien en le déplaçant des ventricules et en réduisant le volume du cerveau en réduisant la quantité fluide intercellulaire.

Par exemple, en raison d'une augmentation de la pression artérielle, les vaisseaux du cerveau se rétrécissent rapidement, ce qui entraîne des changements importants dans le flux sanguin dans le cerveau et la pression intracrânienne..

Le mécanisme de l'hypertension intracrânienne est le plus souvent basé sur une augmentation du volume du contenu intracrânien (en raison d'une altération de l'écoulement ou d'une hyperproduction), y compris le liquide céphalo-rachidien (LCR), le liquide tissulaire (avec œdème cérébral), le sang (peut être causé par une congestion veineuse), ainsi que l'apparition de tissus étrangers, par exemple, avec des processus oncologiques de développement de tumeurs. Ces derniers ont non seulement un effet direct de la masse, mais également un blocage direct de l'écoulement du CSF. De plus, les changements pathologiques dans le cerveau qui augmentent la pression sont le résultat de processus tels que:

  • transsudation causée par les cytokines (œdème vasogénique);
  • dommages cytotoxiques, entraînant la mort cellulaire et la nécrose (augmentation de la pression interstitielle);
  • processus réparateurs et inflammatoires initiés par les cellules de l'infiltrat inflammatoire dans le liquide céphalo-rachidien dans la méningite, la ventriculite, etc.
  • obturation associée à des malformations congénitales, une croissance excessive du tissu dural, une altération de l'écoulement veineux, la formation d'une masse parenchymateuse ou intraventriculaire de kystes ou de néoplasmes;
  • une augmentation du volume intravasculaire;
  • hypoxémie;
  • changements de la pression partielle de dioxyde de carbone (hypercapnie ou hypocapnie);
  • l'action des toxines métaboliques intermédiaires métaboliques, y compris les excitotoxines neurales;
  • épuisement des substrats énergétiques, par exemple avec blocage des gros vaisseaux, contusion ou lésion axonale diffuse, anoxie causée par un arrêt cardiaque, encéphalopathie hypertensive, infection à encéphalite, empoisonnement métabolique.

Classification

En fonction de la cause, du mécanisme de développement de l'hypertension intracrânienne et des conséquences, il existe des signes bénins (aucun signe de lésion organique du système nerveux central et de l'hydrocéphalie), une augmentation de la pression idiopathique à l'intérieur du crâne et une pseudotumeur du cerveau.

Les raisons

Un certain nombre de raisons et de facteurs différents peuvent provoquer une augmentation de la pression intracrânienne, notamment:

  • tout type de lésion cérébrale traumatique;
  • oncologie;
  • hémorragie intracrânienne et abcès;
  • hydrocéphalie;
  • processus cytotoxiques qui provoquent un gonflement du cerveau en cas de saturnisme, une insuffisance hépatique dans le contexte du syndrome de Reye, une acidocétose diabétique;
  • encéphaloméningite autres encéphalopathies.

Symptômes d'une pression intracrânienne élevée

Le syndrome hypertensif clinique peut différer selon la localisation et la prévalence des processus pathologiques et dépend également de la vitesse de leur développement. Les symptômes classiques de l'augmentation de la pression intracrânienne comprennent:

  • maux de tête fréquents avec une gravité croissante, peuvent être compliqués par la toux, une envie douloureuse d'uriner et de déféquer, ressemblant à l'action de la manœuvre de Valsalva;
  • interruptions de sommeil dues à des maux de tête, positionnement forcé de la tête;
  • la nausée;
  • vomissements répétés;
  • troubles de la conscience;
  • brouillard devant les yeux, probablement dû à une congestion veineuse ou à un gonflement du disque optique;
  • assourdissant;
  • diminution des performances mentales;
  • violation de la fonction respiratoire;
  • bradycardie et augmentation de la pression artérielle;
  • crises convulsives.

Une hypertension intracrânienne prolongée peut provoquer une déficience visuelle, ainsi que d'autres signes:

  • perte d'appétit;
  • somnolence constante;
  • difficulté à se réveiller le matin;
  • violation de la concentration;
  • réaction positive au réflexe pathologique de Babinsky.

Symptômes d'augmentation de la pression intracrânienne chez les nourrissons

Les premiers signes chez un bébé sont une grande circonférence de la tête, une saillie de la fontanelle, des réflexes et une tonicité accrus, l'enfant ne peut pas lever les yeux. Dans l'hydrocéphalie chronique, des manifestations de membres inférieurs spastiques peuvent être observées et, à l'avenir, des problèmes d'incontinence et d'apprentissage se développent.

Contrairement aux adultes chez les enfants, à l'avenir, la pathologie provoque une triade de manifestations cliniques: maux de tête paroxystiques (débuts à 5-7 ans), troubles oculomoteurs et déficience visuelle (le plus souvent, il s'agit d'un strabisme paralytique convergent, nystagmus).

Analyses et diagnostics

Il existe plusieurs façons de mesurer la pression intracrânienne. La méthode la plus courante est indirecte - en établissant une pression dans la cavité de l'espace sous-arachnoïdien rachidien dans la région de la ceinture à la suite d'une ponction vertébrale. Cependant, cette technique n'est pas fiable dans les cas, par exemple, de néoplasmes dans le cerveau - lorsque la connexion entre les espaces intracrânien et rachidien est rompue. Les cliniques spécialisées peuvent effectuer des mesures de pression invasives dans les structures cérébrales à l'aide de capteurs spécialisés.

La méthode la plus sûre est l'échographie, l'imagerie par résonance magnétique ou la tomodensitométrie. Examens neurologiques et physiques, CT, EEG, angiographie, détection d'une infection méningée, ainsi que des signes objectifs tels que:

  • œdème du disque optique;
  • écarts par rapport à la norme des tests d'électrolytes, des tests toxicologiques, des tests de liquide céphalo-rachidien, des tests de la fonction hépatique, des tests du fonctionnement du système excréteur;
  • augmentation de la pression osmotique des extrémités et dans le liquide céphalo-rachidien;
  • changements typiques détectables par radiographie dans les os du crâne.

Si un cancer est suspecté, une biopsie peut être recommandée.

Traitement

La tactique de traitement de l'hypertension intracrânienne est choisie individuellement et avec prudence. Le facteur sous-jacent est la cause du développement de la pathologie.

Les premières mesures sont l'utilisation de diurétiques osmotiques, une solution hypertonique de NaCl. Les adjuvants de première ligne sont le pentobarbital et le midazol. L'utilisation de diurétiques risque d'augmenter la tache aveugle et de développer la cécité en raison de la pression exercée sur les structures de la tête du nerf optique. Par conséquent, les médecins surveillent en permanence les champs visuels et, si le traitement échoue, effectuent immédiatement une intervention chirurgicale pour placer un shunt lombaire ou péritonéal, et utilisent également l'utilisation intraveineuse de solutions hypotoniques..

Si d'autres causes d'hypertension intracrânienne sont identifiées, les tactiques de traitement suivantes sont utilisées:

  • avec oncologie et œdème vasogénétique, il est conseillé d'utiliser des minéralocorticoïdes;
  • si une infection, des lésions focales, des abcès, une encéphalite sont suspectés, des médicaments antiviraux et antibiotiques peuvent être prescrits.