Principal > Complications

Que ressent une personne dans le coma?

Les personnes en état végétatif ne dorment pas, mais ne répondent pas aux stimuli externes. Les yeux d'une personne sont ouverts, il peut sourire, serrer la main, pleurer ou gémir, mais ne répond en aucune façon à un applaudissement. Le patient est également incapable de voir même les grands objets et de comprendre la parole, et ses mouvements sont réflexes. Tout ce qui arrive à une personne dans le coma n'est pas conscient.

Vivre dans le coma

L'état d'absence prolongée de conscience s'accompagne de la disparition ou d'un affaiblissement brutal de la réaction aux stimuli externes, de l'extinction des réflexes, d'une violation de la fréquence et de la profondeur de la respiration et d'un changement du tonus vasculaire. De plus, l'impulsion devient plus fréquente ou très lente, la régulation de la température est perturbée.

Le coma se développe lorsque le cerveau est endommagé, ce qui provoque des troubles circulatoires aigus. En conséquence, une inhibition profonde se produit dans le cortex - elle se propage aux parties sous-corticales du système nerveux central de la victime.

Les causes du coma:

  • blessure à la tête - conduit à un œdème cérébral ou à une hémorragie;
  • la privation d'oxygène (hypoxie) - causée par la noyade, la suffocation et l'arrêt cardiaque;
  • accident vasculaire cérébral - conduit à l'arrêt de l'apport sanguin au tronc cérébral ou à un œdème;
  • un changement brusque de la glycémie chez les patients diabétiques;
  • une lésion infectieuse du système nerveux central - méningite ou encéphalite;
  • empoisonnement du corps par des produits de décomposition - se produit lorsque les systèmes ou organes d'excrétion échouent à la suite d'un empoisonnement ou d'une maladie;
  • crises d'épilepsie - si répétées après une courte période de temps.

Il existe également un coma médical artificiel. Il est induit par les médecins pour protéger le corps contre les troubles qui affectent négativement l'activité du cortex cérébral - hémorragies avec œdème supplémentaire. Le coma artificiel est également utilisé comme alternative à l'anesthésie lors d'opérations neurochirurgicales ou lors du retrait de l'état de mal épileptique.

Le coma peut se développer progressivement ou survenir soudainement. La période pour entrer dans cet état varie de quelques minutes à plusieurs jours..

Gradation de profondeur du coma:

  • Precoma - léthargie sévère ou agitation psychomotrice. Les réflexes sont préservés, mais la coordination des mouvements et le processus de pensée sont altérés.
  • 1 degré - le sommeil ou la stupeur est présent, les réactions aux stimuli externes sont inhibées, mais le patient peut prendre de la nourriture liquide et effectuer des mouvements simples.
  • Grade 2 - sommeil profond, absence totale de contact, formes pathologiques de la respiration, mouvements chaotiques rares, affaiblissement de la réaction des pupilles à la lumière, contractions spastiques et fibrillation musculaire.
  • Grade 3 (atonique) - manque de conscience et réaction à la douleur, dépression, perte de réflexes, respiration arythmique. Des crampes sont possibles, la pression artérielle et la température corporelle diminuent.
  • 4 degrés (transcendantal) - absence complète de réflexes, atonie musculaire, forte diminution de la pression et de la température. La moelle allongée ne fonctionne pas, la respiration spontanée s'arrête. L'état du patient est maintenu à l'aide d'un dispositif de ventilation mécanique (IVL) et d'une nutrition parentérale (injection).

Le plus souvent, la mort survient dans un coma scandaleux. Mais si le patient parvient à sortir de cet état dans un délai d'une demi-heure et que dans le futur il y a une tendance positive, alors une restauration complète ou partielle des fonctions cérébrales est possible..

Sensations du patient

Un patient en état végétatif est tout à fait capable de percevoir des stimuli externes. Ce que ressent une personne est connu des histoires de ceux qui sont sortis du coma. Ils affirment que les sensations s'apparentaient au sommeil. Il n'y a pas de souvenirs même de situations extrêmes - crises cardiaques et autres troubles critiques dans le corps. Beaucoup de gens disent que lorsqu'ils sont dans le coma, ils voient un certain tuyau avec une lumière à son extrémité. Mais le témoignage des patients est assez différent..

Habituellement, une personne n'a aucune idée de ce qui lui est arrivé, où et pourquoi il se trouve. Après un coma, le patient aura de nombreuses révélations: des informations sur la date actuelle et une description de l'évolution de la maladie.

C'est une idée fausse courante qu'une personne dans le coma entend ou ressent ce qui se passe autour. Bien que l'on suppose qu'il ressent inconsciemment certaines choses.

Ainsi, le ministère britannique de la Santé recommande:

  • Lorsque vous visitez un patient, présentez-vous à lui, rapportez des nouvelles positives.
  • Dites comment la journée s'est passée, comme si le patient perçoit des informations.
  • Gardez à l'esprit que tout ce qui est dit peut être entendu par une personne qui est dans le coma.
  • Exprimez votre soutien au patient, asseyez-vous simplement à côté de lui et tenez-lui la main.
  • Vous permettre d'écouter votre musique préférée sur des écouteurs.

Pour retirer un patient d'un état végétatif, les médecins peuvent avoir besoin de nombreuses tentatives, et le processus lui-même prend un temps indéfini.

La période de rééducation après la sortie d'un coma doit être effectuée sous la surveillance de médecins, sinon elle peut être retardée ou acquérir une dynamique négative. Il est recommandé d'utiliser le cours de rééducation d'un centre spécialisé.

Comment est la nutrition

Le patient reçoit de la nourriture par voie entérale (par le tractus gastro-intestinal) ou par voie parentérale (intraveineuse), une nutrition combinée est également organisée.

Lors de l'utilisation de la sonde, des produits liquides et semi-liquides (consistance crème) sont livrés. Ils vont directement à l'estomac. Les plats denses sont broyés et dilués en tenant compte de la nature du mélange - pour cela, de l'eau bouillie, du thé, du bouillon, des décoctions de légumes, du lait, des jus de fruits et d'autres composants sont utilisés.

La nutrition parentérale prévoit l'administration intraveineuse de médicaments azotés, de substances énergétiques et de solutions salines en quantités nécessaires pour maintenir la force d'une personne dans le coma. Tout d'abord, un programme de perfusion quotidien est développé, qui spécifie la méthode et la séquence d'administration du médicament, ainsi que les volumes de solutions, le débit de perfusion et les additions médicamenteuses nécessaires. Pour surveiller l'état du patient, des tests de laboratoire de contrôle sont régulièrement effectués.

Comment déterminer si un patient est décédé

L'état du patient est surveillé à l'aide de tests de laboratoire: tests sanguins, coagulabilité, détermination de la teneur en électrolytes, substances toxiques dans le sérum et l'urine, état du liquide céphalo-rachidien.

La cause de la pathologie cérébrale est établie cliniquement par une anamnèse minutieuse et un examen physique. Des études d'imagerie diagnostique utilisant la tomodensitométrie ou l'imagerie par résonance magnétique sont effectuées pour prouver que les lésions cérébrales sont irréversibles. Dans certains cas, une angiographie cérébrale est utilisée.

La mort est caractérisée par l'absence de tout signe visible d'activité cérébrale. Un résultat mortel est enregistré si le patient ne répond pas aux stimuli externes (y compris douloureux) et ne montre aucun signe d'activité de la tige. Le blocage neuromusculaire pharmacologique doit être exclu - pour cela, des données d'anamnèse ou de stimulation des nerfs périphériques sont utilisées.

Il existe deux types de tests qui confirment la mort cérébrale: la disparition de l'activité bioélectrique (enregistrée par électroencéphalographie, potentiels évoqués sensoriels, réponse du tronc cérébral évoquée auditive) et l'arrêt du flux sanguin, qui est déterminé par angiographie pancérébrale, scintigraphie, Doppler transcrânien.

Même avec un soutien cardiovasculaire intensif, la plupart des patients meurent dans les deux jours suivant la mort cérébrale.

Coma artificiel - à quoi sert-il et comment est-il introduit dans un coma médicamenteux?

En médecine, le terme «coma artificiel» désigne un état inconscient dans lequel une personne est délibérément introduite. Les médecins peuvent réguler indépendamment la durée d'un tel coma. L'introduction d'un tel état permet d'éviter des changements irréversibles qui menacent la vie du patient..

Que signifie le coma artificiel??

Le coma artificiel ou médicamenteux est l'état inconscient d'une personne, accompagné d'une inhibition profonde du travail du sous-cortex du cerveau. Pendant un certain temps, les médecins excluent complètement l'activité réflexe. En conséquence, le corps ne réagit en aucune manière aux stimuli externes: les personnes dans cet état n'ont pas peur de la douleur. Les médicaments utilisés pendant la procédure ralentissent les processus respiratoires, le cœur commence à battre plus lentement. Il y a une diminution de la température corporelle, une relaxation musculaire complète.

Après l'introduction d'une personne dans un coma artificiel, les médecins sont obligés d'exercer un contrôle complet sur le travail de son corps. Le patient est connecté à un ventilateur pour normaliser l'activité respiratoire et la circulation sanguine. Le corps humain est vulnérable en ce moment - une erreur de spécialistes peut entraîner la mort d'un patient. Cela soulève des inquiétudes parmi les proches du patient, qui ne comprennent pas toujours pourquoi un coma artificiel est pratiqué, à quoi il sert..

Coma artificiel - pourquoi est-il injecté?

Voyons pourquoi ils sont injectés dans un coma artificiel, quels buts les médecins poursuivent. Cette condition humaine est requise s'il n'y a aucun moyen d'éviter des changements irréversibles pouvant entraîner la mort. Le coma artificiel est souvent considéré comme la seule option pour sauver la vie du patient..

Une diminution de l'apport sanguin cérébral entraîne une diminution de l'activité des processus métaboliques. En conséquence, les médecins parviennent à réduire la probabilité de lésions nécrotiques dans le cerveau. Par exemple, le coma artificiel utilisé pour la pneumonie sévère aide à réduire le taux de changements dégénératifs dans les tissus..

Dans quels cas est injecté dans un coma artificiel?

L'introduction du corps dans un état similaire est activement utilisée dans le traitement des conséquences des lésions cérébrales. Le coma artificiel après un AVC réduit le risque d'augmentation des lésions vasculaires. Il est également utilisé dans les cas suivants:

  1. Afin de réduire l'œdème cérébral en cas de traumatisme.
  2. Pour réduire les dommages causés par une crise prolongée.
  3. S'il est nécessaire de restaurer les cellules du système nerveux en cas d'empoisonnement grave, de lésions des vaisseaux du cerveau.

Comment entrer dans un coma artificiel?

L'introduction au coma artificiel est réalisée uniquement en milieu hospitalier (unité de soins intensifs ou unité de soins intensifs). Pour cela, le patient reçoit une injection de médicaments spéciaux. En conséquence, le corps plonge dans un sommeil profond: il y a blocage complet de la sensibilité, perte de conscience, arrêt de certains centres.

Les médicaments sont administrés par voie intraveineuse, de sorte que le coma survient rapidement. Après l'injection, le patient est connecté à un ventilateur. Des électrodes sont placées à la surface de la poitrine pour surveiller l'activité cardiovasculaire. Si nécessaire, le patient est connecté à l'électroencéphalographe.

Coma médicamenteux - médicaments

Comme mentionné ci-dessus, le patient est injecté dans un coma artificiel à l'aide de médicaments. Le médicament et sa posologie sont déterminés en fonction du but de la procédure, en tenant compte de l'état du patient et de la durée requise du coma artificiel. Parmi les groupes de médicaments utilisés:

  1. Propofol. Utilisé pour une administration à court terme dans le coma. Souvent, l'agent est utilisé comme anesthésie intraveineuse. Le médicament a un effet protecteur sur le cerveau, il peut donc être utilisé pour prévenir les lésions vasculaires. Il est difficile de maintenir la concentration nécessaire du produit pendant longtemps, il n'est donc pas utilisé plus de quelques heures.
  2. Benzodiazépines. Ils appartiennent à des tranquillisants, qui sont utilisés comme anticonvulsivants, des médicaments pour le traitement des troubles du sommeil. Lors de leur utilisation, la durée du coma ne peut excéder 72 heures..
  3. Barbituriques. Dans la plupart des cas, ces médicaments sont administrés aux patients à qui on prescrit un coma artificiel. Ils soulagent le gonflement des structures cérébrales, ont un bon effet protecteur.
  4. Opiacés. Pratiquement pas utilisé pour le traitement. Ils appartiennent au groupe des analgésiques narcotiques. Le coma de ces médicaments peut devenir un effet secondaire lorsque le médicament est utilisé comme analgésique..

Que ressent une personne dans un coma lié à la drogue??

Un coma artificiel ne diffère d'un état pathologique ordinaire qu'en ce qu'il est causé délibérément, à l'aide de médicaments. Sinon, cela ne diffère pas d'une condition causée par une violation de l'activité cérébrale. Dans le coma, l'activité respiratoire et musculaire du patient est complètement supprimée, les centres d'innervation ne fonctionnent pas. Le patient s'immobilise temporairement, ne ressent rien, est dans un état similaire à un sommeil profond. Dans le même temps, l'activité cérébrale est préservée et, après être sortis du coma, les patients se souviennent de ce qui leur est arrivé dans le passé..

Combien de temps une personne peut-elle rester dans un coma artificiel?

Les parents et amis du patient à qui on montre un coma artificiel, combien de temps ils peuvent y tenir et de quoi il est chargé sont les questions les plus courantes. Les médecins ne peuvent pas toujours leur donner une réponse précise. Chaque cas est unique et nécessite une approche individuelle, un diagnostic correct de l'état du patient. En fonction de la gravité des raisons pour lesquelles il a fallu entrer artificiellement dans le coma, la durée de cette affection peut varier de plusieurs heures à plusieurs semaines..

Les médecins comprennent que le risque de complications d'une telle manipulation est directement proportionnel à sa durée: plus la période d'être dans un coma artificiel est longue, plus la probabilité de complications est grande. Après la procédure, des symptômes de troubles du système cardiovasculaire et du système nerveux central peuvent être présents pendant une longue période. La période de récupération est longue.

Comment sortir d'un coma médicamenteux?

Parlant de la façon de sortir un patient d'un coma artificiel, les médecins attirent l'attention sur le fait que ce processus n'est pas en une seule étape et nécessite une préparation préalable:

  1. Tout d'abord, le patient est déconnecté du ventilateur, entraînant sa propre respiration.
  2. À partir de quelques secondes, les médecins augmentent progressivement la durée de la période de respiration sans appareil..
  3. En fonction de la durée du coma, le patient doit réapprendre à marcher, effectuer des manipulations légères pour les soins et les soins personnels. La période de rééducation peut durer plusieurs mois.

Comment sortir d'un coma médicamenteux?

La sortie d'un coma artificiel se produit progressivement. Les patients sortent de différentes manières d'un état tel qu'un coma médicamenteux: la durée de la sortie peut être de plusieurs heures:

  1. Les réflexes et les fonctions du système nerveux autonome reprennent en premier..
  2. La conscience revient également progressivement, épisodiquement. Dans ce cas, des cas de mouvements chaotiques, de délire, de confusion sont possibles..
  3. Certains patients développent des crises rares.

Dans la plupart des cas, les patients ne se souviennent de rien du temps passé dans le coma. Les mesures de réhabilitation sont réalisées par plusieurs spécialistes à la fois:

  • physiothérapeute;
  • neurologue;
  • masseur;
  • psychologue;
  • orthophoniste.

Coma artificiel - prédictions

Les médecins reconnaissent que le coma artificiel est une thérapie risquée. À la fin du traitement, une personne sera confrontée à un processus de rééducation long et difficile. La plupart des patients parviennent à reprendre leur vie normale en un an. De plus, plus la durée de la période de coma est courte, plus les chances de guérison rapide sont grandes..

Coma médicamenteux - conséquences

Les spécialistes en neurochirurgie sont convaincus que les conséquences d'un coma artificiel dépendent directement de la cause qui est devenue une indication pour entrer une personne dans cet état. Parmi les conséquences négatives possibles de l'utilisation de cette méthode de traitement:

  • complications du système respiratoire causées par la ventilation mécanique: trachéobronchite, sténose laryngée, pneumonie, œdème pulmonaire;
  • violation de la circulation sanguine;
  • pathologie du tube digestif;
  • les pics de tension artérielle;
  • insuffisance cardiaque.

Entre la vie et la mort. Que ressent une personne dans le coma?

Michael Schumacher, Masha Konchalovskaya. des dizaines de milliers de personnes après diverses urgences tombent dans le coma, c'est-à-dire qu'elles semblent suspendues entre la vie et la mort.

Les scientifiques essaient depuis de nombreuses années de comprendre ce qu'une personne ressent vraiment dans un tel état végétatif et comment l'aider. Parce qu'il est presque impossible de se connecter avec la conscience de ces personnes végétales, et les rares personnes qui sont sorties du coma préfèrent généralement ne pas se souvenir de cet état. Et pourtant - qu'arrive-t-il à ces malheureux enfermés dans leur propre corps? Ont-ils de la douleur, de la peur? Comprennent-ils qui ils sont et ce qui se passe autour? Ceci est couvert dans le documentaire de la BBC "Coma".

Déjà mort ou toujours vivant?

Rien qu'en Europe, 230 000 personnes tombent dans le coma chaque année. Restez longtemps dans cet état, et parfois pour toujours 30 000 d'entre eux. Le nombre est énorme. De plus, il grandit d'année en année - grâce aux nouveautés de la médecine. Une forte augmentation du nombre de ces patients a suivi lorsque deux nouveautés créées par des scientifiques au XXe siècle ont été testées - un défibrillateur, qui «démarre» un cœur arrêté avec des décharges électriques, et un ventilateur qui peut «respirer» au lieu d'un patient. Ainsi, le concept était nettement flou: qui est considéré comme mort et qui est complètement vivant? Et c'est un énorme problème éthique pour les médecins, la famille et les amis du patient et la société dans son ensemble..

"Etes-vous souffrant?"

«Je travaille depuis des années avec des patients qui se trouvent dans la« zone grise »entre la vie et la mort», se souvient le neuroscientifique à propos de ce cas. - Par conséquent, j'ai accepté l'expérience à contrecœur: j'ai déjà dû décevoir plusieurs fois mes proches, qui étaient sûrs que le patient montrait enfin des signes de vie. Dans le cas de Scott Rutley, j'ai ressenti une responsabilité particulière: les parents n'ont pas perdu espoir pendant tant d'années, ils ont créé toutes les conditions possibles pour leur fils. Ils espéraient qu'il ne les laisserait pas sans parler enfin. Et j'étais incroyablement heureux quand leurs attentes ont été récompensées. ".

L'essence de l'expérience est la suivante: pendant que le cerveau est scanné par un tomographe, une personne se voit poser des questions. La lueur dans l'une ou l'autre partie du cerveau prouve qu'elle a été activée, et cela vous permet de recevoir des réponses. Le scientifique a demandé au coma, "Scott, s'il vous plaît imaginez que vous jouez au tennis!" En réponse, des taches ont commencé à s'allumer sur l'écran où l'image du cerveau était projetée. Le contact a été établi. Après une série de questions simples suivies d'une réaction évidente à l'écran, Adrian, avec la permission de ses parents, a demandé: «Scott, as-tu mal? Sinon, imaginez-vous jouer à nouveau au tennis. " Heureusement, les mêmes points sont apparus à l'écran qu'après la première question..

Ce résultat était une consolation pour beaucoup, beaucoup de parents de ceux qui se trouvaient dans la même situation que Scott. Le neuroscientifique a eu plusieurs autres conversations avec le physicien, mais quelques mois après l'établissement du premier contact, le patient est décédé, ne sortant jamais du coma, d'une infection..

C'est d'ailleurs l'une des raisons les plus courantes de la mort de patients dans le coma: une diminution de l'immunité est inévitable, ainsi qu'une rencontre avec des infections qui marchent toujours dans les hôpitaux.

Quand tu as terriblement soif

Vous dites: pourquoi attendre 12 ans pour mener une expérience? Le fait est qu'avant cela, il n'y avait aucun mécanisme ni équipement élémentaire à la disposition des scientifiques..

Cependant, le premier contact, certes moins efficace, mais toujours avec un patient dans le coma, a été établi en 1997 par David Menon, médecin de l'unité de soins intensifs, qui a travaillé en étroite collaboration avec Adrian Owen..

L'institutrice Kate Bainbridge est tombée dans le coma en raison d'une inflammation du cerveau, qui est devenue une complication après avoir subi une infection virale. L'inflammation a finalement disparu, mais la conscience était toujours déprimée et la femme est tombée dans le coma. Les médecins ont effectué plusieurs fois une tomographie par émission de positons et, au cours de l'expérience, ont constaté que Kate réagissait aux visages des gens..

C'était une percée incroyable pour la science. Avant cette expérience, la science officielle considérait les personnes en état végétatif comme désespérées. Avant ces patients, le plus souvent, ils n'essayaient même pas de traiter.

Mais les données de tomographie ont forcé les médecins à reprendre le traitement. Et après 6 mois de soins intensifs, Kate. rétabli.

La femme était si désespérée qu'elle rêvait de se suicider. Mais comment faire cela dans un état où vous ne pouvez même pas cligner des yeux correctement? Kate essaya de mourir en retenant son souffle, mais cela ne fonctionna pas non plus..

Le retour à la vie, bien qu'en fauteuil roulant, de Kate Bainbridge, et surtout, son histoire a largement confirmé les suppositions des scientifiques et poussé à une étude encore plus active du phénomène d'un homme dans le coma.

Dans le même temps, malheureusement, un grand nombre de manipulations à l'égard de ces personnes sont apparues. Le cas de l'ingénieur belge Roma Houben est devenu un cas d'école. Il a passé 23 ans dans le coma après un accident de voiture. Et donc en 2006, le neurologue Stephen Loreis, également un luminaire mondial pour les états modifiés, a suggéré que le patient a commencé à avoir des aperçus de la conscience. Il était soutenu par la mère de la patiente, convaincue que son fils répond à ses questions en bougeant son pied. Un traducteur médical a été appelé, qui a dit que la première phrase décryptée de l'ingénieur était: "J'ai crié, mais personne ne m'a entendu." Hélas, d'autres expériences ont montré que toute cette communication est une tromperie..

Et pourtant, aujourd'hui, le fait est déjà prouvé: de 30 à 40% des patients dans le coma sont partiellement ou totalement conscients. C'est juste que la science n'a pas encore trouvé de moyens de communiquer avec ces prisonniers de leur corps..

Opinion d'expert

Directeur du centre scientifique de neurologie académicien Mikhail Piradov:

- Du point de vue de la physiopathologie, tout coma se termine au plus tard 4 semaines (si le patient ne décède pas). Sorties possibles du coma: passage à la conscience, état végétatif (le patient ouvre les yeux, respire de lui-même, il n'y a pas de conscience), un état de conscience minimale. Un état végétatif est considéré comme permanent s'il dure de 3 à 6 mois à un an. Au cours de ma longue pratique, je n'ai pas vu un seul patient qui sortirait d'un état végétatif sans perte. Le pronostic pour chaque patient dépend de nombreux facteurs, dont les principaux sont la nature et la nature des blessures..

Qu'est-ce qu'un coma artificiel, à quoi sert-il et ses conséquences

Un coma artificiel est en fait un sommeil médicamenteux. Cette condition diffère de l'anesthésie par la durée du séjour en elle..

Sous l'influence des barbituriques, les processus métaboliques dans le tissu nerveux ralentissent. 60% de l'oxygène et du glucose entrant dans le cerveau soutiennent son activité bioélectrique. 40% d'oxygène et de glucose soutiennent les processus métaboliques et d'autres activités.

Chez un patient en état de sommeil médicamenteux, l'activité bioélectrique du cerveau est considérablement réduite, ce qui entraîne une augmentation de l'oxygène libre et du glucose, qui sont redirigés pour maintenir le métabolisme cellulaire dans le tissu nerveux. C'est pourquoi une personne est injectée dans un coma artificiel, afin de réduire l'effet négatif de la carence en oxygène, pour éviter des dommages hypoxiques à la substance cérébrale..

Coma artificiel - qu'est-ce que c'est

Un coma artificiel est un état spécifique du corps, également appelé sommeil médicamenteux, dans lequel un patient est immergé à l'aide de médicaments spéciaux. Un coma médical diffère d'un coma typique et ressemble plus à un sommeil profond sous anesthésie..

Lorsqu'un patient est introduit dans un coma d'origine médicamenteuse, des médicaments spéciaux sont utilisés qui ralentissent temporairement les fonctions vitales de base du patient. Le coma artificiel est utilisé dans le traitement de maladies graves pour réduire le risque de décès du patient.

Lorsqu'un patient est introduit dans un coma artificiel, le travail des régions sous-corticales du cerveau est inhibé, les réflexes et la sensibilité à la douleur sont supprimés, la fréquence respiratoire et la fréquence cardiaque diminuent, la température corporelle diminue et les muscles se détendent..

L'introduction d'un patient dans un coma artificiel est réalisée par l'introduction de barbituriques, de benzodiazépines, de kétamine, de propofol. À l'avenir, pour maintenir un coma artificiel, le patient reçoit des doses de médicaments qui favorisent le sommeil médicamenteux..

L'état du patient est constamment surveillé par des spécialistes (la composition des gaz sanguins, les niveaux d'électrolytes, l'équilibre acido-basique, les paramètres biochimiques sanguins sont surveillés).

Pour référence. Il convient de noter que la procédure d'introduction d'un patient dans un état de coma artificiel et d'excrétion supplémentaire de celui-ci est une procédure extrêmement complexe. Par conséquent, en pratique, le coma médicamenteux est rarement utilisé, uniquement pour des raisons de santé, lorsque le bénéfice potentiel justifie les risques éventuels associés à la procédure..

Coma artificiel - pourquoi

L'introduction dans un coma artificiel est réalisée avec les pathologies les plus graves, lorsque l'introduction d'un patient dans un médicament est le seul moyen de prévenir le développement de modifications irréversibles dans les organes et les tissus.

Pour référence. Un coma artificiel peut être utilisé pour accélérer le rétablissement du patient après une maladie ou une blessure grave, restaurer les tissus nerveux endommagés, ralentir ou empêcher le développement de processus nécrotiques dans les tissus dans un contexte d'hypoxie sévère.

Par exemple, un coma artificiel ralentit la circulation sanguine et les processus métaboliques dans les tissus du cerveau, il peut donc empêcher le développement d'un foyer nécrotique et d'un œdème cérébral progressif en cas d'AVC étendu..

L'introduction d'un patient dans un coma artificiel est utilisée pour:

  • risque élevé de développer un œdème cérébral dans le contexte d'un traumatisme, d'une crise cardiaque, d'un accident vasculaire cérébral, d'hématomes crâniens étendus de lésions non traumatiques, de tumeurs cérébrales;
  • brûlure étendue;
  • intoxications graves potentiellement mortelles;
  • crises épileptiques insurmontables et état de mal épileptique;
  • syndrome de sevrage alcoolique sévère;
  • psychoses aiguës;
  • asphyxie des nouveau-nés (hypoxie sévère des nouveau-nés);
  • la rage (le coma médicamenteux est utilisé dans le complexe de traitement expérimental de la rage, l'introduction d'un patient dans le sommeil médicamenteux empêche le développement des lésions cérébrales les plus graves potentiellement mortelles).

En outre, un coma artificiel est utilisé pour des opérations complexes à long terme sur le cœur et le cerveau, pour des blessures graves combinées avec un syndrome de douleur intense (si le patient a besoin de plusieurs opérations de restauration, entre lesquelles il ne sert à rien de restaurer sa conscience).

Quelle est l'utilité

Le coma artificiel après la chirurgie peut être utilisé à des fins de restauration.

Le plus souvent, le coma postopératoire est utilisé dans la période de récupération après des opérations neurochirurgicales étendues pour fournir une action neuroprotectrice..

L'introduction d'un patient dans un coma artificiel réduit le risque de traumatisme grave chez les patients souffrant de crises prolongées. Avec l'œdème cérébral, le sommeil médicamenteux vous permet de ralentir les processus métaboliques dans les tissus, contribue au rétrécissement des vaisseaux intracrâniens, normalise la pression intracrânienne et vous permet d'arrêter rapidement la progression de l'œdème.

Pour référence. Un coma médical après des interventions chirurgicales majeures peut réduire considérablement le risque de complications potentiellement mortelles et accélérer la période de rééducation.

En cas d'accident vasculaire cérébral prolongé, l'introduction d'un patient dans un coma artificiel aide à restaurer les cellules nerveuses endommagées, à améliorer le fonctionnement du système nerveux central après une réanimation générale et empêche également le développement d'une nécrose du tissu cérébral.

Si le patient a des traumatismes crâniens graves, un coma médical empêche le développement d'une hémorragie intracrânienne.

L'introduction de nouveau-nés qui ont subi une asphyxie intra-utérine sévère dans le sommeil médicamenteux permet de normaliser les processus métaboliques dans les tissus, ainsi que de restaurer le fonctionnement du système nerveux central.

Lire aussi sur le sujet

Dans les pneumonies sévères, la procédure vous permet de ralentir les processus métaboliques dans les tissus, de réduire le degré d'hypoxie et d'intoxication infectieuse, et également de gagner du temps pour effectuer les manipulations nécessaires pour sauver le patient.

Caractéristiques de l'utilisation d'un coma artificiel

L'introduction du patient dans un état de sommeil médicamenteux se fait exclusivement en unité de soins intensifs. Le patient est sous la surveillance constante du personnel médical.

Pour introduire un patient dans un état de sommeil médicamenteux, utilisez:

  • hypnotiques utilisés pour l'anesthésie à court terme (le propofol vous permet de mettre le patient dans un état de sommeil médical pendant plusieurs heures et, en raison de son action à court terme, présente le risque de complications le plus faible);
  • les tranquillisants benzodiazépines (les médicaments à base de diazépam permettent au patient d'entrer dans un sommeil médicamenteux pendant jusqu'à trois jours);
  • barbituriques (fournissent le meilleur effet neuroprotecteur pour les blessures à la tête ou les accidents vasculaires cérébraux, et préviennent également le développement d'un œdème cérébral).

La respiration du patient pendant son sommeil médicamenteux est maintenue par ventilation. Toutes les fonctions des organes internes sont constamment surveillées à l'aide de matériel et de diagnostics de laboratoire (électrocardiogramme, électroencéphalogramme, biochimie du sang).

Pour référence. Avec un sommeil médicamenteux prolongé, le patient est transféré à une nutrition parentérale (intraveineuse). En outre, la prévention obligatoire du développement des escarres et des infections bactériennes concomitantes est effectuée..

Utilisation en thérapie de réanimation

Le coma artificiel est souvent réalisé avec une pneumonie, lorsqu'une insuffisance respiratoire aiguë se développe dans le contexte d'une pneumonie. Le plus souvent, de telles pathologies sont détectées chez des patients atteints de grippe compliquée qui développent rapidement une pneumonie virale ou bactérienne et un syndrome de détresse respiratoire (une condition potentiellement mortelle caractérisée par une infiltration diffuse et une hypoxémie - une diminution de la concentration d'oxygène dans le sang).

Les patients sont placés dans l'unité de soins intensifs, où la sédation médicamenteuse est effectuée avec une connexion à un ventilateur. Dans certains cas, les patients peuvent rester dans un état similaire pendant plus de 2 semaines. Habituellement, les médicaments sont utilisés pour la sédation de l'oxybutyrate de sodium, des benzodiazépines, pour la relaxation musculaire - Bromure de pipecuronium.

Avec un AVC ischémique, le patient est plongé dans un état de coma artificiel, si une lésion étendue est détectée, ce qui est associé à un risque élevé de progression des troubles neurologiques - cette mesure améliore dans certains cas l'issue de l'AVC. Les lésions cérébrales traumatiques graves résultant d'un accident, d'une ecchymose, d'une attaque, sont associées à une perturbation aiguë de la circulation sanguine, un œdème cérébral, une luxation et une compression de la moelle épinière.

Pour référence. Si le patient se trouve dans le coma, l'œdème cérébral diminue, ce qui conduit souvent à une stabilisation des fonctions cérébrales, la durée pendant laquelle le patient doit rester dans un tel état sera déterminée par le médecin traitant. Le sommeil médicamenteux après une chirurgie neurochirurgicale complexe réduit le risque de lésions de la moelle épinière.

Souvent, un coma se développe spontanément en tant que réaction protectrice du corps face aux influences externes négatives - TBI, altération du flux sanguin cérébral, prise d'une forte dose d'alcool ou de drogues, altération de l'activité respiratoire et cardiaque due à une pathologie somatique aiguë compliquée.

Comment sortir du coma dans de tels cas, le médecin traitant le dira. Habituellement, les mesures thérapeutiques se réduisent au maintien des fonctions vitales du corps..

Le patient reprend conscience de lui-même ou entre dans un état végétatif (conscience minimale). Le patient peut s'endormir et se réveiller, avaler de la nourriture, cligner des yeux, mais ne réagit pas du tout à la parole, ne parle pas, ne marche pas seul.

La durée de l'état végétatif, comme le coma lui-même, est difficile à prévoir. Cela peut durer des années, voire toute une vie..

Caractéristiques de la réalisation dans l'enfance

Les réactions psycho-émotionnelles des patients compliquent souvent le processus de traitement et affectent négativement le rétablissement. La sédation médicamenteuse est indiquée comme alternative à l'anesthésie locale pour certains types de traitement dentaire. Les manipulations douloureuses, le stress, les environnements inconnus affectent négativement le statut psycho-émotionnel de l'enfant.

Habituellement, dans de tels cas, des doses adéquates d'hypnotiques (hypnotiques) ou d'anxiolytiques (tranquillisants, médicaments psychotropes qui éliminent l'anxiété) sont administrées. L'inconvénient de la sédation est l'incapacité des enfants endormis à répondre aux questions importantes que le médecin peut se poser pendant le traitement.

Pour référence. Le sommeil médicamenteux profond est indiqué lorsque l'enfant est connecté à un ventilateur. La procédure d'intubation trachéale (introduction d'un tube respiratoire dans la cavité trachéale) et l'absence de contact avec la parole provoquent une gêne et une peur chez les patients pédiatriques, qui s'accompagne d'une augmentation de la concentration de cortisol, une hormone impliquée dans le développement des réactions de stress.

En parallèle, il existe des réactions telles qu'une augmentation de la pression artérielle, une augmentation du nombre de contractions cardiaques, une tachypnée (respiration rapide et superficielle). Dans ces cas, le thiopental sodique ou le midazolam est généralement utilisé..

Combien de temps dure un coma artificiel

La durée du sommeil médicamenteux est différente pour chaque patient et dépend de la gravité initiale de son état et du diagnostic. Étant donné que la probabilité de développer des complications dépend directement de la durée d'un coma artificiel, les médecins essaient de minimiser sa durée..

Dans la plupart des cas, le patient est mis en sommeil médicamenteux pendant plusieurs heures ou jours. Moins fréquemment, un coma médicamenteux peut durer jusqu'à plusieurs mois.

Pourquoi les gens sont-ils injectés dans un coma artificiel

Le coma est une condition dans laquelle l'activité du cerveau diminue. Cela se produit comme une manifestation d'une maladie ou d'une blessure grave. Une personne dans le coma ne réagit pas aux stimuli externes: elle ne ressent pas de douleur, sa respiration et son activité cardiaque ralentissent, sa température corporelle diminue, ses muscles se relâchent complètement.

Dans cet état, le patient nécessite une observation et un contrôle très sérieux. Les médecins doivent maintenir une ventilation et une circulation adéquates. C'est un état intermédiaire entre la vie et la mort. Une personne dans le coma est extrêmement vulnérable. Toute erreur dans le maintien des fonctions vitales peut être fatale.

Pour évaluer le degré de coma, utilisez l'échelle de Glasgow.

Un diagnostic de coma a des associations négatives. Le coma après un accident ou à la fin d'une maladie grave a généralement un mauvais pronostic. Son utilisation à des fins thérapeutiques est perçue par les médecins avec inquiétude. Une personne est artificiellement plongée dans un sommeil profond à l'aide de drogues, donc appelées artificielles, médicamenteuses ou induites..

Où est utilisé

Une personne est injectée dans un sommeil médicamenteux:

  • pour réduire l'œdème cérébral;
  • après une blessure grave;
  • pour réduire les dommages lors d'une crise prolongée;
  • afin de donner au patient le temps de se remettre de blessures ou de maladies graves;
  • pour restaurer les cellules nerveuses après une réanimation, un empoisonnement grave ou un accident vasculaire cérébral.

Le plus souvent, un coma induit est observé après des interventions chirurgicales. Afin de désactiver la sensibilité à la douleur, une personne est placée dans un état de sommeil médicamenteux profond. La suppression de la conscience par anesthésie est davantage un effet secondaire. Dans la plupart des cas, pendant la chirurgie, seuls le soulagement de la douleur et l'immobilisation du patient sont nécessaires. Cela peut parfois être réalisé avec une anesthésie rachidienne en pleine conscience..

Le coma après la chirurgie dure exactement aussi longtemps que dure l'anesthésie.

Comment induire le sommeil médicamenteux?

Le patient est injecté dans le coma en utilisant divers médicaments. Il restera immobile, sans tension musculaire minimale, inconscient, il ne répondra pas aux stimuli. Sans mouvement, des escarres peuvent se former sur le corps du patient, donc toutes les deux heures, il sera allumé sur le lit.

La respiration avec des médicaments est généralement trop faible. Le patient reçoit une ventilation pulmonaire artificielle. Les muscles du patient sont détendus, mais la conscience est absente. Cela permet une respiration assistée sans aucune résistance..

Il existe plusieurs groupes de médicaments utilisés pour s'injecter dans le coma induit:

  • Propofol. Le propofol est un anesthésique général. Il est utilisé pour l'anesthésie. Des études cliniques ont montré que ce médicament a un effet protecteur prononcé contre les lésions cérébrales. La particularité du propofol est qu'il fonctionne très peu de temps. Généralement, ces agents sont administrés sous forme de perfusion intraveineuse. Le personnel médical surveille l'efficacité de l'anesthésie et ajuste constamment la profondeur du coma. Ralentissez ou accélérez la perfusion de propofol. La courte durée d'une telle anesthésie réduit les effets secondaires et le temps nécessaire pour se remettre du coma induit. Dans le même temps, le degré d'oppression de la conscience reste bien contrôlé. Cependant, il est très difficile de maintenir une concentration précise d'un ingrédient actif pendant une longue période. Par conséquent, le propofol n'est pas utilisé plus de quelques heures..
  • Benzodiazépines. Les benzodiazépines sont des tranquillisants utilisés pour traiter l'anxiété, les somnifères ou les anticonvulsivants. La durée d'un coma d'origine médicamenteuse avec les benzodiazépines ne dépasse généralement pas 72 heures.
  • Barbituriques. Les barbituriques sont les plus couramment utilisés pour le coma induit. De plus, comme le propofol, ces médicaments réduisent l'enflure. Les barbituriques sont considérés comme le médicament classique du coma. Ils sont restés pertinents pendant plusieurs décennies..
  • Opiacés. Les opiacés sont classés comme analgésiques narcotiques. Le coma induit avec ces médicaments se développe souvent comme un effet secondaire du soulagement de la douleur.

Traditionnellement, ce sont les barbituriques qui sont utilisés pour le coma induit. Ils sont utilisés chez les personnes atteintes d'une maladie grave, d'un accident vasculaire cérébral, après une réanimation prolongée ou lors d'interventions neurochirurgicales. L'efficacité des barbituriques est contrôlée à l'aide d'un électroencéphalogramme. Cette étude enregistre l'activité électrique associée à l'activité mentale. Lorsqu'une diminution suffisante de l'activité cérébrale est obtenue, l'effet des médicaments est considéré comme atteint. Malgré la vaste expérience de l'utilisation des barbituriques, il y a toujours la possibilité d'effets secondaires. Le plus souvent, il y a une dépression du cœur. Ces complications peuvent mettre la vie en danger. Par conséquent, le coma induit n'est utilisé qu'après avoir évalué les avantages et les risques escomptés..

Quelle est l'utilité

Le coma induit est utilisé pour le soulagement général à long terme de la douleur ou pour protéger le cerveau.

Anesthésie

Le coma artificiel en tant que soulagement de la douleur à long terme n'est pas trop différent de l'anesthésie temporaire. Parfois, une personne est si gravement blessée qu'il est impossible de préserver sa conscience dans le contexte d'une forte dose d'analgésiques. Le personnel médical et les dispositifs spéciaux prennent le contrôle de toutes les fonctions du corps de la victime. L'activité musculaire et la respiration du patient sont supprimées, ce qui les introduit dans un coma artificiel. Le patient ne subit pas de stress et le corps récupère plus efficacement.

Protection du cerveau

Le coma induit est utilisé pour réduire l'activité cérébrale. Plus il est bas, moins la demande en oxygène est faible. Ceci est important dans les situations où l'approvisionnement normal en oxygène des centres vitaux est interrompu. Une carence en oxygène peut se développer pour diverses raisons..

Carence en oxygène dans le sang

Un coma artificiel est utilisé chez les nouveau-nés qui ont subi une privation prolongée d'oxygène. Parfois, à la suite du travail, le flux sanguin dans le cordon ombilical s'arrête et la respiration est toujours absente. Cette condition est appelée asphyxie. C'est une sorte d'étranglement. Le cerveau du nouveau-né souffrira d'un manque d'oxygène. L'enfant est placé dans un sommeil médicamenteux pour permettre aux cellules nerveuses de restaurer le métabolisme. Nous parlons de l'option lorsque la circulation sanguine n'est pas altérée, mais que le sang contient peu d'oxygène.

Circulation sanguine altérée dans le cerveau

Il y a des situations où le sang contient de l'oxygène mais ne peut pas pénétrer dans les vaisseaux sanguins. Cela se produit avec le soi-disant AVC ischémique. Lors d'un accident vasculaire cérébral, les vaisseaux sanguins du cerveau sont bloqués par des caillots sanguins ou d'autres substances appelées emboles.

Diminution du flux sanguin

L'apport sanguin aux cellules nerveuses est interrompu lorsque le volume total du flux sanguin diminue. Le problème survient dans le cœur lui-même, par exemple, avec un infarctus du myocarde. Ensuite, le cœur ne peut pas faire face à sa fonction de pompage et la circulation sanguine sera insuffisante..

Le volume réel de sang circulant peut diminuer. Cela se produit lorsqu'il y a un saignement massif à la suite d'une blessure ou d'une intervention chirurgicale..

Œdème cérébral

L'apport d'oxygène au cerveau est également altéré par l'œdème. De nombreuses conditions différentes peuvent entraîner des œdèmes: infections, accidents vasculaires cérébraux, tumeurs, saignements, blessures subies lors d'accidents de voiture, accidents du travail ou lors de sports extrêmes..

Pour toute cause d'œdème cérébral, la même chose se produit. La substance cérébrale augmente de volume et se coince dans les ouvertures naturelles du crâne.

Lorsque les nerfs optiques d'une personne gonflent et se gonflent hors du crâne, cela ne conduit qu'à une déficience visuelle. Mais s'il y a un gonflement de toute la substance cérébrale et son coincement dans le foramen occipital, la personne meurt généralement. La partie du cerveau adjacente au foramen magnum contient des centres vitaux. Cette zone contrôle la circulation sanguine, la respiration et d'autres fonctions vitales. Brancher cette partie du cerveau est mortel.

Diverses méthodes de réduction de l'œdème sont utilisées pour prévenir l'atteinte interstitielle. Parfois, la craniotomie est utilisée pour retirer certains os et ainsi offrir plus de place pour l'expansion et la réduction de la pression. Parfois, divers médicaments osmotiques ou diurétiques sont utilisés de manière agressive.

Un coma artificiel réduit l'œdème d'une manière moins évidente. Les médicaments utilisés pour le coma induit réduisent considérablement l'activité cérébrale. Le cerveau est le même organe que tout le monde. Il a besoin d'énergie et de nutriments. Lorsqu'une personne résout des problèmes ou réfléchit, ses cellules nerveuses consomment beaucoup d'énergie. Le flux sanguin augmente en conséquence. Les vaisseaux sanguins en débordent, ce qui peut augmenter considérablement le gonflement. Si vous réduisez l'activité mentale, le besoin en oxygène et en nutriments diminue également. En conséquence, le besoin d'un flux sanguin supplémentaire est réduit. Par conséquent, lorsqu'un œdème cérébral menaçant apparaît, le patient est injecté dans un coma artificiel, la conscience et toute autre activité sont supprimées.

Moins il y a de sang dans le cerveau, moins il y a d'œdème. C'est ce mécanisme qui permet d'éviter les complications..

Durée

Un coma induit peut durer de plusieurs heures à plusieurs semaines. Le risque de complications dépend de la durée de la dépression de conscience. Plus le médicament dort longtemps, plus le risque de complications est élevé. Peut-être le développement d'une insuffisance cardiaque, diverses infections, des escarres ou un long séjour du patient dans un état végétatif. Après un coma, les symptômes associés à des lésions des systèmes cardiovasculaire et nerveux peuvent persister longtemps.

La période de récupération prend souvent des semaines, des mois ou indéfiniment. Le patient peut rester dans le coma tant que les soins se poursuivent. Seules des complications potentiellement mortelles peuvent limiter cette période..

A la sortie du coma, il y a toujours un risque d'effets résiduels. Le plus souvent, les patients se plaignent de cauchemars vifs et même d'hallucinations. Les médecins attribuent cela au fait que lors d'un coma induit, certains des stimuli externes pénètrent dans les centres nerveux..

Étant donné que le patient est dans un état au bord de la vie ou de la mort, les médecins préfèrent le garder plus près de la zone sûre du sommeil médicamenteux. Ainsi, une personne conserve la capacité de recevoir une partie de stimuli externes. Il y aura très peu de stimuli externes de ce type. Faute d'informations, le cerveau traite et interprète tout ce qui était à sa disposition d'une manière bizarre. C'est ainsi que les cauchemars et les visions apparaissent.

Souvent, les parents et amis des personnes dans le coma de la drogue participent aux soins. Il est généralement admis qu'il est possible et nécessaire de parler aux patients dans une telle situation. Certains patients affirment avoir beaucoup entendu lors de leur séjour à l'hôpital dans un coma provoqué. De toute évidence, les informations qu'une personne dans un rêve médicamenteux entend de ses proches seront moins effrayantes et dérangeantes. Ce type de soutien aide les gens à sortir du coma plus calmement..

Comment sortir de cet état

Sortir du coma prend du temps. Dans la plupart des cas, le patient est incapable d'ouvrir simplement les yeux et de sortir du lit. Si le patient a subi une ventilation artificielle pendant une longue période et qu'il doit rester allongé sans mouvement, tous les muscles, y compris les muscles respiratoires, seront dans un état affaibli. À ce stade, le patient peut souffrir de problèmes respiratoires, même lorsqu'il est éveillé.

Le coma est éliminé pendant une certaine période préparatoire. Le patient est déconnecté du ventilateur et sa propre respiration est entraînée. Ces périodes de respiration spontanée augmenteront progressivement et, à un moment donné, abandonneront complètement la ventilation artificielle. Une personne, en fonction de la durée du coma, devra apprendre à manger de manière indépendante, restaurer la capacité de bouger et de prendre soin d'elle-même. La période de rééducation prend beaucoup de temps.

Perspectives d'utilisation du coma médical

Pour l'introduction réussie d'un patient dans un état de coma artificiel, des médicaments et des moyens de surveillance de l'état du corps sont nécessaires. Il est clair qu'avec le temps, la science pharmaceutique se développera et fournira de nouveaux somnifères médicamenteux avec moins d'effets secondaires. Des moyens de suivi de l'état du patient sont également en cours de développement..

Le coma induit sauve des vies. Par conséquent, dans les cas où les avantages pour la santé perçus l'emportent sur les risques, le patient est soumis à cette procédure..

12 questions que vous avez toujours voulu poser aux personnes dans le coma

Les gars, nous mettons notre cœur et notre âme dans Bright Side. Merci pour ça,
que vous découvrez cette beauté. Merci pour l'inspiration et la chair de poule.
Rejoignez-nous sur Facebook et VKontakte

C'est un peu inconfortable d'admettre que dans le monde moderne, le coma est un phénomène légèrement romancé. Combien d'histoires et d'intrigues sont liées au fait qu'une personne repense la vie, préserve la jeunesse, mérite le pardon ou quitte finalement la zone des amis grâce à une chose aussi mystérieuse et même mystique qu'un coma. Mais, en fin de compte, si toutes ces histoires se déroulaient dans la vraie vie, tout se serait passé différemment, dans un scénario étrange..

Sympa a décidé de découvrir ce que ressentaient les personnes qui ont vraiment vécu cet état et comment elles vivent maintenant..

Avant de plonger dans le monde de la perte de conscience, nous rappelons que les raisons pour y entrer sont assez courantes: il s'agit le plus souvent d'un traumatisme crânien, d'un empoisonnement ou d'un accident vasculaire cérébral aigu. Si vous allez plus loin, il y aura environ 497 autres raisons.

Combien de temps une personne peut-elle rester dans le coma?

Tout coma ne dure pas plus de 4 semaines. Ce qui se passe après n'est plus un coma, mais l'un des états suivants: soit une récupération, soit une transition vers un état végétatif (par exemple, lorsque les yeux sont ouverts), un état de conscience minimale (lorsqu'une personne réagit inconsciemment à l'environnement), une stupeur (anormalement profonde et sommeil continu) ou la mort. Dans tous les cas, il y a une loi incassable: plus une personne est longtemps dans le coma, moins elle a de chances d'en sortir..

Mais l'histoire de la médecine connaît de nombreuses exceptions, lorsqu'une personne se réveille non seulement après une douzaine de jours de coma, mais aussi après une douzaine d'années. Par exemple, il y a 10 ans, la nouvelle a fait le tour du monde selon laquelle le cheminot polonais Jan Grzhebski est sorti d'un coma de 19 ans. Eh bien, le coma le plus long, selon le livre Guinness des records, a duré 37 ans, mais, malheureusement, s'est terminé avec le patient ne se réveillant jamais..

En raison de tels cas, les médecins et les proches de la victime sont souvent confrontés à l'une des questions éthiques difficiles: doivent-ils laisser un patient de longue date dans le coma ou le déconnecter des dispositifs qui soutiennent la vie? Malheureusement, dans la plupart des cas, c'est l'argent qui décide à la fin..

Internet ne stocke des statistiques précises que pour 2002, ce qui indique les chiffres suivants: le maintien annuel d'un patient comateux dans un état grave est en moyenne de 140 000 $ et 87 000 $ pour un patient à faible niveau de risque.

Qu'est-ce qu'un coma cérébral et ses causes

Le coma est traduit du grec par un sommeil profond, très profond, c'est une condition caractérisée par une perte complète de conscience, de respiration, de réflexes, ainsi qu'une absence totale de réactions à tout stimuli.

Le coma cérébral est une suppression complète du système nerveux et une inhibition de son travail sans la mort des tissus corporels avec un maintien médicamenteux des fonctions vitales de base: respiration, rythme cardiaque, qui peut s'arrêter périodiquement, et nutrition artificielle directement par le sang.

Une perte de conscience comateuse peut se développer chez une personne à la suite de tout dommage aux organes de la tête, à la fois instantanément et en quelques heures. Une personne peut y être dans un cas individuel de quelques minutes à plusieurs années.

Classification du coma, leurs causes:

Le coma n'est pas une maladie indépendante - c'est un symptôme caractérisé par l'arrêt du cerveau sous l'influence d'autres maladies du système nerveux central ou par ses dommages de toute nature traumatique. Il existe de nombreuses variétés de coma, subdivisées en fonction des causes de développement et de la nature du cours:

  • Le coma traumatique est l'un des types les plus courants causés par une lésion cérébrale traumatique.
  • Diabétique - se développe si le taux de glucose d'un patient diabétique a augmenté de manière critique, ce qui peut être identifié par l'arôme plutôt perceptible d'acétone de sa bouche.
  • L'hypoglycémie est l'opposé du diabétique, qui se développe en raison d'une baisse critique de la glycémie. Son signe avant-coureur est une faim sévère ou un manque complet de satiété jusqu'à ce que le niveau de sucre soit élevé..
  • Coma cérébral - une maladie qui se développe lentement en raison de la croissance de néoplasmes dans le cerveau, tels que des tumeurs ou des abcès.
  • La faim est une affection courante causée par une dystrophie extrême et un manque de protéines dans le corps en raison de la malnutrition.
  • Méningeal - en raison du développement de la méningite - inflammation de la muqueuse du cerveau.
  • Le coma épileptique se développe chez certaines personnes après des crises d'épilepsie.
  • Hypoxique se développe en raison d'un œdème cérébral ou d'une suffocation due à la privation d'oxygène des cellules du SNC.
  • Toxique est le résultat de dommages toxiques au cerveau dus à un empoisonnement, des infections ou à l'abus d'alcool ou de drogues.
  • Métabolique - une variété plutôt rare, causée par une forte perturbation des processus métaboliques vitaux.
  • Neurologique qui peut être qualifié de type le plus difficile non pas pour le corps humain, mais pour son esprit, car dans cet état, le cerveau du patient et sa pensée ne s'éteignent pas avec une paralysie absolue complète de tout le corps.

Symptômes du coma et son degré


Dans la vision philistine, le coma a une image plutôt cinématographique et ressemble à une perte complète de la performance indépendante des fonctions vitales du corps, à l'absence de réactions et à une perte de conscience avec de rares aperçus de réactions au monde extérieur.Cependant, en fait, la médecine distingue jusqu'à cinq types de coma, qui diffèrent par leurs symptômes:

  • Le percoma est une maladie à évolution rapide qui dure de quelques minutes à plusieurs heures et peut être caractérisée par une pensée confuse, une discoordination des mouvements et des changements soudains du calme à l'excitation, tout en maintenant les réflexes de base. Dans ce cas, une personne entend et ressent tout, y compris la douleur..
  • Le coma du premier degré s'accompagne d'une perte de conscience incomplète, mais plutôt d'un étourdissement, lorsque les réactions du patient sont inhibées, que la communication avec lui est difficile et que les yeux du patient bougent généralement en rythme d'un côté à l'autre ou un strabisme se produit. Une personne, étant dans le coma du premier degré, peut être consciente, dans une stupeur ou dans un état comme un rêve. Il est capable de ressentir le toucher et la douleur, d'entendre, de comprendre.
  • Lors d'un coma au deuxième degré, il peut être conscient, mais en même temps dans une profonde stupeur. Il ne comprend pas ce qui se passe, ne réagit pas à la lumière, au son, au toucher, n'entre en contact, en général, d'aucune façon. Dans le même temps, ses pupilles se rétrécissent, le cœur commence à battre plus souvent et on observe parfois une activité motrice spontanée des membres ou des selles.
  • Une personne dans le coma du troisième degré est complètement déconnectée du monde extérieur et est dans un état de sommeil profond sans aucune réaction externe aux stimuli externes. Dans le même temps, le corps ne ressent pas de douleur physique, ses muscles commencent rarement spontanément à des spasmes, les pupilles se dilatent, la température baisse, la respiration devient fréquente et superficielle, et on pense également que l'activité mentale est complètement absente..
  • Le coma du quatrième degré est le type le plus grave de coma, lorsque l'activité vitale du corps est pleinement assurée par des moyens artificiels au moyen de la ventilation des poumons, de la nutrition parentérale (alimentation avec des solutions dans une veine) et d'autres procédures de réanimation. Les pupilles ne réagissent en aucune façon, le tonus musculaire et tous les réflexes sont absents, et la pression est réduite à un niveau critique. Le patient ne ressent rien du tout.

Tout coma est caractérisé par un flux d'un degré à un autre par rapport aux changements de l'état du patient.

En plus du coma naturel, on peut en distinguer un autre - un coma artificiel, qui est correctement appelé médicament. Un tel coma est la dernière mesure forcée, au cours de laquelle, avec des médicaments spéciaux, le patient plonge dans un état d'inconscience profond temporaire avec l'arrêt de toutes les réactions réflexes du corps et une inhibition presque complète de l'activité, à la fois du cortex cérébral et des structures sous-corticales chargées d'assurer la vie, qui est désormais prise en charge. artificiellement.

Un coma artificiel est utilisé si une anesthésie générale est nécessaire ou lorsqu'il est impossible d'éviter des modifications irréversibles du tissu cérébral d'une autre manière lors d'hémorragies, d'œdèmes, de pathologies des vaisseaux cérébraux, de blessures graves accompagnées d'un choc douloureux sévère et d'autres pathologies menaçant la vie du patient. Il inhibe non seulement l'activité du système nerveux central, mais également presque tous les processus du corps, ce qui donne aux médecins et aux processus de régénération un temps précieux.

À l'aide d'un coma artificiel, le flux sanguin cérébral ralentit, ainsi que le mouvement du liquide céphalo-rachidien, ce qui permet de rétrécir les vaisseaux intracrâniens, d'éliminer ou de ralentir l'œdème cérébral avec une augmentation de la pression intracrânienne et, par conséquent, d'éviter la nécrose de masse (mort) des tissus cérébraux.

Les raisons

La cause principale de tout coma est une perturbation de l'activité du système nerveux central sous l'influence de tout facteur traumatique, toxique ou autre pouvant causer de graves dommages aux tissus cérébraux, responsables à la fois du travail inconscient du corps, ainsi que de la pensée et de la conscience. Parfois, un coma n'est pas causé par des dommages aux neurones du cerveau, mais seulement par la suppression de leur activité, comme, par exemple, avec artificiel. Presque toutes les maladies au dernier stade peuvent provoquer la maladie, tout empoisonnement ou blessure grave, ainsi que des effets de douleur ou de stress de choc extrêmement forts qui provoquent une surexcitation des neurones du cerveau, en raison desquels leur travail échoue..

Il existe également une version populaire selon laquelle un coma, comme la perte de conscience, peut être l'une des réactions défensives du corps, qui est conçue pour protéger la conscience d'une personne contre les chocs causés par l'état de son corps et la douleur, et aussi pour protéger le corps de la conscience quand il a besoin de temps pour récupération.

Qu'arrive-t-il à une personne

Pendant un coma, tout processus cérébral chez une personne s'arrête complètement ou est très inhibé. Avec un coma profond, les influx nerveux deviennent faibles ou, en général, absents, ils sont donc incapables de provoquer même des actions réflexes du corps. Si les structures du cerveau responsables des organes des sens sont endommagées, alors, en conséquence, le cerveau ne peut en aucun cas percevoir les informations du monde extérieur..

Que ressent une personne

Si les processus physiologiques se produisant à l'intérieur du corps pendant un coma sont assez bien étudiés, il n'y a aucun moyen de se pencher sur les pensées du patient..

Presque toutes les personnes dont les proches sont dans le coma s'intéressent principalement à ce qu'une personne ressent, peut-elle écouter ce qu'elle dit et percevoir correctement le discours qui lui est adressé, ressentir de la douleur et reconnaître ses proches ou non.

Une personne ne ressent pas la douleur ou la ressent mal, car dans les états comateux et inconscients, cette fonction est désactivée principalement pour la légitime défense du corps..

Dans les comas les plus profonds, lorsque l'activité des neurones est complètement absente ou si ralentie que l'on peut parler de la mort du cerveau, et que le corps continue de fonctionner, la réponse à toutes les questions est bien sûr non, mais pour d'autres cas, il y a des disputes même entre médecins.

Avec un coma neurologique, l'activité cérébrale et, surtout, rationnelle est préservée, mais le fonctionnement de ces structures responsables du travail du corps est complètement paralysé, nous pouvons donc dire en toute sécurité que de tels patients peuvent penser et, par conséquent, percevoir tout ce qui se passe avec l'aide de l'audition et occasionnellement - vue. En cas de paralysie complète, la sensibilité corporelle est absente.

Dans d'autres cas de coma, certains patients disent avoir ressenti la présence de leurs proches et entendu tout ce qu'on leur a dit, d'autres ont noté qu'ils pouvaient penser ou voir quelque chose comme des rêves, et d'autres encore ne se souvenaient que d'une perte totale de conscience et de tous les sentiments..

Par conséquent, tous les médecins recommandent que leurs proches communiquent avec les personnes dans le coma comme s'ils étaient conscients, car, d'une part, il est possible qu'ils entendent et cela les soutiendra, les encouragera à se battre plus fortement pour la vie, et d'autre part, les signaux positifs entrant dans le cerveau peuvent stimuler son activité et accélérer la sortie de cet état. De plus, la communication avec des personnes dans le coma a un effet bénéfique sur les proches eux-mêmes, qui en ce moment sont en situation de stress sévère, vivent la séparation et ont peur de la mort: cela les calme grandement..

Comment dire qui

Il semblerait que tout soit clair ici, mais en fait, il est assez difficile de distinguer un vrai coma d'une simple perte de conscience ou de conditions neurologiques ou psychologiques, en particulier le percom ou le coma du deuxième ou du troisième degré..

Parfois, deux erreurs se produisent:

  • Qui est une perte de conscience profonde?.
  • Un coma superficiel n'est pas remarqué dans le contexte des symptômes de la maladie sous-jacente, car les changements de comportement du patient ne sont pas trop perceptibles.

Pour déterminer le coma, ainsi que sa gravité, les médecins utilisent l'échelle de Glasgow, qui est tout un complexe de signes: réaction à la lumière, niveau des réflexes ou leurs déviations, réactions aux images, au son, au toucher, à la douleur et bien plus encore..

En plus des tests à l'échelle de Glasgow, un examen complet est nécessaire pour identifier les causes, le niveau de lésion neuronale et la déficience du système nerveux central:

  • Tests généraux, tests d'hormones ou d'infections.
  • Tests de la fonction hépatique.
  • Tous types de tomographie.
  • EEG montrant une activité électrique dans le cerveau.
  • ECG.
  • Analyse du CSF.
  • Et plein d'autres. Il est très difficile pour un non-médecin de diagnostiquer un coma.

Soins et traitements d'urgence

Depuis le coma, il y a une suppression des fonctions vitales du corps, des procédures de réanimation sous forme de respiration artificielle, éventuellement en commençant le cœur, ainsi qu'une aide à éliminer les causes de son apparition: élimination de l'intoxication, hypoxie, arrêt des saignements, reconstitution de la déshydratation ou de l'épuisement, réduction ou une augmentation du taux de glucose, etc..

Le traitement du coma est effectué dans l'unité de soins intensifs et commence également, tout d'abord, par le traitement de ses causes, suivi de l'élimination des conséquences cérébrales et de la rééducation. Les caractéristiques de la thérapie dépendent de la cause profonde de la maladie et des lésions cérébrales qui en résultent.

Prévoir

Le coma est une maladie grave, après laquelle il y a la possibilité d'un grand nombre de complications.

Un artificiel à court terme, causé dans le but d'une anesthésie générale, disparaît généralement sans conséquences, dès que la personne en est sortie. Le coma médical à long terme a les mêmes complications que le naturel.

Tout coma prolongé inhibe et complique grandement tous les processus métaboliques dans le corps.Par conséquent, au fil du temps, le patient développe une encéphalopathie - une lésion organique du tissu cérébral, qui peut se développer pour diverses raisons: un manque d'approvisionnement en sang, qui se traduit par un manque de nutriments, d'oxygène et dans l'accumulation de produits métaboliques toxiques dans le cerveau, la stagnation du liquide céphalo-rachidien, etc. Outre les conséquences cérébrales, une atrophie musculaire, une perturbation de l'activité des organes internes et de l'activité du système nerveux périphérique, ainsi qu'une perturbation de l'ensemble du métabolisme se développent. Par conséquent, même après un coma à court terme, le patient ne peut pas immédiatement reprendre conscience et commencer à parler, encore moins se lever et partir, comme cela est souvent montré dans les films..

Les troubles métaboliques et le développement progressif de l'encéphalopathie entraînent la mort cérébrale quand il cesse de fonctionner, mais pas le corps.

La mort cérébrale est diagnostiquée par l'absence totale des phénomènes suivants:

  • Réactions des élèves à la lumière.
  • Arrêt du CSF.
  • Absence complète de toutes les réactions réflexes.
  • Absence d'activité électrique directement dans le cortex cérébral du patient, qui est enregistrée à l'aide de l'EEG.

La mort cérébrale est vérifiée si ces signes fondamentaux sont absents dans les douze heures, mais les médecins attendent encore trois jours pour confirmer le diagnostic, au cours desquels des diagnostics périodiques sont effectués.

Dans le même temps, il est caractéristique que le corps ne meure pas immédiatement, car au lieu de signaux du système nerveux central, la vie y est soutenue à l'aide d'appareils. De plus, le cortex cérébral meurt en premier, ce qui signifie une perte complète de personnalité et d'une personne en tant que telle, et les structures sous-corticales soutiennent toujours le corps comme une coquille vide pendant un certain temps..

Parfois, l'état opposé se produit, lorsque le cerveau est vivant, une personne peut même reprendre ses esprits et son corps refuse de travailler, car il est habitué à un support matériel artificiel constant et certaines de ses fonctions ont eu le temps de s'atrophier..

La troisième option pour le développement de l'état du patient est l'apparition d'un état végétatif spécial, lorsqu'il ne reprend pas ses sens, mais que son corps commence à montrer de l'activité, à réagir à la douleur et à bouger les muscles. Le plus souvent, cela se termine par la récupération et la récupération..

Le pronostic de la probabilité d'une sortie favorable du coma dépend de la maladie ou des dommages spécifiques qui l'ont causé, ainsi que de la capacité de l'individu à se rétablir.