Principal > Hématome

CT perfusion du cerveau - qu'est-ce que c'est, but, en quoi elle diffère de l'IRM

L'utilisation des diagnostics de perfusion en milieu clinique est devenue possible dans les années 90, lorsque les dispositifs MSCT (multispirales) équipés de logiciels de haute qualité ont commencé à être utilisés..

Qu'est-ce que la perfusion cérébrale CT: objectif

La perfusion est le processus de circulation du fluide à travers un réseau capillaire. Le processus fournit de l'oxygène au parenchyme cérébral, sans lequel le fonctionnement de l'organe est impossible.

La perfusion CT du cerveau est conçue pour étudier, analyser le flux sanguin du parenchyme cérébral. La tomodensitométrie par perfusion (PCT) est une forme plus détaillée et informative d'examen du cerveau informatisé conventionnel. Assurez-vous d'utiliser un agent de contraste pendant la procédure, ce qui vous permet de tracer clairement les vaisseaux sur les tomogrammes.

En PCT, la première étape du passage du sang saturé avec un agent de contraste est analysée à l'aide d'un modèle pharmacocinétique. Normalement, l'élément de contraste ne diffuse pas, n'est pas métabolisé et n'est pas absorbé par le tissu cérébral. Avec la pathologie, des zones d'accumulation pathologiques apparaissent, permettant à un spécialiste de tirer une conclusion sur la nature de la pathologie.

Il est pratique de faire des examens après MSCT des artères brachiocéphaliques afin d'étudier pleinement l'apport sanguin, la saturation des tissus en oxygène.

Rendez-vous pour un examen de perfusion du tissu cérébral

La perfusion CT du cerveau est effectuée pour atteindre les objectifs suivants:

  1. Recherche de l'état des tumeurs après chimiothérapie ou radiothérapie;
  2. Analyse du développement des néoplasmes oncologiques du cerveau;
  3. Détermination des zones de prélèvement de ponction en vue d'un examen macroscopique ultérieur;
  4. Étude de la violation du processus de circulation sanguine après un accident vasculaire cérébral, un traumatisme;
  5. Identification des maladies de type occlusif (blocage de la perméabilité vasculaire);
  6. Le PCT du cerveau visualise les foyers d'AVC, la prévalence, la profondeur de la lésion.

Indicateurs de perfusion CT

Le flux sanguin cérébral est évalué sur la base des indicateurs suivants:

  1. Le temps nécessaire à l'agent de contraste pour atteindre le point souhaité dans le cerveau;
  2. La présence du volume sanguin requis de la zone étudiée de la substance blanche;
  3. Temps de circulation sanguine dans les vaisseaux de la région cérébrale diagnostiquée;
  4. Le taux de circulation sanguine dans les tissus par unité de temps.

La nécessité d'une perfusion CT apparaît chez les patients qui souffrent de troubles circulatoires du cerveau.

Tomodensitométrie par perfusion du tissu cérébral - qu'est-ce que c'est

La tomodensitométrie est toujours réalisée à l'aide d'un agent de contraste.

L'étude de perfusion fournit des données sur les indicateurs quantitatifs du flux sanguin cérébral. La mesure de la densité du tissu cérébral est la base pour obtenir des informations objectives et précieuses sur la présence de zones manquant d'oxygène, d'hémorragies.

Perfusion CT - contre-indications

L'étude est contre-indiquée si le patient a une réaction allergique à l'élément de contraste. La prochaine contre-indication est la grossesse, mais s'il y a un fort besoin d'une enquête, lorsque la vie d'une personne est en jeu, la perfusion doit être faite. De plus, une cisternographie du cerveau est réalisée en cas de suspicion d'AVC, d'infarctus intracérébral.

Pour la sécurité du bébé à naître, un tablier de plomb devra être placé sur le ventre de la femme enceinte avant la numérisation. La dose de rayonnement sera négligeable.

Quelle est la différence entre la perfusion cérébrale CT et IRM

La principale différence entre ces deux types d'imagerie cérébrale est l'imagerie tissulaire. La perfusion CT se concentre davantage sur la détermination de la structure des tissus denses (os, tumeurs solides), et la perfusion RM permet de mieux visualiser les structures molles.

Les deux méthodes sont comparables dans la qualité des images obtenues, elles sont donc porteuses d'informations précieuses dans le traitement de maladies cérébrales complexes. Ils sont utilisés tour à tour ou de manière complexe pour obtenir un maximum d'informations sur la zone pathologique.

Ils ont également une différence importante dans le principe de leur travail. La tomodensitométrie est réalisée à l'aide de rayons X, qui, même dans une faible mesure, sont nocifs pour la santé du patient. L'IRM est basée sur l'utilisation d'un champ magnétique, qui ne cause aucun dommage.

La présence d'objets métalliques (prothèses) à l'intérieur du corps ne permettra pas un examen sur un tomographe multispiral, mais l'utilisation d'un ordinateur analogique est autorisée.

Étude de perfusion de radionucléides

Le principe de base du fonctionnement du diagnostic des radionucléides des maladies oncologiques est l'accumulation de certains radiopharmaceutiques dans une tumeur quantitativement plus que dans les tissus sains. La saturation s'explique par l'entrée de ces substances dans l'endothélium des vaisseaux malsains, le mouvement à travers la paroi vasculaire dans la zone interstitielle (intercellulaire) du secteur lésionnel, ainsi que le métabolisme du composé marqué par les cellules tumorales.

Après une étude informatique, les images obtenues sont étudiées et une conclusion est faite sur l'existence ou l'absence d'éducation pathologique aux niveaux moléculaire et cellulaire. Les radionucléides sont administrés au patient par voie intraveineuse en petites quantités, la dose de rayonnement est comparable au rayonnement de fond de l'environnement.

Les techniques sont non invasives, il n'y a pas d'effets secondaires. Les dommages causés par les radiations en oncologie sont secondaires. La vérification précoce du néoplasme est plus importante.

Diagnostic de l'AVC ischémique aigu par perfusion (Information pour les médecins)

La technique de dépistage par perfusion vous permet de trouver et d'étudier en détail les plus petits changements dans le flux sanguin capillaire qui se produisent à différents niveaux du cerveau pendant le développement d'un AVC ischémique. Réalisé après MSCT du cerveau montrant des zones pathologiques.

18 patients (10 femmes, 8 hommes, dont l'âge moyen était de 63 ans), souffrant d'un accident vasculaire cérébral ischémique hémisphérique d'insuffisance neurologique modérée et sévère, ont été diagnostiqués. Ces personnes ont fait une série d'exercices au stade initial pour augmenter la microcirculation cérébrale. Le premier jour, les résultats du scanner natif sans contraste et PCT ont été évalués. Une réévaluation a été effectuée les troisième et dixième jours. La section avec la surface maximale de troubles de la perfusion a été mesurée par la surface des secteurs avec des paramètres de saignement modifiés.

Processus de traitement

Le traitement comprenait une reperfusion standard et un traitement antiplaquettaire. La dynamique de croissance des indicateurs neurologiques a été observée sur l'échelle de l'AVC. La zone médiane de la zone de CBV réduite était de 1386,73 mm2, celle de CBF abaissée de 2492,17 mm2 et celle de MTT augmentée de 2068,16 mm2. L'intervalle de temps entre l'apparition des symptômes et l'apparition de la PCT primaire était d'environ 20 heures. La gravité de l'AVC au premier stade était égale à 11 points au NIHSS.

Une diminution exacte de la gravité de l'échec neurologique au 10e jour après le début de la maladie à 8 points a été établie (test de Friedman; p = 0,002). L'attention a été attirée sur une baisse significative du secteur du CBF réduit (à 1443,46 mm2; p = 0,008), la surface des aires de MTT et CBV corrigées est restée la même (2117,69 mm2; p = 0,497 et 1129,89 mm2; p = 0,273).

Après avoir passé les premiers diagnostics, les paramètres de la zone de CBF réduit étaient plus grands que la zone de CBV altéré, mais par la suite, leurs tailles sont devenues comparables (p = 0,059 et p = 0,113, respectivement).

Les changements détectés indiquent l'existence d'une zone de défauts réversibles de la circulation sanguine sur le site de la lésion ischémique au cours du premier jour après le début de la maladie. C'est similaire à une zone de CBF réduit sans violation de CBV et MTT. La régression des écarts de perfusion du foyer ischémique se produit en raison de la stabilisation de l'apport sanguin dans cette zone, mais le manque de circulation de la zone de MTT et de CBV modifiés reste aux mêmes paramètres.

conclusions

Le PCT est un outil précieux pour analyser le développement des caractéristiques physiopathologiques de l'AVC ischémique à un stade précoce, lorsque d'autres méthodes ne parviennent pas à obtenir des informations diagnostiques précieuses..

L'expérience clinique montre qu'à faible coût, il est possible non seulement de diagnostiquer un accident vasculaire cérébral ischémique dans les premières heures de l'apparition des symptômes, mais aussi de déterminer la différence entre la présence de tissus viables et les zones affectées irréversibles..

Par la suite, cela permet de déterminer la probabilité de subir un traitement thrombolytique systémique, pas uniquement sur la base de données sur le rythme de l'évolution de la maladie..

Appelez-nous au 8 (812) 241-10-46 de 7h00 à 00h00 ou laissez une demande sur le site Web à tout moment

Perfusion (tomographie par perfusion) du cerveau

La perfusion (du latin se traduit par «verser») est un terme médical qui signifie une méthode innovante d'approvisionnement et de passage du sang à travers le système vasculaire du corps du patient. Les noms alternatifs de la technique sont les suivants: perfusion CT du cerveau, PCT du cerveau.

La perfusion (recherche) du cerveau est une méthode qui permet d'identifier les caractéristiques du flux sanguin et de mesurer quantitativement tous les paramètres du flux sanguin à travers les vaisseaux, permettant de mesurer la densité du tissu cérébral.

Quand la TDM de perfusion est-elle effectuée??

La tomodensitométrie, dans laquelle la tête du patient est examinée, est demandée dans les cas suivants: diagnostic de lésion du tissu cérébral, accident vasculaire cérébral, lésion cérébrale traumatique.

La méthode de recherche par perfusion permet non seulement d'évaluer au maximum les causes et la nature des dommages, mais aussi, avec une forte probabilité, de prédire le taux de récupération ultérieure des tissus nerveux endommagés..

Quels diagnostics une telle étude

La perfusion (examen) du cerveau permet de mieux diagnostiquer un certain nombre de maladies. En vigueur:

  • Diagnostiquer les conséquences des traumatismes crâniens. Une méthode d'étude informatisée permet d'identifier les hématomes intracrâniens, les saignements ou la présence d'ecchymoses.
  • Pour examen en cas de suspicion de néoplasmes possibles dans la région du cerveau.
  • Lors du diagnostic d'un éventuel accident vasculaire cérébral, évaluation de ses conséquences.
  • Afin de diagnostiquer l'état des vaisseaux sanguins dans le cerveau (leurs modifications possibles) pour détecter la présence d'un anévrisme.
  • Pour découvrir les causes des maux de tête réguliers et sévères, des évanouissements, des étourdissements constants.

Une étude sous forme de perfusion cérébrale peut être prescrite en cas d'intervention chirurgicale à venir associée à la reconstruction des os du visage, ainsi qu'en cas de problèmes graves d'audition ou de cavité nasale.

Indications pour l'examen

Les indications de la TDM sont les diagnostics et conditions préliminaires suivants qui nécessitent une confirmation précise:

  • Accident vasculaire cérébral ischémique suspecté. L'utilisation de cette technique permet d'identifier cette maladie la plus grave au tout début du développement et en très peu de temps, de la distinguer des autres changements pathologiques.
  • Révélant la vitesse du flux sanguin. Par exemple, vous pouvez connaître le degré de réduction lors du diagnostic d'AVC ischémique.
  • Distinguer la croissance tumorale secondaire (il y a une croissance ou une récidive notable) et la fibrose tissulaire survenant souvent après la radiothérapie.
  • Connaître le degré de rétrécissement des artères du cerveau.
  • Établissement de la luxation tumorale, leur évaluation détaillée.

Quels sont les avantages d'une telle enquête?

Ce type d'examen présente un certain nombre d'avantages, parmi lesquels:

  • Rapide et abordable.
  • La meilleure qualité de conduction (l'affichage de la structure de la tête est extrêmement clair).
  • La capacité d'étudier les zones requises du cerveau dans différents plans en couches.
  • Aucune contre-indication (sauf pour les réactions allergiques à l'agent de contraste utilisé lors de la procédure), une préparation minimale à l'examen lui-même.
  • Possibilité de créer des modèles volumétriques du tissu tégumentaire de la tête et des os du crâne.

Riques potentiels

Comme pour toute procédure médicale, la perfusion présente un certain nombre de limites:

  • Cet examen n'est pas recommandé pour les femmes enceintes, car la numérisation peut nuire au développement du fœtus, auquel cas la tomodensitométrie n'est réalisée que pour des raisons médicales particulières.
  • Si un examen avec l'utilisation d'un agent de contraste est effectué chez une femme pendant l'allaitement, il n'est pas recommandé d'allaiter le bébé pendant deux jours après la fin de la procédure..
  • Il est recommandé aux personnes souffrant de réactions allergiques aux médicaments contenant de l'iode (l'agent de contraste contient de l'iode) d'utiliser un tel équipement pour l'examen, lorsqu'il n'est pas nécessaire d'injecter du produit de contraste.

Comment le cerveau est-il perfusé?

Aucune préparation particulière du patient n'est requise avant de commencer l'examen. Il suffit de mettre des vêtements amples qui ne restreignent pas la circulation sanguine et de retirer tout objet contenant du métal du corps. Tous ces éléments peuvent déformer l'image résultante. La tomodensitométrie est réalisée sans bijoux, pinces à cheveux, montres, lunettes, prothèses dentaires ou prothèses auditives. Les femmes doivent enlever leur soutien-gorge car ce vêtement contient des parties métalliques.

Lors de l'utilisation de contraste, il est conseillé de refuser de manger quelques heures avant le début de la procédure. Il est nécessaire d'informer le diagnosticien de la présence d'un stimulateur cardiaque et d'autres implants.

La procédure ressemble à ceci:

  1. Le sujet est placé sur la table du tomographe, en prenant une position horizontale.
  2. Après cela, la plate-forme avec le patient est placée dans la partie annulaire du tomographe.
  3. Le processus de balayage du cerveau à l'aide de rayons X commence. La numérisation se produit en couches, qui sont affichées sur le moniteur du tomographe. Une telle analyse détaillée couche par couche permet au spécialiste d'identifier les plus petits changements, même dans les couches profondes du cerveau..

La numérisation permet d'enregistrer toute modification des vaisseaux alimentant le cerveau et ses tissus. Il vous permet de voir la plus petite inflammation, de voir l'apparition de caillots sanguins ou de tumeurs cérébrales.

L'examen est effectué à l'aide d'un agent de contraste administré au patient avant le début de la procédure, à l'aide duquel il devient possible de créer le modèle le plus complet et le plus volumineux de l'apport sanguin à l'ensemble du cerveau.

L'introduction du contraste permet d'évaluer l'état des vaisseaux du cerveau, le degré de leur rétrécissement et leurs performances. L'agent de contraste est capable de pénétrer dans les vaisseaux les plus minces (capillaires), ce qui permet l'évaluation la plus complète du tableau de la maladie.

À l'heure actuelle, il existe également des équipements d'examen plus innovants qui permettent d'effectuer cette procédure sans utiliser d'agent de contraste. De telles études sont indiquées pour les personnes souffrant de réactions allergiques, ainsi que pour les enfants. Toute la procédure est conçue pour une courte durée, elle prend de 5 à 30 minutes, selon la tâche assignée au diagnosticien.

Après la fin de l'examen, le patient n'a pas besoin de période de rééducation et peut reprendre une vie normale..

La perfusion rétrograde comme méthode de protection du cerveau

La perfusion rétrograde n'est pas du tout liée à l'étude du cerveau. C'est l'une des méthodes utilisées en chirurgie cardiaque. Il a été développé pour protéger le cerveau lors d'une intervention chirurgicale sur l'aorte distale ascendante ou sur l'arcade aortique.

L'utilisation de la perfusion rétrograde en chirurgie est assez rare. Initialement, la technique a été utilisée dans le traitement de l'embolie gazeuse, plus tard, elle a commencé à être utilisée comme méthode de protection lors de l'arrêt hypothermique du pontage cardio-pulmonaire.

CT perfusion du cerveau

La perfusion CT du cerveau est une technique de recherche relativement nouvelle qui permet d'évaluer le degré de circulation sanguine dans certaines zones du tissu nerveux. Ce type de diagnostic est effectué sur des tomographes multispiraux à l'aide de programmes informatiques modernes. Une étape obligatoire de la tomographie par perfusion est l'administration d'un agent de contraste. Le plus souvent, la technique est utilisée pour identifier les zones d'ischémie et les lésions du tissu cérébral..

  • CT perfusion cérébrale, qu'est-ce que c'est
  • Perfusion CT du cerveau avec contraste
  • Que montrera la perfusion cérébrale CT, les indications et les contre-indications
  • Quoi de mieux à faire - perfusion CT ou IRM
  • Où obtenir une perfusion cérébrale CT
    • Prix ​​de la tête CT

CT perfusion cérébrale, qu'est-ce que c'est

Les caractéristiques du flux sanguin sont importantes pour évaluer l'étendue des dommages aux tissus cérébraux. Au cours de la tomographie par perfusion, il est déterminé comment le sang est fourni au cerveau et les zones pathologiquement altérées dans la substance grise et blanche sont détectées.

La perfusion CT révèle des changements minimes dans le système vasculaire, y compris les capillaires. Les images montrent également des foyers pathologiques ne mesurant que quelques millimètres. Il est important que les changements ischémiques puissent être diagnostiqués pendant les 12 premières heures de la maladie pendant la tomographie par perfusion. A titre de comparaison, la tomodensitométrie conventionnelle ne peut diagnostiquer la pathologie qu'après deux à trois jours..

Perfusion CT du cerveau avec contraste

Une condition préalable à la tomodensitométrie par perfusion est l'introduction d'un agent de contraste. À cette fin, la plupart des cliniques de Saint-Pétersbourg utilisent des médicaments non ioniques contenant de l'iode (Omnipak, Ultravist, etc.).

Les programmes informatiques modernes vous permettent d'injecter un agent de contraste à une dose strictement mesurée. Cela permet de séparer clairement les phases artérielle et veineuse de l'administration, et réduit également le risque d'effets secondaires.

Que montrera la perfusion cérébrale CT, les indications et les contre-indications

La technique de perfusion CT du cerveau permet de détecter les changements suivants:

ischémie dans une zone spécifique du cerveau;

rétrécissement des vaisseaux cérébraux;

dilatation anévrysmale des artères du cerveau;

zones de densité pathologique avec un apport sanguin abondant.

Le plus souvent, la perfusion CT du cerveau est nécessaire pour les maladies suivantes:

néoplasmes du cerveau;

troubles chroniques de la circulation sanguine cérébrale (encéphalopathie);

La TDM de perfusion du cerveau est particulièrement demandée pour les maladies cérébrovasculaires, la sensibilité de la technique dans ce cas est d'environ 90%. Ce type de diagnostic est extrêmement nécessaire dans la période aiguë de l'AVC ischémique, car il identifie clairement les limites entre les zones de lésions réversibles et irréversibles des cellules cérébrales. Les résultats de la tomodensitométrie dans ce cas vous permettent de choisir les bonnes tactiques de traitement..

Dans les lésions cérébrales traumatiques, la tomographie par perfusion peut identifier les zones où le tissu cérébral est endommagé. En outre, l'étude est nécessaire pour identifier les foyers ischémiques secondaires après une hémorragie intracrânienne..

La perfusion CT est prescrite pour évaluer la dynamique de croissance des tumeurs cérébrales. Il est utilisé pour surveiller l'efficacité de la radiothérapie et de la chimiothérapie.

Étant donné que l'étude est réalisée en utilisant un produit de contraste contenant de l'iode, les contre-indications à la perfusion CT du cerveau sont:

grossesse à tout moment;

hyperfonction de la glande thyroïde;

une histoire de réactions allergiques à l'iode;

insuffisance rénale sévère.

Les femmes qui allaitent sont testées, mais elles doivent exprimer leur lait pendant la journée. Il existe également des restrictions pour les patients diabétiques prenant de la metformine. Ils doivent arrêter de prendre le médicament deux jours avant l'examen..

Pour les enfants, ce type de diagnostic n'est effectué qu'après avoir atteint l'âge de douze ans. Dans ce cas, il doit y avoir des indications claires pour la tomodensitométrie. De plus, les caractéristiques techniques d'un tomographe calculé ne permettent pas de le réaliser sur des patients pesant plus de 130 kg.

Quoi de mieux à faire - perfusion CT ou IRM

L'étude du flux sanguin vers le cerveau peut être réalisée en utilisant à la fois la tomodensitométrie et l'IRM. Les deux méthodes permettent de détecter des changements minimes dans le tissu nerveux.

Que faire, la perfusion CT ou IRM du cerveau dépend de la situation clinique et de la présence de certaines contre-indications. La perfusion CT fournit les informations les plus précises sur les lésions cérébrales ischémiques suspectées. Cependant, il est contre-indiqué pendant la grossesse et son utilisation en pédiatrie est limitée..

La perfusion IRM ne provoque pas d'exposition aux radiations, elle a donc moins de contre-indications. Le plus souvent, il est prescrit pour évaluer la croissance des néoplasmes, avec des lésions cérébrales traumatiques.

Comment se déroule l'étude, les résultats et l'interprétation de la perfusion cérébrale CT

Aucune préparation pour l'étude n'est nécessaire. Il suffit de s'inscrire à l'avance par téléphone au centre de diagnostic. Vous devez également faire un test sanguin pour la créatinine à l'avance, cela est nécessaire pour déterminer la fonction rénale. Avant l'examen, il est conseillé de ne pas trop manger, vous ne pouvez prendre qu'une collation légère.

L'étude elle-même est indolore et ne cause pas d'inconfort. Tout d'abord, le patient prend une position confortable sur la table de tomographie, puis un scan de la tête natif (sans contraste) est effectué. La prochaine étape est l'introduction d'un agent de contraste, après quoi une deuxième numérisation est effectuée. Dans le même temps, plus d'une centaine de photos sont prises en quelques secondes..

Après l'introduction d'un produit de contraste contenant de l'iode, il y a parfois une légère nausée, un goût désagréable dans la bouche et des vertiges. Habituellement, ces phénomènes disparaissent d'eux-mêmes en quelques minutes. Au total, toute la procédure prend 15 à 30 minutes.

Sur la base des résultats de l'analyse, les indicateurs suivants sont déterminés:

le volume de sang dans une zone spécifique du cerveau;

le volume de sang dans une certaine zone du tissu cérébral pendant une période de temps sélectionnée;

le volume du flux sanguin dans n'importe quelle partie du système vasculaire cérébral (grandes et petites artères, veines, capillaires);

le degré d'accumulation de contraste dans les phases artérielle et veineuse.

L'évaluation de ces indicateurs aide le médecin à déterminer le degré de lésion du tissu cérébral, sa réversibilité ou son irréversibilité, et à faire une prédiction du rétablissement..

Les résultats du diagnostic dans la plupart des centres commerciaux sont publiés dans les 1 à 2 heures. Dans les hôpitaux publics, la réponse n'est disponible que le lendemain. De plus, dans certaines cliniques, une consultation médicale est également organisée, au cours de laquelle vous pouvez poser des questions sur la pathologie identifiée.

Où obtenir une perfusion cérébrale CT

La perfusion CT du cerveau est réalisée uniquement dans des centres de diagnostic dotés d'un équipement moderne et d'un logiciel approprié. De plus, pour interpréter correctement les résultats de l'analyse, le médecin doit avoir des qualifications et une expérience particulières..

En moyenne, le coût de la perfusion CT du cerveau dans les établissements médicaux de Saint-Pétersbourg est de 14 à 17 mille roubles. Le prix comprend la tomographie cérébrale, le coût du contraste, la numérisation répétée et parfois des services supplémentaires. Certaines cliniques peuvent offrir des rabais et des avantages supplémentaires, ce qui rend le test un peu moins cher..

Rôle de la perfusion CT dans l'évaluation des crises cardiaques et des tumeurs cérébrales

La tomodensitométrie de perfusion (tomodensitométrie de perfusion - PCT) permet d'évaluer la nature et la vitesse du flux sanguin dans le tissu pathologiquement altéré et de comparer les paramètres de flux sanguin avec la norme.

La perfusion CT est utilisée chez les patients atteints d'AVC ischémique et de néoplasies cérébrales. La perfusion complète l'angiographie CT en évaluant le flux sanguin dans les plus petits vaisseaux - capillaires.

La méthode a été mise en pratique au début des années 90 du 20e siècle avec l'avènement des scanners multi-coupes, mais ses fondements théoriques ont été décrits beaucoup plus tôt - dans les années 70 du même siècle..

  1. Bases de la méthode
  2. L'image est normale et en pathologie
  3. Inconvénients et avantages
  4. Indications et contre-indications
  5. Formation
  6. Procédure d'exécution de la procédure
  7. Résultats de recherche
  8. Risques et complications possibles
  9. Techniques d'imagerie alternatives
  10. Le coût
  11. Vidéo

Bases de la méthode

L'étude de perfusion est basée sur l'évaluation des changements des caractéristiques de densité du tissu pathologique par rapport à la normale. Après l'introduction du contraste, la zone d'intérêt est surveillée et un graphique de la densité de mise au point en fonction du temps est tracé. Plusieurs paramètres fondamentaux sont mesurés dans ce type d'étude.

Volume sanguin cérébral total (ml / 100 g de substance cérébrale), CBV (volume sanguin cérébral). Ce paramètre vous permet d'estimer le volume total de sang (veineux, artériel, capillaire) dans une zone spécifique de tissu. Plus la valeur est élevée, plus le tissu est vascularisé..

Une vascularisation élevée est caractéristique des tumeurs actives.

Flux sanguin cérébral (CBF): La quantité de sang qui a traversé le volume de tissu par unité de temps. Elle est mesurée en ml pour 100 g de substance cérébrale (toute zone d'intérêt) par minute. Dans certaines tumeurs, ce chiffre peut être plus élevé que dans le tissu cérébral non altéré. Dans les zones de nécrose, les kystes - beaucoup plus bas que la normale. Taux: 50-80 ml / 100 g par minute.

  • Le temps de transit moyen du sang à travers les vaisseaux dans une zone spécifique du cerveau (zone d'intérêt), MTT, temps de transit moyen, en secondes. Dans la zone de nécrose, le temps moyen augmente, dans les tumeurs, il diminue.
  • Temps écoulé avant la concentration de contraste maximale (crête) dans la zone d'intérêt, TTP (temps de crête). Dans les tumeurs, le pic d'accumulation de contraste se produit en moyenne plus rapidement que dans les tissus sains, contrairement aux kystes et à l'infarctus aigu.

L'image est normale et en pathologie

Les valeurs des paramètres sont normales dans la matière grise du cerveau: 60, 4, 4; dans la matière blanche: 25, 2, 5 (CBF, CBV, MTT, respectivement). Plusieurs zones sont distinguées dans la zone d'infarctus. Il:

  • la zone de vascularisation réduite à la périphérie - oligémie;
  • zone de tissu potentiellement viable - pénombre;
  • cœur de crise cardiaque (tissu non viable).

Si l'aide est fournie à temps, l'apport sanguin dans les zones de pénombre et d'oligémie est rétabli, le volume de la crise cardiaque diminue. Sinon, la zone de nécrose se dilate, ce qui entraîne des conséquences néfastes.

  • La zone oligémique est caractérisée par une diminution significative de la pression de perfusion centrale (CPP), et les valeurs de CBF, CBV et MTT sont modérément augmentées.
  • Penumbra a une plus grande diminution de la pression de perfusion et du CBF, mais des augmentations du CBV et du MTT.
  • Dans le noyau de la crise cardiaque, les valeurs CPP et CBF diminuent encore plus, les valeurs CBV et MTT augmentent.
  • Dans les tumeurs, le CBV et le CBF peuvent être augmentés et le MTT diminué.

Inconvénients et avantages

La méthode présente un certain nombre d'inconvénients importants:

  • le temps d'examen est plus long qu'avec le scanner traditionnel, et atteint 10 minutes, tandis que le patient doit rester immobile pour éviter les artefacts;
  • l'exposition aux radiations est légèrement supérieure à celle du scanner traditionnel: elle peut atteindre 4-5 mSv.

Avantages: la possibilité de visualiser un accident vasculaire cérébral en phase aiguë avec une image absolument normale sur un scanner traditionnel. Par conséquent:

  • le traitement est prescrit plus rapidement;
  • la zone d'infarctus diminue;
  • le patient récupère mieux;
  • la gravité des troubles neurologiques diminue.

La tomodensitométrie permet d'évaluer de manière exhaustive les autres tissus de la zone scannée et d'identifier les pathologies concomitantes: fractures des os du crâne, tumeurs, etc..

Indications et contre-indications

La perfusion tomodensitométrique est indiquée pour les patients présentant des symptômes d'accident vasculaire cérébral, mais sans modification de la TDM conventionnelle. Une autre indication est les lésions volumétriques du cerveau pour évaluer leur vascularisation.

  • avec excitation motrice (une anesthésie est nécessaire);
  • avec une fonction rénale insuffisante (taux élevés de créatinine endogène et d'urée).

Remarque: la perfusion CT est une technique d'imagerie complexe et coûteuse. Il est utilisé de manière limitée et uniquement pour des indications strictes..

Formation

Dans la plupart des cas, la PCT est réalisée en urgence chez les patients, une préparation minutieuse n'est donc pas nécessaire. Il est nécessaire d'évaluer la fonction rénale, d'exclure l'allergie à l'iode.

L'étude ne doit pas être réalisée si le patient ne peut pas être relativement immobile pendant 5 à 10 minutes (c'est la durée de l'étude). Les patients présentant une excitation motrice ont besoin d'une anesthésie.

Procédure d'exécution de la procédure

L'étude est réalisée sur des scanners CT en spirale avec le nombre de coupes de 16. 40-80 ml de contraste contenant de l'iode sont utilisés, par exemple, ultravist, omnipack ou yopamiro. Le débit d'injection est de 3 à 5 ml / s. Le contraste est injecté automatiquement par l'injecteur.

La largeur de la zone de balayage est petite et s'élève généralement à plusieurs centimètres (5-15). La recherche prend 5 à 10 minutes. Les données reçues sont converties en cartes de couleurs séparément pour chacun des paramètres ci-dessus.

À considérer: le PCT est le plus couramment utilisé chez les patients en situation d'urgence.

Résultats de recherche

Le médecin est capable d'évaluer le flux sanguin et ses caractéristiques dans le foyer pathologique (foyers) et de les comparer avec le tissu cérébral normal. Par exemple, en phase aiguë (12 heures après une perturbation circulatoire), la TDM traditionnelle peut ne montrer aucun changement. Sur la carte de perfusion, le foyer ischémique se distingue clairement.

Attention: le radiologue transmet généralement la conclusion au médecin traitant si l'étude a été réalisée dans un hôpital.

Risques et complications possibles

Les risques sont principalement liés à l'introduction du contraste. Ce sont les allergies, l'anaphylaxie, l'insuffisance rénale. Les risques de rayonnement sont négligeables, en particulier si l'on considère la gravité de l'état des patients ayant subi un accident vasculaire cérébral et des tumeurs cérébrales.

Techniques d'imagerie alternatives

La seule alternative proche est la perfusion IRM. Cet examen est plus rapide et nécessite moins de contraste. Réalisé sur des tomographes de 1,5 Tesla. Théoriquement, l'angiographie aux rayons X traditionnelle peut être utilisée pour étudier la vascularisation des tumeurs, cependant, la valeur informative de cette étude est inférieure.

Le coût

Dans la plupart des cas, la PCT est réalisée selon l'assurance médicale obligatoire pour les patients atteints de maladies nécessitant une intervention urgente. Dans les cliniques privées en Russie, le PCT coûte entre 5 et 10000 roubles (données pour 2020).

L'étude de la perfusion cérébrale est une méthode diagnostique complexe qui n'est pas toujours justifiée. Parfois, une IRM (DWI) est plus facile à évaluer pour les premiers changements. La méthode est utilisée dans les hôpitaux et les instituts de recherche.

Vidéo

Dans la pratique, il est rarement utilisé en raison de la longueur de la procédure et de la complexité de sa mise en œuvre. La décision sur la nécessité d'une perfusion CT est prise par le clinicien en collaboration avec le radiologue.

Recherche sur la perfusion cérébrale

La perfusion du cerveau est un état du flux sanguin, en d'autres termes, un indicateur de l'apport sanguin à un organe. Avec une diminution de la perfusion, des symptômes désagréables sont observés: acouphènes, mouches, assombrissement des yeux, faiblesse. Dans le même temps, une perfusion accrue dans les tumeurs cérébrales est un signe de mauvais pronostic, car le néoplasme se développe plus rapidement dans ce cas. L'étude de cet indicateur à l'aide de la tomodensitométrie, l'IRM est un moyen de diagnostiquer de nombreuses pathologies du système nerveux central.

La perfusion rétrograde n'est pas une procédure diagnostique, mais une mesure de protection visant à prévenir l'hypoxie du système nerveux central lors d'un arrêt cardiaque hypothermique. La perfusion rétrograde est utilisée pour la chirurgie aortique.

Évaluation de la perfusion

Imagerie par résonance magnétique ou tomodensitométrie avec évaluation de la perfusion - une méthode d'examen du cerveau pour déterminer la capacité vasculaire, l'intensité du flux sanguin.

Le système nerveux central est généreusement pourvu d'un réseau de vaisseaux pour une nutrition adéquate et la respiration des cellules. Une altération de la perfusion cérébrale peut entraîner les symptômes suivants:

  1. Faiblesse, évanouissement.
  2. Assombrissement des yeux, acouphènes.
  3. Dysfonctionnement végétatif.

Tout sur l'angiographie des vaisseaux cérébraux: comment la procédure est effectuée, préparation à l'examen.

Cela peut se produire en raison de processus athérosclérotiques, d'une vascularite, de problèmes avec le système cardiovasculaire. Une perfusion diminuée augmente le risque de développer un parkinsonisme, une démence vasculaire, un accident vasculaire cérébral ischémique et la mort cellulaire due à la privation d'oxygène.

En cas de maladies tumorales, leur apport sanguin est examiné à l'aide d'un tomographe. Le niveau de perfusion affecte la poursuite de la croissance du néoplasme. Les tumeurs malignes diffèrent des tumeurs bénignes par la vitesse du flux sanguin et le type de vascularisation.

Indications pour une étude de perfusion

La tomodensitométrie par perfusion ou l'imagerie par résonance magnétique est l'une des méthodes de diagnostic des pathologies cérébrales. Il est prescrit par les neuropathologistes et les neurochirurgiens aux fins suivantes:

  1. Évaluation du flux sanguin de la tumeur, surveillance de l'efficacité de la chimiothérapie et de la radiothérapie.
  2. Diagnostic des troubles de la perfusion après un AVC, avec thrombose.
  3. Se préparer à une chirurgie du cerveau pour savoir où passent les vaisseaux sanguins.
  4. Détermination des causes des migraines, de l'épilepsie, des évanouissements.
  5. Détection d'un anévrisme - dissection artérielle.

La perfusion CT du cerveau est réalisée à l'aide d'un tomographe à rayons X. L'IRM est basée sur l'action des ondes électromagnétiques. Les signaux réfléchis sont captés par les scanners, l'ordinateur les affiche sur le moniteur. Les images peuvent être enregistrées sur un support externe.

Pour étudier l'état des vaisseaux, un agent de contraste est injecté dans la veine cubitale. Un cathéter est inséré et connecté à un dispositif de perfusion automatique - une pompe à perfusion. Tout d'abord, une analyse tissulaire est réalisée sans contraste. Ensuite, un examen est effectué après l'introduction de 40 ml d'un agent de contraste. Le débit de perfusion est de 4 ml / s. Le tomographe prend des photos toutes les secondes.

Décodage par balayage de perfusion

Un scan de perfusion du cerveau révèle les indicateurs suivants:

  1. Le CBV est le volume du flux sanguin cérébral, qui reflète les quantités de sang par masse cérébrale. Normalement, pour 100 g de matière grise et blanche, il devrait y avoir au moins 2,5 ml de sang. Si l'étude de perfusion a déterminé un volume plus petit, cela indique des processus ischémiques.
  2. CBF est la vitesse volumétrique du flux sanguin. C'est le volume d'agent de contraste qui traverse 100 g de tissu cérébral en un certain temps. Avec la thrombose, l'embolie d'origines diverses, cet indicateur diminue.
  3. MTT est le temps de circulation moyen du contraste. La norme est de 4 à 4,5 secondes. La fermeture de la lumière des vaisseaux entraîne son augmentation significative.

Un logiciel informatique spécial est utilisé pour calculer les résultats.

Les études de perfusion CT, IRM permettent d'évaluer simultanément l'état des vaisseaux et l'intensité du flux sanguin, et la pathologie du tissu cérébral.

Important! L'échographie Doppler détecte également les troubles vasculaires, mais voit mal le parenchyme lui-même - matière blanche et grise, neurones et leurs fibres. L'angiographie, comme la PCT, montre une ischémie et une thrombose, mais visualise mal les tissus mous.

Avantages de la recherche

La tomographie par perfusion par résonance magnétique par ordinateur est une étude informative pour détecter le rétrécissement ou les saillies herniaires des vaisseaux sanguins, déterminer la vitesse du flux sanguin.

Il existe plusieurs différences entre une IRM et une tomodensitométrie de perfusion. La tomodensitométrie utilise des rayons X nocifs, qui sont contre-indiqués pendant la grossesse et l'allaitement. Les tomodensitogrammes sont plus rapides que l'IRM, mais avec le contraste, le temps s'aligne.

Important! Grossesse, période d'alimentation, allergie à l'iode - une contre-indication à l'utilisation d'agents de contraste pouvant être potentiellement dangereux pour l'enfant.

Avantages du PCT et de l'IRM de perfusion:

  1. Prix ​​abordable: environ 3000-4000 r.
  2. Image en coupe claire.
  3. Les résultats peuvent être enregistrés sur un support.

Limites

Pour les femmes enceintes, l'examen n'est réalisé qu'en cas de menace pour la vie du bébé ou de sa mère avec une pathologie cérébrale. Lors de l'allaitement, il convient de noter que l'élimination de l'agent de contraste du corps prend un certain temps. Par conséquent, l'enfant ne peut être nourri que deux jours après l'examen..

Procédure

Avant la procédure de perfusion CT, IRM, il est nécessaire de retirer tous les bijoux et objets métalliques. Les vêtements ne doivent pas gêner les mouvements, car la procédure dure environ une demi-heure. Si vous avez un stimulateur cardiaque, des implants, vous devez en informer le médecin avant de prescrire la procédure..

Remarque: qu'est-ce qu'un échogramme du cerveau et pour quelles maladies la procédure est indiquée.

Ce que les parents doivent savoir sur l'EEG du cerveau chez les enfants: caractéristiques de l'étude, indications.

Conclusion

La recherche sur la perfusion est une méthode précise et relativement sûre pour examiner à la fois les structures cérébrales et les vaisseaux sanguins. Trois indicateurs donnent une idée de la circulation de toute la tête et des zones individuelles.

Tomodensitométrie par perfusion du cerveau dans le diagnostic des troubles aigus et chroniques de la circulation cérébrale

Les maladies cérébrovasculaires sont l'une des maladies humaines les plus courantes. Ce problème est pertinent non seulement pour les personnes âgées, mais aussi pour les jeunes: selon les examens préventifs de la population, ils sont détectés dans 20 à 30% des cas, même chez les personnes en âge de travailler.

L'AVC ischémique est l'une des principales causes de morbidité, de mortalité et d'invalidité en Russie et dans le monde. En Russie, ce problème est particulièrement pertinent en raison du fait que la mortalité par accident vasculaire cérébral est la plus élevée au monde [20]. Au moins un tiers des accidents vasculaires cérébraux sont mortels dans la période aiguë. Au cours de l'année suivante, la mortalité augmente encore de 10 à 15%.

Les maladies cérébrovasculaires sont divisées en aigus (accidents vasculaires cérébraux et troubles transitoires de la circulation cérébrale - accidents ischémiques transitoires), ainsi qu'en formes chroniques d'accident cérébrovasculaire (encéphalopathie discirculatoire). Il s'agit de la pathologie cérébrovasculaire la plus courante, entraînant un handicap avec une augmentation des troubles cognitifs allant jusqu'à la démence..

L'une des principales causes des troubles ischémiques de la circulation cérébrale est la sténose des artères brachiocéphaliques. L'athérosclérose est la cause de 2/3 des lésions des artères brachiocéphaliques, et chez les hommes, cette pathologie survient jusqu'à 4 fois plus souvent que chez les femmes, la fréquence la plus élevée de lésions athéroscléreuses survient dans l'intervalle d'âge de 50 à 60 ans. Les lésions athéroscléreuses, en règle générale, sont de nature segmentaire et sont localisées le plus souvent dans la zone du bulbe (sinus) de l'artère carotide interne [6].

Dans le développement de troubles aigus de la circulation cérébrale, ainsi que le degré de rétrécissement de la lumière du vaisseau, les caractéristiques structurelles de la plaque sont importantes, qui déterminent le degré de son instabilité. La plaque athéroscléreuse n'est pas une structure stable - sous l'influence de facteurs externes et internes, un certain nombre de changements séquentiels se produisent en raison du processus d'athéromatose, de nécrose, de néoangiogenèse et de petites hémorragies interstitielles, qui peuvent ensuite entraîner le détachement de fragments de plaque et provoquer une embolie.

Actuellement, une sténose de 70% ou plus de l'artère carotide interne est considérée comme hémodynamiquement et pathogénétiquement significative en relation avec le développement d'une insuffisance vasculaire cérébrale. Dans ce cas, des changements quantitatifs et qualitatifs du flux sanguin peuvent apparaître, un état de flux instable, un flux sanguin turbulent se produit et le flux sanguin volumétrique à travers le vaisseau diminue, ce qui entraîne une augmentation du risque de développement d'AVC [19].

Physiopathologie du développement de l'ischémie cérébrale

Ne représentant que 2% du poids corporel, le cerveau consomme 15% du volume minime du flux sanguin, tandis que la consommation d'oxygène par le cerveau est de 3 à 3,5 litres pour 100 g de tissu, ce qui correspond à 20% de tout l'oxygène consommé par le corps..

La quantité totale de sang consommée par le cerveau humain est de 600 à 1200 ml / min. Les caractéristiques de la distribution du sang dans le tissu cérébral sont étroitement liées à l'activité fonctionnelle et au métabolisme de ses services. Ainsi, dans les régions corticales des hémisphères cérébraux, la densité des capillaires est 3 à 5 fois plus élevée que dans la substance blanche [13]. Cela est dû au fait que ces parties du cerveau sont soumises à la charge physiologique maximale associée à un niveau de métabolisme plus élevé et, par conséquent, à une circulation sanguine plus intense. Selon des études modernes, le flux sanguin dans la matière grise du cerveau dans le nome est de 50 à 70 ml / 100 g de tissu par minute, et dans la substance blanche de 20 à 25 ml / 100 g de tissu par minute, soutenu par des mécanismes d'autorégulation..

Le principal mécanisme de lésion du tissu cérébral dans l'infarctus cérébral est toujours une diminution ou un arrêt complet du flux sanguin à travers le vaisseau alimentant la zone de la substance cérébrale, le plus souvent à la suite d'une thrombose ou d'une embolie [1, 2, 4, 5, 12].

Expérimentalement établi [Wade S, 2004, Woodruff M, 2011] un algorithme de réactions métaboliques du tissu cérébral à une diminution du flux sanguin cérébral (Fig. 1). Avec une diminution du niveau du flux sanguin à 70-80% (moins de 50-55 ml pour 100 g de tissu cérébral en 1 min), la première réaction se produit sous la forme d'une diminution ou d'un arrêt des fonctions spécifiques du neurone, toute l'activité vitale de la cellule vise à maintenir sa propre homéostasie, donc neurologique déficit [21, 23].

Une nouvelle diminution du débit sanguin à 50% de la valeur normale (jusqu'à 35 ml / 100 g par minute) s'accompagne d'un dysfonctionnement de la membrane, d'une forte inhibition de la diffusion, de l'activation de la glycolyse anaérobie, d'une augmentation de la concentration de lactate et du développement d'une acidose lactique [8, 11]. Ce stade de lésion cellulaire peut être diagnostiqué à l'aide de l'IRM de diffusion du cerveau..
Une ischémie croissante (diminution du débit sanguin à 20 ml / 100 g par minute) entraîne une diminution de la synthèse de l'adénosine triphosphate (ATP), la formation d'un déficit énergétique et, par conséquent, un œdème hydrophile et une nécrose cellulaire [9]. Les signes d'œdème cérébral peuvent être détectés à l'aide de la MSCT du cerveau.

La durée des étapes énumérées de l'algorithme pour les réactions des tissus cérébraux à l'ischémie est interdépendante. Plus la période de diminution modérée du flux sanguin cérébral et l'ischémie «légère» qui l'accompagne est longue, plus la période d'ischémie sévère est courte.

Mécanismes de compensation

La compensation de la diminution du flux sanguin est effectuée par le flux sanguin collatéral et par l'autorégulation du flux sanguin cérébral. Normalement, le niveau de débit sanguin cérébral est constant et ne dépend pas de la pression artérielle, tant qu'il est compris entre 60 et 160 mm Hg. Art. La capacité à maintenir la constance du flux sanguin cérébral est fournie par le phénomène d'autorégulation [14].
La régulation du flux sanguin cérébral est réalisée avec une modification de la résistance cérébrovasculaire, qui dépend du diamètre des capillaires intracérébraux. Lorsque la pression de perfusion baisse, les capillaires cérébraux se dilatent et, lorsqu'elle augmente, ils se rétrécissent, maintenant le flux sanguin cérébral à un niveau constant [3].

La circulation collatérale cérébrale fait référence au réseau vasculaire auxiliaire, qui stabilise l'hémodynamique cérébrale en cas de troubles circulatoires dans les principaux vaisseaux artériels.
Le processus d'atteinte collatérale dépend du calibre et du degré de dilatation des artères principales, qui peuvent rapidement compenser la diminution du flux sanguin cérébral et l'adéquation des voies secondaires de l'apport sanguin - les vaisseaux collatéraux. Au départ, les collatéraux assurent un flux sanguin immédiat vers les zones ischémiques en raison des anastomoses déjà existantes. Ensuite, de telles collatérales sont impliquées, qui même si elles existent déjà anatomiquement, mais nécessitent du temps pour s'ouvrir et augmenter leurs capacités. Très probablement, l'ouverture collatérale dépend de facteurs hémodynamiques, métaboliques et neurorégulateurs [22].

Malgré la présence de nombreux facteurs physiopathologiques spécifiques conduisant au développement de collatéraux, la diminution de la pression artérielle dans les vaisseaux sous-jacents est considérée comme une variable critique [14]. L'ischémie locale du tissu cérébral conduit à la sécrétion de peptides qui stimulent les processus d'angiogenèse avec possibilité de formation de collatéraux, bien que ces vaisseaux servent à éliminer les produits de nécrose plutôt qu'à maintenir le niveau de flux sanguin cérébral. D'autres études cliniques mettent l'accent sur le taux de développement de l'ischémie comme indicateur dont dépend le développement de la circulation collatérale: plus le temps est long, meilleur et plus efficace le développement des collatéraux [15].

Tomodensitométrie par perfusion

L'étude de la physiologie et des besoins métaboliques du tissu cérébral dans les paramètres normaux et normaux du flux sanguin cérébral est menée depuis le milieu du XXe siècle. L'avènement de la tomodensitométrie (TDM) et son développement dans la seconde moitié du XXe siècle ont révolutionné le diagnostic des troubles aigus de la circulation cérébrale. La justification théorique de la possibilité de réalisation et la technique de la tomodensitométrie par perfusion (PCT) ont été décrites pour la première fois dans les travaux de L. Axel en 1980 [7]. Cependant, l'utilisation de la PCT dans la pratique clinique n'est devenue possible que dans les années 1990 et a été associée au développement rapide de la technologie de diagnostic - l'émergence de tomographes calculés multi-coupes avec une vitesse d'acquisition d'images élevée et un logiciel amélioré..

L'amélioration des technologies de numérisation et de traitement de l'information a contribué à l'utilisation généralisée du PCT - il est devenu partie intégrante de la pratique médicale d'urgence, permettant la visualisation du cœur d'un accident vasculaire cérébral et de la zone de la «pénombre» ischémique environnante (pénombre anglaise), et d'évaluer la dynamique de l'évolution de l'AVC ischémique pendant le traitement.

Les méthodes basées sur la tomodensitométrie pour évaluer la perfusion tissulaire du cerveau utilisent la forme et les caractéristiques temporelles du profil de contraste dans les artères d'alimentation, les veines drainantes et le tissu cérébral avant, pendant et après l'administration intraveineuse d'un bolus d'agent de contraste. Pour obtenir de telles dépendances temporelles, simultanément à l'administration d'un agent de contraste, une série de tomodensitogrammes séquentiels est effectuée à des niveaux prédéterminés. Il existe un certain nombre de méthodes pour analyser les dépendances temporelles de la concentration d'agent de contraste pour obtenir des estimations quantitatives de l'hémodynamique tissulaire, qui dépendent du modèle adopté de cinétique d'agent de contraste..

Les principaux indicateurs pour évaluer le flux sanguin cérébral sont:

  • Volume sanguin cérébral (CBV, flux sanguin cérébral) - le volume total de sang dans la zone sélectionnée du tissu cérébral. Ce concept inclut le sang à la fois dans les capillaires et dans les vaisseaux plus gros - artères, artérioles, veinules et veines. Cet indicateur est mesuré en millilitres de sang pour 100 g de moelle épinière (ml / 100 g);
  • Flux sanguin cérébral (CBF, débit sanguin volumétrique) - le taux de passage d'un certain volume de sang à travers un volume donné de tissu cérébral par unité de temps. Le CBF est mesuré en millilitres de sang pour 100 g de moelle par minute (ml / 100 g x min);
  • Temps de transit moyen (MTT, temps de circulation moyen) - le temps moyen pendant lequel le sang passe à travers le lit vasculaire d'une zone sélectionnée de tissu cérébral, mesuré en secondes (s).
  • Temps de fonction résiduelle impulsionnelle (IRF T0) - l'heure d'arrivée d'un agent de contraste à un point spécifié dans le tissu cérébral, indique le début du tissu cérébral contrasté par rapport à la densité de l'artère (p.)


Selon le principe du volume central, commun à toutes les méthodes d'évaluation de la perfusion tissulaire, ces paramètres sont liés par la relation CBV = CBF x MTT.

Pendant la PCT, la perfusion cérébrale est évaluée par les cartes construites pour chacun des paramètres (Fig. 2), ainsi que par leurs valeurs absolues et relatives dans les zones correspondantes du cerveau. En plus de CBF, CBV, MTT et IRF T0, le temps jusqu'à la concentration maximale (pic) d'agent de contraste (temps jusqu'à pic, TTP) peut également être calculé. Le chercheur peut sélectionner plusieurs régions d'intérêt (ROI, région d'intérêt) sur la tranche, pour lesquelles les valeurs moyennes des indices de perfusion cérébrale sont calculées et un graphe «temps-densité» est tracé.

Actuellement, les chercheurs ont des approches différentes de la question de l'identification des domaines d'intérêt. Cependant, compte tenu de la pathogenèse des troubles aigus et chroniques de la circulation cérébrale, il semble possible d'appliquer diverses techniques pour résoudre le problème de l'adéquation de la circulation sanguine. Ainsi, dans les AVC ischémiques, l'évaluation du flux sanguin dans les régions corticales de la zone touchée est de la plus haute importance (ce qui peut refléter le tableau clinique existant), avec le développement de troubles chroniques de la circulation cérébrale, les structures sous-corticales sont les plus touchées.

Ainsi, le PCT du cerveau doit être utilisé chez les patients présentant des formes aiguës d'accident vasculaire cérébral pour un diagnostic précoce de l'AVC. Une diminution de la vitesse du flux sanguin cérébral chez les patients présentant une sténose unilatérale de l'artère carotide interne doit être considérée comme un critère supplémentaire pour la nécessité d'un traitement chirurgical..

Liste de références

  1. Maladies du système nerveux: un guide pour les médecins: en 2 volumes - Vol.1. Ed. Yakhno N.N., Shtulmana D.R. - 3e éd., Révisé et élargi. - M.: Médecine, 2003.-- 744 p..
  2. Vereshchagin N.V., Gannushkina I.V., Suslina Z.A., Boldyrev A.A., Piradov M.A., Tanashyan M.M. et al., "Essays on Angioneurology", M., 2005
  3. Kotov S.V., Isakova E.V., Ryabtseva A.A. et al.Thérapie complexe de l'ischémie cérébrale chronique /. Ed. V. Ya. Neretina. - M., 2001 - 532s.
  4. Skvortsova V.I., Krylova V.V. AVC hémorragique: un guide pratique - M. - GEOTAR-Media, 2005. - 160s.
  5. Skoromets A.A., Skoromets A.P., Skoromets T.A. Maladies nerveuses. M.: Medpress-inform, 2005.-- 544 p..
  6. Augoustides G.T. John Advances in the Management of Carotid Artery Disease: Focus on Recent Evidence and Guidelines - Journal of Cardiothoracic and Vascular Anesthesia, 2012, volume 26, numéro 1, p. 166-171
  7. Axel L. Détermination du débit sanguin cérébral par tomographie par ordinateur à séquence rapide: une analyse théorique. Radiologie, 1980, 137, p. 679-686
  8. Brouns, R & De Deyn, PP. La complexité des processus neurobiologiques dans l'AVC ischémique aigu. Neurologie clinique et neurochirurgie, 2009, 111 (6), p. 483-495
  9. Colbourne F, Sutherland GR et Auer RN. Preuve microscopique électronique contre l'apoptose en tant que mécanisme de mort neuronale dans l'ischémie globale - Journal of Neuroscience, 1999, 19 (11), p. 4200-4210
  10. Fisher M, Paganini-Hill A, Martin A et coll. Pathologie de la plaque carotidienne: thrombose, ulcération et pathogenèse de l'AVC. AVC, 2005; 36, p. 253.
  11. Forder, JP & Tymianski, M. Mécanismes postsynaptiques d'excitotoxicité: implication des protéines de densité postsynaptique, des radicaux et des molécules oxydantes. Neuroscience, 2009, 158 (1), p. 293-300
  12. Hankey J. Réponses à vos questions. Churchill Livingstone. Elsever limitée, 2002
  13. Heiss W.D. Pénombre ischémique: évidence de l'imagerie fonctionnelle chez l'homme / J Cereb Blood Flow Metab.- 2000.-V.20 :-P. 1276-1293
  14. Hobson W Robert, Mackey C William, Ascher Enrico, Murad M Hassan, Calligaro D Keith, Comerota J Anthony Gestion de la maladie de l'artère carotide athéroscléreuse: directives de pratique clinique de la Society for Vascular Surgery - Journal of Vascular Surgery, 2008, 48 (2), p. 480-486.
  15. Manoonkitiwongsa PS, Jackson-Friedman C, McMillan PJ, Schultz RL, Lyden PD. L'angiogenèse après un AVC est corrélée à une augmentation du nombre de macrophages: l'hypothèse du nettoyage. J Cereb Blood Flow Metab 2001; 21, p. 1223-1231
  16. Mayberg M.R., Wilson S.E., Yatsu F. et al. Endartériectomie carotidienne et prévention de l'ischémie cérébrale dans la sténose carotidienne symptomatique: Veterans Affairs Cooperative Studies Program 309 Trialist group / JAMA, 1991, V.266, P.3289-3294.
  17. Mathias K. Placement de stent dans la maladie de l'artère supra-aortique. Dans: Stents: état de l'art et développements futurs. Liermann D.D. ed. Morin Heights: Polyscience Publication, Inc., 1995; P.87-92
  18. Papp Z., Patel M., Ashtari M. et al. Sténose de l'artère carotide, optimisation de l'angiographie CT avec une combinaison d'affichage de surface ombrée et d'images source / Am J Neuroradiol.- 1997. - V.18. - P.759-763
  19. Takaya N, Yuan C, Chu B et coll. Association entre les caractéristiques de la plaque carotidienne et les événements cérébrovasculaires ischémiques ultérieurs: une évaluation prospective avec les résultats initiaux de l'IRM. AVC 2006; 37: 818.
  20. Le comité exécutif de l'ESO (European Stroke Organization) et le comité de rédaction de l'ESO. Lignes directrices pour la gestion des accidents vasculaires cérébraux ischémiques et des crises ischémiques transitoires, 2008
  21. Wade S. Smith Pathophysiology of Focal Cerebral Ischemia: a Therapeutic Perspective - J Vasc Interv Radiol, 2004, 15; p. 3-12
  22. Wei L, Erinjeri JP, Rovainen CM, Woolsey TA. Croissance collatérale et angiogenèse autour de l'AVC cortical. Accident vasculaire cérébral. 2001; 32: 2179-2184
  23. Woodruff M Trent, Thundyl John, Sung-Chun Tang, Sobey G Christopher Physiopathologie, traitement et modèles animaux et cellulaires de l'AVC ischémique humain - Molecular Neurodegeneration, 2011, 6; Onze

Mozharovskaya M.A., Badul M.I., Morozov S.P., Kryzhanovsky S.M., Shmyrev V.I..

Article ajouté le 18 avril 2013.