Principal > Sclérose

Encéphalopathie du cerveau

L'encéphalopathie est un syndrome qui peut être causé par de nombreuses maladies.

Avec l'encéphalopathie, les cellules du cerveau souffrent, ce qui perturbe son fonctionnement. L'encéphalopathie est le plus souvent d'apparition lente et répond bien au traitement. Un facteur fondamental du succès du traitement est l'impact sur la cause sous-jacente du trouble. Bien que toutes les encéphalopathies ne se terminent pas bien. Ainsi, sa forme hépatique, diabétique ou toxique peut entraîner le coma et la mort du patient.

Le cerveau commence à mourir 6 minutes après l'arrêt de l'apport d'oxygène. En outre, cet organe est très sensible aux effets toxiques de tout facteur pathogène. Dans le contexte d'un manque d'oxygène aigu ou chronique, ses cellules commencent à mourir, ce qui affecte le fonctionnement du cerveau.

Ce que c'est?

L'encéphalopathie du cerveau est une condition pathologique dans laquelle, en raison d'un apport insuffisant d'oxygène et de sang aux tissus du cerveau, la mort de ses cellules nerveuses se produit. En conséquence, des zones de carie apparaissent, le sang stagne, de petites zones locales d'hémorragie se forment et un œdème des méninges se forme. Affecte la maladie principalement la matière blanche et grise du cerveau.

Classification

Toutes les encéphalopathies peuvent être divisées en deux grands groupes - congénitales et acquises.

Les formes congénitales peuvent survenir à la suite de troubles métaboliques génétiques, dus à des malformations du cerveau ou à une exposition à des facteurs dommageables pendant la grossesse (hypoxie, infection) ou pendant l'accouchement (traumatisme à la naissance, hématome, hémorragie).

L'encéphalopathie acquise survient tout au long de la vie de la petite enfance à la vieillesse, peut être causée par divers facteurs, elles sont divisées en plusieurs groupes.

  • traumatiques - ce sont les conséquences d'un traumatisme cranio-cérébral, de fractures ouvertes et fermées du crâne
  • encéphalopathie toxique résultant de lésions cérébrales par des toxines neurotropes (alcool, alcool méthylique, chloroforme, plomb)
  • toxique-infectieux - lésions cérébrales causées par des toxines bactériennes (tétanos, botulisme)
  • rayonnement, à la suite de dommages aux tissus cérébraux par rayonnement ionisant
  • métabolique, avec insuffisance hépatique ou rénale, avec diabète sucré dû aux fluctuations du glucose
  • encéphalopathie due à une violation de l'équilibre eau-sel (due à un œdème ou à une déshydratation du cerveau), une perte de sang aiguë
  • vasculaire, en raison de troubles circulatoires chroniques (les causes peuvent être l'athérosclérose, l'hypertension artérielle, la stase veineuse)
  • encéphalopathie médicinale, en tant que variante de toxique, en cas de surdosage ou d'intoxication médicamenteuse.

Raisons de développement

Pour poser un diagnostic final et débuter le traitement, une analyse du liquide céphalo-rachidien et une IRM sont nécessaires. Cependant, le diagnostic ne doit pas commencer par cela, car la première étape consiste à rechercher les principales causes d'encéphalopathie inhérentes à un tableau clinique particulier..

Voici quelques pathologies couramment diagnostiquées:

  • l'athérosclérose vasculaire;
  • traumatisme, lésions cérébrales;
  • infections intra-utérines;
  • hypertension artérielle;
  • privation chronique d'oxygène du cerveau;
  • pression intracrânienne perturbée;
  • Diabète;
  • accouchement pathologique de femmes enceintes;
  • blessures cervicales de degrés divers avec accouchement naturel;
  • approvisionnement sanguin altéré;
  • choc traumatique.

Degrés

Il existe trois degrés d'encéphalopathie discirculatoire.

  1. Le premier degré d'encéphalopathie est caractérisé par une perte de mémoire, une irritabilité, des maux de tête, un sommeil agité.
  2. Le deuxième degré d'encéphalopathie est caractérisé par des symptômes assez prononcés. Les maux de tête deviennent constants, des pertes de mémoire, de la léthargie, de l'apathie, des troubles du sommeil sont observés.
  3. Le troisième degré d'encéphalopathie discirculatoire est caractérisé par de graves modifications du tissu cérébral, les symptômes de la maladie sont aggravés. Parésie, parkinsonisme vasculaire se produit, parole est altérée.

Symptômes et premiers signes

Le tableau clinique de l'encéphalopathie peut être très variable et dépend en grande partie de la nature du processus pathologique qui a conduit à des lésions cérébrales. Les symptômes les plus courants chez les patients atteints de cette pathologie sont:

  • vertiges;
  • maux de tête;
  • irritabilité et instabilité de la psyché;
  • trouble du sommeil;
  • bruit dans la tête;
  • diminution de la mémoire;
  • fatigue accrue;
  • perte de capacité de concentration;
  • réduire la gamme des intérêts;
  • une tendance à la dépression ou, au contraire, à l'euphorie et à la désinhibition avec un manque de critique de sa condition;
  • changement de personnalité;
  • violation de l'innervation de diverses zones du corps;
  • tremblement de la main;
  • dysfonction sexuelle;
  • violation des expressions faciales et de la prononciation sonore;
  • trouble de la coordination des mouvements;
  • l'apparition de réflexes pathologiques;
  • diminution de l'audition et de la vision;
  • troubles de la conscience.

Diagnostique

La détection réussie de l'encéphalopathie est facilitée par un diagnostic complet. Pour ce faire, il faut tout d'abord étudier les données historiques du patient. Et deuxièmement, tester le patient pour:

  • coordination des mouvements;
  • état de la mémoire;
  • état psychologique.

Ces études peuvent montrer la présence de changements dans la psyché du patient, et si des maladies tierces sont détectées, le médecin est plus susceptible de pouvoir poser un diagnostic préliminaire.

Parallèlement aux études ci-dessus, le patient se voit attribuer les tests suivants:

  • analyse sanguine générale. La clé ici est l'indice lipidique du sang. Si sa valeur dépasse la norme, alors on peut juger que l'encéphalopathie discirculatoire cérébrale chez le patient commence à progresser;
  • tests métaboliques qui illustrent les valeurs numériques du glucose, des électrolytes, de l'ammoniac, de l'oxygène et de l'acide lactique dans le sang. Ce test comprend également la mesure numérique des enzymes hépatiques;
  • analyse des auto-anticorps, montrant la présence d'anticorps qui détruisent les neurones qui contribuent au développement de la démence;
  • surveillance de la pression artérielle;
  • test pour l'identification des médicaments et des toxines dans le corps (sous une forme toxique);
  • mesure des niveaux de créatinine - vous permet d'identifier les anomalies de la fonction rénale.

Pour une image plus précise de la maladie, des études sont également menées à l'aide de techniques telles que:

  • électroencéphalographie - pour détecter les dysfonctionnements cérébraux;
  • rhéoencéphalographie - pour évaluer l'état des vaisseaux sanguins et du flux sanguin cérébral;
  • Radiographie de la colonne vertébrale (colonne cervicale) avec tests fonctionnels;
  • dopplerographie échographique des vaisseaux du cerveau et du cou. Montre la présence d'une circulation sanguine pathologique, aide à identifier les abcès;
    échographie - pour détecter la plaque ou les spasmes dans les parois des vaisseaux sanguins;
    la surveillance par ultrasons vous permet d'identifier la cause de la formation de caillots sanguins et l'emplacement des emboles;
    tomodensitométrie, IRM - pour trouver des tumeurs et des anomalies cérébrales.

Toutes les études ci-dessus ne sont pas prescrites par un médecin pour poser un diagnostic. Les indications pour mener une étude particulière sont dictées par la gravité de la maladie et certaines difficultés à poser un diagnostic.

Traitement de l'encéphalopathie

Les troubles dystrophiques des tissus cérébraux, formés au cours d'une encéphalopathie, sont dans l'ensemble déjà irréversibles. Cependant, il est tout à fait possible d'améliorer l'état du patient et d'empêcher la poursuite de la progression du processus pathologique à l'aide de médicaments. Dans la lutte contre l'encéphalopathie, tout d'abord, vous devez prendre en compte la cause du développement de la maladie.

En général, les médicaments suivants sont utilisés pour traiter l'encéphalopathie:

  1. Agents détoxifiants - éliminent les substances toxiques du corps (alcool, drogues, ammoniaque, etc.);
  2. Médicaments qui améliorent l'apport sanguin au cerveau (Caviton, Tsinarizin);
  3. Nootropiques (Noubut, Nootropil, Cerebrolysin);
  4. Médicaments antioxydants (thiotriazoline);
  5. Médicaments antihypertenseurs - si le patient souffre d'hypertension artérielle;
  6. Agents hypolipidémiants (fénofibrate, clofibrate) - en présence d'athérosclérose;
  7. Vitamines B - améliorent le trophisme du tissu nerveux, ainsi que le travail du cerveau;
  8. Sédatifs (Novopasit, glicisé);
  9. Anticonvulsivants (diazépam).

Parmi les méthodes de traitement non médicamenteuses, il convient de prêter attention au massage de la zone du col cervical, aux exercices thérapeutiques, ainsi qu'à la physiothérapie (électrophorèse, magnétothérapie, thérapie UHF), à l'acupuncture. Ces méthodes compléteront le traitement de base existant et amélioreront l'état du patient..

L'encéphalopathie est différente pour chaque personne. Le type d'encéphalopathie, la durée de son existence, la gravité et la présence de complications jouent ici un rôle. Certaines personnes vivent confortablement avec une encéphalopathie toute leur vie, tandis que d'autres ont de graves problèmes de santé. Par conséquent, la question de l'affectation des personnes handicapées est tranchée individuellement. Si une maladie limite la capacité d'une personne à travailler, ou si le patient perd la capacité de se déplacer, en libre-service, il est nécessaire de contacter le MSEC pour enregistrer un handicap.

Pourquoi l'encéphalopathie est-elle dangereuse??

Il est assez difficile de prédire à l'avance comment se comportera l'encéphalopathie causée par l'un ou l'autre facteur causal, car le cerveau, en raison de sa plasticité, dispose de puissants mécanismes de compensation. Néanmoins, il a été prouvé que les formes sévères de ce complexe de syndrome provoquent des troubles neurologiques et mentaux persistants, par exemple:

  • l'encéphalopathie vasculaire est à l'origine de la démence chez les personnes âgées, ou de la démence sénile, dans 10 à 15% des cas
  • l'épilepsie post-traumatique se développe chez 11 à 20% des patients après un TBI
  • l'encéphalopathie à bilirubine peut entraîner une paralysie infantile, une perte de la vision et de l'audition, un retard mental et mental. Le neurologue sera en mesure de diagnostiquer les symptômes de telles conséquences dès le deuxième mois de la vie de l'enfant..

Les formes aiguës de lésions cérébrales graves sont dangereuses en ce qu'elles entraînent un œdème cérébral, un coma et la mort.

La prévention

Pour prévenir l'encéphalopathie, vérifiez régulièrement votre tension artérielle: elle ne doit pas dépasser 140 à 90. Arrêtez de fumer et buvez de l'alcool avec modération: ces mauvaises habitudes augmentent le risque d'accident vasculaire cérébral. De plus, l'alcool altère la «fluidité» du sang.

Faites de l'exercice régulièrement: natation, danse, yoga, jogging, vélo. Marchez plus: Marcher 30 minutes par jour réduit votre risque d'AVC et améliore votre santé. Évitez les sports extrêmes pour éviter de vous blesser à la tête et au cou. Prenez une douche de contraste: elle renforce les vaisseaux sanguins et le système nerveux.

Prévoir

Dans de nombreux cas, le pronostic de l'encéphalopathie secondaire détermine l'efficacité avec laquelle la pathologie causale peut être traitée..

Le résultat de la thérapie dépend également du degré des changements cérébraux qui se sont produits. Dans certains cas, la stabilisation de l'encéphalopathie est considérée comme un effet positif. Avec une progression supplémentaire, l'encéphalopathie atteint le degré III et conduit à de graves troubles neurologiques et émotionnels-mentaux qui rendent le patient handicapé. Dans le cas d'une encéphalopathie périnatale ou aiguë, le résultat dépend de la masse et de la gravité des lésions du tissu cérébral..

Les encéphalopathies toxiques aiguës sont souvent accompagnées de lésions cérébrales profondes et irréversibles.

Qu'est-ce que l'encéphalopathie et comment l'identifier

Dans la compréhension générale, l'encéphalopathie est une lésion cérébrale organique. C'est un terme qui combine de nombreuses sous-espèces de maladies cérébrales non inflammatoires qui se manifestent par des symptômes mentaux, neurologiques, somatiques et cérébraux. Au cœur de l'encéphalopathie se trouve une lésion organique de la substance cérébrale. Le tableau clinique de l'encéphalopathie va de symptômes simples (maux de tête, troubles du sommeil) à graves (coma, convulsions, décès).

Ce que c'est

La maladie est congénitale et acquise. Les formes congénitales sont le résultat d'un accouchement anormal ou de maladies de la mère pendant la grossesse. "Le diagnostic d'encéphalopathie chez l'enfant" est présenté. L'encéphalopathie chez l'adulte est principalement acquise. Ils sont acquis à la suite d'une exposition à des facteurs vitaux tels qu'une lésion cérébrale, une infection ou une exposition toxique à des métaux lourds.

Le pronostic de l'encéphalopathie dépend de la cause, du type, de la gravité du tableau clinique, du diagnostic et du traitement opportuns. Par exemple, l'encéphalopathie hypertensive (encéphalopathie veineuse) est caractérisée par des symptômes d'augmentation de la pression intracrânienne. Avec un traitement adéquat, les patients se rétablissent complètement - le pronostic est favorable. L'encéphalopathie hépatique a un pronostic défavorable, car la progression de la maladie entraîne des lésions cérébrales toxiques - le patient tombe dans le coma et meurt après quelques jours.

Les conséquences de l'encéphalopathie dépendent également de la forme, de l'évolution, du diagnostic et du traitement. Par exemple, l'encéphalopathie associée au VIH chez les enfants jusqu'à un an plus tard 5 à 6 mois après le diagnostic est compliquée par la mort, car la maladie progresse rapidement et son évolution est extrêmement difficile à prévoir..

Les raisons

L'encéphalopathie se forme à la suite de toute cause qui, d'une manière ou d'une autre, entraîne des lésions cérébrales organiques précoces ou tardives. Les causes suivantes de la maladie sont distinguées:

  1. Lésion cérébrale traumatique. Conduit à une encéphalopathie post-traumatique. Cette forme de maladie est la plus courante chez les athlètes d'arts martiaux qui manquent souvent des coups de poing à la tête (boxe, taekwondo, muay thai, football américain).
    Le coup manqué et son résultat - KO et renversement - conduit à une commotion cérébrale. Ces blessures fréquentes endommagent le cerveau, ce qui perturbe le métabolisme des protéines. Dans les tissus nerveux, le métabolisme des protéines est perturbé et une protéine pathologique - l'amyloïde s'accumule progressivement.
  2. Raisons périnatales. L'encéphalopathie périnatale chez les enfants est le résultat d'un accouchement problématique. Ceci est le résultat d'une combinaison de facteurs, tels que la malnutrition, l'incohérence entre la taille du canal de naissance et la taille de la tête fœtale, la toxicose pendant la grossesse, le travail rapide, la prématurité, l'immaturité.
  3. Athérosclérose et hypertension artérielle. Ces maladies sont caractérisées par une diminution du flux sanguin cérébral due à la plaque dentaire, qui réduit la lumière du vaisseau, et due à une pression accrue. Une diminution du flux sanguin cérébral entraîne une ischémie des cellules nerveuses. Ils manquent d'oxygène et de nutriments, c'est pourquoi les neurones meurent.
  4. Intoxication chronique avec des drogues, de l'alcool, de la nicotine, des drogues et des poisons. Ces facteurs conduisent à l'accumulation de substances toxiques dans les cellules cérébrales, ce qui entraîne leur destruction et leur mort..
  5. Maladies des organes internes, tels que le foie, le pancréas ou les reins. En raison de maladies hépatiques graves, la filtration des poisons est altérée. Ces derniers s'accumulent dans le sang et pénètrent dans le système nerveux central. Les cellules cérébrales meurent. L'encéphalopathie se développe.
  6. Maladie des radiations aiguë ou chronique. Il existe une forme de maladie des radiations - l'encéphalopathie cérébrale. Elle survient après irradiation de la tête avec une dose de 50 Gy et plus. En raison de l'effet direct des radiations, les cellules cérébrales meurent.
  7. Diabète sucré (encéphalopathie diabétique). En raison du diabète sucré, le métabolisme de toutes les substances du corps est perturbé. Cela conduit à la formation de plaques athéroscléreuses dans les vaisseaux du cerveau, à une ischémie des neurones et à une augmentation de la pression artérielle. La combinaison de ces trois facteurs conduit à la destruction des cellules cérébrales et à l'encéphalopathie.
  8. Syndrome hypertensif. L'encéphalopathie survient en raison d'une violation de l'écoulement du sang veineux, d'un œdème cérébral et d'une stagnation du liquide céphalo-rachidien. En conséquence, les produits métaboliques toxiques ne sont pas utilisés ou éliminés du système nerveux central et commencent à détruire les cellules cérébrales. L'hydroencéphalopathie est le résultat d'une hypertension intracrânienne persistante.
  9. Inflammation des vaisseaux du cerveau. Conduit à une perturbation de l'intégrité des artères et des veines et augmente la probabilité de caillots sanguins. Ce dernier bloque le courant du vaisseau - la circulation cérébrale est perturbée. Le tissu nerveux meurt en raison du manque d'oxygène et de nutriments.

Symptômes

Le tableau clinique de l'encéphalopathie est varié: il dépend de la cause, du degré et de la forme de la maladie. Cependant, il existe des symptômes typiques de tout type d'encéphalopathie, quelles que soient la cause et la gravité de la maladie:

  • Mal de crâne. La céphalalgie par la nature de la douleur dépend de la genèse de la maladie. Ainsi, l'encéphalopathie hypertensive est caractérisée par des maux de tête éclatants.
  • Asthénie: fatigue, irritabilité, labilité émotionnelle, indécision, sautes d'humeur, méfiance, anxiété, irascibilité.
  • États de type névrose: actions obsessionnelles, réaction émotionnelle inadéquate à une situation familière, vulnérabilité, suggestibilité.
  • Trouble du sommeil. Elle se caractérise par des difficultés à s'endormir, des cauchemars, un réveil précoce, une sensation de manque de sommeil et de fatigue. Les patients heureux sont somnolents.
  • Troubles de l'autonomie: transpiration excessive, membres tremblants, essoufflement, palpitations, perte d'appétit, selles dérangées, doigts et orteils froids.

Comme vous pouvez le voir, le tableau clinique se compose d'une grande variété de symptômes caractéristiques de nombreuses autres maladies et non spécifiques. Par conséquent, sur la base des signes cérébraux généraux, le diagnostic n'est pas posé. Cependant, chaque type d'encéphalopathie diffère par une cause et une symptomatologie particulières..

Le degré de la maladie

Toute encéphalopathie se développe progressivement, avec l'apparition constante de nouveaux symptômes dans le tableau clinique et la progression des anciens. Ainsi, dans la symptomatologie de la maladie, on distingue 3 degrés d'encéphalopathie: du premier, le plus léger, au troisième degré, qui se caractérise par des symptômes complexes et une adaptation altérée du corps.

1 degré

L'encéphalopathie du premier degré n'est pas toujours perceptible par le patient. Souvent, les patients ignorent qu'ils sont malades. Le premier degré est caractérisé par les symptômes les plus non spécifiques:

  1. maux de tête légers récurrents;
  2. la fatigue, souvent attribuée à la charge de travail ou au mauvais temps;
  3. difficulté à s'endormir.

A ce stade, lorsque ces signes apparaissent, le cerveau souffre déjà partiellement d'un manque de circulation sanguine. Dans un premier temps, les mécanismes de défense de l'organisme compensent la carence sous la forme d'une baisse d'activité afin de conserver l'énergie. Le système nerveux central passe en mode «économie d'énergie». Le premier degré peut durer jusqu'à 12 ans sans passer à l'étape suivante et sans l'ajout de symptômes caractéristiques.

2 degrés

Le deuxième degré consiste en des symptômes plus graves. Dans le tableau clinique, les mêmes symptômes sont présents, en plus d'eux, les suivants sont également ajoutés:

  • troubles de la mémoire: il devient plus difficile pour le patient de se souvenir et de reproduire les informations, il faut plus de temps pour se rappeler où se trouvent les clés ou où la voiture est garée;
  • les maux de tête sont associés à des étourdissements;
  • des explosions émotionnelles apparaissent, le patient devient de plus en plus irritable;
  • l'attention est dispersée - il est difficile pour le patient de se concentrer sur la leçon, il passe constamment à des choses moins importantes.

De petites zones focales apparaissent dans le cerveau sur fond de lésions organiques, qui manquent d'oxygène et de nutriments.

3 degrés

Au troisième degré, une encéphalopathie focale apparaît. De grandes zones de cellules nerveuses dysfonctionnelles apparaissent dans le cerveau, ce qui altère le fonctionnement du système nerveux central. Le troisième degré est caractérisé par des troubles cérébraux grossiers. Dans le tableau clinique, des symptômes de démence apparaissent, la sphère émotionnelle et volontaire est bouleversée. Panneaux:

  1. diminution de l'intelligence, distraction de l'attention, oubli;
  2. la pensée est perturbée: elle devient rigide, détaillée, lente et détaillée; il est difficile pour les patients de distinguer le primaire du secondaire.
  3. trouble du sommeil;
  4. irascibilité;
  5. diminution de l'acuité visuelle et de l'audition;
  6. troubles du mouvement: troubles de la marche, difficulté à manger et à prendre soin de soi;
  7. troubles émotionnels: sautes d'humeur fréquentes, euphorie, dépression, matité émotionnelle;
  8. sphère volontaire: la motivation pour l'activité diminue, le patient ne veut rien faire, il n'y a aucune incitation à travailler et à étudier de nouvelles informations, l'intérêt pour les loisirs et les activités qui procuraient autrefois du plaisir est perdu.

Types de maladies

L'encéphalopathie est un terme global qui fait référence à un ensemble de nosologies différentes avec une cause et un tableau clinique différents avec un dénominateur commun - des lésions cérébrales organiques. Par conséquent, la maladie est de différents types..

Post-traumatique

L'encéphalopathie post-traumatique est une pathologie caractérisée par des troubles mentaux et neurologiques qui se développent au cours de la première année après une lésion cérébrale traumatique due à des lésions mécaniques directes du tissu cérébral à la suite d'un choc (commotion, ecchymose).

Symptômes de l'encéphalopathie post-traumatique:

  1. Maux de tête aigus et fréquents après une blessure, étourdissements, nausées et vomissements, diminution des performances, fatigue, apathie, sensibilité accrue à la lumière, au son et à l'odorat.
  2. États psychopathiques et névrosés. Ceux-ci incluent les explosions affectives, la labilité émotionnelle, l'hypocondrie, la dépression, les accès d'agression incontrôlée, les litiges, la rancœur.
  3. Syndrome d'augmentation de la pression intracrânienne. Caractérisé par des maux de tête, des nausées et des troubles autonomes.
  4. Épilepsie post-traumatique. Cela se produit lorsqu'un foyer pathologique de gliose s'est formé dans le cerveau. Les convulsions peuvent être accompagnées sans perte de conscience ou en sa présence.
  5. Parkinsonisme post-traumatique. Il se caractérise par des tremblements des extrémités, de l'inactivité, une augmentation du tonus musculaire.
  6. Cérébrosthénie post-traumatique. Le syndrome se manifeste par une diminution de la mémoire, une céphalalgie, des étourdissements, une asthénie et une diminution des capacités intellectuelles du patient..

Encéphalopathie posthypoxique

L'encéphalopathie post-hypoxique est un trouble neurologique et mental résultant d'une ischémie prolongée des cellules cérébrales. Se produit souvent chez les personnes qui ont subi des conditions d'urgence et terminales (accident vasculaire cérébral, crise cardiaque, coma).

Il existe de telles formes d'encéphalopathie posthypoxique:

  • Diffus primaire. Se développe dans le contexte d'une insuffisance respiratoire et après la mort clinique.
  • Circulatoire secondaire. En raison d'un choc cardiogénique et hypovolémique, lorsque le volume de sang circulant diminue. Cela peut être avec une hémorragie massive.
  • Toxique. Formé en raison d'une intoxication sévère ou dans le contexte de maladies graves des organes internes.
  • Localement ischémique. En raison de la thrombose des vaisseaux cérébraux.

L'encéphalopathie posthypoxique se déroule en trois étapes:

  1. Compensatoire. Les cellules nerveuses souffrent d'un manque d'oxygène, mais le corps compense cela avec ses propres réserves d'énergie.
  2. Décompensation. Les neurones commencent à mourir. Le tableau clinique se manifeste par des symptômes cérébraux généraux..
  3. Terminal. L'oxygène n'est plus délivré au cortex cérébral. Les fonctions de l'activité nerveuse supérieure s'estompent progressivement.

Encéphalopathie dysmétabolique

Ce type de maladie apparaît dans le contexte d'un trouble métabolique grave dans le corps et comprend plusieurs sous-espèces:

  • Encéphalopathie urémique. Il se produit en raison d'une insuffisance rénale, dans laquelle, en raison d'une violation des fonctions de filtration et d'excrétion des reins, des métabolites azotés s'accumulent dans le corps. L'équilibre eau-sel et acide-base est perturbé. Le fond hormonal est également bouleversé..
    Le patient devient rapidement apathique, indifférent au monde, anxieux et agité, répond aux questions avec un retard. Peu à peu, la conscience devient confuse, des hallucinations et des crises apparaissent
  • Encéphalopathie pancréatique. Formé dans le contexte d'une fonction pancréatique insuffisante. Commence 3-4 jours après la pancréatite aiguë. Tableau clinique: anxiété sévère, troubles de la conscience, hallucinations, convulsions, stupeur ou coma, parfois un mutisme akinétique peut être observé.
  • Encéphalopathie hépatique. Des dommages toxiques au système nerveux central sont dus à une fonction de filtration insuffisante du foie, lorsque des produits métaboliques toxiques s'accumulent dans le sang. L'encéphalopathie hépatique à long terme entraîne une diminution de l'intelligence, des troubles hormonaux et neurologiques, une dépression et une altération de la conscience, jusqu'à un coma.
  • Encéphalopathie de Wernicke. Il apparaît en raison d'une carence aiguë en vitamine B1. Un manque de nutriment entraîne des perturbations métaboliques dans les cellules cérébrales, ce qui provoque un œdème et la mort neuronale. La cause la plus fréquente est l'alcoolisme chronique. L'encéphalopathie de Wernicke se manifeste par trois signes classiques: des changements de conscience, une paralysie des muscles oculomoteurs et une altération de la synchronisation des mouvements dans divers muscles squelettiques du corps. Cependant, un tel tableau clinique n'apparaît que chez 10% des patients. Chez d'autres patients, la symptomatologie consiste en des signes cérébraux non spécifiques..

Dyscirculatoire

L'encéphalopathie dyscirculatoire est une lésion des cellules cérébrales due à une perturbation prolongée, chronique et progressive du flux sanguin dans le cerveau de genèse mixte. Le diagnostic, en raison de sa prévalence, est exposé à 5% de la population russe. L'encéphalopathie dyscirculatoire survient le plus souvent chez les personnes âgées.

La pathologie est basée sur un déficit prolongé en oxygène du cerveau. Les principales raisons sont le phéochromocytome, la maladie d'Itsenko-Kushinka, la glomérulonéphrite chronique et aiguë, qui provoquent une pression artérielle élevée et conduisent à l'hypertension. L'encéphalopathie vasculaire est le plus souvent une maladie de genèse complexe, car elle présente également des facteurs de provocation secondaires: diabète sucré, troubles du rythme cardiaque, inflammation des vaisseaux cérébraux, anomalies congénitales des artères et des veines, commotion cérébrale, contusions cérébrales.

La leucoencéphalopathie dyscirculatoire est le résultat final de la maladie: plusieurs petits foyers d'ischémie se forment (petites zones d'infarctus cérébral). La matière cérébrale devient comme une éponge.

L'encéphalopathie vasculaire se produit en trois étapes. La maladie 1 degré est caractérisée par de subtiles déficiences intellectuelles, dans lesquelles l'état neurologique et la conscience restent intacts. L'encéphalopathie de grade 2 est caractérisée par des déficiences intellectuelles et motrices: le patient peut tomber, il a des tremblements de la marche. Dans le tableau clinique, des crises convulsives apparaissent souvent. La maladie de grade 3 s'accompagne de signes de démence vasculaire: les patients oublient ce qu'ils ont mangé au petit-déjeuner, où ils mettent leur portefeuille ou les clés de la maison. Il y a un syndrome pseudobulbaire, une faiblesse musculaire, des tremblements dans les membres.

Le traitement de l'encéphalopathie discirculatoire avec des remèdes populaires n'a pas d'effet, par conséquent, le traitement ne doit être effectué que sous la surveillance d'un médecin ou dans un hôpital. Ainsi, la base du traitement est la thérapie étiopathogénétique, qui vise à éliminer la cause et les mécanismes pathologiques qui conduisent ou ont conduit à un trouble de la circulation cérébrale..

Combien de temps pouvez-vous vivre: Le pronostic pour la vie varie en fonction du stade de la maladie auquel les médecins ont établi le diagnostic, de la progression et de l'efficacité du traitement. Il s'agit d'un indicateur individuel pour chaque patient. Quelqu'un peut vivre avec une pathologie jusqu'à la fin de sa vie, tandis que d'autres développeront une crise hypertensive et un accident vasculaire cérébral dans 2-3 ans, ce qui entraînera la mort du patient..

Invalidité avec encéphalopathie discirculatoire de nature pour le 2ème et 3ème degré de la maladie, car au premier stade, les troubles fonctionnels sont encore réversibles.

Leucoencéphalopathie

La leucoencéphalopathie d'origine vasculaire est une maladie caractérisée par la formation de petits ou grands foyers dans le cerveau. C'est principalement la substance blanche qui est affectée, c'est pourquoi le nom est allé - leucoencéphalopathie. La maladie est susceptible de progresser constamment et d'aggraver les fonctions d'une activité nerveuse supérieure.

  1. Petite leucoencéphalopathie focale d'origine vasculaire. En raison de maladies des artères et des veines (violation de l'écoulement, rétrécissement de la lumière, inflammation des parois, thromboembolie), des zones ischémiques apparaissent dans la substance blanche. Les hommes de plus de 55 ans sont généralement touchés. La leucoencéphalopathie focale d'origine vasculaire conduit finalement à la démence.
  2. Leucoencéphalopathie multifocale. La maladie est caractérisée par une démyélinisation des fibres nerveuses, qui est basée sur les effets de virus qui détruisent la substance blanche du cerveau. La cause la plus fréquente est le polyomavirus ou le virus de l'immunodéficience humaine.
  3. Encéphalopathie périventriculaire. Elle s'accompagne de la défaite de la matière blanche, principalement chez les enfants. La forme périventriculaire est une cause fréquente de paralysie cérébrale infantile. La maladie est caractérisée par la formation de foyers de cellules nerveuses mortes. L'autopsie révèle de multiples foyers d'infarctus symétriques du système nerveux dans le cerveau. Dans les cas graves, l'enfant est né mort.

Le tableau clinique de la leucoencéphalopathie:

  • troubles de la coordination et du mouvement;
  • trouble de la parole;
  • détérioration de la vision et de l'ouïe;
  • asthénie, faiblesse générale, instabilité émotionnelle;
  • symptômes cérébraux.

Résiduel

L'encéphalopathie résiduelle est une lésion cérébrale due à des infections antérieures ou à des lésions du système nerveux. Chez un enfant, la maladie se forme en raison de lésions cérébrales hypoxiques dans le contexte d'un accouchement pathologique ou d'une suffocation par le cordon ombilical. À un âge précoce, cela conduit souvent à une paralysie cérébrale. Dans ce cas, l'encéphalopathie résiduelle chez l'enfant est synonyme de paralysie cérébrale infantile et constitue son identification. Chez l'adulte, l'encéphalopathie résiduelle est une nosologie distincte, qui est comprise comme un ensemble d'effets résiduels après une maladie cérébrale ou un traitement. Par exemple, une encéphalopathie organique résiduelle peut se développer progressivement après une chirurgie ou après une tumeur cérébrale..

Le tableau clinique de l'encéphalopathie résiduelle se caractérise principalement par des symptômes cérébraux, tels que convulsions, troubles émotionnels, apathie, maux de tête, acouphènes, yeux clignotants et vision double.

Les symptômes et les formes individuels dépendent de la maladie spécifique transférée. Par exemple, une encéphalopathie résiduelle avec altération de la formation de la parole peut être observée chez les patients qui ont subi un accident vasculaire cérébral avec ischémie prédominante dans les régions temporales ou frontales, c'est-à-dire dans les zones responsables de la reproduction et de la perception de la parole. Dans le même temps, l'encéphalopathie résiduelle de la genèse périnatale est caractérisée par des symptômes résiduels d'insuffisance cérébrale apparus pendant la période de formation du fœtus et de l'accouchement..

Hypertensive

L'encéphalopathie hypertensive est une maladie évolutive qui survient dans le contexte d'une hypertension mal contrôlée, dans laquelle il existe un manque de circulation cérébrale. La maladie s'accompagne de modifications pathologiques des artères et des veines du cerveau, ce qui conduit à un amincissement des parois des vaisseaux. Cela augmente le risque d'hémorragie dans le tissu cérébral, conduisant à un accident vasculaire cérébral hémorragique. Le développement de troubles vasculaires conduit à une forme concomitante - microangioencéphalopathie.

Les symptômes de l'encéphalopathie hypertensive sont des signes non spécifiques de troubles cérébraux, notamment: détérioration de l'activité mentale, apathie, labilité émotionnelle, irritabilité, troubles du sommeil. Aux stades ultérieurs, la maladie s'accompagne d'une altération de la coordination des mouvements, de convulsions et d'une inadaptation sociale générale..

L'encéphalopathie hypertensive aiguë est une affection aiguë caractérisée par une conscience, des maux de tête sévères, une vision diminuée et des crises d'épilepsie.

Toxique

L'encéphalopathie alcoolique toxique est le dommage et la mort des neurones causés par des effets toxiques ou alcooliques sur le cortex cérébral. Symptômes:

  1. Asthénie, apathie, instabilité émotionnelle, irritabilité, irascibilité.
  2. Troubles du tube digestif.
  3. Troubles végétatifs.

L'encéphalopathie toxique conduit aux syndromes suivants:

  • Psychose de Korsakov: amnésie de fixation, désorientation dans l'espace, atrophie des fibres musculaires, troubles de la marche, hypesthésie.
  • Syndrome de Gaie-Wernicke: délire, hallucinations, troubles de la conscience et de la pensée, troubles de la parole, désorientation, gonflement des tissus mous du visage, tremblements.
  • Pseudoparalyse: amnésie, illusions de grandeur, perte de la critique de ses actions, tremblements des muscles squelettiques, diminution des réflexes tendineux et de la sensibilité superficielle, augmentation du tonus musculaire.

Mixte

L'encéphalopathie de genèse mixte est une maladie caractérisée par une combinaison de plusieurs formes de la maladie (encéphalopathie de genèse combinée). Par exemple, un trouble organique apparaît lorsque plusieurs causes sont affectées à la fois: stase veineuse, hypertension artérielle, athérosclérose cérébrale, insuffisance rénale et pancréatite.

L'encéphalopathie de genèse complexe est divisée en trois étapes:

  1. Le premier degré est caractérisé par la léthargie, la fatigue, l'indécision, les maux de tête, les troubles du sommeil, la dépression, les troubles autonomes.
  2. L'encéphalopathie mixte du 2ème degré s'accompagne de la constance des symptômes précédents, auxquels s'ajoutent des troubles psycho-émotionnels sous forme de labilité de l'humeur, d'irascibilité. Un trouble psychotique polymorphe aigu avec paranoïa se développe souvent.
  3. Le troisième degré se manifeste par des changements irréversibles fonctionnels et organiques bruts dans le cerveau. Diminue l'intelligence, la mémoire et l'attention, diminue le vocabulaire. Il y a une dégradation sociale de la personnalité. Il existe également des troubles neurologiques sous forme de troubles de la marche, de coordination, de tremblements, de diminution de la vision et de l'audition. Souvent, dans le tableau clinique, il y a des convulsions et une altération de la conscience.

Chez les enfants

L'encéphalopathie chez les nouveau-nés est une lésion cérébrale organique et fonctionnelle survenue pendant la période de développement intra-utérin d'un enfant. Chez les enfants, la régulation d'une activité nerveuse plus élevée est perturbée, des symptômes de dépression ou d'hyperexcitabilité apparaissent. Le tableau clinique de l'encéphalopathie chez les nouveau-nés s'accompagne de convulsions, d'une augmentation de la pression intracrânienne et de troubles autonomes. Chez les enfants de plus d'un an, il y a un retard dans le développement psychomoteur. L'enfant apprend lentement, commence à parler et à marcher tard.

Après la naissance, l'enfant présente des symptômes cérébraux. Dans ce cas, le diagnostic d '«encéphalopathie, sans précision» chez les nourrissons est posé. Pour clarifier la cause, les médecins prescrivent des diagnostics supplémentaires: sang, urine, neurosonographie, imagerie par résonance magnétique.

L'encéphalopathie bilirubine survient chez les nouveau-nés. La maladie apparaît à la suite d'une bilirubinémie, lorsqu'un taux accru de bilirubine est détecté dans un test sanguin biochimique. La maladie apparaît dans le contexte d'une maladie hémolytique des nouveau-nés due à un conflit Rh ou à une toxoplasmose infectieuse.

Le tableau clinique de l'encéphalopathie à bilirubine:

  • L'enfant est faible, il a un tonus musculaire réduit, un manque d'appétit et de sommeil, pleure sans émotion.
  • Les mains sont serrées en poings, la peau est ictérique, le menton est ramené à la poitrine.
  • Saisies.
  • Symptômes neurologiques focaux.
  • Développement mental et moteur retardé.

Diagnostic et traitement

Le diagnostic de l'encéphalopathie comprend les éléments suivants:

  1. Rhéoencéphalographie et examen échographique. En utilisant ces méthodes, il est possible d'évaluer le flux sanguin dans les principales artères du cou et du cerveau..
  2. Examen objectif externe. Les réflexes, la conscience, l'activité nerveuse, la force musculaire, la réaction à la lumière, la parole et d'autres indicateurs sont étudiés.
  3. Anamnèse. L'héritage et la vie du patient sont étudiés: ce qui était malade, quelle est l'issue de la maladie, quelles opérations il a subies.

Des méthodes de diagnostic de haute précision sont également prescrites: imagerie par résonance magnétique et calculée.

CT signes d'encéphalopathie

La tomodensitométrie peut aider à visualiser les signes d'encéphalopathie. Ainsi, les zones focales des lésions cérébrales sont représentées par une densité réduite. La photo montre des foyers de différentes tailles.

MR signes d'encéphalopathie

L'imagerie par résonance magnétique note des signes d'atrophie diffuse de la moelle épinière: la densité du motif diminue, l'espace sous-arachnoïdien se dilate, les cavités des ventricules du cerveau augmentent.

Le traitement de l'encéphalopathie est déterminé par la cause et le stade de la maladie. Ainsi, les méthodes de thérapie suivantes sont utilisées:

  • Médicaments. Avec leur aide, vous pouvez éliminer la cause (virus) et supprimer les mécanismes physiopathologiques, par exemple l'ischémie locale dans le cortex frontal..
  • Physiothérapie, en tenant compte des exercices de physiothérapie, massage, promenades.

En général, dans le traitement de l'encéphalopathie, la plus grande attention est accordée à l'élimination de la cause et des symptômes de la maladie. Le traitement avec des remèdes populaires est appliqué aux risques et périls du patient. Ainsi, l'efficacité des remèdes maison traditionnels est discutable. Cela peut également provoquer des effets secondaires et distraire le patient du traitement principal..

Encéphalopathie dyscirculatoire (DEP)

L'encéphalopathie dyscirculatoire est une lésion cérébrale résultant de troubles chroniques à évolution lente de la circulation cérébrale d'étiologies diverses. L'encéphalopathie dyscirculatoire se manifeste par une combinaison de déficiences cognitives avec des troubles des sphères motrice et émotionnelle. En fonction de la gravité de ces manifestations, l'encéphalopathie discirculatoire est divisée en 3 étapes. La liste des examens effectués pour l'encéphalopathie discirculatoire comprend l'ophtalmoscopie, l'EEG, le REG, l'Echo-EG, l'USGD et la numérisation duplex des vaisseaux cérébraux, l'IRM du cerveau. L'encéphalopathie discirculatoire est traitée avec une combinaison sélectionnée individuellement d'antihypertenseurs, vasculaires, antiplaquettaires, neuroprotecteurs et autres.

CIM-10

  • Raisons du DEP
  • Pathogénèse
  • Classification
  • Manifestations initiales
  • Symptômes de stade II-III du DEP
  • Diagnostique
  • Traitement DEP
  • Prévision et prévention
  • Prix ​​des traitements

informations générales

L'encéphalopathie dyscirculatoire (DEP) est une maladie très répandue en neurologie. Selon les statistiques, l'encéphalopathie discirculatoire affecte environ 5 à 6% de la population russe. Avec les accidents vasculaires cérébraux aigus, les malformations et les anévrismes cérébraux, la DEP appartient à la pathologie neurologique vasculaire, dans la structure de laquelle elle occupe la première place dans la fréquence d'apparition.

Traditionnellement, l'encéphalopathie discirculatoire est considérée comme une maladie principalement des personnes âgées. Cependant, une tendance générale au «rajeunissement» des maladies cardiovasculaires est également observée en relation avec la DEP. Parallèlement à l'angine de poitrine, à l'infarctus du myocarde, à l'AVC cérébral, l'encéphalopathie discirculatoire est de plus en plus observée chez les personnes de moins de 40 ans.

Raisons du DEP

Le développement de la DEP repose sur une ischémie cérébrale chronique résultant de diverses pathologies vasculaires. Dans environ 60% des cas, l'encéphalopathie discirculatoire est causée par l'athérosclérose, à savoir les modifications athéroscléreuses des parois des vaisseaux cérébraux. La deuxième place parmi les causes de la DEP est prise par l'hypertension artérielle chronique, observée dans l'hypertension, la glomérulonéphrite chronique, la polykystose rénale, le phéochromocytome, la maladie d'Itsenko-Cushing, etc..

Parmi les raisons pour lesquelles une encéphalopathie discirculatoire apparaît, on distingue la pathologie des artères vertébrales, assurant jusqu'à 30% de la circulation cérébrale. La clinique du syndrome de l'artère vertébrale comprend également les manifestations de l'encéphalopathie discirculatoire dans le bassin vertébro-basilaire du cerveau. Les raisons d'un flux sanguin insuffisant dans les artères vertébrales conduisant à une DEP peuvent être: ostéochondrose rachidienne, instabilité du rachis cervical de nature dysplasique ou après une lésion vertébrale antérieure, anomalie de Chimerly, malformations de l'artère vertébrale.

Souvent, l'encéphalopathie discirculatoire se produit dans le contexte du diabète sucré, en particulier dans les cas où la glycémie ne peut pas être maintenue à la limite supérieure de la norme. La macroangiopathie diabétique conduit à l'apparition de symptômes de DEP dans de tels cas. Les autres facteurs responsables de l'encéphalopathie discirculatoire comprennent un traumatisme cranio-cérébral, une vascularite systémique, des angiopathies héréditaires, des arythmies, une hypotension artérielle persistante ou fréquente..

Pathogénèse

Les facteurs étiologiques de la DEP conduisent d'une manière ou d'une autre à une détérioration de la circulation cérébrale, et donc à une hypoxie et à une violation du trophisme des cellules cérébrales. En conséquence, la mort des cellules cérébrales se produit avec la formation de zones de raréfaction du tissu cérébral (leucoaraïose) ou de multiples petits foyers de soi-disant «crises cardiaques silencieuses».

Les plus vulnérables dans les troubles chroniques de la circulation cérébrale sont la substance blanche des parties profondes du cerveau et des structures sous-corticales. Cela est dû à leur emplacement à la frontière des bassins vertébrobasilaire et carotidien. L'ischémie chronique des parties profondes du cerveau entraîne une perturbation des connexions entre les ganglions sous-corticaux et le cortex cérébral, ce que l'on appelle le «phénomène de déconnexion». Selon les concepts modernes, c'est le "phénomène de séparation" qui est le principal mécanisme pathogénique du développement de l'encéphalopathie discirculatoire et détermine ses principaux symptômes cliniques: troubles cognitifs, troubles de la sphère émotionnelle et de la fonction motrice. Il est caractéristique que l'encéphalopathie discirculatoire au début de son évolution se manifeste par des troubles fonctionnels qui, avec un traitement correct, peuvent être réversibles, puis un défaut neurologique persistant se forme progressivement, conduisant souvent à une invalidité du patient..

Il est à noter que dans environ la moitié des cas, l'encéphalopathie discirculatoire se produit en combinaison avec des processus neurodégénératifs dans le cerveau. Cela est dû à la communauté de facteurs conduisant au développement de maladies vasculaires cérébrales et de modifications dégénératives du tissu cérébral..

Classification

Par étiologie, l'encéphalopathie discirculatoire est divisée en hypertensive, athéroscléreuse, veineuse et mixte. De par la nature du cours, on distingue une encéphalopathie discirculatoire lentement progressive (classique), rémittente et rapidement progressive (galop).

En fonction de la gravité des manifestations cliniques, l'encéphalopathie discirculatoire est classée en stades. L'encéphalopathie dyscirculatoire de stade I se distingue par la subjectivité de la plupart des manifestations, de légers troubles cognitifs et l'absence de modifications de l'état neurologique. L'encéphalopathie dyscirculatoire de stade II est caractérisée par des troubles cognitifs et moteurs évidents, une aggravation des troubles émotionnels. L'encéphalopathie dyscirculatoire de stade III est essentiellement une démence vasculaire de gravité variable, accompagnée de divers troubles moteurs et mentaux.

Manifestations initiales

Une apparition subtile et progressive de l'encéphalopathie discirculatoire est caractéristique. Au stade initial de la DEP, des troubles de la sphère émotionnelle peuvent apparaître. Chez environ 65% des patients atteints d'encéphalopathie discirculatoire, il s'agit d'une dépression. Une caractéristique distinctive de la dépression vasculaire est que les patients n'ont pas tendance à se plaindre de mauvaise humeur et de dépression. Le plus souvent, comme les patients atteints de névrose hypocondriaque, les patients atteints de DEP sont fixés sur diverses sensations inconfortables de nature somatique. Dans de tels cas, l'encéphalopathie dyscirculatoire se traduit par des plaintes de maux de dos, d'arthralgie, de maux de tête, de sifflements ou de bruit dans la tête, de douleurs dans divers organes et d'autres manifestations qui ne correspondent pas tout à fait à la clinique de la pathologie somatique du patient. Contrairement à la névrose dépressive, la dépression dans l'encéphalopathie dyscirculatoire survient dans le contexte d'une situation psychotraumatique mineure ou sans raison du tout, elle ne répond pas bien au traitement médicamenteux avec des antidépresseurs et à la psychothérapie.

L'encéphalopathie dyscirculatoire du stade initial peut se traduire par une labilité émotionnelle accrue: irritabilité, sautes d'humeur soudaines, cas de pleurs incontrôlables pour une raison insignifiante, attaques d'attitude agressive envers les autres. Des manifestations similaires, ainsi que les plaintes du patient de fatigue, de troubles du sommeil, de maux de tête, de distraction, d'encéphalopathie discirculatoire initiale sont similaires à la neurasthénie. Cependant, pour l'encéphalopathie discirculatoire, une combinaison de ces symptômes avec des signes de fonctions cognitives altérées est typique..

Dans 90% des cas, les troubles cognitifs se manifestent aux tout premiers stades du développement de l'encéphalopathie discirculatoire. Ceux-ci comprennent: une capacité réduite à se concentrer, des troubles de la mémoire, des difficultés à organiser ou à planifier toute activité, une diminution du rythme de la pensée, la fatigue après un effort mental. Une violation de la reproduction des informations reçues pendant que la mémoire des événements de la vie est préservée est typique de la DEP.

Les troubles du mouvement accompagnant le stade initial de l'encéphalopathie dyscirculatoire comprennent principalement des plaintes d'étourdissements et une certaine instabilité lors de la marche. Des nausées et des vomissements peuvent survenir, mais contrairement à la véritable ataxie vestibulaire, ils, comme les étourdissements, n'apparaissent que lors de la marche.

Symptômes de stade II-III du DEP

L'encéphalopathie dyscirculatoire de stade II-III est caractérisée par une augmentation des déficiences cognitives et motrices. On note une altération importante de la mémoire, un manque d'attention, un déclin intellectuel, de graves difficultés, si nécessaire, pour effectuer un travail mental auparavant réalisable. Dans le même temps, les patients atteints de DEP eux-mêmes ne sont pas en mesure d'évaluer correctement leur état, de surestimer leurs performances et leurs capacités intellectuelles. Au fil du temps, les patients atteints d'encéphalopathie discirculatoire perdent la capacité de généraliser et de développer un programme d'action, commencent à mal s'orienter dans le temps et dans l'espace. Au troisième stade de l'encéphalopathie discirculatoire, on note des troubles prononcés de la pensée et de la praxis, des troubles de la personnalité et du comportement. La démence se développe. Les patients perdent la capacité de travailler et, avec des déficiences plus profondes, ils perdent également leurs compétences en matière de soins personnels.

Parmi les violations de la sphère émotionnelle, l'encéphalopathie discirculatoire des stades ultérieurs s'accompagne le plus souvent d'apathie. Il y a une perte d'intérêt pour les passe-temps antérieurs, un manque de motivation pour toute profession. Avec l'encéphalopathie discirculatoire de stade III, les patients peuvent être engagés dans une activité improductive et le plus souvent ils ne font rien du tout. Ils sont indifférents à eux-mêmes et aux événements qui les entourent..

Les troubles du mouvement, subtils au stade I de l'encéphalopathie discirculatoire, deviennent par la suite évidents pour les autres. La marche lente avec de petits pas, accompagnée de remaniements dus au fait que le patient est incapable de soulever le pied du sol, est typique de la DEP. Une telle démarche traînante dans l'encéphalopathie dyscirculatoire est appelée «démarche de skieur». Il est caractéristique qu'en marchant, il est difficile pour un patient atteint de DEP de commencer à avancer et il est également difficile de s'arrêter. Ces manifestations, ainsi que la démarche du patient atteint de DEP, présentent des similitudes significatives avec la clinique de la maladie de Parkinson, cependant, contrairement à celle-ci, elles ne sont pas accompagnées de troubles du mouvement des mains. À cet égard, les manifestations cliniques de l'encéphalopathie dyscirculatoire similaires au parkinsonisme sont appelées «parkinsonisme du bas du corps» ou «parkinsonisme vasculaire»..

Au stade III de la DEP, des symptômes d'automatisme buccal, de graves troubles de la parole, de tremblements, de parésie, de syndrome pseudobulbaire et d'incontinence urinaire sont observés. Des crises d'épilepsie sont possibles. L'encéphalopathie discirculatoire de stade II-III s'accompagne souvent de chutes lors de la marche, en particulier lors de l'arrêt ou de la rotation. De telles chutes peuvent se terminer par des fractures des membres, en particulier lorsque la DEP est associée à l'ostéoporose.

Diagnostique

L'identification précoce des symptômes de l'encéphalopathie discirculatoire est d'une importance incontestable, permettant la mise en route rapide du traitement vasculaire des accidents vasculaires cérébraux existants. A cet effet, un examen périodique par un neurologue est recommandé pour tous les patients à risque de développer une DEP: patients hypertendus, diabétiques et personnes présentant des modifications athéroscléreuses. De plus, le dernier groupe comprend tous les patients âgés. Étant donné que les troubles cognitifs qui accompagnent les stades précoces de l'encéphalopathie discirculatoire peuvent rester inaperçus par le patient et sa famille, des tests diagnostiques spéciaux sont nécessaires pour les identifier. Par exemple, le patient est invité à répéter les mots prononcés par le médecin, à dessiner un cadran avec des flèches indiquant l'heure donnée, puis à rappeler les mots qu'il a répétés après le médecin.

Dans le cadre du diagnostic d'encéphalopathie discirculatoire, un ophtalmologiste est consulté pour l'ophtalmoscopie et la définition des champs visuels, EEG, Echo-EG et REG. L'échographie des vaisseaux de la tête et du cou, la numérisation duplex et l'ARM des vaisseaux cérébraux sont d'une grande importance dans la détection des troubles vasculaires dans la DEP. La réalisation d'une IRM cérébrale permet de différencier l'encéphalopathie discirculatoire avec une pathologie cérébrale d'une autre genèse: maladie d'Alzheimer, encéphalomyélite disséminée, maladie de Creutzfeldt-Jakob. Le signe le plus fiable de l'encéphalopathie discirculatoire est la détection de foyers de crises cardiaques «silencieuses», tandis que des signes d'atrophie cérébrale et de zones de leucoaraïose peuvent également être observés dans les maladies neurodégénératives.

La recherche diagnostique des facteurs étiologiques à l'origine du développement de l'encéphalopathie discirculatoire comprend une consultation avec un cardiologue, une mesure de la pression artérielle, un coagulogramme, la détermination du cholestérol et des lipoprotéines sanguines, une analyse de la glycémie. Si nécessaire, les patients atteints de DEP se voient prescrire une consultation d'endocrinologue, une surveillance quotidienne de la pression artérielle, une consultation d'un néphrologue, pour le diagnostic d'arythmie - ECG et surveillance quotidienne de l'ECG.

Traitement DEP

Le traitement le plus efficace en matière d'encéphalopathie discirculatoire est un traitement étiopathogénétique complexe. Il devrait viser à compenser la maladie causale existante, à améliorer la microcirculation et la circulation cérébrale, ainsi qu'à protéger les cellules nerveuses de l'hypoxie et de l'ischémie..

Le traitement étiotropique de l'encéphalopathie discirculatoire peut inclure une sélection individuelle de médicaments antihypertenseurs et hypoglycémiants, un régime anti-sclérotique, etc. Si l'encéphalopathie discirculatoire survient dans un contexte de taux de cholestérol sanguin élevés qui ne diminuent pas avec un régime, alors des médicaments anti-cholestérol (lovastrosiline, probucphibol).

La base du traitement pathogénique de l'encéphalopathie discirculatoire est constituée de médicaments qui améliorent l'hémodynamique cérébrale et ne conduisent pas à l'effet «voler». Il s'agit notamment des inhibiteurs calciques (nifédipine, flunarizine, nimodipine), des inhibiteurs de la phosphodiestérase (pentoxifylline, ginkgo biloba), des antagonistes des récepteurs a2-adrénergiques (piribédil, nicergoline). L'encéphalopathie discirculatoire étant souvent accompagnée d'une augmentation de l'agrégation plaquettaire, il est recommandé aux patients atteints de DEP de prendre des antiagrégants plaquettaires presque à vie: acide acétylsalicylique ou ticlopidine, et en cas de contre-indications (ulcère de l'estomac, saignement gastro-intestinal, etc.), dipyridamole.

Une partie importante du traitement de l'encéphalopathie discirculatoire est constituée de médicaments à effet neuroprotecteur qui augmentent la capacité des neurones à fonctionner dans des conditions d'hypoxie chronique. Parmi ces médicaments, les patients atteints d'encéphalopathie discirculatoire se voient prescrire des dérivés de pyrrolidone (piracétam, etc.), des dérivés du GABA (acide N-nicotinoyl-gamma-aminobutyrique, acide gamma-aminobutyrique, acide aminophénylbutyrique), des médicaments d'origine animale (hémodialysat de sang de veaux laitiers, céréb, cortexine), stabilisants membranaires (alfoscérate de choline), cofacteurs et vitamines.

Dans les cas où l'encéphalopathie discirculatoire est causée par un rétrécissement de la lumière de l'artère carotide interne, atteignant 70%, et se caractérise par une progression rapide, des épisodes de PNMC ou d'accident vasculaire cérébral mineur, un traitement chirurgical de la DEP est indiqué. Avec la sténose, l'opération consiste en une endartériectomie carotidienne, avec occlusion complète - en formation d'une anastomose extra-intracrânienne. Si l'encéphalopathie discirculatoire est causée par une anomalie de l'artère vertébrale, sa reconstruction est effectuée.

Prévision et prévention

Dans la plupart des cas, un traitement opportun, adéquat et régulier peut ralentir la progression de l'encéphalopathie de stade I et même de stade II. Dans certains cas, il y a une progression rapide, dans laquelle chaque étape suivante se développe en 2 ans par rapport à la précédente. Un signe pronostique défavorable est la combinaison d'une encéphalopathie discirculatoire avec des modifications dégénératives du cerveau, ainsi que des crises hypertensives survenant dans le contexte d'une DEP, des accidents vasculaires cérébraux aigus (AIT, AVC ischémique ou hémorragique), une hyperglycémie mal contrôlée.

La meilleure prévention du développement de l'encéphalopathie discirculatoire est la correction des troubles du métabolisme lipidique existant, la lutte contre l'athérosclérose, un traitement antihypertenseur efficace, une sélection adéquate de traitement antihypertenseur pour les diabétiques.