Principal > Pression

Traitement précoce du cancer

Le cancer est un nom unique pour un grand groupe de pathologies dangereuses. Ils surviennent si des cellules défectueuses apparaissent parmi les cellules humaines, se développent et forment une tumeur, qui se développe puis infecte les organes avec des métastases. Pour établir un pronostic, prescrire un traitement et surveiller son efficacité, ainsi que pour étudier la nature de l'oncologie, on distingue les étapes de son développement. Pour cela, des critères universels sont utilisés, bien que les nuances soient caractéristiques des différents types de cancer..

Contenu

Classification TNM

Caractéristiques principales. Le classificateur adopté par l'American Committee for Cancer Research au milieu du siècle dernier est considéré comme international. Aujourd'hui, ils utilisent sa huitième édition de 2017. Le document établit 3 caractéristiques de la formation maligne.

  • Tumeur (T) - la nature de la tumeur primaire;
  • nodus (N) - propagation de cellules défectueuses dans les ganglions lymphatiques;
  • métastase (M) - présence ou absence de métastases.

Désignations supplémentaires. S'il n'y a pas de néoplasme primaire, de cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques ou de métastases, 0 est attribué à la lettre correspondante. Lorsque la tumeur ou le ganglion lymphatique ne peut être diagnostiqué, alors X est ajouté. Dans le cas d'un examen normal, un numéro est attribué, dont l'augmentation est en corrélation avec l'aggravation de la maladie. Pour T, ces nombres sont 4 et déterminent la croissance de la tumeur dans les tissus adjacents. Pour N - 3, et ils représentent le nombre de cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques. La présence ou l'absence de métastases (M) est assimilée aux nombres 0 et 1.

Exemple

Par exemple, si un patient a reçu un diagnostic de tumeur maligne du pancréas, qui s'est considérablement étendue à l'extérieur de son organe, ainsi qu'un petit nombre de cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques et les premières métastases, alors son diagnostic peut ressembler à T4N1M1. Cette conclusion peut être complétée par une lettre indiquant le type de diagnostic, au cours duquel le stade a été déterminé:

  • P - examen d'un morceau de tumeur prélevé lors d'une ponction ou d'une intervention chirurgicale;
  • C - Méthodes d'examen non invasives.

Classification simplifiée

Dans la pratique médicale, une typologie plus simple est utilisée, basée sur le classifieur TNM. Il y a 5 stades oncologiques, désignés par des chiffres romains. La première étape est appelée zéro, donc la dernière est mieux connue sous le nom de numéro 4.

Zéro. C'est un petit groupe de cellules malignes. Le cancer de stade 0 se trouve là où il est originaire et ne quitte pas ces limites. Par conséquent, dans le classificateur, TMN a l'abréviation Tis, qui signifie "tumeur in situ", c'est-à-dire "tumeur en place". C'est asymptomatique. Le traitement du cancer de stade 0 consiste à exciser la tumeur et a un résultat positif chez 100% des patients. Dans ce cas, l'oncologue fait attention à l'immensité de la couche cellulaire.

I (initiale) Une petite formation apparaît, qui ne dépasse pas non plus son organe. Avec le cancer du 1er stade de la langue, du pancréas, des symptômes mammaires apparaissent. Cependant, ils peuvent être facilement confondus avec ceux indiquant une maladie moins dangereuse. Le cancer de stade 1 est également traité par chirurgie. Presque tous les patients sont guéris.

II La tumeur de stade 2 est plus grosse que lors du stade précédent et est plus profondément enfoncée dans le tissu. Les cellules cancéreuses peuvent se propager aux ganglions lymphatiques. Il est possible de traiter le cancer du deuxième degré à la fois par excision de la formation et à l'aide de mesures postopératoires. Dans certaines oncologies cérébrales à ce stade, elles donnent un handicap (1er groupe pour le 2ème stade de cancer).

III Au 3ème stade du cancer, le processus tumoral dépasse l'organe, accompagné de la sortie de cellules malignes vers les ganglions lymphatiques, parfois métastases. Le stade est caractérisé par des symptômes sévères, qui incitent à consulter un médecin. Malheureusement, la rémission est rare..

IV Le stade terminal est caractérisé par des métastases dans des organes éloignés de la tumeur initiale. Il n'y a presque pas de rétablissement, et l'accent dans la thérapie est déplacé de la guérison vers le soulagement de la douleur et d'autres types de soins palliatifs. Le plus dangereux est le cancer du 4e stade du 3e degré de malignité ou du 4e.

Grade de malignité

La gravité de la maladie dépend du type de cellules cancéreuses. Plus ils diffèrent de la normale, plus la maladie est grave. En les examinant au microscope, on peut déterminer l'efficacité de la thérapie future, la probabilité de retomber malade et le pronostic clinique. Dans la classification, l'indice de malignité est défini par la lettre G.

  • GX - il est impossible de déterminer le niveau de malignité cellulaire.
  • G1 - la tumeur dans sa structure diffère peu de l'organe dans lequel elle se trouve (faible différenciation). Par conséquent, il est presque non agressif, met rarement des métastases et répond bien au traitement..
  • G2 - le tissu tumoral est moins similaire à la normale (modérément différencié). Les cancers de grade 2 sont plus nocifs et moins sensibles au traitement.
  • G3 - les cellules tumorales sont si atypiques qu'il est presque impossible de déterminer le type de tissu de leur tumeur (faible degré de différenciation).
  • G4 - tissu indifférencié constitué de cellules très agressives avec métastases étendues.

Types de tumeurs postopératoires

La classification postopératoire permet de déterminer l'efficacité du traitement chirurgical et de clarifier le pronostic clinique..

  • RX - il n'est pas possible d'estimer la quantité de tissu tumoral restant après l'intervention.
  • R0 - la formation maligne est excisée sans laisser de trace.
  • R1 - un examen microscopique révèle un tissu malin.
  • R2 - la tumeur reste presque entièrement et est palpable.

Diagnostic d'étape

Les enquêtes montrent divers degrés de fiabilité et de contenu informationnel. Par conséquent, les méthodes de diagnostic oncologique ont des désignations conventionnelles.

  • C1 - le stade oncologique est déterminé par les outils de diagnostic de base, y compris un examen médical, une radiographie et une endoscopie.
  • C2 - le stade de développement du cancer a été détecté à l'aide d'examens non chirurgicaux plus précis: IRM, tomodensitométrie, méthodes complexes d'études aux rayons X, ainsi que TEP (tomographie des organes internes) et endosonographie (échographie endoscopique).
  • C3 est une méthode de diagnostic invasive, au cours de laquelle une partie de la formation maligne est éliminée. Stade identifié après examen microscopique des cellules et tissus de cette partie.
  • C4 - examen d'un fragment de tumeur obtenu lors d'une opération pour le retirer. Parfois, le ganglion lymphatique le plus proche de la formation est découpé et examiné, après avoir introduit un colorant spécial dans le site de la tumeur, ce qui aide à y établir la présence de cellules cancéreuses.

Stades du cancer par type de cancer

Vous trouverez ci-dessous les degrés de cancer dans différentes parties du corps. Les pathologies du cerveau et des glandes mammaires sont les plus agressives. Dans ce cas, les cas d'oncologie du sang, du système nerveux et des enfants sont considérés dans des classifications séparées..

Poumons

  • Le cancer est de grade 0 et le premier est asymptomatique, et la tumeur ne dépasse pas 30 mm. La détection de l'oncologie conduit généralement à la guérison, la probabilité de décès avec un traitement rapide est presque 0.
  • Au deuxième stade, il double, une toux sèche et de la fatigue apparaissent. Les cellules cancéreuses se déplacent vers les ganglions lymphatiques, les chances de guérison tombent à 50%.
  • La troisième étape révèle une croissance supplémentaire de la tumeur et la propagation de cellules malignes aux ganglions lymphatiques ultérieurs ainsi que l'apparition de symptômes de bronchite: toux muqueuse, douleur dans le sternum, hémoptysie. 10% de rémission.
  • Au dernier stade, la tumeur s'étend au-delà des poumons et des métastases vers des parties éloignées du corps. À vie avec diagnostic tardif - 1 an.

Glande mammaire

  • Au stade initial, la tumeur ne prend pas plus de 20 mm, mais elle peut être trouvée lors de l'auto-examen chez les patients plus âgés. Le traitement du cancer à un stade précoce a un résultat positif.
  • À la seconde, la tumeur atteint 50 mm et les cellules commencent déjà à pénétrer dans les ganglions lymphatiques. Il y a encore une chance de guérir.
  • La troisième étape est associée à des métastases à l'organe le plus proche. Pas de cure, la médecine palliative est impliquée.
  • Le dernier stade de la maladie implique l'expansion de la zone métastatique. La durée de vie du patient est d'environ 1 an.

Col de l'utérus

  • Le stade zéro est précédé d'un état précancéreux de dysplasie. Les deux étapes se prêtent à une guérison complète. Il est facile de les diagnostiquer, comme les suivants..
  • Au premier stade, la formation est étirée de 40 à 50 mm, mais ne quitte pas l'utérus. Le pronostic du traitement est favorable.
  • Sur le second, la tumeur s'étend au-delà de l'organe, mais aucune métastase ne se produit. Le tableau clinique montre également une guérison complète..
  • Les derniers viennent avec des métastases aux organes digestifs et génito-urinaires. Ne peut pas être guéri.

Les ovaires

  • Au premier stade, la tumeur se développe dans un seul ovaire. Traitement précoce du cancer compliqué par l'absence de symptômes.
  • Au deuxième stade, des signes mineurs apparaissent. La prévision est modérément favorable.
  • Au cours de la troisième étape, la formation se développe dans le deuxième ovaire et peut se déplacer dans les trompes de Fallope, l'utérus et la cavité abdominale. Les patients se plaignent de douleurs et de lourdeur dans le bas de l'abdomen, d'une augmentation de sa taille, de difficultés à se vider. Il s'agit d'une phase dangereuse avec un taux de survie de 5 ans chez pas plus de 10% des patients.
  • La dernière étape est associée à des métastases étendues et n'est pas traitée. Le syndrome de la douleur est complété par une faiblesse et une forte perte de poids.

Œsophage

  • Au premier stade, la tumeur est située dans la membrane muqueuse, est asymptomatique. Le traitement a un résultat positif.
  • Sur le suivant, il pousse dans la paroi abdominale, mais ne dépasse pas l'œsophage. Des signes de maux d'estomac apparaissent: douleurs abdominales, manque d'appétit, ballonnements, pâleur. Les chances d'être guéri diminuent de moitié.
  • Le cancer de grade 3 est transféré aux ganglions lymphatiques. Le saignement de la tumeur est la raison du début de la chimiothérapie. Du sang caché se trouve dans les excréments. Le taux de survie est de 15 à 35%.
  • Au stade terminal, les métastases sont nombreuses, un traitement palliatif est indiqué. Les signes comprennent l'anémie, la douleur aiguë, l'intoxication et la perte de poids, la fièvre.

Prostate

  • Au premier stade, la croissance de la tumeur est limitée au lieu de son apparition et elle ne peut être vue qu'à l'aide d'un examen microscopique. Ce cancer de stade 1 est guérissable.
  • Au deuxième stade de la maladie, la formation ne s'est pas encore développée dans les tissus les plus proches, mais elle peut déjà être diagnostiquée par ultrasons.
  • Au 3ème stade, la croissance invasive commence dans les structures les plus proches, les cellules cancéreuses se trouvent dans les ganglions lymphatiques.
  • Au stade terminal, les métastases se propagent également aux poumons, aux os et au foie..

Cerveau

  • Au stade initial, la tumeur n'est pas agressive et ne se propage pas. L'opération est représentée, le taux de survie est élevé. Pas de symptomatologie.
  • La deuxième étape est caractérisée par la germination de l'éducation dans les structures adjacentes et les ganglions lymphatiques infectés. L'intervention chirurgicale est réussie si la tumeur a des contours nets et n'est pas profondément dans le cerveau.
  • Au troisième stade, le patient développe des nausées, des vomissements, un syndrome douloureux et des étourdissements. Le fonctionnement en raison d'un faible rendement n'est presque jamais prescrit.
  • Le stade terminal avec métastase à distance est caractérisé par une dégradation des fonctions corporelles (altération des organes sensoriels, de la parole, des capacités motrices, l'apparition de crises d'épilepsie et d'engourdissements, etc.).

Taux de développement du cancer

Parfois, pendant la division, les cellules mutent et commencent à se diviser de manière incontrôlable. Le corps en est protégé grâce à l'immunité antitumorale et à d'autres mécanismes intégrés. Mais parfois, elles cessent de fonctionner, les cellules se développent et forment une tumeur maligne. Il n'est presque jamais possible de dire combien de temps ce processus a duré. En médecine clinique, le taux de progression de la maladie est mesuré par ce qu'on appelle le temps de doublement de la tumeur. Le taux n'est pas le même pour différents types de cancer. Le doublement est considéré comme agressif en 223 jours, non agressif - en 545. L'adénocarcinome de l'intestin double en 303, le cancer épidermoïde de la peau en 77 et le cancer du poumon à petites cellules en seulement 70 jours. Ces taux sont significatifs lorsque la tumeur mesure plus de quelques centimètres cubes. Mais pour grandir jusqu'à 1 cm dans un cube, les tumeurs ont besoin de 30 fois plus de temps. Par conséquent, certains types de cellules cancéreuses se développent au fil des ans (le temps de développement moyen de l'adénocarcinome est de 20 ans).

Survie par étape

Dans le traitement des maladies oncologiques, le critère de récupération est la survie à cinq ans à partir du moment du diagnostic - rémission. Vous pouvez presque toujours dire combien de personnes vivent avec un cancer de stade 1 et zéro: les cas de guérison complète tendent à 100%. Au stade suivant, la maladie devient plus grave, mais les chances de guérison sont encore élevées. Le stade 3 est le plus souvent caractérisé par une faible rémission; le but de la thérapie est d'améliorer la qualité de vie du patient. La dernière étape se termine rarement par la guérison, les patients se voient prescrire des procédures de soulagement de la douleur.

Le cancer n'est plus une phrase. 50% des patients cancéreux sont complètement guéris

Si les médecins meurent d'un cancer, y a-t-il un espoir pour les patients?

Sur les réseaux sociaux, 2020 a commencé par un post d'adieu de l'oncologue de Saint-Pétersbourg Andrei Pavlenko, qui a lui-même découvert le cancer en lui-même et pendant un an et demi - sur une page Facebook, dans de nombreuses interviews, apparitions à la télévision - a parlé de son combat contre la maladie.

«Mon chemin de vie touche à sa fin, malheureusement, la maladie s'est avérée plus insidieuse et son développement ne m'a laissé aucune chance», a écrit le médecin sur sa page, et le 5 janvier il est décédé. Une vague de désespoir a balayé la communauté Internet. Les gens ont écrit que si un oncologue de premier plan du pays, le chef d'une clinique de haute technologie, qui avait accès aux médicaments les plus avancés et aux technologies les plus avancées, décédait du cancer, alors à quoi les citoyens ordinaires peuvent-ils s'attendre, qui, pour obtenir un rendez-vous, doivent faire la queue devant un oncologue de district. et trouver les bons médicaments en pharmacie? Ont-ils une chance de guérir?

Le directeur adjoint du N.N. Blokhin Alexander Petrovsky:

Alexander Petrovsky: Les chances de guérison du cancer ne dépendent ni de la position ni du degré du patient, mais sont déterminées exclusivement par le stade de la maladie et la sensibilité de la tumeur au traitement prescrit. Si nous parlons d'Andrei Pavlenko, il n'a vraiment pas eu de chance, comme il l'a écrit dans son message d'adieu. Si sa maladie avait été détectée aux stades 1 et 2, les chances de guérison auraient été estimées à 90%. Avec un cancer de l'estomac avancé (stade 3-4), l'issue est médiocre dans 90% des cas. Andrei, en tant que professionnel, dès le moment du diagnostic, il a vraiment évalué ses chances et dans toutes les interviews a déclaré que ses chances de vaincre la maladie étaient faibles..

À propos des heures et des dates

Lydia Yudina, AIF: Comment une personne éloignée de la médecine peut-elle évaluer ses chances de guérison? Après tout, la première question que les patients se posent lorsqu'ils apprennent leur diagnostic est: "Combien me reste-t-il?"

- D'une manière générale, selon les statistiques, 50% des patients cancéreux sont complètement guéris. Dans ce cas, le pronostic de l'espérance de vie dans chaque cas dépend du type de cancer, car il n'y a pas de réponse générale à cette question. Le cancer n'est pas une maladie, mais de nombreuses maladies différentes. Il existe des types de cancer favorables au pronostic, dans lesquels même à un stade avancé, en présence de métastases à distance, les patients ont de fortes chances de guérison ou de transition de la maladie vers une forme chronique. Mais il existe également des types de maladies, dont les patients s'épuisent rapidement, même si le cancer a été détecté au stade initial..

Cependant, la situation change chaque année. Il y a encore 5 ans, le cancer du poumon était considéré comme une peine. Aujourd'hui, des médicaments sont apparus, grâce auxquels les gens vivent longtemps avec ce diagnostic..

Quant aux cancers courants tels que le cancer du sein, le cancer colorectal, le cancer de l'ovaire, le lymphome, etc., les patientes peuvent vivre avec eux pendant 10 à 15 ans ou plus..

- Les médecins disent qu'il est important de détecter le cancer à un stade précoce. Mais en même temps, il n'y a aucun symptôme au début de la maladie. La vitesse à laquelle la maladie se développe et passe d'un stade à un autre?

- Il existe des tumeurs agressives à croissance rapide. Ceux-ci comprennent, par exemple, certains types de cancer chez les enfants. Mais en moyenne, il faut 5 à 7, parfois 10 ans entre l'apparition d'une cellule cancéreuse dans le corps et la formation d'une tumeur cliniquement significative (environ 1 cm). Il est clair qu'il existe des chances de détecter la maladie à un stade précoce avec des examens réguliers - et elles sont assez élevées.

Histoire de famille

- Le groupe à risque comprend les personnes dont les proches parents ont reçu un diagnostic de cancer?

- Si une grand-mère de 85 ans reçoit un diagnostic de cancer du sein, cela ne signifie pas que toutes les femmes de la famille doivent immédiatement se rendre chez l'oncologue. Cependant, il existe un certain nombre de mutations génétiques qui augmentent considérablement le risque de maladie. L'exemple le plus célèbre est celui des mutations des gènes BRCA1 et BRCA2, qui augmentent de 6 à 8 fois la probabilité de développer un cancer du sein. L'actrice Angelina Jolie, qui avait un «gène défectueux», a enlevé ses seins de manière préventive et a ainsi réduit le risque de maladie de 89% à 0,1%. Le cancer de l'estomac d'Andrei Pavlenko appartient également à des types héréditaires de cancer (son père est également mort de la même maladie. - N.D.E.).

Par conséquent, vous devez connaître votre histoire familiale et en aucun cas être ignoré. Avec certains types de prédisposition génétique, les médecins ont la possibilité d'effectuer des procédures préventives préventives, y compris des interventions chirurgicales, qui réduiront le risque de cancer..

- Le cancer est vraiment plus dangereux pour les jeunes que pour les personnes âgées?

- En général, oui. Le cancer de l'estomac, le cancer du sein diagnostiqué à un jeune âge sont souvent très agressifs et dangereux. Cependant, aujourd'hui, nous guérissons complètement le cancer des enfants dans 80% des cas..

- Les médecins disent souvent que cela dépend beaucoup des caractéristiques individuelles de la tumeur et de sa sensibilité aux médicaments prescrits, mais en même temps, ils prescrivent un traitement selon des normes qui sont les mêmes pour tout le monde.

- Les normes sont la justification économique du traitement, et le traitement lui-même est prescrit conformément aux directives cliniques. La pratique montre que, malgré le fait que chaque tumeur est individuelle, 80% de tous les cancers peuvent être décrits par des approches standard. Ces approches standard comprennent la détermination de la sensibilité individuelle d'une tumeur à certains médicaments anticancéreux à l'aide de méthodes immunohistochimiques et de génétique moléculaire. Dans d'autres cas, il est toujours possible de passer à un traitement individuel - pour cela, le médecin n'a besoin que de percevoir une commission médicale.

La révolution est annulée?

- Le patient peut-il vérifier si le médecin le traite correctement??

- Toutes les directives cliniques sont accessibles au public et le patient peut les trouver, les approfondir et essayer de les comprendre. Cependant, cela est difficile à faire sans formation médicale. C'est comme essayer de contrôler un réparateur réparant un réfrigérateur cassé. Il vaut mieux faire confiance à un professionnel, et le système doit tout faire pour que cette confiance soit justifiée.

- Chaque jour, les médias rapportent de nouveaux cas de maladies - y compris ceux de personnes célèbres. L'incidence du cancer a vraiment augmenté?

- L'incidence et les taux de détection du cancer ont augmenté. Et vous devez être préparé au fait que chaque année, il y aura de plus en plus de patients atteints de cancer. Aujourd'hui, dans notre pays, 50% des patients meurent de maladies cardiovasculaires, 15% de maladies oncologiques, et au Japon, l'incidence du cancer est déjà en tête, car le cancer est une maladie des personnes âgées et l'espérance de vie y est l'une des plus élevées au monde..

La bonne nouvelle est que non seulement l'incidence a augmenté, mais l'efficacité du traitement a également augmenté. L'espérance de vie des patients cancéreux augmente constamment, y compris ceux chez qui la maladie a déjà été détectée à un stade avancé.

- L'émergence de nouvelles technologies de rupture dans le traitement du cancer est-elle attendue, comparable à l'immunothérapie?

- N'attendez pas et placez tous les espoirs sur l'émergence de méthodes révolutionnaires et sous-estimez les capacités des médicaments et technologies éprouvés. D'un point de vue médical, l'évolution - le développement d'une méthode existante - vaut mieux que la révolution, qui apporte souvent plus de destruction que de victoire. Déjà aujourd'hui, les oncologues ont tout ce dont ils ont besoin pour aider la plupart des patients. Des recherches supplémentaires dans le domaine de l'oncologie sont nécessaires et sont menées dans le monde entier. L'oncologie est l'une des branches de la médecine les plus dynamiques. Rien qu'au cours de la dernière année, plus de 50 nouveaux médicaments et indications ont été enregistrés pour le traitement de divers types de tumeurs. La tâche d'une personne est simplement de venir chez le médecin, et il est conseillé de le faire le plus tôt possible.

Stades du cancer

Dans cette section, nous répondrons à des questions telles que: Quel est le stade du cancer? Quels sont les stades du cancer? Quel est le stade initial du cancer? Qu'est-ce que le cancer de stade 4? Quel est le pronostic pour chaque stade du cancer? Que signifient les lettres TNM pour décrire le stade du cancer??


Lorsqu'une personne apprend qu'elle reçoit un diagnostic de cancer, la première chose qu'elle veut savoir est le stade et le pronostic. De nombreux patients atteints de cancer ont peur de connaître le stade de leur maladie. Les patients ont peur du cancer de stade 4, pensant qu'il s'agit d'une phrase, et le pronostic n'est que défavorable. Mais en oncologie moderne, le stade précoce ne garantit pas un bon pronostic, tout comme le stade tardif de la maladie n'est pas toujours synonyme de mauvais pronostic. De nombreux facteurs secondaires affectent le pronostic et l'évolution de la maladie. Il s'agit notamment des caractéristiques histologiques de la tumeur (mutations, indice Ki67, différenciation cellulaire), sa localisation, le type de métastases détectées.

La classification des néoplasmes en groupes, en fonction de leur prévalence, est nécessaire pour prendre en compte les données sur les tumeurs d'un emplacement particulier, planifier le traitement, prendre en compte les facteurs pronostiques, évaluer les résultats du traitement et contrôler les néoplasmes malins. En d'autres termes, la détermination du stade du cancer est nécessaire afin de planifier les tactiques de traitement les plus efficaces, ainsi que pour le travail des statisticiens..

Classification TNM

Il existe un système de stadification spécial pour chaque cancer, qui est accepté par tous les comités nationaux de santé - il s'agit de la classification TNM des néoplasmes malins, qui a été développée par Pierre Denoit en 1952. Avec le développement de l'oncologie, il a subi plusieurs révisions, et pour le moment la septième édition, publiée en 2009, est pertinente. Il contient les dernières règles de classification et de stadification du cancer..

La classification TNM pour décrire la prévalence des néoplasmes est basée sur 3 composantes:

  • Le premier est T (tumeur latine - tumeur). Cet indicateur détermine la prévalence de la tumeur, sa taille, sa germination dans les tissus environnants. Chaque site a sa propre gradation de la plus petite taille de la tumeur (T0) à la plus grande (T4).

Le deuxième composant est N (Latin Nodus - node), il indique la présence ou l'absence de métastases dans les ganglions lymphatiques. De la même manière que dans le cas du composant T, chaque localisation tumorale a ses propres règles pour déterminer ce composant. La gradation va de N0 (pas de ganglions lymphatiques affectés) à N3 (atteinte généralisée des ganglions lymphatiques).

  • Le troisième - M (métastase grecque - mouvement) - indique la présence ou l'absence de métastases distantes dans divers organes. Le nombre à côté du composant indique la prévalence du néoplasme malin. Ainsi, M0 confirme l'absence de métastases à distance et M1 - leur présence. Après la désignation M, généralement, le nom de l'organe dans lequel une métastase à distance est détectée est écrit entre parenthèses. Par exemple, M1 (oss) signifie qu'il y a des métastases à distance dans les os, et M1 (brа) signifie qu'il y a des métastases dans le cerveau. Pour le reste des organes, utilisez les désignations données dans le tableau ci-dessous..
  • PoumonsPul
    Des osOss
    FoieHep
    CerveauSoutien-gorge
    Les ganglions lymphatiquesLym
    MoelleMar
    PlèvrePle
    PéritoinePar
    Glandes surrénalesAdr
    CuirSki
    Autres organesOth

    De plus, dans des situations particulières, une désignation de lettre supplémentaire est placée avant la désignation TNM. Ce sont des critères supplémentaires désignés par les symboles "c", "p", "m", "y", "r" et "a".

    - Le symbole "c" signifie que le stade est établi en fonction des données des méthodes d'examen non invasives.

    - Le symbole «p» indique que le stade de la tumeur a été établi après la chirurgie.

    - Le symbole «m» est utilisé pour désigner les cas où plusieurs tumeurs primaires sont localisées dans une même zone à la fois.

    - Le symbole «y» est utilisé lorsqu'une tumeur est évaluée pendant ou immédiatement après un traitement anticancéreux. Le préfixe «y» prend en compte la prévalence de la tumeur avant le début d'un traitement complexe. Les valeurs ycTNM ou ypTNM caractérisent l'étendue de la tumeur au moment du diagnostic non invasif ou après chirurgie.

    - Le symbole «r» est utilisé lors de l'évaluation des tumeurs récurrentes après une période sans rechute.

    - Le "a" comme préfixe indique que la tumeur a été classée après l'autopsie (autopsie post mortem).

    Classification histologique des stades du cancer

    En plus de la classification TNM, il existe une classification selon les caractéristiques histologiques de la tumeur. C'est ce qu'on appelle le grade (G). Ce signe indique à quel point la tumeur est active et agressive. Le degré de malignité tumorale est indiqué comme suit:

      GX - le degré de différenciation tumorale ne peut être déterminé (peu de données);

    G1 - tumeur hautement différenciée (non agressive);

    G2 - tumeur modérément différenciée (modérément agressive);

    G3 - tumeur mal différenciée (très agressive);

  • G4 - tumeur indifférenciée (très agressive);
  • Le principe est très simple: plus le nombre est élevé, plus la tumeur est agressive et active. Récemment, les grades G3 et G4 sont généralement combinés en G3-4, et ils l'appellent "tumeur mal différenciée - indifférenciée".

    Dans les classifications des sarcomes des os et des tissus mous, les termes «haut grade» et «bas grade» sont simplement utilisés à la place des grades G. Des systèmes spéciaux pour évaluer le degré de malignité ont été développés pour les tumeurs du sein, ils sont déterminés à l'aide d'indicateurs à la suite d'études immunohistochimiques.

    Ce n'est qu'après la classification de la tumeur selon le système TNM que le regroupement par étapes peut être effectué. Déterminer l'étendue du processus tumoral selon le système TNM ou par étapes est très important pour la sélection et l'évaluation des méthodes de traitement nécessaires, tandis que la classification histologique permet d'obtenir les caractéristiques les plus précises de la tumeur et de prédire le pronostic de la maladie et la réponse possible au traitement.

    Stade du cancer: 0-4

    Traditionnellement, les stades du cancer sont généralement désignés de 0 à 4. Chaque stade, à son tour, peut avoir les lettres A et B, ce qui le divise en deux sous-étapes supplémentaires, en fonction de l'étendue du processus. Ci-dessous, nous analyserons les stades les plus courants du cancer..

    Nous attirons votre attention sur le fait que dans notre pays, beaucoup de gens aiment dire «degré de cancer» au lieu de «stade du cancer». Sur différents sites se posent des questions sur: «cancer de grade 4», «taux de survie à 4 degrés de cancer», «degré de cancer 3». N'oubliez pas qu'il n'y a pas de degrés de cancer, il n'y a que des stades de cancer, dont nous parlerons ci-dessous..

    Stades cancéreux à l'exemple de la tumeur intestinale

    Cancer de stade 0

    En tant que tel, le stade 0 n'existe pas, il est appelé «cancer in situ», «carcinome in situ» - ce qui signifie une tumeur non invasive. Le stade 0 peut être un cancer de n'importe quel endroit.

    Au stade 0 du cancer, les bords de la tumeur ne dépassent pas l'épithélium, qui a donné naissance au néoplasme. Avec une détection précoce et un début de traitement opportun, le pronostic du cancer de stade 0 est presque toujours favorable, c'est-à-dire que le cancer de stade 0 dans la grande majorité des cas est complètement guérissable.

    Cancer de stade 1

    Cancer de stade 2

    Contrairement au premier, au deuxième stade du cancer, la tumeur montre déjà son activité. Le deuxième stade du cancer est caractérisé par une tumeur encore plus grosse et son invasion dans les tissus environnants, ainsi que le début de métastases aux ganglions lymphatiques les plus proches.

    Le cancer de stade 2 est considéré comme le stade le plus courant du cancer dans lequel le cancer est diagnostiqué. Le pronostic du cancer de stade 2 dépend de nombreux facteurs, dont la localisation et les caractéristiques histologiques de la tumeur. En général, le cancer de stade 2 est traitable..

    Cancer de stade 3

    Au troisième stade du cancer, le processus oncologique se développe activement. La tumeur atteint des tailles encore plus grandes, envahissant les tissus et les organes les plus proches. Au troisième stade du cancer, les métastases dans tous les groupes de ganglions lymphatiques régionaux sont déjà déterminées de manière fiable.

    Le troisième stade du cancer ne prévoit pas de métastases à distance vers divers organes, ce qui est un point positif et détermine un pronostic favorable.

    Cancer de stade 4

    Le cancer de stade 4 est considéré comme le stade le plus grave du cancer. La tumeur peut atteindre des tailles impressionnantes, se développer dans les tissus et organes environnants, métastaser vers les ganglions lymphatiques. Dans le cancer de stade 4, des métastases à distance sont nécessaires, en d'autres termes, des lésions métastatiques d'organes.

    Il existe de rares cas où un cancer de stade 4 peut être diagnostiqué même en l'absence de métastases à distance. Les tumeurs de grande taille, mal différenciées et à croissance rapide sont également souvent appelées cancers de stade 4. La guérison du cancer de stade 4 est impossible, ainsi que du cancer de stade 3. Au quatrième stade du cancer, la maladie devient chronique et seule l'introduction de la maladie en rémission est possible.

    Ainsi, le cancer au stade initial peut être guéri avec succès, et au stade 4 du cancer, un régime de traitement correctement sélectionné aidera à prolonger considérablement la vie avec un diagnostic oncologique. Si vous avez vu une histoire selon laquelle quelqu'un était capable de guérir un cancer de stade quatre, avec des remèdes populaires, des sodas ou d'autres méthodes de médecine alternative, ne les croyez pas! Le plus souvent, il ne s'agit que d'un coup de pub des prochains escrocs, et les personnes dans leurs vidéos qui ont «guéri le cancer de stade 4» ne sont que des artistes embauchés. N'oubliez pas que le diagnostic et le traitement en temps opportun sont les critères de succès à tout stade du cancer..

    Le cancer peut-il être guéri? Pronostic de survie à différents stades de détection

    Le cancer est l'un des diagnostics les plus graves de notre temps. Un patient rare, ayant appris sa maladie, ne tombe pas dans le désespoir. En attendant, il n'y a pas toujours de raison de paniquer. Les médecins disent que les tumeurs malignes peuvent être vaincues.

    Le rétablissement est possible, mais uniquement avec une référence en temps opportun à un spécialiste. Plus tôt le patient se rend chez le bon médecin, plus les chances d'une issue favorable de la maladie sont élevées.

    Le cancer peut-il être guéri? Il ne sera pas possible de répondre sans équivoque à cette question. Le pronostic dépend de la localisation du processus, du stade de développement de la maladie, de la pathologie concomitante et d'autres facteurs. Voyons dans quelles situations vous pouvez espérer un rétablissement..

    Ce que vous devez savoir sur le cancer?

    En oncologie clinique, le terme cancer (carcinome) ne recouvre que les tumeurs malignes du tissu épithélial. Le processus affecte la peau et les muqueuses des organes internes - estomac, intestins, reins, poumons, etc. D'autres néoplasmes sont appelés différemment. Une tumeur du tissu musculaire ou osseux est appelée sarcome, de lymphome - lymphome, etc..

    Tous les néoplasmes malins ont des caractéristiques communes:

    • Les tumeurs cancéreuses sont capables de se diviser de manière incontrôlable. La structure du tissu est perturbée et l'examen histologique ne montre aucun signe d'épithélium normal. Ce phénomène s'appelle l'atypie..
    • Une tumeur maligne se développe dans les tissus sains environnants, les détruisant.
    • Le cancer métastase avec le sang et la lymphe, entraînant de nouvelles lésions dans tout le corps.

    Le pronostic du cancer est déterminé par le taux de survie à cinq ans - le pourcentage de personnes qui ont vécu 5 ans après le traitement. Si le patient a franchi cette ligne, à l'avenir, son espérance de vie peut ne pas différer de celle de ses pairs..

    5 stades de développement du cancer

    La curabilité du cancer dépend directement de son stade de développement. En oncologie pratique, lors de la détermination de la gravité du processus, il est habituel de se concentrer sur la classification internationale TNM. Le décodage de l'abréviation est simple:

    • T est une caractéristique de la tumeur primaire. Le stade T1-T4 est déterminé en fonction de sa taille.
    • N est une métastase dans les ganglions lymphatiques régionaux. Selon le degré d'implication des ganglions lymphatiques, les stades N1-N3 sont distingués.
    • M signifie métastases à distance - la pénétration de cellules tumorales dans d'autres organes. M0 est placé s'il n'y a pas de métastases, M1 - si elles sont présentes, quels que soient le nombre et l'emplacement.

    Le stade de développement de la maladie est déterminé en fonction des paramètres T, N et M. Examinons de plus près comment le cancer est traité à différents stades et quelle est la probabilité de succès..

    0 étape

    Le stade 0 est un cancer in situ ou un cancer in situ. La tumeur est située dans le tissu épithélial (membrane muqueuse) et ne pénètre pas dans les couches plus profondes. À ce stade, les cellules néoplasiques se développent au même rythme qu'elles meurent. Les vaisseaux ne se transforment pas en tissus malins, les cellules cancéreuses ne sont pas filtrées dans les ganglions lymphatiques. Il n'y a aucun symptôme de la maladie. Plusieurs années, voire des décennies, s'écoulent avant le début d'une croissance active. Il est possible de détecter un cancer in situ uniquement lors de l'examen (par exemple, lors d'un examen médical de routine).

    Le cancer de stade 0 est complètement guérissable - il suffit de se débarrasser du foyer des tissus altérés. L'opération est peu invasive, avec un minimum de dommages aux organes. Le pronostic est favorable - après la chirurgie, le cancer ne réapparaît pas. Selon les statistiques, le plus souvent, ces formes de tumeurs sont détectées sur le col de l'utérus, la peau - où elles sont disponibles pour un examen visuel et / ou un dépistage.

    Étape I

    Au stade I, une petite tumeur primaire est détectée. Chaque forme de pathologie a ses propres tailles admissibles. Par exemple, pour la glande mammaire, cette formation peut atteindre 2 cm et pour le mélanome (tumeur cutanée) - seulement 2 mm. Les ganglions lymphatiques régionaux ne sont pas affectés.

    Le stade I est le stade le plus propice au cancer. Il suffit de supprimer complètement l'objectif principal - pour éliminer une formation suspecte sur la peau, un segment de la glande mammaire, etc. Le taux de survie à cinq ans atteint 100%. Presque tous les patients qui suivent un traitement à temps se rétablissent complètement. Mais si la maladie n'est pas traitée, elle progressera. Le cancer entrera dans la deuxième étape avec d'autres dommages aux tissus et aux ganglions lymphatiques.

    Stade II

    Au stade II, la tumeur primaire se développe. Par exemple, la formation de la glande mammaire atteint 5 cm, la peau - jusqu'à 4 mm. Les cellules cancéreuses se trouvent dans certains ganglions lymphatiques régionaux. Le processus va au-delà de l'objectif principal.

    Le taux de survie à cinq ans à ce stade de développement du cancer est de 50 à 80%. Le cancer ne peut être guéri que si le foyer principal est complètement éliminé et les ganglions lymphatiques affectés sont enlevés. Pour consolider le résultat, une chimiothérapie est souvent effectuée, une radiothérapie.

    III étape

    Au stade III, la tumeur devient volumineuse. Les cellules cancéreuses sont détectées dans les ganglions lymphatiques régionaux. En général, plusieurs ganglions lymphatiques sont touchés à ce stade. Il n'y a pas encore de métastases à distance, les organes voisins ne sont pas modifiés.

    Le cancer de grade III peut être guéri si l'aide est fournie à temps. Une approche intégrée est nécessaire - il est nécessaire non seulement d'éliminer le foyer principal et les ganglions lymphatiques modifiés, mais également d'empêcher la propagation de cellules atypiques dans tout le corps. Pour cela, les tissus sont irradiés, des médicaments cytostatiques sont injectés qui peuvent détruire une tumeur cancéreuse. Le taux de survie à cinq ans à ce stade est de 30 à 50%.

    Stade IV

    Le stade IV est le type de cancer le plus grave. Ici, des métastases apparaissent et des cellules atypiques se propagent à d'autres organes. Par exemple, dans le cancer du sein, de nouvelles lésions se trouvent dans les os, les poumons, le cerveau et le foie. La taille de la tumeur primaire n'a pas d'importance. La propagation des métastases est possible même avec de petites formations.

    Le taux de survie à cinq ans au dernier stade du cancer est faible et ne dépasse pas 10%. Le cancer avec métastases est pratiquement incurable. L'ablation de la tumeur nécessite des opérations traumatiques étendues, des cours de chimiothérapie et de radiothérapie. Tous les organismes ne peuvent pas supporter une telle charge..

    Important! Plus une tumeur maligne est détectée tôt, plus les chances de guérison sont élevées. Le cancer à ses débuts est presque toujours guérissable. Un diagnostic opportun et un traitement compétent vous permettent de vous débarrasser complètement d'une maladie dangereuse et d'éviter le développement de complications.

    Les types de cancer les plus courants

    La survie dans les tumeurs malignes dépend non seulement du stade de développement de la maladie, mais également de la localisation du processus. Voyons quel cancer peut être guéri et considérons, par exemple, les options les plus courantes..

    Cancer mammaire

    Le cancer du sein survient chez une femme sur dix à l'âge de 60 ans. Chez les hommes, la pathologie est enregistrée 100 fois moins souvent. Le danger de cette tumeur dépend directement de son type:

    • Les formations œstrogénodépendantes contiennent des récepteurs d'hormones sexuelles dans leur structure. Ils répondent bien à l'hormonothérapie. Plus la sensibilité de la tumeur est élevée, plus elle répondra facilement au traitement - et plus les chances de guérison sont élevées.
    • Tumeurs indépendantes des œstrogènes. Ils ne contiennent pas les récepteurs souhaités et ne répondent pas à l'hormonothérapie. De telles formations se propagent rapidement dans les tissus profonds et métastasent.

    Cancer de la prostate

    Jusqu'à 95% de tous les néoplasmes malins de la prostate sont des adénocarcinomes. Ils sont formés à partir de l'épithélium glandulaire de l'organe. De par leur structure, les tumeurs sont hétérogènes. Pour évaluer le degré de malignité du néoplasme, l'échelle de Gleason est utilisée. Le critère diagnostique est la nature des modifications de la structure de la prostate. Plus la différenciation cellulaire est faible, plus le cancer est agressif et plus le pronostic est mauvais pour le patient. Une tumeur de structure similaire aux cellules normales de la prostate est plus facile à traiter.

    L'échelle théorique de Gleason permet une note de 1 à 10 points. En pratique, les scores faibles (1 et 2 points) parlent plutôt de conditions précancéreuses, plutôt que d'une véritable tumeur maligne. 3-7 points Gleason est une bonne prédiction. Si la tumeur a reçu 8 à 10 points, elle est considérée comme mal différenciée. Il est assez difficile de guérir un tel cancer..

    Cancer du poumon

    Une tumeur pulmonaire maligne est généralement détectée à des stades avancés. La spécificité de la structure de l'organe est telle qu'il est difficile de détecter la maladie aux premiers stades de son développement. Le carcinome se déguise avec succès en d'autres maladies pulmonaires et ne se trouve souvent qu'aux stades III-IV.

    Le pronostic des néoplasmes pulmonaires dépend de la forme de la pathologie. Le carcinome à petites cellules indifférencié est le plus dangereux. Il se distingue par une évolution latente, une croissance rapide et des métastases. Le carcinome épidermoïde différencié se développe le plus lentement et, s'il est détecté, les chances de guérison sont élevées.

    Ce qui détermine le taux de survie du cancer?

    • Le cancer est guérissable, mais seulement avec une détection rapide de la pathologie et un traitement rationnel.
    • Dans les premiers stades, faire face à la maladie est plus facile qu'avec une propagation significative du processus et l'apparition de métastases.
    • Le pronostic dépend non seulement du stade, mais également du type de tumeur. Le carcinome hautement différencié est plus facile à traiter que les lésions agressives et mal différenciées.
    • Une guérison réussie du cancer nécessite une approche intégrée: chirurgie, chimiothérapie et radiothérapie.
    • Le pronostic final de la maladie est déterminé après examen, ainsi que pendant le traitement..

    Stades du cancer: pronostic de survie, évolution des tumeurs, localisation

    Chez la plupart des gens, lorsqu'un néoplasme est détecté, la première question concerne sa malignité. Et si la réponse est décevante, alors il sera naturel de s'intéresser à la propagation du processus oncologique, car tout le monde sait que les stades du cancer déterminent à la fois le traitement, qui peut être très douloureux, et le pronostic, qui menace d'être défavorable..

    La variété des processus néoplasiques qui peuvent prendre leur origine dans le corps humain ne peut être considérée d'un seul point de vue. Celles-ci peuvent être des tumeurs complètement différentes avec des caractéristiques qui leur sont inhérentes, unies par un seul concept - le mal. De plus, la malignité n'est pas toujours déterminée par l'apparition, la reproduction et le voyage à travers le corps d'une «mauvaise» cellule. Par exemple, le carcinome basocellulaire malin ne présente pas de tendance à la métastase, par conséquent, un tel cancer au stade initial peut être complètement guéri, c'est-à-dire que les concepts de «bien» et de «mal» à cet égard sont très relatifs. Les stades du cancer jouent un rôle important dans la détermination des perspectives d'avenir bonnes ou mauvaises, qui, comme l'un des principaux indicateurs, sont utilisés dans la classification des maladies oncologiques..

    Classification et pronostic

    Les processus néoplasiques qui peuvent provenir du corps peuvent varier considérablement en ce qui concerne les caractéristiques morphologiques, les préférences d'un tissu particulier, la capacité de métastaser, l'évolution clinique et le pronostic, bien qu'ils soient souvent combinés en un seul mot - cancer, qui est une tumeur maligne du tissu épithélial... Les processus oncologiques d'origine différente portant le «mal» ont des noms différents..

    Ainsi, la classification des néoplasmes malins est basée sur diverses caractéristiques (principales) du processus néoplasique:

    • Caractéristiques morphologiques de la tumeur (son type, degré de malignité);
    • Localisation de l'objectif principal;
    • La taille du néoplasme, le taux de sa croissance;
    • La capacité de ce type de néoplasie à métastaser.

    Classification TMN par l'exemple de la glande thyroïde

    La classification internationale (TNM - tumeur, nodus, métastase) des tumeurs malignes est volumineuse et pour la plupart incompréhensible pour une personne qui est loin de la terminologie des sciences fondamentales de la médecine, cependant, formant des groupes de tumeurs, elle se concentre principalement sur le pronostic du cancer à différents stades, et déterminé par:

    1. La prévalence du foyer principal au moment de sa détection (T);
    2. Réactions ganglionnaires régionales (N);
    3. La présence ou l'absence de métastases à distance (M).

    De plus, chaque processus tumoral (en tenant compte de la localisation) peut être classé en fonction de paramètres individuels:

    • Selon les signes cliniques (classification clinique), c'est-à-dire selon les données obtenues à l'aide de diverses méthodes de diagnostic;
    • Basé sur les caractéristiques pathomorphologiques de la tumeur, qui sont déterminées par l'examen histologique;
    • En fonction de la différenciation histopathologique (les tumeurs mal différenciées sont plus dangereuses et «plus en colère», elles se développent plus rapidement dans les tissus voisins et métastasent vers des organes distants).

    Toutes ces questions de classification sont très difficiles pour un non-spécialiste, alors que les patients sont plus intéressés par le pronostic du cancer d'une certaine localisation, en fonction du stade du processus, car il est évident que les tumeurs morphologiquement disposées différemment se comporteront différemment dans le corps. À cet égard, le stade du cancer est peut-être perçu comme le critère pronostique le plus fiable non seulement par les médecins, mais aussi par les patients..

    Tout dépend de la scène

    Sans approfondir les nombreuses caractéristiques de classification, nous essaierons d'envisager des options de prévision rapprochées pour diverses formes de néoplasie, selon le stade. Il y en a cinq:

    0 étape

    Le stade 0 comprend les cancers de n'importe quel endroit. Les limites du cancer au stade zéro ne dépassent pas les limites de l'épithélium, ce qui a donné naissance au néoplasme. Un exemple de stade 0 est le carcinome in situ, une tumeur épithéliale non invasive (pour le moment). Avec un diagnostic rapide et un traitement adéquat, un tel cancer est complètement guérissable..

    1ère étape

    A ce stade, le cancer, à la recherche d'un lieu, élargit lentement ses frontières, mais il ne va pas loin et n'affecte pas les organes éloignés. La seule exception est le cancer de l'estomac, qui déjà au premier stade métastase aux ganglions lymphatiques. Fondamentalement, le pronostic pour cette étape est favorable, le patient peut compter sur la guérison, l'essentiel est un diagnostic précoce et des mesures immédiates pour éliminer la tumeur.

    Étape 2

    Le stade 2 diffère non seulement par la progression du processus dans le foyer principal, mais également par le début de la métastase vers les ganglions lymphatiques (régionaux). Le pronostic du cancer de grade 2 dépend du type et de l'emplacement de la tumeur..

    stades du cancer, comme illustré par une tumeur intestinale / œsophagienne, à 4 stades des métastases séparées sont formées

    Étape 3

    Ici, une nouvelle progression de la maladie est notée, la pénétration du cancer dans les ganglions lymphatiques est évidente, mais les métastases à distance sont toujours absentes, ce qui est un facteur encourageant pour prolonger la vie du patient. Le taux de survie pour un cancer de stade 3 est également différent pour chaque tumeur. L'emplacement, le type, le degré de différenciation de la néoplasie, l'état général du patient et d'autres facteurs qui aggravent l'évolution de la maladie ou, au contraire, contribuent à prolonger la vie, jouent un rôle.

    Lorsqu'on lui demande si le cancer de stade 3 est guérissable, la réponse sera plutôt négative, car même en l'absence de métastases à distance évidentes, le processus malin a déjà envahi le corps humain, il n'est donc pas nécessaire de compter sur une vie longue et heureuse avec un cancer de grade 3. L'espérance de vie du patient dépend entièrement du degré de mal apporté par la tumeur.

    Étape 4

    Stade 4 - cancer en phase terminale. Dommages à l'organe, aux ganglions lymphatiques, métastases aux organes distants. Cependant, il est à noter qu'un cancer de stade 4 peut être diagnostiqué en l'absence de métastases à distance. Les tumeurs primaires communes à croissance rapide ou les petits néoplasmes, dans lesquels les ganglions lymphatiques sont touchés, sont également parfois appelés stade 4 du processus malin. Cela inclut également certaines tumeurs mal différenciées et le cancer de la thyroïde indifférencié, indépendamment de la taille de la tumeur et de l'état des ganglions lymphatiques régionaux, mais lorsque des métastases à distance sont détectées. Le remède au cancer de stade 4 est en grand doute, ou plutôt, il est généralement exclu, même si la tumeur primitive est complètement détruite, les métastases à distance "mangeront toujours la personne".

    Ainsi, le cancer au stade initial peut être détruit dans l'œuf par l'action active des oncologues, et une guérison du cancer de stade 4 est, en principe, impossible. Les allégations selon lesquelles quelqu'un, quelque part, a réussi à guérir un cancer de grade 4 avec de la soude, des remèdes populaires ou une autre manière non conventionnelle, sont souvent un coup de publicité pour divers charlatans et n'ont aucun fondement, mais des personnes qui ont vaincu un cancer de grade 4 et sont capables de soutenir ou de réfuter les arguments pseudoscientifiques, malheureusement, n'existent tout simplement pas. Sinon, c'est une autre maladie que le patient lui-même a confondue avec un cancer..

    Chaque tumeur a son propre pronostic

    Il est non seulement difficile, mais également impossible de décrire les stades de toutes les tumeurs. En attendant, il vaut la peine d'essayer de familiariser le lecteur avec les symptômes du cancer au stade initial des tumeurs que le patient lui-même peut détecter (vues superficielles), ainsi qu'avec l'évolution et le pronostic des processus néoplasiques les plus courants localisés dans les principaux organes humains..

    Cancer en surface

    Un cancer localisé sur la peau et les muqueuses visibles au stade initial peut être suspecté par la personne elle-même si elle est encline à surveiller attentivement son état de santé.

    Le cancer de la peau se présente initialement comme une petite tache ou un nodule qui n'est pas particulièrement inquiétant. Si, pendant longtemps, il ne disparaît pas, ne s'éloigne pas de l'utilisation de divers remèdes pharmaceutiques et populaires, il est préférable pour le patient de consulter immédiatement un médecin pour une explication de l'origine d'éléments incompréhensibles et inhabituels pour la peau..

    tumeurs cutanées: 1 - grain de beauté, 2 - dysplasie du naevus (grains de beauté), 3 - kératose sénile, 4 - carcinome épidermoïde, 5 - carcinome basocellulaire, 6 - mélanome

    Le stade initial du cancer de la langue dans la plupart des cas est asymptomatique, mais des fissures douloureuses, des ulcères, de l'érosion, les phoques doivent alerter en termes de développement du processus oncologique.

    leucoplasie de la langue, papillomatose, modifications érosives de la membrane muqueuse - conditions précancéreuses courantes

    cancer des lèvres à un stade précoce

    Le cancer de la lèvre ne se produit pas si souvent, les fumeurs ou les personnes qui irritent cette zone d'une autre manière souffrent davantage. Les symptômes du cancer (fissures qui ne guérissent pas, ulcères, desquamation, en général, tout ce qui ne devrait pas être là) ne sont pas si douloureux pour le patient de courir plus vite chez le médecin, mais en vain, car le cancer au stade initial peut être guéri. Il sera très difficile de le faire à l'avenir..

    Le stade initial du cancer de la gorge se déroule avec des symptômes d'inflammation, de sorte que les patients blâment tout sur les manifestations d'une maladie chronique habituelle et, en règle générale, ne se précipitent pas chez un médecin.

    Les processus néoplasiques qui ont trouvé une place dans la langue, les lèvres et la gorge sont combinés en une seule pathologie: le cancer de la bouche.

    Croissance rapide et forte agressivité - cancer du poumon

    Néoplasmes à croissance rapide, très malins et très courants qui font des milliers de vies (principalement masculines) chaque année. Correctement, cette définition concerne principalement le cancer du poumon, qui se développe avant la néoplasie d'autres localisations et atteint en peu de temps le dernier stade, conduisant une personne à son lit de mort..

    Au premier stade du cancer du poumon, la taille de la tumeur n'atteint généralement pas 3 cm, le néoplasme ne quitte pas le «lieu de naissance» (segment) et ne donne pratiquement pas de symptômes de sa présence. Les patients peuvent associer toute manifestation sous forme de toux, d'essoufflement, de douleur thoracique à la présence d'une autre pathologie, par exemple la bronchite chronique. Pendant ce temps, un diagnostic précoce du cancer avec un traitement activement initié au premier stade donne un taux de survie assez élevé (jusqu'à 80%).

    La deuxième étape a également tendance à se déguiser en bien-être relatif, mais la taille du foyer est déjà doublée (jusqu'à 6 cm). Le processus néoplasique reste toujours dans le lobe du poumon, mais commence déjà à «montrer de l'intérêt» dans les ganglions lymphatiques voisins, diffusant des métastases uniques. Toux, production d'expectorations (parfois avec du sang), douleur, fièvre, les signes d'intoxication ressemblent à nouveau à une exacerbation de maladies chroniques à long terme du système bronchopulmonaire. Cela confond généralement le patient, de sorte qu'il ne va pas chez le médecin pendant longtemps, perdant ainsi un temps précieux. Mais la combinaison de la chimiothérapie et de la radiothérapie avec un traitement radical assure le taux de survie au cancer du 2e degré jusqu'à 50%. Comme on dit, cinquante-cinquante, ce qui est beaucoup.

    Pour la troisième étape du processus malin dans les poumons, une croissance supplémentaire de la tumeur est caractéristique, qui dépasse 6 cm de taille et, après avoir frappé le poumon, métastase aux ganglions lymphatiques voisins.

    Le dernier stade (quatrième) a une grosse tumeur qui a quitté les frontières du poumon, envahissant les organes adjacents et répandant des métastases à l'aide de vaisseaux lymphatiques et sanguins dans tout le corps. Le cancer en phase terminale laisse le patient âgé de quelques mois seulement. Le corps est détruit par une tumeur, les méthodes de traitement existantes sont inutiles ou ne peuvent que soulager la souffrance, mais n'améliorent pas vraiment la condition. Un remède contre le cancer de stade 4 ne peut être que rêvé, et les personnes qui ont vaincu le cancer de stade 4 ne peuvent être trouvées que sur des forums douteux sur Internet... Mais cela a déjà été dit plus tôt.

    Attention particulière - cancer du sein

    Souvent, le cancer au stade initial peut être «attrapé» dans des lésions de la glande mammaire (MF). Le meilleur diagnostiqueur dans ce cas est la femme elle-même ou (ce qui arrive assez souvent) son mari. En effet, le sein féminin n'est pas seulement un organe d'alimentation pour un bébé. Elle est un objet d'adoration et d'admiration parmi les personnes du sexe opposé, par conséquent, l'attitude à son égard est particulièrement respectueuse et l'attention est accrue. Pendant ce temps, tout le monde ne parvient pas et pas toujours à trouver en toute sécurité le foyer principal et à faire face au carcinome in situ (tumeur épithéliale non invasive), dans certains cas, la maladie traverse tous les stades du cancer du sein:

    changements cancéreux et précancéreux caractéristiques du sein, auxquels il convient de prêter attention

    • Stade zéro - carcinome in situ (tumeur intraductale, cancer lobulaire, maladie de Paget) - une forme pré-invasive qui donne toutes les chances de guérison complète.
    • Le premier stade du cancer du sein: la tumeur est petite, son diamètre ne dépasse pas 2 cm, elle n'a poussé nulle part et, de plus, n'a pas donné de croissance métastatique, le pronostic, bien sûr, est favorable.
    • La deuxième étape: la taille du néoplasme dans le cancer du 2e degré fluctue entre 2 et 5 cm, la tumeur a commencé à capturer des territoires supplémentaires, à se développer dans les tissus adjacents et à se métastaser vers les ganglions lymphatiques.
    • La gravité du troisième stade réside non seulement dans la croissance de la tumeur, sa pénétration dans les tissus voisins et les ganglions lymphatiques voisins, mais également dans le transfert de cellules cancéreuses vers des organes éloignés. En effet, même avec un traitement radical, le mal peut se cacher, et après 10 à 15 ans (cela peut être l'espérance de vie avec un cancer du sein de grade 3) se rappeler de lui-même pour avoir une issue fatale, donc le cancer de stade 3 est considéré comme incurable..
    • Pour le cancer du sein de stade 4, la taille de la lésion primaire n'a plus d'importance. Le pire dans le cancer du 4ème degré est que la croissance tumorale a complètement envahi le système lymphatique, "occupé" la poitrine et s'est étendue à tout le corps sous forme de métastases à des organes distants. La guérison du cancer de stade 4 est impossible par toutes les méthodes, car le «mal» dispersé ne peut plus être recueilli dans tous les tissus du corps. L'irradiation et la chimiothérapie peuvent retarder la croissance néoplasique pendant un certain temps, mais pas longtemps - avec un cancer de stade 4, ils vivent de un à trois ans.

    stades du cancer du sein

    À propos, les maladies oncologiques de la glande mammaire ne sont pas exclues chez les hommes, cependant, cela se produit très, très rarement..

    Problèmes purement féminins

    L'endroit le plus vulnérable du principal organe reproducteur de la femme

    Ces dernières années, les tumeurs cervicales se sont considérablement «rajeunies», ce que les experts associent à la propagation de l'infection par le papillomavirus humain (VPH). Pendant ce temps, il existe une forte probabilité de détecter un processus néoplasique au stade de sa création, et à d'autres stades, ce type d'oncologie est relativement bien diagnostiqué. Ainsi, avant de devenir un véritable cancer du col de l'utérus, le développement d'une tumeur passe par plusieurs étapes:

    stades du cancer du col de l'utérus

    Le pronostic du cancer du col de l'utérus, comme pour les autres tumeurs, dépend du stade. Des facteurs tels que la forme de cancer et le degré de différenciation de la néoplasie sont également d'une grande importance (plus le degré est élevé, plus les chances de survie sont élevées).

    Chef "tueur" de l'oncologie gynécologique

    Le cancer de l'ovaire, ayant de nombreuses formes et types, est considéré comme le processus oncologique le plus défavorable et incontrôlable de la région génitale féminine. Le type le plus courant est reconnu comme une tumeur du tissu glandulaire des ovaires - adénocarcinome, caractérisé par une cruauté et une agression particulières. Le caractère insidieux du cancer de l'ovaire réside également dans le fait qu'il présente des difficultés particulières de diagnostic. Les symptômes existants sont bien liés aux manifestations de maladies gynécologiques chroniques (annexite, fibromes utérins, etc.). Cependant, certains signes devraient quand même alerter une femme:

    1. perte de poids déraisonnable sans régime ni exercice;
    2. élargissement progressif de l'abdomen (accumulation de liquide dans la cavité abdominale - ascite);
    3. indigestion.

    Le cancer de l'ovaire, comme les autres tumeurs, passe par 4 étapes:

    1. "Naissance" d'une cellule cancéreuse, le développement du processus dans un ovaire. L'apparition de l'ascite est possible dès le premier stade du cancer, ce qui laisse espérer son diagnostic précoce et une prolongation de la vie de 5 ans chez 80% des patients (bien sûr, à condition que le traitement chirurgical soit associé à d'autres méthodes).
    2. Au deuxième stade, les ovaires, le péritoine, les trompes de Fallope et l'utérus sont touchés. Une hypertrophie de l'abdomen (ascite) avec une perte de poids générale incite une femme au développement d'une mauvaise maladie, le pronostic, bien sûr, s'aggrave.
    3. La troisième étape n'est plus difficile à diagnostiquer; des problèmes peuvent être constatés même lors d'un examen gynécologique de routine. Le taux de survie au cancer de stade 3 est faible, seule une femme sur cent sur cent a une chance de vivre cinq ans.
    4. Le cancer de stade 4 est caractérisé par la propagation de métastases dans tout le corps, mais le plus souvent, elles peuvent être trouvées dans les poumons et le foie. Un cancer de stade 4 est hors de question, la survie est nulle.

    Le pronostic ne peut pas être le même pour tout le monde, on ne peut généralement pas parler du stade du cancer et des perspectives de vie, car dans chaque cas particulier, d'autres facteurs sont également pris en compte: les caractéristiques histologiques de la tumeur, l'âge du patient, l'état des autres organes. Certains peuvent lutter plus longtemps, tandis que d'autres abandonnent dans les premiers mois..

    Tube digestif

    Carcinome œsophagien

    Le cancer de l'œsophage est classé comme un processus néoplasique malin et agressif. Il se développe rapidement, métastase précocement, est difficile et douloureux à diagnostiquer et à traiter, et son pronostic est très mauvais..

    Ce cancer à un stade précoce peut induire en erreur son propriétaire par l'absence de symptômes spécifiques. Difficulté à avaler, spasmes récurrents, suffocation en mangeant, une personne surmonte à l'aide de liquide. J'ai lavé la nourriture avec de l'eau - tout semble s'être passé et vous pouvez continuer à vivre en paix, donc la visite chez le médecin est constamment reportée. Et, en passant, les pensées sur les mauvaises choses viennent rarement. Cependant, si vous détectez la maladie au premier stade, agissez rapidement, vous pouvez alors compter sur cinq ans (voire plus) de vie.

    Les symptômes du cancer de l'œsophage augmentent à mesure que la tumeur se développe, qui passe par les mêmes étapes que les autres cancers (avec invasion et métastase). En parallèle, la prévision empire.

    Aux stades 3-4, la voix change déjà, la dysphagie se développe, des vomissements œsophagiens apparaissent périodiquement, quelque chose dérange constamment la poitrine, le patient perd du poids, perd la capacité de travailler. Le taux de survie pour un cancer de stade 3 est faible, avec un traitement actif, environ 25% des patients en bénéficient, mais avec des métastases à distance, seulement la moitié d'entre eux ont des perspectives.

    À 4 stades de cancer, les patients vivent à peine six mois, et cela peut difficilement être appelé une vie pleine.

    Leader numéro deux

    La première place en termes de fréquence et de mortalité est toujours occupée par le cancer de l'estomac, seul le cancer du poumon, reconnu dans le monde entier comme un «ennemi invincible de tous les temps et des peuples», le fait passer à la deuxième place. L'abondance de cancérogènes, les mauvaises habitudes, la prédisposition héréditaire, le portage d'une infection à Helicobacter pylori sont des facteurs qui contribuent au développement d'une tumeur de cette localisation. La nature humaine est telle qu'il entend mieux l'estomac et plus souvent que les autres organes (manger, boire, fumer...). Satisfaisant ses exigences parfois déraisonnables, le chercheur de sensations fortes "creuse sa propre tombe".

    Le pronostic du cancer de l'estomac dépend en grande partie de la profondeur de la tumeur lorsqu'elle est immergée dans la paroi de l'estomac. Par exemple, un cancer précoce, affectant uniquement les couches superficielles (muqueuses et sous-muqueuses), répond bien au traitement, de sorte que presque tous les patients survivent. Cependant, on ne peut malheureusement pas s'attendre à de telles perspectives pour les patients dont la tumeur, déjà au premier stade, s'est propagée non seulement à l'estomac, mais également aux métastases aux ganglions lymphatiques..

    stades du cancer de l'estomac

    Les troubles de l'estomac peuvent être assez difficiles à remarquer, les symptômes apparaissent tardivement, sans tenir compte du fait que la tumeur peut être déterminée par palpation. Troubles dyspeptiques, faiblesse, aversion pour la nourriture, perte de poids, manque d'intérêt pour la vie - ces «petits signes» sont considérés par beaucoup de gens comme leurs sensations habituelles, surtout s'ils souffrent d'ulcères ou de gastrite depuis de nombreuses années. La douleur apparaît aux stades ultérieurs (3-4), lorsque le cancer, ayant atteint une grande taille, a déjà quitté l'organe digestif.

    Le stade terminal du cancer de l'estomac s'accompagne d'une grande angoisse:

    • Douleur intense;
    • Anémie progressive;
    • Changements sanguins (leucocytose, ESR élevée);
    • Intoxication;
    • Fièvre;
    • Épuisement.

    La dernière étape ne laisse au patient atteint d'un cancer de l'estomac que quelques mois de vie...

    Encore une fois le sexe et l'âge...

    Le cancer intestinal passe également par toutes les étapes ci-dessus. Plus souvent, il affecte le gros intestin des hommes d'âge moyen et âgés. La raison de son développement, comme le cancer de l'estomac, est souvent la dépendance du patient lui-même. Les premiers symptômes (inconfort, fatigue, nervosité) ne donnent aucune raison particulière de soupçonner le mal. L'apparition de signes évidents (douleur, troubles intestinaux, excrétion de sang avec des matières fécales) est souvent retardée.

    stade du cancer intestinal, le 4e est caractérisé par des métastases au foie

    Le stade du cancer de l'intestin, comme dans le cas des néoplasmes d'autres localisations, détermine complètement le pronostic.

    La détection d'un processus oncologique au premier stade fournit un taux de survie à 5 ans pour près de 90% des patients; avec une augmentation du degré, les chances de vivre pendant de nombreuses années sont considérablement réduites. Au dernier stade du cancer de l'intestin, le pronostic est extrêmement mauvais, surtout si la tumeur est originaire du rectum distal.

    Les tâches de l'oncologie sont résolues par des spécialistes, cependant, selon l'auteur, les personnes éloignées de la médecine peuvent jouer un rôle important à cet égard si elles sont conscientes des symptômes, des stades et des méthodes de traitement des néoplasmes malins. Il est évident que dans la plupart des cas, nous vaincrons le cancer au stade initial, l'essentiel est de le détecter à temps. Et qui, sinon le patient lui-même, sera le premier informé de la catastrophe imminente, mais en même temps ne se précipitera pas pour essayer des médicaments douteux tels que la soude et la pruche, mais se tournera vers un établissement médical, où il recevra une assistance qualifiée.

    Vidéo: stades du cancer et autres concepts oncologiques en langage simple

    Auteur: oncologue, histologue Goldenshlyuger N.I. [MD Meira Goldenshluger], (OICR, Toronto, Canada), pour OncoLib.ru ©.