Principal > Complications

Pourquoi le kyste de la glande pituitaire du cerveau est-il dangereux?

Le kyste hypophysaire est une formation volumétrique qui, lorsqu'il se développe, peut perturber le travail de cette partie du cerveau. En conséquence, il existe des troubles du travail du système endocrinien, un déséquilibre hormonal et des échecs métaboliques. La cavité kystique est délimitée par des parois denses, remplies de contenu liquide. Le diamètre varie de 2 à 40 mm. Dans la plupart des cas, l'éducation n'est pas associée aux processus tumoraux, est le résultat d'un trouble congénital du développement du système nerveux central ou d'une conséquence d'un traumatisme à la naissance.

Caractéristiques de la pathologie

La glande pituitaire est une partie fonctionnelle importante du cerveau, malgré sa petite taille (hauteur - 3-7 mm, largeur - 10-17 mm). La glande pituitaire contrôle l'activité du système endocrinien. Une formation kystique qui n'est pas de nature dangereuse, compte tenu de la localisation dans l'hypophyse, peut affecter négativement l'état de santé humaine.

Le kyste hypophysaire est une telle formation volumétrique, qui se compose de parois denses et de contenu liquide, a tendance à se développer, ce qui peut affecter négativement le fonctionnement de cette partie du cerveau. Il est plus souvent détecté chez les patients jeunes (20-30 ans). La pathologie est plus courante chez les femmes. Selon la localisation, les types suivants sont distingués:

  1. Le kyste de poche de Rathke est situé dans l'espace qui sépare les lobes de l'hypophyse - antérieur et postérieur.
  2. Kyste de l'adénohypophyse (lobe antérieur de l'hypophyse) du cerveau.
  3. Kyste de la neurohypophyse (lobe postérieur de l'hypophyse).

La capsule peut être formée d'un épithélium cilié (cilié), plat, sécrétoire (produit une sécrétion muqueuse). En tenant compte de la structure morphologique de la paroi du néoplasme kystique, on distingue un kyste arachnoïdien (les parois sont formées à partir de la membrane arachnoïdienne) et colloïdal (les parois sont formées par un tissu neuroépithélial ou endodermique) de l'hypophyse. Le contenu de la formation des arachnoïdes est plus souvent du liquide céphalo-rachidien, colloïdal - un ensemble de glycosaminoglycanes, de protéines, de glycoprotéines.

Contrairement aux adénomes et microadénomes de l'hypophyse, un kyste est une capsule à contenu liquide. Les parois d'une formation kystique sont composées de tissu normal. Les adénomes et les microadénomes sont des néoplasmes qui se forment à partir de cellules dégénérées étrangères au corps. Les adénomes sont plus susceptibles de devenir incontrôlables.

Les causes de la maladie

Les causes exactes de l'événement n'ont pas été établies. Le plus souvent, l'apparition d'un kyste dans l'hypophyse du cerveau est associée à une violation du développement intra-utérin pendant la période de gestation. Les causes des anomalies du développement sont plus souvent:

  • Prédisposition héréditaire.
  • Maladies transmises par la mère pendant la grossesse.
  • Facteurs défavorables affectant le fœtus (mauvaise situation environnementale, intoxication, rayonnements ionisants).

Parfois, sous l'influence de facteurs défavorables (infections passées du système nerveux central - méningite, encéphalite, lésion cérébrale traumatique, antécédents d'adénome hypophysaire), un kyste peut se former chez l'adulte. Habituellement, les formations se développent lentement. Avec une augmentation de taille, ils peuvent comprimer les nerfs crâniens ou des structures fonctionnellement importantes du cerveau, ce qui entraîne une modification de l'état neurologique..

Symptômes

Un kyste hypophysaire peut être asymptomatique pendant une longue période. L'évolution asymptomatique est observée chez 33 à 85% des patients. Souvent, des formations kystiques au niveau de l'hypophyse sont détectées accidentellement lors d'un examen diagnostique (IRM, TDM) prescrit pour une autre raison (traumatisme crânien, AVC). Les symptômes apparaissent si le kyste hypophysaire augmente de taille, comprime les structures environnantes du cerveau. Caractéristiques principales:

  1. Dysfonctionnement visuel (perte de champs visuels, apparition d'objets étrangers dans le champ de vision) - 67% des cas.
  2. Douleur dans la région de la tête - 60% des cas.
  3. Nausées accompagnées d'épisodes de vomissements.
  4. Changement de comportement, troubles psycho-émotionnels.
  5. Crises épileptiques (rares).
  6. Augmentation de la fatigue.

Un kyste dans l'hypophyse provoque souvent des troubles hormonaux. La compression à laquelle les tissus de l'hypophyse sont exposés provoque une augmentation ou une diminution de la production d'hormones. Le processus pathologique est accompagné de signes:

  1. Puberté retardée dans l'enfance.
  2. Ralentissement ou accélération de la croissance.
  3. Trouble menstruel chez la femme.
  4. Hyperprolactinémie (aménorrhée - absence de menstruation, galactorrhée - sécrétion de lait par les glandes mammaires en dehors de la période d'alimentation, infertilité) - 38% des cas.
  5. Dysfonction érectile chez l'homme - 50% des cas.
  6. Hypoglycémie - abaissement de la glycémie.
  7. Hypotension - une diminution des valeurs de pression artérielle.
  8. Diabète insipide (augmentation de la production d'urine, soif insatiable).
  9. Un changement brusque des valeurs de poids corporel (plus souvent à la hausse).
  10. Troubles de la sensibilité (sensibilité accrue au froid, trouble de la thermorégulation).
  11. Peau sèche.

Si un kyste hypophysaire, détecté chez l'adulte et l'enfant, ne manifeste pas de symptômes, n'affecte pas la fonction cérébrale, il ne nécessite pas de traitement. Le degré de dangerosité et la nécessité d'un traitement pour un kyste hypophysaire seront déterminés par le médecin traitant, en tenant compte de sa taille et de son effet sur le cerveau.

Diagnostique

Le diagnostic différentiel par rapport à d'autres maladies endocriniennes et neurologiques est d'une grande importance. Au cours de l'étude, le kyste est différencié de l'adénome hypophysaire. Un kyste hypophysaire est plus souvent détecté lors d'une IRM ou d'un scanner. Méthodes instrumentales auxiliaires:

  • Radiographie (examen des structures osseuses du crâne).
  • Angiographie (examen du système circulatoire qui alimente le cerveau).
  • Ophtalmoscopie (pour identifier les déficiences visuelles et leurs causes).

Un test sanguin montre le niveau d'hormones produites par la glande pituitaire et les glandes endocrines qu'elle contrôle. Les consultations d'un neurologue (l'état neurologique est déterminé) et d'un cardiologue (l'état du système cardiovasculaire est étudié), un ophtalmologiste sont recommandés.

Méthodes de traitement

Si la formation kystique est petite et ne se manifeste pas, un traitement n'est pas nécessaire. Le traitement conservateur des kystes, qui provoquent une détérioration de la qualité de vie du patient, est généralement inefficace. La méthode prioritaire de traitement d'un kyste hypophysaire, dont l'évolution s'accompagne d'un dysfonctionnement du cerveau et de l'apparition de symptômes neurologiques sévères, est la chirurgie pour réséquer (enlever) une masse.

L'opération de retrait du kyste hypophysaire est réalisée par accès transnasal (à travers les voies nasales) ou transcrânien (à travers le crâne frontal). Dans le premier cas, une incision est pratiquée dans la membrane muqueuse dans la région de la partie postérieure de la cloison nasale. Le chirurgien accède à la masse kystique par l'os sphénoïde et le sinus sphénoïde.

Un équipement endoscopique est généralement utilisé, à l'aide duquel le contrôle des procédures chirurgicales est effectué. Le chirurgien voit une image du site chirurgical sur le moniteur. Les opérations d'accès transcrânien sont rares. Montré dans les cas où la formation kystique est grande et il est impossible d'éliminer le kyste par les voies nasales.

Après élimination du kyste formé sur l'hypophyse, il est envoyé pour une analyse histologique afin d'exclure le processus oncologique. Le médecin peut prescrire un cours de radiothérapie dans les cas où des cavités kystiques de grand diamètre sont détectées ou lorsque l'évolution de la maladie est récurrente. Après la chirurgie, l'état du patient s'améliore considérablement:

  • La douleur au niveau de la tête disparaît (82% des cas).
  • La fonction visuelle est restaurée (70% des cas).
  • Le cycle menstruel est normalisé (65% des femmes).

Les symptômes neurologiques sont éliminés dans 70% des cas. Après l'opération, un test de niveau hormonal est effectué, selon les résultats desquels le médecin prescrit un traitement hormonal temporaire ou à vie. Le programme de traitement est développé en tenant compte de la nature et de la gravité des troubles fonctionnels dans le travail de l'hypophyse.

S'il existe des contre-indications à une intervention chirurgicale avec une formation kystique importante, le développement d'un effet de masse et des symptômes neurologiques, un traitement avec des stéroïdes à fortes doses est effectué. Si le diamètre de la formation kystique ne dépasse pas 10 mm, il n'y a aucun signe clinique de pathologie, l'observation est montrée.

Prévisions et conséquences possibles

Les conséquences néfastes du traitement chirurgical d'un kyste cérébral formé sur l'hypophyse sont relativement rares. Les troubles postopératoires sont généralement associés au développement d'un diabète sucré (4% des cas), d'une infection secondaire (4% des cas), d'une rhinorrhée - sécrétion abondante de substrat muqueux par les voies nasales (7% des cas).

Le pronostic est relativement favorable - dans la plupart des cas (environ 80%), l'opération conduit à se débarrasser des manifestations de la pathologie. Si un gros kyste n'est pas traité, des complications peuvent survenir - perte de vision, syndrome convulsif, déséquilibre hormonal, augmentation de la pression intracrânienne.

Un kyste hypophysaire est une masse, qui est le plus souvent une pathologie congénitale du développement cérébral. Moins fréquemment, la cavité kystique est formée à la suite d'infections antérieures, de blessures dans la région de la tête, d'interventions neurochirurgicales. Le plus souvent, il est asymptomatique. Si des symptômes neurologiques sévères apparaissent, une ablation chirurgicale est généralement effectuée.

Kyste de l'hypophyse Karmana Rathke

Un kyste hypophysaire est un néoplasme creux qui contient du liquide à l'intérieur et est recouvert d'une capsule dense. Le kyste se trouve principalement chez les personnes âgées de 20 à 40 ans, les femmes sont plus souvent touchées. La gravité du tableau clinique dépend de la taille du kyste. Ainsi, un diamètre de kyste de 0,2 ou 0,3 mm ne provoque pas de symptômes. Statistiquement, seulement dans 7% des cas, le kyste forme des symptômes. Plus la tumeur est grosse, plus la probabilité de développer la clinique est élevée.

En raison de la rareté du tableau clinique, le diagnostic est rarement posé ou aux stades ultérieurs du développement du kyste. Le plus souvent, un néoplasme est détecté par une étude aléatoire sur l'imagerie par résonance magnétique lors d'examens de routine.

  1. Kyste colloïdal de la glande pituitaire. Il y a un colloïde à l'intérieur du néoplasme. Le néoplasme est entouré d'une capsule de tissu conjonctif dense. Grandit lentement.
  2. Kyste de Rathke de la glande pituitaire. Il s'agit d'un néoplasme bénin. À l'intérieur, il est tapissé de tissu épithélial. Extérieurement, il a une apparence arrondie. Le kyste hypophysaire de Rathke se développe pendant la croissance embryonnaire du fœtus. Habituellement, la maladie ne se manifeste pas au cours de la vie et est latente..

Les raisons

Il n'y a pas de point de vue unique sur la cause du développement d'un kyste hypophysaire. Cependant, un lien a été établi entre ces facteurs acquis:

  • neuroinfections transférées, par exemple méningite ou encéphalite;
  • AVC ischémique et hémorragique, hémorragie sous-arachnoïdienne;
  • lésion cérébrale traumatique;
  • prédisposition héréditaire et mutations génétiques.

Par exemple, un petit kyste hypophysaire peut généralement être sporadique, lorsqu'il n'y a pas un seul facteur de développement visible.

Comment identifier

Les symptômes d'un kyste hypophysaire ne sont pas spécifiques et ne peuvent pas être utilisés pour déterminer la présence d'un néoplasme. Le plus souvent, les patients se plaignent de maux de tête ressemblant à une hémicranie (migraine), lorsque la douleur est localisée d'un côté de la tête.

Les migraines ne sont pas associées à l'exercice, au surmenage ou au manque de sommeil. La céphalalgie apparaît soudainement, même dans un contexte de bien-être complet en santé. La précision de la vision diminue progressivement et les champs de vision latéraux peuvent tomber. Les gros kystes peuvent entraîner une perte complète de la vision. Une vision réduite ou une perte des champs visuels est causée par la proximité anatomique du nerf optique et de l'hypophyse.

Le kyste hypophysaire est accompagné d'autres symptômes non spécifiques:

  1. Troubles du sommeil, irritabilité, labilité émotionnelle, anxiété, fatigue lors d'un travail simple.
  2. Étourdissements, acouphènes.
  3. Troubles de l'autonomie: essoufflement, hyperhidrose, perte d'appétit, diarrhée ou éternuements, palpitations et irrégularités de son rythme.

Parfois, les patients se plaignent de fièvre. Cependant, la fièvre et le kyste dans la glande pituitaire sont des symptômes indépendants.

Le kyste de poche de Rathke, par exemple, est asymptomatique tout au long de la vie. Elle est généralement retrouvée lors d'une autopsie post-mortem. Les premiers symptômes d'un kyste de poche apparaissent lorsque la taille du kyste augmente. Ainsi, 70% des patients rapportent des maux de tête sévères, 50% des patients se plaignent d'une précision visuelle réduite.

Le kyste de Rathke peut être accompagné de symptômes endocrinologiques:

  • Hypopituitarisme - lésions des tissus de la glande pituitaire avec perte ultérieure des fonctions de la glande et insuffisance des organes endocriniens périphériques. En d'autres termes, avec cette pathologie, la quantité d'hormones sécrétées diminue..
  • Hyperprolactinémie - une augmentation de la prolactine dans le plasma sanguin. La pathologie s'accompagne d'une fonction de reproduction altérée, de changements psychologiques de la personnalité, de troubles sexuels et métaboliques.
  • Perturbations de l'eau et de l'électrolyte. Des œdèmes se forment, il y a des dysfonctionnements du cœur, son travail devient plus fréquent ou plus lent, des spasmes musculaires, de la somnolence ou de la léthargie se produisent.

La maladie de Rathke peut devenir maligne, c'est-à-dire acquérir les caractéristiques d'une tumeur maligne. Cela conduit à une augmentation de la pression intracrânienne, à une cécité bilatérale et souvent au développement d'un diabète insipide..

Diagnostique

Les méthodes de neuroimagerie sont utilisées pour diagnostiquer la pathologie:

En raison du fait que l'hypophyse est un petit organe, l'étude est souvent complétée par une angiographie et un régime de contraste. Il aide à visualiser la glande.

Traitement

Un traitement radical - ablation du kyste hypophysaire - est nécessaire dans le cas où la taille du néoplasme dépasse 30 mm et qu'il existe un tableau clinique. Pour l'opération, une approche transnasale est utilisée - la glande pituitaire est sélectionnée en utilisant les sinus nasaux. En moyenne, les interventions chirurgicales durent 2 à 3 heures.

La radiothérapie ou la chimiothérapie est moins efficace que l'élimination du kyste. Par conséquent, un traitement conservateur est rarement utilisé. Le traitement du kyste est symptomatique et dépend de l'hormone perturbée. C'est ce qu'on appelle la thérapie de substitution..

Comment est le traitement d'un kyste de la glande pituitaire du cerveau?

L'un des néoplasmes bénins qui se forme chez les personnes de moins de 20 ans est un kyste de la glande pituitaire du cerveau. Un peu plus souvent que les hommes, les femmes sont confrontées à cela. Seulement 5 à 7% des kystes de l'hypophyse sont capables d'influencer la santé. Cela explique le fait que la quasi-totalité de ces tumeurs dans la zone cérébrale sont trouvées par hasard: dans le cadre d'un examen de routine ou en relation avec d'autres maladies..

Causes et symptômes

Les raisons de la formation de la maladie doivent être considérées comme les trois points suivants:

  • facteur génétique;
  • lésion cérébrale traumatique;
  • encéphalite et processus similaires, c'est-à-dire infections survenues dans la matière cérébrale.

Dans le même temps, un kyste hypophysaire se forme sans raison évidente dans la grande majorité des cas. À cet égard, il est nécessaire de faire attention aux symptômes, qui ne sont caractéristiques que des grands néoplasmes dans la région du cerveau. Nous parlons de maux de tête et de déficience visuelle..

Les migraines sont généralement permanentes, c'est-à-dire qu'elles ne se caractérisent pas par une tendance à s'intensifier en cas de changement de posture ou lors de charges physiques. L'aggravation des mêmes fonctions visuelles se manifeste au stade initial par un rétrécissement significatif des limites de la vision latérale. À mesure que le kyste se développe dans l'hypophyse, une cécité partielle ou complète se forme. Le facteur influençant ceci doit être considéré comme la proximité anatomique des nerfs optiques et de la glande pituitaire elle-même dans la région du cerveau.

Les problèmes de la glande pituitaire affectent également les niveaux hormonaux. Cela se manifeste par une détérioration de la santé, de la fatigue, de la somnolence. Ce fait s'explique par le fait que les composants hormonaux de la glande décrite affectent tous les organes ou systèmes d'une personne. En cas de formation d'un kyste dans l'hypophyse, une aggravation de la production de composants actifs (hormones) est le plus souvent notée, ce qui peut être compensé par des médicaments.

La symptomatologie de la pathologie présentée associée au cerveau n'est pas évidente, car les manifestations sont toujours très individuelles. Certains patients ne sont confrontés qu'à une partie des manifestations, tandis que d'autres - à tout ce qui précède. Ceci est directement proportionnel à la taille du kyste hypophysaire et dans quelle zone du cerveau, ainsi que de la glande, il se trouve.

Il est extrêmement rare qu'une tumeur de la glande pituitaire augmente la fonction sécrétoire des hormones. Pas plus de 10% des patients y font face. Dans une situation similaire, des affections telles que l'acromégalie, le syndrome d'Itsenko-Cushing, la thyrotoxicose et l'hyperprolactinémie se développent. Pour éviter cela, il est nécessaire de commencer le plus tôt possible un traitement spécialisé des néoplasmes du cerveau..

Méthodes de traitement

La thérapie du kyste sera nécessaire dans les situations suivantes:

  • en raison de dommages probables ou réels aux glandes et aux lobes adjacents du cerveau;
  • avec des manifestations vives de la maladie, se transformant en chronique;
  • en cas d'activité hormonale élevée de la formation dans l'hypophyse.

Dans tous les autres cas, des examens préventifs programmés tous les 6 à 8 mois seront une mesure suffisante. Toute tentative d'auto-traitement peut nuire gravement à une personne..

La compression des lobes et des zones adjacentes du cerveau est observée exclusivement avec d'énormes tumeurs qui atteignent des tailles supérieures à 30 mm. La récupération dans cette situation implique l'élimination rapide du kyste de l'hypophyse..

Les spécialistes choisissent l'approche chirurgicale la plus appropriée. On peut parler soit de craniotomie, soit d'intervention transnasale. L'impact sur le cerveau doit être réalisé sous anesthésie générale. L'opération peut durer de 30 minutes à 2-3 heures - cela dépend de l'âge du patient, de son état de santé et de la taille du kyste hypophysaire.

Il est important de noter que le risque d'intervention chirurgicale est assez élevé, car les vaisseaux qui irriguent le cerveau et les nerfs optiques peuvent être endommagés..
La radiothérapie doit être considérée comme une méthode de traitement plus rare des kystes hypophysaires. Comme le montre la pratique, le degré d'efficacité de l'intervention présentée reste plutôt faible. Alors que des complications, par exemple, une détérioration des niveaux hormonaux, se forment chez 90% de tous les patients.

Se débarrasser d'une tumeur cérébrale avec des médicaments n'est pas toujours nécessaire. La décision est prise par l'endocrinologue.

Les médicaments les plus couramment utilisés sont la cabégroline, la bromocritpine, la testostérone et les œstrogènes actifs..

Le premier des deux composants est conçu pour réduire le kyste hypophysaire, tandis que le reste permet de restaurer une fonction hormonale optimale.

Prévention des conséquences

La grande majorité des complications survenant dans la région du cerveau sont causées par une augmentation de la taille de la tumeur, ainsi que par la compression des lobes et des glandes adjacentes. Les conséquences similaires pour un kyste hypophysaire comprennent:

  • hydrocéphalie;
  • une augmentation ou des pics de pression à l'intérieur du crâne;
  • perte de vision;
  • effusion de sang dans les tissus tumoraux;
  • changements de type kystique (appelés adénome kystique).

Compte tenu de la gravité des conséquences possibles, une prévention compétente est nécessaire. Cela aidera à maintenir toutes les fonctions cérébrales en parfait état. Ainsi, afin d'éviter les complications d'un kyste hypophysaire, ainsi que la maladie elle-même, il est nécessaire de surveiller le fond hormonal, pour éviter un traumatisme mécanique et accidentel du crâne.

Les personnes à risque devraient subir des examens cérébraux une fois par an. Il est également recommandé de faire de l'exercice modéré, un régime pauvre en glucides et d'éviter les mauvaises habitudes..
Ainsi, un kyste formé dans l'hypophyse est une pathologie grave qui, s'il n'atteint pas une taille importante, ne pose pas de problème. Avec une augmentation de taille, des conséquences très graves sont possibles qui nécessitent un traitement qualifié et à long terme..

Tout sur le kyste dans la glande pituitaire du cerveau

La glande pituitaire est l'une des parties les plus importantes du cerveau, responsable de la synthèse des éléments hormonaux, du fonctionnement normal du système endocrinien et du processus métabolique stable du corps. Tout processus pathologique dans cette partie du cerveau peut provoquer de graves perturbations dans le travail de tous les organes vitaux..

L'une des maladies courantes affectant le fonctionnement stable du cerveau est le kyste hypophysaire. La pathologie est caractérisée par la formation d'une tumeur contenant une substance liquide.

Dans l'article, nous expliquerons en détail ce que c'est, comment la pathologie se manifeste et quelles méthodes existent pour lutter contre la cavité pathogène..

  1. Ce que c'est
  2. Quelles sont les raisons de l'éducation
  3. Méthodes de diagnostic
  4. Symptômes
  5. Quel est le danger
  6. Méthodes de traitement
  7. Grossesse et kyste hypophysaire

Ce que c'est

Un kyste de l'hypophyse est une tumeur à une seule chambre (très rarement à plusieurs chambres) qui a un caractère bénin. Son corps est fait de tissu épithélial solide, il a une forme arrondie et une surface lisse. L'intérieur du cystome est rempli de liquide sécrétoire, qui peut parfois contenir des impuretés de sang ou de pus.

Cette pathologie est le plus souvent diagnostiquée chez la jeune génération, dont 75% sont des hommes. Avec la taille impressionnante du kyste, le patient a besoin d'une intervention chirurgicale immédiate, car une telle maladie peut provoquer des anomalies hormonales et mentales. Dans le cas où la progression du néoplasme est asymptomatique, n'affecte pas le travail des systèmes vitaux et est détectée par hasard, le traitement peut être reporté pendant un certain temps..

Quelles sont les raisons de l'éducation

Malheureusement, l'étiologie d'un kyste sur l'hypophyse du cerveau n'est pas entièrement comprise. Cela est dû au fait que dans la plupart des cas, la pathologie est découverte par hasard et n'est accompagnée d'aucun signe. En outre, dans la pratique médicale, des patients ont été enregistrés chez qui un néoplasme bénin s'est résolu tout seul, sans l'utilisation de médicaments et de procédures..

Cependant, les médecins ont encore identifié plusieurs facteurs qui servent de provocateurs à la formation d'une cavité pathogène:

  • Prédisposition héréditaire (si une telle maladie a été trouvée chez le plus proche parent);
    Après un fort effet mécanique sur le cerveau, à savoir sur la région de l'hypophyse;
  • Infection du liquide cérébral (progression de la méningite ou de l'encéphalite).

Les conditions ci-dessus augmentent la probabilité de formation d'une tumeur kystique, cependant, les médecins disent que la pathologie peut se développer sans bonne raison.

Méthodes de diagnostic

Pour identifier une formation pathogène dans le cerveau, sa taille et sa nature, les médecins spécialistes recourent aux mesures de diagnostic suivantes:

  • Réalisation d'imagerie par résonance magnétique ou calculée;
  • Photographie aux rayons X;
  • Étude en laboratoire du liquide sanguin pour déterminer la quantité d'éléments hormonaux qu'il contient.

Après avoir étudié les résultats obtenus, le médecin établit un diagnostic précis et procède au choix d'une méthode thérapeutique fiable.

Symptômes

En règle générale, la formation kystique n'est pas accompagnée de symptômes graves. Les manifestations perturbant le patient n'ont été enregistrées que dans 6% de tous les cas. Ils apparaissent lorsque le diamètre de la tumeur dépasse dix centimètres..

Les signes les plus courants de la maladie sont:

  • Attaques de maux de tête;
  • Étourdissements fréquents
  • Déficience visuelle: vision trouble, mouvement compliqué des globes oculaires, opacification;
  • Brûlure, douleur coupante dans les yeux;
  • Détérioration générale du bien-être.

En plus des manifestations ci-dessus, un néoplasme dans l'hypophyse peut être accompagné du développement des pathologies suivantes:

  • Diabète insipide;
  • Violations dans le travail des organes du système reproducteur;
  • Hypothérapie;
  • Insuffisance surrénalienne.

Quel est le danger

Avec la progression avancée et agressive d'un néoplasme bénin qui n'est pas exposé à des mesures thérapeutiques, des conséquences potentiellement mortelles et irréversibles peuvent se développer.

En raison du fait que la tumeur affecte négativement le fond hormonal, les pathologies hormono-dépendantes commenceront à se développer. Dans le cas du beau sexe, un kyste dans l'hypophyse provoquait souvent la formation de cavités bénignes dans la poitrine et d'autres maladies affectant les organes reproducteurs.

En plus des complications décrites, le cystome provoque la formation de telles maladies:

  • Hyperprolactémie;
  • Acromégalie;
  • La maladie d'Itsenko-Cushing;
  • Thyrotoxicose.

Afin de prévenir les maladies négatives, les médecins spécialistes recommandent de surveiller attentivement votre bien-être et de subir un examen préventif complet chaque année..

Méthodes de traitement

Avec une petite taille du néoplasme, les médecins ne prescrivent pas de procédures thérapeutiques graves. Dans de tels cas, ils entament une stratégie de traitement attentiste, qui consiste à se rendre périodiquement dans un établissement médical une fois par an et à utiliser des médicaments pharmacologiques capables d'arrêter la progression de la tumeur et d'éliminer les éventuels symptômes désagréables..

Dans le cas où la tumeur exerce une pression sur les terminaisons nerveuses et les vaisseaux sanguins, provoque le développement de conditions pathologiques, s'accompagne de signes désagréables et a une taille impressionnante - des médecins qualifiés prescrivent une opération immédiate.

Le traitement de la maladie par chirurgie peut se faire de plusieurs manières:

  • Avec l'aide de la craniotomie;
  • Utilisation de la route transnasale.

Le type d'intervention chirurgicale est choisi exclusivement par le médecin traitant. Son choix est basé sur les caractéristiques individuelles du corps du patient, sa catégorie d'âge et la nature du néoplasme.

L'opération est réalisée sous l'influence d'une anesthésie générale. La durée de l'intervention chirurgicale peut varier d'une demi-heure à plusieurs heures (tout dépend de la méthode choisie de la procédure de traitement et du diamètre de la tumeur).

La méthode opératoire de thérapie doit être effectuée exclusivement par un chirurgien expérimenté, car travailler avec le cerveau nécessite du professionnalisme, de la précision et des actions précises. Un mauvais mouvement peut provoquer de graves complications, entraîner une invalidité du patient et, dans le pire des cas, entraîner la mort.

Grossesse et kyste hypophysaire

Souvent, la grossesse et les néoplasmes kystiques dans la glande pituitaire sont des phénomènes incompatibles. Cela est dû au fait qu'une telle pathologie affecte négativement le fond hormonal de la fille, dont la stabilité est nécessaire à la conception d'un enfant..

La période de gestation n'est possible qu'après un traitement médical ou chirurgical de la maladie, après quoi la quantité d'éléments hormonaux revient à la normale.

Cependant, dans la pratique médicale, il y a eu des cas où une femme a encore réussi à concevoir un enfant. Dans une telle situation, les médecins assurent que le kyste hypophysaire ne présente aucun danger pour le bébé. Au contraire, pendant la période de gestation, un néoplasme bénin cesse de croître et de se développer, et se résout parfois complètement de lui-même..

Dans le cas où la pathologie n'a pas disparu, un traitement conservateur ou chirurgical peut être effectué après la fin de la grossesse et de la période d'allaitement.

Kyste hypophysaire: formation anatomique ou maladie grave

Le système endocrinien peut être appelé en toute sécurité l'un des principaux du corps humain. Il n'y a peut-être pas un seul organe sur les activités duquel il n'influence pas. Cela se produit par le biais d'hormones formées par les glandes endocrines et, entrant dans la circulation sanguine, sont transportées dans tout le corps..

Un rôle important dans ce mécanisme est attribué à la glande pituitaire, la glande, dont les hormones régulent des processus importants: la croissance, la maturation des organes somatiques et la coordination de leur activité. Un kyste hypophysaire est une maladie qui perturbe le fonctionnement complet de la glande et est dangereuse pour la vie elle-même.

À propos des principales caractéristiques

En tant que structure du diencéphale située à la base du crâne, la glande pituitaire est complexe et de petite taille. Il contient des lobes: antérieur (a un nom distinct - adénohypophyse), moyen et postérieur (neurohypophyse).

Il a une structure parenchymateuse, une forme arrondie et pèse environ un demi-gramme. Le nom informel est la glande des glandes. Cela s'explique par l'influence significative des hormones hypophysaires sur l'activité d'autres glandes endocrines (par exemple, thyroïde, génitales, surrénales).

Les principales hormones synthétisées par l'hypophyse sont: l'hormone de croissance, thyrotrope, adénocorticotrope, prolactine, folliculo-stimulante, lutéinisante.

Qu'est-ce qu'un kyste hypophysaire?

Un kyste hypophysaire est un type de tumeur qui apparaît dans le tissu glandulaire. Il a une coquille dense et un contenu presque liquide. Les neurologues discutent encore de ses causes et les facteurs de risque sont:

  • traumatisme;
  • processus inflammatoires dans le cerveau;
  • pathologie intra-utérine;
  • traumatisme à la naissance;
  • processus toxiques;
  • exposition à un rayonnement de fond accru;
  • les maladies infectieuses pendant la grossesse, ainsi que le port latent de bactéries et de virus par la femme enceinte;
  • prédisposition génétique.

Il y a des cas où la cause de l'apparition d'un kyste reste incertaine. Pour l'exactitude du traitement choisi du kyste hypophysaire, il importe à quel groupe appartient tel ou tel kyste: hormono-actif ou non.

Résumé des symptômes

Pendant longtemps, les formations hormono-inactives n'attirent pas l'attention. Tant que leur taille n'exerce pas d'effet pressant sur les zones voisines, il n'y a aucun symptôme de la maladie. À mesure que le kyste de l'hypophyse se développe, les tissus environnants subissent un effet non compensé. Cela détermine un certain nombre de symptômes caractéristiques:

  • détérioration de la vision, jusqu'au développement de la cécité;
  • maux de tête intenses;
  • fatigue accrue;
  • perte de poids;
  • nervosité, vulnérabilité, tendance aux dépressions émotionnelles.

Un effet négatif sur la sphère sexuelle conduit à des violations de l'ovulation et, éventuellement, au développement de l'infertilité. Le mal de tête est caractérisé par la persistance, sa relation avec un changement de position corporelle ou d'autres facteurs n'est pas tracée.

La détérioration de la vision est due au fait que le nerf optique est situé anatomiquement à côté de la glande pituitaire. Par conséquent, lorsqu'elle est comprimée, la vision latérale est d'abord limitée, puis la cécité générale, puis complète s'installe. La deuxième forme - les kystes hormono-actifs - dépend de l'augmentation de la synthèse des hormones.

D'un excès de prolactine, la fertilité en souffre, l'hormone adrénocorticotrope entraîne des symptômes hypertensifs, l'ostéoporose, une augmentation de la croissance des cheveux sur le corps et le visage, le développement du diabète sucré et d'autres maladies dangereuses.

S'il y a beaucoup d'hormone de croissance, il y a un risque de développer une acromégalie. Signes typiques: une augmentation de la longueur des pieds, des mains, une taille disproportionnée des arcades sourcilières, des oreillettes et autres défauts. L'hypersynthèse de la thyrotropine est un signal d'arythmie, de bombement, de tremblement de la main. Dans ce cas, les principaux sont une forte perte de poids, une arythmie, une forte baisse de force. Avec l'hyperfonctionnement des hormones, le diabète insipide peut se développer.

Les kystes hormono-actifs provoquent les plaintes suivantes:

  • peau sèche;
  • somnolence;
  • fatigue accrue;
  • hyperfonctionnement des reins dans la formation d'urine et la soif correspondante;
  • hypotension;
  • diminution de la vitalité;
  • troubles sexuels.

Avec toute la variété des symptômes, la clinique peut différer dans chaque cas spécifique. Ceci est déterminé par les caractéristiques individuelles de l'organisme et le degré de négligence du processus..

Quelles sont les complications possibles?

La maladie en développement - un kyste hypophysaire - est un effet extrêmement négatif sur tous les tissus hypophysaires voisins et le développement de complications dans les centres qui se trouvent ici. Les plus dangereux d'entre eux sont: l'hydrocéphalie, l'augmentation de la pression intracrânienne, le développement de la cécité, divers types de saignements.

Comment le diagnostic est-il réalisé??

Puisque le contenu du kyste est liquide, il est clairement visible sur une radiographie. Cependant, cela est difficile à faire au stade initial de la maladie..

Les méthodes modernes et fiables sont la thérapie par résonance magnétique (IRM) et la tomodensitométrie (CT). Des agents de contraste spéciaux sont utilisés pour la recherche.

Si des défauts dans le tissu hypophysaire sont détectés par de telles méthodes, le patient est référé à un endocrinologue. Ici, le diagnostic se poursuit en étudiant le fond hormonal. Des tests sont prescrits pour la teneur en hormones dans le sang de la glande pituitaire elle-même et des glandes dépendantes de l'hypophyse.

En plus de ces études spécifiques, le patient se voit attribuer des tests sanguins et urinaires cliniques..

À propos des principales approches de traitement

Prescrire un schéma thérapeutique signifie choisir les médicaments les plus efficaces et déterminer la faisabilité d'une intervention chirurgicale pour un kyste hypophysaire.

Nommé:

  • cabergoline, bromocriptine (pour réduire la taille du kyste);
  • vasopressine, thyroxine, œstrogènes, testostérone (médicaments hormonaux);
  • médicaments symptomatiques pour soulager les plaintes associées.

Les méthodes conservatrices comprennent la radiothérapie. S'il y a des maladies ou des symptômes concomitants, leur traitement est également nécessaire. Avec des tailles importantes ou une dynamique négative du kyste hypophysaire (une augmentation de sa croissance sur une courte période de temps), un traitement chirurgical est prescrit pour l'éliminer.

La période postopératoire doit être accompagnée d'une alimentation complète riche en vitamines et micro-éléments, le bon mode de travail et de repos.

La deuxième option consiste à épargner les méthodes palliatives, par exemple. Shunt (élimination de fluide à l'aide d'un système de shunt spécial). Cette procédure présente un inconvénient majeur - la possible infection du cerveau..

Dans certains cas, la chirurgie endoscopique est une méthode acceptable. Un endoscope est inséré à travers un trou dans le crâne et la tumeur est retirée..

Les méthodes opératoires de traitement des kystes chez les nouveau-nés ne sont utilisées que dans les cas de leur grande taille. Le but de l'opération est de prévenir les effets négatifs de la pression sur les organes vitaux. Si le kyste est petit, il est logique d'observer l'enfant.

Pronostic de la maladie

La condition pour une issue favorable du kyste hypophysaire est un diagnostic correct et un traitement rapide. Un traitement hormonal substitutif correctement sélectionné est particulièrement important..

Si la composition et la dose des hormones prescrites sont sélectionnées fonctionnellement correctement, la restauration du fonctionnement normal des glandes endocrines est possible dans son intégralité, sans conséquences négatives.

Existe-t-il un traitement alternatif?

Si le kyste de l'hypophyse du cerveau n'a pas tendance à augmenter et ne dérange pas une personne, vous pouvez vous tourner vers la médecine traditionnelle, essayer de le traiter.

Il existe des preuves de l'efficacité des herbes telles que le bedpap et la pruche pour les adultes. Vous devriez consulter votre médecin sur la possibilité de leur utilisation, car il peut y avoir des raisons individuelles de contre-indications à leur prise..

Utile pour les décoctions de kystes hypophysaires d'origan, de ficelle. D'autres infusions et décoctions à base de plantes peuvent être sélectionnées en fonction de la présence de maladies concomitantes.

Signes et méthodes de traitement des kystes de l'hypophyse du cerveau

L'hypophyse (glande pituitaire) est une glande qui fait partie intégrante du cerveau. Il produit des hormones actives qui contrôlent et régulent les glandes endocrines, le métabolisme et le métabolisme en général..

La glande pituitaire est également sensible à toutes sortes de pathologies et de formations. Y compris les formations kystiques. Alors, qu'est-ce qu'un kyste hypophysaire du cerveau (ou microadénome kystique)? Un kyste hypophysaire est une petite formation bénigne, qui est recouverte d'une membrane dense à l'extérieur et contient du liquide (liquide céphalo-rachidien) à l'intérieur. Dans la plupart des cas, la tumeur ne présente aucun symptôme évident. Compte tenu de cette caractéristique de la maladie, la détection du microadénome hypophysaire se produit, en règle générale, par hasard lors du passage du diagnostic cérébral..

Si les symptômes se font sentir, cela signifie que le kyste se développe (la formation a atteint 8-10 mm) ou a commencé à serrer les zones adjacentes du cerveau qui l'entourent.

Causes de la formation de kystes dans l'hypophyse

Les facteurs étiologiques de la formation de kystes dans l'hypophyse n'ont pas encore été entièrement compris. Les experts identifient plusieurs facteurs pouvant provoquer le développement de la maladie:

  • prédisposition génétique;
  • un traumatisme crânien;
  • infections au cerveau (encéphalite ou méningite).

Étudier plus en détail les causes de l'apparition d'un kyste et collecter des données statistiques à analyser est compliqué par le fait que la maladie est assez difficile à diagnostiquer et qu'elle disparaît souvent sans symptômes visibles.

Symptômes du kyste hypophysaire

Les premiers symptômes de la pathologie:

  • maux de tête fréquents, qui peuvent être permanents et ne pas changer lors du changement de position du corps dans l'espace (debout, couché);
  • mobilité limitée des globes oculaires, douleur et vision double;
  • diabète insipide;
  • dysfonction sexuelle;
  • problèmes avec le système urinaire;
  • sautes d'humeur fréquentes;
  • abaisser la tension artérielle;
  • échecs des cycles menstruels. On observe des saignements utérins qui ne sont pas associés aux cycles de la femme;
  • un kyste hypophysaire peut affecter l'équilibre hormonal dans le corps, à partir duquel une mastopathie fibrokystique peut se former chez les filles;
  • malaise général;
  • troubles névrotiques;
  • vertiges;
  • convulsions périodiques;
  • nez qui coule persistant;
  • convulsions récurrentes.

La déficience visuelle est le principal symptôme d'un kyste hypophysaire. Au tout début du développement de la maladie, ce symptôme est observé. Le nerf optique est situé près de l'hypophyse. Au fur et à mesure que l'éducation se développe, la vision du patient s'aggrave, jusqu'à une cécité complète. La vision ne peut pas se détériorer fortement (s'il n'y a pas eu de traumatisme crânien). Au début, la vision tombe pendant une courte période de temps, mais est rapidement rétablie. Plus le kyste est gros et plus il exerce une pression sur les nerfs optiques, plus la vision du patient se détériore et plus les périodes de restauration de la vision sont courtes. Le plus souvent, ce sont les zones périphériques qui sont violées. La croissance du kyste hypophysaire est associée à l'accumulation de liquide dans celui-ci. La perte transitoire de la vision est le premier symptôme alarmant qui ne peut être ignoré.

Certains patients peuvent présenter seulement quelques-uns des symptômes ci-dessus. D'autres - tout à la fois. Ce fait dépend de l'emplacement et de la taille du kyste. Pour une détermination plus précise du diagnostic, il est nécessaire de subir un diagnostic différentiel.

Effets

La glande pituitaire est une glande située dans la partie centrale du cerveau qui produit les types d'hormones suivants:

  1. Thyrotrope.
  2. Lutéinisation.
  3. Somatotrope.
  4. Adrénocorticotrope.
  5. Prolactine.
  6. Follicule-stimulant.

Ces hormones affectent le système endocrinien et l'immunité humaine, sont impliquées dans les processus métaboliques. Un kyste peut entraîner une diminution de la quantité et du volume d'hormones produites, ce qui affectera certainement le travail de tout le corps (par exemple, les filles peuvent développer des kystes mammaires en raison de perturbations hormonales).

En outre, une tumeur bénigne de l'hypophyse peut accélérer la production d'hormones, ce qui peut entraîner les types de maladies suivants:

  1. Hyperprolactinémie.
  2. Thyrotoxicose.
  3. Acromégalie.
  4. Maladie d'Itsenko-Cushing.

Aux premiers symptômes de la pathologie, il est nécessaire de subir un diagnostic et de prescrire un traitement dès que possible, sinon il y a une forte probabilité de dégénérescence kystique irréversible de l'hypophyse.

Diagnostique

Lorsque vous contactez un médecin présentant des signes de kyste hypophysaire, les procédures de diagnostic suivantes sont prescrites:

  • imagerie par résonance magnétique et calculée (ou IRM). Ce type de diagnostic vous permet de détecter et de prendre une photo d'une formation d'un volume allant jusqu'à 10 mm, ainsi que de déterminer l'intensité du flux sanguin dans la zone du kyste. Si le diagnostic est confirmé, le patient est référé à un endocrinologue;
  • tests d'hormones. Sur la base des résultats de l'étude, vous pouvez déterminer quelle partie de l'hypophyse nécessite un traitement.

Le sang est donné principalement pour les hormones suivantes:

  • l'hormone adrénocorticotrope;
  • cortisol;
  • l'hormone lutéinisante;
  • prolactine;
  • hormone de croissance;
  • la testostérone;
  • les hormones thyroïdiennes;
  • hormone stimulant la thyroïde;
  • hormone de stimulation de follicule;
  • oestrogène.

Selon des tests sanguins, il est possible de déterminer si le kyste produit des hormones ou non, et également de savoir quelles hormones il sécrète.

Traitement

Un impact sur le kyste à des fins de traitement est nécessaire dans les cas suivants:

  • lorsqu'un kyste serre les structures et les zones adjacentes du cerveau;
  • il y a des symptômes évidents de la maladie;
  • avec activité hormonale du kyste hypophysaire.

Le kyste du cerveau ne commence à appuyer sur les zones voisines qu'à de grandes tailles (plus de 2 cm). Dans le traitement de ce type de formation, seule la méthode chirurgicale est utilisée..

L'opération se déroule sous anesthésie générale. La probabilité de complications après la chirurgie est assez élevée: il existe un risque de lésion des vaisseaux qui alimentent le cerveau et les nerfs optiques. Au moment de la rééducation après la chirurgie, un traitement médicamenteux est nécessaire.

Le traitement médicamenteux est prescrit par un endocrinologue. Dans la plupart des cas, les produits suivants sont prescrits: cabergoline, bromocriptine, vasopressine, thyroxine, testostérone et œstrogènes. Les deux premiers médicaments contribuent à la résorption de l'éducation, et les autres compensent le dysfonctionnement hormonal.

La radiothérapie est très rarement prescrite, car la faible productivité de l'exposition a été prouvée et des complications après exposition sont observées dans presque tous les cas.

Toute personne qui souffre d'un kyste hypophysaire doit suivre un régime et contrôler le cholestérol et la glycémie.

Méthodes traditionnelles de traitement des kystes

Les méthodes traditionnelles de traitement de la cystose hypophysaire aident à améliorer le métabolisme, à stabiliser le niveau d'hormones dans le corps. Les décoctions et teintures les plus utilisées pour cette maladie:

  • Bugwort (solution d'alcool à 10%) - lutte parfaitement contre les néoplasmes dans le corps. Il est nécessaire de prendre la teinture en 10 gouttes, avant les repas, après dilution avec de l'eau;
  • pour restaurer les processus métaboliques, il est recommandé d'utiliser des décoctions de ficelle et d'origan. De plus, dans chaque pharmacie, vous pouvez trouver des préparations à base de plantes spéciales pour les tumeurs.

Avant de commencer le traitement avec des méthodes traditionnelles, il est nécessaire de consulter un spécialiste, car il existe des contre-indications.

Symptômes et traitement des kystes de l'hypophyse du cerveau

Le kyste hypophysaire est un néoplasme avec un cachet plutôt dense, à l'intérieur il a une cavité remplie de contenu liquide (liquide céphalo-rachidien). Et a un autre nom Kiste Karmana Rathke.

La glande pituitaire est un petit organe situé dans le cerveau humain. Il est responsable de la production d'hormones qui régulent le travail de tout le système endocrinien, ce qui signifie qu'il affecte la croissance, le développement, les processus métaboliques, la capacité de reproduction..

Caractéristiques du kyste hypophysaire

Habituellement, un kyste n'a aucun effet sur le fonctionnement des systèmes corporels. Le traitement de la formation kystique dans l'hypophyse n'est nécessaire que si la taille du kyste augmente et qu'il commence à affecter négativement les zones voisines, des conséquences neurologiques apparaissent.

Pourquoi les kystes apparaissent dans la glande pituitaire:

La tumeur se forme, selon les statistiques, le plus souvent chez les jeunes patients et chez les femmes, le risque de formation est plus élevé que chez les hommes. Chez un enfant, un tel néoplasme est extrêmement rare..

Il y a plusieurs raisons à l'apparition de tels néoplasmes, ce sont:

  • Hérédité - certaines personnes sont génétiquement prédisposées à ce type de maladie.
  • Pathologies d'étiologie infectieuse - survenant directement dans le liquide céphalo-rachidien (encéphalite).
  • Traumatisme crânien traumatique.
  • Opérations chirurgicales effectuées sur le cerveau.

Un kyste dans l'hypophyse a tendance à se former sans raison apparente.Par conséquent, faites très attention à la manifestation des symptômes, tandis que le néoplasme est petit, ses signes sont faibles.

Symptômes

Alors que le kyste en est à ses balbutiements et que sa taille ne dépasse pas 1 cm, il ne se manifeste en aucun cas, mais dès qu'il pousse au moins un peu, il commence à influencer tous les processus du corps, en particulier le travail du cerveau..

Les symptômes visibles à l'origine des principales plaintes:

  • Les maux de tête qui ne diminuent pas et ne dérangent pas le patient peuvent sembler blesser les yeux.
  • Les performances sont considérablement réduites, la fatigue se fait sentir même après un travail court.
  • Il peut y avoir du bruit dans vos oreilles.
  • La vision du patient peut se détériorer, la netteté diminue, la vision double.
  • Augmentation de l'excitabilité ou vice versa somnolence.
  • Selon la partie de l'hypophyse, un effet négatif sur les fonctions reproductrices du corps peut apparaître, chez la femme - règles rares ou leur absence, chez l'homme - impuissance, troubles du système génito-urinaire.
  • Lorsqu'une pathologie de l'hypophyse est détectée, le travail de l'hypothalamus peut également être perturbé, ce qui affecte le fond hormonal général du patient, diverses maladies apparaissent, par exemple la maladie d'Itsenko-Cushing, causée par une production excessive d'hormone adrénocorticotrope.

Grossesse et kyste hypophysaire

Toute pathologie et grossesse sont mal combinées, et encore plus un adénome kystique de l'hypophyse, qui suit généralement un scénario de prolactine, un tel développement d'une tumeur peut entraîner une interruption involontaire de grossesse.

Une thérapie rapide et complète aidera à maintenir la grossesse et à accoucher à temps.

Habituellement, le médecin essaie de ne pas prescrire de médicaments inutiles, seuls des médicaments sont utilisés pour normaliser le niveau de prolactine. Fondamentalement, le cours de la grossesse est surveillé et la dynamique de croissance du microadénome hypophysaire est surveillée.

Méthodes de diagnostic

Si nous parlons de diagnostic, il s'agit d'une IRM utilisant des agents de contraste, cela vous permet de déterminer avec précision la localisation et la taille de la formation.

L'examen aux rayons X avec de petites tailles de la tumeur peut ne pas être vu, mais avec la croissance, les contours et le volume du contenu liquide sont visibles.

Analyses pour un kyste hypophysaire:

Les tests de laboratoire comprennent un test sanguin pour déterminer le niveau de presque toutes les hormones - prolactine, TSH, T4 et T3, ACTH, cortisol, œstrogène et autres.

L'urine est analysée, selon des indicateurs tels que la couleur, la densité, le volume total produit par jour et le volume d'une portion, alloués à des moments différents.

Sur la base de la détermination de ces indicateurs, une décision est prise sur un traitement ultérieur..

Méthodes de traitement

Le choix de l'une ou l'autre méthode de traitement dépend de l'état de santé du patient, de ses antécédents et de l'absence ou de la présence de croissance et d'élargissement du kyste de l'adénome hypophysaire.

Le médecin a le choix entre quatre méthodes, à savoir:

  • But et utilisation des produits chimiques.
  • Homéopathie.
  • Excision chirurgicale du néoplasme.
  • Traitement utilisant des recettes de médecine traditionnelle.

Traitement médical et chirurgical

Un traitement médicamenteux est généralement prescrit lors de l'admission endocrinologique, avec des dommages à l'adénohypophyse, qui produit presque toutes les hormones:

Les médicaments utilisés tels que la cabergoline, la bromocriptine, ils réduisent la taille de la tumeur elle-même. Les médicaments vasopressine, thyroxine et œstrogènes sont nécessaires pour le traitement hormonal substitutif. Cette méthode n'aide que dans 21% des cas, elle n'est donc pas considérée comme efficace..

L'homéopathie donne de bons résultats, elle a un effet directionnel, les concentrations sont sélectionnées strictement individuellement, cette technique est capable de neutraliser les raisons qui ont servi au développement du processus, mais n'est pas capable de faire face aux complications.

Lorsque la tumeur se développe et que les méthodes de traitement conservateur n'aident pas, le seul moyen qui aide est une opération chirurgicale pour éliminer complètement le néoplasme:

Tout d'abord, le chirurgien décide de la façon dont l'accès au kyste sera fait, est sélectionné parmi deux possibles - par craniotomie et par voie transnasale.

L'intervention chirurgicale est réalisée sous anesthésie générale et dure plusieurs heures. L'opération donne un bon pronostic pour une guérison complète, mais il y a aussi des complications.

Les conséquences d'une telle intervention peuvent être graves - le travail des zones voisines est perturbé, les vaisseaux qui alimentent le cerveau et les nerfs optiques sont endommagés..

La radiothérapie avec un tel diagnostic est effectuée assez rarement, car son efficacité est faible et les conséquences négatives se produisent assez souvent..

Traitement alternatif.

Cette technique peut servir de méthode de soutien lorsque l'état du patient est stable..

Pour réduire la taille du kyste, vous pouvez utiliser:

  • Teinture d'alcool (10%) de l'herbe de l'insecte, prendre 10 gouttes par voie orale avant le repas principal, en diluant dans un verre d'eau propre.
  • Une solution d'huile contenant de l'extrait de pruche est instillée dans les voies nasales.

Pour améliorer les processus métaboliques, les décoctions d'herbes sont fabriquées à partir des inflorescences d'une ficelle, d'origan, collectées indépendamment, ou utilisent des préparations anti-inflammatoires prêtes à l'emploi achetées en pharmacie.

Il est important de comprendre que l'automédication pour une telle maladie est lourde de conséquences désagréables, il est donc nécessaire de suivre les recommandations du médecin traitant!