Principal > Pression

La structure complexe du diencéphale

Le matériau révèle la structure et la signification biologique des structures du diencéphale.

La formation de cette partie du cerveau dans l'embryogenèse est également considérée..

Il sera intéressant d'étudier les fonctions et les pathologies de cette partie du cerveau..

informations générales

Le diencéphale est le plus bas, le plus massif et porte une énorme charge fonctionnelle partie du tronc cérébral. Des côtés latéraux, il est délimité par les hémisphères (et ils sont également recouverts des côtés et du dessus, comme un bonnet), à l'avant par le chiasme optique, sur la face supérieure du tronc par le corps calleux.

L'hypothalamus et la glande pituitaire forment le système hypothalamo-hypophysaire.

La structure du diencéphale

Les principales structures topographiques de cette section sont la cavité ventriculaire, le thalamus, l'espace hypothalamus (hypothalamus), l'épithalamus (espace supra-tubéreux), le métathalamus (région étrangère).

  1. Le troisième ventricule est une cavité en forme de fente. Sur les côtés latéraux, il est délimité par le thalamus, à l'arrière - par l'adhésion épithalamique (à travers laquelle il communique avec l'approvisionnement en eau), à l'avant - par les piliers de la voûte. La paroi inférieure est formée par la face interne de l'hypothalamus et la paroi supérieure est formée par la choroïde, sur laquelle pend la voûte du cerveau, séparant le ventricule du corps calleux.
  2. Le thalamus est responsable de l'expérience de la douleur. En cas d'atteinte du thalamus de nature mécanique ou organique, des symptômes tels qu'une insensibilité de grandes zones du corps à la douleur ou, au contraire, une hypersensibilité douloureuse, peuvent se manifester. Il comprend 40 paires de noyaux thalamiques, qui sont divisés en 3 groupes selon leurs caractéristiques fonctionnelles. Les noyaux associatifs communiquent à travers les fibres nerveuses des tractus avec les zones temporales occipitales et pariétales du cortex responsables de la vision, de l'audition et de la parole. L'endommagement de ces connexions conduit à des violations des processus correspondants. Des noyaux spécifiques (par exemple, le corps géniculé) remplissent la fonction de commutation des signaux des sens, des muscles et des organes viscéraux. Ils contiennent des neurones spécifiques avec de très longs axones et presque pas de dendrites. La fonction des noyaux non spécifiques est similaire à la fonction de la formation réticulaire et la perturbation de leur travail entraîne une confusion ou un manque de conscience.
  3. L'hypothalamus est situé devant les pédoncules cérébraux et est le principal centre de contrôle des fonctions de maintien de la vie et (communication avec l'hypophyse) de régulation du métabolisme. Il est également en charge de la fonction sexuelle, des processus de croissance, coordonne toutes les activités du système nerveux autonome. Le système d'approvisionnement en sang de cet organe possède une perméabilité accrue aux hormones et aux nutriments. Il contient 48 paires de cœurs. Les noyaux sont généralement classés comme suit:
  • groupe postérieur: mammillaire, prémamillaire et supramillaire;
  • groupe antérieur: supraoptique, préoptique, supraoptique, antérieur, paraventriculaire;
  • groupe du milieu: latéral, ventromédial et dorsomédial.
  1. L'épithalamus est divisé en la glande pinéale (glande pinéale) et l'espace sur ses côtés latéraux, qui comprend les noyaux de l'analyseur olfactif et forme la couverture du troisième ventricule.
  2. Le métathalamus est le corps géniculé situé près du coussin thalamique. Le corps latéral est l'instance sous-corticale de l'analyseur visuel (ses noyaux sont connectés à la paire inférieure de collines du quadruple), et la médiale (connectée à la paire supérieure de collines) est l'audition.

Fonctions Diencephalon

Il existe plusieurs groupes de processus régulés par le diencéphale:

  • le fonctionnement des organes sensoriels, le traitement des signaux sensoriels, leur interprétation en fonction de leur signification pour le corps. L'hypothalamus a des centres de vision et d'audition dans l'épaisseur de ses corps géniculés, et le thalamus fonctionne comme un régulateur de la sensibilité visuelle, cutanée et auditive. Une partie de ses processus s'étend au cortex (voies thalamocorticales), l'autre partie au striatum;
  • gestion des processus végétatifs. Dans le sous-cortex de l'hypothalamus, de nombreux centres sont localisés qui sont responsables de la régulation des processus de maintien de la vie et du métabolisme. Il y a des sensations de faim, de soif, d'inconfort physique. En outre, l'hypothalamus contrôle la thermorégulation du corps;
  • régulation des biorythmes et de l'activité quotidienne par la glande pinéale;
  • participation à la régulation des émotions et des mouvements volontaires;
  • fonction hormonale de la glande pituitaire (régule la production d'hormones thyroïdiennes, de nombreuses hormones sexuelles, hormone de croissance, hormone folliculo-stimulante).

Stades de développement embryonnaire

À la fin du premier mois de développement intra-utérin, le fœtus a trois vésicules cérébrales - en forme de losange, antérieure et médiane. Le diencéphale est formé à partir de la vésicule antérieure, qui devient la paroi du troisième ventricule cérébral. La vessie antérieure est divisée en deux parties, qui servent de base au développement du diencéphale et du télencéphale. Les parois latérales les plus charnues, à partir desquelles se forment plus tard les corps géniculés et le thalamus avec l'hypothalamus.

Les parois des bulles se composent de trois couches - marginale (comprend un petit nombre de cellules), intermédiaire et embryonnaire (dans ce dernier, les cellules sont mal différenciées et ne se sont pas formées en un tissu à part entière). À partir de la couche intermédiaire des parois ventrales, les noyaux des structures cérébrales se développent. Les saillies latérales de la vessie diencéphale se développent dans les cupules optiques, qui dans les derniers stades du développement intra-utérin sont formées dans les nerfs optiques.

Lorsque le diencéphale se développe avec le voisin, la glande pinéale et ses laisses avec des triangles sont formés à partir de la saillie de la paroi supérieure. De la paroi dorsale, la plus mince de toutes, le bourgeon de la glande pinéale bourgeonne, et la paroi elle-même est soudée à la choroïde, formant le toit du troisième ventricule cérébral. À partir d'une seule saillie de la paroi postérieure du diencéphale, se forment le lobe postérieur de l'hypophyse et le tubercule gris. Les saillies de la paroi inférieure deviennent des prototypes de la tubérosité grise, des formations mastoïdiennes, des poches inter-mastoïdiennes et mastoïdiennes..

6.2.4. Diencephalon

6. SYSTÈME NERVEUX CENTRAL

6.2. Cerveau

Le diencéphale (diencéphalon) se connecte caudalement avec le mésencéphale et passe rostralement dans les grands hémisphères du télencéphale. La cavité du diencéphale est une fente verticale située dans le plan sagittal médian, c'est le troisième ventricule cérébral (ventriculus tertius) (Fig. 36, 11). De l'arrière, il passe dans l'aqueduc du mésencéphale, et à l'avant il est relié aux deux ventricules latéraux des hémisphères cérébraux à travers les deux ouvertures interventriculaires de Monroe (forâmena interventriculunerià) (voir Fig.40, 16). Les parois latérales du troisième ventricule sont formées par les surfaces médiales du thalamus droit et gauche, le bas - par l'hypothalamus et le sous-thalamus. Le bord antérieur s'approche des colonnes descendantes de la voûte (columnae fornicis) (Fig.36, 4), plus bas jusqu'à la commissure cérébrale antérieure (comissura anterior) (Fig.36, 5) et plus loin vers la plaque terminale (lamina terminalis). La paroi postérieure est constituée de la commissure postérieure (comissura posterior) au-dessus de l'entrée de l'aqueduc du cerveau (Fig. 36, 7). Le toit du troisième ventricule est constitué d'une plaque épithéliale. Le plexus vasculaire est situé au-dessus. Au-dessus du plexus se trouve l'arc, et encore plus haut - le corps calleux (voir Fig.33, 1). Les rainures hypothalamiques longent les parois latérales du troisième ventricule depuis les ouvertures interventriculaires jusqu'à l'entrée de l'aqueduc du cerveau,

1 - corps calleux; 2 - la cavité de la cloison transparente; 3 - cloison transparente; 4 - arc (section transversale des pattes avant); 5 - commissure antérieure; 6 - fusion interthalamique; 7 - commissure arrière; 8 - buttes d'un quadruple (a - supérieur, b - inférieur); 9 - glande pinéale; 10 - thalamus; Ventricule 11 - III; 12 - noyau caudé

séparant le thalamus de l'hypothalamus. Les thalamus sont interconnectés dans la partie médiane du troisième ventricule par une commissure - fusion interthalamique (adhésio interthalamica) (voir Fig. 33, 5; 36, 6). Le diencéphale comprend plusieurs structures: la butte visuelle elle-même - thalamus, métathalamus, hypothalamus, subthalamus, épithalamus, glande pituitaire.

Thalamus (thunelamus) est la partie principale du diencéphale. Il constitue les parois latérales du troisième ventricule (Fig. 36, 70). Comprend la butte optique elle-même et le métathalamus (corps géniculés latéraux et médiaux). La forme du thalamus est ovoïde, la partie étroite est dirigée vers l'arrière. La partie postérieure saillante du thalamus s'appelle le coussin (pulvinar), et dans la partie antérieure le thalamus a un tubercule antérieur. En dessous et sur le côté de l'oreiller se trouvent des tubercules oblongs-ovales: les corps géniculés médial (corpus geniculatum mediale) et latéral (corpus geniculatum laterale) (voir Fig.305, 1, 2; 34, 15, 16). La surface médiale du thalamus forme la paroi latérale du troisième ventricule, les supérieures et latérales jouxtent la capsule interne des hémisphères cérébraux et la partie inférieure borde l'hypothalamus (voir Fig.42, 7).

Le métathalamus (métathalamus) est représenté par des corps géniculés situés en dessous et latéralement à l'oreiller. Le corps géniculé médial est mieux exprimé, se trouve sous le coussin du tubercule optique et, avec les tubercules inférieurs du quadruple, est le centre sous-cortical de l'audition (Fig. 34, 16). Le corps géniculé latéral est une petite élévation située sur la surface inférolatérale de l'oreiller. Il, avec les tubercules supérieurs du quadruple, est le centre visuel sous-cortical (voir Fig.34, 75).

Figure: 37. Schéma des principaux groupes nucléaires du diencéphale:

1 - corps calleux; 2 - noyau dorsomédial de l'hypothalamus; 3 - noyau postérieur de l'hypothalamus; 4 - thalamus dorsal; 5 - bande cérébrale du tubercule optique; 6 - bride; 7 - sillon hypothalamique; 8 - glande pinéale; 9 - Alimentation en eau de Silviev; 10 - mésencéphale; 11 - noyau inter-pectoral; 12 - mastoïde; 13 - bosse grise; 14 - noyau ventromédial de l'hypothalamus; 15 - neurohypophyse; 16 - adénohypophyse; 17 - noyau supraoptique de l'hypothalamus; 18 - chiasme; 19 - noyau latéral de l'hypothalamus; 20 - noyau paraventriculaire de l'hypothalamus; 21 - le noyau du septum transparent; 22 - commissure antérieure; 23 - voûte; 24 - cloison transparente

Dans l'oreiller et les corps géniculés se trouvent les noyaux du même nom. Les corps géniculés externes comprennent les soi-disant tractus visuels, qui sont des voies visuelles constituées des axones déjà croisés des cellules ganglionnaires rétiniennes. La structure interne du thalamus est une accumulation nucléaire de matière grise, séparée par de la matière blanche. Le thalamus contient environ 150 noyaux (Fig. 37). Ils sont divisés en six groupes: antérieur, médian, médial, latéral, postérieur et prétectal..

Conformément aux fonctions, les noyaux spécifiques et non spécifiques du thalamus sont distingués. Spécifiques, à leur tour, sont les noyaux commutateurs (sensoriels et non sensoriels) et associatifs. Les axones des cellules des noyaux thalamiques s'approchent de certaines zones du cortex. Les noyaux de commutation reçoivent des afférents de différents systèmes sensoriels ou d'autres parties du cerveau et dirigent leurs afférents vers des zones de projection spécifiques du cortex. Dans les noyaux associatifs, les afférents des autres noyaux thalamiques se terminent et les axones de leurs cellules se dirigent vers les zones associatives du cortex.

Les noyaux non spécifiques n'ont pas de connexions afférentes spécifiques avec les systèmes sensoriels individuels, et leurs afférences se précipitent de manière diffuse vers de nombreuses parties du cortex. Les noyaux de commutation des systèmes sensoriels visuel et auditif sont les noyaux des corps géniculés latéraux et médiaux, et le système somatosensoriel est le noyau ventral postérieur du thalamus. Les noyaux associatifs sont les noyaux latéraux et médiaux de l'oreiller. Les noyaux non spécifiques sont concentrés principalement dans les groupes latéraux, médiaux et médians des noyaux thalamiques. Le thalamus est associé à toutes les parties du système nerveux central. Le thalamus est impliqué dans le traitement des stimuli sensoriels allant au cortex cérébral, et régule également le cycle veille-sommeil.

Hypothalamus (hypothunelamus) est une petite formation de la partie antérieure-inférieure du diencéphale, pesant environ 4 g (voir Fig. 33, 32). Il forme le bas du troisième ventricule et est séparé du thalamus par les sillons hypothalamiques (Fig. 37, 7). A la base du cerveau entre ses jambes et derrière le chiasme optique (chiasme), les principales structures de l'hypothalamus sont visibles. Bosse grise (tuber cineréum) est situé entre les corps mastoïdes et l'intersection des nerfs optiques, des côtés il est limité par les voies optiques (voir Fig. 34, 12). Il est connecté à un entonnoir (infundjebulum) (voir Fig.34, 9), qui passe ventralement dans la tige pituitaire et plus loin dans la glande pituitaire (hypophyse). Le tubercule gris est suivi de formations rondes paires blanches - corps mastoïdes (corps mamilluneria) (voir Fig.34, 6). Avec sa partie avant, l'hypothalamus est adjacent à la plaque terminale du cerveau et la partie antéro-inférieure - au chiasme optique. Les corps mastoïdes sont bordés par l'espace perforé postérieur (substantia perforata posterior). Cette partie de la surface du cerveau est appelée espace perforé, car elle est pénétrée par de nombreux vaisseaux. La matière grise de l'hypothalamus forme des noyaux, qui sont subdivisés en cinq groupes: groupes préoptique, antérieur, moyen, externe et postérieur (Fig.37; 38).

Le groupe préoptique comprend les noyaux préoptiques médiaux et latéraux, ainsi que le noyau périventriculaire. À l'avant

Figure: 38. Schéma des principaux groupes nucléaires du diencéphale et du mésencéphale:

1 - corps calleux; 2 - bande cérébrale du tubercule optique; 3 - bride; 4 - glande pinéale; 5 - le tubercule supérieur du quadruple; 6 - le tubercule inférieur du quadruple; 7 - Alimentation en eau de Silviev; 8 - faisceau longitudinal médian; 9 - boucle médiale; 10 - tractus pyramidal; 11 - matière noire du mésencéphale; 12 - noyau rouge; 13 - noyau inter-pectoral; 14 - fibres transversales du pont; 15 - le nerf oculomoteur; 16 - adénohypophyse; 17 - neurohypophyse; 18 - mastoïde; 19 - noyau sous-thalamique; 20 - hypothalamus; 21 - noyau ventropostéro-médial du thalamus; 22 - rainure hypothalamique; 23 - noyau médial central du thalamus; 24 - noyau ventropostérolatéral du thalamus; 25 - voûte; 26 - cloison transparente

le groupe comprend: les noyaux supraoptiques, suprachiasmatiques et perventriculaires. Le groupe du milieu est constitué des noyaux ventromédial et dorsomédial du tubercule gris. Le groupe externe comprend l'accumulation de matière grise - le champ hypothalamique latéral. Les noyaux du groupe postérieur - les noyaux hypothalamiques postérieurs, latéraux et médiaux des corps mastoïdiens: le noyau mamillaire latéral est plus petit que le noyau médial.

Les noyaux de l'hypothalamus sont étroitement liés à d'autres structures cérébrales. Ainsi, les noyaux des corps mastoïdes reçoivent un grand nombre de fibres de l'hippocampe (structure du télencéphale) à travers la voûte (fornix) et de la muqueuse du mésencéphale à travers le pédicule mammillaire.

Les fibres efférentes des corps mastoïdes forment leur faisceau principal (tractus principalis), ou mamillothalamique (Vic d'Azira), qui va au noyau antérieur du thalamus, et le mamillosegmental - au tectum du mésencéphale (0,7 million de fibres passent dans le faisceau de Vic d'Azira)... Les noyaux des groupes latéraux et médians de l'hypothalamus ont des connexions bidirectionnelles avec les noyaux basaux des hémisphères cérébraux. Les noyaux du tubercule gris reçoivent des afférents du cerveau olfactif et le groupe antérieur de noyaux du fornix. Les noyaux efférents de l'hypothalamus les relient au thalamus, au subthalamus et à d'autres structures sous-corticales. La connexion du groupe antérieur de noyaux avec le lobe postérieur de l'hypophyse (neurohypophyse) doit être soulignée. Les axones des cellules de ces noyaux créent un puissant faisceau de fibres passant dans la tige pituitaire (environ 100 mille fibres forment les axones des cellules du noyau supraoptique).

Dans l'hypothalamus, trois groupes principaux de cellules neurosécrétrices doivent être distingués: 1) peptidergique; 2) libérine et statinergique; 3) monoaminergique. Cependant, cette division est très arbitraire, puisque les mêmes cellules peuvent synthétiser deux types de neurohormones.

Les noyaux paraventriculaires et supraoptiques sont associés à la neurohypophyse par la croissance d'axones de cellules nerveuses en lui, qui forment ces noyaux et forment le système hypothalamo-neurohypophysaire. Dans les noyaux supraoptique et paraventriculaire, deux hormones peptidiques sont synthétisées, sécrétées par la neurohypophyse. Ce sont la vasopressine et l'ocytocine..

L'hypothalamus est le centre sous-cortical le plus élevé pour l'intégration des influences nerveuses et endocriniennes, des composants autonomes et émotionnels des réactions comportementales et assure ainsi la régulation de la constance de l'environnement interne.

Derrière l'hypothalamus, dans la partie postérieure inférieure du diencéphale, dans sa région inter-pectorale au-dessus de l'espace perforé postérieur, il y a un subthalamus (subthalamus). Dans cette partie du diencéphale chez l'homme, il y a un noyau subthalamique de Luis (nucleus subthalamicus Luisi) (Fig.38, 19).

Le long des bords de la plaque épithéliale et des parois latérales du troisième ventricule, des bandes cérébrales s'étendent, s'étendant par derrière dans les triangles de la laisse (trigonum habenularae). Dans ces triangles, la matière grise forme le noyau habenulae. Les triangles de laisse sont dirigés vers le milieu de la surface dorsale du mésencéphale et se transforment en laisses (habenula). Reliant, les laisses forment une soudure, à la surface arrière de laquelle la glande pinéale (corpus pineunele), ou l'épiphyse (épiphyse) (voir fig.33, 8; 36, 9; 37, 8; 38, 4).

La glande pinéale est une glande endocrine. Les bandes cérébrales, les triangles, les laisses et la glande pinéale forment l'épithalamus (voir Fig. 31, 34, 35). La glande pinéale est une glande endocrine qui contrôle le cours des rythmes circadiens et inhibe l'activité des glandes sexuelles jusqu'à la puberté.

Glande pituitaire (hypophysis), ou l'appendice cérébral inférieur, est situé sur la surface ventrale du cerveau à la base du crâne dans la fosse de la sella turcica (voir Fig.33, 28; 37, 15, 16; 38, 16, 17). Après la naissance, au fur et à mesure que l'enfant grandit et se développe, le poids de l'hypophyse augmente et atteint à l'âge de 14 ans la masse de l'hypophyse d'un adulte: 0,7 g chez les filles et 0,6 g chez les garçons. Pendant la grossesse, la masse de l'hypophyse chez la femme augmente jusqu'à 1 g. L'hypothalamus et l'hypophyse constituent un seul système fonctionnel, assurant la régulation conjointe des fonctions par les voies nerveuse et humorale..

Dans sa structure et son embryogenèse, l'hypophyse n'est pas homogène. Dans l'hypophyse, on distingue deux parties principales: la neurohypophyse et l'adénohypophyse, qui ont une origine et une structure embryonnaires différentes..

La neurohypophyse (voir Fig. 37, 15; 38, 17) est un dérivé du fond de l'entonnoir du diencéphale. Il est en lien morphologique et fonctionnel étroit avec l'hypothalamus, il se termine par les fibres du tractus hypothalamo-hypophysaire, provenant des noyaux supraoptique et paraventriculaire de l'hypothalamus (voir Fig.37, 17, 20).

L'adénohypophyse (lobe antérieur) se développe à partir de la saillie épithéliale (poche de Rathke) du toit du tube intestinal (voir Fig.37, 16; 38, 16). La glande pituitaire antérieure a une connexion vasculaire étroite avec l'hypothalamus. Ici, les artères se ramifient en capillaires, formant un plexus dense en forme de manteau à la surface de l'éminence médiane. Les branches capillaires de ce plexus forment des veines qui atteignent le lobe antérieur de la glande pituitaire, ici les veines se désintègrent à nouveau en capillaires qui pénètrent dans tout le lobe. L'ensemble de ce système complexe de vaisseaux sanguins est appelé portail. Par son intermédiaire, les hormones peptidiques (libérines et statines), qui régulent la synthèse et la sécrétion d'hormones de l'adénohypophyse, pénètrent dans l'adénohypophyse à partir de l'hypothalamus. La neurohypophyse a son propre système d'approvisionnement en sang, indépendant du système porte.

Dans l'adénohypophyse, deux types d'hormones sont sécrétés - effecteur, c.-à-d. réalisant leurs propriétés directement dans le corps et les tropiques - ayant un effet régulateur sur les glandes endocrines périphériques. Au total, six hormones sont synthétisées dans l'adénohypophyse - hormone de croissance, prolactine, thyrotropine, hormone adrénocorticotrope (ACTH), hormone folliculo-stimulante, hormone lutéinisante. Les hormones folliculo-stimulantes et lutéinisantes sont combinées dans le groupe des hormones gonadotropes.

Ces dernières années, il a été découvert que presque toutes les substances biologiquement actives sécrétées par les neurones du système hypothalamo-hypophysaire sont de nature peptidique..

Phylogénèse. Dans la phylogenèse, les structures du diencéphale apparaissent et se développent à différents stades. Les vertébrés inférieurs ont déjà des structures épithalamiques, métathalamiques et hypothalamiques. Dans les cyclostomes, le thalamus est déjà assez prononcé et se divise en parties dorsale et ventrale, qui comprennent plusieurs noyaux. L'hypothalamus est également une structure importante. Chez les poissons téléostéens, il y a une complication dans l'organisation du thalamus et une différenciation d'un certain nombre de groupes nucléaires. Les amphibiens et les reptiles développent des buttes visuelles. Ils deviennent des structures spéciales et relient le mésencéphale au cerveau final. Chez les reptiles, le diencéphale remplit des fonctions intégratives plus élevées avec certaines structures du télencéphale. Leur thalamus dorsal est séparé du ventral; à ce stade, on distingue des noyaux distincts avec une structure et des connexions caractéristiques. Il y en a neuf dans le thalamus dorsal et sept dans le ventral. Dans la partie antérieure de l'hypothalamus chez les reptiles, les rudiments des noyaux supraoptiques et paraventriculaires apparaissent.

Chez les oiseaux, la différenciation des noyaux de l'hypothalamus est bien exprimée, tandis que le thalamus est légèrement compliqué. Le développement du thalamus dorsal chez les mammifères est particulièrement rapide, car il remplit la fonction de collecteur principal des voies sensorielles vers le cortex cérébral. Chez les mammifères, parallèlement au développement de noyaux relais (commutation) du thalamus, des noyaux associatifs se développent. Il y a un développement amélioré du thalamus et la formation d'un système d'intégration thalamoneocortical.

Ontogenèse. En ontogénie, les structures du diencéphale proviennent des parois de la deuxième vessie cérébrale (diencéphale) du stade cinq vésiculaire du développement cérébral. Les vésicules oculaires se développent dans les coupes optiques et les tiges oculaires. Plus tard, la rétine de l'œil et les voies visuelles sont construites à partir d'eux. Les structures du thalamus dorsal (thalamus) et ventral (subthalamus) sont formées à partir des parois latérales de la seconde vessie. La paroi supérieure est constituée de structures épithalamiques, la paroi inférieure est l'hypothalamus.

À partir de la partie supérieure de la paroi arrière, des structures étrangères (métathalamus) se développent. Dans cette partie du tube cérébral, toutes les structures se forment lors de l'ontogenèse à partir de la plaque ptérygoïdienne (la rainure de bordure et l'extrémité de la plaque principale au niveau de la vessie mésencéphale). Par conséquent, ni les noyaux moteurs (moteurs) ni autonomes n'apparaissent ici, et par conséquent, il n'y a pas de nerfs crâniens correspondants. Tous les noyaux du diencéphale sont soit sensoriels (commutation), soit intégratifs (associatifs). Il existe également des noyaux non spécifiques.

L'hypothalamus est séparé des parties adjacentes du cerveau au 2ème mois de la vie intra-utérine. Suite à cela, commence la formation de six noyaux hypothalamiques, qui sont une accumulation de neurones avec certaines fonctions. La différenciation des cellules qu'elles contiennent se poursuit jusqu'au 6ème mois de vie intra-utérine, et se termine encore plus tard. Dans quatre des six noyaux, des hormones sont produites, qui sont envoyées à travers le système vasculaire vers l'adénohypophyse. Le système hypothalamo-adénohypophysaire est constitué du noyau suprachiasmatique, des noyaux ventromédial, dorsomédial et arqué. Le système vasculaire apparaît à la 14e semaine sous la forme des premières boucles capillaires, et sa formation est terminée au moment de la naissance. Les peptides régulateurs synthétisés dans ces noyaux se retrouvent dans l'adénohypophyse dès la 10e semaine de développement foetal. Cependant, selon certaines observations, dans les trois premiers mois de la vie intra-utérine, et peut-être jusqu'à la première moitié de la grossesse, l'hypophyse n'obéit pas au contrôle de l'hypothalamus. Cela est dû à l'immaturité des cellules neurosécrétrices et au développement insuffisant du système vasculaire porte..

La vasopressine apparaît dans la glande pituitaire du fœtus à la 15-17ème et l'ocytocine - à la 18-19ème semaine de développement intra-utérin. Au 6ème mois de grossesse, leur contenu augmente considérablement. Déjà pendant cette période, ils participent à la régulation de l'activité vitale du fœtus. L'établissement d'un contrôle hypothalamique sur les glandes endocrines se produit à la fin du développement intra-utérin.

Développement du diencéphale

Moelle

La moelle épinière est une extension directe de la moelle épinière dans le tronc cérébral. Par conséquent, il s'agit en quelque sorte d'une section de transition de la moelle épinière au cerveau et combine les caractéristiques structurelles de la moelle épinière et la section initiale du cerveau..

Le cerveau a la forme d'un cône, quelque peu comprimé dans le sens antéropostérieur. L'extrémité supérieure évasée est bordée par le cerveau postérieur. Situé sur l'os occipital. La taille longitudinale de la moelle allongée est de 3 cm, la transversale, en moyenne - 1,5 cm.

À l'intérieur de la moelle épinière, la matière grise se trouve sous la forme de noyaux séparés, ou d'un papillon solide, comme dans la moelle épinière. Sur la face externe, les cordons correspondant à la moelle épinière ont leur propre nom: les antérieurs sont des pyramides, les latéraux sont des olives, les postérieurs sont des cordons délicats et en forme de coin..

La substance blanche de la moelle épinière est constituée de fibres longues et courtes.

Entre les olives de la moelle allongée il y a une substance réticulaire - la formation réticulaire. Les centres nerveux y sont situés. Le centre nerveux est un ensemble de cellules nerveuses qui remplissent des fonctions spécifiques. Les centres respiratoires et cardiovasculaires sont situés dans la formation réticulaire..

Dans la moelle épinière se trouvent les noyaux de 4 paires de nerfs crâniens (de IX à XII paires):

10 IX paire est le nerf glossopharyngé (innervé: le pharynx, la racine de la langue, les papilles en forme de rouleau, la glande salivaire parotide);

11 X - paire - le nerf vague innerve: (organes digestifs vers le côlon descendant, organes respiratoires, reins, uretères, cœur);

13 XI paire - nerf accessoire (innervés: muscle sternocléidomastoïdien et muscle trapèze);

12 paire XII - nerf hypoglosse (innerve: propres muscles de la langue et muscles qui mettent la langue en mouvement).

La formation réticulaire est une structure neurale où les neurones de différentes tailles sont étroitement liés les uns aux autres avec leurs branches. Pour la cytoarchitectonique caractéristique, cette partie du cerveau en 1885 Deiters a appelé la formation réticulaire.

La formation réticulaire comprend des neurones à axones longs et courts, qui forment un grand nombre de connexions synaptiques, et d'autres neurones réticulaires situés dans leur propre et dans la moitié opposée du cerveau.

Les voies afférentes et efférentes passent dans la formation réticulaire. L'excitation de la moelle épinière, du cervelet, du thalamus, de l'hypothalamus, des noyaux basaux et du cortex cérébral, ainsi que de divers récepteurs et analyseurs, est effectuée le long des voies afférentes dans la formation réticulaire. Sur cette base, les connexions afférentes sont divisées en 4 groupes: 1) spinoréticulaire - ascendant de la moelle épinière; 2) cérébelleux-réticulaire - provenant du cervelet; 3) les fibres partant des parties supérieures du cerveau; 4) les fibres provenant des structures du tronc cérébral.

Les connexions efférentes sont également divisées en 4 groupes:

1) fibres réticulospinales - allant à la moelle épinière;

2) réticulocérébelleux - aller au cervelet;

3) les fibres allant aux parties supérieures du cerveau (cortex);

4) des fibres allant aux structures du tronc cérébral.

Développement de la moelle épinière

Moelle. Au moment de la naissance, la moelle épinière est la partie la plus mature du cerveau. Il occupe une position plus horizontale que chez les adultes et diffère par la taille des cellules. Avec le développement, la taille des cellules nerveuses de la moelle allongée augmente et la taille des noyaux diminue. À un an et demi de la vie d'un enfant, les cellules de la moelle allongée sont bien différenciées. À l'âge de 7 ans, les noyaux de la moelle allongée se forment de la même manière que chez un adulte.

Le développement des structures de la moelle allongée est associé à la formation des fonctions régulées par celles-ci: la respiration, le système cardiovasculaire. Alors les centres d'inspiration et d'expiration, ainsi que leur schéma rythmique, fonctionneront également clairement à partir de 7 ans.

Cerveau postérieur

Le cerveau postérieur se compose de 2 parties: le pont et le cervelet.

Le pont est le centre des réflexes inconditionnés. C'est un grand arbre blanc presque à quatre côtés. Situé sur le clivus de l'os occipital. Divisé en trois parties: bas - base, au milieu - corps trapézoïdal, haut - pneu.

Le pont d'en bas borde la moelle épinière, d'en haut il passe dans les jambes du cerveau, ses sections latérales forment les jambes médianes du cervelet.

Corps trapézoïdal représenté par des fibres transversales. Formé par ses propres noyaux du corps trapézoïdal, ainsi que par les fibres des noyaux auditifs ventral et dorsal. Les processus des noyaux du corps trapèze et des noyaux des nerfs auditifs traversent la couche de la boucle médiale, se déplacent vers le côté opposé et forment une boucle latérale

DANS pneu le pont est la formation réticulaire, l'olive supérieure et les noyaux des paires V-VIII de nerfs crâniens. L'olive supérieure est associée aux noyaux auditifs et à la formation réticulaire de la moelle allongée et du mésencéphale.

Les noyaux de la paire de nerfs crâniens V-VIII:

Paire V - nerf trijumeau (peau du visage, muscles à mâcher, muqueuse buccale);

VI - nerf abducens (muscle droit de l'œil);

VII - nerfs faciaux et intermédiaires (muscles faciaux, glandes salivaires);

VIII - nerf cochléaire vestibulaire (équilibre et audition).

Ces nerfs sortent à la base du cerveau sur le côté du pont et derrière celui-ci à la frontière avec le cervelet et la moelle allongée.

Matière blanche du pont la base du pont représenté par des fibres transversales se dirigeant vers les pédicules moyens du cervelet. Ils sont percés de puissants faisceaux longitudinaux de fibres des voies pyramidales, qui forment alors les pyramides de la moelle allongée et vont jusqu'à la moelle épinière. De petites accumulations de matière grise se distinguent à la base - ce sont les propres noyaux du pont

Le cervelet - poids 150 gr., 9-10 cm de diamètre. Se compose de la partie centrale non appariée du ver et du hammam - les hémisphères. Se compose de matière grise et blanche. La matière grise, en plus des noyaux du cervelet, se situe à sa surface et forme le cortex cérébelleux.

Des sillons profonds et des circonvolutions sont clairement visibles à la surface du cervelet. Le cortex cérébelleux se compose de 3 couches:

1) externe - moléculaire; contient de petits neurones multipolaires.

2) moyen - ganglionnaire, formé de gros neurones en forme de poire - cellules de Purkinje.

3) interne - granulaire, contient un grand nombre de petites cellules granulaires (cellules granulaires).

La matière blanche du cervelet réside dans son épaisseur et forme le corps cérébral.

Dans l'épaisseur du corps cérébral, il y a des accumulations appariées de matière grise - le noyau du cervelet.

Les noyaux suivants sont distingués:

1) Noyau dentelé - ressemble à une plaque de pliage en forme de vague

2) Noyau Corky - situé médialement et parallèlement au denté.

3) Sphérique - situé au milieu de la forme du liège et sur la coupe, il se présente sous la forme de petites boules.

Les noyaux liégeux et sphériques sont impliqués dans la coordination des membres.

4) Le noyau de la tente - situé dans la matière blanche du ver, participe à la coordination des mouvements du corps.

Le cervelet est le centre de coordination du travail musculaire, un centre de douleur inconsciente.

Chez une personne, les troubles cérébelleux s'expriment dans le fait qu'il chancelle fortement lorsqu'il se tient debout les yeux ouverts, et lorsqu'il ferme les yeux, il tombe, marche en zigzags; les mouvements ne sont pas coordonnés, ne peuvent pas plier et déplier le bras plusieurs fois de suite.

Développement du cerveau postérieur

Pont. Chez les enfants, il est situé plus haut par rapport à son emplacement chez un adulte. Après 5 ans, il est localisé comme un adulte. Le développement des pons est associé à la formation du cervelet. La structure interne du pont chez un enfant ne diffère pas de celle des adultes. Les noyaux du pont sont entièrement formés au moment de la naissance.

Cervelet. Il se développe à partir de la 4e vessie cérébrale. Tout d'abord, le ver cérébelleux se forme, puis l'hémisphère. Chez les nouveau-nés, le cervelet est petit et peu développé. Le poids chez les nouveau-nés est de 20,5 à 23 grammes. À 6 mois. 65 gr. Le cervelet se développe le plus intensément au cours de la première année de vie, lorsque l'enfant apprend à se tenir debout, à s'asseoir et à marcher. Dès la première année, la masse du cervelet est déjà de 95 grammes. Ceci est suivi d'une période de croissance lente du cervelet. À l'âge de 15 ans, il atteint la taille d'un adulte - 150 g.

Chez les nouveau-nés, les sillons et les circonvolutions sont peu profonds et peu développés.

La matière grise et blanche du cervelet se développe différemment: la matière grise se développe plus lentement que la matière blanche. Ainsi, jusqu'à 7 ans, la matière grise augmente 2 fois et la matière blanche 5 fois. À partir des noyaux du cervelet, le noyau denté se forme plus tôt que les autres. Les cellules du cortex cérébelleux chez les enfants diffèrent des cellules du cortex cérébelleux des adultes par une petite taille, un gros noyau et les dendrites sont peu développées. La formation complète des structures cellulaires du cervelet est réalisée à 7-8 ans.

Cerveau moyen

Situé au corps de l'os sphénoïde du crâne. Le mésencéphale chez l'homme est la partie la plus petite et la plus simple du cerveau..

Se compose de trois parties: toit, couvercle et jambes de cerveau.

Le toit est divisé en quatre tubercules blancs: les deux supérieurs sont des centres visuels sous-corticaux et les deux inférieurs sont des centres auditifs sous-corticaux. Cette structure s'appelle des monticules..

Le pneu a une cavité (alimentation en eau) autour de laquelle se trouve la formation réticulaire. La formation réticulaire contient les noyaux des paires III et IV de nerfs crâniens: le nerf oculomoteur III (muscles du globe oculaire), IV - le nerf trochléaire (muscle oblique de l'œil).

Dans le pneu, il y a de gros noyaux rouges (moteur) - ils participent à la distribution du tonus musculaire.

Jambes du mésencéphale - formées par les voies motrices.

Des substances noires sont situées entre le pneu et les jambes - ce sont de gros noyaux noirs (contient la substance mélanine). Les noyaux noirs participent à la distribution du tonus musculaire, pour des mouvements précis.

Développement du mésencéphale

Cerveau moyen. Chez les nouveau-nés, la masse du mésencéphale est de 2,5 grammes. Sa forme et sa structure correspondent déjà à la norme d'un adulte. Au moment de la naissance, le noyau rouge est bien développé et a des connexions avec d'autres parties du système nerveux. Initialement, les voies de transmission des impulsions du cervelet à la moelle épinière sont formées à travers le noyau rouge. Et puis les voies de transmission des impulsions du cervelet au cortex cérébral. La pigmentation du noyau rouge se termine à l'âge de quatre ans. Le noyau noir chez les nouveau-nés est également bien développé. Ses cellules sont déjà différenciées, mais la plupart des cellules ne contiennent pas de pigment mélanique. La pigmentation se termine à 16 ans. Le développement de la pigmentation est directement proportionnel à l'amélioration des fonctions du noyau noir.

Diencephalon

Situé au niveau de la selle turque de l'os sphénoïde du crâne. Se compose de 2 régions et d'une cavité appelée ventricule antérieur.

Je région - la zone de la butte visuelle. Il comprend: monticule visuelle, butte supra et étrangère.

La butte visuelle ressemble à un œuf de poule. C'est un grand noyau, qui est une collection de matière grise. La matière grise du tubercule optique est groupée de 40 noyaux, qui sont connectés les uns aux autres, avec les centres sous-corticaux et avec les noyaux de la formation réticulaire.

Les voies sensibles arrivent à la butte visuelle, à partir de presque tous les récepteurs qui perçoivent les irritations de l'environnement externe et interne. Les informations des buttes visuelles pénètrent dans le cortex cérébral.

La supra-butte est la glande endocrine - la glande pinéale. Il régule l'apparition des caractères sexuels secondaires.

Étranger - se compose de formations appariées appelées corps géniculés.

ІІ région - hypothalamique, comprend environ 32 noyaux. Se compose d'un tubercule gris, d'un entonnoir hypophysaire et de 2 glandes papillaires. Il y a des centres émotionnels dans la butte grise.

La glande pituitaire est une glande endocrine. Sécrète l'hormone de croissance.

Développement du diencéphale

Diencephalon. Les zones individuelles du diencéphale ont leurs propres taux de développement. Les buttes visuelles sont posées à 2 mois de développement intra-utérin. Ensuite, il y a une différenciation des noyaux des buttes visuelles. La croissance accrue des buttes optiques se produit à l'âge de quatre ans. Et ils atteignent la taille d'un adulte à l'âge de 13 ans.

La région hypothalamique est posée au troisième mois de développement intra-utérin. Les noyaux de l'hypothalamus mûrissent à des moments différents. Le développement d'un groupe de noyaux se termine par trois ans, l'autre - 7 ans. Étant donné qu'au moment de la naissance, le noyau du tubercule gris de la région hypothalamique est encore complètement indifférencié, cela explique l'imperfection de la thermorégulation chez les enfants. La différenciation finale des cellules du tubercule gris se termine à l'âge de 17 ans.

Cerveau ultime

Le cerveau terminal est représenté par les hémisphères cérébraux. Se compose de matière grise et blanche. La matière grise des hémisphères est constituée des noyaux basaux et du cortex. La matière blanche est représentée par des fibres.

Les grands hémisphères du cerveau sont divisés en moitiés droite et gauche par une fente profonde. Le cortex cérébral a un modèle complexe composé de nombreuses rainures et circonvolutions. Les sillons divisent l'écorce en lobes et chaque lobe est divisé en circonvolutions par des rainures secondaires.

Les noyaux basaux de la matière grise comprennent le noyau caudé, lenticulaire, en forme d'amande et la clôture.

Le cortex cérébral comprend 15 à 16 millions de personnes. cellules nerveuses. L'épaisseur de l'écorce est de 4 à 5 mm. S = 22 mille cm 2. A des cellules de formes différentes: les principales sont pyramidales et en forme d'étoile.

Il y a 6 couches dans le cortex cérébral:

1. Moléculaire - se compose de fibres nerveuses.

2. Granulaire externe - de nombreuses petites cellules sous forme de grains.

3. Une couche de cellules pyramidales moyennes et petites - c.-à-d. cellules de différentes tailles.

4. Granulaire interne - nombreuses cellules étoilées.

5. Une couche de grandes cellules pyramidales.

Polymorphique - cellules de formes différentes, la plupart sont en forme de fuseau.

La structure, les fonctions et le développement du diencéphale

Le diencéphale est situé sous le corps calleux et la voûte, fusionné sur les côtés avec les hémisphères cérébraux (Atl., Fig. 23, p. 133). Topographiquement et fonctionnellement, le diencéphale est subdivisé en thalamus (paires de buttes visuelles), épithalamus (région supra-butte) et hypothalamus (région sous-butte). La cavité du diencéphale est le troisième ventricule.

Le thalamus, ou tubercule optique, représentant un grand corps ellipsoïde, se confond par le bas avec l'hypothalamus, dont il est séparé par le sillon hypothalamique. Latéralement, le thalamus est bordé par les noyaux gris centraux des hémisphères cérébraux. La surface médiale des buttes optiques forme la paroi latérale du troisième ventricule, dans la partie antérieure le thalamus se rétrécit et se termine par le tubercule antérieur. Le dos est épaissi et appelé oreiller.

Le thalamus est constitué de matière grise, dans laquelle se distinguent des groupes individuels de cellules nerveuses - le noyau du thalamus. Ces amas sont séparés par de fines couches de matière blanche. Actuellement, il existe environ 40 cœurs qui remplissent diverses fonctions. Il existe cinq groupes principaux de noyaux thalamiques: antérieur, intralaminaire (intraplaquettaire), moyen (médial), latéral et postérieur, chacun de ces groupes comprend 5 à 6 noyaux ou plus. Dans le noyau antérieur, la voie mammillothalamique se termine, apportant de nombreuses impulsions de l'hypothalamus. Une partie des fibres du tractus optique se termine dans le coussin du thalamus.

Le groupe médian de noyaux projette les axones de leurs neurones dans le lobe frontal du cortex; latéral - dans le lobe pariétal, temporal et occipital du cortex. Les projections déterminent également la fonction des noyaux.

Parallèlement à la classification morphologique (selon le lieu de localisation), il existe une classification fonctionnelle. Les noyaux thalamiques, dont les neurones dirigent les axones vers le cortex cérébral, sont classés comme projection ou relais (spécifiques). Leurs neurones terminent les axones des neurones des systèmes sensoriels ascendants, à l'exception du système olfactif. Ainsi, par exemple, dans la partie inférieure du thalamus se trouvent les principaux noyaux du système de sensibilité cutanée et de sensibilité du système musculo-squelettique - les noyaux ventrolatéraux et ventromédiaux, dans lesquels se termine le tractus thalamique spinal, les fibres des jambes supérieures du cervelet et d'autres voies qui conduisent les impulsions de la peau et des propriocepteurs. Les corps géniculés latéraux et médiaux appartiennent aux noyaux de ce groupe. Ils commutent les impulsions des systèmes sensoriels visuels et auditifs. La destruction des noyaux de projection conduit à la perte complète du type de sensibilité correspondant.

Les noyaux de projection ont une organisation topique, c'est-à-dire que chaque point du champ réceptif (sensible) d'un système sensoriel donné est projeté dans un groupe spécifique de neurones dans ces noyaux. En plus de transmettre la sensibilité au cortex, ces noyaux effectuent un traitement complexe des informations sensorielles.

Parmi les noyaux de projection, il y a ceux qui reçoivent des impulsions afférentes du cervelet et des noyaux gris centraux et transmettent des signaux efférents aux zones motrices du cortex..

De plus, l'afférentation peut arriver à ces noyaux à partir d'autres structures sous-corticales et être projetée dans les régions limbiques du cortex..

D'autres noyaux, tels que le latéral et la plupart du coussin, transmettent l'excitation aux zones associatives; ces noyaux sont appelés des noyaux associatifs. Ils se caractérisent par de nombreuses sources d'afférentation. Les informations sur ces noyaux proviennent des corps géniculés, d'autres noyaux du thalamus et de l'amygdale. Par exemple, une violation des neurones des noyaux associatifs et de leurs connexions avec les zones pariéto-occipitales du cortex entraîne une altération de la reconnaissance de la parole, un trouble de l'attention. Ces noyaux forment également des projections dans les zones frontales du cortex, grâce auxquelles l'état émotionnel est contrôlé, l'espace, le temps, etc..

Comme dans le tronc cérébral, le thalamus a une formation réticulaire. Il est situé dans les noyaux médian et intralaminaire, ainsi que dans certains noyaux du groupe latéral. Ils ont un effet non spécifique sur le cortex cérébral, provoquant non seulement un effet excitant, mais aussi un effet inhibiteur, et sont donc appelés non spécifiques. Comme la formation réticulaire du tronc, les noyaux non spécifiques du thalamus n'ont pas de fonctions intégratives supérieures, mais sont impliqués dans la régulation de diverses influences afférentes suivant les voies ascendantes des systèmes sensoriels. Ce groupe de noyaux reçoit l'afférentation d'une grande section de structures sous-corticales (noyau rouge, substantia nigra, noyaux cérébelleux, hippocampe, amygdale et autres noyaux sous-corticaux). Ces noyaux sont impliqués dans l'organisation des réactions veille-sommeil, des états émotionnels, etc..

Les processus des neurones du thalamus forment un rayonnement thalamique (couronne radiante). Ses fibres sont dirigées vers les hémisphères cérébraux, où elles se terminent principalement dans le cortex, ainsi que sur les cellules des noyaux gris centraux.

Le corps géniculé latéral est situé près du coussin du thalamus et du tractus optique, dont les fibres se terminent en lui. Il a 2 noyaux: dorsal et ventral. Le noyau dorsal a une structure complexe et les fibres afférentes de la racine latérale du tractus optique et du colliculus antérieur y pénètrent. Les fibres efférentes vont au lobe occipital du cortex. Le noyau ventral reçoit une afférentation du colliculus antérieur, du cervelet et du tractus optique. Les fibres efférentes passent aux noyaux intralaminaires du thalamus, au colliculus antérieur, à l'opercule des pédicules et à la formation réticulaire (RF) du mésencéphale. Ce noyau n'a pas de sortie directe vers l'écorce..

Le corps géniculé médial se situe au niveau du sillon transversal du quadruple. Il est formé de plusieurs noyaux. Les fibres afférentes font partie de la boucle latérale du colliculus inférieur. Les fibres efférentes dans la composition de l'éclat auditif sont dirigées vers le cortex cérébral (région temporale).

L'hypothalamus, ou région sous-buccale, du diencéphale forme ses sections inférieures et participe à la formation du bas du troisième ventricule. L'hypothalamus comprend: le chiasme optique, le tractus optique, le tubercule gris avec un entonnoir, ainsi que les corps mastoïdes (mamillaires) (Atl., Fig.23, p. 133).

Le chiasme optique est formé par les fibres des nerfs optiques (II paire de nerfs crâniens), passant partiellement du côté opposé (formant une croix), et se poursuit dans le tractus optique. Le tractus optique est situé médialement, se plie autour du tronc cérébral du côté latéral et se termine par deux racines dans les centres de vision sous-corticaux. La plus grande racine latérale s'approche du corps géniculé latéral, et la racine médiale plus mince va vers le monticule supérieur du toit du mésencéphale.

Derrière le chiasme optique se trouve un tubercule gris, derrière lequel se trouvent les corps mastoïdes. Vers le bas, le tubercule gris passe dans un entonnoir, qui se connecte à la glande pituitaire.

Les corps mastoïdes ressemblent à deux petites formations sphériques, chacune d'environ 0,5 cm de diamètre. Ils sont blancs. La substance blanche est située uniquement à l'extérieur du corps mastoïde. À l'intérieur, il y a une matière grise sous forme de noyaux: médial et latéral. Récemment, les corps mastoïdes, comme les noyaux antérieurs du thalamus, ont été associés au système limbique et à l'organisation des réactions comportementales..

Dans l'hypothalamus, trois zones sont distinguées: antérieure, intermédiaire et postérieure. Les accumulations de cellules nerveuses dans ces zones forment 32 paires de noyaux hypothalamiques. Les neurones de ces noyaux sont impliqués dans la régulation des fonctions du système nerveux autonome et affectent ainsi le maintien de l'homéostasie et l'adaptation de l'environnement interne du corps aux facteurs environnementaux. Ils envoient des impulsions aux noyaux correspondants du milieu et de la moelle épinière, régulant leur activité.

Les cellules nerveuses des noyaux hypothalamiques ont la capacité de produire un secret (neurosecret), qui peut être transporté le long des processus des mêmes cellules vers la glande pituitaire. Les axones des noyaux supraoptique et paraventriculaire (Atl., Fig.4, p. 21) le long du tractus hypothalamo-hypophyse, situés dans le pédicule pituitaire, sont envoyés au lobe postérieur de l'hypophyse (neurohypophyse), où ils entrent en contact avec les capillaires sanguins. Les hormones sont libérées de ces axones et sont transportées par le sang. Les neurones des autres noyaux envoient des axones vers le lobe antérieur de l'hypophyse (adénohypophyse) et sécrètent des hormones de libération. Ces derniers régulent la formation et la sécrétion d'hormones par les cellules endocrines de l'adénypophyse. Ainsi, l'hypothalamus relie les systèmes nerveux et endocrinien..

L'hypothalamus est associé à de nombreuses voies avec diverses parties du cerveau. Par exemple, les fibres reliant l'hypothalamus aux corps géniculés latéraux fournissent des signaux de la rétine aux noyaux de l'hypothalamus, ce qui est nécessaire pour la régulation des biorythmes. L'hypothalamus est associé à de nombreux tractus avec les structures du système limbique du cerveau. Les projections de l'hypothalamus sont médiées par les noyaux du thalamus. À travers tout l'hypothalamus, le faisceau médial du cerveau antérieur s'étend, qui atteint la formation réticulaire du tronc.

L'épithalamus, ou région sous-bouche, fait partie des parois du troisième ventricule. L'épithalamus se compose de bandes cérébrales, à partir desquelles des cordons blancs s'étendent vers l'arrière, les reliant à la glande endocrine - la glande pinéale ou la glande pinéale. Dans l'épithalamus, il y a des noyaux, à partir desquels les fibres descendantes vont aux noyaux du mésencéphale. Ces noyaux sont directement liés au thalamus et à l'hypothalamus. L'épithalamus est également associé au système olfactif.

Le troisième ventricule ressemble à une fente verticale, ses parois latérales sont formées par les surfaces médiales du thalamus et de l'hypothalamus. Ce dernier limite le ventricule par le bas. Toutes les parois du troisième ventricule du côté de sa cavité sont tapissées d'épendyme, entre les colonnes du fornix et les tubercules visuels, il y a des ouvertures interventriculaires reliant la cavité du troisième ventricule aux ventricules latéraux des hémisphères cérébraux. Il y a deux ventricules latéraux: gauche et droit.

Rétention mécanique des masses de terre: La rétention mécanique des masses de terre sur une pente est assurée par des structures de contreforts de différentes conceptions.

CERVEAU INTERMÉDIAIRE

CERVEAU INTERMÉDIAIRE [diencéphale (PNA, JNA, BNA); syn. cerveau intermédiaire)] - une section du cerveau située entre le cerveau terminal et le mésencéphale. Le diencéphale est la plus grande partie du tronc cérébral, qui comprend le thalamus (tubercule optique), l'hypothalamus (hypothalamus), le métathalamus (pays étranger, région étrangère) et l'épithalamus (région suprahumérale).

Contenu

  • 1 Anatomie et embryologie comparées
  • 2 Anatomie
  • 3 Physiologie
  • 4 Complexe de symptômes de dommages au diencéphale

Anatomie et embryologie comparées

La formation la plus ancienne du diencéphale est l'hypothalamus. Des structures cérébrales correspondantes existent dans tous les accords. Dans les cyclostomes, le diencéphale est subdivisé en épithalamus, thalamus dorsal et ventral et hypothalamus. Ce dernier est nettement plus gros que les autres parties du diencéphale. Dans les cyclostomes, les rudiments du corps géniculé latéral apparaissent. Le développement de Thalamus commence chez les amphibiens. Chez les reptiles, le thalamus prédomine en taille sur l'hypothalamus. Chez les mammifères, le thalamus atteint son plus haut développement..

Dans la région du toit du diencéphale chez les vertébrés inférieurs, un certain nombre de protubérances sont observées: paraphyse, sac dorsal, organes parapinéal (pariétal antérieur) et pinéal (pariétal postérieur). Chez la lamproie, les organes pariétaux antérieurs et postérieurs sont des organes récepteurs et contiennent des structures ressemblant à celles de l'œil. Ils sont reliés par des fibres aux noyaux de la laisse. Chez les amphibiens, l'organe pariétal antérieur se déplace vers l'arrière lors du développement embryonnaire et se transforme en une glande - la glande pinéale (glande pinéale) - située entre la commissure postérieure et l'organe pariétal postérieur (œil pariétal), qui est réduite à la fin de la période embryonnaire. Chez certains reptiles, comme chez les cyclostomes, l'œil pariétal non apparié persiste toute la vie. Chez les mammifères, l'organe pariétal antérieur disparaît et le corps pinéal (corpus ananas) se développe à partir de la partie proximale (organe pariétal postérieur).

Chez P., m est formé à partir de la partie arrière de la vessie cérébrale antérieure (prosencéphale). En raison d'une croissance inégale de la vessie, une formation appariée se développe à partir de ses parois latérales - le thalamus; dans la partie supérieure (dorsale) de la vessie, se forment la glande pinéale et la paroi supérieure du troisième ventricule. La paroi inférieure (ventrale) forme une saillie non appariée - un entonnoir, à partir de l'extrémité distale une coupure développe le lobe arrière de l'hypophyse - la neurohypophyse. Toutes ces formations limitent la cavité de la vessie cérébrale, qui se transforme en troisième ventricule. Chez un fœtus de trois mois, deux sillons peu profonds divisent P. m en 3 sections: la partie supérieure est l'épithalamus, la moyenne est le thalamus et la partie inférieure est l'hypothalamus. Par la suite, il y a une autre différenciation des structures du diencéphale, l'isolement de ses éléments, qui conduit à l'isolement de la quatrième partie (postérieure) du diencéphale - le métathalamus. À la fin du 5e mois. développement intra-utérin en raison de la concentration de cellules nerveuses dans le thalamus, des noyaux séparés commencent à se former. Chez les nouveau-nés, les noyaux du thalamus et de l'hypothalamus sont déjà différenciés cytoarchitectonique et la myélinisation des fibres nerveuses se poursuit pendant la période postnatale..

Anatomie

Thalamus (thalamus) - une formation appariée de forme ovoïde, située des deux côtés du troisième ventricule (Fig.1). Il représente une accumulation massive de matière grise, divisée par des couches de matière blanche (plaques cérébrales) en noyaux séparés. D'en haut, le thalamus (voir) est recouvert d'une voûte et d'un corps calleux (voir), d'en bas il jouxte l'hypothalamus. L'extrémité antérieure rétrécie du thalamus se termine par un tubercule antérieur (tuberculum ant.thalami), l'extrémité postérieure est élargie et s'appelle un oreiller (pulvinar).

Hypothalamus (hypothalamus) - partie de P. de m, située sous le thalamus et délimitée du dernier par le sillon hypothalamique (sulcus hypothalamicus), suivant l'ouverture interventriculaire jusqu'à l'ouverture de l'aqueduc du mésencéphale (voir Fig.1 jusqu'à la station Hypothalamus). Sur la base du cerveau, le bord antérieur de l'hypothalamus est le bord antérieur du chiasme optique, le bord postérieur est les bords postérieurs des corps mammillaires, ou corps mastoïdiens (corps mamillaires), le bord latéral est les bords extérieurs des voies optiques. L'hypothalamus comprend le chiasme optique (chiasma opticum), le tractus optique (tractus opticus), le tubercule gris (tuber cinereum), l'entonnoir (infundibulum), le lobe postérieur de l'hypophyse (voir) - la neurohypophyse (neurohypophyse), les corps mamillaires (voir). La matière grise de l'hypothalamus se forme env. 32 paires de noyaux situés dans la partie inférieure de la paroi externe et dans la région du bas du troisième ventricule.

Le métathalamus (metathalamus) est situé derrière le thalamus, se compose de deux corps géniculés appariés (médial et latéral) (corpus geniculatum mediale et laterale), qui sont des tubercules oblongs-ovales (Fig.2) blancs, qui renferment les noyaux du même nom (noyaux corporis geniculati lat. et méd.). Le corps géniculé latéral est plus grand que le corps médial, mais plus plat. Il est situé sur la surface inférolatérale du coussin thalamique. Le corps géniculé médial se trouve sous le coussin de thalamus. Il est délimité du coussin et du tronc cérébral par un sillon prononcé. Dans les cellules qui forment le noyau du corps géniculé médial, les fibres de la boucle latérale (auditive) (lemniscus lat.) Se terminent. Les fibres des cellules de ce noyau, une coupure est le centre sous-cortical du tractus auditif, font partie de la radiance auditive (radiatio acustica) et se terminent dans le cortex du gyrus temporal supérieur (voir. Centres auditifs, voies). Dans les cellules du corps géniculé latéral, les fibres de la racine latérale du tractus optique se terminent. Les processus de ces cellules, ainsi que les fibres du coussin de thalamus, forment un rayonnement visuel (radiatio optica), les bords se terminent dans le cortex cérébral dans la région de la rainure (voir Centres visuels, voies).

L'épithalamus (épithalamus) est situé au-dessus du thalamus et se compose du corps pinéal (voir), des laisses (habenulae), des triangles de laisses (trigona habenularum), des commissures épithalamiques (postérieures) [commissura epithalamica (postérieure)]. La glande pinéale est une glande non appariée de forme ovale située au-dessus des monticules supérieurs du toit du mésencéphale. Les plaques supérieure et inférieure de la moelle épinière partent de sa base, entre laquelle se trouve une dépression pinéale (recessus pinealis). Entre la surface supérieure des laisses, la glande pinéale et la base vasculaire du troisième ventricule, il y a une dépression suprapinéale (recessus suprapinealis). Les deux évidements s'ouvrent dans le troisième ventricule. Les laisses servent de prolongement de la plaque médullaire. Les laisses droite et gauche sont reliées entre elles par des laisses à souder (commissura habenularum). En face, ils passent en triangles de laisse, représentant une extension de l'extrémité postérieure des bandes cérébrales (stries medullares thalami) et contenant les noyaux médial et latéral des laisses, dans lesquels se terminent les fibres du faisceau de laisse olfactive. La plaque cérébrale inférieure, pliée en arc de cercle, est dirigée vers le toit du mésencéphale. Au niveau du sommet du coude, il y a une commissure épithalamique (postérieure).

Le troisième ventricule (ventriculus tertius) est la cavité de P. de m, représente un espace étroit situé dans le plan sagittal (voir. Ventricules du cerveau). Ses parois latérales sont formées par les surfaces médiales du thalamus et de l'hypothalamus. La paroi antérieure est composée d'une plaque terminale, d'une commissure antérieure et de piliers du fornix. Entre le pilier du fornix et le thalamus, il y a une ouverture interventriculaire (foramen interventriculare), qui communique le troisième ventricule avec le ventricule latéral du côté correspondant. La paroi supérieure est formée par la base vasculaire du troisième ventricule. Sur les côtés de la ligne médiane, le plexus vasculaire du troisième ventricule est posé dans la base vasculaire. La paroi postérieure du troisième ventricule est formée par l'adhésion des laisses, la base de la glande pinéale et la commissure épithalamique (postérieure). Un peu en dessous de ce dernier se trouve l'ouverture de l'aqueduc du cerveau (aqueductus cerebri), reliant les troisième et quatrième ventricules. La paroi inférieure (en bas) du troisième ventricule est le chiasme optique, le tubercule gris avec un entonnoir, les corps mammillaires, la substance perforée postérieure. Dans la zone de la paroi inférieure, il y a une dépression visuelle (recessus opticus), située en avant du chiasme optique, et une dépression de l'entonnoir (recessus infundibuli). La cavité du troisième ventricule est bordée d'épendyme (voir).

Les branches des artères cérébrales antérieures et postérieures, l'artère villeuse antérieure, la connexion antérieure et postérieure, les artères carotides et basilaires internes participent à l'apport sanguin de P. à m. La sortie de sang de P. m est effectuée dans les veines cérébrales internes, cérébrales et basales, puis dans les sinus de la dure-mère.

Physiologie

La variété des fonctions de P. de m s'explique à la fois par les propriétés de ses formations: le thalamus, l'hypothalamus, le métathalamus, l'épithalamus et les connexions bilatérales de P. de m avec les structures du système limbique (voir), la formation réticulaire du mésencéphale (voir Formation réticulaire) et le cortex cérébral cerveau (voir). Le thalamus est le centre sous-cortical de tous les types de sensibilité, puisque toutes les voies afférentes de c. n. de. (voir. Voies) avant d'entrer dans le cortex cérébral ont une rupture synaptique dans ses noyaux spécifiques associés à des zones individuelles du cortex cérébral. Les noyaux non spécifiques du thalamus sont associés aux noyaux basaux (voir) et à diverses parties du cortex cérébral, ils assurent le maintien d'un certain niveau d'excitabilité du cerveau nécessaire à la perception des stimuli de l'environnement.

La fonction principale de l'hypothalamus est de réguler la constance de l'environnement interne du corps (voir Homéostasie). Il joue un rôle de premier plan dans le maintien d'un certain niveau de métabolisme, dans la régulation de l'équilibre thermique, des fonctions des systèmes digestif, cardiovasculaire, excréteur, respiratoire et endocrinien (voir. Neurohormones hypothalamiques, Système hypothalamo-hypophysaire, Régulation neurohumorale). Les formations hypothalamiques de P. de m dues à des liens étroits avec l'hypophyse fournissent un soutien énergétique à la locomotion par une restructuration adéquate des processus métaboliques dans le corps.

Le métathalamus est le centre sous-cortical de l'audition et de la vision. Les fonctions des formations épithalamiques ne sont pas bien comprises. La glande pinéale est une glande endocrine et sécrète l'hormone mélatonine (antagoniste de l'intermidine), qui affecte la teneur en mélanine des cellules, et un certain nombre d'autres substances physiologiquement actives. On suppose que la mélatonine inhibe la fonction gonadotrope de la glande pituitaire et la fonction des gonades, participe au travail des soi-disant. horloge biologique. Les noyaux de laisse sont associés à l'analyseur olfactif (voir).

Utilisation d'électrophysiol. méthodes et observations anatomiques et cliniques l'importance des formations de P. de m est établie dans la régulation des fonctions des organes internes, dans la formation de diverses réactions comportementales. P. m joue un rôle essentiel dans la régulation des mouvements (voir), participant à la combinaison d'éléments individuels de la locomotion dans l'acte de mouvement et à l'établissement de l'ordre des phases individuelles de la locomotion. Irritation locale des sites de P. de m, tout d'abord l'hypothalamus, par courant électrique ou chimique. substances s'accompagne de diverses réactions comportementales des animaux: vigilance, réaction d'orientation-recherche. Des réactions affectives-défensives sont décrites (voir. Émotions), dans lesquelles les animaux montrent une disposition à se défendre, et avec la poursuite ou l'intensification de l'irritation, des accès répétés de rage sont notés. Dans le thalamus et l'hypothalamus chez divers animaux, il existe des zones d'auto-irritation (voir). Il est établi que les formations de P. de m sont des centres sous-corticaux du biol le plus important. motivations (voir) - nourriture, boisson, sexualité, etc. Influences diverses des formations de P. de m sur l'activité du cortex cérébral, déterminant l'état de sommeil et d'éveil.

Les animaux dont le cortex cérébral et les noyaux basaux sont complètement retirés, mais dont le thalamus est préservé, sont appelés animaux diencephaliques ou thalamiques. Ces animaux conservent des actes moteurs complexes tels que la déglutition, la mastication, le clapotis, la succion, la température corporelle reste normale, le rythme des mouvements respiratoires est correct, ils sont caractérisés par des réactions émotionnelles telles que la rage imaginaire, l'auto-irritation, etc. tandis que chez les animaux avec une section de P. m sous le thalamus, cette fonction est violée. Cependant, contrairement aux chiens, chats, lapins et oiseaux qui, après élimination du cortex cérébral, tout en préservant le thalamus, peuvent effectuer des mouvements coordonnés complexes, les primates présentent des troubles toniques caractéristiques. Ainsi, les singes diencéphaliques ne peuvent pas marcher, ils ont une posture typique: les membres du côté sur lequel se trouve l'animal sont redressés, du côté opposé ils sont pliés et un réflexe de préhension se révèle sur le membre supérieur. Ainsi, plus l'organisation de l'animal est élevée, plus les violations sont graves lorsque le cortex cérébral et les noyaux basaux sont retirés. Cela se produit à la suite de la corticolisation des fonctions dans le processus de phylogenèse, c'est-à-dire du mouvement des fonctions nerveuses complexes vers les parties les plus élevées et les plus récemment développées du c. n. S. - cortex cérébral.

Complexe de symptômes de dommages au diencéphale

En fonction de la localisation du processus pathologique, on distingue des complexes de symptômes de lésions du thalamus, de l'hypothalamus, du métathalamus et de l'épithalamus.

Le complexe de symptômes des lésions thalamiques se produit avec des tumeurs, des lésions vasculaires, infectieuses et dystrophiques du thalamus (voir) et se manifeste par un complexe de troubles moteurs, sensoriels, mentaux et autonomes, dont la gravité dépend de la localisation des lésions dans les principaux groupes de neurones thalamiques. Les tumeurs du thalamus s'accompagnent d'une augmentation rapide de la pression intracrânienne due à la compression du liquide céphalo-rachidien (voir Syndrome hypertensif). Le coin le plus prononcé. des syndromes de lésion du thalamus sont notés dans les accidents vasculaires cérébraux ischémiques (voir) dans le bassin d'artères alimentant le thalamus en sang. Le syndrome thalamique postérolatéral - un syndrome thalamique classique décrit en 1906 par J. Dejerine et G. Russi, se produit avec des accidents vasculaires cérébraux dus à la défaite de la branche thalamique, qui fournit du sang au thalamus postérolatéral. Elle se caractérise par une hémiparésie controlatérale en régression rapide, une hémianesthésie controlatérale persistante, accompagnée dans certains cas d'astéréognose, de douleurs paroxystiques incontrôlables et de mouvements choréoathétoïdes dans les membres atteints..

Le syndrome thalamique antérolatéral (syndrome rubrothalamique) survient lors d'accidents vasculaires cérébraux dus à des lésions de la branche thalamique alimentant la partie antérolatérale du thalamus, et se manifeste par des mouvements involontaires dans les membres controlatéraux (tremblements au repos, tremblements intentionnels, mouvements choréoathétoïdes) avec le développement de ce que l'on appelle. main thalamique, décrite en 1925 par G. Russi et Kornil. Dans certains cas, une parésie du regard est notée..

Le syndrome thalamique médial peut être observé non seulement avec des lésions vasculaires, mais également avec des lésions tumorales et dystrophiques de la partie médiale du thalamus. Dans le même temps, des troubles autonomes et mentaux prononcés sont notés (troubles de la mémoire, hallucinations, troubles de la sphère affective, la démence se développe parfois).

Le complexe symptomatique des lésions hypothalamiques est caractérisé par des troubles neuroendocriniens, neurotrophiques, viscéral-trophiques et mentaux, des troubles de la thermorégulation, du sommeil (voir Syndrome hypothalamique).

Le complexe symptomatique de la défaite du métathalamus fait généralement partie du syndrome d'une défaite plus massive de P. de M. Avec des lésions du noyau du corps géniculé latéral, une hémianopsie homonyme controlatérale est notée (voir), des troubles moteurs-pupillaires, une déficience visuelle (cécité thalamique, métamorphopsie, macropsie monoculaire). Lorsque le noyau du corps géniculé médial est endommagé, perte d'audition, perversion de la perception sonore (hyperacousie, paramusie), etc..

Le complexe de symptômes des lésions épithalamiques se développe souvent dans les tumeurs épithalamiques (pinéalome, gliome). Dans le même temps, une ophtalmoplégie interne est observée - (voir), une parésie du regard vers le haut, décrite en 1883 par H.Parinaud, parfois en relation avec la compression des voies cérébelleuses-rubrothalamiques, une ataxie cérébelleuse bilatérale peut survenir (voir). Avec pinéalome (voir) chez l'enfant, des troubles de la croissance du squelette et une puberté prématurée sont possibles.

Bibliographie:

Beritov IS Physiologie générale du système musculaire et nerveux, t.2, M., 1966; Blinkov SM et Glezer II Le cerveau humain en figures et tableaux, D., 1964, bibliogr. Zager O. Cerveau interstitiel, trans. des Roumains., Bucarest, 1962, bibliogr.; P. G. Kostyuk, Physiologie du système nerveux central, Kiev, 1977; Krol MB et Fedorova EA Basic neuropathological syndromes, M., 1966; Milner P. Psychologie physiologique, trans. de l'anglais., M., 1973; Guide multivolume de neurologie, éd. N.I. Grashchenkova, t. 1, livre. 1, p. 429, M., 1959; Magun G. Réveillez le cerveau, trans. de l'anglais, M., 1965; Sarkisov SA Essais sur la structure et la fonction du cerveau, M., 1964, bibliogr.; Maladies vasculaires du système nerveux, éd. E. V. Schmidt, p. 253 et autres, M., 1975; Turygin V. V. Glandes endocrines, Chelyabinsk, 1981; Syndromes hypothalamiques (diencéphaliques) de Shefer DG, M., 1971; Clara M. Das Nervensystem des Menschen, Lpz., 1959, Bibliogr.; Cogan D. Neurologie du système visuel, Springfield, 1966; Dejerine J. J. et Roussy J. Le syndrome thalamique, Rev. neurol. t. 14, p. 521, 1906; Parinaud H. Paralysie des mouvements associés des yeux, Arch. Neurol. (Paris), t. 5, p. 145, 1883; Stern K. Démence sévère associée à une dégénérescence symétrique bilatérale du thalamus, Brain, v. 62, p. 157, 1939.


A. M. Wayne; V. G. Zilov (phys.), V. V. Turygin (an.).