Principal > Sclérose

Classification des tumeurs cérébrales

Tous les néoplasmes situés dans le canal rachidien central et à l'intérieur du crâne sont appelés tumeurs cérébrales. Le développement de tumeurs cérébrales est associé à une division cellulaire incontrôlée, leur classification dépend de facteurs tels que le facteur primaire et la composition cellulaire.

Les néoplasmes cérébraux peuvent être bénins ou malins. De plus, toutes les tumeurs cérébrales sont classées selon certains critères:

  • par origine;
  • par type histologique;
  • localisation;
  • selon Smirnov.

Les oncologues, neurochirurgiens et radiologues du centre d'oncologie de l'hôpital de Yusupov, lorsqu'ils choisissent une méthode efficace de traitement des tumeurs cérébrales, prennent en compte non seulement l'emplacement et le type de néoplasme, ses caractéristiques, l'état général et l'âge du patient, mais également la probabilité de complications peropératoires et postopératoires. Pour le traitement des maladies oncologiques du cerveau, les méthodes les plus progressives sont utilisées pour garantir des résultats optimaux..

Classification des tumeurs cérébrales par occurrence

Il existe différents types de tumeurs cérébrales chez l'adulte, qui sont classées selon une caractéristique ou une autre..

Tout d'abord, toutes les tumeurs cérébrales sont divisées en primaire et secondaire.

La tumeur primaire (par exemple, lymphome primaire du système nerveux central) est formée par le tissu du cerveau lui-même et adjacent à celui-ci: tissu des nerfs crâniens, méninges, glande pinéale, tissu lymphoïde ou tissu pituitaire. Le développement de ces néoplasmes est associé à des mutations qui conduisent à l'apparition d'anomalies dans l'ADN des cellules cérébrales.

L'émergence de tumeurs cérébrales secondaires est le plus souvent associée à un processus métastatique d'autres organes touchés par une maladie oncologique.

Tumeur cérébrale bénigne et maligne

Une tumeur cérébrale bénigne (par exemple, un lipome du cerveau) se distingue par l'aspect relativement normal de ses cellules constitutives, une croissance lente, une absence de propagation à d'autres organes et une absence de pénétration dans les tissus du cerveau lui-même. Malgré cela, une tumeur cérébrale bénigne peut être assez dangereuse et, dans certains cas, menacer la vie du patient - lorsque la tumeur est localisée dans une partie vitale du cerveau, une tumeur bénigne dans la tête s'accompagne d'une compression des tissus nerveux sensibles, ainsi que d'une augmentation de la pression intracrânienne.

Une tumeur cérébrale maligne est un processus pathologique caractérisé par une prolifération cellulaire incontrôlée et incontrôlée. Les néoplasmes malins se manifestent par une croissance rapide, la capacité de métastaser, la tumeur se développe souvent dans les organes et les tissus voisins.

La malignité et la bénignité sont des concepts plutôt relatifs. Certaines tumeurs malignes, en fait, ont une évolution bénigne qui peut durer assez longtemps..

Types de cancer du cerveau par emplacement

La localisation du néoplasme dans le cerveau est un facteur important, selon la méthode d'accès chirurgical à celui-ci..

Selon l'emplacement de la tumeur cérébrale, il peut y avoir:

  • intracérébral: leur croissance commence dans la matière grise ou blanche du cerveau. Le supratentorial affecte les lobes frontal, pariétal et temporal du cerveau, subentoriel - tronc cérébral, cervelet, bas du 4e ventricule (tumeur de la moelle allongée, tumeur du tronc cérébral, tumeur du tronc cérébral, tumeur du 4e ventricule du cerveau, tumeur du cervelet du cerveau, tumeur des ganglions sous-corticaux se développe et mésencéphale);
  • extracérébral: se développent dans la coquille molle ou dure du cerveau, les vaisseaux sanguins, les os du crâne (méningiome, neurinome du cerveau se produit).

Classification des tumeurs cérébrales par type histologique

Le tissu à partir duquel la tumeur se développe est d'une grande importance pour prédire le "comportement" ultérieur du néoplasme. Selon la qualification histologique, les tumeurs sont divisées en types suivants:

  • tumeur cérébrale gliale;
  • tumeur du tissu nerveux;
  • tumeur vasculaire (par exemple, cavernome du tronc cérébral);
  • gonflement de la muqueuse du cerveau;
  • tératome.

Les tumeurs cérébrales gliales comprennent:

  • astrocytome - une tumeur bénigne du tissu glial localisé dans les hémisphères cérébraux et le cervelet;
  • oligodendrogliome - une tumeur du tissu glial, non sujette à la germination dans d'autres tissus avec une localisation dans les hémisphères cérébraux;
  • épendymome - un épendymome du cerveau est une tumeur bénigne localisée dans le ventricule latéral ou 4e ventricule;
  • glioblastome multiforme - ce type de tumeur est généralement diagnostiqué chez les patients âgés;
  • médulloblastome - une tumeur qui affecte le cervelet, le plus souvent chez les enfants;
  • pinéalome - un néoplasme qui affecte la glande pinéale.

Les tumeurs formées à partir de tissu nerveux comprennent:

  • neurinome du cerveau (schwannome): la tumeur est formée par des cellules de Schwann ou des cellules de la gaine des terminaisons nerveuses. Le plus souvent, ce type de maladie est bénigne, mais parfois il peut être malin;
  • neurofibrome du cerveau - est, en règle générale, un néoplasme bénin, constitué de Schwann, de mastocytes ou de fibroblastes;
  • tumeurs se développant dans la région de la sella turcica, par exemple à partir de l'hypophyse.

Une tumeur des méninges du cerveau est, par exemple, un méningiome du cerveau. Cette tumeur est caractérisée par une croissance lente et un caractère bénin..

Les tératomes sont des néoplasmes cancéreux qui se développent à partir de cellules ayant une structure morphologique similaire aux cellules souches. Le plus souvent diagnostiqué chez les patients pédiatriques et jeunes.

Classification des tumeurs cérébrales selon Smirnov

Cette classification suppose la division des tumeurs cérébrales en plusieurs types en fonction de la maturité cellulaire et des caractéristiques morphologiques..

Par le degré de maturité, les tumeurs cérébrales peuvent être:

  • mature (par exemple, épendymome du cerveau);
  • immature (par exemple, ganglioblastome du cerveau);
  • immature (p. ex., médulloblastome cérébral).

Outre le degré de maturité, cette classification s'appuie également sur des caractéristiques morphologiques, combinant classification de localisation et classification histologique..

Traitement des tumeurs cérébrales à l'hôpital Yusupov

Le traitement des tumeurs cérébrales dans le centre oncologique de l'hôpital Yusupov est effectué en utilisant les techniques non chirurgicales les plus avancées:

  • radiochirurgie stéréotaxique - permettant d'éliminer les petites tumeurs en une seule séance;
  • radiothérapie utilisant les appareils de dernière génération, les derniers accélérateurs linéaires et les systèmes qui garantissent une sécurité et une efficacité maximales de la thérapie, etc..

Si le traitement chirurgical est incontournable, il est réalisé par les meilleurs spécialistes qui maîtrisent magistralement toutes les technologies et méthodes de neuroradiologie interventionnelle et de neurochirurgie moderne. Les médecins du centre d'oncologie de l'hôpital de Yusupov mettent tout en œuvre pour utiliser des méthodes et des opérations peu invasives avec accès transnasal, qui ne nécessitent pas d'incision dans le crâne..

Grâce aux équipements innovants du centre d'oncologie, les médecins ont la possibilité d'effectuer des diagnostics de haute qualité et un traitement efficace des tumeurs cérébrales à l'aide de méthodes non chirurgicales ou mini-invasives..

Parallèlement aux neurochirurgiens, des neurologues, des oncologues et des radiologues participent au traitement des patients atteints de tumeurs cérébrales. Le patient bénéficie d'une thérapie de soutien et d'un soutien psychologique qualifié.

Vous pouvez vous inscrire pour une consultation avec un oncologue dans une clinique d'oncologie et connaître les conditions d'hospitalisation en appelant l'hôpital Yusupov ou en ligne sur le site Web du médecin coordonnateur.

Types de tumeurs cérébrales: principaux types, méthodes de diagnostic et pronostic

Si les cellules qui composent le tissu cérébral se multiplient de manière incontrôlable et augmentent en nombre, une tumeur primaire se développe. Il peut être de nature bénigne et se développer progressivement. Ou il peut avoir une étiologie maligne, se développer rapidement, donner des métastases.

Une tumeur cérébrale est également diagnostiquée lorsque des cellules dégénérées des systèmes respiratoire, digestif ou autre contenant du sang ou de la lymphe y pénètrent. Cela signifie que des métastases sont apparues. Une grande variété de facteurs peut provoquer des tumeurs cérébrales, de congénitales à acquises.

Les tumeurs de nature secondaire prédominent, dont plus de la moitié sont d'étiologie maligne. La pathologie est moins courante chez les enfants..

En raison de l'emplacement, tout type de lésion aggrave considérablement la santé du patient, exerçant une pression sur des parties importantes du cerveau, ce qui peut entraîner non seulement un dysfonctionnement du corps, mais également la mort d'une personne. Il est extrêmement important pour un résultat positif d'établir un diagnostic le plus tôt possible et de choisir la bonne thérapie..

Types de tumeurs

Il existe plus d'une centaine de types de tumeurs. Les manifestations caractéristiques des tumeurs cérébrales peuvent varier en fonction de l'emplacement, de la taille, de la morphologie. Les noms des variétés de cancer cérébral sont donnés par des cellules pathologiquement dégénérées.

Les lésions bénignes n'affectent pas les autres organes, se développent, en règle générale, lentement, se prêtent à un traitement chirurgical. Ceux-ci incluent les gliomes de grade 1, dans lesquels les cellules du cerveau glial renaissent..

Les tumeurs cérébrales comprennent les astrocytomes, qui sont composés d'astrocytes. Cette pathologie est diagnostiquée dans plus de la moitié des cas, plus souvent parmi la population masculine, à l'âge moyen. La maladie attaque les hémisphères cérébraux, la base du cerveau, le nerf optique, le tronc, le cervelet. Ce groupe comprend également les oligodendrogliomes. Ils sont formés par des cellules oligodendrocytes.

Cette lésion n'est pas très courante, la plupart des gens tombent malades à un âge jeune et moyen. La liste des épendymomes continue. Ils sont formés à partir de l'épithélium des parois des ventricules cérébraux, responsables de la production de liquide céphalo-rachidien. Cette classe de formations est présentée:

  • épendymomes et sous-épendymomes mixopapillaires hautement différenciés, qui ne donnent pas de métastases, augmentant progressivement;
  • épendymomes modérément différenciés avec un taux moyen d'augmentation, pas de métastases;
  • épendymomes anaplasiques, qui se développent de manière intensive et donnent des métastases.

La rangée est fermée par des gliomes mixtes. Ils sont composés de cellules de morphologie différente. En règle générale, parmi eux, il y a des astrocytes et des oligodendrogliocytes dégénérés..

Il existe également des tumeurs basées sur l'épithélium dégénéré des membranes cérébrales. On distingue les méningiomes bénins du premier degré de malignité, atypiques - avec des cellules altérées visibles (deuxième degré), anaplasiques - avec une tendance aux métastases (troisième).

La liste des néoplasmes avec neurinome acoustique se poursuit. Il se développe à partir des cellules nerveuses du nerf auditif. Si les vaisseaux sanguins du cerveau sont affectés, nous parlons d'hémangioblastome..

Les adénomes hypophysaires sont fréquents chez les patientes. Au cours de la période initiale de formation, ils peuvent entraîner une augmentation de la production de certaines hormones..

La moitié des néoplasmes de nature dysembryogénétique sont bénins. Ils se forment dans l'utérus en raison d'une mauvaise différenciation tissulaire.

Les tumeurs cérébrales malignes ne peuvent pas toujours être opérées; elles se multiplient rapidement, recouvrant les zones qui les entourent, détruisant les tissus cérébraux. Il existe des lésions primaires et secondaires. Les primaires sont généralement représentés par des glioblastomes multiformes, des astrocytomes, des oligodendrogliomes, qui ont tendance à se développer de manière intensive.

Lorsque des lymphomes malins se forment, les vaisseaux lymphatiques à l'intérieur du crâne sont affectés. Il existe plusieurs étapes dans le développement du processus tumoral, chacune caractérisée par son propre ensemble de manifestations:

  1. sur le premier - la croissance de la tumeur est à peine perceptible, les cellules sont toujours similaires aux cellules saines, les zones voisines ne sont pas affectées;
  2. sur le second, le taux de croissance n'augmente pas, mais les zones qui l'entourent commencent à souffrir;
  3. sur le troisième - la croissance s'accélère, les zones voisines sont capturées par le processus pathologique;
  4. le quatrième est caractérisé par la croissance rapide et la destruction des zones voisines.

La variété des types de néoplasmes et leurs graves conséquences, y compris la mort, nous obligent à analyser attentivement les causes des tumeurs cérébrales afin de réduire les dommages de ceux que nous pouvons contrôler..

Causes des néoplasmes cérébraux

Les causes d'une tumeur cérébrale ne peuvent être réduites à une ou deux. Il existe un ensemble de facteurs et de circonstances préjudiciables.

Dans certaines situations, chez les enfants et les jeunes, une prédisposition génétique joue un rôle, elle comprend les raisons suivantes: mutations génétiques, lésions chromosomiques, augmentation du nombre de protooncogènes. Ils activent les oncogènes, provoquent une violation des fonctions de régulation, à la suite de laquelle une tumeur se forme dans le cerveau.

On connaît des syndromes héréditaires qui augmentent le risque de formation de tumeurs: polypose diffuse, naevus basocellulaire, neurofibromatose et autres..

Les facteurs de croissance des néoplasmes du cerveau chez les adultes sont considérés comme les effets nocifs des rayonnements ionisants et électromagnétiques, de l'état de l'environnement. L'immunodéficience, la chirurgie de transplantation, à partir de laquelle les cellules peuvent commencer à se diviser de manière incontrôlable, formant une tumeur, contribuent à la dégénérescence.

Le plus souvent, cette pathologie apparaît dans la population masculine. Les autres causes probables d'une tumeur cérébrale comprennent:

  • blessures, traumatisme cranio-cérébral;
  • la vie près des lignes électriques;
  • l'influence du chlorure de vinyle et d'autres substances nocives dans les industries chimiques;
  • exposition agressive aux radiations;
  • les dommages causés par l'arsenic, les pesticides, les métaux lourds, les produits pétroliers;
  • utilisation régulière du succédané de sucre E 951;
  • traitement de chimiothérapie des néoplasmes de tout type et emplacement.
  • épuisement prolongé du système nerveux par des situations stressantes;
  • l'âge préscolaire et la période de soixante-cinq à soixante-dix-neuf ans;
  • papillomavirus humains 16 et 18, diminution de l'immunité.

Connaissant les principales causes de l'apparition d'une tumeur et ayant trouvé au moins plusieurs manifestations de pathologie chez soi, vous devez immédiatement contacter un neurologue pour un examen.

Symptômes des maladies des tumeurs cérébrales

Souvent, une tumeur qui est apparue dans le cerveau ne peut pas être tracée tant qu'elle ne commence pas à affecter les tissus environnants, en raison de laquelle il y a un œdème, une insuffisance locale de l'apport sanguin ou ne commence pas à libérer ses toxines dans la circulation sanguine. Cela peut être bénin, ce qui, cependant, n'annule pas les conséquences graves pour diverses fonctions corporelles..

Certains cancers ne se retrouvent qu'à l'autopsie. Parmi les symptômes du cancer du cerveau, tous les troubles causés par l'emplacement et l'influence de la tumeur sur les tissus cérébraux voisins sont appelés des troubles focaux. Lorsque le cervelet est pressé, l'équilibre est perturbé, la région occipitale - l'acuité visuelle se détériore, etc..

Des manifestations autonomes peuvent également être trouvées: faiblesse régulière, fatigue, transpiration accrue. Troubles endocrinologiques possibles, problèmes psychomoteurs: altération de la mémoire et de la concentration.

Les signes cérébraux généraux de la maladie sont similaires aux symptômes d'autres pathologies et consistent en céphalées, vomissements, vertiges, crises convulsives. Les principaux symptômes du cancer cérébral comprennent des maux de tête nocturnes et matinaux de type éclatement et pulsations, aggravés lors de mouvements brusques de la tête, de la toux et de la tension des muscles abdominaux..

La douleur disparaît après un certain temps en position verticale. Les analgésiques ne le soulagent pas. Avec la croissance de la tumeur, la douleur tourmente le patient en permanence. En outre, le patient est malade, peut vomir. Dans le même temps, cela n'a rien à voir avec l'alimentation ou l'empoisonnement..

Il y a un déclin progressif des capacités cognitives: la mémoire se détériore, l'analyse de l'information devient plus difficile, il est difficile de se concentrer, la conscience est confuse.

Parfois, la maladie se manifeste par des contractions convulsives dans les muscles des membres ou dans tout le corps, des évanouissements et parfois le patient ne respire pas pendant un moment.

Ceci est suivi par des affections cérébrales générales: la conscience est déprimée, la douleur atroce dans la tête ne s'arrête pas, des évanouissements se produisent et une lumière vive irrite. La croissance rapide de l'éducation affecte les fonctions d'une partie particulière du cerveau.

Une personne peut souffrir de paralysie partielle ou complète, d'hallucinations auditives, olfactives ou visuelles, de troubles de la parole, de surdité, de cécité. Reconnaissance, lecture, compréhension de la parole et du texte et diminution des compétences en écriture.

Il est de plus en plus difficile de contrôler la direction du regard, il y a une différence dans la taille des pupilles, le visage peut être déformé. La stabilité émotionnelle et l'intelligence souffrent souvent, les fonctions vestibulaires sont altérées, un déséquilibre hormonal se produit.

Le tableau clinique ressemble à une affection avec un accident vasculaire cérébral, cependant, les manifestations se développent progressivement et passent par certaines étapes:

Les cellules du néoplasme n'infectent pas les tissus environnants, ce qui complique souvent le diagnostic. Les cellules renaissent plus activement, affectent les vaisseaux sanguins et lymphatiques.La tumeur se fait sentir avec céphalalgie, évanouissement, perte de poids corporel, hyperthermie. L'équilibre, la vision est perturbée, le patient est malade et vomit.

Le cancer envahit toutes les couches du cerveau, rendant la tumeur inopérable, détruit d'autres organes avec des métastases. La conscience est très confuse, des crises d'épilepsie se produisent, le patient a des hallucinations. J'ai mal à la tête, il faut toute ma force.

Assurez-vous de consulter le neurologue vous-même ou emmenez-lui vos proches si vous remarquez l'un des symptômes décrits ci-dessous:

  • la tête a commencé à faire mal chez une personne de plus de 50 ans, bien que cela ne l'ait pas dérangé auparavant;
  • un enfant de moins de six ans souffre de céphalalgie;
  • en même temps, des maux de tête, des nausées, des vomissements apparaissent, ce qui n'apporte pas de soulagement;
  • le matin, il y a des épisodes de vomissements sans céphalalgie;
  • les réponses comportementales ont beaucoup changé;
  • la fatigue a beaucoup augmenté;
  • des troubles focaux sont observés: perte de sensibilité, troubles du mouvement, asymétrie faciale.

Diagnostique

Le neuropathologiste détermine où, depuis combien de temps et quelle tumeur est apparue dans le cerveau. Après examen, évaluation de l'état des réflexes et des fonctions, des consultations de spécialistes concernés seront nécessaires. Il est possible de diagnostiquer un cancer, de déterminer sa taille, son emplacement, son type et son degré à l'aide de l'IRM. Si l'IRM est contre-indiquée, la tomodensitométrie est utilisée.

La taille de la lésion sera indiquée par TEP. Il est possible d'étudier l'état des vaisseaux sanguins grâce à l'IRM-angiographie. Cependant, le dernier mot appartient à la biopsie, pour laquelle un modèle volumétrique informatique du cerveau et du foyer pathologique qu'il contient est créé, et seulement après cela, une sonde est insérée pour prélever un échantillon..

L'examen d'échantillons de tissus malades permet le choix de thérapie le plus correct. Si des métastases sont déjà apparues, les systèmes et organes affectés par elles sont également étudiés.

Traitement

En tenant compte de l'âge du patient, de la tumeur maligne, du stade de développement de la tumeur cérébrale et d'autres facteurs, une stratégie de traitement est choisie, y compris des médicaments qui soulagent les symptômes, la chirurgie, la chimiothérapie..

La tumeur est enlevée par microchirurgie, faisceau laser, échographie, radiochirurgie, cryochirurgie. Ils réduisent la tumeur et essaient de la séparer des zones normales avant la phase chirurgicale. Pour cela, une radiothérapie est effectuée..

Lors du traitement d'une tumeur, en cas d'excès de liquide dans la cavité crânienne, une chirurgie de pontage est effectuée. Aujourd'hui, de plus en plus de personnes se tournent vers une nouvelle méthode conservatrice de traitement biologique..

Complications et pronostic

Les conséquences et la survie des patients cancéreux sont directement influencées par la rapidité de la détection et du traitement de la maladie aux premiers stades de la maladie..

Avec une tumeur au stade initial, plus de quatre-vingts pour cent des patients vivent plus de cinq ans après l'opération. Si la maladie est diagnostiquée au stade de la formation de métastases tumorales dans d'autres organes, les chances de vivre encore cinq ans après l'ablation de la tumeur tombent à quarante pour cent.

Dans certains cas, les patients en période de récupération souffrent de convulsions incontrôlées, d'accumulation de liquide dans la cavité crânienne et de dépression. Toutes ces affections peuvent être traitées de manière supplémentaire..

Symptômes et types de tumeurs cérébrales: traitement et pronostic

L'une des pathologies les plus complexes, concernant le mécanisme exact d'apparition et de traitement dont les scientifiques se disputent encore, est une tumeur au cerveau. Ses symptômes aux premiers stades de développement sont similaires aux signes d'autres maladies du système nerveux central et des organes internes..

Au fil du temps, les signes deviennent plus spécifiques, permettent le diagnostic de la maladie et transforment souvent la vie du patient en enfer.

Types de tumeurs

Les chercheurs ont développé une classification assez large des néoplasmes, en fonction de divers facteurs..

Histologie

Les caractéristiques histologiques, structurelles, les caractéristiques de l'évolution de la maladie permettent de distinguer deux groupes de néoplasmes: bénins et malins.

Les tumeurs bénignes ne sont pas capables de se diviser, se développent lentement et ne pénètrent pas dans d'autres tissus. Dans la structure, ils ressemblent à ces cellules dont ils sont originaires, conservent partiellement leurs fonctions. Ces tumeurs peuvent être enlevées par chirurgie et la récidive est extrêmement rare. Cependant, les excroissances bénignes dans le cerveau sont très dangereuses. Ils entraînent une compression des vaisseaux sanguins, l'apparition d'un œdème, une stagnation du sang veineux, alors que leur localisation ne permet pas toujours de les éliminer.

Les néoplasmes malins sont constitués de cellules qui se divisent très rapidement. Les tumeurs se développent rapidement, forment des foyers entiers et pénètrent dans les tissus voisins. Le plus souvent, les tumeurs malignes n'ont pas de limites claires. Ils répondent mal au traitement, y compris à la chirurgie, et sont sujets aux rechutes.

Emplacement

L'emplacement nous permet de parler de 3 types de tumeurs. Les intracérébraux se trouvent dans la substance même du cerveau. Des extracérébraux apparaissent dans la membrane et les tissus nerveux. Intraventriculaire - dans les ventricules cérébraux.

Dans le diagnostic et la définition des maladies selon la CIM-10, les maladies sont également distinguées en fonction de l'emplacement exact de la tumeur, par exemple dans les lobes frontaux, le cervelet.

Étiologie

Les néoplasmes primaires apparaissent à la suite de changements dans le cerveau. Ils affectent les os du crâne, la matière grise, les vaisseaux sanguins. Parmi les tumeurs primaires, plusieurs sous-espèces sont distinguées:

  1. Astrocytome. Les cellules cérébrales - astrocytes - mutent. La tumeur est un type de gliome, souvent bénin.
  2. Médulloblastome. C'est un autre type de gliome. Les néoplasmes apparaissent dans la fosse crânienne postérieure, se développent à la suite de la mutation des cellules embryonnaires. Cette tumeur représente 20% de toutes les lésions cérébrales. Elle survient souvent chez les enfants de tous âges, des nourrissons aux adolescents..
  3. Oligodendroglioma. Les oligodendrocytes subissent des modifications.
  4. Gliomes mixtes. La mutation se produit à la fois dans les astrocytes et les oligodendrocytes. Cette forme se retrouve dans 50% des tumeurs primitives.
  5. Méningiomes. Les cellules de la coquille changent. Le plus souvent bénin, mais parfois malin.
  6. Lymphomes. La maladie survient dans les vaisseaux lymphatiques du cerveau.
  7. Adénomes hypophysaires. Associé à des lésions de la glande pituitaire, se développant principalement chez la femme. Dans de rares cas, cela peut être malin.
  8. Ependymoma. Cellules impliquées dans la synthèse du changement du liquide céphalo-rachidien.

Les néoplasmes secondaires se manifestent par des métastases d'autres organes.

Les raisons

Les raisons exactes de l'apparition et du développement du cancer du cerveau n'ont pas été établies. Seuls les facteurs susceptibles de contribuer à son apparition ont été identifiés.

Selon les statistiques, l'hérédité joue un rôle important. S'il y avait une personne dans la famille qui a été touchée par le cancer, alors probablement dans la prochaine génération ou dans une génération quelqu'un d'autre apparaîtra qui deviendra victime de cette maladie..

Le deuxième facteur important et fréquent est le long séjour dans la zone de rayonnement. Travailler avec des éléments chimiques tels que le plomb, le mercure, le chlorure de vinyle et l'utilisation à long terme de médicaments a un impact négatif. La mutation des cellules saines est causée par le tabagisme, l'utilisation de drogues, d'alcool et d'aliments génétiquement modifiés. Les lésions cérébrales traumatiques deviennent souvent un facteur causant l'oncologie..

Selon les statistiques, une tumeur au cerveau survient souvent chez les personnes de plus de 65 ans, les hommes, les enfants d'âge préscolaire ou primaire. Cela étonne ceux qui passent longtemps avec un téléphone portable, dorment avec, utilisent un appareil à faible charge. Les cellules cancéreuses apparaissent souvent après des transplantations d'organes ou lors de l'utilisation de la chimiothérapie pour éliminer les tumeurs ailleurs dans le corps.

Symptômes

Les premiers signes d'une tumeur au cerveau peuvent souvent être confondus avec les symptômes d'autres conditions, comme une commotion cérébrale ou un accident vasculaire cérébral. Parfois, ils sont confondus avec des signes de maladies des organes internes. Une caractéristique qui indique l'oncologie est que ces premiers symptômes ne disparaissent pas et que leur intensité augmente constamment. Ce n'est qu'à des stades ultérieurs que des symptômes spécifiques apparaissent, indiquant l'apparition probable d'un cancer du cerveau.

Tumeur cérébrale: types, premiers symptômes et prévention

Des experts de la clinique médicale métropolitaine, un médecin de la plus haute catégorie, le candidat en sciences médicales Fyodor Shpachenko et la biologiste et psychologue Marina Spiranda, ont parlé des spécificités de cette maladie et de la manière dont les tumeurs cérébrales sont traitées..

Maya Milich, AiF.ru: Quand nous disons «tumeur», nous entendons toujours le cancer, c'est-à-dire une maladie oncologique?

- Le mot «tumeur» signifie plutôt un certain néoplasme pathologique, qui est un tissu envahi. Si ce néoplasme se développe lentement, comprimant les tissus environnants, mais ne pénétrant pas, ne métastasant pas en eux, et ses cellules sont similaires aux tissus environnants, la tumeur est bénigne. Il peut «vivre» dans le corps sans créer de danger critique pour la vie humaine. Une tumeur bénigne peut être traitée efficacement par chirurgie. Mais une tumeur bénigne peut aussi dégénérer en une tumeur maligne, c'est-à-dire une tumeur qui se développe rapidement et de manière incontrôlable.

Les cellules d'une tumeur maligne sont diverses et se divisent constamment, leur nombre augmente, elles peuvent métastaser de manière agressive - se développer dans les organes environnants, se propager par les canaux sanguins et lymphatiques. C'est un groupe de maladies lorsque les tissus renaissent en une tumeur maligne appelée cancer. Les tumeurs cérébrales sont des néoplasmes intracrâniens. Comme les autres tumeurs, elles peuvent être bénignes et malignes, c'est-à-dire cancéreuses.

- En quoi une tumeur cérébrale diffère-t-elle des autres types de cancer?

- Les tumeurs cérébrales malignes sont d'origine similaire à d'autres cancers. S'ils sont formés à partir de cellules du cerveau ou de tissus environnants - la muqueuse du cerveau, les vaisseaux et les nerfs environnants, il s'agit de la tumeur primaire. Et si la tumeur est locale, il existe de bonnes perspectives de traitement chirurgical. Si la tumeur s'est initialement formée dans d'autres organes, puis a "germé" dans le tissu cérébral ou y a été délivrée par le sang ou le lit lymphatique, elle est secondaire et est plus difficile à traiter.

Étant donné que le cerveau est, en fait, notre ordinateur principal, le centre de contrôle responsable du fonctionnement normal de tout l'organisme, alors toute maladie cérébrale peut entraîner une perturbation de nombreuses fonctions.

De plus, le traitement chirurgical des tumeurs cérébrales est beaucoup plus difficile, car la tumeur peut être située dans un endroit difficile à atteindre et il existe un risque de lésion des tissus sains avec perturbation des fonctions vitales. Le traitement avec certains produits chimiques est souvent également impossible, car notre cerveau est protégé du flux sanguin principal par la soi-disant barrière hémato-encéphalique. C'est, en fait, un mécanisme de filtrage qui protège notre système nerveux des toxines, des micro-organismes ou des substances étrangères qui peuvent «traverser» le système circulatoire..

- Quels types de tumeurs cérébrales sont les plus courants?

- Il existe de nombreux types de classifications des tumeurs cérébrales - par leur origine (primaire ou métastatique), par leur degré de malignité, par leur localisation, ainsi que par le tissu à partir duquel elles se sont formées. En général, le cancer du cerveau est une maladie assez rare, mais il en existe de nombreux types.

Parmi les lésions intracrâniennes bénignes, les méningiomes sont les plus courants, représentant plus de 25% de toutes les tumeurs cérébrales primitives. Le moins souvent, vous pouvez trouver des hémangioblastomes formés à partir de cellules souches ou de cellules vasculaires primitives. Si nous parlons de néoplasmes malins, le type le plus fréquent - jusqu'à 60% de toutes les tumeurs cérébrales - les gliomes, c'est-à-dire les tumeurs de la glie, cellules auxiliaires du système nerveux.

Les types les plus rares sont les sarcome cérébral formé à partir de tissu conjonctif.

Esthésioneuroblastome - une formation rare et très agressive de l'épithélium de la cavité nasale, du nasopharynx et de l'un des os de la partie faciale du crâne.

Le plus important est l'attitude du patient

- Comment les tumeurs cérébrales sont-elles traitées?

- La complexité du traitement d'une tumeur cérébrale peut s'expliquer par l'accessibilité difficile de sa position. Comme dans d'autres cas de maladies oncologiques, le degré de développement de la maladie, la présence de métastases, l'état général du patient - la présence d'autres maladies concomitantes, l'âge du patient sont d'une importance décisive.

Tout oncologue vous dira que l'attitude du patient est d'une grande importance. Une immense soif de vie, la foi dans le meilleur, une attitude décisive pour vaincre la maladie, une lutte interne active pour la vie et pour leur avenir soulèvent parfois les patients les plus désespérés.

La méthode la plus moderne, la plus efficace et la moins invasive pour traiter les tumeurs cérébrales est le couteau gamma radiochirurgical. Malgré son nom, ce n'est pas un couteau au sens habituel du terme, et l'ouverture du crâne n'est pas nécessaire pour une intervention chirurgicale. Le couteau gamma est un appareil qui est un casque spécial qui est placé sur la tête du patient après la préparation et qui a des émetteurs radioactifs intégrés spéciaux. Les rayons provenant des émetteurs convergent en un point, qui a été spécialement calculé en tenant compte de la localisation de la tumeur. L'irradiation radio ponctuelle détruit la tumeur même dans les endroits les plus inaccessibles, et les tissus sains environnants reçoivent le minimum de rayonnement possible.

Parallèlement à cela, des méthodes connues de longue date sont également utilisées, telles que des traitements chirurgicaux, de radiothérapie et de chimiothérapie..

- Quelles sont les statistiques de survie pour ce type particulier d'oncologie?

- Chaque tumeur, en tant que personne, est individuelle. Par conséquent, le programme de traitement est toujours déterminé par le médecin en fonction du diagnostic complet. La survie est également très différente et dépend du type de tumeur, de son stade de détection et de l'âge du patient..

Par exemple, le taux de survie à cinq ans pour les épendymomes et les oligodendrogliomes chez les patients âgés de 20 à 45 ans à 80%, respectivement, et diminue à 69% et 45% pour les patients âgés de 55 à 65 ans.

Différents groupes d'âge sont plus sujets à différents types de cancer du cerveau. Il existe principalement des types de tumeurs «enfants et adolescents», il y a celles qui sont plus fréquentes chez les personnes après 40 ans. L'incidence la plus faible de ce type de cancer est détectée chez les personnes âgées de 20 à 35 ans.

Premiers symptômes

- Est-il possible de suspecter une tumeur cérébrale par vous-même? Quels symptômes et types de maux doivent absolument alerter et porter au cabinet le médecin?

- Le principal complexe de symptômes s'explique par une augmentation de la pression intracrânienne due à la compression du tissu cérébral par le néoplasme. Cela provoque de graves maux de tête éclatants, aggravés par la toux, les éternuements, la rotation de la tête. Également sur la liste des premiers symptômes figurent des étourdissements, parfois des vomissements soudains, des crises d'épilepsie, des convulsions, des troubles mentaux et perceptifs. Il peut s'agir d'hallucinations, de changements dans la sensation de goût, d'odeur, de couleur, parfois de troubles de la coordination, de mouvements obsessionnels - déglutition, lécher les lèvres, mâcher.

L'intoxication croissante peut également entraîner une indifférence générale, l'apathie, la faiblesse, la léthargie, les troubles de l'attention et de la mémoire. Les symptômes dépendent fortement de l'emplacement de la tumeur.

Mais les maux de tête sévères qui ne peuvent être soulagés par les analgésiques conventionnels sont presque toujours présents comme principal symptôme général..

Une chance de salut

- Le traitement du cancer du cerveau coûte cher. Quel est le rôle de l'État, des fonds et de la collecte de fonds par le «monde entier» pour aider ces patients??

- Le coût du traitement du cancer est vraiment très élevé. Et en Russie, comme dans d'autres pays, malheureusement, il n'y a pas assez de fonds budgétaires pour payer le traitement de tous les patients atteints de cancer. Pour autant que nous le sachions, le quota de l'État est maintenant d'environ 100 000 roubles. Dans certains cas, le traitement de ces maladies dépasse considérablement ce montant..

Par conséquent, l'aide de fondations non étatiques et de donateurs privés reste parfois la seule chance de salut..

Je dois dire que le coût du traitement des tumeurs de haute technologie à l'étranger est parfois comparable ou même sensiblement inférieur à celui d'un tel traitement à Moscou. Par conséquent, la recherche de la meilleure solution ne doit pas être limitée géographiquement..

Le cancer est une maladie multifactorielle

- Est-il possible de dire que des facteurs spécifiques ou de mauvaises habitudes conduisent au cancer du cerveau?

Il y a suffisamment de cas de cette maladie chez ceux qui ont vécu ou travaillé dans des zones de rayonnement ou de production chimique agressive. L'impact des cancérogènes, des métaux lourds de l'air et des aliments ne peut être ignoré. De plus, le stress chronique, qui fait désormais partie de notre vie, ronge la ressource de nos organismes, détruisant les mécanismes de défense et provoquant de terribles maladies..

- Quelles méthodes de prévention existent et existent-elles? Quelles recherches sont menées dans ce domaine?

- Malheureusement, sans comprendre le mécanisme exact du développement de la maladie, il est difficile de recommander la prévention. Ce qui est certain, c'est que toute maladie est possible si la ressource est épuisée. Chaque organe humain a sa propre ressource et ses propres règles de fonctionnement, comme tout appareil de haute technologie.

Le foie aura mal après une mauvaise alimentation et un excès d'alcool, des muscles - après un effort physique excessif, des dents - après une consommation excessive de bonbons. Tout cela est connu. Mais que savons-nous du cerveau?

Souvent, nous ne dormons pas assez, ne lui permettant pas de récupérer, allons souvent au lit, continuant à résoudre de nombreux problèmes. Et notre cerveau, comme un ordinateur avec de nombreuses fenêtres ouvertes et exécutant des tâches opérationnelles, «se fige», incapable de terminer son travail afin de commencer à travailler à pleine puissance demain. Nous buvons du café et des cocktails énergétiques pour stimuler le cerveau, puis des somnifères pour enfin nous endormir. Nous sommes nerveux et inquiets, nous conduisons nous-mêmes et nous nous reposons pour plus tard. Nous nous soignons pour toutes les maladies, en prenant des médicaments à notre discrétion, en référant aux médecins au tout dernier moment.

Rien ne peut garantir notre santé complète. Mais ce que nous pouvons certainement faire, c'est nous traiter nous-mêmes et notre corps un peu plus soigneusement, en contrôlant son état au moins une fois par an..

13 types de tumeurs cérébrales

Le cancer du cerveau est rare. Dans la pratique médicale, de nombreuses systématisations différentes de cette maladie sont utilisées. Lors du choix d'une technique de gestion de la tumeur, la classification est utilisée selon le type de cellules affectées, leur emplacement dans le système nerveux central et le degré de malignité.

Contenu
  1. Gliomes du tronc cérébral
  2. Tumeurs pinéales astrocytaires
  3. Astrocytome piloïde
  4. Astrocytome diffus
  5. Astrocytome anaplasique
  6. Glioblastome
  7. Tumeurs oligodendrogliales
  8. Gliomes mixtes
  9. Tumeurs épendymaires
  10. Médulloblastome
  11. Tumeurs parenchymateuses de la glande pinéale
  12. Tumeurs méningées
  13. Tumeurs des cellules germinales
  14. Commentaire d'expert

Les cancers du cerveau entraînent un certain nombre de difficultés dans leur diagnostic et leur traitement. Les cellules affectées qui présentent une croissance anormale peuvent être bénignes (ne pas se propager à d'autres sites ou infecter les tissus voisins) et cancéreuses.

Les tumeurs sont subdivisées en:

  • Primaire - situé uniquement dans le cerveau;
  • Secondaire - la zone de croissance n'est pas limitée et peut couvrir d'autres organes.
Sur ce sujet
    • Les tumeurs

11 faits sur le microadénome hypophysaire

  • Natalia Sergeevna Pershina
  • 24 mai 2018.

Les noms médicaux des cancers proviennent généralement des tissus qu'ils affectent principalement.

Il existe 13 types de tumeurs.

Gliomes du tronc cérébral

Le gliome est formé à partir des éléments de la névroglie. Ces cellules fournissent la nutrition et le fonctionnement des centres nerveux. Lorsque ce type de tumeur se produit, les neurones et les voies sains sont non seulement privés de nutriments, mais également comprimés.

Le danger de l'emplacement d'une telle formation maligne est qu'elle est située à proximité des centres responsables des fonctions vitales (respiration, rythme cardiaque, pression). Les conséquences du développement d'un tel cancer apparaissent très rapidement..

L'intervention chirurgicale pour ce diagnostic est exclue. Le traitement se limite à la chimiothérapie, aux médicaments radioactifs et à la radiothérapie. L'espérance de vie moyenne à partir du moment où le patient a appris l'existence de la tumeur est de 1 à 1,2 an. Le moment dépend du taux de croissance et de la réponse du corps au traitement.

Tumeurs pinéales astrocytaires

Ce type de tumeur est localisé dans ou près de la glande pinéale. C'est le segment du cerveau responsable de la production de mélatonine. Grâce à lui, le corps humain est capable de reconnaître l'heure de la journée..

Il existe plusieurs variétés:

  • Les tumeurs astrocytaires pinéales sont des astrocytomes situés dans la région pinéale. Ces formations sont différentes en termes de malignité..
  • Tumeurs astrocytaires qui se forment à partir d'astrocytes, qui se trouvent dans la plupart du cerveau ainsi que dans la moelle épinière.

Le premier type de cancer est plus fréquent chez les enfants que chez les adultes.

Astrocytome piloïde

L'astrocytome est une formation liée aux gliomes. Extérieurement, il est difficile de le distinguer de la moelle épinière: densité similaire, couleur rose pâle.

Le premier stade de cette maladie est appelé astrocytome polycytique ou piloïde du cerveau. Il est considéré comme bénin. Se développe lentement. La zone touchée a des limites clairement définies.

Cette maladie est plus fréquente chez les enfants que chez les adultes. Ce sous-type se forme principalement dans le cervelet, moins souvent dans la tige de la moelle épinière.

L'astrocytome est éliminé chirurgicalement sans nuire à la santé.

Astrocytome diffus

L'astrocytome diffus a un autre nom - fibrillaire. Elle a reçu une tumeur maligne de grade 2. Cette lésion cancéreuse se développe longtemps sans provoquer de troubles neurologiques graves. Il se manifeste chez les personnes appartenant à la tranche d'âge 20-30 ans.

La plupart des cas (50-80%) sont malins (les cellules acquièrent des signes de malignité en raison d'une violation de leur division et de leur différenciation) sous forme anaplasique.

Le schéma thérapeutique des astrocytomes diffus se compose d'un ensemble de mesures. Cela comprend la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie. De plus, le mode opératoire vise à éliminer au maximum les tissus affectés, sans perturber les zones saines du cerveau..

Astrocytome anaplasique

L'astrocytome anaplasique est une tumeur qui commence son développement profondément dans le cerveau. Il affecte les buttes visuelles, le quadruple, la ligne médiane du cervelet. Elle a reçu une tumeur maligne de grade 3. Il se développe rapidement. Les symptômes neurologiques apparaissent beaucoup plus tôt que le diagnostic lui-même.

Les tissus affectés par cette maladie deviennent flasques avec des foyers d'hémorragie.

Les personnes âgées de 40 à 50 ans sont prédisposées à ce type de tumeur. Plus le patient est jeune et moins il y a de déficit neurologique, plus le pronostic de la maladie est favorable. Les personnes de plus de 60 ans ne tolèrent pas un traitement complexe et doivent souvent interrompre le traitement.

Glioblastome

Le glioblastome est une tumeur cancéreuse du crâne. C'est l'un des types les plus malins (grade 4). Formé d'astrocytes. Ces cellules étoilées se multiplient rapidement. L'apparition du glioblastome provoque leur développement incontrôlé (croissance et reproduction accélérées).

Sur ce sujet
    • Les tumeurs

Tout ce que vous devez savoir sur la chirurgie pour enlever une tumeur au cerveau

  • Ekaterina Nikolaevna Kislitsyna
  • 26 mars 2018.

Le groupe à risque comprend les enfants et les personnes en âge de travailler. L'espérance de vie avec une telle maladie dépasse très rarement 5 ans, même avec le passage de toutes les procédures médicales nécessaires. Cela est dû aux facteurs suivants:

  1. Dans 80% des cas, des rechutes surviennent chez les patients en période postopératoire.
  2. Le taux de croissance rapide du néoplasme entraîne une compression des tissus voisins, un œdème cérébral et une défaillance des fonctions vitales.
  3. En raison du développement de défauts neurologiques, une personne devient incapable de prendre soin d'elle-même. Le patient ne peut pas se passer d'une aide extérieure.

Compte tenu de toutes ces conditions de l'évolution de la maladie, il devient clair qu'un autre pronostic n'est possible que défavorable.

Tumeurs oligodendrogliales

Des tumeurs oligodendrogliales se forment dans les cellules cérébrales responsables de l'alimentation du système nerveux. Un tel cancer est localisé dans les ganglions sous-corticaux, les lobes frontaux et temporaux..

Extérieurement, une telle formation est le foyer d'un tissu uniforme gris-blanc, contenant un petit kyste.

Selon le degré de malignité, ce type de tumeur est divisé en sous-espèces:

  1. Oligodendroglioma. Elle a obtenu le 2e degré. Une telle éducation se développe lentement. Les cellules affectées ne sont pas différentes des cellules saines. Le groupe à risque comprend les personnes âgées de 40 à 60 ans.
  2. Oligodendrogliome anaplasique. Il est classé par l'OMS en grade 3. Il se développe rapidement. Se compose de cellules extérieurement contrairement à la normale.

Les femmes âgées de 30 à 40 ans sont plus sensibles à ce type de cancer..

Gliomes mixtes

Ce type de cancer est caractérisé par les propriétés de plusieurs types de gliomes à la fois. Le type mixte se développe, en règle générale, dans le tissu des hémisphères cérébraux, près des fibres nerveuses. Il est formé de cellules gliales, responsables du bon fonctionnement des neurones. Parfois, les gliomes mixtes affectent également d'autres segments du cerveau..

Le degré de malignité d'une tumeur aussi inhabituelle est déterminé par le type le plus agressif qui fait partie de la formation du cancer. La méthode de traitement est choisie selon le même critère. La plupart du temps, ils ont recours à la chirurgie suivie d'une thérapie.

Tumeurs épendymaires

Les tumeurs épendymaires prennent naissance dans la fine membrane qui recouvre le cerveau et la moelle épinière. Ce tissu de revêtement produit et contient du liquide céphalo-rachidien.

Tumeurs cérébrales. Classification

Les tumeurs cérébrales sont classées par type de cellule, stade et emplacement. De toutes les maladies affectant le système nerveux central, le cancer GM représente 2%. Le corps de la tumeur est formé de cellules à ADN muté. Ils commencent à se multiplier à un rythme élevé, commencent des métastases dans les tissus et organes voisins, se propageant dans le sang. Les cellules mutées peuvent entrer dans le GM avec le flux sanguin d'autres organes ou se former indépendamment dans n'importe quelle zone du cerveau. Ces cellules sont appelées «carcinomes» et forment une tumeur cérébrale dont la classification sera présentée ci-dessous..

Classification

Tous les types de tumeurs cérébrales sont divisés en:

  • Primaire;
  • secondaire.

Les néoplasmes primaires sont formés à partir de cellules du tissu nerveux du GM. Les néoplasmes secondaires sont des métastases lancées à partir d'autres organes et systèmes. Avec des formations secondaires, les carcinomes pénètrent dans le GM avec un flux sanguin. Seules les variétés primaires ont une importance fondamentale, c'est pourquoi seule leur classification est considérée ci-dessous..

L'enseignement primaire peut être bénin ou malin. Un néoplasme bénin est constitué de cellules dont la structure ne diffère pas des cellules saines. Le corps de la tumeur se développe très lentement, ne laisse pas les carcinomes filles pénétrer dans les tissus voisins. Cependant, selon l'emplacement, il peut causer des dommages importants à la santé, provoquant la cécité, des hallucinations, etc..

Dans une tumeur cérébrale maligne, les cellules sont modifiées morphologiquement, perdent complètement leur unicité, leur fonctionnalité, se divisent au hasard, se développent dans les tissus voisins. Les formations malignes passent par plusieurs étapes..

  1. Les carcinomes ne sont pas modifiés à l'extérieur, se multiplient lentement, se propagent très rarement aux tissus adjacents;
  2. le taux de synthèse reste inchangé, mais les cellules commencent déjà à pénétrer dans d'autres organes;
  3. les cellules mutées diffèrent grandement par leur morphologie, se synthétisent rapidement, se développent;
  4. l'apparence des cellules ne permet pas de déterminer à quelle espèce elles appartiennent, elles se divisent au hasard, remplissant rapidement tout l'espace autour d'elles. Ce processus conduit à une perturbation de la fonctionnalité de tous les organes, systèmes, jusqu'à un arrêt complet.

Classification de localisation

Les tumeurs du cerveau et de la moelle épinière peuvent se développer à tout âge. Parfois, ils sont congénitaux. Une caractéristique distinctive de la structure cérébrale est son emplacement dans un espace limité, par conséquent, la croissance de toute histologie comportera un danger potentiel pour la vie humaine.

Les néoplasmes qui se développent à l'intérieur du crâne sont divisés par emplacement:

  • Intracérébral: supratentorial et subtentroial;
  • extracérébral;
  • groupe intermédiaire (embryonnaire, tératome).

La localisation des tumeurs cérébrales est un facteur déterminant dans le traitement. La disponibilité chirurgicale dépend de ce critère. Aujourd'hui, le type de traitement prédominant est l'intervention chirurgicale avec élimination complète du néoplasme, parfois même en même temps que le site du MG..

Les néoplasmes intracérébraux sont composés de moelle grise et blanche. Les tumeurs suprantériennes comprennent les tumeurs des lobes temporaux, frontaux et pariétaux. Les formations subtentroiales sont formées à partir des structures souches du GM, du cervelet, etc..

Les tumeurs cérébrales intracérébrales représentent environ 1,4% du nombre total identifié de tumeurs malignes. L'incidence des tumeurs des hémisphères cérébraux est observée chez 3,7% des personnes sur 100 000 habitants. La pathologie est observée non seulement chez les personnes d'âge mûr, mais également chez les jeunes, les enfants.

Classification par type histologique

Par type histologique, OGM est divisé en:

  • Glial;
  • pas glial.

Le gliome ou tumeur neuroectodermique est l'une des lésions primaires les plus courantes. La tumeur neuroectodermique diffère par le degré de malignité, l'histologie, la durée de la manifestation et la capacité d'envahir. Les variétés non gliales comprennent les kystes extracérébraux.

Gliomes

Le gliome commence à se développer à partir de cellules gliales qui fournissent un soutien aux cellules nerveuses du GM. L'astrocytome est l'une des manifestations les plus courantes du gliome. L'astrocytome est une tumeur du tronc cérébral, de la moelle épinière ou du centre du GM. Les astrocytomes sont classés au microscope selon leur forme et leur apparence. Les cellules sont clairement structurées. Une tumeur non invasive du tronc cérébral ne se forme pas à l'intérieur du tissu, mais autour de lui, elle est divisée en:

  • Polycytique, y compris la tumeur cérébelleuse;
  • sous-épendymaire à cellules géantes.

Astrocytome pénétrant stade 1 - 2. Pour la plupart, les astrocytomes invasifs sont similaires aux cellules normales, des kystes de bas grade. La progression est lente. La principale méthode de traitement est l'élimination complète des néoplasmes. Avec une tumeur maligne élevée, une récidive peut survenir.

Les astrocytomes anaplasiques (cancer de stade 3) sont caractérisés par une synthèse cellulaire rapide. Au microscope, la différence entre les cellules anormales et les cellules normales est clairement visible. La forme la plus agressive de gliomes est le glioblastome multiforme. Cette espèce est la plus dangereuse. Les carcinomes se propagent rapidement aux tissus voisins. Une tumeur du tronc cérébral se manifeste par un complexe de syndromes alternés. Une tumeur du tronc cérébral survient dans un ou plusieurs nerfs, ce qui entraîne une altération de la coordination des mouvements, des spasmes des membres. Malheureusement, une tumeur du tronc cérébral ne peut souvent être identifiée qu'à titre posthume en raison d'une image symptomatique vague, la propagation rapide de cellules malignes à d'autres organes.

L'épendymome est formé à partir de cellules épendymales des ventricules du GM, le canal rachidien. La plupart d'entre eux sont bénins et se développent lentement. Une tumeur du troisième ventricule du cerveau se manifeste par une violation du fond hormonal. Une tumeur du quatrième ventricule du cerveau se déclare syndrome de Bruns. Généralement, des symptômes cérébraux, une hypertension intracrânienne sont observés.

L'oligodendrogliome est formé à partir de cellules qui constituent la membrane protectrice des neurones. Les tumeurs cérébrales pinéales sont formées à partir de tissu épithélial pinéal.

Néoplasmes dans la section oblongue

Une tumeur de la moelle allongée se manifeste par une perte auditive, une parésie des muscles faciaux, des vertiges, une paralysie des muscles de la cavité buccale. La forme la plus courante est le mudulloblastome, qui se forme dans les cellules nerveuses. Le développement de la maladie commence dans la partie inférieure du GM, à la jonction avec la moelle épinière. Peut se propager à la colonne vertébrale.

L'émergence de l'éducation dans les parties latérales de la moelle allongée entraîne une perte auditive. Les kystes de la section oblongue, situés dans les sections distales, se manifestent par une dystrophie des nerfs glossopharyngien, vague, hypoglosse. La transition de l'éducation vers le tronc cérébral, puis vers la région rachidienne, est caractérisée par l'apparition d'un syndrome bulbospinal.

Les prévisions de néoplasmes intra-troncs seront toujours défavorables. Ils sont classés comme des variétés inopérables..

Néoplasmes non gliaux

Les excroissances non gliales comprennent:

  • Néoplasmes dans la glande pituitaire - craniopharyngiome;
  • néoplasmes des cellules germinales;
  • une tumeur de la glande pinéale du cerveau;
  • néoplasmes dans les cellules germinales;
  • méningiomes (tumeur du cortex cérébral, lobe frontal, formation de tissus durs du crâne).

Un kyste hypophysaire est souvent bénin. Malgré cela, la proximité du craniopharyngiome avec l'hypothalamus augmente le risque de modification de la fonctionnalité du corps. Peut se développer chez les enfants et les adultes.

Les structures des cellules germinales se forment dans les cellules germinales sécrétées par les glandes sexuelles. Les cellules pathologiques germinogènes sont subdivisées en: séminomes, tératomes, embryons.

Méningiomes

Le méningiome est le type le plus courant de néoplasme intracrânien qui se forme à partir des membranes dures entourant la moelle épinière, HM. Ces tumeurs se développent à partir de cellules dans les méninges, une couche protectrice de tissus entourant le cerveau et la moelle épinière. La plupart d'entre eux sont bénins et à croissance lente. Certains, cependant, sont malins et agressifs. La chirurgie est généralement le premier traitement des méningiomes qui se développent et provoquent des symptômes. Cela comprend une tumeur du cortex cérébral, une tumeur du lobe frontal. La plupart des méningiomes ont une histologie bénigne, mais peuvent réduire considérablement la qualité de vie du patient. Les cas de méningiomes malins sont rarement identifiés. Il est très difficile de prédire l'évolution de la maladie en raison du développement rapide des tumeurs. Le méningiome du tubercule de la sella turcica est une excroissance bénigne qui apparaît au niveau du sinus antérieur du sinus par rapport à la sella turcica. La croissance dans la zone de la sella turcica est bien délimitée des tissus mous aux premiers stades de développement. Le corps tumoral de la selle turque comble le vide entre les nerfs optiques, les déplaçant progressivement vers le haut. Le méningiome de la selle turque est le plus souvent observé chez les personnes d'âge moyen et âgées.

Dans certains cas, avec le cancer de la sella turcica, une diminution de l'acuité visuelle dans un œil est détectée, signalant le stade initial de l'atrophie du nerf optique. une tumeur de la région chiasmale sellaire est caractérisée par une image symptomatique similaire avec des néoplasmes dans le tubercule du sellar turcica. C'est extrêmement rare. Lorsque le kyste atteint une taille solide, toutes les zones proches sont affectées.

Médulloblastome

Le médulloblastome est un type de tumeur cérébrale qui commence dans le cervelet, qui contrôle l'équilibre et d'autres fonctions motrices et cognitives complexes. Bien que le médulloblastome se développe souvent rapidement et peut se propager à d'autres parties du corps, il
Il répond généralement bien au traitement.Le médulloblastome est la tumeur cérébrale maligne la plus fréquente chez les enfants, avec environ 500 enfants diagnostiqués chaque année aux États-Unis. Chez l'adulte, le médulloblastome est une tumeur rare, avec environ 200 diagnostics par an.

Dans ce travail, nous montrons que les cellules DAOY, un modèle largement utilisé de médulloblastome métastatique (MBL), sont très sensibles au sulforaphane, un isothiocyanate naturel issu de légumes Brassica. Le sulforaphane a induit la mort des cellules DAOY par apoptose, qui est déterminée par la fragmentation de l'ADN et la condensation de la chromatine. (14670615)

Néoplasmes de la glande pinéale

La glande pinéale est située profondément dans le cerveau et produit l'hormone mélatonine, qui régule le sommeil. Les tumeurs pinéales peuvent être bénignes ou malignes. Les tumeurs pinéales comprennent le pinocytome et le pinoblastome.

Adénome hypophysaire

L'adénome hypophysaire est divisé en sécrétant, non sécrétant, mixte. La glande pituitaire est responsable de la production d'hormones par les organes. Ses dommages menacent de perturbations hormonales, de troubles des organes génitaux, etc..

Dans le tableau symptomatique général, il y a un changement dans les champs visuels, la selle turque, des changements spécifiques dans le travail du système endocrinien. En grandissant, le névrome pénètre dans le crâne, des symptômes associés à la neurologie commencent à apparaître, causés par un déplacement, une compression des sections cérébrales, du liquide céphalo-rachidien.

Le développement de l'adénome à l'adolescence menace de retard de croissance, de nanisme hypophysaire. Dans l'enfance, un adénome hypophysaire entraîne un ralentissement de la croissance des organes internes. Ils sont généralement beaucoup moins que la normale. Les formes non sécrétantes d'adénomes sont caractérisées par un syndrome adiposogénital.

La toute première manifestation de la maladie est une diminution de la libido ou son absence complète, l'absence de menstruation. L'adénome hypophysaire somatotrope peut provoquer un gigantisme chez les adolescents, une acromégalie chez l'adulte.

La classification de Smirnov

Le cancer GM est classé en fonction du degré de maturation des formations:

  • Mature - épindémomes;
  • immatures –ganglioblastomes;
  • immature - médulloblastomes.

Par morphologie, Smirnov se distingue par:

  • Néoplasmes gliaux;
  • formé à partir des murs et des vaisseaux;
  • localisé dans la zone du chiasme optique;
  • comprenant 2 types de corps cellulaires - mixtes;
  • lipomes, chondromes;
  • affectant plusieurs zones (organes) à la fois;
  • métastases;
  • situé dans la cavité crânienne.

Les tactiques de traitement sont sélectionnées en fonction de l'immensité de l'emplacement du corps de la tumeur, de sa variété.

Signes de la maladie

Les signes du cancer GM sont classés comme cérébraux et neurologiques. Le tableau symptomatique cérébral général est généralement observé dans tous les cas. Le premier signe est une augmentation de la pression intracrânienne provoquant des maux de tête. En fonction de la localisation de la myalgie, des conclusions initiales peuvent être tirées sur l'emplacement du corps de la tumeur..

La douleur dans les premiers stades n'apparaît que le matin ou lors d'un changement de position dans un rêve. Au fil du temps, ils s'intensifient, se poursuivent continuellement pendant longtemps. La pression intracrânienne provoque des vomissements, qui n'apportent aucun soulagement. Les vomissements peuvent être un symptôme de néoplasie de la moelle allongée, du cervelet et du quatrième ventricule. Le symptôme apparaît à la suite d'une irritation du centre de vomissement avec la croissance de structures pathologiques des zones ci-dessus.

Les étourdissements sont un symptôme courant du cancer du lobe frontal temporal. L'augmentation de la pression provoque une compression des veines rétiniennes. L'irritation du tissu nerveux se manifeste par des convulsions, des troubles mentaux.

Les symptômes neurologiques sont directement liés à la localisation de la structure pathologique. En raison de la compression du lobe pariétal, la sensibilité diminue, la coordination est altérée. En présence d'un corps tumoral du lobe temporal, on observe un dysfonctionnement de l'aide auditive, des hallucinations, des convulsions. Altération de l'acuité visuelle, sa perte complète signale la présence d'une excroissance à l'arrière de la tête.

Le cancer de l'hémisphère droit se caractérise par une diminution de la libido, l'apparition d'hallucinations, des troubles émotionnels, une forte diminution des performances, des troubles de la mémoire, une paralysie de la moitié gauche du corps.

conclusions

Aujourd'hui, un problème sérieux est le diagnostic du cancer GM à un stade précoce. Malgré le fait que le cancer génétiquement modifié n'apparaît pas aussi souvent que les autres cancers, la vie de la plupart des patients ne peut être sauvée. Les scientifiques ont créé diverses classifications corrélées aux symptômes, à la gravité, à l'intensité du développement, afin de pouvoir poser un diagnostic plus rapidement, de ne pas hésiter au traitement..