Principal > Hématome

Lésions périnatales du système nerveux central (PPCNS)

La lésion périnatale du système nerveux central (PPCNS) est une pathologie courante chez les nouveau-nés, jusqu'à 50% des bébés souffrent de cette maladie. Certains enfants subissent les conséquences des dommages au SNC à l'âge scolaire: les enfants n'absorbent pas bien les matériaux, ne peuvent pas se concentrer pendant longtemps et reçoivent de mauvaises notes. Les enfants sont punis, ce qui provoque en outre un inconfort psychologique. La raison n’est pas un «mauvais» enfant, mais un problème qui survient dès la naissance.

Le concept de PPTSNS

Les lésions périnatales du système nerveux central (ou encéphalopathie hypoxique) sont une combinaison de divers changements et troubles du système nerveux causés par de nombreux facteurs. Le terme «périnatal» désigne la période allant de 28 semaines de gestation à plusieurs semaines après l'accouchement - des changements dans le système nerveux se développent sur une période de temps.

Classification de la pathologie

Au cœur des lésions périnatales du système nerveux central se trouvent des facteurs pathologiques qui surviennent immédiatement avant l'accouchement, pendant ou immédiatement après. Les facteurs de développement du PPTSNS peuvent être divisés en 3 groupes:

Chaque groupe comprend de nombreuses causes de changements dans le système nerveux. La polyéthiologie de la maladie crée des difficultés dans son diagnostic et son traitement..

Les facteurs les plus courants dans le développement de la pathologie du SNC sont hypoxiques-ischémiques, provoquant des manifestations cliniques vives. Il existe plusieurs degrés de telles lésions:

  • I degré - l'état du nouveau-né est stable, score de 6 à 7 points sur l'échelle d'Apgar, légère cyanose, diminution du tonus musculaire et des réflexes, troubles du sommeil, excitabilité accrue, régurgitations fréquentes.
  • II degré - lésions ischémiques sévères, suppression des réflexes, y compris succion, hypertonicité, troubles végétatifs (modifications de la fréquence cardiaque, troubles respiratoires), syndrome d'hypertension intracrânienne.
  • III degré - lésions hypoxiques profondes, activité cardiaque altérée, manque de respiration, après la naissance, réanimation cardio-pulmonaire est effectuée, une forte dépression de la fonction cérébrale, atonie, aréflexie. Le pronostic est défavorable.

Il existe plusieurs périodes de développement de la maladie:

Symptômes de la pathologie

Le tableau clinique des lésions périnatales peut être différent. Un neurologue pose un diagnostic de lésions périnatales du système nerveux, en tenant compte des symptômes actuels, uniquement après un examen complet du patient.

  • trouble du tonus musculaire - hypotonie (qui signifie flaccidité musculaire chez un nouveau-né) ou hypertonicité (bras et jambes pliés), troubles respiratoires, à un âge précoce - augmentation du tonus physiologique, difficile à distinguer des manifestations de la maladie;
  • secousses du menton et troubles du sommeil;
  • signes de dépression du système nerveux - l'enfant est léthargique, dort beaucoup, est inactif;
  • syndrome hypertensif (augmentation de la pression intracrânienne) - maux de tête, anxiété, légère irritabilité, fontanelle bombée;
  • syndrome convulsif - convulsions de localisation et de gravité diverses;
  • changement de fréquence cardiaque;
  • symptômes dyspeptiques sous forme de selles instables.

Causes du PPTSNS et groupe à risque

Les causes des lésions périnatales dépendent à la fois des pathologies et du mode de vie de la mère, et des effets de facteurs toxiques pendant la grossesse et l'accouchement:

  • maladies infectieuses de la mère pendant le port d'un enfant;
  • maladies chroniques d'une femme enceinte, accompagnées d'intoxication;
  • troubles métaboliques et maladies héréditaires chez la mère;
  • grossesse précoce, manque de vitamines et d'autres substances;
  • grossesse sévère (toxicose précoce et tardive, menaces de fausse couche);
  • prématurité du fœtus à la naissance;
  • complications de la période de naissance (travail rapide, période anhydre prolongée, enchevêtrement du cordon ombilical);
  • effets néfastes des facteurs externes (écologie, émissions toxiques).

La période périnatale est un concept qui combine plusieurs intervalles de temps dans le développement d'un enfant. Dans chacun de ces intervalles, certains facteurs ont la plus grande influence:

  1. Prénatale (à partir de 28 semaines avant l'accouchement) le fœtus est influencé par des infections intra-utérines - IUI (toxoplasmose, infection à cytomégalovirus, hépatite, etc.), exacerbation de maladies maternelles chroniques, facteurs toxiques (alcool, tabagisme, drogues), l'effet de divers types de rayonnement. Pendant cette période, une maturation intensive du système nerveux se produit et des facteurs défavorables peuvent entraîner la naissance d'un bébé prématuré..
  2. Période intranatale (accouchement) - un long intervalle anhydre, un travail faible, un travail rapide, un accouchement manuel, une césarienne, un enchevêtrement du cordon fœtal (hypoxie).
  3. Période postnatale (immédiatement après la naissance) - traumatisme et neuroinfection.

Les dommages au système nerveux central peuvent être causés non seulement par une cause, mais également par une combinaison de facteurs. Plus il y a de facteurs impliqués dans le développement de la maladie, plus elle est grave..

Périodes de développement de la maladie

En fonction de la durée du processus pathologique, la symptomatologie de la maladie change. Chaque période a ses propres manifestations:

  • aiguë - faiblesse, léthargie, hypodynamie, hypotonie musculaire, hyperexcitabilité, hypertonicité, troubles du sommeil, les membres du bébé sont pliés et ne se redressent pas d'eux-mêmes, le menton tremble;
  • dans la période de récupération précoce, les symptômes sont atténués, mais des manifestations neurologiques focales (parésie, paralysie) peuvent survenir, un syndrome hydrocéphalique se développe (la fontanelle gonfle, le réseau veineux sous-cutané sur la tête est élargi), des modifications de la thermorégulation, des dysfonctionnements prononcés des organes digestifs, un syndrome de troubles moteurs sont observés;
  • récupération tardive - restauration du tonus musculaire (la normalisation complète du tonus dépend de la profondeur des dommages au système nerveux);
  • manifestations résiduelles - troubles mentaux et neurologiques.

Diagnostique

Le diagnostic de PPTSNS devrait être opportune. Le médecin pédiatre établit un diagnostic préliminaire et prescrit une consultation avec un spécialiste étroit. Un neurologue pédiatrique, sur la base des données sur les symptômes et l'anamnèse, tire une conclusion et prescrit les méthodes de recherche nécessaires:

  1. La neuronographie (examen échographique du cerveau) ne peut être réalisée que chez les enfants de la première année de vie (alors que les fontanelles ne sont pas fermées), c'est la méthode de diagnostic la plus simple et la plus sûre.
  2. L'IRM (imagerie par résonance magnétique) permet d'évaluer l'état de la substance cérébrale, d'établir la présence d'anomalies du développement, de processus inflammatoires et tumoraux. L'inconvénient est la durée de la procédure - pendant le scan, l'enfant doit être mis dans un sommeil artificiel (tout mouvement peut entraîner un flou dynamique et l'impossibilité de réaliser l'étude qualitativement), l'avantage est l'absence de rayonnement ionisant, cette méthode est considérée comme le «gold standard» pour diagnostiquer les maladies de la substance cérébrale (lésions ischémiques)... La recherche est possible pendant la période prénatale.
  3. CT (tomodensitométrie) - les indications et les limites sont les mêmes que pour l'IRM. Avantage - rapidité de la recherche, inconvénient - présence de rayonnements ionisants.
  4. L'EEG (électroencéphalographie) vous permet d'évaluer le tonus des structures vasculaires du cerveau, l'étude doit être réalisée en dynamique (nous vous recommandons de lire: EEG du cerveau: que montre un encéphalogramme chez un enfant?).
  5. Échographie Doppler - aide à évaluer la vitesse du flux sanguin dans les vaisseaux du cerveau et la présence de leur rétrécissement.

Traitement des nouveau-nés

Plus tôt le diagnostic est posé et le traitement commencé, plus il y a de chances que l'enfant se rétablisse complètement. Le cours général de thérapie comprend: la pharmacothérapie, la physiothérapie, le massage, la thérapie par l'exercice. À chaque période de la maladie, un schéma individuel de mise en œuvre de mesures de rééducation est prescrit, qui dépend de l'âge du patient, de la gravité de la lésion et de la durée de la maladie..

Traitement de la phase aiguë du PPTSNS

Le traitement de la phase aiguë doit être effectué dans un environnement stationnaire. Les nouveau-nés en présence de PPTSNS après la maternité sont hospitalisés dans des établissements médicaux spécialisés. Le traitement vise à éliminer le syndrome dominant.

Augmentation de la pression intracrânienne

La thérapie vise à normaliser la production et la sortie de liquide céphalo-rachidien dans le cerveau. Le diacarbe est utilisé, ce qui améliore l'écoulement du liquide céphalo-rachidien et réduit sa production. Dans les cas graves, lorsque le traitement conservateur est impuissant, l'hydrocéphalie augmente (expansion des ventricules du cerveau et des espaces du liquide céphalo-rachidien), des méthodes de correction chirurgicale sont utilisées (shunt ventriculo-péritonéal, etc.).

Troubles du mouvement

Le schéma thérapeutique est construit en fonction du degré de leur gravité. Avec l'hypotension musculaire, le traitement vise à augmenter le tonus musculaire, en utilisant du Dibazol ou de la Galantamine (affecte le système nerveux central). Ces médicaments doivent être utilisés avec précaution afin de ne pas provoquer de réaction spastique..

Avec l'hypertonicité, il est nécessaire de détendre les muscles spasmodiques, pour lesquels ils utilisent Mydocalm ou Baclofen. En plus de la pharmacothérapie, la physiothérapie, le massage et la thérapie par l'exercice sont utilisés..

Syndrome d'excitabilité nerveuse accrue

Actuellement, il n'existe pas de stratégie de traitement clairement définie pour ces enfants. Certains neurologues préfèrent prescrire des médicaments lourds comme le phénobarbital, le Sonapax, le diazépam. La phytothérapie (tisanes, décoctions) est largement utilisée. Avec un retard mental, les nootropiques sont utilisés pour améliorer la circulation cérébrale. Les cours de développement sont dispensés avec un orthophoniste, un psychologue dans des groupes spéciaux.

Thérapie de récupération et rééducation

Dans la période de récupération, une attention particulière est accordée au développement physique et mental de l'enfant. Cours réguliers de massage thérapeutique et réparateur, complexes d'exercices de physiothérapie visant le développement général et les zones les plus problématiques de la lésion. Le développement de la motricité fine et de l'activité mentale est nécessaire. Les cours avec un psychologue et un orthophoniste aideront l'enfant à s'adapter à l'environnement social. Si nécessaire, le médecin traitant prescrit un traitement médicamenteux de soutien.

Conséquences possibles des lésions périnatales du SNC

Les conséquences des dommages au système nerveux sont un retard du développement moteur, mental et de la parole (nous recommandons la lecture: retard du développement de la parole chez les enfants de moins de 2 ans: causes et traitement). Avec un diagnostic inopportun ou un traitement de mauvaise qualité, les enfants peuvent par la suite être à la traîne dans le développement psychomoteur et de la parole. L'enfant ne trouve pas de langage commun avec ses pairs, commence à parler tard. Il est recommandé de commencer la correction à 2-4 ans - plus tard, le problème s'aggrave et la différence de développement devient plus perceptible.

Le trouble déficitaire de l'attention et le trouble du mouvement (SDS) sont les complications les plus courantes. La deuxième pathologie se manifeste à l'âge de 3-4 ans et nécessite un traitement immédiat. Il se caractérise par une activité accrue, une incapacité à retenir l'attention pendant une longue période, une diminution de la mémoire et la qualité de l'assimilation du nouveau matériel. Avec un traitement inopportun, les manifestations les plus frappantes se produisent à l'âge scolaire, lorsque l'enfant ne suit pas le programme scolaire, n'étudie pas bien et des problèmes de comportement surviennent..

L'une des conséquences les plus graves est le syndrome convulsif, qui se manifeste par l'épilepsie. La présence d'une telle lésion du système nerveux central réduit considérablement la qualité de vie de l'enfant et des parents. Le traitement doit être systématique et, en règle générale, poursuivi tout au long de la vie du patient.

Y a-t-il de la prévention?

Les lésions périnatales du système nerveux central sont une maladie polyétiologique et il n'y a pas de recommandations générales de prévention. Les mesures préventives doivent viser à éliminer chaque cause séparément.

Une attention particulière doit être accordée à la santé de la femme enceinte. Les femmes doivent s'inscrire à temps à la clinique prénatale et subir tous les examens nécessaires. Seule une image complète de l'état de santé de la femme enceinte permettra au gynécologue de bien planifier la grossesse. Si nécessaire, des études et un traitement supplémentaires doivent être effectués. Pendant la grossesse, la femme enceinte doit éviter tout contact avec des porteurs potentiels d'infections, arrêter de boire de l'alcool, du tabac et des drogues.

Dans les situations d'urgence dans un hôpital, la mère et le nouveau-né bénéficient d'une assistance médicale qualifiée. Le néonatologiste évalue l'état du bébé et, si nécessaire, prescrit un traitement.

Dans la période postnatale, il est nécessaire de surveiller attentivement l'état du bébé, de consulter régulièrement le pédiatre et d'effectuer tous les rendez-vous nécessaires. La consultation de spécialistes restreints est nécessaire pour identifier les premiers signes de pathologie. Même les enfants en bonne santé suivent des cours de massage préventif, de la thérapie par l'exercice et des procédures de physiothérapie.

Les lésions périnatales du système nerveux central ne sont pas une phrase. Avec un diagnostic précis en temps opportun et un traitement, des soins et une surveillance efficaces par les parents, il est possible de restaurer complètement les fonctions du système nerveux. Avec des lésions périnatales sévères, vous pouvez obtenir un bon résultat et minimiser les conséquences. Si cette pathologie est ignorée, il existe des risques élevés de développer des conséquences irréversibles graves..

PPTSNS chez un nouveau-né - quel est le diagnostic, quels sont les symptômes de la maladie chez les enfants, existe-t-il un traitement?

Lorsqu'un bébé naît, ses organes internes et ses systèmes corporels ne sont pas encore complètement formés. Cela s'applique également au système nerveux central, qui est responsable de la vie sociale normale d'une personne. Pour que le processus de formation soit terminé, une certaine période de temps est nécessaire..

Ces dernières années, le nombre de pathologies du SNC chez les nourrissons a considérablement augmenté. Ils peuvent se développer même pendant la période prénatale et apparaître également pendant l'accouchement ou immédiatement après eux. De telles lésions, qui nuisent au fonctionnement du système nerveux, peuvent entraîner de graves complications et même des incapacités..

Qu'est-ce qu'une lésion périnatale du SNC?

La lésion périnatale du système nerveux central, en abrégé PPCNS, est un certain nombre de pathologies liées à des dysfonctionnements dans le fonctionnement du cerveau et des anomalies du développement dans sa structure. Il existe des écarts similaires par rapport à la norme chez les enfants pendant la période périnatale, dont la période est comprise entre la 24e semaine de grossesse et les 7 premiers jours de la vie après la naissance inclusivement..

À l'heure actuelle, le PPTSNS chez les nouveau-nés est un phénomène assez courant. Ce diagnostic concerne 5 à 55% des bébés. La forte dispersion des indicateurs est due au fait que souvent les lésions du SNC de ce type passent facilement et rapidement. Des cas de formes sévères de lésions périnatales surviennent chez 1 à 10% des enfants nés à l'heure fixée. Les bébés prématurés sont plus sensibles à la maladie.

Classification de la maladie

Dans la médecine moderne, il est d'usage de classer les écarts dans le fonctionnement normal du système nerveux central en fonction des causes qui ont causé telle ou telle pathologie. À cet égard, chaque violation a ses propres formes et symptômes. Il existe 4 principaux types pathologiques de lésions du SNC:

  • traumatique;
  • dysmétabolique;
  • infectieux;
  • genèse hypoxique.

Lésion périnatale chez un nouveau-né

Les lésions périnatales du système nerveux central sont considérées comme celles qui se développent pendant la période périnatale, dont la majeure partie survient pendant la période prénatale. Les risques pour un enfant de développer une dépression du système nerveux central augmentent si, pendant la grossesse, une femme a souffert:

  • infection à cytomégalovirus (nous vous recommandons de lire: symptômes et conséquences de l'infection à cytomégalovirus chez les enfants);
  • la toxoplasmose;
  • rubéole;
  • infection herpétique;
  • syphilis.

Le bébé peut subir un traumatisme intracrânien et médullaire ou du système nerveux périphérique pendant l'accouchement, ce qui peut également causer des lésions périnatales. Les effets toxiques sur le fœtus peuvent perturber les processus métaboliques et affecter négativement l'activité cérébrale.

Lésions hypoxiques-ischémiques du système nerveux

Les lésions hypoxiques-ischémiques du système nerveux sont l'une des formes de pathologie périnatale, qui est causée par l'hypoxie fœtale, c'est-à-dire un apport insuffisant en oxygène aux cellules.

La manifestation de la forme hypoxique-ischémique est une ischémie cérébrale, qui a trois degrés de gravité:

  • Première. S'accompagne d'une dépression ou d'une excitation du système nerveux central, qui dure jusqu'à une semaine après la naissance.
  • Seconde. À la dépression / excitation du système nerveux central, durant plus de 7 jours, s'ajoutent des convulsions, une augmentation de la pression intracrânienne et des troubles autonomico-viscéraux.
  • Troisième. Elle est caractérisée par un état convulsif sévère, un dysfonctionnement des régions du tronc cérébral, une pression intracrânienne élevée.

Maladie de genèse mixte

En plus de la genèse ischémique, des lésions hypoxiques du système nerveux central peuvent être causées par des hémorragies d'origine non traumatique (hémorragiques). Ceux-ci incluent les hémorragies:

  • intraventriculaire de type 1, 2 et 3 degrés;
  • type primaire sous-arachnoïdien;
  • dans la substance du cerveau.

Caractéristiques du diagnostic du PCNS

Après l'accouchement, les enfants sont examinés par un néonatologiste sans faute, évaluant le degré d'hypoxie. C'est lui qui peut suspecter une lésion périnatale par des modifications de l'état du nouveau-né. La conclusion sur la présence d'une pathologie est confirmée ou réfutée au cours des 1 à 2 premiers mois. Pendant tout ce temps, le bébé est sous la surveillance de médecins, à savoir un neurologue, un pédiatre et un spécialiste supplémentaire à focalisation étroite (si nécessaire). Les écarts dans le travail du système nerveux nécessitent une attention particulière afin de pouvoir les corriger à temps.

Formes et symptômes de l'évolution de la maladie

Les lésions périnatales du système nerveux central d'un nouveau-né peuvent survenir sous 3 formes différentes, caractérisées par leurs propres symptômes:

  1. facile;
  2. moyen;
  3. lourd.

Connaissant la symptomatologie qui parle de l'inhibition du système nerveux central, il est possible d'établir un diagnostic dans les premiers stades et de traiter la maladie en temps opportun. Le tableau ci-dessous décrit les symptômes qui accompagnent l'évolution de la maladie pour chacune de ses formes:

Formulaire PPTSNSSymptômes typiques
Facile
  • haute excitabilité des réflexes nerveux;
  • faible tonus musculaire;
  • strabisme glissant;
  • tremblement du menton, des bras et des jambes;
  • mouvements oculaires errants;
  • mouvements nerveux.
Moyenne
  • manque d'émotion;
  • faible tonus musculaire;
  • paralysie;
  • convulsions;
  • sensibilité accrue;
  • mouvement oculaire spontané.
Lourd
  • convulsions;
  • insuffisance rénale;
  • perturbations intestinales;
  • problèmes avec le système cardiovasculaire;
  • dysfonctionnement du système respiratoire.

Raisons de développement

Parmi les raisons menant à des lésions périnatales du SNC chez un nourrisson, il convient de noter quatre principales:

  1. Hypoxie fœtale pendant la période intra-utérine. Cette déviation est due à un manque d'oxygène entrant dans le sang du bébé par le corps de la mère. Les facteurs de provocation sont les conditions de travail néfastes de la femme enceinte, les dépendances telles que le tabagisme, les maladies infectieuses antérieures et les avortements précédents..
  2. Accidents du travail. Si une femme a un travail faible ou si le bébé s'attarde dans le petit bassin.
  3. Perturbation des processus métaboliques. Ils peuvent être causés par des composants toxiques qui pénètrent dans le corps d'une femme enceinte avec des cigarettes, des boissons alcoolisées, des stupéfiants et des médicaments puissants.
  4. Infections virales et bactériennes qui sont entrées dans le corps de la mère pendant la grossesse, IUI abrégé - infections intra-utérines.

Conséquences de la maladie

Dans la plupart des cas, au moment où l'enfant atteint l'âge d'un an, presque tous les symptômes accompagnant des lésions du système nerveux disparaissent. Malheureusement, cela ne signifie pas du tout que la maladie a reculé. Habituellement, après une telle maladie, des complications et des conséquences désagréables sont toujours présentes..

Après le PPCNS reporté, les parents peuvent faire face à l'hyperactivité de l'enfant

Parmi eux, on note:

  1. Hyperactivité. Ce syndrome se caractérise par de l'agressivité, des crises de colère, des difficultés d'apprentissage et des problèmes de mémoire..
  2. Développement retardé. Cela s'applique à la fois au développement physique et à la parole, au développement mental..
  3. Syndrome cérébroasthénique. Il se caractérise par la dépendance d'un enfant aux conditions météorologiques, aux sautes d'humeur, au sommeil agité.

Les conséquences les plus graves de l'oppression du système nerveux central, qui conduisent au handicap du bébé, sont:

  • épilepsie;
  • paralysie cérébrale;
  • hydrocéphalie (nous vous recommandons de lire: hydrocéphalie cérébrale chez le nouveau-né: photo).

Groupe de risque

La prévalence généralisée du diagnostic de lésions périnatales du système nerveux chez un nouveau-né est due à de nombreux facteurs et conditions qui affectent le développement intra-utérin du fœtus et la naissance d'un bébé..

Le groupe à haut risque, qui est de 50%, comprend les bébés:

  • avec une présentation de culasse;
  • prématuré ou, au contraire, prématuré;
  • avec un poids de naissance élevé supérieur à 4 kg.

Le facteur héréditaire est également essentiel. Cependant, il est difficile de prédire exactement ce qui peut causer une dépression du système nerveux central chez un enfant et dépend davantage de la situation dans son ensemble..

Diagnostique

Tout trouble de l'activité cérébrale est difficile à diagnostiquer à un stade précoce. Les bébés sont diagnostiqués avec des lésions périnatales du système nerveux central au cours des premiers mois de la vie, à partir de la présence de problèmes avec l'appareil moteur et de la parole, ainsi que de la prise en compte des troubles mentaux. Plus près de l'année, le spécialiste devrait déjà concrétiser le type de maladie ou réfuter la conclusion antérieure.

Les troubles du système nerveux constituent un grave danger pour la santé et le développement de l'enfant, il est donc important de diagnostiquer le problème à temps afin de procéder à un traitement approprié. Si un nouveau-né se comporte de manière inhabituelle et qu'il présente les premiers symptômes d'une maladie, les parents doivent absolument le montrer au médecin. Au départ, il effectue un examen, mais pour un diagnostic précis, une telle procédure peut ne pas suffire. Seule une approche intégrée révélera la maladie.

Au moindre soupçon de développement du PPCNS de l'enfant, il est nécessaire de montrer immédiatement au médecin

Pour cette raison, les études cliniques et de laboratoire suivantes sont généralement prescrites en plus:

  • neurosonographie (nous recommandons de lire: que montre la neurosonographie du cerveau des nouveau-nés?);
  • CT - tomodensitométrie ou IRM - imagerie par résonance magnétique du cerveau;
  • Échographie - diagnostic par ultrasons;
  • Examen aux rayons X;
  • échoencéphalographie (échos), rhéoencéphalographie (REG) ou électroencéphalographie (EEG) - méthodes de diagnostic fonctionnel (nous recommandons de lire: comment l'EEG cérébral des enfants?);
  • examen consultatif par un ophtalmologiste, orthophoniste et psychologue.

Traitement basé sur les symptômes

Le traitement de toutes les pathologies du système nerveux central chez les nouveau-nés doit être effectué dans les premiers mois de la vie, car à ce stade, presque tous les processus sont réversibles et les fonctions cérébrales altérées peuvent être complètement restaurées..

Dans les premiers mois de la vie, PPTSNS est facile à traiter

Pour cela, un traitement médicamenteux approprié est effectué, ce qui permet:

  • améliorer la nutrition des cellules nerveuses;
  • stimuler la circulation sanguine;
  • normaliser le tonus musculaire;
  • normaliser les processus métaboliques;
  • soulager le bébé des crises;
  • arrêter le gonflement du cerveau et des poumons;
  • augmenter ou diminuer la pression intracrânienne.

Lorsque l'état de l'enfant se stabilise, la physiothérapie ou l'ostéopathie est réalisée en association avec des médicaments. Des cours thérapeutiques et de rééducation sont développés individuellement pour chaque cas.

Hypertension intracrânienne

Le syndrome d'hypertension intracrânienne se manifeste par une augmentation de la taille du tour de tête d'un nouveau-né par rapport à la norme, un gonflement de la grande fontanelle et une divergence des sutures crâniennes (nous vous recommandons de lire: que dit Komarovsky sur le fait qu'un nouveau-né a une petite fontanelle?). De plus, l'enfant est nerveux et rapidement excitable. Lorsque de tels symptômes apparaissent, le bébé reçoit des médicaments diurétiques, conduisant un traitement de déshydratation. Afin de réduire le risque d'hémorragie, il est recommandé de boire un cours de Lidaza.

De plus, le bébé fait des exercices de gymnastique spéciaux qui aident à réduire la pression intracrânienne. Parfois, ils utilisent l'acupuncture et la thérapie manuelle pour corriger le drainage des fluides.

Le traitement complexe du PPTSNS comprend nécessairement des exercices de gymnastique générale de renforcement

Troubles du mouvement

Lors du diagnostic d'un syndrome de troubles du mouvement, le traitement est une série de mesures visant à éliminer le problème:

  • Thérapie médicamenteuse. Médicaments prescrits tels que Galantamine, Dibazol, Alizin, Proserin.
  • Exercices de massage et de physiothérapie. Pour les enfants de moins d'un an, au moins 4 cours de ces procédures sont nécessaires, chacun comprenant environ 20 séances avec des exercices spécialement sélectionnés. Ils sont sélectionnés en fonction de ce qui est sensible aux écarts: marcher, s'asseoir ou ramper. Le massage et la thérapie par l'exercice sont effectués à l'aide de pommades.
  • Ostéopathie. Il consiste à effectuer un massage des organes internes et un impact sur les points désirés du corps.
  • Réflexologie. S'est établie comme la méthode la plus efficace. Ils ont recours à son aide dans les cas où la SDF entraîne un retard dans la maturation et le développement du système nerveux..

Excitabilité neuro-réflexe accrue

Se référant à la forme bénigne de la pathologie, elle en est caractéristique:

  • diminution ou augmentation du tonus musculaire;
  • réflexes de décoloration;
  • sommeil superficiel;
  • tremblement déraisonnable du menton.

Le massage par électrophorèse aide à restaurer le tonus musculaire. En outre, un traitement médicamenteux est effectué et un traitement avec des courants pulsés et des bains spéciaux peut être prescrit..

Syndrome épileptique

Le syndrome épileptique est caractérisé par des crises d'épilepsie périodiques, accompagnées de convulsions, qui sont des secousses et des contractions des membres supérieurs et inférieurs et de la tête. La tâche principale de la thérapie dans ce cas est de se débarrasser de l'état convulsif..

Finlepsin est prescrit si l'enfant a un syndrome convulsif

Habituellement, un cours des médicaments suivants est prescrit:

  • Diphénine;
  • Radodorm;
  • Seduxen;
  • Finlepsin;
  • Phénobarbital.

Dysfonctionnement cérébral minimal

Un dysfonctionnement cérébral minimal, mieux connu sous le nom de trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention, est une forme de trouble neurologique à faible symptôme. Le traitement médicamenteux vise principalement à éliminer des manifestations spécifiques, tandis que les méthodes d'influence physique, à savoir le massage ou l'éducation physique, sont capables de corriger l'état pathologique de l'enfant avec une plus grande efficacité.

Période de récupération

La période de récupération joue un rôle important dans le rétablissement complet du bébé..

Ceux-ci inclus:

  • électrophorèse avec des médicaments;
  • échographie thérapeutique;
  • exercices de physiothérapie et gymnastique;
  • acupuncture;
  • leçons de natation;
  • courants d'impulsion;
  • massage;
  • balnéothérapie;
  • procédures thermiques;
  • méthodes pédagogiques de correction;
  • musicothérapie.

De plus, les parents doivent créer certaines conditions de vie pour un enfant atteint de PCNS:

  1. Conditions de température confortables. Ne surchauffez pas et ne refroidissez pas trop votre bébé.
  2. Élimination des stimuli auditifs. Il est nécessaire de ne pas parler trop fort à côté du bébé, de ne pas écouter de musique ou de regarder la télévision à fort volume.
  3. Minimiser la probabilité d'infection. Pour ce faire, vous devez réduire les visites aux amis et aux parents..
  4. Nutrition adéquat. Il est conseillé de continuer à allaiter le nouveau-né, car le lait maternel est une source de vitamines, d'hormones et de substances biologiquement actives qui aident le système nerveux à se développer et à récupérer normalement..
  5. Utilisation de tapis, de livres et de jouets éducatifs. Dans de telles activités, il est important d'observer la modération afin que le bébé ne soit pas surmené..