Principal > Complications

Signes de pression intracrânienne chez l'adulte

Les gens ne font souvent pas attention aux étourdissements récurrents, aux légers maux de tête, aux nausées et aux déficiences visuelles temporaires. Associant de tels symptômes au surmenage, à la surcharge mentale, au stress, beaucoup ne soupçonnent même pas que tous ces signes sont des signes de pression intracrânienne chez les adultes. Pendant ce temps, l'hypertension intracrânienne est une maladie grave qui survient lorsque la circulation est perturbée, l'accumulation de liquide céphalo-rachidien (liquide céphalo-rachidien) dans l'une ou l'autre partie du crâne.

Les indicateurs quantitatifs d'augmentation du VPH indiquent la force avec laquelle le liquide céphalo-rachidien agit sur le tissu cérébral. Si une pression est appliquée sur la moelle pendant une longue période, sa structure est endommagée. Le résultat est des perturbations dans le fonctionnement du cerveau, qui affectent l'activité vitale de tous les organes et systèmes..

C'est pourquoi il est si important de pouvoir reconnaître les symptômes de la pression intracrânienne à temps et de prendre des mesures rapides pour traiter la maladie en développement. L'inaction, les tentatives d'automédication de l'hypertension intracrânienne est une voie dangereuse qui peut entraîner de graves conséquences.

Symptômes courants de l'ICP

Une augmentation de la pression intracrânienne est indiquée par différents signes de malaise, à première vue, non liés. Les experts les distinguent en groupes séparés. Mais le tout premier symptôme principal de l'hypertension intracrânienne est le mal de tête..

Le syndrome douloureux avec ICP augmenté n'a pas de lieu de localisation défini. La nature de la douleur est décrite comme éclatante, pressante. Parfois, il y a une douleur lancinante dans la tête. Il s'intensifie en cas de violation de l'écoulement du liquide céphalo-rachidien du cerveau: lors de l'inclinaison de la tête, des éternuements, de la toux, des efforts. Il devient plus intense pendant une nuit de sommeil, plus près du matin, ce qui s'explique par l'augmentation de la production et du flux de liquide céphalo-rachidien vers la tête. Elle est souvent accompagnée d'acouphènes. Les analgésiques ne sont pas supprimés.

Les maux de tête sévères provoqués par une augmentation de la pression intracrânienne sont accompagnés de nausées. Parfois, des vomissements surviennent. Dans ce cas, les vomissements ne sont pas causés par une intoxication alimentaire, mais par une pression sur les terminaisons nerveuses du centre de vomissement de la moelle allongée. Il est possible de distinguer ces symptômes de l'ICP des crises de migraine, au cours desquelles des nausées et des vomissements sont également observés, de par la nature des vomissements. Elle est forte, jaillissante, n'apporte pas de soulagement.

La déficience visuelle est un autre symptôme caractéristique de l'augmentation de la pression intracrânienne chez les adultes. Il se produit à la suite de la compression des nerfs optiques. Se manifeste par une vision double, une vision périphérique altérée, une diminution de la réaction des pupilles à la lumière, une buée à court terme, une irrégularité des pupilles, une cécité intermittente.

Souvent, une augmentation de l'ICP est signalée par un symptôme du «soleil couchant». Le globe oculaire se gonfle vers l'extérieur en raison d'une forte pression, ce qui empêche les paupières de se fermer complètement. Les yeux restent à moitié ouverts tout le temps. En regardant vers le bas, le bord supérieur de l'iris est visible entre eux..

Des cernes apparaissent sous les yeux. Avec l'hypertension intracrânienne, ce n'est pas un signe courant de fatigue, mais une conséquence du débordement de sang dans les petits vaisseaux des paupières inférieures..

Syndrome de dysfonctionnement du système nerveux autonome

Avec une augmentation de la pression intracrânienne chez l'adulte, en plus des principaux signes, les symptômes suivants apparaissent:

  • Vertiges.
  • Bouffées de chaleur, frissons, transpiration. La raison est une violation des fonctions du NS autonome.
  • Mal de dos causé par une pression accrue du liquide céphalo-rachidien dans le canal rachidien.
  • Douleur dans l'abdomen, dans la région du cœur.
  • Paumes mouillées, plante des pieds.
  • Essoufflement (dyspnée), sensation de manque d'air, apparaissant en raison d'une compression dans la moelle allongée du centre respiratoire.
  • "Chair de poule" sur la peau, hyperesthésie, sensibilité cutanée douloureuse.
  • Parésie (affaiblissement) des muscles qui se produit sur l'un des membres supérieurs, inférieurs ou sur la moitié du corps. La condition ressemble à une paralysie légère. C'est une conséquence de dommages aux cellules du tissu nerveux des centres moteurs de la moelle épinière, du cerveau.
  • Hypersalivation (augmentation de la salivation).
  • Augmentation et diminution de la pression artérielle pendant la journée, rythme cardiaque instable.
  • Problèmes intestinaux, se manifestant sous forme de constipation ou, au contraire, de diarrhée.

Les symptômes indirects d'une ICP accrue causée par des troubles autonomes comprennent la fatigue, l'irritabilité, la faiblesse générale et l'apathie. De tels troubles de santé mentale sont un signe d'insuffisance pyramidale, se développant dans le contexte d'une pression prolongée sur le cortex cérébral, la moelle allongée.

Avec l'hypertension intracrânienne, les zones du cerveau responsables des émotions sont comprimées. En conséquence, une ICP accrue est souvent accompagnée d'une instabilité de l'humeur et de conditions dépressives. Un sentiment de peur déraisonnable, une anxiété sans cause appartiennent à la même catégorie de symptômes de l'hypertension intracrânienne.

Conditions pré-AVC

Chaque adulte doit comprendre que la négligence de la santé, un traitement inapproprié se transforme tôt ou tard en de graves problèmes. Si vous ne faites pas attention aux symptômes «ordinaires» d'augmentation de la pression intracrânienne ou essayez de les noyer en prenant des analgésiques, une condition peut se développer et menacer directement la vie..

Signes indiquant la nécessité d'un traitement d'urgence:

  • Vertiges sévères.
  • Dysfonctionnement de l'appareil vestibulaire.
  • Diminution de la fonction visuelle au point de cécité.
  • Nuage de conscience.
  • Trouble de la parole.
  • Faiblesse dans les membres.
  • Dysfonctionnement des organes pelviens, entraînant une incontinence urinaire ou une rétention urinaire, une défécation.
  • Vomissements indomptables et atroces.
  • Syndrome épileptique.
  • AVC hémorragique ischémique.

Un danger particulier est l'état d'une forte augmentation de la pression intracrânienne. Si le patient ne reçoit pas de soins médicaux immédiats, la probabilité de décès est élevée..

Traitement ICP

Si des symptômes d'hypertension intracrânienne sont détectés, le traitement ne doit pas être retardé. Vous devez d'abord subir un examen médical. Les mesures diagnostiques dans ce cas impliquent un examen par un thérapeute, un neurologue, un ophtalmologiste, une échographie, une IRM (TDM), une radiographie. La thérapie est prescrite en fonction des résultats du diagnostic.

Le traitement symptomatique de la pression intracrânienne chez l'adulte commence par l'élimination des causes de l'hypertension intracrânienne. Si l'augmentation de l'ICP est causée par la formation d'hématomes, de tumeurs, d'anévrismes dans le cerveau, une intervention chirurgicale est nécessaire. Le patient subit une opération dont le but est d'éliminer la formation tumorale.

Avec une accumulation excessive de liquide céphalo-rachidien à l'intérieur du crâne, un shunt est effectué. Grâce à une telle opération, des voies supplémentaires pour la sortie du liquide céphalo-rachidien du cerveau sont créées. En conséquence, la pression intracrânienne est normalisée.

La pharmacothérapie visant à corriger l'ICP implique la prise de certains médicaments:

  • Hormones (descaméthasone).
  • Osmodiurétiques (glycérol), qui réduisent la sécrétion de liquide céphalo-rachidien.
  • Neuroprotecteurs (glycine).
  • Diurétiques de l'anse qui normalisent la motilité intestinale (furosémide).

Dans le traitement de l'augmentation de l'ICP, non seulement des pilules sont utilisées. Le traitement médicamenteux implique des procédures visant à réduire la quantité de liquide céphalo-rachidien à l'intérieur du crâne. Ces techniques comprennent la craniotomie de décompression, la ponction ventriculaire.

Si, dans le contexte de l'hypertension intracrânienne, des problèmes de colonne vertébrale surviennent, le traitement principal est complété par des techniques de thérapie manuelle. La tâche de la physiothérapie est d'améliorer la circulation sanguine dans le cerveau, d'assurer l'écoulement d'un volume optimal d'oxygène.

En outre, des procédures d'hyperventilation, d'oxygénation hyperbare sont prescrites aux patients, etc..

ICP élevé est souvent confondu avec des maux de tête de basse pression, ce qui contribue à un diagnostic erroné.

Hypertension intracrânienne

informations générales

L'hypertension intracrânienne est un état pathologique (syndrome) qui se manifeste par une augmentation de la pression intracrânienne (intracrânienne). Le syndrome d'hypertension intracrânienne (syn. Syndrome d'hypertension à l'alcool) est assez courant dans la neurologie adulte et pédiatrique et peut être à la fois idiopathique et se développer avec une grande variété de lésions cérébrales et de blessures au crâne.

L'hypertension cérébrale d'origine inconnue la plus courante est l'hypertension intracrânienne idiopathique (primaire) (ICH), qui est classée comme hypertension intracrânienne bénigne (code CIM-10: G 93.2). En règle générale, ce diagnostic n'est posé qu'après l'absence de confirmation des causes spécifiques de l'hypertension (présence d'une masse dans la cavité crânienne, thrombose veineuse, lésions cérébrales infectieuses, etc.).

Détermination de la pression intracrânienne (ICP) et de sa norme physiologique

La pression intracrânienne est la différence entre la pression atmosphérique et la pression dans la cavité crânienne (espaces épidural / sous-arachnoïdien, méninges, ventricules). Le niveau de pression intracrânienne forme du liquide céphalo-rachidien (LCR) circulant dans les structures du système nerveux central et du sang artériel / veineux entrant dans le cerveau.

Ces fluides sont en mouvement constant (le liquide céphalo-rachidien circule dans les ventricules du cerveau / canal rachidien et le sang dans le lit vasculaire). Normalement, la physiologie de la circulation des milieux fluides du cerveau est déterminée par:

  • Pression artérielle moyenne, c'est-à-dire la valeur moyenne (différence) entre la pression artérielle systolique / diastolique du sang artériel entrant dans le crâne, qui est normalement de 80 mm Hg. st.
  • Pression veineuse moyenne à la sortie du crâne, qui est normalement de 0 mm Hg. Art., C'est-à-dire qu'il n'y a pas de résistance à la circulation sanguine.
  • La pression moyenne du liquide céphalo-rachidien dans le crâne, qui est externe par rapport au cerveau, est égale à 10 mm Hg. Art. C'est la pression du liquide céphalo-rachidien qui exerce un effet de compression constant sur le cerveau (crée un ICP constant). L'équilibre biomécanique présent dans le crâne maintient normalement la pression moyenne du tissu cérébral au niveau de 10 mm Hg. Art. Chez un adulte en bonne santé, le volume total de liquide céphalo-rachidien circulant est en moyenne de 150 ml, tandis que l'ICP reste normal. Sa légère augmentation est compensée par sa résorption, ses tissus cérébraux et son écoulement de la cavité crânienne vers la moelle épinière le long des canaux sous-arachnoïdiens du liquide céphalo-rachidien à travers toutes les parties de la colonne vertébrale, jusqu'aux ouvertures de sortie sacrées.

La constance de la pression à l'intérieur du crâne est maintenue en raison de la formation d'espaces de réserve due à une diminution du volume de LCR, ainsi que de la fraction sanguine cérébrale. En cas d'augmentation de l'un des composants survenant dans le contexte de diverses pathologies (accumulation excessive de LCR, œdème cérébral, hyperémie cérébrale, altération du débit veineux), ainsi que du développement de volumes pathologiques (tumeurs, hématomes, hémorragie parenchymateuse, abcès), un conflit de composants intracrâniens se produit et lorsque la réserve de mécanismes compensatoires est épuisée, l'hypertension HF se développe.

Une augmentation / diminution de l'indice ICP peut être observée à la fois au cours des processus physiologiques naturels du corps humain (lors de la toux, des cris forts, des éternuements, des pleurs, des efforts, une surcharge physique / nerveuse, une forte courbure en avant) et des témoignages de pathologie. Normalement, chez un adulte, la pression à l'intérieur du crâne ne doit pas dépasser 10-15 mm Hg. ICP signifie une augmentation persistante de l'ICP à un niveau de 20 mm ou plus. rt. Art. La gravité de l'hypertension intracrânienne est présentée dans le tableau ci-dessous..

Comment puis-je mesurer VD?

Dans les établissements médicaux spécialisés, des méthodes invasives de mesure de la pression intraventriculaire du cerveau sont utilisées à l'aide de capteurs de pression spécialisés qui sont insérés dans les ventricules cérébraux (un cathéter est inséré, qui est connecté au capteur). Les capteurs peuvent également être installés sous-arachnoïdiens, sous-duraux, épiduraux. Cette procédure présente un faible risque de lésion cérébrale. En pratique, la pression intracrânienne est dans la plupart des cas mesurée indirectement à l'aide d'une ponction lombaire, la mesurant au niveau de la colonne lombaire dans l'espace sous-arachnoïdien rachidien.

Pourquoi l'hypertension intracrânienne est-elle dangereuse??

La gravité et la spécificité des troubles de l'ICH sont déterminées par le degré d'augmentation de l'ICP, sa nature (diffuse / locale) et sa localisation, ainsi que la durée de l'effet de l'augmentation de l'ICP sur les structures cérébrales. Et si aucun changement significatif n'est observé avec un degré d'augmentation faible et instable de l'ICP, alors chez les patients présentant une augmentation stable de l'ICP de degré modéré et prononcé, il peut provoquer des troubles graves - maux de tête (tension, ischémie), violations de la motricité fine des mains, vision, audition, hypertonicité des muscles de la partie supérieure / membres inférieurs, raideur des muscles squelettiques, convulsions, parésie, troubles des manifestations émotionnelles (sommeil, comportement), fatigue rapide, retard du développement de la parole, troubles neurogènes des systèmes cardiovasculaire et respiratoire (dystonie végétative-vasculaire, douleur au cœur, bradycardie / tachycardie, arythmies, température corporelle basse, troubles du rythme respiratoire - essoufflement, apnée) et autres.

Hypertension intracrânienne bénigne

Tout d'abord, qu'est-ce que c'est? Comme déjà noté, l'ICH bénigne est une affection caractérisée par une augmentation persistante de la pression du LCR en l'absence de formation de masse intracrânienne, de thrombose veineuse et d'anomalies dans la composition du liquide céphalo-rachidien. Puisque l'hypertension intracrânienne d'une genèse spécifique peut être envisagée dans le cadre d'une pathologie / maladie particulière, nous ne considérerons que le PCI idiopathique (bénin).

Aujourd'hui, le syndrome primaire de l'hypertension intracrânienne idiopathique (IVH) désigne une affection qui s'accompagne d'une augmentation de la PCI sans facteurs étiologiques identifiés (éventuellement dans un contexte d'obésité). Le taux d'incidence de l'HIV est de 0,7 à 2 cas / 100 000 habitants.

Le plus souvent, ce type d'hypertension survient chez les jeunes femmes en surpoids. Beaucoup moins fréquent chez les enfants et les hommes. Pour l'hypertension idiopathique du LCR, les plus caractéristiques sont: des maux de tête et des troubles visuels transitoires (transitoires) sous forme de détérioration de la netteté de l'image, de buée, de vision double et chez 30 à 35% des patients, il y a une diminution de l'acuité visuelle.

Pathogénèse

La pathogenèse d'une ICP accrue chez l'adulte peut être basée sur divers mécanismes - œdème / gonflement du cerveau, augmentation de la masse du contenu du crâne (tumeur, hématome, abcès), obstruction de l'écoulement du liquide céphalo-rachidien, altération de l'écoulement veineux de la fraction sanguine cérébrale). Dans le cadre d'un article, il n'est pas possible d'envisager la pathogenèse de l'hypertension HF dans telle ou telle pathologie, par conséquent, nous ne considérerons que la pathogenèse du développement de l'hypertension HF dans l'œdème cérébral cytotoxique..

Pour comprendre le développement de l'augmentation de la pression intracrânienne (ICP), un modèle d'œdème cérébral progressif est basé, basé sur le modèle théorique de Monroe-Kelly, basé sur la thèse d'une relation étroite entre le crâne rigide d'un adulte et des composants tels que le cerveau, le sang, le liquide céphalo-rachidien. La base d'une telle connexion est la réponse mutuelle de l'un des composants avec d'autres, qui se manifeste par une réaction à une augmentation de l'un d'entre eux par une diminution correspondante (proportionnelle) du volume de l'autre, grâce à laquelle la constance de la pression intracrânienne est maintenue..

Indépendamment de la cause et du type de lésion primaire, une population de cellules affectées se forme dans le parenchyme cérébral, dans lequel un œdème cytotoxique se développe en raison d'une altération du transport transmembranaire des électrolytes. Les cellules œdémateuses, en raison du volume accru, exercent un effet de compression (pression) sur les cellules voisines, contribuant ainsi à la propagation de l'œdème vers les cellules intactes (effet de masse).

À mesure que le volume pathologique des cellules présentant un œdème cytotoxique augmente, une compression se développe dans le système de lit capillaire-pial, ce qui conduit à une microcirculation altérée et au développement d'une hypoxémie / ischémie dans des zones cérébrales qui ne sont pas directement liées à l'effet de masse primaire, c'est-à-dire que cela conduit à une séparation pathologique de différents départements du contenu du crâne. En conséquence, la pression créée par les oscillations de pouls des artères et du liquide céphalo-rachidien perd la capacité de se répandre librement le long des tissus et des espaces du liquide céphalo-rachidien situés à l'intérieur du crâne / canal rachidien. Cela conduit à une différence de pression parenchymateuse entre les structures cérébrales intactes et impliquées dans l'œdème, ce qui initie sa luxation dans le sens d'une pression relativement basse.

À la suite de ce processus, un œdème diffus de l'ensemble du cerveau se développe et sa luxation progressive (mouvement en direction du foramen magnum (la seule sortie ouverte du crâne). Il en résulte divers types de luxation. Il s'agit le plus souvent d'une protrusion herniaire dans l'encoche tentorielle des lobes temporaux médians. lobes et compression des structures mésencéphaliques du tronc cérébral avec inhibition des centres primaires de circulation sanguine / respiration et dysfonctionnement brutal du cerveau, jusqu'à la fin de son activité vitale..

Classification

Il existe une forme aiguë qui survient dans le contexte d'une maladie infectieuse / lésion cérébrale traumatique en développement aigu et d'une forme chronique d'hypertension intracrânienne qui se développe avec des masses intracérébrales, des accidents vasculaires cérébraux, des maladies chroniques du système cardiovasculaire / une insuffisance respiratoire sévère, etc..

Les raisons

L'hypertension intracrânienne chez les adultes peut être causée par diverses causes,
dont la variété peut être réduite en groupes, conformément au mécanisme de développement de la pathologie:

  • Masses intracrâniennes provoquant une augmentation de l'ICP (tumeur bénigne / maligne, hématome intracrânien, kyste parasitaire, abcès);
  • Œdème cérébral cytotoxique dû à des lésions hypoxiques des cellules des structures cérébrales (insuffisance respiratoire sévère après arrêt cardiaque), ischémie cérébrale à un stade précoce, intoxication hydrique, encéphalopathie hépatique / rénale, hyponatrémie, syndrome de Reye, syndrome de production insuffisante d'hormone diurétique et hépatique).
  • Œdème cérébral vasogène dû à une lésion de la barrière hémato-encéphalique (maladies infectieuses - méningite / encéphalite, traumatisme intracrânien - ecchymoses, commotions cérébrales, traumatisme à la naissance), hématomes, AVC ischémique / hémorragique.
  • Œdème interstitiel dû à une altération de l'écoulement du liquide céphalo-rachidien (hydrocéphalie occlusive).

Symptômes d'une augmentation de la pression intracrânienne

Les symptômes de l'hypertension intracrânienne chez l'adulte se manifestent principalement par des maux de tête d'intensité variable. Le syndrome douloureux se caractérise par une intensité prononcée le matin, une douleur accrue lors de l'inclinaison de la tête / de la toux, parfois la douleur peut être accompagnée de nausées et, moins souvent, de vomissements.

Les troubles visuels sont particulièrement caractéristiques de l'ICH idiopathique, qui apparaissent sous la forme d'un assombrissement transitoire (buée) devant les yeux et sont présents dans 48 à 55% des cas. De nombreux patients se plaignent de douleurs derrière les globes oculaires / de douleurs lors du déplacement des globes oculaires. Parfois, des troubles visuels peuvent être les précurseurs de maux de tête. Les signes d'hypertension intracrânienne peuvent également se manifester par des plaintes de bruit dans la tête, de photopsie, de diplopie (vision double) et de perte progressive de la vision.

L'hypertension intracrânienne aiguë, en augmentation rapide, conduit souvent à une perte de conscience à court terme allant jusqu'au coma. Avec le PCI chronique, il y a une détérioration progressive de l'état général sous forme de troubles du sommeil, d'irritabilité, de fatigue mentale / physique. Les signes indirects d'hypertension comprennent une météorosensibilité accrue (réaction aux changements climatiques), des palpitations cardiaques, une transpiration accrue, une perte d'appétit et une somnolence. La gravité des manifestations cliniques est largement déterminée par la nature / la gravité de la maladie sous-jacente, ainsi que par le taux d'augmentation de l'ICP.

Analyses et diagnostics

Pour le diagnostic de l'hypertension intracrânienne, les éléments suivants sont prescrits:

  • Ponction lombaire (pour mesurer la pression du liquide céphalo-rachidien).
  • Analyse en laboratoire du liquide céphalo-rachidien.
  • IRM / CT.
  • Test sanguin pour les électrolytes.
  • Analyse sanguine générale.
  • Ophtalmoscopie / périmétrie.

Traitement

Le traitement de l'hypertension intracrânienne est déterminé par son étiologie et vise à traiter la maladie et à éliminer les facteurs qui contribuent à son développement. Il est courant de distinguer la thérapie de base du PCI et les soins d'urgence. Le traitement de base comprend la sédation et l'anesthésie, la normalisation de l'écoulement du sang veineux de la cavité crânienne, une assistance respiratoire adéquate et la correction de l'hémodynamique / hyperthermie. À ces fins, un traitement médicamenteux est prescrit, notamment:

  • Thérapie de déshydratation - diurétiques de l'anse / osmotique (spironolactone, furosémide, mannitol, acétazolamide, etc.). La nomination de diurétiques est effectuée en conjonction avec des préparations de potassium (chlorure de potassium, aspartate de potassium) pour prévenir le développement d'une hypokaliémie.
  • Thérapie nootropique (acide aminophénylbutyrique, piracétam, Nootropil).
  • Ventilation en mode de ventilation modérée avec oxygénation du sang adéquate.
  • En cas d'hypertension artérielle - Labetalol, Enalapril, Nimotop; avec hypotension artérielle - Dopamine.
  • Médicaments vasoactifs - en cas de troubles vasculaires (Aminophylline, Nifedipine, Corinfar, Vinpocetine).
  • Venotonics - pour la normalisation de l'écoulement veineux (Diosmin, extrait de marron d'Inde, Dihydroergocristine).
  • Aux fins de l'hypothermie du corps (paracétamol, kétorolac, méthodes de refroidissement physique par application de glace sur la zone des grands vaisseaux, introduction de solutions cristalloïdes refroidies, etc.).

Avec le PCI causé par des maladies infectieuses et inflammatoires du cerveau (méningite, méningo-encéphalite), une thérapie étiotropique (antibiotiques, médicaments antiviraux) est prescrite, avec des lésions cérébrales toxiques - thérapie de désintoxication, en présence de néoplasmes dans le cerveau, des glucocorticoïdes (dexaméthasone). Les patients reçoivent un traitement symptomatique - des analgésiques (Analgin), pour la constipation pour éviter la fatigue - Glycérol.

Pression intracrânienne: symptômes et traitement, pilules et recettes alternatives

La principaleNeurologieHypertension Pression intracrânienne: symptômes et traitement, pilules et recettes alternatives

Le LCR dans le cerveau est renouvelé jusqu'à 7 fois par jour. Son volume constant est normalement d'environ 1 litre. Si, pour une raison quelconque, la circulation du liquide céphalo-rachidien est perturbée, cela commence à exercer une pression, provoquant une déformation et une atrophie du tissu cérébral. La pression intracrânienne peut changer tout au long de la journée, alors qu'une personne ne ressent pas d'inconfort, une condition pathologique est considérée lorsqu'elle devient persistante.

Symptômes d'une augmentation de la pression intracrânienne

La PCI peut survenir chez les adultes et les enfants; selon les données médicales, elle survient plus souvent chez les femmes. La pression crânienne normale chez un adulte peut atteindre 15 mm Hg, dans l'enfance elle est inférieure.

  • maux de tête fréquents, surtout le matin ou la nuit;
  • distraction, léthargie, somnolence;
  • sautes d'humeur;
  • mal au dos;
  • nausée et vomissements;
  • augmentation de la transpiration;
  • tachycardie;
  • détérioration de la vision (vision double, vision floue des objets, accès de cécité, diminution de la réaction à la lumière, apparition de brouillard devant les yeux);
  • ecchymoses et ecchymoses sous les yeux, modification de la forme du globe oculaire;
  • violation de la mobilité articulaire;

Les principaux signes de l'ICP sont une déficience visuelle et des maux de tête qui couvrent toute la zone, par opposition à la migraine, localisée d'un côté. La douleur augmente avec les virages, les mouvements brusques et n'est pas éliminée par la prise d'analgésiques. Chez les enfants, la condition peut se manifester:

  • augmentation visuelle de la taille de la tête;
  • mouvement oculaire involontaire;
  • une augmentation de la fontanelle;
  • convulsions;
  • saillie des vaisseaux sanguins sur la tête;
  • les parents pourront remarquer un retard de développement par rapport à leurs pairs;
  • le bébé régurgite souvent et prend peu de poids;
  • le comportement deviendra agité, léthargique et somnolent;
  • le regard de l'enfant sera dirigé non pas devant lui, mais vers le bas.

Si l'ICP apparaît à la suite de blessures à la tête, la personne sera affaiblie, la somnolence apparaîtra et des évanouissements sont possibles. L'apparition de tels symptômes peut indiquer d'autres maladies, cependant, cela devrait devenir une raison obligatoire pour contacter un médecin. L'hypertension est diagnostiquée par:

  1. Numération globulaire générale.
  2. IRM ou CT.
  3. Ponction lombaire.
  4. Examen de laboratoire du liquide céphalo-rachidien.

ICP est mesurée au moyen d'un cathéter et d'une connexion à des transducteurs ou par ponction lombaire.

Les raisons de l'augmentation de la pression

La cause de l'augmentation de la pression intracrânienne est une diminution de l'absorption, une stagnation ou une circulation accrue du liquide céphalo-rachidien. La condition est secondaire, elle est causée par les raisons suivantes:

  • dommages mécaniques au crâne et au cerveau;
  • inflammation (encéphalite, méningite);
  • obésité;
  • hypertension;
  • hyperthyroïdie;
  • dysfonctionnement des glandes surrénales;
  • pathologies hépatiques;
  • ostéochondrose de la colonne cervicale;
  • tumeurs sur la tête;
  • abcès, kystes, helminthiase, otite moyenne, bronchite, mastoïdite, paludisme, accident vasculaire cérébral;
  • prendre certains médicaments.

Les causes de l'ICP peuvent également inclure une prédisposition génétique. Chez les nourrissons, la maladie peut être provoquée par un traumatisme à la naissance, une hypoxie, une toxicose et une prématurité.

Comprimés pour abaisser la pression intracrânienne chez l'adulte

Le traitement de la pression intracrânienne dépend du degré et de la gravité de la maladie. La thérapie comprend: médicaments, physiothérapie, massage, acupuncture, thérapie par l'exercice, régimes, remèdes populaires, opérations. Vous pouvez ramener la pression à la normale en faisant de l'exercice et en faisant du jogging en respirant correctement..

  1. Diurétiques Les comprimés du groupe des diurétiques pour ICP sont prescrits plus souvent que les autres médicaments. Les médicaments ont un effet diurétique, ce qui aide à abaisser la tension artérielle. Les plus prescrits sont: Furosémide, Lasix, Hypothiazide, Diacarbe, Glycérol, Mannitol, Euphylline.
  2. Médicaments vasodilatateurs. Les médicaments abaissent la tension artérielle en permettant au liquide de s'écouler vers le cerveau. Les injections d'acide nicotinique ont un effet rapide, le traitement peut être effectué: Actovegin, Cinnarizin, Sermion, Phenotropil, Aspirin, Glycine, Bilobil, Pantogam.
  3. Agents vasoactifs. Les comprimés de pression intracrânienne aident à dilater les vaisseaux sanguins, à améliorer la circulation sanguine et à réduire la pression. Bien traiter les symptômes: Magnésie, Cavinton, Sermion, Nicergoline.
  4. Médicaments contre les maux de tête. Le syndrome de la douleur est supprimé: Analgin, Aspirin, Paracetamol, Ibuprofen, Citramon, Ibuclin, Nurofen, Solpadein, Pentalgin. Peut-être la nomination de bêta-bloquants: Coriol, Atenolol, Tenoric, Bisoprolol, Acébutolol ou inhibiteurs calciques: Virapamil, Diltiazem, Nimotop, Nifedipine.
  5. Médicaments pour la pression intracrânienne avec des acides aminés. Les moyens éliminent les conséquences d'une circulation altérée du liquide céphalo-rachidien, ne permettent pas aux cellules de s'effondrer. Les patients se voient prescrire l'utilisation de: Glycine, Citrulline, Cerebrolysin.

Les inhibiteurs de l'ECA peuvent également être utilisés: Kapoten, Captopril, multivitamines: B-50, Neurobion, Neurovitan.

Traitement de la pression intracrânienne chez un enfant

Le traitement de la pression intracrânienne chez un enfant nécessite de la prudence. Il existe des cas de disparition spontanée des symptômes jusqu'à l'âge de six mois. La thérapie, comme chez les adultes, commence par identifier la cause de la maladie. Un diagnostic et un traitement incorrects peuvent avoir de graves conséquences. Parmi les médicaments, les suivants peuvent être prescrits aux enfants:

  1. La circulation sanguine dans le cerveau peut être améliorée avec: Cortexin, Actovegin, Pantogam, Cinnarizin.
  2. Prescrit comme diurétique: Furosémide, Triampur, Diakarb.
  3. La glycine est utilisée à partir de neuroprotecteurs.
  4. De nootropiques, les enfants sont autorisés à prendre: Piracetam, Cavinton.
  5. Médecine homéopathique Traumeel aide à soulager les complications des traumatismes lors de l'accouchement..
  6. Nervohel aidera à vous calmer, vous pouvez restaurer le sommeil avec Dormikind.

L'auto-administration de médicaments pour cette affection est dangereuse, tous les médicaments doivent être strictement prescrits par un médecin après le diagnostic de la présence du HHV et d'autres maladies concomitantes.

Remèdes populaires

L'utilisation de remèdes populaires dans le traitement de la pression intracrânienne doit faire l'objet d'un traitement complexe avec des médicaments. Dans la plupart des cas, les recettes sont sûres, mais il existe des contre-indications.Par conséquent, vous devez d'abord consulter un médecin, en particulier dans le traitement des enfants. Avec ICP, les recettes suivantes sont efficaces.

citron

Sur la base de ce fruit, plus d'un remède pour le traitement de l'ICP peut être fabriqué. Les agrumes sont particulièrement efficaces lorsque la condition est provoquée par le surmenage. Le fruit convient également à la thérapie des écoliers. Il contient de la vitamine C, qui a un effet positif sur le système cardiovasculaire, aide à éliminer l'œdème, abaisse la tension artérielle, réduisant ainsi l'ICP. Pour le médicament, utilisez le jus de 1 citron, 2 grandes cuillères de miel et 100 ml d'eau. Le mélange est bu en une gorgée, de préférence avant le coucher..

Une autre recette suggère d'utiliser 1 citron et une tête d'ail, qui sont hachées et versées avec un litre d'eau non chaude. Le mélange résultant est mélangé et consommé 2 grandes cuillères une fois par jour. Le médicament est conservé au réfrigérateur..

Herbes

En tant que traitement de la pression intracrânienne, des teintures et des décoctions à base de diverses herbes peuvent être utilisées, les recettes suivantes sont considérées comme assez efficaces:

  1. Une cuillère à soupe de lavande est versée dans 500 ml d'eau bouillante et insistée pendant 60 minutes. La composition est prise dans 1 grande cuillère avant les repas. La lavande peut être donnée aux enfants, la durée du traitement est de 1 mois.
  2. La teinture est préparée à partir de 100 ml d'alcool, 1 cuillère à soupe de cônes de houblon et de feuilles de fraise. Le médicament sera prêt dans 14 jours. Le liquide filtré est ajouté 15 gouttes pour 250 ml d'eau et bu une fois par jour.
  3. Le médicament est à base de valériane, d'agripaume et d'aubépine, qui sont pris dans 1 petite cuillère et versez 500 ml d'eau bouillante. Après 60 minutes, l'infusion est prête à l'emploi, elle se boit dans 100 ml avant les repas.
  4. Ortie et ficelle à raison de 1 c. les cuillères sont versées avec un verre d'eau bouillante et conservées 15 minutes dans un bain-marie. La composition résultante est consommée dans 50 ml après les repas..
  5. Pour la teinture, les fleurs de trèfle sont versées dans un récipient égal à 1 litre. Les plantes doivent couvrir la moitié du conteneur. La vodka est versée dans les plats et laissée 2 semaines dans une pièce fraîche, en secouant de temps en temps. Le liquide filtré est consommé dans une petite cuillère deux fois par jour..
  6. Les feuilles de plantain à raison de 3 grandes cuillères sont versées avec 500 ml d'eau chaude, insistées et consommées 50 ml trois fois par jour, avant les repas.
  7. Plusieurs branches de mûrier versent 900 ml d'eau chaude, insistent et buvez 250 ml 3 fois par jour.

Dans le traitement, vous pouvez également utiliser des infusions alcoolisées prêtes à l'emploi. Avec ICP, il est également efficace d'utiliser: agripaume, menthe, aubépine, valériane.

Bains, inhalations, compresses

Un bain aux fleurs de tilleul peut aider à gérer les symptômes. Le calcul est fait à partir de 4 verres d'une plante sèche pour 10 litres d'eau bouillante, après 20 minutes le liquide est filtré et ajouté au bain au volume total d'eau.

Inhalations utiles avec des feuilles de laurier. Pour ce faire, 20 à 30 feuilles sont versées avec une petite quantité d'eau fraîchement bouillie, insistent pendant 3 minutes et commencent à inhaler enveloppées dans une serviette, pendant 15 minutes.

Pour une compresse à pression intracrânienne, qui est appliquée sur la tête la nuit, de l'huile de camphre et de l'alcool sont utilisés. De plus, la tête doit être enveloppée de polyéthylène. La durée du cours est de 10 jours. Fondamentalement, les recettes folkloriques sont utilisées en combinaison avec des médicaments afin d'accélérer la récupération. La possibilité de normaliser la condition sans médicament est discutée avec le médecin..

La prévention

Afin d'éviter la pression intracrânienne, une correction nutritionnelle est nécessaire. Évitez les aliments frits, salés, gras et épicés. Il est utile de manger plus d'aliments riches en potassium: pommes de terre, abricots secs, agrumes et autres légumes et fruits. Les autres mesures préventives comprennent:

  • utiliser un oreiller haut pendant le sommeil;
  • massage bien sûr de la colonne vertébrale, en particulier des sections cervicale et des épaules;
  • apport adéquat en vitamines;
  • natation et autres exercices.

Il convient également de garder à l'esprit que la pression intracrânienne provoque un changement brusque de climat, en restant dans les montagnes et en volant en avion, cela doit donc être évité si possible. La condition est très dangereuse, il est donc important de consulter un médecin dès que possible dès les premiers symptômes et en aucun cas de prescrire un auto-traitement, et de ne pas noyer les manifestations des analgésiques.

Augmentation de la pression intracrânienne

La pression intracrânienne est un indicateur très important dans le diagnostic de la pathologie du système nerveux, dans la nature de l'évolution des maladies non seulement du cerveau, mais également de la moelle épinière..

Ce type d'hypertension reflète le niveau de pression du liquide situé dans les ventricules du cerveau, circulant dans le canal rachidien. Il est possible de mesurer quantitativement l'indicateur de pression intracrânienne uniquement par ponction du canal ou des ventricules du cerveau. Tous les médecins ne sont pas capables d'effectuer la procédure correctement. Elle n'est pas réalisée en ambulatoire, uniquement dans un hôpital. Il y a des situations où des spécialistes des cliniques ou services de neurochirurgie doivent être appelés pour une consultation et une ponction vertébrale.

Des difficultés surviennent au stade de l'évaluation de l'indicateur. L'interprétation de l'augmentation de la pression intracrânienne est compliquée par les grandes «plages» de l'indicateur: en mm de colonne d'eau - 60-200, en mm Hg - 3-15. Il n'est pas possible de remplacer la mesure par une tomodensitométrie ou une imagerie par résonance magnétique. Ces m

Ce que c'est?

L'augmentation de la pression intracrânienne (syndrome d'augmentation de la pression intracrânienne, hypertension intracrânienne, syndrome hypertenseur du liquide céphalo-rachidien) est un syndrome clinique se manifestant par des maux de tête, des nausées, des vomissements et des troubles visuels récurrents..

Raisons de développement

Une pression intracrânienne élevée peut survenir pour diverses raisons. Par exemple, une augmentation spontanée peut être observée avec les pathologies suivantes:

  • inflammation et gonflement du cerveau;
  • le liquide céphalo-rachidien se forme en grande quantité - ce symptôme est caractéristique de l'hydrocéphalie;
  • présence dans la cavité crânienne d'une tumeur, d'un hématome ou d'un corps étranger;
  • empoisonnement et intoxication du corps, dans lesquels il y a une grande quantité de sang dans les vaisseaux dilatés du cerveau.

De plus, il existe un certain nombre de maladies qui entraînent inévitablement une augmentation de la pression intracrânienne:

  • accidents vasculaires cérébraux hémorragiques ou ischémiques et, en général, tout trouble de la circulation cérébrale;
  • lésion des tissus cérébraux - par exemple, ecchymose ou commotion cérébrale à des degrés divers;
  • méningite, encéphalite, ventriculite - ces pathologies s'accompagnent d'une inflammation des membranes du cerveau;
  • empoisonnement avec des gaz toxiques et des substances toxiques;
  • hématomes sous-duraux et épiduraux;
  • hydrocéphalie;
  • pathologie du développement et de la structure du cerveau de nature congénitale.

Premiers signes

Avec une augmentation de la pression intracrânienne, les symptômes montrent généralement un certain nombre de signes couramment observés:

  • maux de tête,
  • déficience visuelle,
  • vertiges,
  • distraction,
  • déficience de mémoire,
  • somnolence,
  • instabilité de la pression artérielle (hypertension ou hypotension),
  • la nausée,
  • vomissement,
  • léthargie,
  • fatiguabilité rapide,
  • transpiration,
  • frissons,
  • irritabilité,
  • dépression,
  • sautes d'humeur,
  • augmentation de la sensibilité cutanée,
  • douleur dans la colonne vertébrale,
  • troubles respiratoires,
  • dyspnée,
  • parésie musculaire.

Symptômes

Considérez les principaux symptômes de l'augmentation de la pression intracrânienne chez les adultes qui affectent le bien-être d'une personne:

  1. L'un des premiers symptômes de l'augmentation de la pression intracrânienne est un mal de tête persistant qui commence au réveil et s'aggrave la nuit ou le soir. L'inconfort causé par une augmentation de la pression intracrânienne peut augmenter avec la toux ou d'autres mouvements brusques de la tête.
  2. En plus des maux de tête persistants, les nausées (sans vomissements) sont considérées comme un symptôme caractéristique..
  3. Un changement brutal de l'état mental et mental est un autre signal qui peut être causé par l'hypertension intracrânienne (il peut se manifester par une irritabilité excessive, une lenteur de la prise de décision et d'autres troubles du comportement notables). Dans de rares cas (en l'absence de traitement approprié), ces troubles peuvent entraîner un engourdissement pathologique et même un coma..
  4. Des pics de pression périodiques, des évanouissements fréquents sont possibles.
  5. Douleur dans les globes oculaires, vision double, ecchymoses sous les yeux.
  6. Transpiration excessive.

Souvent, ces symptômes sont exacerbés par les changements de pression atmosphérique, lors d'un changement brusque de temps. Le mal de tête peut être pire en position couchée. Cela est dû à une circulation altérée du liquide céphalo-rachidien.

Comment la pression intracrânienne est-elle mesurée?

Il est nécessaire de distinguer la pression artérielle de la pression intracrânienne. Dans le premier cas, il suffit d'utiliser un tonomètre, mécanique ou électronique, et vous pouvez le faire vous-même. Le PCI est mesuré par le personnel hospitalier. Cette procédure est assez traumatisante et peut être effectuée principalement chez des patients gravement malades afin de prévenir en temps opportun une menace pour leur vie..

Il existe plusieurs façons de mesurer la pression intracrânienne dans l'unité de rééducation neurologique:

  1. Méthode sous-durale. Il est rarement utilisé et dans les cas particulièrement graves. Un petit trou est fait dans le tissu osseux du crâne avec un outil spécial. Un capteur sous-dural y est placé, à l'aide duquel des mesures sont prises.
  2. Méthode péridurale. Un capteur épidural est placé dans le trou de la fraise entre le crâne et les méninges.
  3. Par un cathéter intraventriculaire. Il s'agit de la méthode la plus moderne et la plus fiable pour déterminer l'ICP. Un cathéter est inséré dans la cavité crânienne à travers un trou, qui est capable d'atteindre le ventricule latéral du cerveau. Grâce à cela, il est possible non seulement de mesurer la pression intracrânienne, mais également de pomper l'excès de liquide céphalo-rachidien.

L'ICP peut être grossièrement déterminée en utilisant l'IRM ou l'électroencéphalographie, lorsque les indicateurs de l'activité bioélectrique du cerveau sont évalués. Leurs fluctuations peuvent indiquer des violations du PCI. De plus, un ophtalmologiste, avec une analyse approfondie du fond, peut également détecter une hypertension intracrânienne..

À la maison, il n'est pas possible de déterminer le niveau de pression. Par conséquent, vous devez surveiller attentivement votre état et si les signes caractéristiques apparaissent à plusieurs reprises, consultez un médecin..

Complications et conséquences

Les conséquences d'une augmentation du PCI peuvent être caractérisées comme suit:

  1. Compression du tissu cérébral avec une augmentation chronique de l'ICP. Entraîne la mort des cellules nerveuses du cortex et de la substance blanche, ce qui peut provoquer des changements comportementaux et émotionnels. Avec une augmentation de la pression, le cervelet souffre le plus souvent, ce qui se manifeste par une altération de la coordination des mouvements et une diminution de la force des membres.
  2. Arrêt de la circulation cérébrale. Se produit lorsque la pression du liquide céphalo-rachidien atteint 400 mm d'eau. Art. Dans ce cas, le liquide céphalo-rachidien comprime les vaisseaux et le tissu nerveux et arrête les processus métaboliques dans le cerveau. Un AVC ischémique survient. Les neurones du cerveau meurent, ses tissus se ramollissent.
  3. Dommages aux structures du tronc cérébral. Une augmentation de l'ICP provoque le déplacement de diverses structures cérébrales. Dans ce cas, le tronc cérébral souffre, qui comprend la moelle épinière et la moelle allongée, le pons varoli et le cervelet. Les parties supérieures du tronc cérébral sont coincées dans les hémisphères et les parties inférieures sont pincées dans le foramen occipital. Dans le même temps, des symptômes caractéristiques se développent: une diminution de la température, un ralentissement de la fréquence cardiaque, une dilatation symétrique des pupilles sans réaction à la lumière, une diminution du tonus musculaire, une violation des réflexes.
  4. Déficience visuelle. Le liquide céphalo-rachidien s'accumule dans le canal autour du nerf optique et le comprime. La pression entraîne la mort des fibres nerveuses, un œdème du mamelon optique situé dans la rétine. À l'avenir, les phénomènes inflammatoires se propagent à la rétine elle-même, provoquant une déficience visuelle et la cécité..
  5. Syndrome épileptique. Lorsque des parties individuelles du cerveau sont comprimées, des foyers d'activité convulsive apparaissent. Dans ce cas, une personne a des crises qui ressemblent à de l'épilepsie. Ils sont de courte durée et ont une issue favorable..

Comment traiter l'augmentation de la pression intracrânienne?

Chez les adultes, le traitement de l'augmentation de la pression intracrânienne commence après avoir établi la cause qui a conduit au développement de la maladie.

Première étape - élimination de la cause de la maladie.

  • dans le cas où une masse intracérébrale - une tumeur, un hématome, un anévrisme - conduit à une augmentation de la pression intracrânienne, après un examen complémentaire approprié, une intervention chirurgicale d'urgence est réalisée (ablation d'une masse).
  • en cas de sécrétion excessive de liquide céphalo-rachidien dans l'hydrocéphalie, des opérations de dérivation sont effectuées, dont le but est de créer une voie de sortie supplémentaire pour le liquide céphalo-rachidien, ce qui entraîne une diminution de la pression intracrânienne.

Deuxième étape - correction médicale du niveau de pression intracrânienne. À cette fin, les groupes de médicaments suivants sont utilisés:

  • osmodiurétique (mannitol, glycérol), dont l'action vise à réduire la quantité de liquide céphalo-rachidien;
  • diurétiques de l'anse (furosémide);
  • médicaments hormonaux (dexaméthasone);
  • diacarbe;
  • agents neuroprotecteurs (glycine).

Troisième étape - manipulations de drogues:

  • ponction ventriculaire, craniotomie de décompression sont conçues pour réduire le volume de liquide céphalo-rachidien dans la cavité crânienne.

Quatrième étape - Thérapie diététique:

  • limiter la quantité de liquide et de sel entrant dans l'organisme, ce qui correspond au régime n ° 10, 10a.

Cinquième étape - utilisation de techniques de thérapie manuelle, oxygénation hyperbare, hypotension artérielle contrôlée, hyperventilation.

Il est extrêmement rare au cours d'un traitement intensifié qu'une diminution de la pression intracrânienne puisse survenir, dont les symptômes sont:

  • somnolence;
  • la faiblesse;
  • maux de tête, aggravés par les mouvements de la tête;
  • vertiges;
  • nausée et vomissements.

Le traitement de l'augmentation de la pression intracrânienne doit être complet..

Physiothérapie et natation

Une activité physique dosée augmente le tonus des muscles de la région cervico-brachiale, éliminant ainsi les spasmes musculaires. Des muscles contractés peuvent comprimer les vaisseaux qui drainent le sang du cerveau. Tous les exercices sont effectués lentement et en douceur. Chacun est répété pendant 2-3 minutes, augmentant progressivement le nombre de répétitions.

  • extension maximale de la tête vers l'avant et vers le bas;
  • faire glisser le menton le long du sternum et du dos;
  • tout en inspirant, levez le menton et retenez votre souffle pendant 5 secondes. Expiration lente - la tête tombe sur la poitrine;
  • inclinaison de la tête. Essayez de toucher votre oreille droite à votre épaule droite, puis la même chose sur le côté gauche;
  • nous regardons devant nous. Le bout du nez reste stationnaire tandis que le menton se déplace vers le haut et vers la droite. Ensuite, la tête revient à sa position d'origine. Le menton se lève et vers la gauche;
  • gardez la tête droite, tournez-la lentement vers la droite jusqu'à ce qu'elle s'arrête, puis de l'autre côté.

Remèdes populaires

Il est impossible de guérir complètement l'augmentation de la pression intracrânienne uniquement avec des recettes de la catégorie de la médecine traditionnelle - une visite chez un médecin et des ordonnances pour un traitement médicamenteux sont nécessaires. Mais lorsque les premiers signes de la pathologie considérée apparaissent, vous pouvez considérablement soulager votre état par les méthodes suivantes:

  1. Prenez des thés apaisants à la menthe, à la mélisse. Même si vous pensez avoir une pression intracrânienne élevée, l'anxiété, l'anxiété et la nervosité ne feront qu'aggraver la condition..
  2. Ajustez votre alimentation - essayez de limiter la quantité de liquides et d'aliments salés / marinés / fumés.
  3. Utiliser les décoctions d'églantier et d'aubépine au lieu de l'eau banale sont des diurétiques naturels qui réduiront la quantité de liquide dans le corps.
  4. Prenez 20 gouttes de teinture de fleur de trèfle par jour. Pour le préparer, vous devez verser 2 tasses du composant sec dans un bocal d'un litre, remplir le tout d'eau jusqu'à la moitié du bocal et compléter avec de l'alcool pur. Le médicament doit être perfusé pendant au moins 10 jours.
  5. Buvez un mélange de teintures. Achetez des teintures alcoolisées prêtes à l'emploi de valériane, d'agripaume, d'aubépine et d'eucalyptus, mélangez-les et prenez 10 à 15 gouttes deux fois par jour.

Le traitement avec des teintures ne peut être effectué que pour les adultes, la durée de leur prise est d'au moins 2 semaines consécutives. Ensuite, vous devez faire une pause dans le traitement (7 jours) - pendant ce temps, vous pouvez être examiné en toute sécurité et obtenir un verdict des médecins.

Si nécessaire, le traitement peut être poursuivi de la même manière. Si des symptômes de pression intracrânienne élevée apparaissent, vous pouvez également utiliser la recette la plus simple pour une compresse - mélanger des quantités égales d'alcool médical et d'huile de camphre. Ce mélange doit être appliqué sur la tête, en le frottant légèrement sur la peau, fermer / isoler la tête et résister à la procédure pendant 15 minutes.

Ces compresses doivent être effectuées au moins 10, une pour chaque jour. La médecine traditionnelle ne doit pas être considérée comme la seule possible dans le traitement de l'augmentation de la pression intracrânienne. Toutes ces recettes peuvent être utilisées comme mesures supplémentaires d'influence au cours d'une thérapie complexe..

Opération

Pour les blessures à la tête, les fistules et les défauts des méninges, à la suite desquels une fuite de liquide céphalo-rachidien se produit, une intervention chirurgicale est utilisée.

  1. Chirurgie de dérivation - la décompression des cavités intracrâniennes est effectuée et des voies de dérivation sont créées pour le mouvement sans entrave du liquide céphalo-rachidien.
  2. Pénétration sous-durale et péridurale - est réalisée avec de graves dommages au cerveau et au liquide céphalo-rachidien. L'extraction des tissus blessés se fait par trépanation du crâne.
  3. Robinet lombaire - Ceci est fait pour mesurer la pression exacte. S'il n'y a pas assez de liquide pour un fonctionnement normal, une solution saline est versée en quantité insuffisante.

Les opérations sont effectuées dans des situations critiques et ne sont pas recommandées s'il y a une chance de normaliser la condition avec un traitement conservateur.

La prévention

La prévention du développement de l'hypertension intracrânienne comprend:

  • traitement rapide et actif des maladies neuroinfectieuses;
  • prévention des blessures cranio-cérébrales;
  • correction rapide des troubles de la liquorodynamique, de la circulation sanguine;
  • gestion rationnelle de la grossesse et de l'accouchement;
  • évitement de la surcharge mentale et physique;
  • respect de la routine quotidienne;
  • rejet des mauvaises habitudes.

L'augmentation de la pression intracrânienne ne doit pas être sous-estimée. Les analgésiques et les antispasmodiques ne peuvent guérir la maladie. Un diagnostic médical approfondi et un traitement compétent sont nécessaires, qui sont prescrits en fonction des causes de la pathologie. Ne vous fiez pas à la médecine traditionnelle. Seuls des soins médicaux hautement professionnels peuvent rendre votre vie longue et pleine.