Principal > Sclérose

Toxoplasmose du cerveau dans le VIH

La toxoplasmose est l'une des causes les plus courantes de décès chez les patients infectés par le VIH. La toxoplasmose est une maladie causée par Toxoplasma gondii qui survient le plus souvent chez les patients infectés par le VIH et atteints du SIDA. Les facteurs de risque de développement de la toxoplasmose chez les patients infectés par le VIH comprennent le nombre de lymphocytes CD4 inférieur à 100 cellules / μL. Bien que Toxoplasma puisse affecter tous les organes et tissus, en règle générale, la forme cérébrale de la maladie est enregistrée chez les patients infectés par le VIH. La toxoplasmose cérébrale en Europe et en Amérique du Nord est de moins en moins enregistrée - avec l'introduction du TAR en Europe, son incidence a diminué de 4 fois, mais elle reste la lésion opportuniste du SNC la plus importante chez les patients infectés par le VIH. La prévalence de la toxoplasmose en Europe centrale atteint 90%, ce qui est principalement dû à la tradition des résidents de certains pays (France, Allemagne) de manger des plats de viande crue et semi-crue [1, 2, 4].

La toxoplasmose est caractérisée par un polymorphisme prononcé des manifestations cliniques en l'absence de symptômes pathognomoniques. Cela est dû au fait que Toxoplasma n'a aucune spécificité tissulaire, ainsi qu'à la présence dans la pathogenèse de la maladie du stade de dissémination hématogène du pathogène. Le rôle principal dans le développement de la toxoplasmose chez les personnes immunodéprimées est attribué à des violations de la production de cytokines. Il a été montré qu'avec le développement de la toxoplasmose dans le contexte de l'infection par le VIH, à la fois la concentration de l'interféron gamma sérique et sa capacité à activer les macrophages diminuent fortement. La réponse normale du corps à l'infection à T. gondii est principalement médiée par le système immunitaire cellulaire. Un défaut du système immunitaire cellulaire chez les patients infectés par le VIH entraîne une diminution de la résistance au toxoplasme intracellulaire, en conséquence, l'infection latente est réactivée et le processus généralisé: les tachyzoïtes pénètrent dans la circulation sanguine puis sont transportés vers les organes et tissus internes [2, 5].

Les localisations extracérébrales de la toxoplasmose (par exemple, choriorétinite, pneumonie interstitielle, myocardite et lésions du système digestif) chez les patients atteints du SIDA sont enregistrées dans 1,5 à 2% des cas. La dissémination (au moins deux sites) se produit dans 11,5% des cas [4].

Le nombre maximum de foyers de localisations extracérébrales est trouvé lors de l'examen de l'appareil visuel de l'œil (dans environ 50% des cas). Avec la toxoplasmose, des lésions oculaires se présentent sous la forme d'une uvéite antérieure et postérieure, d'une rétinite exsudative et proliférative, d'une choriorétinite disséminée. La choriorétinite centrale la plus fréquemment observée, qui commence par un tableau clinique de rétinite séreuse aiguë. Sur le pôle postérieur, on trouve des foyers limités de différentes tailles. Les hémorragies sont visibles dans ou sous la rétine. Les lésions oculaires sous forme de choriorétinite, l'uvéite sont les plus courantes, mais l'atrophie du nerf optique peut parfois être la seule manifestation clinique de la toxoplasmose. Le diagnostic des lésions toxoplasmotiques de l'organe de la vision doit être basé sur une étude approfondie de l'histoire, de l'état ophtalmologique et des réactions sérologiques. La détection de ces choriorétinites et uvéites n'est possible qu'avec la consultation d'un ophtalmologiste, et lors d'un examen clinique de routine par un spécialiste des maladies infectieuses, elles restent souvent non reconnues [3-5, 9].

Avec la toxoplasmose, des modifications du système respiratoire sont également très souvent notées, en particulier une pneumonie focale, une bronchite chronique, une pleurésie d'étiologie toxoplasmotique. La forme la plus courante de lésion pulmonaire est la pneumonie interstitielle [5].

Du côté du système cardiovasculaire, en plus d'élargir les limites du cœur, la surdité des tons, l'hypotension et la tachycardie, on note une extrasystole. Avec la toxoplasmose, il existe des décalages électrocardiographiques importants, exprimés par une diminution de la tension des dents, divers troubles du rythme (extrasystole, bloc auriculo-ventriculaire incomplet, bloc de branche, tachycardie sinusale et bradycardie), une augmentation de l'indice systolique, des modifications de l'autre onde T et du complexe QRS et du complexe QRS. les changements indiquent des troubles myocardiques prononcés de nature principalement diffuse. Avec un ECG, presque tous les patients révèlent des modifications focales ou diffuses du myocarde. Le péricarde et l'endocarde ne sont pas affectés [2, 5].

Du côté du système digestif, il y a une diminution de l'appétit, les patients se plaignent de bouche sèche, de nausées, de douleurs sourdes dans la région épigastrique, de ballonnements, de rétention des selles, une perte de poids est souvent observée. Dans l'étude du suc gastrique, une diminution de la sécrétion et une diminution de l'acidité sont révélées [7].

La toxoplasmose du système nerveux central se classe 2-3 parmi les infections opportunistes chez les patients atteints du SIDA. La pénétration de Toxoplasma dans le corps humain entraîne la formation de masses dans le système nerveux central (dans 50 à 60% des cas) et le développement de crises d'épilepsie primaires (dans 28% des cas). Les symptômes de la toxoplasmose se développent chez environ 18 à 20% des patients atteints d'une infection à VIH avancée. L'apparition des symptômes de l'encéphalite toxoplasmotique est observée chez 6 à 12% des patients atteints du SIDA. Si de tels patients développent une encéphalite, la toxoplasmose représente 25 à 80% de tous les cas. Dans le même temps, on note de la fièvre, des maux de tête, la survenue dans 90% des cas de divers symptômes neurologiques focaux (hémiparésie, aphasie, troubles mentaux et certains autres). Parfois, la toxoplasmose se déroule sans formation de masses dans le cerveau (comme l'encéphalite herpétique ou la méningo-encéphalite). L'encéphalite toxoplasmotique est souvent associée à la choriorétinite [2, 4, 6].

Le diagnostic de la toxoplasmose est extrêmement difficile. Le diagnostic est posé sur la base du tableau clinique, des données d'imagerie par résonance magnétique ou de tomodensitométrie, ainsi que de la présence d'anticorps dirigés contre le toxoplasme dans le sérum sanguin. Dans le même temps, la détection de réactions sérologiques positives sans tenir compte de la dynamique du titre en anticorps et des symptômes cliniques ne permet pas toujours de parler de la maladie en raison de la large diffusion du portage. On pense que le développement de la toxoplasmose est la réactivation d'une infection latente, car en présence d'anticorps dirigés contre le toxoplasme dans le sérum sanguin, la probabilité de toxoplasmose augmente 10 fois. Cependant, environ 5% des patients infectés par le VIH n'ont pas d'anticorps dirigés contre T. gondii au moment du diagnostic de toxoplasmose. Sous forme de kystes, Toxoplasma persiste pendant 10 à 15 ans, principalement dans les tissus du cerveau et des organes de la vision, ainsi que dans les organes internes [2, 4, 8].

Dans la plupart des cas, le développement d'une encéphalite toxoplasmotique ne s'accompagne pas de l'apparition d'anticorps anti-toxoplasme dans le sérum sanguin. L'apparition d'anticorps dans le liquide céphalo-rachidien en leur absence dans le sérum a une certaine valeur diagnostique. Le LCR avec une ponction lombaire peut être intact. Dans le liquide céphalo-rachidien, une pléocytose, une teneur accrue en protéines et des taux de glucose normaux sont notés. Après centrifugation, les trophozoïtes de toxoplasme peuvent être détectés dans un frottis [2, 4, 10].

Lors de la réalisation d'une IRM ou d'une tomodensitométrie avec contraste, plusieurs foyers avec rehaussement annulaire et œdème périfocal sont détectés, moins souvent un seul foyer. Une biopsie cérébrale est réalisée lorsqu'il est impossible d'établir correctement le diagnostic; les trophozoïtes de toxoplasme sont détectés dans les biopsies cérébrales. Dans le diagnostic de la toxoplasmose cérébrale, la PCR est utilisée pour déterminer l'ADN de T. gondii dans le liquide céphalo-rachidien [2, 4, 6].

L'administration d'essai de pyriméthamine en association avec un sulfamide présente une valeur diagnostique. Si une amélioration notable se produit dans les 7 à 10 jours, cela indique la nature toxoplasmotique de l'encéphalite chez un patient atteint du SIDA [8].

Ainsi, avec l'application complexe de plusieurs méthodes de laboratoire, la fiabilité du diagnostic de la toxoplasmose chez les patients infectés par le VIH augmente..

Conclusion

La toxoplasmose chez les patients infectés par le VIH est caractérisée par de multiples lésions organiques: le système nerveux, les organes de la vision, le myocarde, etc. Parmi eux, la première place est donnée à la toxoplasmose cérébrale. La toxoplasmose cérébrale est diagnostiquée au stade du SIDA, avec une diminution des lymphocytes CD4 inférieure à 100 pour 1 μl plus souvent. Les infections opportunistes du VIH / SIDA nécessitent l'utilisation d'un large éventail de méthodes de diagnostic, à savoir immunologiques, sérologiques, instrumentales (IRM, CT). Compte tenu de la variété des manifestations cliniques de la toxoplasmose chez les patients infectés par le VIH, selon les indications, la consultation de plusieurs spécialistes est nécessaire, en particulier, un spécialiste des maladies infectieuses, un neuropathologiste, un ophtalmologiste, etc..

Réviseurs:

Tebenova K.S., MD, DSc, professeur, KarGU nommé d'après E.A. Buketov, Karaganda;

Beibitkhan D., MD, DSc, professeur, KarSU nommé d'après E.A. Buketova, Karaganda.

Toxoplasmose du cerveau: causes, symptômes et traitement, pronostic du VIH

La toxoplasmose cérébrale est une maladie parasitaire causée par Toxoplasma gondii. Le microorganisme est l'un des plus simples. Ils ressemblent aux lobes d'une orange.

Le parasite est capable d'infecter tous les organes et systèmes internes: le cerveau et la moelle épinière, le foie, le cœur, la rate, etc. Dans de nombreux cas, la toxoplasmose est chronique et difficile à traiter.

Que faire dans une telle situation? Pour commencer, nous vous recommandons de lire cet article. Cet article décrit en détail les méthodes de traitement des parasites. Nous vous recommandons également de contacter un spécialiste. Lire l'article >>>

Comment les lésions cérébrales se produisent-elles avec la toxoplasmose?

La maladie peut être congénitale ou acquise. Dans le premier cas, infection par toxoplasme pendant la période prénatale, de la mère au fœtus. Dans le second cas, les animaux domestiques, à savoir les chats, infectent le plus souvent une personne..

Ce sont des hôtes intermédiaires pour les parasites. Seulement chez eux, Toxoplasma est capable de former des oocystes (spore, œuf), qui envahissent le corps humain.

Les spores du parasite sont excrétées du chat infecté dans l'environnement externe avec les excréments, l'urine, la salive et le lait. Les chats domestiques deviennent dans certains cas une «victime» d'une situation où les propriétaires eux-mêmes introduisent du toxoplasme dans la maison sur la semelle de leurs chaussures ou nourrissent les animaux de compagnie avec de la viande infectée.

En outre, une personne peut être infectée en mangeant de la viande crue contenant des agents pathogènes.

Voici à quoi ressemble un cerveau affecté

Dans de rares cas, l'infection est possible par la piqûre d'insectes suceurs de sang.

Les symptômes de la toxoplasmose du cerveau

La pathologie se développe principalement dans le contexte d'une immunité affaiblie. Les personnes en bonne santé peuvent ne pas présenter de symptômes. Seuls les tests de laboratoire montreront la présence d'anticorps dirigés contre l'agent pathogène.

Chez les personnes en mauvaise santé, les manifestations cliniques commencent 2 semaines après l'infection. Il est à noter que la toxoplasmose du cerveau est enregistrée dans de très rares cas..

Le tableau clinique comprend initialement une faiblesse générale, des douleurs musculaires et articulaires. Après un certain temps, la phase aiguë se développe rapidement:

  • La température corporelle augmente.
  • Les ganglions lymphatiques deviennent enflammés.
  • Une éruption cutanée apparaît sur tout le corps. À titre exceptionnel, les anomalies cutanées ne se produisent pas sur les paumes, les pieds et les parties velues du corps..
  • Une céphalée d'intoxication se développe.

À l'avenir, s'ajoutent les symptômes d'hépatite, de néphrite, de myocardite, etc. Puis se développe une méningite, une encéphalite, une méningo-encéphalite.

Signes typiques de lésions cérébrales: perte de mémoire et d'orientation, convulsions, parésie, troubles de la coordination des mouvements et de la parole, déficience visuelle. Par la suite, la forme aiguë est remplacée par une évolution chronique.

Une maladie lente a des périodes de rémission. La forme chronique est caractérisée par une intoxication du corps, une fièvre légère, des douleurs articulaires et musculaires.

Le patient a de la confusion, de l'irritabilité. Du tractus gastro-intestinal, des douleurs dans l'abdomen, des ballonnements et des selles dérangées sont notées.

Après la migration à travers le corps humain, les parasites forment des pseudokystes dans les organes. Par la suite, ils sont minéralisés et chez les patients avec palpation des muscles, des calcifications (formations denses) peuvent être ressenties.

La toxoplasmose est particulièrement dangereuse pendant la grossesse. Si la mère est infectée, le fœtus peut mourir au cours du premier trimestre, et à une date ultérieure, cela cause de graves dommages destructeurs au cerveau de l'enfant..

Toxoplasmose du cerveau dans le VIH

La forme cérébrale de la maladie est courante chez les personnes atteintes du syndrome d'immunodéficience. Chez les patients séropositifs, l'infection est particulièrement sévère. Dans ce cas, la toxoplasmose devient la cause du décès..

Fondamentalement, la pathologie se manifeste sous la forme d'une méningo-encéphalite avec des foyers de lésions cérébrales étendues.

Tout cela entraîne une paralysie partielle ou complète, une perte de vision et des troubles mentaux..

Traitement de la toxoplasmose du cerveau

La forme chronique est difficile à traiter. Fondamentalement, des médicaments immunomodulateurs et des complexes vitaminiques sont prescrits. Des médicaments utilisés Levamisole, Cerebrolysin (agent nootropique) et d'autres médicaments.

La forme aiguë est arrêtée à l'aide de médicaments: pyriméthamine + sulfadiazine, triméthoprime avec sulfaméthoxazole, chlorhydrate de lincomycine, rovamycine et autres. Le médecin prescrit le schéma thérapeutique et la posologie en fonction de l'état du patient, des caractéristiques individuelles, etc..

Diagnostique

Les symptômes de la toxoplasmose sont similaires à ceux d'autres maladies. Pour établir un diagnostic précis, des tests de laboratoire sont prescrits. Le sang est prélevé pour une analyse sérologique. Ainsi, des anticorps spécifiques contre Toxoplasma sont détectés.

Pour déterminer les données sur les changements dans le cerveau, l'IRM et la tomodensitométrie sont utilisées. Les données obtenues sont comparées les unes aux autres.

Conséquences de la maladie

Dans la forme chronique, il n'y a pratiquement aucune conséquence pour la santé humaine. Le pronostic de guérison est favorable. Les conséquences du VIH sont extrêmement défavorables et fatales.

À bien des égards, les conséquences de la toxoplasmose dépendent de la rapidité à contacter les institutions médicales. Les tentatives de traitement avec des remèdes populaires ne font qu'aggraver l'infection et entraîner de graves conséquences..

Pour prévenir l'infection, il est nécessaire de surveiller l'hygiène personnelle, de bien laver les fruits et légumes et d'éviter de manger de la viande crue et mal transformée. S'il y a des chats dans la maison, il est important de surveiller leur santé afin qu'ils ne deviennent pas porteurs de toxoplasmes et d'autres parasites.

Vous pouvez vaincre les parasites!

Antiparasitic complex® - Élimination fiable et sûre des parasites en 21 jours!

  • La composition comprend uniquement des ingrédients naturels;
  • Ne provoque pas d'effets secondaires;
  • Absolument sûr;
  • Protège le foie, le cœur, les poumons, l'estomac et la peau des parasites;
  • Élimine les déchets de parasites du corps.
  • Détruit efficacement la plupart des types d'helminthes en 21 jours.

Il existe désormais un programme préférentiel d'emballage gratuit. Lire l'avis d'experts.

Liste de références

  • Centres pour le Contrôle et la Prévention des catastrophes. Brucellose. Parasites. Lien
  • Corbel M. J. Maladies parasitaires // Organisation mondiale de la Santé. Lien
  • Young E. J. Meilleurs matchs pour les parasites intestinaux // Maladies infectieuses cliniques. - 1995. Vol. 21. - P. 283-290. Lien
  • Yushchuk N.D., Vengerov Yu.A. Maladies infectieuses: manuel. - 2e édition. - M.: Médecine, 2003.-- 544 p..
  • La prévalence des maladies parasitaires dans la population, 2009 / Kokolova L.M., Reshetnikov A.D., Platonov T.A., Verkhovtseva L.A..
  • Helminthes des carnivores domestiques de la région de Voronej, 2011 / Nikulin P.I., Romashov B.V.

Les meilleures histoires de nos lecteurs

Sujet: Les parasites sont à blâmer pour tous les problèmes!

De: Lyudmila S. ([email protected])

À: Administration de Noparasites.ru

Il n'y a pas si longtemps, mon état de santé s'est détérioré. J'ai commencé à ressentir une fatigue constante, des maux de tête, de la paresse et une sorte d'apathie sans fin sont apparus. Il y avait aussi des problèmes avec le tractus gastro-intestinal: ballonnements, diarrhée, douleur et mauvaise haleine.

Je pensais que c'était dû à un travail acharné et j'espérais que cela disparaîtrait de lui-même. Mais chaque jour, je empirais. Les médecins, eux aussi, ne pouvaient rien dire. Il semble que tout est normal, mais je sens que mon corps n'est pas en bonne santé.

J'ai décidé d'aller dans une clinique privée. Ici, on m'a conseillé, avec des tests généraux, d'être testé pour les parasites. Donc, dans l'une des analyses, ils ont trouvé des parasites en moi. Selon les médecins, ce sont des vers que 90% des gens ont et presque tout le monde est infecté, dans une plus ou moins grande mesure..

On m'a prescrit un traitement antiparasitaire. Mais cela ne m'a pas donné de résultats. Une semaine plus tard, un ami m'a envoyé un lien vers un article où un parasitologue a partagé de vrais conseils sur la lutte contre les parasites. Cet article m'a littéralement sauvé la vie. J'ai suivi tous les conseils qui étaient là et après quelques jours je me sentais beaucoup mieux!

La digestion s'est améliorée, les maux de tête ont disparu et cette énergie vitale est apparue, qui me manquait tant. Pour la fiabilité, j'ai réussi à nouveau les tests et je n'ai trouvé aucun parasite!

Qui veut nettoyer son corps de parasites, et peu importe les types de ces créatures qui vivent en vous - lisez cet article, je suis sûr que cela vous aidera à 100%! Aller à l'article >>>

Toxoplasmose chez les personnes infectées par le VIH.

Toxoplasmose chez les personnes infectées par le VIH.

La toxoplasmose acquiert actuellement une importance majeure en tant que maladie opportuniste chez les personnes immunodéprimées, en particulier dans le cas du SIDA (Catar G., 1990). L'invasion de T.gondii est une sorte de cofacteur qui accélère et aggrave l'évolution du SIDA. Lorsque le virus endommage les cellules dans lesquelles le kyste s'est formé, l'infection latente à toxoplasme peut être réactivée avec un résultat de dissémination (Lysenko A.Ya. et al., 1996).

Des études cliniques et expérimentales ont montré que la toxoplasmose concomitante potentialise les troubles du système immunitaire induits par le VIH, aggravant ainsi l'évolution du SIDA (Lin Dah-Sheng, Bowman D.D., 1992). On suppose que T.gondii induit la production de facteur de nécrose tumorale par le porteur du VIH, qui stimule la production de protéines des lymphocytes T. Ces derniers se lient à la longue séquence terminale d'acides aminés du VIH, ce qui contribue à une activation supplémentaire du virus et augmente simultanément l'immunodéficience, provoquant un dysfonctionnement des cellules CD4. Dans le même temps, la reproduction de Toxoplasma augmente également..

Les patients atteints du SIDA peuvent développer une toxoplasmose disséminée avec des lésions des poumons, des yeux, des ganglions lymphatiques, du tractus gastro-intestinal (Garcia Linnea W. et al., 1991), des décès dus à une myocardite toxoplasmique aiguë sans lésion d'autres organes (Blanche P. et al., 1993, Hoffman P. et al., 1990). Un cas de pancréatite nécrosante avec défaillance d'organe multisystémique causée par T..gondii a été décrit (Ahaja Sunil K. et al., 1993).

Il s'est avéré que le système nerveux central est le plus sensible à la réactivation des kystes de toxoplasmes par rapport aux autres tissus, et la maladie développée sans traitement spécifique est fatale. L'encéphalite à toxoplasme est l'infection opportuniste du SNC la plus courante chez les patients atteints du SIDA. En Europe occidentale, environ 30% des personnes séropositives meurent de cette maladie. En Afrique, lors d'un examen post-mortem en Ouganda, une toxoplasmose cérébrale a été détectée dans 5 à 23% des cas (Zumla A. et al., 1991). Pendant 40 mois à Barcelone, 78 épisodes d'encéphalite toxoplasmique ont été enregistrés chez 57 malades du sida sur 394 examinés. Les symptômes les plus courants étaient des troubles neurologiques focaux et de la fièvre; dans 70,3% des cas, de multiples foyers de densité réduite ont été identifiés dans le cerveau par tomodensitométrie (Gonzaiez-Clemente J.M. et al., 1990).

Chez les patients atteints du SIDA, la réactivation d'une infection latente est possible, et la détection des IgG indique une infection antérieure, la présence probable de kystes et un risque possible de développer la maladie. Selon Dannemann V. (1992), plus de 95% des encéphalites à toxoplasmes sont associées à la réactivation d'une infection latente à la suite d'une diminution progressive de l'immunité cellulaire et surviennent le plus souvent lorsque le nombre de lymphocytes CD4 est de 0,2 x 107 L - la maladie est enregistrée beaucoup moins fréquemment.

Parmi les patients infectés par le VIH et atteints d'encéphalite à toxoplasme, 90% avaient un taux de CD4 de

Toxoplasmose du cerveau - causes, symptômes et traitement

Une immunité affaiblie peut provoquer de nombreuses maladies, parmi lesquelles la toxoplasmose est isolée. Souvent, la maladie affecte le foie, la rétine, le myocarde, mais sa cible principale est le centre du système nerveux - le cerveau. Découvrez ce qu'est la toxoplasmose cérébrale, quels sont les symptômes de la maladie, les voies d'infection et les méthodes de traitement.

Toxoplasma gondii - qu'est-ce que c'est

L'agent causal de la maladie cérébrale est Toxoplasma gondii - la bactérie parasite unicellulaire la plus simple qui a une apparence arquée, semblable à la forme d'une tranche d'orange. Une fois dans le corps humain, le toxoplasma gondii se multiplie dans les intestins et circule dans le sang. Ayant atteint les organes internes, l'agent pathogène provoque un processus inflammatoire, détruisant les cellules et créant des cavités dans les tissus - kystes et pseudokystes.

Les symptômes de la toxoplasmose du cerveau

Il existe deux formes de toxoplasmose - aiguë et chronique. La pathologie n'a pas de symptômes clairs, il est donc très difficile de reconnaître ses signes. La forme aiguë de toxoplasmose cérébrale est rare, touchant les personnes à l'immunité très faible. La maladie commence soudainement, accompagnée des symptômes suivants:

  • frissons, fièvre;
  • température corporelle élevée;
  • douleur musculaire;
  • nausées Vomissements;
  • faiblesse, capacité de travail réduite;
  • ganglions lymphatiques hypertrophiés;
  • migraine sévère;
  • perte de sensibilité dans certaines zones du corps;
  • opacification de la conscience;
  • violation du mouvement des yeux;
  • exanthème cutané.

La forme chronique d'une affection cérébrale peut durer plusieurs années de manière asymptomatique, ou elle peut se manifester systématiquement par des exacerbations et des rémissions. Il existe de tels symptômes de toxoplasmose du cerveau sous une forme chronique:

  • irritabilité;
  • fatigue accrue;
  • problèmes de mémoire;
  • déficience visuelle;
  • augmentation régulière de la température;
  • dépression;
  • incapacité à bouger certaines parties du corps;
  • Troubles endocriniens;
  • douleur articulaire;
  • crises d'épilepsie;
  • diminution de l'intelligence.
  • Qui convient à la couleur des cheveux caramel et comment obtenir cette nuance
  • Soins de tatouage
  • Comment gérer l'insomnie

Raisons de l'infection

La toxoplasmose du cerveau est divisée en deux types principaux - acquise et congénitale. Le contact avec les animaux domestiques est souvent la voie de l'infection. Les chats agissent souvent comme «l'hôte» du parasite et l'excrètent avec les excréments, la salive, le lait. Il existe d'autres causes d'infection par la toxoplasmose:

  • toucher la bouche avec les mains après un contact avec le sol;
  • l'utilisation de viande frite mal cuite;
  • greffe d'organe, transfusion sanguine;
  • contact des mains avec la viande crue et la cavité buccale (les femmes au foyer essaient souvent la viande hachée);
  • l'utilisation de légumes, d'herbes, de fruits non lavés;
  • morsure par des insectes infectés;
  • proche de la toxoplasmose aiguë infectée.

Une maladie congénitale est transmise d'une femme enceinte infectée à son bébé. Si la mère est infectée au cours du dernier trimestre de la grossesse, la pathologie du nouveau-né peut sembler bénigne. En cas d'infection d'une femme aux premiers stades de la gestation, des fausses couches se produisent souvent. Si la toxoplasmose survient à la fin du deuxième ou du troisième trimestre de la grossesse, l'enfant naît avec de graves anomalies dans le travail des organes internes. La maladie n'est pas transmise par le placenta et le lait pendant l'alimentation si la mère a été infectée avant la grossesse.

Diagnostic de la toxoplasmose cérébrale

Le tableau clinique de la maladie est très flou, il est donc presque impossible d'identifier la toxoplasmose cérébrale, en se basant uniquement sur les plaintes du patient et en l'absence de symptômes prononcés de la maladie. Radiographie du crâne de la tête, électrocardiogramme, études sérologiques, tests d'allergie aident à déterminer la toxoplasmose du cerveau.

Une méthode efficace pour diagnostiquer une maladie cérébrale est un dosage immunoenzymatique. Le sang est prélevé sur le patient, dans lequel les anticorps iGg et iMg sont détectés. La présence d'igg indique que le patient se rétablit ou que l'infection s'est répandue dans une forme chronique, et iMg indique une infection récente par toxoplasmose avec une évolution aiguë de la maladie. Un test iMg négatif dans la plupart des cas indique l'absence d'infection.

  • Décharge avant la menstruation - raisons. La couleur de l'écoulement avant la menstruation, comme symptôme pour le diagnostic des pathologies
  • Staphylococcus aureus dans le nez
  • Comment traiter l'ostéochondrose de la colonne cervicale

Toxoplasmose chez les personnes infectées par le VIH

L'immunité des personnes en bonne santé est capable de freiner le développement de l'infection, mais la toxoplasmose associée au VIH peut entraîner de graves dommages au système nerveux central. Un système immunitaire affaibli ne peut pas résister à la maladie - du portage asymptomatique, la maladie peut être mortelle. Les problèmes de coordination, d'élocution, de marche et de crises d'épilepsie s'ajoutent chez les personnes infectées par le VIH aux symptômes généraux de la toxoplasmose cérébrale. Un diagnostic rapide de l'agent pathogène aux premiers stades du développement de Toxoplasma est essentiel. Après l'arrêt du traitement chez les patients VIH, la maladie peut réapparaître.

Traitement de la toxoplasmose du cerveau

Le médecin prescrit un traitement individuel de Toxoplasma gondii pour les patients atteints de pathologie cérébrale aiguë, infectés par le VIH, les enfants et les femmes enceintes. Les antihistaminiques (Tavegil, Suprastin), les antibiotiques (rovamycine, chlorhydrate de lincomycine), les médicaments de chimiothérapie (Fansidar, Delagil) sont utilisés pour traiter une maladie cérébrale. Assurez-vous d'utiliser un complexe fortifiant de vitamines.

La médecine traditionnelle ne peut pas remplacer complètement la thérapie traditionnelle, mais les patients confirment l'efficacité de certaines de ses méthodes. Il est recommandé d'utiliser ces méthodes traditionnelles de traitement de Toxoplasma gondia, après avoir consulté un médecin:

  1. utilisez une décoction de lait et de gousses d'ail;
  2. boire du thé debout d'absinthe, de camomille, de gentiane, de tanaisie, d'écorce de nerprun;
  3. prenez des graines de citrouille écrasées, trempées dans du lait;
  4. il y a de la racine de raifort râpée mélangée à de la crème sure;
  5. boire de la teinture de propolis.

Traitement du VIH et du SIDA

La toxoplasmose du cerveau est comprise comme une maladie infectieuse qui se développe lorsqu'elle est infectée par les micro-organismes parasites les plus simples, toxoplasma gondii. La maladie se déroule, en règle générale, sous une forme latente, ne se manifestant pratiquement pas avec des symptômes externes. Chez les patients dont l'immunité est altérée, la pathologie se développe d'une manière différente - ils sont souvent infectés par des parasites cérébraux. La toxoplasmose du cerveau est une maladie grave dans laquelle se produisent des lésions graves du système nerveux central.

L'agent causal de cette pathologie

L'agent causal de la toxoplasmose du cerveau sont les organismes parasites unicellulaires Toxoplasma gondii. La structure de ces micro-organismes est très primitive, mais ils s'adaptent parfaitement à une variété de conditions de vie..

Toxoplasma gondii est capable de parasiter dans le corps de nombreuses espèces de mammifères et d'oiseaux. D'autres espèces sont des hôtes de transition.

L'apparence du parasite peut être vue au microscope - ils ressemblent à une tranche d'orange. Le développement d'un microorganisme se déroule en 2 étapes. Au début, la reproduction sexuée se produit, qui peut avoir lieu dans le corps du chat (domestique, sauvage). Ce sont les principaux hôtes du parasite..

La deuxième étape - asexuée - a lieu dans le corps d'un animal ou d'un oiseau, où le micro-organisme est introduit dans la structure des cellules. Le parasite se divise jusqu'à ce que la cellule se rompt. En conséquence, la population de Toxoplasma gondii sort.

Les parasites ainsi formés sont appelés tachyzoïtes. Ils ont la capacité de se multiplier davantage par division, cependant, le système immunitaire humain d'une personne en santé normale les reconnaît et les détruit facilement..

Causes de l'infection humaine

Entre les personnes, la toxoplasmose cérébrale ne peut être transmise, sauf lors de la transmission d'une femme enceinte à son fœtus et lors d'une transplantation d'organe. L'infection peut survenir chez des membres de la famille féline et en mangeant de la viande crue ou mal cuite (rôtie).

Les chats sont les seuls animaux chez lesquels le parasite est capable de former des spores - les oocystes, dont le rôle est d'infecter les hôtes intermédiaires.

Les spores de toxoplasmes peuvent exister longtemps dans l'environnement extérieur, car elles sont recouvertes d'une coque protectrice assez dense. Lorsqu'un oocyste est avalé, tout animal ou oiseau devient son hôte intermédiaire et, théoriquement, il peut devenir une victime et être mangé par un représentant de la famille féline. Dans ce cas, le parasite a la possibilité de passer à la reproduction sexuée - le cycle commence à se répéter.

Un chat domestique qui ne quitte jamais la maison peut également être une source d'infection. Cela est dû au fait que les gens peuvent apporter le parasite sur leurs chaussures, nourrir l'animal avec de la viande non cuite. Chez les félins, la toxoplasmose se déroule sans manifestations externes, de sorte que les propriétaires peuvent même ne pas remarquer que l'animal est infecté par un parasite.

Symptômes de cette pathologie

Lorsqu'ils sont infectés par la toxoplasmose du cerveau, la période d'incubation des parasites prend 2 semaines. Après cela, les premiers signes de la maladie commencent à se développer..

Si une personne a une immunité normale, les symptômes cliniques n'apparaîtront pas. Une personne infectée peut même ne pas remarquer qu'elle a souffert d'une maladie. Avec un test sanguin ultérieur, la présence d'anticorps dirigés contre l'organisme parasite peut être détectée.

La toxoplasmose sous forme aiguë peut se développer chez seulement 0,2% des patients. Les statistiques rapportent que la moitié de tous les cas de développement d'une forme aiguë de toxoplasmose sont cérébraux. La toxoplasmose cérébrale ne peut se développer que chez les patients dont le système immunitaire est affaibli.

Chez les personnes sans déficit immunitaire, la toxoplasmose cérébrale du cerveau ne se développe que dans des cas exceptionnels. Par exemple, en Inde, seuls 15 cas d'infection à toxoplasmose cérébrale chez des personnes immunisées normales ont été décrits en 10 ans. Dans chaque cas décrit, la maladie s'est développée en raison d'un manque de nutrition normale..

La toxoplasmose se manifeste par les symptômes caractéristiques de l'encéphalite, de la méningo-encéphalite. De plus, il y a des cas fréquents de masses dans le cerveau..

Les symptômes qui indiquent une toxoplasmose dans le cerveau sont les suivants:

  1. Acuité visuelle altérée associée à des modifications négatives des tissus rétiniens.
  2. Incapacité partielle ou totale de percevoir et d'interpréter le discours des autres.
  3. Les troubles mentaux.
  4. Crises d'épilepsie.
  5. Fièvre.

Comment commence cette maladie?

La toxoplasmose cérébrale commence soudainement. Le patient a une forte augmentation de la température, une confusion, une crise d'épilepsie et une détérioration de la vision. De plus, une paralysie de la moitié du corps ou d'un membre peut survenir. Parallèlement à cela, la coordination des mouvements, de la parole et de la déglutition est altérée.

Les patients présentant des symptômes de toxoplasmose cérébrale doivent être hospitalisés dans le service neurologique de l'hôpital.

Diagnostic de la toxoplasmose cérébrale

Les violations provoquées peuvent être diagnostiquées à l'aide de l'IRM, de la tomodensitométrie.

Par rapport à l'IRM de la toxoplasmose cérébrale au scanner, la dose de produit de contraste doit être doublée. Les deux méthodes de diagnostic vous permettent de poser un diagnostic et la précision atteindra 80%.

Examen sérologique

La méthode de diagnostic la plus précise est considérée comme une étude sérologique. Dans ce cas, les échantillons de sang sont vérifiés pour la présence d'anticorps contre les parasites. La recherche sérologique vous permet d'obtenir une précision allant jusqu'à 97%. Chez les patients atteints du SIDA, les anticorps IgM sont souvent absents et la maladie est donc diagnostiquée en présence d'anticorps IgG.

Risques pour les patients VIH atteints de cette maladie

La toxoplasmose cérébrale occupe la deuxième place dans le classement des infections opportunistes. Ces infections comprennent des maladies transmissibles qui ne se développent presque jamais chez les personnes ayant une immunité normale. Cependant, ils sont mortels pour les patients atteints du SIDA et d'une faible immunité..

Chez les personnes infectées par le VIH, le toxoplasma gondii peut infecter absolument tous les tissus et organes, mais, en règle générale, sa cible est le cerveau. Chez 60% des patients atteints de toxoplasmose cérébrale, on observe la formation de masses dans le système nerveux central, environ 28% souffrent de crises d'épilepsie.

En moyenne, 20% des personnes infectées par le VIH sont infectées par la toxoplasmose cérébrale. Chez les personnes infectées par le SIDA, l'encéphalite toxoplasmotique survient dans 12% des cas..

La toxoplasmose du système nerveux central se manifeste par le développement de fièvre, de maux de tête, de pathologies mentales et neurologiques. Chez les patients infectés par le VIH, l'encéphalite toxoplasmotique est souvent accompagnée de processus inflammatoires dans les membranes vasculaires de l'œil et de la rétine.

Comment est le traitement de la toxoplasmose cérébrale

Pour le traitement de la toxoplasmose cérébrale, l'utilisation de formes orales de médicaments antimicrobiens est indiquée, par exemple, "Sulfadiazine", "Pyrimethamine", dans diverses combinaisons.

Des réactions allergiques se développent souvent dans le contexte de l'utilisation de "Sulfadiazinin", et il est donc recommandé de compléter le traitement par l'utilisation orale et intraveineuse de "Clindamycin". De nombreux médecins sont convaincus que ce médicament ne doit pas être utilisé, car tous ses avantages sont compensés par les manifestations négatives émergentes..

Pendant le traitement par "Pyrimethamine", les médecins modifient souvent la durée du traitement et la dose. Par exemple, le premier jour du traitement, il est démontré qu'il prend 200 mg du médicament et les jours suivants, il est nécessaire de calculer la dose en fonction du poids - jusqu'à 75 mg / kg. Dans certains cas, la thérapie avec "Pyrimethamine" est la seule possible.

Dans le contexte de l'utilisation de "Pyrimethamine" et de sulfamides, la production d'une enzyme est bloquée, sous l'influence de laquelle l'acide folique est transformé en folinate. À cet égard, le traitement de la toxoplasmose doit être complété par l'utilisation de folinate de calcium. Sans aucun doute, l'acide folique est un médicament moins cher, mais son efficacité est beaucoup plus faible, car le médicament principal ne lui permet pas d'être converti en folinate et absorbé.

Une alternative à la combinaison de médicaments «Sulfadiazine» + «Pyriméthamine» est la combinaison «Sulfaméthoxazole» + «Triméthoprime», qui présente une efficacité élevée.

Si le patient a une réaction allergique à la «clindamycine» et à la «sulfadiazine», il est recommandé d’utiliser «pyriméthamine» et «atovaquone», ou «pyriméthamine» en association avec «azithromycine».

Dynamique positive dans cette pathologie

Dans le traitement de la toxoplasmose du cerveau avec l'utilisation de ces médicaments, une dynamique positive est observée chaque jour. Le patient est libéré après deux semaines de traitement. En règle générale, à ce stade, seules les manifestations physiologiques et mentales mineures de la maladie persistent, qui disparaissent ensuite complètement. Après quelques mois, le patient peut retourner au travail.

Pronostic de la toxoplasmose du cerveau

Si la maladie est détectée à un stade précoce de développement, le traitement réussit dans presque tous les cas. Dans les formes avancées, la toxoplasmose est incurable, mais une thérapie constante peut arrêter ses manifestations. L'absence de thérapie peut être fatale. En outre, il peut provoquer le développement des conséquences de la toxoplasmose du cerveau sous forme d'hémiparésie, d'ataxie, d'aphasie, de maladie mentale grave..

À cet égard, il est important de consulter un médecin lorsque les premiers signes de cette maladie sont détectés, car les stades initiaux de la maladie sont traités avec succès. L'essentiel est de suivre toutes les recommandations.

Toxoplasmose du cerveau dans le VIH

La toxoplasmose est l'une des causes les plus courantes de décès chez les patients infectés par le VIH. La toxoplasmose est une maladie causée par Toxoplasma gondii qui survient le plus souvent chez les patients infectés par le VIH et atteints du SIDA. Les facteurs de risque de développement de la toxoplasmose chez les patients infectés par le VIH comprennent le nombre de lymphocytes CD4 inférieur à 100 cellules / μL. Bien que Toxoplasma puisse affecter tous les organes et tissus, en règle générale, la forme cérébrale de la maladie est enregistrée chez les patients infectés par le VIH. La toxoplasmose cérébrale en Europe et en Amérique du Nord est de moins en moins enregistrée - avec l'introduction du TAR en Europe, son incidence a diminué de 4 fois, mais elle reste la lésion opportuniste du SNC la plus importante chez les patients infectés par le VIH. La prévalence de la toxoplasmose en Europe centrale atteint 90%, ce qui est principalement dû à la tradition des résidents de certains pays (France, Allemagne) de manger des plats de viande crue et semi-crue [1, 2, 4].

La toxoplasmose est caractérisée par un polymorphisme prononcé des manifestations cliniques en l'absence de symptômes pathognomoniques. Cela est dû au fait que Toxoplasma n'a aucune spécificité tissulaire, ainsi qu'à la présence dans la pathogenèse de la maladie du stade de dissémination hématogène du pathogène. Le rôle principal dans le développement de la toxoplasmose chez les personnes immunodéprimées est attribué à des violations de la production de cytokines. Il a été montré qu'avec le développement de la toxoplasmose dans le contexte de l'infection par le VIH, à la fois la concentration de l'interféron gamma sérique et sa capacité à activer les macrophages diminuent fortement. La réponse normale du corps à l'infection à T. gondii est principalement médiée par le système immunitaire cellulaire. Un défaut du système immunitaire cellulaire chez les patients infectés par le VIH entraîne une diminution de la résistance au toxoplasme intracellulaire, en conséquence, l'infection latente est réactivée et le processus généralisé: les tachyzoïtes pénètrent dans la circulation sanguine puis sont transportés vers les organes et tissus internes [2, 5].

Les localisations extracérébrales de la toxoplasmose (par exemple, choriorétinite, pneumonie interstitielle, myocardite et lésions du système digestif) chez les patients atteints du SIDA sont enregistrées dans 1,5 à 2% des cas. La dissémination (au moins deux sites) se produit dans 11,5% des cas [4].

Le nombre maximum de foyers de localisations extracérébrales est trouvé lors de l'examen de l'appareil visuel de l'œil (dans environ 50% des cas). Avec la toxoplasmose, des lésions oculaires se présentent sous la forme d'une uvéite antérieure et postérieure, d'une rétinite exsudative et proliférative, d'une choriorétinite disséminée. La choriorétinite centrale la plus fréquemment observée, qui commence par un tableau clinique de rétinite séreuse aiguë. Sur le pôle postérieur, on trouve des foyers limités de différentes tailles. Les hémorragies sont visibles dans ou sous la rétine. Les lésions oculaires sous forme de choriorétinite, l'uvéite sont les plus courantes, mais l'atrophie du nerf optique peut parfois être la seule manifestation clinique de la toxoplasmose. Le diagnostic des lésions toxoplasmotiques de l'organe de la vision doit être basé sur une étude approfondie de l'histoire, de l'état ophtalmologique et des réactions sérologiques. La détection de ces choriorétinites et uvéites n'est possible qu'avec la consultation d'un ophtalmologiste, et lors d'un examen clinique de routine par un spécialiste des maladies infectieuses, elles restent souvent non reconnues [3-5, 9].

Avec la toxoplasmose, des modifications du système respiratoire sont également très souvent notées, en particulier une pneumonie focale, une bronchite chronique, une pleurésie d'étiologie toxoplasmotique. La forme la plus courante de lésion pulmonaire est la pneumonie interstitielle [5].

Du côté du système cardiovasculaire, en plus d'élargir les limites du cœur, la surdité des tons, l'hypotension et la tachycardie, on note une extrasystole. Avec la toxoplasmose, il existe des décalages électrocardiographiques importants, exprimés par une diminution de la tension des dents, divers troubles du rythme (extrasystole, bloc auriculo-ventriculaire incomplet, bloc de branche, tachycardie sinusale et bradycardie), une augmentation de l'indice systolique, des modifications de l'autre onde T et du complexe QRS et du complexe QRS. les changements indiquent des troubles myocardiques prononcés de nature principalement diffuse. Avec un ECG, presque tous les patients révèlent des modifications focales ou diffuses du myocarde. Le péricarde et l'endocarde ne sont pas affectés [2, 5].

Du côté du système digestif, il y a une diminution de l'appétit, les patients se plaignent de bouche sèche, de nausées, de douleurs sourdes dans la région épigastrique, de ballonnements, de rétention des selles, une perte de poids est souvent observée. Dans l'étude du suc gastrique, une diminution de la sécrétion et une diminution de l'acidité sont révélées [7].

La toxoplasmose du système nerveux central se classe 2-3 parmi les infections opportunistes chez les patients atteints du SIDA. La pénétration de Toxoplasma dans le corps humain entraîne la formation de masses dans le système nerveux central (dans 50 à 60% des cas) et le développement de crises d'épilepsie primaires (dans 28% des cas). Les symptômes de la toxoplasmose se développent chez environ 18 à 20% des patients atteints d'une infection à VIH avancée. L'apparition des symptômes de l'encéphalite toxoplasmotique est observée chez 6 à 12% des patients atteints du SIDA. Si de tels patients développent une encéphalite, la toxoplasmose représente 25 à 80% de tous les cas. Dans le même temps, on note de la fièvre, des maux de tête, la survenue dans 90% des cas de divers symptômes neurologiques focaux (hémiparésie, aphasie, troubles mentaux et certains autres). Parfois, la toxoplasmose se déroule sans formation de masses dans le cerveau (comme l'encéphalite herpétique ou la méningo-encéphalite). L'encéphalite toxoplasmotique est souvent associée à la choriorétinite [2, 4, 6].

Le diagnostic de la toxoplasmose est extrêmement difficile. Le diagnostic est posé sur la base du tableau clinique, des données d'imagerie par résonance magnétique ou de tomodensitométrie, ainsi que de la présence d'anticorps dirigés contre le toxoplasme dans le sérum sanguin. Dans le même temps, la détection de réactions sérologiques positives sans tenir compte de la dynamique du titre en anticorps et des symptômes cliniques ne permet pas toujours de parler de la maladie en raison de la large diffusion du portage. On pense que le développement de la toxoplasmose est la réactivation d'une infection latente, car en présence d'anticorps dirigés contre le toxoplasme dans le sérum sanguin, la probabilité de toxoplasmose augmente 10 fois. Cependant, environ 5% des patients infectés par le VIH n'ont pas d'anticorps dirigés contre T. gondii au moment du diagnostic de toxoplasmose. Sous forme de kystes, Toxoplasma persiste pendant 10 à 15 ans, principalement dans les tissus du cerveau et des organes de la vision, ainsi que dans les organes internes [2, 4, 8].

Dans la plupart des cas, le développement d'une encéphalite toxoplasmotique ne s'accompagne pas de l'apparition d'anticorps anti-toxoplasme dans le sérum sanguin. L'apparition d'anticorps dans le liquide céphalo-rachidien en leur absence dans le sérum a une certaine valeur diagnostique. Le LCR avec une ponction lombaire peut être intact. Dans le liquide céphalo-rachidien, une pléocytose, une teneur accrue en protéines et des taux de glucose normaux sont notés. Après centrifugation, les trophozoïtes de toxoplasme peuvent être détectés dans un frottis [2, 4, 10].

Lors de la réalisation d'une IRM ou d'une tomodensitométrie avec contraste, plusieurs foyers avec rehaussement annulaire et œdème périfocal sont détectés, moins souvent un seul foyer. Une biopsie cérébrale est réalisée lorsqu'il est impossible d'établir correctement le diagnostic; les trophozoïtes de toxoplasme sont détectés dans les biopsies cérébrales. Dans le diagnostic de la toxoplasmose cérébrale, la PCR est utilisée pour déterminer l'ADN de T. gondii dans le liquide céphalo-rachidien [2, 4, 6].

L'administration d'essai de pyriméthamine en association avec un sulfamide présente une valeur diagnostique. Si une amélioration notable se produit dans les 7 à 10 jours, cela indique la nature toxoplasmotique de l'encéphalite chez un patient atteint du SIDA [8].

Ainsi, avec l'application complexe de plusieurs méthodes de laboratoire, la fiabilité du diagnostic de la toxoplasmose chez les patients infectés par le VIH augmente..

La toxoplasmose chez les patients infectés par le VIH est caractérisée par de multiples lésions organiques: le système nerveux, les organes de la vision, le myocarde, etc. Parmi eux, la première place est donnée à la toxoplasmose cérébrale. La toxoplasmose cérébrale est diagnostiquée au stade du SIDA, avec une diminution des lymphocytes CD4 inférieure à 100 pour 1 μl plus souvent. Les infections opportunistes du VIH / SIDA nécessitent l'utilisation d'un large éventail de méthodes de diagnostic, à savoir immunologiques, sérologiques, instrumentales (IRM, CT). Compte tenu de la variété des manifestations cliniques de la toxoplasmose chez les patients infectés par le VIH, selon les indications, la consultation de plusieurs spécialistes est nécessaire, en particulier, un spécialiste des maladies infectieuses, un neuropathologiste, un ophtalmologiste, etc..

Tebenova K.S., MD, DSc, professeur, KarGU nommé d'après E.A. Buketov, Karaganda;

Beibitkhan D., MD, DSc, professeur, KarSU nommé d'après E.A. Buketova, Karaganda.

La toxoplasmose cérébrale est une maladie parasitaire causée par Toxoplasma gondii. Le microorganisme est l'un des plus simples. Ils ressemblent aux lobes d'une orange.

Le parasite est capable d'infecter tous les organes et systèmes internes: le cerveau et la moelle épinière, le foie, le cœur, la rate, etc. Dans de nombreux cas, la toxoplasmose est chronique et difficile à traiter.

Que faire dans une telle situation? Pour commencer, nous vous recommandons de lire cet article. Cet article décrit en détail les méthodes de traitement des parasites. Nous vous recommandons également de contacter un spécialiste. Lire l'article >>>

Comment les lésions cérébrales se produisent-elles avec la toxoplasmose?

La maladie peut être congénitale ou acquise. Dans le premier cas, infection par toxoplasme pendant la période prénatale, de la mère au fœtus. Dans le second cas, les animaux domestiques, à savoir les chats, infectent le plus souvent une personne..

Ce sont des hôtes intermédiaires pour les parasites. Seulement chez eux, Toxoplasma est capable de former des oocystes (spore, œuf), qui envahissent le corps humain.

En outre, une personne peut être infectée en mangeant de la viande crue contenant des agents pathogènes.

Voici à quoi ressemble un cerveau affecté

Dans de rares cas, l'infection est possible par la piqûre d'insectes suceurs de sang.

Les symptômes de la toxoplasmose du cerveau

La pathologie se développe principalement dans le contexte d'une immunité affaiblie. Les personnes en bonne santé peuvent ne pas présenter de symptômes. Seuls les tests de laboratoire montreront la présence d'anticorps dirigés contre l'agent pathogène.

Chez les personnes en mauvaise santé, les manifestations cliniques commencent 2 semaines après l'infection. Il est à noter que la toxoplasmose du cerveau est enregistrée dans de très rares cas..

Le tableau clinique comprend initialement une faiblesse générale, des douleurs musculaires et articulaires. Après un certain temps, la phase aiguë se développe rapidement:

  • La température corporelle augmente.
  • Les ganglions lymphatiques deviennent enflammés.
  • Une éruption cutanée apparaît sur tout le corps. À titre exceptionnel, les anomalies cutanées ne se produisent pas sur les paumes, les pieds et les parties velues du corps..
  • Une céphalée d'intoxication se développe.

À l'avenir, s'ajoutent les symptômes d'hépatite, de néphrite, de myocardite, etc. Puis se développe une méningite, une encéphalite, une méningo-encéphalite.

Signes typiques de lésions cérébrales: perte de mémoire et d'orientation, convulsions, parésie, troubles de la coordination des mouvements et de la parole, déficience visuelle. Par la suite, la forme aiguë est remplacée par une évolution chronique.

Une maladie lente a des périodes de rémission. La forme chronique est caractérisée par une intoxication du corps, une fièvre légère, des douleurs articulaires et musculaires.

Le patient a de la confusion, de l'irritabilité. Du tractus gastro-intestinal, des douleurs dans l'abdomen, des ballonnements et des selles dérangées sont notées.

Après la migration à travers le corps humain, les parasites forment des pseudokystes dans les organes. Par la suite, ils sont minéralisés et chez les patients avec palpation des muscles, des calcifications (formations denses) peuvent être ressenties.

La toxoplasmose est particulièrement dangereuse pendant la grossesse. Si la mère est infectée, le fœtus peut mourir au cours du premier trimestre, et à une date ultérieure, cela cause de graves dommages destructeurs au cerveau de l'enfant..

Toxoplasmose du cerveau dans le VIH

Les helminthiases peuvent entraîner de nombreux problèmes de santé, raccourcissant la vie de 15 à 25 ans. De nombreux parasites sont extrêmement difficiles à détecter. Ils peuvent être n'importe où - dans le sang, les intestins, les poumons, le cœur, le cerveau. Les symptômes de l'invasion helminthique peuvent être confondus avec les infections virales respiratoires aiguës, les maladies gastro-intestinales et autres. La principale erreur dans de tels cas est la procrastination! Si vous avez des doutes sur la présence de parasites, vous devez contacter un spécialiste. Si nous parlons de médicaments et d'auto-traitement, alors ce complexe antiparasitaire convient aux helminthes les plus courants (ascaris, oxyures, ténias).

La forme cérébrale de la maladie est courante chez les personnes atteintes du syndrome d'immunodéficience. Chez les patients séropositifs, l'infection est particulièrement sévère. Dans ce cas, la toxoplasmose devient la cause du décès..

Fondamentalement, la pathologie se manifeste sous la forme d'une méningo-encéphalite avec des foyers de lésions cérébrales étendues.

Tout cela entraîne une paralysie partielle ou complète, une perte de vision et des troubles mentaux..

Traitement de la toxoplasmose du cerveau

La forme chronique est difficile à traiter. Fondamentalement, des médicaments immunomodulateurs et des complexes vitaminiques sont prescrits. Des médicaments utilisés Levamisole, Cerebrolysin (agent nootropique) et d'autres médicaments.

La forme aiguë est arrêtée à l'aide de médicaments: pyriméthamine + sulfadiazine, triméthoprime avec sulfaméthoxazole, chlorhydrate de lincomycine, rovamycine et autres. Le médecin prescrit le schéma thérapeutique et la posologie en fonction de l'état du patient, des caractéristiques individuelles, etc..

Diagnostique

Les symptômes de la toxoplasmose sont similaires à ceux d'autres maladies. Pour établir un diagnostic précis, des tests de laboratoire sont prescrits. Le sang est prélevé pour une analyse sérologique. Ainsi, des anticorps spécifiques contre Toxoplasma sont détectés.

Pour déterminer les données sur les changements dans le cerveau, l'IRM et la tomodensitométrie sont utilisées. Les données obtenues sont comparées les unes aux autres.

Conséquences de la maladie

Dans la forme chronique, il n'y a pratiquement aucune conséquence pour la santé humaine. Le pronostic de guérison est favorable. Les conséquences du VIH sont extrêmement défavorables et fatales.

À bien des égards, les conséquences de la toxoplasmose dépendent de la rapidité à contacter les institutions médicales. Les tentatives de traitement avec des remèdes populaires ne font qu'aggraver l'infection et entraîner de graves conséquences..

Pour prévenir l'infection, il est nécessaire de surveiller l'hygiène personnelle, de bien laver les fruits et légumes et d'éviter de manger de la viande crue et mal transformée. S'il y a des chats dans la maison, il est important de surveiller leur santé afin qu'ils ne deviennent pas porteurs de toxoplasmes et d'autres parasites.

Vous pouvez vaincre les parasites!

Antiparasitic complex® - Élimination fiable et sûre des parasites en 21 jours!

  • La composition comprend uniquement des ingrédients naturels;
  • Ne provoque pas d'effets secondaires;
  • Absolument sûr;
  • Protège le foie, le cœur, les poumons, l'estomac et la peau des parasites;
  • Élimine les déchets de parasites du corps.
  • Détruit efficacement la plupart des types d'helminthes en 21 jours.

Il existe désormais un programme préférentiel d'emballage gratuit. Lire l'avis d'experts.

Les meilleures histoires de nos lecteurs

Sujet: Les parasites sont à blâmer pour tous les problèmes!

De: Lyudmila S. ([email protected])

À: Administration de Noparasites.ru

Il n'y a pas si longtemps, mon état de santé s'est détérioré. J'ai commencé à ressentir une fatigue constante, des maux de tête, de la paresse et une sorte d'apathie sans fin sont apparus. Il y avait aussi des problèmes avec le tractus gastro-intestinal: ballonnements, diarrhée, douleur et mauvaise haleine.

Je pensais que c'était dû à un travail acharné et j'espérais que cela disparaîtrait de lui-même. Mais chaque jour, je empirais. Les médecins, eux aussi, ne pouvaient rien dire. Il semble que tout est normal, mais je sens que mon corps n'est pas en bonne santé.

J'ai décidé d'aller dans une clinique privée. Ici, on m'a conseillé, avec des tests généraux, d'être testé pour les parasites. Donc, dans l'une des analyses, ils ont trouvé des parasites en moi. Selon les médecins, ce sont des vers que 90% des gens ont et presque tout le monde est infecté, dans une plus ou moins grande mesure..

On m'a prescrit un traitement antiparasitaire. Mais cela ne m'a pas donné de résultats. Une semaine plus tard, un ami m'a envoyé un lien vers un article où un parasitologue a partagé de vrais conseils sur la lutte contre les parasites. Cet article m'a littéralement sauvé la vie. J'ai suivi tous les conseils qui étaient là et après quelques jours je me sentais beaucoup mieux!

La digestion s'est améliorée, les maux de tête ont disparu et cette énergie vitale est apparue, qui me manquait tant. Pour la fiabilité, j'ai réussi à nouveau les tests et je n'ai trouvé aucun parasite!

Qui veut nettoyer son corps de parasites, et peu importe les types de ces créatures qui vivent en vous - lisez cet article, je suis sûr que cela vous aidera à 100%! Aller à l'article >>>

La toxoplasmose du cerveau est comprise comme une maladie infectieuse qui se développe lorsqu'elle est infectée par les micro-organismes parasites les plus simples, toxoplasma gondii. La maladie se déroule, en règle générale, sous une forme latente, ne se manifestant pratiquement pas avec des symptômes externes. Chez les patients dont l'immunité est altérée, la pathologie se développe d'une manière différente - ils sont souvent infectés par des parasites cérébraux. La toxoplasmose du cerveau est une maladie grave dans laquelle se produisent des lésions graves du système nerveux central.

L'agent causal de cette pathologie

L'agent causal de la toxoplasmose du cerveau sont les organismes parasites unicellulaires Toxoplasma gondii. La structure de ces micro-organismes est très primitive, mais ils s'adaptent parfaitement à une variété de conditions de vie..

Toxoplasma gondii est capable de parasiter dans le corps de nombreuses espèces de mammifères et d'oiseaux. D'autres espèces sont des hôtes de transition.

L'apparence du parasite peut être vue au microscope - ils ressemblent à une tranche d'orange. Le développement d'un microorganisme se déroule en 2 étapes. Au début, la reproduction sexuée se produit, qui peut avoir lieu dans le corps du chat (domestique, sauvage). Ce sont les principaux hôtes du parasite..

La deuxième étape - asexuée - a lieu dans le corps d'un animal ou d'un oiseau, où le micro-organisme est introduit dans la structure des cellules. Le parasite se divise jusqu'à ce que la cellule se rompt. En conséquence, la population de Toxoplasma gondii sort.

Les parasites ainsi formés sont appelés tachyzoïtes. Ils ont la capacité de se multiplier davantage par division, cependant, le système immunitaire humain d'une personne en santé normale les reconnaît et les détruit facilement..

Causes de l'infection humaine

Entre les personnes, la toxoplasmose cérébrale ne peut être transmise, sauf lors de la transmission d'une femme enceinte à son fœtus et lors d'une transplantation d'organe. L'infection peut survenir chez des membres de la famille féline et en mangeant de la viande crue ou mal cuite (rôtie).

Les chats sont les seuls animaux chez lesquels le parasite est capable de former des spores - les oocystes, dont le rôle est d'infecter les hôtes intermédiaires.

Les spores de toxoplasmes peuvent exister longtemps dans l'environnement extérieur, car elles sont recouvertes d'une coque protectrice assez dense. Lorsqu'un oocyste est avalé, tout animal ou oiseau devient son hôte intermédiaire et, théoriquement, il peut devenir une victime et être mangé par un représentant de la famille féline. Dans ce cas, le parasite a la possibilité de passer à la reproduction sexuée - le cycle commence à se répéter.

Un chat domestique qui ne quitte jamais la maison peut également être une source d'infection. Cela est dû au fait que les gens peuvent apporter le parasite sur leurs chaussures, nourrir l'animal avec de la viande non cuite. Chez les félins, la toxoplasmose se déroule sans manifestations externes, de sorte que les propriétaires peuvent même ne pas remarquer que l'animal est infecté par un parasite.

Symptômes de cette pathologie

Lorsqu'ils sont infectés par la toxoplasmose du cerveau, la période d'incubation des parasites prend 2 semaines. Après cela, les premiers signes de la maladie commencent à se développer..

Si une personne a une immunité normale, les symptômes cliniques n'apparaîtront pas. Une personne infectée peut même ne pas remarquer qu'elle a souffert d'une maladie. Avec un test sanguin ultérieur, la présence d'anticorps dirigés contre l'organisme parasite peut être détectée.

La toxoplasmose sous forme aiguë peut se développer chez seulement 0,2% des patients. Les statistiques rapportent que la moitié de tous les cas de développement d'une forme aiguë de toxoplasmose sont cérébraux. La toxoplasmose cérébrale ne peut se développer que chez les patients dont le système immunitaire est affaibli.

Chez les personnes sans déficit immunitaire, la toxoplasmose cérébrale du cerveau ne se développe que dans des cas exceptionnels. Par exemple, en Inde, seuls 15 cas d'infection à toxoplasmose cérébrale chez des personnes immunisées normales ont été décrits en 10 ans. Dans chaque cas décrit, la maladie s'est développée en raison d'un manque de nutrition normale..

La toxoplasmose se manifeste par les symptômes caractéristiques de l'encéphalite, de la méningo-encéphalite. De plus, il y a des cas fréquents de masses dans le cerveau..

Les symptômes qui indiquent une toxoplasmose dans le cerveau sont les suivants:

  1. Acuité visuelle altérée associée à des modifications négatives des tissus rétiniens.
  2. Incapacité partielle ou totale de percevoir et d'interpréter le discours des autres.
  3. Les troubles mentaux.
  4. Crises d'épilepsie.
  5. Fièvre.

Comment commence cette maladie?

La toxoplasmose cérébrale commence soudainement. Le patient a une forte augmentation de la température, une confusion, une crise d'épilepsie et une détérioration de la vision. De plus, une paralysie de la moitié du corps ou d'un membre peut survenir. Parallèlement à cela, la coordination des mouvements, de la parole et de la déglutition est altérée.

Les patients présentant des symptômes de toxoplasmose cérébrale doivent être hospitalisés dans le service neurologique de l'hôpital.

Diagnostic de la toxoplasmose cérébrale

Les violations provoquées peuvent être diagnostiquées à l'aide de l'IRM, de la tomodensitométrie.

Par rapport à l'IRM de la toxoplasmose cérébrale au scanner, la dose de produit de contraste doit être doublée. Les deux méthodes de diagnostic vous permettent de poser un diagnostic et la précision atteindra 80%.

Examen sérologique

La méthode de diagnostic la plus précise est considérée comme une étude sérologique. Dans ce cas, les échantillons de sang sont vérifiés pour la présence d'anticorps contre les parasites. La recherche sérologique vous permet d'obtenir une précision allant jusqu'à 97%. Chez les patients atteints du SIDA, les anticorps IgM sont souvent absents et la maladie est donc diagnostiquée en présence d'anticorps IgG.

Risques pour les patients VIH atteints de cette maladie

La toxoplasmose cérébrale occupe la deuxième place dans le classement des infections opportunistes. Ces infections comprennent des maladies transmissibles qui ne se développent presque jamais chez les personnes ayant une immunité normale. Cependant, ils sont mortels pour les patients atteints du SIDA et d'une faible immunité..

Chez les personnes infectées par le VIH, le toxoplasma gondii peut infecter absolument tous les tissus et organes, mais, en règle générale, sa cible est le cerveau. Chez 60% des patients atteints de toxoplasmose cérébrale, on observe la formation de masses dans le système nerveux central, environ 28% souffrent de crises d'épilepsie.

En moyenne, 20% des personnes infectées par le VIH sont infectées par la toxoplasmose cérébrale. Chez les personnes infectées par le SIDA, l'encéphalite toxoplasmotique survient dans 12% des cas..

La toxoplasmose du système nerveux central se manifeste par le développement de fièvre, de maux de tête, de pathologies mentales et neurologiques. Chez les patients infectés par le VIH, l'encéphalite toxoplasmotique est souvent accompagnée de processus inflammatoires dans les membranes vasculaires de l'œil et de la rétine.

Comment est le traitement de la toxoplasmose cérébrale

Dynamique positive dans cette pathologie

Dans le traitement de la toxoplasmose du cerveau avec l'utilisation de ces médicaments, une dynamique positive est observée chaque jour. Le patient est libéré après deux semaines de traitement. En règle générale, à ce stade, seules les manifestations physiologiques et mentales mineures de la maladie persistent, qui disparaissent ensuite complètement. Après quelques mois, le patient peut retourner au travail.

Pronostic de la toxoplasmose du cerveau

Si la maladie est détectée à un stade précoce de développement, le traitement réussit dans presque tous les cas. Dans les formes avancées, la toxoplasmose est incurable, mais une thérapie constante peut arrêter ses manifestations. L'absence de thérapie peut être fatale. En outre, il peut provoquer le développement des conséquences de la toxoplasmose du cerveau sous forme d'hémiparésie, d'ataxie, d'aphasie, de maladie mentale grave..

À cet égard, il est important de consulter un médecin lorsque les premiers signes de cette maladie sont détectés, car les stades initiaux de la maladie sont traités avec succès. L'essentiel est de suivre toutes les recommandations.