Principal > Pression

Blessure intracrânienne (S06)

Remarque. Lors du développement statistique initial des lésions intracrâniennes associées aux fractures, les règles et instructions de codage de la morbidité et de la mortalité décrites dans la partie 2 doivent être suivies..

Les sous-titres suivants (cinquième caractère) sont donnés pour une utilisation facultative dans la caractérisation supplémentaire de l'affection, lorsqu'il est impossible ou peu pratique d'effectuer un codage multiple pour identifier une lésion intracrânienne et une plaie ouverte:

  • 0 - pas de plaie intracrânienne ouverte
  • 1 - avec une plaie intracrânienne ouverte

Cerveau:

  • contusion NOS
  • rupture de NOS

Compression traumatique du cerveau NOS

Focal (th) (th):

  • cérébral
    • contusion
    • Pause
  • hémorragie intracérébrale traumatique

Hémorragie traumatique:

  • cérébelleux
  • NOS intracrânien

Lésion cérébrale NOS

Exclut1: traumatisme crânien SAI (S09.9)

Rechercher dans MKB-10

Index ICD-10

Causes externes de blessure - Les termes de cette section ne sont pas des diagnostics médicaux, mais des descriptions des circonstances dans lesquelles l'événement s'est produit (Classe XX. Causes externes de morbidité et de mortalité. Codes de colonne V01-Y98).

Médicaments et produits chimiques - Tableau des médicaments et produits chimiques qui ont provoqué une intoxication ou d'autres effets indésirables.

En Russie, la Classification internationale des maladies de la 10e révision (CIM-10) a été adoptée comme un document normatif unique pour tenir compte de l'incidence, des raisons pour lesquelles la population fait appel aux institutions médicales de tous les départements et des causes de décès..

La CIM-10 a été introduite dans la pratique des soins de santé dans toute la Fédération de Russie en 1999 par arrêté du ministère de la Santé de Russie du 27 mai 1997 n ° 170

Une nouvelle révision (CIM-11) est prévue par l'OMS en 2022.

Abréviations et symboles de la Classification internationale des maladies, révision 10

NOS - aucune clarification supplémentaire.

NCDR - non classifié (s) ailleurs.

† - le code de la maladie sous-jacente. Le code principal dans un système à double codage contient des informations sur la principale maladie généralisée.

* - code facultatif. Un code supplémentaire dans le système de double codage, contient des informations sur la manifestation de la principale maladie généralisée dans un organe ou une zone distincte du corps.

Lésion cranio-cérébrale fermée (CCI): premiers soins, classification, traitement, pronostic. Code CIM-10

Blessure cranio-cérébrale fermée (CCI)

Une lésion cranio-cérébrale fermée est une lésion du crâne et / ou du cerveau (GM) de nature combinée, en l'absence de violation de l'intégrité du cuir chevelu ou en cas de plaies superficielles des tissus mous sans dommage à l'aponévrose. Peut-être la présence de fractures des os de la voûte crânienne (SC) sans lésions des tissus mous adjacents et aponévrose

Code CIM-10

  • S00 (traumatisme crânien superficiel);
  • S02.0 (fracture fermée du crâne et des os du visage);
  • S03 (luxation, entorse et surmenage des articulations et des ligaments de la tête);
  • S04 (lésion du nerf crânien);
  • S05 (traumatisme de l'œil et de l'orbite);
  • S06.0 (lésion intracrânienne sans plaie intracrânienne ouverte);
  • S09 (autres traumatismes crâniens non précisés)

CCI fait partie du TOP 10 des causes de décès et d'incapacité de la population du monde entier de moins de 45 ans.

Dans le monde, environ trois mille personnes pour 1 million de la population sont hospitalisées pour TBI, et pour chaque patient hospitalisé, 4 personnes supplémentaires avec TBI sont diagnostiquées par les médecins urgentistes, les services des urgences des hôpitaux et de la médecine générale, puis traitées en ambulatoire. De plus, parmi tous, environ 50% sont des blessures fermées..

La majorité des patients sont des patients avec une CCI légère (jusqu'à 90%); modérée et sévère (dans le coma) - environ 5%.

Les raisons

En Russie, la principale cause de traumatisme cranio-cérébral fermé est le traumatisme domestique reçu à domicile.

Dans les pays économiquement développés, les accidents de voiture prévalent en tant que cause.

Les chutes de différentes hauteurs sont moins fréquentes - catatraumatismes et blessures sportives.

Le principal facteur de risque accompagnant jusqu'à 70% de toutes les victimes est l'intoxication alcoolique à des degrés divers.

Lors d'une blessure, les forces traumatiques peuvent agir sur les tissus osseux et cérébral, les membranes du GM, ses vaisseaux sanguins et le système ventriculaire, provoquant des dommages primaires: ecchymoses axonales (APM) et focales et écrasement du GM..

Puis - secondaire, en raison de l'exposition:

  • Facteurs intracrâniens: hypertension intracrânienne, œdème génétiquement modifié, angiospasme, hydrocéphalie, troubles infectieux, convulsions, troubles du flux sanguin cérébral, troubles du métabolisme neuronal, déséquilibre ionique transmembranaire, neurotoxicité des acides aminés excitateurs et lésions cellulaires des radicaux libres.
  • Systémique: hypotension - pression artérielle basse, hypoxie, anémie, hypercapnie, troubles électrolytiques, hypoglycémie, troubles acido-basiques et réactions inflammatoires

Conduisant à une ischémie secondaire du tissu cérébral et à des dommages secondaires au GM.

Classification des lésions cérébrales traumatiques fermées

Il est courant de distinguer trois formes principales de CCI:

  • Commotion cérébrale (commotion cérébrale) de GM - survient le plus souvent (jusqu'à 80%); accompagné d'un trouble de conscience à court terme (jusqu'à plusieurs minutes) (plus souvent sa perte); altération de la mémoire sous forme d'amnésie rétrograde (perte de mémoire pour les événements qui ont précédé le traumatisme) et / ou congrade (survenue au cours d'un TBI) et / ou antérograde (survenue après TBI). Crises possibles de vomissements, céphalées (maux de tête), étourdissements, troubles oculomoteurs à court terme, fluctuations de la pression artérielle et du pouls. Avec ce type de CCI, les dommages dans les neurones, les membranes cellulaires et les mitochondries ne peuvent être vus qu'au microscope électronique et sont causés par la désintégration des processus nerveux entre le cortex cérébral et les structures sous-jacentes;
  • La contusion (contusion) du MG est morphologiquement variable (des hémorragies ponctuées à la destruction du tissu cérébral et à l'œdème). Il existe trois grades (léger, modéré et sévère). La conscience s'éteint pendant une période de plusieurs minutes à plusieurs semaines (selon la gravité). L'apparition de symptômes méningés, de la tige et focaux (avec des ecchymoses modérées à sévères) est caractéristique;
  • Compression (compression) de GM - se produit chez près de 5% de tous les patients atteints de CCI; des hématomes intracrâniens se forment souvent, serrant rapidement des sections du GM et menaçant la vie;
  • Dommages axonaux diffus à GM (DAP) - il y a une perte de conscience à long terme, une parésie et une altération du tonus des membres, une décérébration, des modifications du travail des systèmes respiratoire et cardiovasculaire; Les tomodensitogrammes révèlent des changements diffus indiquant une compression des ventricules et des citernes sous-arachnoïdiennes.

Premiers secours

Tout d'abord, vous devez appeler une ambulance. Lors de la fourniture de la première aide médicale d'urgence à une personne soupçonnée de traumatisme crânien fermé, il est nécessaire de la coucher sur le côté afin que le vomi et le sang ne pénètrent pas dans les voies respiratoires. Nettoyez-les avec un chiffon - il ne devrait y avoir aucune obstruction dans les voies respiratoires supérieures pour une respiration libre.

[astuce] En présence de saignement, il doit être arrêté (garrot - artériel - sauf pour la zone du cou, bandage compressif - veineux). [/ tip]

S'il y a des fractures osseuses, une immobilisation avec des dispositifs improvisés ou standard est nécessaire. En parallèle, une thérapie par perfusion est effectuée, ainsi qu'une thérapie visant à stabiliser le travail du cœur..

Traitement et rééducation

La quantité de traitement conservateur dépend de la forme clinique de CCI et de la gravité de l'état du patient..

En cas de commotion cérébrale, l'utilisation d'analgésiques, d'anti-inflammatoires non stéroïdiens, sédatifs et hypnotiques est nécessaire; fournir un repos au lit pendant 4-5 jours.

En cas d'ecchymoses de gravité légère à modérée, un traitement de déshydratation avec des diurétiques et des antihistaminiques est également prescrit. Si une hémorragie sous-arachnoïdienne (sous-arachnoïdienne) s'est développée, un traitement hémostatique est nécessaire et en l'absence de signes de compression et de luxation du MG, une ponction vertébrale diagnostique et thérapeutique est réalisée.

[tip] Repos au lit avec des ecchymoses légères - jusqu'à une semaine, et en moyenne - jusqu'à deux. [/ tip]

En cas d'ecchymoses sévères (avec troubles profonds de la conscience) et de DAP, il est nécessaire d'effectuer des mesures de réanimation (intubation trachéale et ventilation mécanique ou trachéotomie, nutrition parentérale, anticonvulsivant, analgésique, thérapie par perfusion), ainsi que l'introduction d'antiénzymes, d'antioxydants, d'agents vasoactifs, d'antibactériens de large gamme actions (pour la prévention des complications infectieuses - pneumonie hypostatique) et héparines de bas poids moléculaire (pour la prévention de la thrombose vasculaire).

Dans certains cas (avec hématomes intracrâniens étendus, fractures dépressives, complications), un traitement chirurgical est effectué.

Des soins constants et dynamiques sont nécessaires pour éviter la formation de troubles trophiques (escarres). Les soins aux patients doivent faire l'objet d'une attention particulière. Des soins appropriés sont l'un des facteurs les plus importants pour réduire le risque de complications associées à une position allongée prolongée.

[Astuce] Pour éviter l'apparition d'escarres, il est nécessaire de changer la position du patient au lit toutes les 3 heures, et également d'utiliser un matelas gonflable anti-escarre. [/ pointe]

Une étape importante dans la restauration des fonctions est la mise en œuvre de mesures de rééducation après une lésion cérébrale traumatique fermée avec la participation de spécialistes, y compris la physiothérapie (massage, exercices de physiothérapie) et la kinésiothérapie, en présence de troubles de la parole - un orthophoniste-aphasiologue. Les troubles mentaux, qui peuvent entraîner des changements de personnalité et de caractère, parfois au-delà de la reconnaissance, sont un compagnon fréquent d'une lésion cérébrale traumatique grave. Dans ces conditions, l'aide d'un psychologue, psychothérapeute ou psychiatre est très demandée..

Prévisions pour la santé et la vie

Après le transfert de CCMT, des complications peuvent se développer:

  • méningite purulente (dans 4%),
  • épilepsie post-traumatique (symptomatique) (si la conscience est absente pendant plus d'un jour, la probabilité atteint 15%)
  • syndrome post-commotion cérébrale (maux de tête récurrents, sifflements et acouphènes, nausées, faiblesse, changements de sommeil).

[astuce] En général, avec une commotion cérébrale et des ecchymoses de gravité légère à modérée, si des médicaments compétents et une aide à la rééducation sont mis en place, le pronostic est favorable. [/ tip]

Dans les blessures graves, la mortalité des patients hospitalisés atteint 30%. Il convient de rappeler qu'une part importante des victimes sont des personnes ivres, ce qui aggrave leur état général et les chances d'un bon pronostic pour la santé et la vie..

L'auteur de l'article: Alina Belyavskaya, médecin subordonnée.

Vous pouvez me remercier pour l'article en vous abonnant à la chaîne sur la neurologie et la neurorééducation. remercier!

Code CIM-10 pour les commotions cérébrales et autres CCI

Le code de commotion cérébrale CIM-10 est l'un des plus courants et désigne un type de lésion cranio-cérébrale fermée (CCI). Il est à noter que lors d'une commotion cérébrale, une certaine pathologie de gravité légère est souvent distinguée..

Cette blessure peut être causée par une grande variété de blessures, telles que des chocs, des accidents de la route, des blessures professionnelles ou domestiques. Il en découle seulement que le CCI est le plus courant de tous les autres traumatismes crâniens..

Il est à noter que suite à la classification internationale des maladies de la dixième révision (c'est ainsi que la CIM-10 signifie), toute commotion cérébrale a son propre code S06.0. Ce sont ses spécialistes qui indiquent lors du remplissage des arrêts maladie et autres documents.

Avant de spécifier un diagnostic, il est nécessaire de déterminer le fait de la blessure, de savoir si elle est ouverte ou fermée. Ensuite, le diagnostic de l'ecchymose est indiqué et sa gravité est déterminée. Il peut être léger, moyen ou lourd. Les médecins enregistrent la présence d'hémorragies, de fractures.

Classe XIX - Lésions, intoxications et certaines autres conséquences de l'exposition à des causes externes (S00-T98)

Cette classe utilise des lettres spécifiques pour coder différents types de blessures. S est souvent utilisé pour coder des blessures à une partie spécifique du corps, mais la lettre T est utilisée pour coder plusieurs blessures sur des parties du corps individuelles non spécifiées. Il est également d'usage de crypter l'empoisonnement et certaines autres conséquences de facteurs externes avec cette lettre..

Codes CIM-10 S00-S09 - traumatismes crâniens

Les experts attribuent les dommages suivants à ce bloc de codes ICD:

  • S00 traumatisme crânien superficiel;
  • S01 blessure à la tête ouverte;
  • Fractures S02 du crâne et des os du visage;
  • Luxations S03, entorses et blessures des articulations;
  • Troubles du nerf crânien S04;
  • S05 dommages aux yeux et aux orbites;
  • Blessure intracrânienne S06;
  • S07 blessure par écrasement au crâne;
  • S08 amputation d'une partie de la tête;
  • S09 autres contusions.

Il est à noter que le personnel médical n'inclut pas les engelures, les brûlures et les piqûres d'insectes dans cette liste de blessures. Il exclut également les dommages dus à la pénétration de corps étrangers dans le pharynx, l'oreille, le nez, la bouche et le larynx.

S06 Blessure intracrânienne de CCI

Les dommages au crâne peuvent être causés par diverses causes. Le plus souvent, une lésion intracrânienne s'accompagne d'une ecchymose des structures du système nerveux central ou d'une autre pathologie grave.

  1. Contusion cérébrale. De tels dommages sont le plus souvent caractérisés par un trouble macrostructural focal de la substance dans le cerveau avec des degrés de gravité variables. Le diagnostic n'est effectué que dans les cas où les symptômes complètent d'autres signes de dommages corporels. Plusieurs degrés de blessure sont distingués à la fois:
    • Poids léger. Dans ce cas, la personne perd connaissance pendant plusieurs minutes et éprouve également des nausées, des étourdissements et des vomissements. Toutes les fonctions vitales ne sont pas altérées. Des fractures des os du crâne et des hémorragies sont tout à fait possibles à l'avenir..
    • Moyenne. Une personne perd connaissance pendant plusieurs dizaines de minutes, voire plusieurs heures. Il y a un mal de tête et des vomissements répétés. Manifestations fréquentes de troubles mentaux, y compris l'agitation, une diminution de la capacité de parler et de penser normalement. La pression artérielle augmente considérablement, un essoufflement apparaît. Il y a des cas fréquents d'amnésie partielle chez une personne avec un degré modéré de lésion cérébrale.
    • Lourd. Le patient peut s'évanouir pendant des heures, voire des jours. Un trouble de la respiration et du système vasculaire-moteur apparaît. Les symptômes focaux sont légers, mais lentement progressifs. Une hémorragie cérébrale apparaît, ainsi que des fractures osseuses.
  2. Lésion cérébrale traumatique. Dommages causés par l'énergie mécanique au crâne et au cerveau. Ce concept comprend non seulement l'image qui se développe dans les heures qui commencent après la blessure, mais également les manifestations cliniques physiologiques inhérentes à la période de guérison..

Codes CIM-10 pour les commotions cérébrales, les blessures intracrâniennes et autres CCI:

  • S06.0 Commotion cérébrale Dommages fonctionnels du cerveau complètement réversibles. La personne subit une perte de conscience à court terme. Aux niveaux ultérieurs de développement de la maladie, des changements plus prononcés apparaissent..
  • S06.1 Œdème traumatique Blessure dans laquelle de petites bosses et écorchures apparaissent sur la tête. Cela peut indiquer la présence d'une hémorragie cérébrale. Les symptômes sont assez prononcés et accompagnés de vomissements, de maux de tête. Se sentir somnolent et fatigué.
  • S06.2 Lésion cérébrale diffuse Type le plus courant de traumatisme crânien traumatique, souvent causé par des accidents de la route.

Conclusion

Le cerveau est l'organe le plus important du corps humain, qui doit être protégé de toutes les manières possibles. Ci-dessus, nous avons fourni des informations sur les codes CIM 10 (classification internationale des maladies de la dixième révision), qui vous aideront à comprendre la documentation médicale, y compris les diagnostics..

Si vous trouvez une erreur, sélectionnez un morceau de texte et appuyez sur Ctrl + Entrée.

"NEIRODOC.RU"

"NEIRODOC.RU est une information médicale qui est accessible au maximum pour l'assimilation sans éducation spéciale et est créée sur la base de l'expérience d'un médecin en exercice."

Lésion cérébrale traumatique

Dans cet article, je veux parler de ce qu'est une lésion cérébrale traumatique (TCC), quelles sont les formes cliniques et les périodes de lésion cérébrale traumatique, quelle est la gravité de la lésion cérébrale traumatique. Je discuterai plus en détail de la classification, du diagnostic, des symptômes, du traitement et des résultats de chaque forme clinique de lésion cérébrale traumatique dans un article distinct. Certains des articles ont déjà été écrits, et certains doivent encore être écrits.

Une lésion cérébrale traumatique est une lésion des os du crâne (voûte et / ou base du crâne) et / ou du contenu intracrânien (cerveau, vaisseaux, sinus veineux, nerfs crâniens).

Les lésions cérébrales traumatiques en tant que cause de décès se classent au deuxième rang en Russie, et parmi la population en âge de travailler - au premier rang..

Le TBI est plus fréquent chez les personnes à faible niveau de vie économique. L'alcool est un facteur de risque inconditionnel de TBI quelle qu'en soit la cause. L'opinion qu'une lésion cérébrale traumatique subie en état d'ébriété est plus facile que celle d'une personne sobre n'est pas fondée. L'intoxication alcoolique aggrave les changements morphologiques dans le cerveau causés par un traumatisme, ce qui entraîne des changements biochimiques dans les tissus, le développement de complications dégénératives-dystrophiques, hémorragiques (hémorragies) et purulentes. Les principales causes de TBI sont les accidents de la route et les traumatismes à domicile. Parmi les hommes affectés, 2,5 fois plus que les femmes.

CIM code 10 traumatisme crânien: S02.0 (fracture de la voûte crânienne), S02.1 (fracture de la base du crâne), S02.7 (fractures multiples du crâne et des os du visage), S06.0 (commotion cérébrale), S06.1 (œdème cérébral traumatique), S06.2 (traumatisme cérébral diffus), S06.3 (traumatisme cérébral focal), S06.4 (hémorragie épidurale), S06.5 (hémorragie sous-durale traumatique), S06.6 ( hémorragie sous-arachnoïdienne traumatique), S06.7 (lésion intracrânienne avec coma prolongé), S06.7 (autres lésions intracrâniennes), S06.9 (lésion intracrânienne, sans précision), S07.1 (écrasement du crâne).

Classification des lésions cérébrales traumatiques.

Par gravité:

  1. Lésion cérébrale traumatique mineure: commotion cérébrale, contusion mineure du cerveau;
  2. Sévérité modérée: contusion cérébrale de sévérité modérée;
  3. Lésion cérébrale traumatique grave: contusion cérébrale grave, lésion axonale diffuse (DAP), compression cérébrale.

Par nature (danger d'infection du contenu intracrânien):

  1. Traumatisme cranio-cérébral fermé (CCI): il n'y a pas de plaies des tissus mous dans la projection du crâne cérébral ou il y a des plaies, mais sans dommage à l'aponévrose - une large plaque tendineuse recouvrant la voûte crânienne et située entre la peau et le périoste;
  2. Lésion cérébrale traumatique ouverte (TBI): plaies des tissus mous dans la projection du crâne cérébral avec lésion de l'aponévrose, fractures de la base du crâne avec saignement du nez ou de l'oreille;
  3. Lésion cérébrale traumatique pénétrante: il y a des dommages à la dure-mère (TMT) avec la formation de liquorrhée - la libération de liquide céphalo-rachidien (liquide physiologique qui baigne le cerveau);
  4. Lésion cérébrale traumatique non pénétrante: aucun dommage à la dure-mère.

Type:

  1. Lésion cérébrale traumatique isolée: de toutes les blessures, il n'y a que TBI;
  2. Lésion cérébrale traumatique combinée: le TBI est accompagné de dommages mécaniques à d'autres organes (poitrine, cavité abdominale, système musculo-squelettique, etc.)
  3. Blessure cérébrale traumatique combinée: le TBI s'accompagne de lésions résultant de l'action sur le corps de divers facteurs traumatiques (mécaniques, chimiques, thermiques, etc.), tels que les brûlures thermiques ou chimiques et les TBI.

Par forme clinique:

  1. Commotion cérébrale;
  2. Contusion cérébrale: légère, modérée et sévère;
  3. Compression du cerveau: hématomes et hydromes intracrâniens, fragments osseux, air (pneumocéphalie), sur fond d'œdème cérébral;
  4. Lésion axonale diffuse (DAP);
  5. Compression de la tête.

Outre les points décrits, le libellé du diagnostic comprend une description:
état des os du crâne:

  1. Pas de dommage;
  2. Fractures des os de la voûte (linéaire et déprimée) et de la base du crâne.
état des tissus mous de la tête:
  1. Écorchures;
  2. Des ecchymoses;
  3. Blessures: contusionnées, mordues, scalpées, coupées, coupées et poignardées;
  4. Hématomes.
états des espaces de sous-shell:
  1. hémorragie sous-arachnoïdienne (SAH);
  2. changements inflammatoires.

Périodes de lésions cérébrales traumatiques.

Au cours de TBI, les périodes sont distinguées: aiguë, intermédiaire et distante. La durée des règles dépend de la forme clinique du TBI et est: aiguë - de 2 à 10 semaines; intermédiaire - de 2 à 6 mois; à distance - avec récupération clinique - jusqu'à 2 ans.

Diagnostic des lésions cérébrales traumatiques.

La première étape consiste à examiner le patient, à la fois externe et neurologique, à recueillir les plaintes et l'anamnèse.

Puis ils se lancent dans des méthodes de recherche instrumentale. La tomodensitométrie (TDM) est l'étalon-or et la méthode de choix dans le diagnostic des lésions cérébrales traumatiques, car ce n'est qu'avec cette méthode d'investigation que les structures osseuses du crâne et les hémorragies sont clairement visibles. S'il est impossible de réaliser un scanner, il est impératif de prendre une radiographie des os du crâne. Bien sûr, il n'y aura pas la quantité d'informations que donne un scanner, mais il est toujours possible de voir des fractures des os du crâne sur les radiographies. L'hémorragie et le cerveau ne sont pas visibles sur les radiographies!

L'imagerie par résonance magnétique (IRM) est utilisée au besoin comme méthode d'examen supplémentaire dans le diagnostic des lésions cérébrales traumatiques, par exemple, dans le diagnostic des hématomes intracrâniens subaiguës, car ils peuvent ne pas être visibles à la tomodensitométrie, mais sont clairement visibles à l'IRM. Dans le cas d'hémorragies fraîches, c'est l'inverse. Le principal inconvénient de l'IRM est que le tissu osseux est peu visible, par conséquent, une évaluation de faible qualité de l'intégrité des structures osseuses est possible..

cliquez pour agrandir Ponction lombaire. Source de l'image (c) Can Stock Photo / megija

La ponction lombaire (prise de liquide céphalo-rachidien pour analyse générale) est une méthode supplémentaire pour diagnostiquer une lésion cérébrale traumatique. Elle est réalisée après une tomodensitométrie du cerveau, lorsqu'il y a un soupçon d'après les données cliniques qu'une hémorragie peut être présente, mais imperceptible au scanner, ou elle est réalisée lorsqu'il n'est pas possible de faire une tomodensitométrie, mais il est nécessaire d'exclure une contusion cérébrale, mais à la condition obligatoire qu'il n'y ait pas de suspicion d'intracrânien hématome, ou réalisée lorsqu'il est nécessaire d'exclure une complication infectieuse du TBI - méningite.

Les symptômes de la lésion cérébrale traumatique, ou plutôt chacune de ses formes cliniques, seront décrits dans les articles concernés..

Traitement des lésions cérébrales traumatiques.

Des soins qualifiés pour les lésions cérébrales traumatiques sont dispensés dans des établissements médicaux spécialisés, où il existe un service de neurochirurgie. Le traitement des lésions cérébrales traumatiques dépend de la forme clinique, du type et de la nature du TBI et peut être conservateur ou chirurgical. Des détails sur le traitement de chaque forme clinique seront publiés prochainement dans des articles connexes..

Complications des lésions cérébrales traumatiques.

  1. Complications infectieuses d'une lésion cérébrale traumatique: méningite (inflammation de la dure-mère), arachnoïdite (inflammation de la membrane péritonéale du cerveau), ventriculite (inflammation des ventricules du cerveau), encéphalite (inflammation du tissu cérébral), abcès cérébral (formation d'un abcès dans la substance cérébrale);
  2. Liquorrhée post-traumatique (libération de liquide céphalo-rachidien de la cavité crânienne vers l'extérieur à la suite de lésions des os du crâne et des méninges): liquorrhée nasale (libération de liquide céphalo-rachidien par le nez, se produit dans 97% des cas) et liquorrhée auriculaire (3% des cas);
  3. Pneumocéphalie (air entrant dans la cavité crânienne dans le contexte d'un traumatisme des os du crâne et des méninges);
  4. Fistule carotide-caverneuse (fistule entre l'artère carotide interne et le sinus caverneux à l'intérieur du crâne, se produit à la suite de la rupture de la paroi de l'artère carotide interne dans le sinus caverneux).

Conséquences des lésions cérébrales traumatiques.

  1. Épilepsie post-traumatique;
  2. Kystes traumatiques du cerveau: sous-arachnoïdien, intracérébral, porencéphalie (kyste intracérébral communiquant avec les ventricules du cerveau);
  3. Hydrocéphalie post-traumatique;
  4. Défauts post-traumatiques des os de la voûte crânienne: après une intervention chirurgicale ou à la suite d'une blessure.
  5. Troubles neurologiques post-traumatiques: parésie (paralysie), troubles de la parole, parésie des nerfs crâniens, troubles de la sphère psycho-émotionnelle, syndromes asthéniques et dépressifs, etc..
Je vais vous en dire plus sur chaque type de complication et les conséquences du TBI dans des articles séparés..
  1. Neurochirurgie / Mark S. Greenberg; par. de l'anglais. - M.: MEDpress-inform, 2010.-- 1008 p.: Malade.
  2. Neurochirurgie pratique: un guide pour les médecins / Ed. B.V. Gaidar. - SPb.: Hippokrat, 2002, 648 p..
  3. V.V. Krylov. Cours de neurochirurgie. 2008, 2e éd. M.: Académie des auteurs; Publications scientifiques T-in KMK. 234 p., Ill., Incl..
  4. Cours sur les traumatismes crâniens / Under. ed. V.V. Krylov. Guide d'étude pour les étudiants de l'enseignement supérieur. - M.: Médecine, 2010.-- 320 p..
  5. Directives cliniques pour les lésions cérébrales traumatiques / Under. ed. A.N. Konovalova, L.B. Likhterman, A.A. Potapova - M.: Antidor, 1998., T.1, - 550 p..
  6. Neurochirurgie / Ed. IL. Dreval. - T. 1. - M., 2012.-- 592 p. (Manuel pour les médecins). - T. 2. - 2013.-- 864 s.
  7. Shaginyan G.G., Dreval O.N., Zaitsev O.S. Lésion cérébrale traumatique. - M.: Ed. groupe "GEOTAR-Media", 2010. - 288 p. (Bibliothèque du médecin spécialiste).

Les matériaux du site sont destinés à prendre connaissance des particularités de la maladie et ne remplacent pas une consultation interne avec un médecin. Il peut y avoir des contre-indications à l'utilisation de médicaments ou de procédures médicales. Ne vous soignez pas! Si quelque chose ne va pas avec votre santé, consultez un médecin.

Si vous avez des questions ou des commentaires sur l'article, laissez des commentaires ci-dessous sur la page ou participez au forum. Je répondrai à toutes vos questions.

Abonnez-vous aux actualités du blog et partagez l'article avec vos amis à l'aide des boutons sociaux.

Lors de l'utilisation de matériaux du site, la référence active est obligatoire.

Lésion cranio-cérébrale fermée (commotion cérébrale, contusion cérébrale, hématomes intracrâniens, etc.)

RCHD (Centre républicain pour le développement des soins de santé du ministère de la Santé de la République du Kazakhstan)
Version: Archive - Protocoles cliniques du ministère de la Santé de la République du Kazakhstan - 2007 (Ordonnance n ° 764)

informations générales

Brève description

correspondent à la zone de fracture.

Les blessures pénétrantes comprennent le TBI, qui s'accompagne de fractures des os du crâne et de lésions de la dure-mère du cerveau avec l'apparition de fistules du liquide céphalo-rachidien (liquorrhée).

- Ouvrages de référence médicaux professionnels. Normes de traitement

- Communication avec les patients: questions, avis, prise de rendez-vous

Téléchargez l'application pour ANDROID / iOS

- Guides médicaux professionnels

- Communication avec les patients: questions, avis, prise de rendez-vous

Téléchargez l'application pour ANDROID / iOS

Classification

Selon la gravité de l'état des patients atteints de TBI, il est basé sur une évaluation du degré de dépression de la conscience de la victime, la présence et la gravité de symptômes neurologiques, la présence ou l'absence de lésions d'autres organes. La plus répandue était l'échelle de coma de Glasgow (proposée par G. Teasdale et B. Jennet 1974). L'état des victimes est évalué au premier contact avec le patient, après 12 et 24 heures selon trois paramètres: ouverture des yeux, réponse vocale et réponse motrice en réponse à une irritation externe.

Il existe une classification des troubles de la conscience dans le TBI, basée sur une évaluation qualitative du degré de dépression de la conscience, où il existe les gradations suivantes de l'état de conscience:

5. Contusion cérébrale sévère. La perte de conscience dure de plusieurs heures à plusieurs jours (chez certains patients présentant une transition vers le syndrome apallique ou un mutisme akinétique). Dépression de la conscience jusqu'à la stupeur ou le coma. Il peut y avoir une agitation psychomotrice prononcée, suivie d'une atonie.

Les symptômes de la tige sont exprimés - mouvements flottants des globes oculaires, différence de distance des globes oculaires le long de l'axe vertical, fixation du regard vers le bas, anisocorie. La réaction des pupilles aux réflexes lumineux et cornéen est inhibée. La déglutition est altérée. Parfois, le développement hormonal se développe sur des irritations douloureuses ou spontanément. Réflexes plantaires pathologiques bilatéraux. Il y a des changements dans le tonus musculaire, souvent - hémiparésie, anisoréflexie. Il peut y avoir des crises.

Détresse respiratoire - de type central ou périphérique (tachy- ou bradypnée). La pression artérielle est augmentée ou diminuée (cela peut être normal), et dans le coma atonique, elle est instable et nécessite un soutien médicamenteux constant. Syndrome méningé prononcé.

Une forme particulière de contusion cérébrale est la lésion cérébrale axonale diffuse. Ses signes cliniques incluent un dysfonctionnement du tronc cérébral - une dépression de la conscience vers un coma profond, un dysfonctionnement prononcé des fonctions vitales, qui nécessitent une correction médicale et matérielle obligatoire.

La mortalité dans les lésions cérébrales axonales diffuses est très élevée et atteint 80 à 90%, et les survivants développent un syndrome apallique. Des lésions axonales diffuses peuvent être accompagnées de la formation d'hématomes intracrâniens.

6. Compression du cerveau (en croissance et non en croissance) - se produit en raison d'une diminution de l'espace intracrânien par des formations volumétriques. Il faut garder à l'esprit que toute compression «non croissante» dans le TBI peut devenir progressive et conduire à une compression sévère et à une luxation du cerveau. La compression non croissante comprend la compression par des fragments des os du crâne avec des fractures déprimées, la pression sur le cerveau par d'autres corps étrangers. Dans ces cas, la formation elle-même comprimant le cerveau n'augmente pas de volume..

Les mécanismes intracrâniens secondaires jouent un rôle majeur dans la genèse de la compression cérébrale. La compression croissante inclut tous les types d'hématomes intracrâniens et de contusions cérébrales, accompagnées d'un effet de masse.

Traumatisme cranio-cérébral fermé, commotion cérébrale, contusion cérébrale, hématomes intracrâniens, etc..

Les lésions cérébrales traumatiques (TBI) sont un ensemble de lésions de contact des tissus mous de la tête, des os du crâne, de la substance du cerveau et de ses membranes, qui coïncident dans le temps et ont un seul mécanisme de formation. Les accidents de la circulation (traumatisme inertiel) sont une cause fréquente. Beaucoup moins souvent, une blessure est le résultat de blessures domestiques, sportives ou industrielles. Le TBI peut affecter toutes les structures du système nerveux central: matière blanche et grise du cerveau, troncs nerveux et vaisseaux sanguins, parois des ventricules et voies du liquide céphalo-rachidien, ce qui provoque une variété de symptômes qui le caractérisent.

Prévention des complications, rééducation

Seul un traitement rapide peut réduire le risque de conséquences négatives après un traumatisme crânien. Les premiers soins sont généralement fournis par le personnel médical. Mais les personnes proches de la victime au moment de sa blessure peuvent également l'aider. Vous devez effectuer les opérations suivantes:

  1. Mettez la personne dans une position où la probabilité d'hypoxie et d'asphyxie est minime. Si la victime est consciente, vous devez la tourner sur le dos. Sinon, posez-le sur le côté..
  2. Traitez la plaie avec de l'eau ou du peroxyde d'hydrogène, appliquez-y des bandages et un bandage: cela réduira le gonflement, le risque de développer des complications infectieuses avec un traumatisme crânien ouvert.
  3. Si des signes d'asphyxie, d'essoufflement, de troubles du rythme cardiaque apparaissent, effectuez un massage cardio-pulmonaire, donnez au patient un accès à l'air.
  4. Arrêter les saignements concomitants, traiter les autres zones endommagées du corps (le cas échéant).
  5. Attendez que l'ambulance arrive.

Le traitement des traumatismes crâniens est effectué exclusivement dans un hôpital, sous la stricte surveillance d'un médecin. Selon le type et la gravité de la pathologie, un traitement médicamenteux ou une intervention chirurgicale est utilisé. Les médicaments de ces groupes peuvent être prescrits:

  • analgésiques: Baralgin, Analgin;
  • corticostéroïdes: Dexaméthasone, Metipred;
  • sédatifs: Valocordin, Valerian;
  • nootropiques: glycine, phénotropil;
  • anticonvulsivants: Seduxen, Diphenin.

Habituellement, l'état du patient s'améliore avec le temps après une blessure. Mais le succès et la durée de la récupération dépendent des mesures prises pendant la période de réhabilitation. Les spécialistes suivants sont en mesure de ramener la victime à une vie normale:

  • ergothérapeute. Travaille sur la reprise des compétences en libre-service: se déplacer dans l'appartement, conduire une voiture en tant que passager et conducteur;
  • neuropathologiste. Traite de la correction des troubles neurologiques (décide comment restaurer l'odorat, réduire les crises et que faire si, après avoir subi une blessure, la tête fait constamment mal);
  • orthophoniste. Aide à améliorer la diction, à faire face au problème de la parole inarticulée, à restaurer les compétences de communication;
  • physiothérapeute. Effectue la correction de la douleur: prescrit des procédures pour soulager les maux de tête après un traumatisme crânien;
  • kinésithérapeute. Sa tâche principale est de restaurer les fonctions du système musculo-squelettique;
  • psychologue, psychiatre. Aide à éliminer les troubles mentaux liés aux lésions cérébrales.

Complications et conséquences du TBI

L'efficacité du traitement ne peut être évaluée qu'après un an à compter du jour de la blessure, lorsque le tableau avec des conséquences à long terme devient clair. Les complications du traumatisme crânien ne surviennent pas toujours immédiatement après la phase aiguë; parfois, la personne en convalescence ressent une forte détérioration après quelques semaines ou quelques mois.

Parmi les complications figurent les suivantes:

  • maladies infectieuses et processus inflammatoires (méningite, méningo-encéphalite);
  • hémorragies dans le cortex et les membranes internes;
  • les troubles du sommeil;
  • problèmes de mémoire;
  • divers troubles mentaux;
  • tomber dans le coma.

Premiers secours

Compte tenu de la gravité des conséquences, les premiers secours doivent inclure les mesures suivantes:

  1. La victime est allongée sur le dos, tandis que son état général est surveillé (respiration, pouls).
  2. En l'absence de conscience chez la victime, il doit être couché sur le côté, ce qui permet d'éviter la pénétration de vomi dans les voies respiratoires lors des vomissements, exclut la possibilité de couler la langue.
  3. Un pansement est appliqué directement sur la plaie.
  4. Avec une blessure ouverte, les bords de la plaie sont bandés, après quoi le bandage lui-même est appliqué.

Les conditions obligatoires pour appeler une ambulance sont les manifestations suivantes de cette condition:

  • saignement abondant;
  • saignement des oreilles, du nez;
  • Forts maux de tête;
  • manque de respiration;
  • confusion de conscience;
  • perte de conscience pendant plus de quelques secondes;
  • troubles de l'équilibre;
  • faiblesse des bras ou des jambes, incapacité à bouger l'un ou l'autre des membres;
  • convulsions;
  • vomissements répétés;
  • discours flou.

Un appel d'ambulance est nécessaire. Même si vous vous sentez bien, après avoir fourni les premiers soins, la victime doit consulter un médecin (se rendre aux urgences).

Traitement

La thérapie des victimes est effectuée dans des conditions stationnaires. Tout d'abord, les voies respiratoires du patient sont dégagées et le bon fonctionnement du cœur est rétabli. Prescrire des médicaments:

  1. Pour éliminer les crises, des injections de diazépam sont utilisées, des diurétiques sont utilisés pour soulager les poches.
  2. Des stimulants neurométaboliques sont prescrits, tels que Piracetam. Le médicament améliore la fonction du cerveau et la perméabilité de l'influx nerveux.
  3. Pour restaurer le flux sanguin cérébral, des médicaments sont prescrits qui renforcent les parois des vaisseaux sanguins, stimulent le flux sanguin vers le cerveau et saturent les cellules nerveuses en nutriments. Les médicaments sont administrés par goutte à goutte ou par injection.
  4. La thérapie nécessite l'apport de vitamines C et du groupe B, d'acide glutamique, d'agents neuroprotecteurs.

Au cours de la première semaine, la victime a besoin d'un repos au lit strict, combiné à des repas diététiques. Ensuite, la physiothérapie est liée à la thérapie. Cette tactique stimule l'activité cérébrale et arrête les troubles du mouvement. La durée du traitement est déterminée individuellement.

Dans les cas graves, en cas de fracture osseuse et de lésion de la dure-mère, une opération urgente est nécessaire.

Quand secoué

Une commotion cérébrale légère à modérée ne nécessite pas de traitement médical intensif. Le patient a besoin d'un bon repos et d'un repos au lit. Il devrait être exclu:

  • Lire des livres;
  • regarder la télévision;
  • jeux sur ordinateur;
  • communication à long terme avec des amis.

L'activité physique et mentale reprend progressivement, avec l'autorisation du médecin.

Si les maux de tête sont troublants, un analgésique tel que l'acétaminophène est recommandé. Les vertiges sont éliminés avec l'extrait de Ginkgo Biloba, Ergotoxin. Pour calmer le système nerveux, utilisez de la teinture d'agripaume, de la valériane. Pour les troubles du sommeil la nuit, il est permis de prendre un comprimé de Zopiclone.

Avec la permission du médecin, vous pouvez utiliser des méthodes folkloriques. L'infusion de thym rétablit bien le travail du système nerveux. Vous devez prendre une cuillère à café de l'herbe et la préparer dans 400 ml d'eau bouillante. Égouttez le liquide refroidi et buvez pendant la journée, divisé en 4 doses, avant les repas. Le traitement peut être fait à la maison.

Traits émotionnels et de personnalité prémorbides

Souvent, ils prédéterminent la qualité et l'exhaustivité de la restauration de l'activité mentale. Leur signification pronostique est la plus évidente dans les TBI légers à modérés et est effacée dans les TBI sévères accompagnés d'un coma prolongé. Illustré par de nombreuses observations de patients ayant souffert de TBI légers, modérés voire sévères, accompagnés d'un coma relativement court.

Une santé mentale prémorbide complète, une forte activité pour atteindre des objectifs clairement définis, une attitude raisonnablement attentive à sa santé et la maîtrise de ses techniques de régulation sont pronostiquement favorables. En règle générale, ces patients adhèrent au repos au lit pendant la période aiguë de TBI léger et moyennement sévère, en suivant exactement toutes les recommandations des médecins. Ceci est illustré par l'observation suivante.

Patient F-v, droitier, 33 ans, ingénieur d'essai d'une usine automobile, membre de l'équipe nationale de sport automobile de l'URSS; en tant que pilote, il a participé à de nombreuses compétitions nationales et internationales. Marié. Il se distingue par un sens aigu du but, beaucoup entraîné, s'est efforcé d'obtenir les meilleurs résultats dans le sport. Possède les techniques d'auto-formation, régule facilement son état somatique et mental; peut se mettre dans n'importe quel état - souhaitable pour une situation particulière. J'ai appris à lire rapidement: d'un coup d'œil, il saisit des lignes entières, comprend rapidement ce qu'il a lu. 23/1 - 1983 a été blessé pendant la compétition. Sur les 18 qui ont participé aux courses, le patient faisait partie des trois qui ont obtenu le même nombre de points. Une course supplémentaire était prévue pour ces trois athlètes. Pendant la course, "la voiture a déraillé" et le patient, ainsi que le deuxième membre d'équipage, "ont heurté et heurté" la clôture. La dernière chose dont le patient se souvient est un trou dans la clôture et la pensée - "Je pensais que tout devait être fait pour glisser par ce trou." Le patient a immédiatement perdu connaissance. Dans l'ambulance, il ouvrit les yeux, comprit les questions qui lui étaient adressées, leur répondit. Livré au 36ème hôpital clinique de la ville, de là transféré à l'Institut de Neurochirurgie (I / b 87769).

Diagnostiqué avec un traumatisme crânien fermé; légère lésion cérébrale.

Au deuxième jour après le traumatisme: symptômes d'une lésion baso-frontale à gauche (anosmie à gauche), dysfonctionnement des voies opto-motrices dans l'hémisphère gauche (affaiblissement du nystagmus optocinétique à droite), troubles du niveau diencéphalique-rhombencéphalique (hypsr symétrique pronhpsie de réaction végétale calorique avec nystagmus calorique).

État mental au quatrième jour après la blessure: couché dans son lit, pleinement orienté, prêt à parler, répond rapidement et correctement à toutes les questions. Décrit soigneusement son état mental dès les premiers jours après la blessure. Souligne que le premier jour "je n'ai pas bien compris ce qui lui est arrivé... puis le volume de perception... la mémoire s'est élargie". J'ai commencé à me souvenir de la situation de course - comment j'évaluais mes adversaires et calculais le plan de course. Reproduit le jour de la blessure, sauf pour la durée entre le moment de la blessure et la «récupération» sur le chemin de l'hôpital. Spécifie la date exacte, le jour de la semaine, l'heure de la journée. Adéquat dans le comportement. Préoccupé par ce qui s'est passé.

Caractéristiques des conséquences

Une commotion cérébrale peut passer sans laisser de trace, mais parfois le résultat du traumatisme se fait sentir presque toute la vie et se manifeste par divers symptômes, allant jusqu'à des changements de caractère. Une personne est irritée par des bagatelles, devient sensible et vulnérable. La dépression est courante. Peut être hanté par des peurs sous forme de peur des espaces confinés.

  • intolérance à la chaleur et au froid;
  • sensibilité accrue à l'infection;
  • troubles nerveux;
  • explosions émotionnelles.

La détérioration de l'humeur peut conduire à un comportement agressif. Anxiété déraisonnable, les maux de tête deviendront des compagnons constants pour une personne, la psychose commencera à se développer. En conséquence, la perception de la réalité est perdue, des hallucinations apparaissent.

Une commotion cérébrale ne peut être ignorée. Même un degré léger de dommage peut entraîner de graves complications, entraînant des conséquences qui ne peuvent être éliminées..

La psychothérapie dans ce cas est impuissante, l'utilisation constante de médicaments peut entraîner une dépendance à leur égard. Un traitement complexe commencé uniquement à temps aidera à éviter les problèmes..

L'une des causes les plus courantes d'invalidité et de décès dans la population est le traumatisme crânien. Ses conséquences peuvent apparaître immédiatement ou après des décennies. La nature des complications dépend de la gravité de la blessure, de l'état de santé général de la victime et de l'assistance fournie. Pour comprendre les conséquences du TBI, vous devez connaître les types de dommages.

Toutes les lésions cérébrales traumatiques sont réparties selon les critères suivants:

La nature des dommages. TBI se produit:

    ouvert. Ils se caractérisent par: la rupture (décollement) des tissus mous de la tête, des lésions des vaisseaux sanguins, des fibres nerveuses et du cerveau, la présence de fissures et de cassures dans le crâne. Séparément, il existe des TBI pénétrants et non pénétrants;


blessure cranio-cérébrale fermée. Cela inclut les dommages dans lesquels l'intégrité du cuir chevelu n'est pas compromise;

La gravité de la blessure. Il existe de tels types de lésions cérébrales:

  • secouer:
  • blessure;
  • pressant;
  • lésion axonale diffuse.

Selon les statistiques, dans 60% des cas, les traumatismes crâniens sont reçus au quotidien. La cause de la blessure est le plus souvent une chute d'une hauteur associée à la consommation de grandes quantités d'alcool. En deuxième position, les blessures subies lors d'un accident. La proportion de blessures sportives n'est que de 10%.

Symptômes

Les signes du coma sont basés sur le manque d'interaction et de contact avec les gens du monde entier et du monde entier, il en existe trois types:

  • Superficiel: retard de la parole, des mouvements;
  • Un affaiblissement brutal et un manque de réponse aux stimuli: excitation soudaine de l'activité motrice;
  • Extinction de la fonction réflexe: absence de signes vitaux, le patient est placé en thérapie de soutien avec un ventilateur.

L'image se compose de:

  • Déficience dans le fonctionnement normal des zones du système nerveux central associées à la parole;
  • Inaccessibilité des mouvements volontaires des membres supérieurs et inférieurs;
  • Contractions convulsives soudaines;
  • Clonus rythmiques et rapides dans les articulations des pieds et des genoux;
  • Diminution du degré de conscience: de la présence d'une réaction à la stimulation du système nerveux central à l'absence de réflexes;
  • Mouvement réflexe du globe oculaire fixé dans une position fixe.

Des signes de déplacement de parties du cerveau dans les régions intracrâniennes peuvent être exprimés:

  • Compression des artères et des veines, des terminaisons nerveuses;
  • Trouble du mouvement;
  • Hydrocéphalie;
  • Paralysie;
  • Fixation des pupilles;
  • Trouble respiratoire;
  • Changement de fréquence cardiaque;
  • Ischémie.

Une échelle spéciale de Glasgow a été développée, qui permet de déterminer le niveau de coma, d'évaluer le degré de son changement.

Trouble des systèmes et des organes

Après une blessure à la tête, des perturbations dans le travail de tous les organes et systèmes du corps peuvent apparaître. La probabilité de leur survenue est beaucoup plus élevée si le patient a été diagnostiqué avec une lésion cérébrale traumatique ouverte. Les conséquences d'une blessure apparaissent dans les premiers jours après sa réception ou après plusieurs années. Vous pouvez rencontrer:


Troubles cognitifs. Le patient se plaint de:

  • diminution de la mémoire;
  • confusion de conscience;
  • que la tête fait constamment mal;
  • détérioration de la pensée, de la concentration;
  • invalidité partielle ou totale.

Violations des organes de la vision - apparaissent s'il y a une blessure à la région occipitale de la tête. Panneaux:

  • opacification, vision double;
  • baisse graduelle ou soudaine de la vision.

Dysfonctionnements du système musculo-squelettique:

  • violation de la coordination des mouvements, équilibre;
  • changement de démarche;
  • paralysie des muscles du cou.

Pour la période aiguë de TBI, les troubles de la respiration, des échanges gazeux et de la circulation sanguine sont également caractéristiques. Cela conduit à la survenue d'une insuffisance respiratoire chez le patient, une asphyxie (suffocation) peut se développer. La principale raison du développement de ce type de complications est une ventilation altérée des poumons associée à une obstruction des voies respiratoires due à la pénétration de sang et de vomissements dans celles-ci..

Avec une blessure à la partie frontale de la tête, un coup violent à l'arrière de la tête, il existe une forte probabilité de développer une anosmie (perte d'odorat unilatérale ou bilatérale). Il est difficile à traiter: seuls 10% des patients ressentent une récupération de l'odeur.

Les conséquences à long terme d'une lésion cérébrale traumatique peuvent être les suivantes:

Dysfonctionnements du système nerveux:

  • picotements, engourdissements dans différentes parties du corps;
  • sensation de brûlure dans les mains et les pieds;
  • insomnie;
  • maux de tête chroniques;
  • irritabilité excessive;
  • crises d'épilepsie, convulsions.

Les troubles mentaux dans les lésions cérébrales traumatiques se manifestent sous la forme de:

  • attaques d'agression;
  • pleurer sans raison apparente;
  • psychose, accompagnée de délires et d'hallucinations;
  • euphorie insuffisante. Les troubles mentaux dans les lésions cérébrales traumatiques aggravent gravement l'état du patient et ne nécessitent pas moins d'attention que les troubles physiologiques.
  • Perte de certaines capacités d'élocution. Les conséquences d'un traumatisme modéré à sévère peuvent être:

    • troubles de l'élocution;
    • perte de la capacité de parler.

    Syndrome asthénique. Il se caractérise par:

    • fatigue accrue;
    • faiblesse musculaire, incapacité à supporter même un petit effort physique;
    • humeur changeante.

    Chez les enfants ayant subi une hypoxie intra-utérine, une asphyxie à la naissance, après une lésion cérébrale traumatique, les conséquences se produisent beaucoup plus souvent.

    Droitier-gaucher

    Ils sont entendus ici plus largement que simplement droitier ou gaucher. Les fonctions des jambes et des organes sensoriels sont asymétriques. Les combinaisons (profils individuels) de toutes les asymétries sont diverses. Cela correspond plutôt à une multitude de variantes d'asymétrie fonctionnelle du cerveau..

    Il en est de même, à en juger par les données obtenues, pour tous les droitiers. Ils assument aussi clairement que possible la répartition entre les hémisphères des rôles pour assurer une activité mentale intégrale. En pathologie focale du cerveau, cela se traduit par deux schémas strictement différents de troubles mentaux dus à des lésions des hémisphères droit et gauche.

    Caractéristiques individuelles du patient

    Le moment et la qualité de la restauration de l'activité mentale dépendent du droitier-gaucher, de l'âge, de la santé mentale et somatique prémorbide et de l'état du patient au moment de la TBI. La signification pronostique des signes énumérés est en quelque sorte médiée par l'état (manifestation progressive, augmentation) de l'asymétrie fonctionnelle des hémisphères cérébraux et de leurs connexions de travail avec différents segments des structures cérébrales médianes.

    Dans les années 40, A.R. Luria et E.N. Gurova ont noté la meilleure restauration de la parole altérée due au TBI chez les gauchers qui ont un type de "dominance des hémisphères dans la parole" autres que les droitiers.

    Depuis les années 60, l'attention principale a été portée à la dissemblance de la restauration de l'activité mentale avec la lésion traumatique prédominante des hémisphères cérébraux droit et gauche des droitiers et gauchers. Les données des études cliniques et électroencéphalographiques laissent penser que le concept de «dominance hémisphérique» est plus large que celui défini uniquement par la parole

    Les deux hémisphères sont dominants. L'un est supérieur à l'autre dans sa «spécialité». Cela est particulièrement vrai pour tous les droitiers. Les hémisphères gauche et droit sont respectivement dominants dans les fonctions de fournir les deux sphères principales de la psyché - 1) psychomoteur: parole et pensée verbale et mémoire basée sur elle, organisation des mouvements, 2) psychosensorielle: perception du monde et de soi-même dans ce monde, préservation de l'expérience individuelle de la perception et expériences. Il est peut-être possible de dire que la restauration complète de l'activité mentale avec le retour de propriétés émotionnelles et personnelles antérieures ne peut être que chez un patient qui, lors de mesures de rééducation, a "rendu" toutes les caractéristiques individuelles de l'asymétrie de son cerveau et de la vie mentale du patient fournies par celles-ci..

    Premiers secours en cas de traumatisme crânien


    Important: les premiers soins en cas de traumatisme crânien consistent à offrir à la victime un repos complet. Il a besoin d'une position horizontale avec la tête élevée. Si le patient est inconscient, il ne peut pas être déplacé, car la possibilité d'une lésion vertébrale ne peut être exclue. Il est conseillé d'appliquer un coussin chauffant avec de l'eau froide ou un sac de glace sur la tête. Si la respiration ou l'activité cardiaque s'arrête, avant l'arrivée de l'ambulance, une réanimation doit être effectuée - compressions thoraciques et respiration artificielle.

    Les soins primaires pour les patients sont fournis dans l'établissement médical le plus proche. Le volume des soins primaires est déterminé par la gravité de l'état du patient et les capacités des médecins. La tâche principale des médecins est de maintenir les fonctions respiratoires et circulatoires. Il est impératif de restaurer la perméabilité des voies respiratoires (celle-ci est souvent altérée par l'aspiration de sang, de sécrétions ou de vomissements).

    Le traitement de toute lésion cérébrale traumatique est effectué dans des conditions stationnaires. En fonction de la nature et de la gravité des dommages, des tactiques conservatrices ou une intervention neurochirurgicale sont utilisées.

    En cas d'agitation psychomotrice ou de convulsions, des relaxants (par exemple, le diazépam) sont administrés par voie intraveineuse. Les symptômes de constriction sont une bonne raison de prescrire un diurétique. En cas de risque d'œdème, des osmodiurétiques sont utilisés et la victime est immédiatement livrée au service de neurochirurgie.


    Pour stabiliser la circulation sanguine, des agents pharmacologiques vasoactifs sont administrés et s'il existe un risque d'hémorragie dans l'espace sous-arachnoïdien, des hémostatiques sont indiqués.

    Au cours du traitement des lésions cérébrales traumatiques, les neuroprotecteurs, les stimulants neurométaboliques, les préparations vitaminées et l'acide glutamique sont largement utilisés. Des médicaments déshydratants sont nécessaires pour combattre la dynamique du LCR.

    La durée du traitement dépend du type et de la gravité du TBI et de la dynamique du processus de récupération. Même avec des commotions cérébrales légères, le patient reste alité pendant une semaine et demie.

    Plisov Vladimir, chroniqueur médical

    12, au total, aujourd'hui

    (158 votes, moyenne: 4.58 sur 5)

    Articles similaires
    Causes de la douleur au genou
    Premiers secours en cas de blessure à la tête

    Quel est le danger de blessure

    Pourquoi une lésion cérébrale est-elle dangereuse? Cette question inquiète beaucoup, mais cette blessure peut entraîner de graves problèmes pouvant mettre la vie en danger. Et ce n'est pas une simple commotion cérébrale, qui présente également de nombreux symptômes désagréables, mais ce n'est toujours pas aussi dangereux qu'une ecchymose..

    Une lésion du tronc cérébral a des conséquences désagréables et potentiellement mortelles. La principale caractéristique de cette blessure est que le foyer de la lésion principale est observé non seulement dans la zone de dommage, mais également sur le côté opposé. Cela signifie qu'il y a un double préjudice pour la santé..

    Si vous ne savez toujours pas quel type de préjudice pour la santé est observé avec une lésion cérébrale, il convient de se rappeler les états:

    • développement de troubles de nature dyscirculatoire;
    • augmentation des indicateurs de pression intracrânienne;
    • gonflement du cerveau après une blessure.

    Lors de l'étude des caractéristiques d'une lésion cérébrale et de ses effets néfastes sur la santé, il convient de prêter une attention particulière au fait qu'avec une lésion modérée et grave, des saignements sous-arachnoïdiens se développent. En règle générale, la gravité du patient atteint de cette condition nécessite nécessairement son hospitalisation immédiate.

    Si la victime ne reçoit pas d'assistance en temps opportun, des complications irréversibles peuvent survenir. Avec une contusion du cerveau, des conséquences graves et potentiellement mortelles peuvent apparaître: des foyers d'inflammation aseptique commencent à se développer activement dans les zones du cerveau endommagées. En outre, leur développement augmente l'accumulation de produits de dégradation du sang..

    Une contusion cérébrale de gravité modérée s'accompagne souvent de l'ajout d'un syndrome méningé. Dans tous les cas, une hospitalisation urgente est nécessaire, quelle que soit la gravité de la blessure, plus tôt l'assistance est fournie et le traitement est effectué, plus tôt les conséquences possibles qui peuvent devenir une menace pour la vie humaine seront éliminées.

    Il est impossible de déterminer indépendamment le pronostic et les dommages causés à l'état de santé, souvent les spécialistes eux-mêmes ne peuvent pas établir immédiatement le degré des dommages. Cela nécessite une certaine période et de nombreuses enquêtes..

    Après les données reçues sur l'état du patient, le traitement peut déjà être prescrit

    Après une guérison complète, il est important d'être sous la surveillance d'un médecin pendant une longue période, cela aidera à prévenir les complications même après un œdème grave et une lésion cérébrale.

    Classification du CCMT

    Par types de traumatisme, le crâne est divisé en:

    • Isolé.
    • Combiné (avec des dommages à d'autres organes).
    • Combiné (lorsque le corps est affecté par d'autres facteurs négatifs).

    Les types de lésions du tissu cérébral sont distingués:

    • Compression du cerveau. Cela se produit du type croissant et non croissant, cela est dû à de grandes formations qui réduisent considérablement l'espace intracrânien. En cas de fractures des os de la voûte crânienne, le cerveau est comprimé par des fragments, des fragments osseux et d'autres corps étrangers, ce qui est appelé compression non croissante. Le type de croissance comprend tous les hématomes: intrathécal, intraventriculaire, épidural. Chez ces patients, ainsi que les hématomes formés presque immédiatement après la blessure, des manifestations cliniques de lésions primaires des structures cérébrales sont notées..
    • Contusion cérébrale. Les structures cérébrales sont endommagées et un foyer nécrotique de fibres nerveuses se forme.
    • Secouer. Il se produit lorsqu'il est exposé à une petite impulsion traumatique. La plupart des victimes de TBI sont confrontées à ce problème. La pathologie est caractérisée par des évanouissements à court terme après un accident vasculaire cérébral. Souvent, les patients se plaignent d'une sensation précédant le vomissement, moins souvent - ses épisodes: vertiges, léthargie, rotation douloureuse des globes oculaires.

    La lésion cranio-cérébrale fermée la plus inoffensive, mais non moins grave, nécessitant des mesures médicales est une commotion cérébrale avec étirement des terminaisons nerveuses sans l'apparition de troubles vasculaires et la manifestation de changements prononcés dans la structure du cerveau..

    Âge du patient

    Il est souligné comme l'un des critères pronostiques importants. La possibilité d'un rétablissement complet avec la restauration de l'activité mentale est plus probable à l'âge de 20-30 ans et moins à l'âge de 10 ans. Pas un seul patient de plus de 40 ans, après un statut végétatif de 3 mois, n'a même atteint la capacité de se déplacer de manière autonome. Chez les personnes âgées et les personnes âgées, une évolution prolongée de troubles mentaux avec hématomes intracrâniens sans symptômes clairs de compression a été notée. Parmi les survivants du long terme, il n'y avait aucun patient de moins de 2 ans et de plus de 52 ans; la récupération mentale était meilleure chez les patients âgés de 15 à 24 ans; la plus grande proportion parmi ceux qui restent en état végétatif était des patients âgés de 2 à 14 ans.

    La signification pronostique différente des périodes d'ontogenèse indiquées est médiée, apparemment, par la dynamique de l'asymétrie fonctionnelle du cerveau, qui lui correspond par la maturité de la psyché elle-même. Il atteint un maximum entre 15 et 20 ans et reste plus loin à ce niveau, déterminant la plus grande efficacité de l'activité mentale. Diminution chez les personnes âgées, déterminant la baisse de l'efficacité de l'activité mentale, qui est difficilement récupérable même après un TBI modéré à sévère.

    Lors de la construction d'une prévision, les caractéristiques des stades initial et tardif de l'ontogenèse sont significatives. Les enfants des premières années de la vie et les personnes âgées: 1) se ressemblent: l'asymétrie de leur cerveau est inférieure à celle des personnes d'âge mûr; 2) sont fondamentalement différentes - inverses: avec l'âge, l'asymétrie du cerveau augmente chez les enfants et diminue chez les personnes âgées. Un degré élevé d'asymétrie prémorbide des fonctions des hémisphères est pronostique favorable. Il témoigne de la maturité fonctionnelle du cerveau et de l'activité mentale. Dans le même temps, il est plus facile d'obtenir la reprise de l'asymétrie cérébrale après un traumatisme et la restauration de l'activité mentale même après un TBI sévère. C'est d'autant plus réalisable que les adolescents sont âgés. Inatteignable pour les personnes âgées, les enfants des premières années de la vie.

    Symptômes de lésions cérébrales

    CCI donne des signes clairs dans lesquels les victimes ont absolument besoin d'un avis médical et d'un traitement. Dans certains cas, après l'incident, les victimes ne ressentiront pas tous les symptômes d'un accident vasculaire cérébral, mais ces impressions sont trompeuses - même une commotion cérébrale mineure, et pire encore - une contusion cérébrale doit être examinée par un spécialiste, car les blessures compliquées par des hématomes ne peuvent être déterminées sans un examen matériel spécial..

    Les signes d'un traumatisme crânien font référence à un complexe de symptômes sévères qui génère non seulement des changements dans le cerveau, mais également des écarts dans le travail de tout le corps, en fonction de l'emplacement de la blessure.

    Considérez les symptômes de diverses pathologies:

    1. la commotion cérébrale est caractérisée par une triade de symptômes, ce qui est classique pour les médecins. Après l'incident, les victimes perdent brièvement connaissance, elles ont de graves nausées et vomissements, des tremblements des paupières et de la langue, elles montrent également tous les signes d'amnésie (rétrograde) - elles se souviennent de tout pour que c'était bien avant ce qui s'est passé, mais le moment même où et de quoi elles ont reçu une commotion cérébrale, ne pas se souvenir. Les conséquences des symptômes neurologiques locaux ne se manifestent pas.
    2. les lésions cérébrales surviennent à la fois dans les zones de choc et de contre-choc. Au premier degré de gravité de la pathologie, les patients peuvent s'évanouir jusqu'à 60 minutes, ils souffrent de nausées, de fortes douleurs à la tête et des vomissements sont possibles. Lorsque les globes oculaires sont tirés sur les côtés, des contractions peuvent se produire, des réflexes asymétriques apparaissent. Une fois la victime livrée à la clinique, une radiographie est prise, montrant une fracture dans la zone de la voûte crânienne et la présence de sang est notée dans le liquide céphalo-rachidien. Une blessure plus grave "éteint" la conscience de la victime pendant plus d'une heure, il y a une amnésie classique, des vomissements fréquents, des maux de tête sévères. Violation de la fonction respiratoire et du rythme cardiaque, un tremblement des extrémités est diagnostiqué. Un traumatisme grave entraîne une perte de conscience prolongée, qui peut être absente jusqu'à 14 jours. Les principales fonctions du corps sont altérées, il y a des signes de destruction dans la région du tronc - des difficultés à avaler, des tremblements des membres, parfois une paralysie. L'épisyndrome est souvent présent. La radiographie ne révèle pas de fracture des os du crâne et de sa base, hémorragie intracrânienne.
    3. la compression du cerveau est provoquée par la formation d'un hématome ou d'un hygroma, qui ont un effet sur la moelle épinière. Il existe deux types de compression du cerveau: dans le premier cas, après la "période de lumière", l'état de la victime commence à se détériorer, elle cesse de s'intéresser aux autres, réagit lentement aux événements, comme si elle pénétrait dans un bouchon. Dans le second cas, le patient tombe dans le coma, ce qui a provoqué une compression du cerveau. Ici, il est beaucoup plus difficile d'évaluer les conséquences d'un traumatisme, car la compression du cerveau est déterminée par des techniques spéciales uniquement en clinique..
    4. une fracture du crâne peut être de trois types, mais avec une blessure fermée, un dommage linéaire est le plus souvent diagnostiqué. Avec ces dommages, l'intégrité de la peau sur le site d'impact est préservée et une ligne caractéristique de fracture osseuse est trouvée sur l'image radiographique. Si la fracture n'est pas compliquée par d'autres pathologies, le traitement n'est pas difficile, les conséquences d'une telle blessure sont favorables.
    5. les lésions axonales sont l'une des blessures les plus graves dans lesquelles la plupart des patients subissent des conséquences graves. Seuls huit patients sur cent ont une issue favorable, tandis que les autres restent soit en état de handicap profond, soit en état végétatif. Les dommages aux axones s'accompagnent de l'apparition du coma immédiatement après l'impact, sans la présence d'un léger écart. Un tel coma peut durer jusqu'à six mois, à la suite de quoi la santé de la victime se détériore de plus en plus, les chances de guérison normale sont négligeables. Le traitement lors d'un coma n'est pas effectué, seule une intervention mineure est possible (chirurgie plastique des os du crâne, suture de plaies lacérées, etc.). Dans une large mesure, le pronostic dépend du moment de la récupération du coma et de la présence de lésions concomitantes.

    Les raisons

    Construction 3D pour fracture de l'os frontal
    En Russie, les blessures domestiques sont la principale cause de TBI. Dans les pays développés, les accidents de la route sont en premier lieu. En comparaison avec eux, les chutes de hauteur et les blessures sportives sont rarement observées comme causes..

    Plus de la moitié des patients atteints de TBI sont ivres, ce qui dans sa majorité est la cause des blessures.

    La principale force qui crée des dommages est l'énergie mécanique, qui déclenche des processus pathologiques et compensatoires dans le corps. Lorsqu'ils sont frappés par la tête, des troubles structurels surviennent aux niveaux moléculaire, cellulaire et tissulaire, qui sont irréversibles..

    Quelque temps après la blessure, des troubles ischémiques secondaires se développent, ce qui aggrave considérablement le pronostic. Parmi eux, un rôle particulier appartient à l'infection intracrânienne (abcès, méningite, encéphalite), car avec une lésion cranio-cérébrale ouverte, il y a une communication avec l'environnement externe et la plaie est généralement contaminée, et cela prend beaucoup de temps avant le traitement chirurgical primaire (PCO).

    Classification des lésions cérébrales traumatiques ouvertes

    Il existe deux principaux types de TBI:

    • Pénétrant - il y a des dommages à tous les tissus mous, aux os et aux méninges dures (durales); ils comprennent également des fractures des os de la base du crâne, qui se combinent à des violations de l'intégrité des sinus paranasaux ou de la pyramide de l'os temporal, en particulier des structures de l'oreille interne, auditive ou de la trompe d'Eustache, lorsqu'il y a des ruptures des méninges durales et des muqueuses; le risque de développer des complications infectieuses est important. Neurotraumatisme particulièrement dangereux accompagné d'une compression du cerveau.
    • Non pénétrant - seuls les tissus mous, l'aponévrose sont endommagés, il y en a une combinaison avec des fractures des os de la section médiane, cependant, les méninges durales sont intactes.

    Séparément, les blessures par balle sont distinguées, car elles sont souvent ouvertes et pénétrantes.

    Leur danger est associé à l'effet d'une énergie cinétique importante, qui crée des dommages importants dans l'espace limité par les os du crâne, et favorise également la pénétration de l'infection avec des particules de facteurs de tir profondément dans la cavité crânienne, compliquant le pronostic.

    Détermination de la profondeur d'un coma

    La profondeur du coma est déterminée à l'aide de l'échelle de Glasgow, qui consiste en 3 tests pour:

    • activité physique, estimée de 1 à 6 points;
    • réaction de la parole, estimée de 1 à 5 points;
    • réaction d'ouverture des yeux, estimée de 1 à 4 points.

    Avec le nombre maximum de points (15), la conscience est claire, et avec le minimum (3), la mort du cerveau est enregistrée.

    En plus de l'échelle de Glasgow, les éléments suivants sont utilisés dans le diagnostic du TBI:

    1. Scanner et IRM qui localisent les tumeurs ou les hématomes qui compriment des parties du cerveau qui contrôlent la fréquence cardiaque et le système respiratoire.
    2. EEG enregistrant l'activité électrique des cellules cérébrales et le degré de dommage aux fonctions du système nerveux central.
    3. Ponction lombaire pour TBI. L'analyse du LCR vous permet de comprendre la cause du coma.
    4. Radiographie pour retracer les blessures de la colonne vertébrale et du crâne.

    Qu'est-ce qui détermine la gravité du TBI et ses types

    Tous, y compris les types éloignés de conséquences de lésions cérébrales traumatiques, sont soumis à de nombreux facteurs:

    1. La nature de la blessure. Plus il est fort et profond, plus il est susceptible d'avoir des complications et, par conséquent, un traitement à long terme..
    2. L'âge du patient. Plus le corps est jeune, plus il est facile de faire face aux blessures..
    3. La rapidité des soins médicaux. Plus tôt la victime est montrée au médecin et le stade du traitement commence, plus il lui sera facile de se rétablir..

    Comme déjà mentionné, il existe une forme légère de dommage, moyenne et grave. Selon les statistiques, avec des blessures mineures chez les jeunes de 20 à 25 ans, les complications ne sont presque jamais rencontrées..

    Conséquences pour la forme légère

    Un type léger de traumatisme crânien est l'option la plus favorable de toutes. Le traitement ne prend généralement pas longtemps et les patients se rétablissent rapidement. Toutes les complications sont réversibles et les symptômes sont soit précoces (aigus), soit durent peu de temps. Les signes suivants peuvent être notés ici:

    • étourdissements et maux de tête;
    • transpiration abondante;
    • nausée et vomissements;
    • irritabilité et trouble du sommeil;
    • faiblesse et fatigue.

    En règle générale, la thérapie, après laquelle le patient revient à une vie normale, prend 2 à 4 semaines.

    Conséquences avec une forme moyenne

    Une gravité modérée est déjà une source de préoccupation plus grave pour la santé du patient. Le plus souvent, de telles conditions sont enregistrées avec des dommages partiels au cerveau, des blessures graves ou une fracture de la base du crâne. Le tableau clinique peut durer assez longtemps et comprend des symptômes:

    • troubles de la parole ou perte partielle de la vision;
    • problèmes avec le système cardiovasculaire, ou plutôt avec la fréquence cardiaque;
    • les troubles mentaux;
    • paralysie des muscles cervicaux;
    • saisies;
    • amnésie.

    La rééducation après une lésion cérébrale traumatique peut durer de 1 mois à 6 mois.

    Signes de TBI

    TBI est une blessure insidieuse. Bien sûr, dans la plupart des cas, sa présence est facile à établir par un certain nombre de symptômes. Cependant, parfois, les premiers signes peuvent apparaître plusieurs jours, voire plusieurs semaines après la blessure..

    Les signes de TBI sont généralement:

    • perte de conscience ou confusion. Le plus souvent, cela se produit au moment du TBI, mais cela peut également se produire à distance. Une altération de la conscience quelque temps après la blessure est caractéristique des hématomes intracrâniens;
    • mal de crâne;
    • étourdissements, instabilité lors de la marche;
    • nausée et vomissements;
    • vision floue, vision double;
    • bruit dans les oreilles;
    • faiblesse et engourdissement dans un ou plusieurs membres;
    • trouble de la parole;
    • perte de mémoire pendant une certaine période de temps (le plus souvent pendant la période précédant la blessure ou immédiatement après);
    • crise d'épilepsie;
    • comportement inapproprié (agitation, désorientation, léthargie).

    Il faut comprendre que chaque symptôme individuel n'est en aucun cas un signe obligatoire de TBI. La présence de troubles de la parole sans connaissance du facteur traumatique est peu susceptible d'être un signe de TBI. Et les nausées et vomissements sans heurter la tête ou la tête peuvent généralement être associés à des maladies complètement différentes. Par conséquent, bien sûr, le premier signe de TBI est une information sur le facteur traumatique. Le reste des symptômes doit déjà être envisagé dans le contexte d'un éventuel TBI. Parfois, il arrive que la personne elle-même amnésie complètement les événements associés au traumatisme (c'est-à-dire nie son fait), alors qu'il n'y a pas de témoins et qu'il n'y a pas non plus de blessures externes. Dans de tels cas, il n'est pas immédiatement possible de suspecter un TBI..